Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 janvier 2022

Nicaragua, la veine exposée de la "Forteresse Amérique"

Nicaragua_pol_97.jpg

Nicaragua, la veine exposée de la "Forteresse Amérique"

Emanuel Pietrobon

Ex: https://it.insideover.com/politica/nicaragua-la-vena-scoperta-della-fortezza-america.html

Le Nicaragua est ce qu'on appelle dans les milieux géophilosophiques un "lieu de destin", c'est-à-dire un lieu dont la centralité incontournable dans les relations internationales a été décrétée par la Providence. Elle a été prédestinée, quasi sur le mode calviniste, à jouer un rôle dans l'histoire du monde et aucun empire ou puissance n'a le pouvoir de modifier sa nature, de révoquer la grandeur inhérente à son destin.

Béni ou maudit par la géographie, selon la façon dont on interprète son histoire, le Nicaragua a été, est et sera toujours plusieurs choses à la fois : l'un de ces (rares) lieux de destin où s'écrit l'histoire de l'humanité, un terrain d'entente parfaitement coincé entre la ceinture d'instabilité mésoaméricaine et l'arc paix du Costa Rica et du Panama, le nombril de l'Amérique centrale et la veine exposée de la forteresse Amérique.

1009557-Drapeau_du_Nicaragua.jpg

imageshnjszl.jpg

Intimement géostratégique, mais aussi voué à l'anti-américanisme depuis l'époque de José Santos Zelaya López, le Nicaragua est un véritable talon d'Achille pour les États-Unis, l'éternelle "veine exposée" de la Forteresse Amérique, et c'est pour cette raison que, avec Cuba et le Venezuela, c'est le pays sur lequel la Fédération de Russie et la République populaire de Chine ont le plus misé ces dernières années. C'est pour cette raison qu'elle est (et sera) l'un des théâtres clés de la troisième guerre mondiale qui se déroulera en "morceaux".

L'éternelle "veine exposée" dans les Amériques

Ce qui fait du Nicaragua un lieu de destin, le différenciant de son voisinage méso-américain, c'est qu'il possède une prédisposition génétique de type géostructurel : il est né pour être le véritable carrefour entre les Amériques et l'Eurafrique. La géographie permettrait de construire ici un meilleur canal que celui de Panama, à tous les points de vue - de la capacité à la navigabilité - mais l'histoire, ou plutôt les États-Unis, ne l'ont jamais permis.

winterhalter_napoleon.jpg

Au départ, c'est Napoléon III, empereur des Français et pionnier de l'anti-américanisme européen, qui envisageait de construire un canal de navigation artificiel qui couperait le Nicaragua en deux, unirait les marchés des Amériques et de l'Eurafrique, réécrirait la géographie du capitalisme mondial et ferait de la Fille préférée de l'Église le cœur du monde.

Napoléon III, qui avait hérité de l'esprit visionnaire de son oncle, avait pensé à (presque) tout, de la satellisation du Mexique aux accords sur les droits d'exploitation du canal avec le Nicaragua, mais il allait payer cher sa sous-estimation du facteur américain. Témoin impuissant de l'exécution de Maximilien de Habsbourg, le pantin des Tuileries exécuté en 1867, Napoléon III a rapidement rangé le rêve d'un empire latino-américain dans le tiroir, tandis que les autres puissances du Vieux Continent, ayant compris le message, se sont mises à respecter la doctrine Monroe avec une crainte révérencieuse.

Ce n'est pas un Européen, mais un membre de la raza cosmica, à savoir le président José Santos Zelaya López, qui rouvrira plus tard la question du canal. Un canal que, à ce moment-là, les États-Unis commenceraient à croire maudit. Une conviction fondée sur le fait que, une fois Napoléon III enterré, le bolivarien Zelaya avait pris la décision scandaleuse de demander à l'Allemagne et au Japon de financer le canal en promettant d'en faire un instrument de partage du pouvoir mondial.

En 1909, toutes les tentatives de renverser Zelaya par le biais de l'opposition libérale, des forces armées et d'autres cinquièmes colonnes ayant échoué, les États-Unis ont décidé de suturer d'urgence la veine ouverte et saignante du continent, en déposant le président rebelle et en entérinant sa chute dans un cycle d'anarchie productive utile pour inhiber indéfiniment la réapparition d'un odieux anti-américanisme.

Le Nicaragua et la triade multipolaire

Historia homines docet que, parfois, déstabiliser est mieux que contrôler. Parce que la déstabilisation est aussi une méthode de gestion de crise. Une méthode économique, mais aussi machiavélique, qui permet à l'hegemon du moment de maintenir en état de conflit chronique un terrain qui, s'il était tranquille, susciterait paradoxalement une plus grande inquiétude.

