Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 15 mai 2022

Les intérêts cachés de la guerre de l'Occident contre la Russie

moscou-met-l-otan-en-garde-contre-une-adhesion-de-la-finlande-et-la-suede.jpg

Les intérêts cachés de la guerre de l'Occident contre la Russie

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/gli-interessi-celati-della-guerra-delloccidente-alla-russia/

La guerre prolongée entre la Russie et l'Ukraine, avec l'implication indirecte (pour le moment) de l'OTAN, aurait dû faire apparaître clairement quels sont les intérêts cachés derrière ce conflit sanglant.

Les États-Unis et leur bulldog britannique, les deux sangsues au cœur de l'OTAN, sont ses centres de commandement, de contrôle et de coordination financière, ceux qui sont les plus intéressés à épuiser la Russie et l'Europe dans un conflit prolongé dont Washington et Londres peuvent tirer profit afin de maintenir un contrôle hégémonique sur le vieux continent en empêchant la soudure d'un axe eurasien entre la Russie et l'Europe.

Prolonger la guerre sert les intérêts de ceux qui l'ont instiguée et promue : les élites du pouvoir anglo-saxon.

Parmi les autres objectifs des Anglo-Saxons, à ne pas négliger, figure celui de la perturbation des lignes d'approvisionnement mondiales qui, dans les plans des centres de commandement, devrait isoler la Russie et également créer des difficultés pour la Chine, dont la puissance industrielle, technologique et militaire est de plus en plus considérée comme la menace existentielle pour les Etats-Unis.

Régler ses comptes avec la Russie et ensuite tourner son attention vers la Chine, telle est la stratégie pas si secrète de Washington qu'ils ont bien comprise à Pékin.

La stratégie américaine, mise en œuvre depuis de nombreuses années, est la même que celle théorisée par les stratèges de la Maison Blanche, qui envisageait d'encercler la Russie avec une ceinture d'États hostiles à travers laquelle il s'agirait de déstabiliser et d'attaquer le cœur de la Russie. Cette stratégie prévoyait, dans un premier temps, la mise en scène de révolutions colorées, telles que celles déclenchées en Géorgie, dans les Balkans et en Ukraine, puis un changement de régime dans les pays les plus fragiles, où il existe des tensions et des fractures potentielles dues à la présence de minorités russes, pour ensuite déboucher sur de véritables guerres civiles et la déstabilisation de ces pays. L'Ukraine a été la plus grosse "morsure" et un cas d'école où une telle stratégie a été mise en œuvre et a partiellement réussi.

Seule l'intervention opportune de Poutine en 2014 pour rendre la Crimée à la Fédération de Russie par référendum populaire a empêché le plein succès du coup d'État de Maidan. La déstabilisation s'est ensuite poursuivie avec l'intervention massive des Occidentaux pour soutenir l'armée de Kiev dans ses activités contre les séparatistes russophiles du Donbass.

Cependant, le plan de nettoyage ethnique et d'ukraïnisation de ces territoires a finalement été stoppé par l'intervention militaire de la Russie qui a débuté en février de cette année.

L'instrument principal de l'hégémonie militaire américaine, l'OTAN, travaille maintenant à plein régime pour soutenir l'Ukraine dans sa tentative de ralentir et d'arrêter l'offensive russe et, à cette fin, a déployé non seulement une cargaison massive d'armes létales mais aussi la présence de plusieurs milliers d'instructeurs militaires, de conseillers et de mercenaires de l'OTAN dont la tâche est d'appuyer les forces ukrainiennes et de prolonger le conflit autant que possible. Hillary Clinton elle-même l'avait explicitement déclaré quelques semaines avant l'intervention russe : "nous devons créer un nouvel Afghanistan, comme celui qui a mis l'URSS en crise en 1980", cette fois au milieu de l'Europe. Un objectif confirmé par les déclarations ultérieures du président Biden et de son secrétaire à la défense Austin.

Il devient donc clair qu'il ne s'agit pas d'un conflit entre la Russie et l'Ukraine mais entre la Russie et l'OTAN où cette dernière est de plus en plus impliquée.

Un défi que Washington a lancé pour sa suprématie en Europe dès qu'il a utilisé l'Ukraine comme plateforme contre la Russie depuis 2014 et depuis les précédentes tentatives de révolutions colorées menées par la CIA.

Cependant, quelqu'un à Washington a fait un mauvais calcul et l'offensive russe menace de mettre à mal les plans de Washington sur l'Ukraine, avec la perspective d'un conflit qui ouvre la boîte de Pandore de ce qui représente la stratégie destructrice des Anglo-Saxons en Europe. Une sirène d'alarme pour les peuples d'Europe asservis aux intérêts impériaux de Washington qui cherche à empêcher à tout prix un axe eurasien entre l'Allemagne et la Russie, l'Europe devant elle-même subir les pires conséquences de ce conflit.

L'aveuglement des gouvernements européens et leur mauvaise foi dans la poursuite d'intérêts extérieurs contraires et opposés à ceux des peuples européens sont rendus évidents et retentissants par ce conflit.

En Russie aussi, les effets de ce conflit commencent à se faire sentir en interne, mais d'une manière inattendue par rapport aux attentes de l'Occident.

Comme cela s'est produit plus d'une fois dans l'histoire de la Russie, la guerre a mis en évidence la nécessité d'un changement radical et immédiat. dans la société russe.

La décision de passer à l'offensive en Ukraine le 24 février, selon divers analystes russes, a déclenché une véritable avalanche de demandes de changement, certaines instances en suscitant d'autres, l'une entraînant l'autre. Ce qui a commencé comme une révolution d'en haut, comme une opération spéciale, mènera inévitablement à ce à quoi mène toute révolution : l'implication des larges masses dans la vie du pays.

En substance, il s'agit d'une purification de l'âme du peuple russe qui est lavée des incrustations idéologiques issues des influences occidentales, celles du libéralisme et du consumérisme exacerbé.

La survie de la Russie et le développement du pays eurasien face aux sanctions et à la confrontation militaire nécessitent une combinaison de volonté étatique et d'un environnement économique décentralisé actif, d'autant plus que les sanctions ont porté un coup sévère aux anciens capitaines d'entreprise, les cinquièmes colonnes pro-occidentales que l'on appelle les oligarques.

La Russie n'est pas encore habituée à son nouveau rôle : celui d'un foyer de changement dans le système d'ordre mondial. On peut dire qu'il y a encore de la méfiance pour ce nouveau rôle. Cependant, pour le monde russe ce n'est pas la première fois dans l'histoire à soulever une révolte globale, cela s'était déjà produit en 1917 mais dans une direction différente. On peut dire que le passé révolutionnaire avec tous ses attributs est ancré dans la mémoire génétique du peuple russe. Cependant, le contenu de la révolution actuelle n'a évidemment rien en commun avec l'idéologie communiste.

Avant tout, c'est une révolution de libération du peuple. En Ukraine, les troupes russes libèrent leurs frères slaves de l'oppression d'une idéologie nationaliste qui leur est étrangère. À l'intérieur de la Russie, la tâche consiste à se libérer de la dépendance extérieure dans l'économie, de l'influence des agents pro-occidentaux, professionnels et volontaires.

De plus, dans l'actualité de l'action du groupe dirigeant russe, il y a aujourd'hui la défense du pays contre ces idées contre nature qui sont au cœur du dernier totalitarisme occidental, un retour aux valeurs qui assurent le développement de la société et non l'effondrement du tissu social : l'amour de la patrie, la famille traditionnelle, les enfants, le travail, la liberté de pensée. Et dans ce sens, on peut parler d'une révolution conservatrice.

Si les forces de cette révolution l'emportent, ce sera un énorme signal qui aura également son effet en Europe et sera le véritable moteur du changement.

12 mai 2022

samedi, 14 mai 2022

L'Europe peut-elle exister sans la Russie ?

