Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 28 janvier 2022

Quand l'ours russe montre ses griffes

5d271186259aa9b1eb858b27f5b9cf73.jpg

Quand l'ours russe montre ses griffes

par Andreas Mölzer

Source : https://andreasmoelzer.wordpress.com/2022/01/27/wenn-der-russische-bar-seine-krallen-zeigt/

Vladimir Poutine, le maître du Kremlin, est un autocrate. Un autocrate, comme il y en avait qui exerçaient le pouvoir en Russie depuis l'époque d'Ivan le Terrible jusqu'à Leonid Brejnev. Et Vladimir Poutine est un nationaliste russe, un Grand-Russe qui s'inscrit dans la tradition de Pierre le Grand et peut-être même de Joseph Staline lorsqu'il s'agit de défendre les intérêts géopolitiques du pays. Mais Poutine est aussi un réaliste. Un réaliste politique qui n'a peut-être pas joué un rôle modérateur dans les conflits mondiaux de ces deux dernières décennies, mais un rôle prévisible.

L'affirmation souvent formulée actuellement dans les médias et dans les déclarations des hommes politiques occidentaux, selon laquelle Vladimir Poutine serait actuellement en train de déclencher une grande guerre européenne en envahissant l'Ukraine, est donc peu crédible. Certes, il a mis en place une menace militaire à l'encontre de l'État voisin qui a fait partie de l'empire russe, puis soviétique, pendant des siècles. Un décor de menace qui doit manifestement empêcher ce grand pays, l'Ukraine justement, de rejoindre l'alliance militaire occidentale de l'OTAN. Une menace qui indique également que Poutine et les Russes dans leur ensemble ne sont manifestement pas disposés à accepter l'élargissement de l'OTAN à l'est jusqu'aux frontières du territoire russe. Une menace que Poutine considère manifestement comme une réponse à la promesse non tenue de 1989/90, selon laquelle l'OTAN ne s'aventurerait pas sur l'ancien territoire soviétique.

Mais dans l'ensemble, Vladimir Poutine s'inscrit naturellement dans la tradition de la politique de la Grande Russie telle que nous la connaissons depuis des siècles. Le plus grand Etat de la planète a toujours été attiré par les détroits, les océans ouverts, au nord vers la mer de glace via Mourmansk, dans la mer Baltique via les pays baltes et au sud vers les Dardanelles. Le fait que la nouvelle Russie de Poutine ait perdu les Etats baltes a toutefois été bien accepté au Kremlin. L'autonomie des peuples baltes, soutenue par l'appartenance à l'OTAN, est un fait. Un fait qui est toutefois relativisé par l'importance numérique des minorités russes dans ces Etats. Renforcer leurs droits civiques devrait être une préoccupation de l'Union européenne, si l'on ne veut pas que le Kremlin, puissance protectrice de la Russie, l'impose.

Lorsque l'Union soviétique s'est effondrée et que l'Etat central russe a dû abandonner des régions périphériques, le Kremlin était sur la défensive pendant la période de Boris Eltsine. Ce n'est que sous Vladimir Poutine que l'ours russe a été en mesure de se lever de son lit d'hôpital politique et d'aiguiser peu à peu ses griffes. Outre l'alliance que la Russie a établie avec la Biélorussie et d'autres régions qui faisaient autrefois partie de la Russie, il s'agit sans aucun doute d'une sorte de revendication de puissance en direction de tous les territoires anciennement soviétiques, le Kremlin lorgnant sans aucun doute aussi sur les régions et les Etats qui faisaient partie du pacte de Varsovie.

Compte tenu de cette réalité historique et géopolitique, la raison a voulu que les anciens pays du bloc de l'Est adhèrent à l'UE et à l'OTAN de manière presque précipitée. Pendant des décennies, ils ont subi le sort des pays satellites de l'Union soviétique et se trouvaient donc face aux Russes: dès lors, se tourner vers l'Europe était désormais l'alternative logique qui offrait également la sécurité. Et il en allait naturellement de même pour les trois États baltes.