Écrire et parler de la déstabilisation pilotée comme méthode de contrôle est plus qu'important, c'est indispensable, car c'est en alimentant le chaos contrôlé que les États-Unis ont tenu à distance l'indomptable Nicaragua depuis l'ère post-Zelaya. Mais c'est une stratégie qui, à long terme, s'est avérée préjudiciable, ayant d'abord produit Augusto César Sandino, puis donné naissance à Daniel Ortega. Et avec Ortega, plus tard, sont venus les Soviétiques - qui, aujourd'hui, ont été remplacés par des Russes, des Chinois (et des Iraniens).

pvCF62Ps_400x400.jpg

000_18V9NW.jpg

Sandino et Ortega.

Les rivaux de l'Amérique ont commencé à parier (sérieusement) sur le potentiel inquiétant du petit mais pivotant Nicaragua à partir des années 2010, coïncidant avec le retour au pouvoir d'Ortega, et ils l'ont fait pour des raisons similaires mais différentes. Similaire parce que la Triade de la multipolarité a entrevu et entrevoit dans le Nicaragua d'Ortega ce classique amicus meus, inimicus inimici mei qui est toujours nécessaire. Différentes, mais complémentaires, car les Chinois rêvent grand - la construction du très convoité canal du Nicaragua -, les Russes rêvent petit - la préservation du triangle Caracas-Havana-Managua - et les Iraniens rêvent encore plus petit - la possession de bases pour le Hezbollah.

Le Nicaragua aujourd'hui (et demain)

En 2014, après des années d'inaction face au dynamisme de la Triade de la multipolarité dans la "veine exposée" de l'Amérique (et des Amériques), l'administration Obama a décidé d'appliquer la sempiternelle doctrine Monroe au Nicaragua, décrétant sans le vouloir le début d'un chapitre clé de la compétition entre grandes puissances, celui qui se focalisera sur les périphéries et non plus nécessairement sur le centre, faisant en sorte que les périphéries deviennent les centres effectifs des conflits en cours.

L'application rigide de la doctrine Monroe a permis aux États-Unis de contenir l'incontournable Nicaragua pendant six ans, c'est-à-dire de 2014 à 2020, en affaiblissant sérieusement le régime orteguiste - qui a survécu à une mort certaine grâce à la respiration artificielle fournie par le Kremlin - et en hibernant temporairement la branche latino-américaine (la plus importante) de la Nouvelle route de la soie - en raison du blocage des chantiers anti-Panama -, mais à long terme, rien n'a pu empêcher l'inévitable, c'est-à-dire que la Russie et la Chine commencent à décharger en Amérique latine les tensions accumulées en Eurasie.

La géo-pertinence du Nicaragua, en somme, s'est (re)développée au même rythme que l'augmentation des conflits dans les espaces vitaux de la Russie et de la Chine, ce qui a conduit au retour définitif sur la scène de l'anti-Panama entre fin 2020 et début 2022, c'est-à-dire au début de cette "pluie de l'histoire" déclenchée par la lente maturation du processus amenant à la centralisation des périphéries. Un retour sur scène rendu possible par la respiration artificielle garantie par le Kremlin, grâce à laquelle Ortega a pu débusquer les cinquièmes colonnes et réduire le niveau de confrontation interne, et qui en douze mois, de novembre 2020 à novembre 2021, a conduit le Nicaragua d'abord à ouvrir un consulat honoraire en Crimée, puis à accepter pleinement la politique de la "Chine unique".

Ce n'est qu'à partir de la reconstruction du contexte général que l'on peut saisir la centralité insoupçonnée du Nicaragua dans la compétition entre grandes puissances, qui a été réaffirmée fin janvier par la décision du Kremlin d'accroître la coopération militaire avec la présidence Ortega - une réponse aux opérations de perturbation occidentales dans le Lebensraum eurasien de la Russie, notamment en Ukraine et au Kazakhstan - et qui sera très probablement renforcée par d'autres événements dans un avenir proche.

Il est crucial d'écrire sur le Nicaragua, après tout, parce que ce n'est pas une périphérie comme les autres : c'est la périphérie. La périphérie qui peut tout faire. Elle peut devenir le centre si elle parvient un jour à avoir son propre canal - et l'adhésion à la politique de la Chine unique n'est que la cour d'un habile flatteur. Elle peut soit catalyser, soit faire échouer la transition multipolaire - il ne faut donc pas exclure des "opérations de rattrapage" de la part des États-Unis. Et qui, en perturbant l'arc de paix (lire caravanes et Panama) et en vitalisant ce que la Maison Blanche considère comme la Troïka de la tyrannie - le triangle Caracas-Havana-Managua - peut contraindre le centre à se replier sur lui-même.

Écrire un commentaire