860_visactu-europe-la-dependance-au-gaz-russe.jpg

L'Europe peut-elle exister sans la Russie?

par Michel Pinton

Source: https://www.ideeazione.com/puo-leuropa-esistere-senza-la-russia/

La question qui constitue le titre de cet article a été posée aux participants d'un séminaire que j'ai eu l'honneur d'organiser il y a trente ans. C'était en 1994. La Russie luttait pour émerger des ruines de l'empire soviétique. Sa longue captivité l'avait épuisé. Enfin libre, elle n'avait qu'une seule aspiration : retrouver sa force et être à nouveau elle-même. J'entends par là non seulement retrouver la prospérité matérielle que les bolcheviks avaient dilapidée, mais aussi reconstruire ses relations sociales détruites, son ordre politique effondré, sa culture déformée et son identité perdue.

À l'époque, j'étais membre du Parlement européen. Il me semblait essentiel de comprendre ce qu'était la nouvelle Russie, quelle voie elle empruntait et comment l'Europe occidentale pouvait travailler avec elle. J'ai eu l'idée de conduire une délégation de députés à Moscou pour discuter de ces questions avec nos homologues de la Douma fédérale. J'en ai parlé à Philippe Seguin, alors président de l'Assemblée nationale française, et il a immédiatement accepté mon projet. Les parlementaires russes ont répondu à notre demande en nous invitant à venir immédiatement. D'un commun accord, nous avons décidé d'élargir nos délégations respectives à des experts dans les domaines de l'économie, de la défense, de la culture et de la religion, afin que leurs réflexions éclairent nos discussions.

Seguin et moi n'étions pas seulement poussés par la curiosité envers cette nation alors indécise. Nous nous considérions comme les héritiers d'une école de pensée française selon laquelle l'Europe est une, de l'Atlantique à l'Oural, non seulement sur le plan géographique, mais aussi en termes de culture et d'histoire. Nous étions également convaincus que ni la paix, ni le développement économique, ni l'avancement des idées ne pouvaient être établis sur notre continent si ses nations se déchiraient les unes les autres, voire s'ignoraient. Nous avons voulu poursuivre la politique d'entente et de coopération initiée par Charles de Gaulle de 1958 à 1968 et brièvement reprise en 1989 par François Mitterrand dans sa proposition de "grande confédération européenne".

michel-pinton_4662208.jpeg

L-Identitarisme-contre-le-bien-commun.jpg

L'OTAN : un obstacle à nos projets

Nous savions qu'il y avait un obstacle à notre projet : il s'appelait OTAN. De Gaulle, le premier, n'avait cessé de dénoncer ce "système par lequel Washington tient la défense et par conséquent la politique et même le territoire de ses alliés européens". Il affirmait qu'il n'y aurait jamais de "véritable Europe européenne" tant que ses nations occidentales ne se seraient pas libérées de la "lourde tutelle" exercée par le Nouveau Monde sur l'Ancien. Il avait donné l'exemple en "libérant la France de l'intégration sous commandement américain". Les autres gouvernements n'ont pas osé le suivre. Mais la chute de l'empire soviétique en 1990, et la dissolution du Pacte de Varsovie, semblaient justifier la politique gaulliste: il était évident pour nous que l'OTAN, ayant perdu sa raison d'être, devait disparaître. Il n'y avait plus aucun obstacle à une entente étroite entre tous les peuples d'Europe. Seguin, en homme d'État visionnaire, pourrait envisager "une organisation spécifique de la sécurité en Europe" sous la forme "d'un Conseil européen de sécurité dans lequel quatre ou cinq des grandes puissances, dont la Russie et la France, auraient un droit de veto".

C'est avec ces idées que je me suis rendu à Moscou. Seguin a été retenu à Paris par une contrainte inattendue de la session parlementaire française. Notre séminaire a duré trois jours. L'élite russe est venue avec autant d'enthousiasme que les représentants de l'Europe occidentale. De nos échanges, j'ai tiré une leçon principale : nos interlocuteurs sont obsédés par deux questions fondamentales pour l'avenir de leur nation: qui est russe? Comment assurer la sécurité de la Russie?

La première question découle des frontières arbitraires que Staline avait imposées au peuple russe au sein de l'ancienne Union soviétique. La seconde était la réapparition des souvenirs tragiques des invasions passées. Certains pensaient que les réponses se trouvaient dans le commerce avec l'Europe occidentale, dont les nations avaient appris à négocier leurs limites et à travailler ensemble fraternellement pour le bien de tous. Et puis il y en avait d'autres qui, rejetant l'idée d'une vocation européenne de la Russie, considéraient qu'elle avait son propre destin, qu'ils appelaient "eurasien". Naturellement, c'est le premier groupe que nous avons encouragé. C'est à ce groupe que nous avons apporté nos propositions. Il était dominant à l'époque.

En relisant le compte rendu de ce séminaire trente ans plus tard, mon cœur se serre en redécouvrant l'avertissement que nous avait donné un éminent universitaire, alors membre du Conseil présidentiel : "Si l'Occident ne montre aucune volonté de comprendre la Russie, si Moscou n'acquiert pas ce à quoi elle aspire - un système de sécurité européen efficace - si l'Europe ne sort pas de son isolement, alors la Russie deviendra inévitablement une puissance révisionniste". Elle ne se contentera pas du statu quo et cherchera activement à déstabiliser le continent".

En 2022, c'est exactement ce qu'elle fait. Pourquoi notre génération d'Européens a-t-elle échoué si lamentablement dans l'œuvre d'unification qui semblait à portée de main en 1994 ?

Nous avons tendance à rejeter la faute sur un seul homme : Poutine, "un dictateur brutal et froid, un menteur invétéré, nostalgique d'un empire disparu", que nous devons combattre, voire éliminer, afin que la démocratie, le précieux trésor de l'Occident, puisse également prévaloir à l'Est et y établir la paix. C'est à cette tâche, sous l'égide de l'OTAN, que nous appelle le président américain Joe Biden. Son explication a l'avantage d'être simple, mais elle est trop intéressée pour être acceptée sans examen. Ceux qui ne sont pas dominés par les émotions de l'actualité n'ont aucune difficulté à comprendre que le problème de l'Europe est beaucoup plus complexe et profond.

L'histoire de notre continent au cours des trente dernières années peut se résumer à un éloignement progressif de l'Est de l'Ouest. Dans l'ancien empire soviétique, la principale préoccupation était, et est toujours, de reconstruire des nations qui renoueront avec leur passé et vivront en toute sécurité pour être à nouveau elles-mêmes. Pour la Russie, cela signifie réunir tous les peuples qui revendiquent la patrie, établir des relations stables et de confiance avec les nations sœurs du Belarus, de l'Ukraine et du Kazakhstan, et construire un système de sécurité européen qui la protège des dangers extérieurs.

L'obsession européenne

Les dirigeants d'Europe occidentale ont eu une préoccupation très différente. Depuis la chute du mur de Berlin, ils ont consacré leur attention, leur énergie et leur confiance à ce qu'ils ont appelé "l'Union européenne". Le traité de Maastricht, la construction de la monnaie unique, la "constitution" de Lisbonne - voilà ce sur quoi ils ont travaillé presque à plein temps. Alors qu'à l'Est, ils s'efforçaient de rattraper le temps perdu dans l'histoire nationale, à l'Ouest, les élites se sont laissées emporter par une mystique irrésistible, celle du dépassement des nations et de l'organisation rationnelle de l'espace commun. Le problème de la sécurité ne se pose plus à l'Ouest, puisque tous les différends entre les États membres doivent être réglés par des instances supranationales. La paix dans l'"Union" semblait être définitivement établie. En bref, l'Occident pensait avoir dépassé l'idée de nation et construit un système stable de fin heureuse de l'histoire. La Russie était confrontée à des questions brûlantes sur l'idée de nation et avait un sentiment croissant de rendez-vous déchirants avec l'histoire. Dans ces conditions, l'Est et l'Ouest n'avaient pas grand-chose à échanger, à l'exception du pétrole et des machines-outils, dont le niveau est trop bas pour atténuer leurs futures divergences.