Pyotr Veliky at Tartus grigoriy sisoev sputnik cimsec 16x9.jpg

Il est toutefois évident que le Kremlin a dû développer un sentiment d'encerclement suite à l'élargissement de l'OTAN. Lorsque, dans les années 60, l'Union soviétique a installé des missiles à Cuba, les Américains se sont sentis tellement menacés que cela a presque conduit à une guerre nucléaire. Si des systèmes d'armes modernes sont aujourd'hui déployés en Pologne, il est donc normal que le Kremlin y soit également allergique. Une intervention de l'OTAN en Ukraine constituerait toutefois une véritable incursion de l'alliance militaire occidentale dans une région de l'ancienne Union soviétique, dont l'est est en outre en grande partie peuplé de Russes. Reste à savoir si Vladimir Poutine ira effectivement jusqu'à occuper militairement cet est de l'Ukraine dominé par les Russes et à l'annexer à la Fédération de Russie comme il y a quelques années en Crimée. En imposant un plébiscite dans la partie orientale du pays, une telle mesure pourrait même être garantie a posteriori, conformément au principe du droit des peuples à l'autodétermination.

Les tensions actuelles entre la Russie et l'OTAN ne devraient toutefois pas détourner l'attention des questions géopolitiques fondamentales. Et le problème central est de savoir comment l'Europe de l'UE se comportera à l'avenir vis-à-vis de la Russie. Il ne faut pas oublier que les Russes, avec près de 140 millions d'habitants, sont le peuple européen le plus puissant, même s'ils sont en partie installés sur le sol asiatique. Parmi eux, 115 millions vivent en Russie même et 23 millions dans d'autres pays voisins. Il est légitime que le Kremlin se considère comme la puissance protectrice de ces personnes. La question de savoir dans quelle mesure il est possible d'intervenir dans la souveraineté d'autres Etats et de modifier les frontières est toutefois une autre question.

D'un point de vue historique, il est quelque peu paradoxal que le plus grand peuple européen, les Russes slaves, qui sont en outre un peuple chrétien, soit exclu de l'intégration européenne. Bien sûr, le plus grand État de la planète n'est pas aussi facile à intégrer dans le modèle de l'Union européenne que la Slovaquie ou un grand pays comme la Pologne. Et bien sûr, on peut se demander dans quelle mesure un pays aussi grand et militairement puissant n'aurait pas des prétentions hégémoniques dans le cadre d'une telle intégration. Il est néanmoins évident que l'Union européenne devrait avoir des relations spéciales et plus étroites avec le plus grand peuple européen, avec cet autre État de l'Europe, qu'avec n'importe quel autre Etat  lointain ou transocéanique sur cette planète.

De cette manière, l'UE, qui ne peut actuellement jouer qu'un rôle de figurant dans la lutte mondiale pour le pouvoir, pourrait devenir un véritable "acteur" de la politique mondiale. Une alliance entre l'Europe et la Russie constituerait un véritable contrepoids aux Etats-Unis, menacés de déclassement, et au géant rouge chinois, de plus en plus offensif.

Il y a bien sûr le problème du manque de démocratie et de la menace récurrente pour les droits de l'homme en Russie. Le Kremlin devrait s'atteler à la remise en question et à l'élimination des anciennes tendances autocratiques moscovites. Dans l'Union européenne, il faudrait toutefois descendre de ses grands chevaux et faire preuve de moins d'autosatisfaction face aux déficits démocratiques de la Russie.

D'un autre côté, il serait possible que le modèle de société conservateur qui domine dans la Russie de Poutine, l'accent mis sur le patriotisme, le sens de la famille et la préservation de la propre culture, ait un effet fertilisant sur les sociétés quelque peu décadentes de l'UE-Europe.

Les traditions des Lumières telles qu'elles ont été développées en Europe et la profondeur de l'âme russe devraient ici permettre, sur la base de la culture européenne chrétienne, un développement commun prometteur pour les peuples de culture en Europe. Un modèle qui pourrait servir de contre-projet à l'esprit hyperdécadent des évolutions sociales américaines avec la "political correctness", le "me too", le black lives matter", la "wokeness", etc. d'une part, et au système totalitaire capitaliste d'État chinois d'autre part. Il est toutefois peu probable qu'un tel modèle soit envisageable au vu des conditions réelles actuelles, de l'aggravation de la confrontation entre la Russie et l'Occident, comme nous devons le vivre ces jours-ci - malheureusement !

Écrire un commentaire