En conséquence, l'OTAN est devenue une pomme de discorde encore plus grave qu'à l'époque des deux blocs. En Europe occidentale, l'organisation militaire dirigée par Washington est considérée comme une garantie bénigne contre les éventuels retournements de l'histoire. Elle permet à ses peuples membres de profiter des "dividendes de la paix" du monde extérieur sans s'en préoccuper, tout comme l'Union le fait pour sa paix intérieure. En Russie, l'OTAN apparaît comme une menace mortelle. C'est l'instrument d'une puissance qui a montré à de nombreuses reprises depuis la chute du mur de Berlin sa volonté d'hégémonie mondiale et de domination sur l'Europe. L'inclusion de la Pologne, des trois États baltes et de la Roumanie, tous si proches de la Russie, dans les territoires couverts par la suprématie américaine a été applaudie en Occident. À Moscou, elle a suscité l'inquiétude et la colère.

shutterstock_362005910-800x600.jpg

L'échec de la France

Et la France ? Pourquoi n'a-t-elle pas essayé d'empêcher la division progressive de notre continent ? Parce que sa classe dirigeante a toujours choisi d'accorder la priorité absolue à la mystique de l'"Union européenne". En conséquence logique, elle s'est laissée entraîner dans son complément naturel, l'OTAN. Jacques Chirac a participé, à contrecœur bien sûr, mais explicitement, à l'expédition décidée par Washington contre la Serbie. Sarkozy a pris le parti de rapprocher notre pays du système dominé par les Américains. Hollande et Macron nous ont liés toujours plus étroitement à l'organisation dont la tête est de l'autre côté de l'Atlantique. En nous liant toujours plus étroitement à l'OTAN, nos présidents ont perdu une grande partie du crédit international dont jouissait la France lorsqu'elle était libre de faire ce qu'elle voulait.

Un sursaut de conscience les a parfois amenés à rejeter la tutelle américaine et à reprendre la mission que de Gaulle avait commencée. Chirac a refusé de participer à l'agression de Bush contre l'Irak, Sarkozy s'est entendu à lui seul avec Moscou sur les termes d'un armistice en Géorgie, Hollande a négocié les accords de Minsk pour mettre fin aux combats en Ukraine, ils ont tous accompli des actes dignes de notre vocation européenne. Ils ont même réussi à engager l'Allemagne. Mais hélas, leurs efforts ont été improvisés, partiels et de courte durée.

C'est à cause de cette série de divergences que l'Europe a été une fois de plus coupée en deux. La malheureuse Ukraine, située sur la ligne de fracture du continent, est la première à en payer le prix en sang, larmes et destruction. La Russie le revendique au nom de l'histoire. L'Union européenne s'indigne au nom des valeurs démocratiques qui, selon elle, mettent fin à l'histoire. L'Amérique profite de ce différend insoluble pour avancer discrètement ses pions et rendre l'issue de la guerre encore plus compliquée.

Voilà où se trouve l'Europe un tiers de siècle après sa réunification : un abîme de malentendus la divise ; une guerre cruelle la déchire ; un nouveau rideau de fer, imposé cette fois par l'Occident, commence à séparer son espace ; la course aux armements a repris ; et, plus encore que la chute vertigineuse des échanges économiques, c'est la fin des échanges culturels qui menace chacune de ses deux faces. Le grand Européen Jean-Paul II avait coutume de dire que notre continent ne pouvait respirer qu'avec ses deux poumons. Aujourd'hui, en Occident comme en Orient, nous sommes condamnés à ne respirer qu'avec un seul. C'est un mauvais présage pour les deux moitiés. Mais les vrais Européens doivent refuser de se décourager. Même s'ils sont peu entendus aujourd'hui, ce sont eux et eux seuls qui peuvent ramener la paix sur notre continent et lui rendre sa prospérité et sa grandeur.

10 mai 2022

Une rose des vents hégémonique et décadente

d48bc17e5578dfb1fc0f9d13537c1fe8.jpg

Une rose des vents hégémonique et décadente

par Georges Feltin-Tracol

Parmi les nombreuses hétérotélies qui découlent de l’« opération militaire spéciale » russe en Ukraine, destinée entre autres à empêcher l’ancrage de ce pays dans l’orbite euro-atlantique, la plus flagrante serait le renoncement par la Suède et la Finlande de leur neutralité historique afin de rejoindre au plus tôt l’Alliance Atlantique et son bras armé, l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord).

Signé le 4 avril 1949, le traité de Washington réunit douze États des deux rives septentrionales de l’Atlantique dont le Portugal de Salazar et l’Islande qui présente la particularité de ne pas disposer d’armée. Ce pacte fonde l’Alliance Atlantique en opposition frontale à l’Union Soviétique et au bloc de l’Est. La guerre de Corée en 1950 l’incite à se doter d’une composante militaire : l’OTAN.

La fin de la Guerre froide qui s’étend du 9 novembre 1989 (chute du mur de Berlin) au 25 décembre 1991 (éclatement imprévu de l’URSS) aurait pu – et aurait dû – provoquer la dissolution de l’OTAN. Son pendant soviétisé, le Pacte de Varsovie, a bien disparu dès 1991. Or la structure atlantiste va survivre à ce grand tournant de l’histoire. Elle va contribuer à l’hégémonie des États-Unis d’Amérique en Europe et à renforcer la domination occidentale matérialiste – eudémoniste sur les cinq continents. Aujourd’hui, l’organisation occidentaliste  comprend trente membres dont les plus récents datent de 2009 (Albanie et Croatie), de 2017 (Monténégro) et de 2020 (Macédoine du Nord). L’arrivée prochaine de la Suède et de la Finlande sonnera le glas de toute « Europe – puissance » indépendante. À l’exception de l’Irlande, de Malte, de Chypre, de l’Autriche, de la Suède et de la Finlande, tous les États de la soi-disant Union européenne sont plus ou moins intégrés dans l’OTAN. La neutralité affichée d’États européens tels que la Suisse n’a jamais empêché une intense coopération discrète. Dans la perspective d’une invasion soviétique, l’état-major otanien avait très tôt mis en place des unités clandestines de guérilla connues sous le nom de code de Stay Behind et, en Italie, de Gladio. L’Autriche, la Suède et même la Suisse ont bénéficié de ce soutien implicite. Aucun État européen n’est de nos jours étranger à l’atlantisme institutionnel.

imastayges.png

Dans la décennie 1990, certains milieux républicains conservateurs, souvent marginaux, tablent sur un ralliement rapide de la Russie à la sphère occidentale. L’arrivée de l’ancien ennemi aurait bouleversé la donne géopolitique et diplomatique pour tout le début du XXIe siècle, car, une fois dans l’OTAN, la Russie aurait incité les anciennes républiques soviétiques, y compris l’Ukraine et la Géorgie, à l’y rejoindre. L’extension de l’alliance militaire atlantique de Vancouver à Vladivostok via Moscou aurait toutefois été vue par l’Iran et la Chine comme une menace frontalière existentielle. Incapables de dépasser leurs préjugés russophobes, les cénacles néo-conservateurs, démocrates et républicains, rejetèrent cette éventualité et ratèrent leur rendez-vous avec le kairos. Au contraire, l’agression russe contre l’Ukraine concrétise leur lubie géostratégique. Dans les années 2000, l’OTAN participa à l’invasion et à l’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak.

Aucune autre entente multinationale ne présente un tel écho planétaire qui correspond aux visées d’un Occident-monde totalitaire. L’OTAN a ainsi noué d’intenses contacts avec divers pays non-européens dans une série de contrats appelés « Plans d’action individuel de partenariat » (Serbie, Ukraine, Géorgie, Arménie, Kazakhstan), « Partenariat pour la paix » (Irlande, Suisse, Autriche),   « Dialogue méditerranéen » (Israël, Jordanie, Égypte, Maghreb dont l’Algérie) », « Initiative de coopération d’Istanbul » (Koweït, Émirats arabes unis, Qatar) et « Partenariat global » (Colombie, Irak, Pakistan, Mongolie, Corée du Sud, Japon, Nouvelle-Zélande). Quant à l’Australie, considérée comme un « allié majeur », elle posa en 2014 sa candidature à l’Alliance Atlantique.

Le bloc euro-atlantique constitue un grand espace qu’ordonnent et dominent les États-Unis d’Amérique. C’est un Commonwealth ultra-libéral de ploutocraties d’apparence démocratique qui sert aussi de vaste marché au complexe militaro-industriel étatsunien. Sans vouloir empiéter sur les analyses judicieuses de l’émission de Radio Méridien Zéro versée dans les questions militaires, « Ça se défend », le Rafale français, l’Eurofighter Typhoon anglo-germano-hispano-italien et le JAS 39 Gripen suédois ne peuvent pas rivaliser avec le F-35 étatsunien à la réputation (au choix) de fer à repasser volant ou de corbillard aérien. Les industries d’armement européens, en particulier françaises et suédoises, connaîtront dans les prochaines années le sort peu enviable d’Alstom racheté par General Electric grâce à une prise d’otage légale outre-Atlantique (l’affaire Frédéric Pierucci, par exemple).

maxresdefault.jpg

À côté de son action patiente de pillage systématique du savoir-faire européen, l’OTAN, l’Alliance Atlantique et leur complice, l’Union dite européenne, attisent le nouveau chaos mondial. L’OTAN n’a jamais défendu l’Occident boréen. Elle représente plutôt l’avant-garde de la révolution sociétaliste cosmopolite. Ses instances dirigeantes souscrivent à toutes les pathologies de la modernité tardive liquide. Le 19 mars 2021, le siège bruxellois de l’OTAN tenait une conférence interne consacrée à la dimension LGBTQ+ sur le lieu de travail. La rose des vents se trouvait pour l’occasion associée au fameux drapeau arc-en-ciel… Le communiqué de presse officiel de l’entité atlantiste affirmait qu’elle « est attachée à la diversité. Toute discrimination fondée sur l’orientation sexuelle, le sexe, la race ou l’origine ethnique, la religion, la nationalité, le handicap ou l’âge y est strictement interdite. Elle a également fait œuvre de pionnière en étant la toute première organisation au monde à reconnaître le mariage entre personnes du même sexe, offrant à ces couples les mêmes avantages qu’aux conjoints hétérosexuels, à une époque où le mariage homosexuel n’était reconnu que dans un seul pays, les Pays-Bas ». Jamais l’OTAN n’est intervenue dans la crise des migrants en 2015. Elle ne s’est jamais déployée pour protéger et stabiliser le flanc Sud de la Méditerranée. L’idéologie multiculturaliste, la pensée « woke » et l’« inclusivisme » sont devenus avec l’ultra-libéralisme sécuritaire les mamelles conceptuelles de l’atlantisme 2.0.

On ne peut que constater toute la nocivité de cette organisation qu’Emmanuel Macron estimait avec erreur le 7 novembre 2019 en « mort cérébrale ». La mort cérébrale, c’est en fait ce qui attend les peuples albo-européens s’ils ne décident pas de se lever contre cette folle emprise mortifère civilisationnelle.    

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 32, mise en ligne, le 10 mai 2022, sur Radio Méridien Zéro.

mercredi, 04 mai 2022

Les effets en cascade de la cyberguerre

28ea2048050075.588fe1a203ef6-1-min.jpg

Les effets en cascade de la cyberguerre

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/cascading-effects-cyber-warfare

Dans le présent article, nous aborderons les aspects actuels de la cyber-guerre que mènent les États-Unis et les pays de l'OTAN contre la Russie. Bien entendu, le concept même de "cyber" doit être compris dans le sens traditionnel, platonicien, où le "cybernet" constitue le souverain. Par conséquent, même l'application des technologies de communication modernes est une question de domination et de contrôle.

Le 10 mars 2022, une autre conférence juridique du Cyber Command s'est tenue aux Etats-Unis pour discuter d'un certain nombre d'aspects juridiques et de questions de sécurité nationale.

640px-General_Paul_M._Nakasone_(NSA).jpg

Étant donné que l'opération lancée par la Russie en Ukraine était déjà en cours à ce moment-là, le chef du Cyber Command, le général Nakasone (photo), n'a pas pu s'empêcher d'en parler, notant que "le Cyber Command surveille la ligne de front numérique des actions russes en Ukraine...". Le conflit russo-ukrainien augmente la probabilité d'opérations russes dans le cyberespace visant les intérêts américains et alliés... La situation en Ukraine a revigoré nos alliances et augmenté l'appétit pour des opérations conjointes parmi nos partenaires internationaux dans le cyberespace. C'est un aveu ouvert sur la structure d'élite du Pentagone qui travaille contre la Russie. Il semble que dès les premiers jours, on ait tiré certaines conclusions à Washington.

Le lieutenant général Charles Moore, qui est l'adjoint de Nakasone, a expliqué que la combinaison d'opérations d'information et de mesures cybernétiques pourrait donner aux États-Unis un avantage stratégique sur leurs futurs adversaires. "Sans aucun doute, nous avons appris que les opérations de cyberattaque, lorsqu'elles sont combinées - plutôt une approche globale - avec ce que nous appelons traditionnellement les opérations d'information, sont un outil extrêmement puissant." Selon lui, les États-Unis devraient adopter "une stratégie visant à influencer les perceptions des adversaires.

Il s'agit d'un niveau de guerre informationnelle-psychologique, cognitive ou mentale.

Entre-temps, M. Moore a déclaré que son commandement dispose des autorisations nécessaires pour mener des opérations quotidiennes visant à s'engager continuellement avec les adversaires dans le cyberespace pour exposer leurs cybermesures et les forcer à faire des dépenses. "Nous montrons que nous pouvons opérer dans cet espace en dessous du niveau d'utilisation de la force - en dessous de ce que nous considérerions comme un conflit armé - et mieux nous défendre sans escalade", a-t-il déclaré.

Pour le dire autrement, il s'agit du type de guerre hybride auquel les experts de l'OTAN se plaisent à faire référence ces dernières années, car l'une de ses caractéristiques est un niveau inférieur au seuil du conflit armé traditionnel.

Sur le plan pratique, il faut se pencher sur le cyber exercice OTAN Locked Shields, qui s'est déroulé du 19 au 22 avril au Centre de cybersécurité de Tallinn.

Cyberdéfense-la-France-gagne-le-Locked-Shields-20192.jpg

Selon les responsables, cet exercice annuel de défense des réseaux en temps réel offre aux participants une occasion unique de s'entraîner à protéger les systèmes informatiques civils et militaires nationaux et les infrastructures critiques. Ils se déroulent dans un environnement sous haute pression, avec une série de cyberattaques sophistiquées s'abattant sur les équipes. Les exercices sont l'occasion de pratiquer la coopération en cas de crise entre les unités civiles et militaires, ainsi que les secteurs public et privé, car ces décideurs tactiques et stratégiques doivent travailler ensemble en cas de cyberattaque de grande envergure.

Dans le scénario de cette année, la nation insulaire fictive de Berelia connaît une situation sécuritaire qui se détériore. Une série d'événements hostiles a coïncidé avec des cyberattaques coordonnées sur des systèmes informatiques militaires et civils clés.

En plus de protéger de multiples systèmes cyber-physiques, les équipes impliquées s'exercent à la prise de décision tactique et stratégique, à la coopération et à la subordination dans une situation de crise où elles doivent également traiter des questions judiciaires et juridiques et répondre aux défis des opérations d'information.

Les similitudes avec l'Ukraine sont évidentes.

Cette année, plus de 2000 participants de 32 pays ont pratiqué ces actions. Quelque 5500 systèmes virtualisés ont été impliqués dans l'exercice, qui a été soumis à plus de 8000 attaques. Outre la sécurisation de systèmes informatiques complexes, les équipes participantes doivent également signaler efficacement les incidents et s'occuper de la criminalistique, des aspects juridiques, des opérations médiatiques et de la guerre de l'information.

L'exercice a été organisé par l'OTAN en coopération avec Siemens, TalTech, Arctic Security, CR14. Le Centre reconnaît également les éléments uniques ajoutés à Locked Shields 2022 par Microsoft Corporation, le Financial Services Information Sharing and Analysis Centre (FS ISAC), SpaceIT, Fortinet.

Nous pouvons donc constater que la grande industrie occidentale aide ouvertement l'OTAN dans la cyberguerre.

Ajoutons que de nombreux experts occidentaux en cybersécurité et des responsables ukrainiens n'ont cessé de mentionner que la Russie compléterait son opération par une puissante cyberattaque visant les infrastructures critiques.

En général, les publications américaines à vocation militaire diffusent continuellement des informations sur d'éventuelles nouvelles cyberattaques de la Russie contre des infrastructures critiques aux États-Unis et dans d'autres pays occidentaux.

Incidemment, à la veille de l'exercice, le Tallinn Center a publié une autre monographie collective sur la cybersécurité, consacrée aux attributions des cyberattaques. Elle accuse la Russie d'avoir interféré dans l'élection américaine et d'avoir lancé une cyberattaque avec SolarWinds en 2020.

Et le 7 avril, une nouvelle initiative visant à développer les technologies critiques et émergentes, l'Accélérateur d'innovation de défense pour l'Atlantique Nord - DIANA, a été lancée au siège de l'OTAN.

DIANA devrait permettre de réunir le personnel de la défense et les jeunes talents, les chercheurs universitaires et les entreprises technologiques les plus brillants de l'Alliance pour relever les défis critiques en matière de défense et de sécurité. Les innovateurs participant aux programmes DIANA auront accès à un réseau de dizaines de sites d'accélération et de centres d'essai dans plus de 20 pays alliés. Les dirigeants de l'OTAN ont décidé que DIANA disposera d'un bureau régional en Europe et en Amérique du Nord. Le bureau régional européen de DIANA a été choisi à la suite d'une candidature conjointe de l'Estonie et du Royaume-Uni, et le Canada envisage activement d'accueillir un bureau régional nord-américain.

DIANA se concentrera sur les technologies profondes et de rupture que l'OTAN a définies comme prioritaires, notamment : l'intelligence artificielle, le traitement des données massives, les technologies quantiques, l'autonomie, la biotechnologie, les nouveaux matériaux et l'espace.

Les Alliés occidentaux ont également décidé de créer un fonds multinational d'innovation de l'OTAN. Il s'agit du premier fonds de capital-risque multi-souverain au monde. Il investit un milliard d'euros dans des start-ups en phase de démarrage et dans d'autres fonds de technologie profonde qui correspondent à ses objectifs stratégiques.

Si vous regardez la carte des centres de cette initiative, ils sont concentrés en Europe de l'Est, c'est-à-dire plus près des frontières de l'Ukraine et de la Russie/Biélorussie. Cet emplacement a clairement été choisi avec une certaine intention.

Si l'on considère d'autres aspects pratiques de la guerre contre la Russie, l'enquête journalistique sur le programme d'espionnage des Zignal Labs, grâce auquel les États-Unis ont suivi le mouvement des troupes russes avant même l'opération en Ukraine et ont identifié les soldats, est très importante.

sticker-png-atlantic-capital-bank-zignal-labs-logo-brand-bank-blue-angle-text-logo-bank-thumbnail.png

Il est évident que ces données ont été transmises à la partie ukrainienne.

La numérisation du Pentagone se poursuit également à un rythme accéléré. Le 25 avril, l'un des dirigeants de Lyft, Craig Martell, a été nommé responsable de la transformation numérique et de l'intelligence artificielle au Pentagone.

Martell a également travaillé sur l'apprentissage automatique chez Dropbox et LinkedIn. On sait que son adjoint sera Margaret Palmieri, responsable de la guerre numérique à l'US Navy.

L'armée américaine utilise actuellement l'intelligence artificielle pour analyser les opérations de combat en Ukraine, ce qui permet de traiter plus rapidement de grandes quantités de données et de simuler divers scénarios. Il est probable que les États-Unis souhaitent dériver une formule générale qui permettra de calculer les vulnérabilités de la Russie et de les utiliser à l'avenir.

De plus, à en juger par le site Web du Département d'État américain, l'agence se concentre désormais sur les activités anti-russes, ce qui ne peut qu'être alarmant. Si vous descendez sur le site, vous pouvez voir des publications consacrées exclusivement à la Russie, laquelle y est toujours présentée sous un jour négatif. Trois articles ont été postés en avril, bien que les thèmes datent de 2017, 2018 et 2020. Il est clair que cela fait partie de la campagne globale de désinformation contre la Russie. Cela dit, ce site ShareAmerica lui-même a été, comme indiqué, créé pour couvrir la vie et les événements aux États-Unis.

Si l'on place tout ces éléments dans un même puzzle et que l'on ajoute le flux 24/7 de faux et de mises en scène à des fins politiques, on obtient une conclusion assez sérieuse avec laquelle il faut compter et à laquelle il faut répondre en conséquence.

lundi, 02 mai 2022

Les dangers d'une guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie

st_20151005_xop_1734848-page-001-800x445.jpg

Les dangers d'une guerre par procuration entre les États-Unis et la Russie

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/04/28/yhdysvaltojen-ja-venajan-sijaissodan-vaarat/

À stade où nous en sommes, il est probablement clair pour beaucoup d'observateurs que les États-Unis et la Russie mènent une guerre par procuration en Ukraine, tout comme ils l'ont fait en Syrie. C'est une façon de faire le tri dans les relations enflammées et les futures politiques de pouvoir dans le nouvel ordre post-libéral.

Alors que tout ceci n'est peut-être rien de plus qu'un sinistre théâtre du capitalisme destructeur scénarisé par les banquiers centraux, sans aucun égard pour les dommages collatéraux et les vies humaines, un autre point de vue est soulevé par les analystes classiques qui appellent à une "gouvernance responsable".

"Des déclarations récentes suggèrent que l'administration Biden est de plus en plus déterminée à utiliser le conflit en Ukraine pour mener une guerre contre la Russie visant à affaiblir, voire à détruire l'État russe", écrit l'analyste et historien britannique Anatol Lieven.

L'administration "kaganiste" de Biden semble prête à adopter une stratégie que les administrations américaines de la guerre froide se sont efforcées d'éviter. Le soutien à la guerre en Europe pourrait dégénérer en une confrontation militaire directe entre la Russie et l'OTAN.

Lieven estime que si l'affaire ukrainienne suscite bel et bien un sentiment anti-guerre critique chez les Russes, "la guerre contre les tentatives américaines d'endommager et d'assujettir la Russie séduira beaucoup plus fortement le public".

Antony-Blinken-et-Lloyd-Austin-ont-rencontre-Volodymyr-Zelensky-a-Kiev.jpg

Lors de sa visite à Kiev, le secrétaire américain à la défense, Lloyd Austin, a ouvertement déclaré que les États-Unis souhaitaient voir "la Russie affaiblie au point qu'elle ne puisse plus faire les choses qu'elle a faites en Ukraine".

Le même jour, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré à la télévision russe qu'en fournissant des armes lourdes à l'Ukraine, l'OTAN est déjà "fondamentalement" engagée dans une guerre par procuration contre la Russie.

Beaucoup ont comparé la situation à la crise des missiles cubains. Selon Lieven, "les gens ont oublié à quel point nous sommes passés près de la destruction nucléaire à l'automne 1962". On dit qu'"à un moment donné, le sort du monde a dépendu de la sagesse et de la prudence d'un seul officier de la marine soviétique, Vasily Arhipov, à bord d'un sous-marin nucléaire".

Affaiblir la Russie n'est pas "nécessaire", sauf pour renforcer la propre position des États-Unis. Selon Lieven, "rien n'indique que la Russie veuille ou même puisse attaquer d'autres pays". Selon lui, l'armée russe n'est pas en état d'attaquer les pays de l'OTAN.

Quant à la Géorgie, la Moldavie et le Belarus, la Russie dispose déjà des "positions nécessaires" dans ces pays. Mais lorsqu'il s'agit de combattre les mouvements extrémistes islamistes en Asie centrale et ailleurs, "les intérêts de la Russie et de l'Occident sont en fait alignés", convient Lieven.

Les États-Unis semblent toujours croire que l'Ukraine peut miraculeusement "gagner" la guerre contre la Russie avec le bon équipement et le soutien occidental. Dans ce contexte, Lieven se demande ce que signifie réellement cette "victoire".

L'Ukraine ne peut pas facilement reconquérir tout le territoire qu'elle a perdu au profit de la Russie et des séparatistes pro-russes du Donbass depuis 2014, même avec l'aide de l'Occident. Cela ne serait qu'une "recette pour une guerre continue et des pertes et souffrances massives pour les Ukrainiens".

Même après l'administration de Poutine, aucun futur gouvernement russe ne pourrait accepter d'abandonner, par exemple, la Crimée, que la plupart des Russes considèrent comme un "territoire national" de la fédération. Ainsi, la seule façon de "gagner" le conflit actuel du point de vue des Américains et des Ukrainiens serait de détruire l'État russe.

L'effondrement de la Russie est prédit depuis des décennies, mais le conflit en Ukraine et la politique de sanctions ont peu de chances de le provoquer. Il convient également de rappeler que si la Chine a jusqu'à présent été réticente à soutenir la Russie en Ukraine, Pékin ne peut tolérer une stratégie américaine consistant à renverser le régime russe pour ensuite isoler la Chine.

Un état de guerre ne peut se terminer que par la défaite d'une des parties ou par une paix négociée. Si Moscou propose un cessez-le-feu comme base des pourparlers de paix après la libération du Donbass, les Occidentaux seront confrontés à un choix : accepteront-ils cette proposition ou continueront-ils à inciter l'Ukraine à riposter et à l'armer?

Lieven se demande à juste titre "combien de temps la Russie accepterait une telle stratégie occidentale avant de décider d'envenimer la situation et d'essayer d'intimider les Européens en particulier pour qu'ils se détachent de l'Amérique et recherchent un accord de paix".

Compte tenu de la dégradation de la situation économique, qui ne fera qu'accroître la polarisation entre les citoyens et les détenteurs du pouvoir, dans quelle mesure l'"unité de l'Occident", telle que vantée dans les médias, sera-t-elle maintenue dans ces circonstances? Par exemple, l'impopulaire président français Macron, qui s'est vu accorder un délai supplémentaire, devrait remercier sa bonne étoile d'avoir été bombardé de tomates il y a quelques jours seulement.

Les pays les plus arrogants de l'UE seront sans doute encore durement touchés. Les robinets de gaz russe ont maintenant été fermés à la Pologne et à la Bulgarie. Pendant ce temps, de nombreuses entreprises européennes et même certains pays commercent en roubles avec la Russie. À cet égard, le front commun États-Unis-UE a déjà commencé à se fissurer, bien que l'Occident puisse avoir d'autres plans pour affaiblir l'économie russe.

Lieven compare comment "pendant la guerre froide, aucun président américain n'a oublié que Washington et Moscou avaient la capacité de détruire la civilisation et de mettre fin à l'existence de l'humanité". La dissuasion nucléaire était suffisante pour maintenir l'équilibre dans un environnement autrement instable.

Les dirigeants d'aujourd'hui devraient également se rappeler que "lorsque les deux parties se sont engagées dans des guerres par procuration en dehors de l'Europe, les conséquences ont été désastreuses pour elles-mêmes et encore plus pour les peuples qui sont devenus les pions de ces superpuissances". Lieven demande : "N'avons-nous vraiment rien appris de l'histoire ?"

samedi, 30 avril 2022

L'OTAN et la manipulation politique de la jeunesse occidentale

4pFDRrkQ_400x400.jpg

L'OTAN et la manipulation politique de la jeunesse occidentale

Par Marcelo Ramirez*

Source : https://noticiasholisticas.com.ar/la-otan-y-la-manipulacion-politica-de-las-juventudes-de-occidente-por-marcelo-ramirez/

Deux mois après le début de l'opération spéciale de la Russie en Ukraine, nous commençons à voir de quoi il retourne vraiment. Le combat sous-jacent concerne en réalité l'OTAN contre la Russie, un différend qui se déroule à plusieurs niveaux qui vont au-delà du niveau militaire.

Il existe deux axes principaux que l'on pourrait sans peine qualifier de guerre hybride: l'axe militaire et l'axe économique/financier.

L'aspect économique est présenté dans les médias occidentaux comme une réponse dévastatrice contre l'économie russe qui détruira son fonctionnement et ramènera le pays eurasien des décennies en arrière.

Joe Biden, le flamboyant président américain qui suscite des doutes quant à sa clarté mentale pour évoluer dans un monde aussi dangereux, a déclaré sans ambages que le rouble allait être réduit à néant lorsqu'il a annoncé de nouvelles séries de sanctions contre la Russie.

Le 31 décembre 2021, le rouble s'échangeait à 0,01332 cents US par unité alors que la crise existait mais que l'on ne craignait pas encore la guerre. Le 24 février, lorsque l'action armée a commencé, il est tombé à 0,01187, le 9 mars, il a enregistré son prix le plus bas jamais atteint au milieu de prédictions sinistres sur l'avenir de la Russie et sur "l'erreur" de Poutine d'avoir fait un faux pas en permettant à "la communauté internationale", c'est-à-dire les États-Unis, l'UE, le Canada, l'Australie et le Japon, ainsi que quelques autres États mineurs, de prendre les devants pour déclencher une tempête de sanctions qui feront tomber le gouvernement russe, déjà, selon la presse occidentale, discrédité aux yeux de ses citoyens.

Mais à partir de ce moment-là, la Russie a commencé à montrer non seulement que le leadership de Poutine était toujours intact, progressant de 10 points pour atteindre 79 % des Russes - en contraste frappant avec les pourcentages pitoyables du dirigeant occidental moyen - mais aussi à montrer des signes que son économie était prête à affronter les sanctions.

Non seulement la Russie a commencé à démontrer que sa production d'énergie, de minerais et d'autres matières premières était indispensable à l'Occident, mais elle a planifié un système de compensation bancaire international pour remplacer SWIFT et, dans un geste impensable, Poutine a annoncé à qui voulait l'entendre que son pays n'accepterait plus les dollars ou les euros des pays hostiles et exigerait des roubles pour son énergie, et que cela pourrait être étendu à d'autres types de production.

Le résultat a été une inversion de la courbe descendante du rouble, et le rouble a commencé à se redresser pour atteindre des valeurs qui dépassent maintenant celles d'avant la crise ukrainienne, à des niveaux similaires à ceux de la fin de 2021.

Le résultat de ces politiques a montré que la Russie dispose d'un plan stratégique économique/financier efficace avec des touches originales qui menacent aujourd'hui quelque chose que beaucoup pensaient impossible, à savoir que le dollar perdra son statut de monnaie de réserve et d'échange internationale, compromettant ainsi les fondements de la puissance américaine.

La vulnérabilité attendue ne se trouvait pas chez les sanctionnés mais chez les sanctionneurs, comme l'UE, qui a commencé à connaître des fissures internes car tous les pays ne sont pas d'accord avec les sanctions et certains d'entre eux se sont rebellés en rejetant l'imposition des sanctions en n'utilisant pas de roubles.

L'Allemagne soutient formellement ces mesures, mais ses organisations intermédiaires, économiques et politiques avertissent déjà publiquement que cela conduira à une catastrophe pire que celle vécue avec la paralysie due au Covid 19. Le risque ne sera pas seulement qu'il n'y ait pas de chauffage pour l'hiver prochain, mais aussi que la production industrielle devienne non viable, paralysée par les coûts énergétiques, et que la société perde une grande partie de ses emplois.

DJIMLIK7TZABHLAJIJGJOARLHI.jpg

Si ce tableau n'est pas assez inquiétant, nous pouvons y ajouter le coût des denrées alimentaires, qui, avec l'énergie, entraînera une hausse des taux d'inflation plus typique de l'Argentine en difficulté que de l'Europe autrefois puissante.

Une image grave qui compromet le leadership européen en général, alors que ces conséquences commencent à avoir un impact féroce sur la société et que les protestations sociales se multiplient devant des citoyens qui ne se contentent plus de blâmer Poutine pour tout et qui commencent à se demander pourquoi ils ont dû abandonner leur vie autrefois confortable et sombrer dans un niveau de pauvreté du tiers monde auquel ils ne sont pas habitués.

Si cela semble en soi quelque chose qui devrait tirer la sonnette d'alarme, il y a d'autres questions en jeu qui pourraient faire de cette situation le moindre des problèmes, et c'est le front militaire.

La presse, et certaines chaînes militaires spécialisées sur les réseaux, toutes largement contrôlées par l'OTAN, ne se lassent pas de répéter que Poutine, comme pour la question économique/financière, a fait une nouvelle bourde sur le plan militaire en entrant en Ukraine avec ses troupes.

Les nouvelles se multiplient: la Russie subit d'énormes pertes humaines et matérielles, fait preuve de maladresse dans ses stratégies, ne parvient pas à mettre en place des tactiques efficaces, doit se retirer de Kiev vaincue, les Ukrainiens ont une capacité de résistance étonnante, et un etcetera sans fin de raisons pour lesquelles on conclut que la Russie a une armée du "tiers-monde" qui ne pourrait pas résister à la puissance de l'OTAN plus de quelques heures.

Ils expliquent sans ambages qu'au désastre de la Russie s'ajoute le "réveil d'un géant endormi" comme l'Allemagne et que le résultat se traduit par des déclarations de responsables qui investissent énormément dans l'avenir.

Tout d'abord, l'Allemagne est dans un état de quasi-impuissance où elle ne dispose pas d'une force aérienne dotée de capacités opérationnelles à moitié sérieuses, de matériel obsolète, d'une production coûteuse et surtout d'un personnel militaire plus soucieux de montrer son bronzage et de faire respecter ses droits individuels que de descendre dans la boue pour combattre les Tchétchènes. Il faudra des années pour inverser ce cours et un changement de priorités politiques par rapport à une succession de gouvernements plus préoccupés par les droits des minorités que par le fait d'avoir une armée en bonne santé.

La vocation pacifiste que l'on pourrait présupposer pour s'exonérer de toute responsabilité se dilue lorsqu'ils envoient des armes en multipliant les menaces, ajoutant de l'huile sur le feu de la guerre.

L'Allemagne est le symbole d'une Europe décadente qui est aujourd'hui impuissante, face à l'abîme à cause d'un leadership servile au pouvoir atlantiste, qui n'est plus mondialiste parce que le mondialisme est mortellement blessé. Menacée par une crise économique aux proportions bibliques, Berlin non seulement ne prend pas de mesures pour écarter cette menace, mais l'aggrave et ajoute un défi ouvert à une puissance comme la Russie.

La Russie, soyons clairs sur ce point, a réussi en quelques heures à mettre hors d'état de nuire une armée de 350.000 hommes entraînée et équipée par l'OTAN pendant huit ans, qui dispose aujourd'hui du soutien de milliers de mercenaires, de troupes spéciales camouflées en volontaires et de toutes sortes d'informations tactiques pour les opérations sur le théâtre du conflit.

S'il y a le moindre doute, c'est Moscou qui décide quand et où se battre, qui a pris le contrôle de grandes villes, qui a réduit l'armée ukrainienne à une guérilla se cachant parmi les civils, qui a capturé des troupes étrangères et éliminé des centaines de mercenaires, en envoyant de nombreux autres en fuite. Sans vergogne, les chaînes spécialisées qui alimentent en informations de nombreux "spécialistes" des affaires internationales et de vulgaires journalistes qui insistent sur le fait que la Russie est plongée dans un désastre militaire, sont incapables de comprendre, ou peut-être d'accepter, que les techniques de Maskirov ont été utilisées par l'armée ukrainienne dans le passé, que la technique maskirovka (technique de tromperie sur les actions réelles), dont on parle beaucoup, signifie que la Russie n'a jamais eu l'intention de prendre les grandes villes comme Kiev mais qu'il s'agissait d'un moyen d'empêcher de plus grandes concentrations dans la région du Donbass, dans laquelle une nouvelle offensive russe pour libérer ces régions russophones va avoir lieu.

Les "spécialistes" occidentaux insistent sur leurs théories des catastrophes russes, prouvant ainsi que leur intention n'a jamais été de travailler sur la vérité de manière professionnelle, mais qu'ils sont de simples outils de l'OTAN dans la guerre de l'information.

C'est d'autant plus important que l'escalade de l'action militaire commence à menacer sérieusement la guerre nucléaire, créant un faux sentiment d'efficacité des troupes de l'OTAN et d'inefficacité de la Russie.

La Russie n'a utilisé que 7% de ses capacités réelles, ne montrant que certaines de ses armes révolutionnaires telles que le Kalibr, l'Iskander ou les missiles hypersoniques Kinzhal utilisés pour frapper des cibles spécifiques dans toute l'Ukraine. Moscou démontre ainsi que pratiquement personne en Europe n'est hors de sa portée et que, si nécessaire, elle pourrait détruire les nations européennes qui s'opposent à elle et deviennent une menace.

Sarmat-la-Russie-dit-que-des-missiles-super-puissants-seront.jpeg

Le nouvel essai du missile Sarmat est un message pour Washington: ce missile de nouvelle génération, qui n'a pas d'équivalent en Occident, peut détruire un pays de la taille de la France et est presque impossible à arrêter en raison de sa manœuvrabilité. S'il est équipé de planeurs hypersoniques Avangard, l'Occident ne peut qu'assister à la destruction de ses capitales ou de cibles choisies par la Russie.

Cette puissance apocalyptique que possèdent les forces stratégiques russes - et nous n'avons mentionné que quelques cas, mais il y en a beaucoup d'autres, comme le drone maritime Poseidon qui peut transporter une ogive de 100 mégatonnes, dont l'explosion pourrait anéantir une ville côtière avec des vagues de 500 mètres de haut ou couler une flotte menée par un porte-avions - n'est qu'un exemple de plus du risque que représente la politique de l'OTAN.

Le plus étonnant, ce sont les sociétés européennes qui vivent dans l'ignorance la plus totale de ce que leur réserve l'avenir immédiat. Si leurs élites politiques continuent dans cette voie, elles verront leur niveau de vie réduit à ce qu'était la vie de leurs grands-parents après la guerre. S'ils ont de la chance et que leurs dirigeants reviennent à la raison au sujet de la guerre et laissent l'expansion des frontières de la Russie tranquille, ils ont un espoir, sinon leurs beaux jours seront finis en quelques minutes.

La grande question, vu qu'en France c'est le clownesque Macron, un personnage étrange qui, de par son activité politique antérieure, a décroché la présidence française et qui a montré des signes d'arrogance et d'incapacité, qui l'emporte une fois de plus, est de savoir comment il est possible qu'il ait été réélu.

Nous ne devrions pas être surpris lorsque Boris Johnson sera à la tête du Royaume-Uni ou Joe Biden des États-Unis. Certains de ces personnages hauts en couleur, d'autres souffrant de graves déficiences cognitives, tiennent le destin du monde entre leurs mains et ne semblent pas comprendre que la Russie ne peut plus reculer, qu'elle est acculée mais qu'elle a plus de pouvoir que leur propre pays.

Ils feraient bien de se demander pourquoi la Chine, qui est tout aussi menacée, soutiendrait l'Occident dans un conflit qui se retournerait ensuite contre elle.

La Russie n'est pas seule: elle a le soutien de nombreux pays comme l'Inde, qui ignore les pressions occidentales; la Turquie, membre de l'OTAN, a une attitude très prudente et s'oppose non seulement aux sanctions mais veut aussi entrer sur le marché russe; Israël lui-même, insoupçonné d'être hostile à l'Occident, Tel Aviv vient d'ajouter d'autres devises à son panier de réserves en plus de l'euro, du dollar et de la livre, et a ajouté le yuan dans une première étape de réajustement à ce qu'elle perçoit comme une nouvelle réalité mondiale dans laquelle elle devra évoluer.

Dans ce contexte, les sociétés occidentales sont narcotisées et ne réagissent pas.

Avec des perspectives de faim, de chômage et de guerre, il y a peu de protestations dans cet hémisphère contre ce que font les gouvernements. Les raisons sont peut-être à chercher dans une génération qui se retire de la vie, qui a connu un progrès matériel constant et qui a vendu son âme au diable en acceptant la destruction de sa propre identité culturelle en échange de la prospérité.

Les personnes âgées en Occident sont soumises à un bombardement médiatique qui, combiné au confort et à la résignation de l'âge, ne semblent pas comprendre grand-chose à ce qui se passe et, si elles le comprennent, elles ne sont plus en mesure d'organiser des manifestations de rue et d'affronter la police comme elles le faisaient dans les décennies précédentes.

Nous ne devrions certainement pas être surpris que ce soit le cas, après tout, leur cycle historique est terminé et les jeunes, avec leur avidité naturelle à tester les limites, à rechercher de nouvelles expériences et leur désir inné de justice, sont ceux qui devraient prendre le relais et freiner le délire de leurs conducteurs.

cocooning-comment.jpg

Cependant, cela ne se produit pas. Les jeunes naissent dans un environnement où le matérialisme, l'hédonisme et l'individualisme sont favorisés. Leurs idées se réduisent donc à vivre le plus confortablement possible, en profitant des plaisirs les plus immédiats et dans la solitude ; il n'y a pas d'idées fermes d'engagement envers la communauté, la nation ou les idées supérieures de transcendance.

Ainsi formés, leur quotidien, lorsqu'ils sont issus des classes moyennes ou aisées, est de prendre du bon temps, et comme la vie a besoin de stimuli et d'une alternance naturelle entre désirs et réalités, ces jeunes font appel comme éléments à des sujets mineurs comme la musique, l'alcool ou la drogue. Rien d'étonnant à ce que la CIA ait fait la promotion du sexe, de la drogue et du rock&roll dans les années 60 par le biais du hippisme et d'autres idéologies.

Leurs idéaux révolutionnaires ne visent plus à socialiser les moyens de production, mais à satisfaire les désirs de petites minorités radicalisées sur des questions secondaires et souvent néfastes, mais qui servent un double objectif, en canalisant ceux qui ont encore un peu de rébellion vers des questions qui ne compromettent pas les véritables pouvoirs ou leurs structures.

La stratégie même du pouvoir a été d'inculquer une idée d'immédiateté et de manque d'engagement, en considérant que tout doit être "amusant", mais pas de manière saine, mais comme une sorte d'évasion des vrais problèmes, les "bonnes vibrations" sont la prémisse maximale et donc toute personne porteuse de nouvelles inquiétantes est quelqu'un qui "a de mauvaises vibrations" et doit être isolée.

Étant ensuite dans une société qui encourage la passivité, qui considère les choses profondes comme ennuyeuses, qui pense en 144 caractères, la réflexion et la critique s'éteignent progressivement. Ce processus conduit à la réalité que nous voyons aujourd'hui, une majorité sociale qui est inconsciente de ce qui se passe dans le monde, qui donne au mieux une opinion légère sur des questions qu'elle ne comprend pas et qui valorise sa propre volonté comme quelque chose sans limites.

Lorsqu'il s'agit de l'Ukraine, leur univers se réduit à des Russes autoritaires parce qu'ils n'acceptent pas les idées minoritaires à la mode et sont des traditionalistes, qui ont le droit de faire ce qu'ils veulent sans comprendre les nuances et la sécurité internationale, et sont finalement très faciles à manipuler pour la propagande de l'OTAN.

Si une personne comme Marine Le Pen suggère que nous devrions repenser à rester dans cette UE, ou à ne pas acheter de gaz russe en expliquant les conséquences pour l'ensemble, la réponse est qu'elle est une fasciste. Il est inutile de leur expliquer que c'est Macron qui soutient les vrais néo-nazis, ils ne découvrent jamais ce qui se passe réellement car cela ne peut être expliqué en 144 caractères et il y a des priorités pour être informé en profondeur. L'immédiateté et l'idée du plaisir comme seule chose qui fait l'homme leur servent de pierre d'achoppement pour développer leurs propres critères.

Dans une société où ceux qui ont certaines expériences sont fatigués et méprisés parce que seul le jeune novice est à valoriser plutôt que la sagesse que procurent les années, il est simple de manipuler des jeunes qui ne connaissent pas d'histoire et qui sont vulnérables à ces trois sensations de base: l'attachement au matérialisme, l'hédonisme profond et le fait de ne penser qu'à soi, un individualisme qui se transforme rapidement en égoïsme malgré une patine de solidarité qui marque comme scandaleuse la fin de certains mots.

Il existe une profonde ignorance de ce qui se passe réellement dans le monde, mais celle-ci, et c'est ce qui la rend plus dangereuse, s'accompagne d'un désintérêt, de pensées banales, d'un manque de spiritualité ou de toute idée que quelque chose est transcendant.

Ne penser qu'au présent finit par être synonyme de ces jeunes gens incapables de réagir au danger qui plane au-dessus de leurs têtes, la fluidité et le détachement consommant leurs actions.

Il n'est donc pas étonnant qu'ils soutiennent la "lutte contre le réchauffement climatique" et appellent à la fermeture des centrales à charbon et à gaz, tandis que leurs politiciens mènent ce même pays à la destruction parce qu'ils refusent que la Russie soit garantie de ne pas être attaquée.

Comment est-il possible qu'il y ait un défilé de "fierté" gay avec des dizaines ou des centaines de milliers de personnes ou que le féminisme continue à prétendre que le problème de l'humanité est l'oppression des femmes et la nécessité d'intégrer le genre dans les gouvernements, alors que les menaces d'une guerre nucléaire qui exterminera des milliards de personnes deviennent une réalité ?

Elle est le résultat naturel de tout ce qui précède, l'ignorance, l'égoïsme, le vide, l'indifférence. Pour ces jeunes, la rébellion consiste à devenir végétalien parce que les animaux sont égaux aux personnes, ou parce qu'ils polluent, à croire que les enfants annulent une femme ou sont des fautes graves parce qu'ils augmentent l'empreinte carbone, à penser qu'ils peuvent choisir d'être des hommes, des femmes ou quelque chose de non spécifique selon leur volonté et une énorme liste de questions similaires.

Pendant ce temps, l'atlantisme s'achemine vers la destruction du monde tel que nous le connaissons et se redéfinit selon un autre modèle qui leur garantit de conserver leurs positions dominantes.

La situation est donc très grave lorsque l'incompétence, l'ignorance et la mauvaise foi se conjuguent chez les dirigeants occidentaux et que ceux qui devraient faire contrepoids ont été aliénés par ce même pouvoir pour les diriger comme des moutons obéissants qui n'ont même pas conscience de ce qu'ils sont.

Ils ont fait en sorte que les esclaves mettent leurs fières chaînes, et ils réprimandent, "annulent" en termes d'aujourd'hui, ceux qui leur crient qu'ils sont des esclaves poussés à la destruction. Ne pas jeter de "mauvaises ondes" sera sûrement leur dernière réponse s'ils aperçoivent le champignon atomique avant qu'il ne s'éteigne.

*Marcelo Ramirez est un analyste géopolitique. Directeur d'AsiaTV.

22:14 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, otan, occidentisme, occidentalisme, jeunesse | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 11 avril 2022

L'empire américain s'autodétruit

5c5396314d530_105.jpg

L'empire américain s'autodétruit

Par Michael Hudson

Source: https://jornalpurosangue.com/2022/03/09/o-imperio-americano-autodestroi-se/

Les empires suivent souvent le cours d'une tragédie grecque, provoquant précisément le sort qu'ils cherchaient à éviter. C'est certainement le cas de l'Empire américain, qui se démantèle en un mouvement qui n'est pas très lent.

L'hypothèse de base des prévisions économiques et diplomatiques est que chaque pays agira dans son propre intérêt. Un tel raisonnement n'est pas utile dans le monde d'aujourd'hui. Les observateurs de tout le spectre politique utilisent des expressions comme "se tirer une balle dans le pied" pour décrire la confrontation diplomatique des États-Unis avec la Russie et ses alliés. Mais personne ne pensait que l'empire américain s'autodétruirait aussi rapidement.

Pendant plus d'une génération, les plus éminents diplomates américains ont mis en garde contre ce qu'ils considéraient comme la menace extérieure ultime : une alliance entre la Russie et la Chine dominant l'Eurasie. Les sanctions économiques et la confrontation militaire de l'Amérique ont rapproché ces deux pays et poussent d'autres pays dans leur orbite eurasienne émergente.

La puissance économique et financière américaine était censée éviter ce destin eurasien. Pendant le demi-siècle qui a suivi l'abandon de l'étalon-or par les États-Unis en 1971, les banques centrales du monde entier ont fonctionné selon l'étalon-dollar, en détenant leurs réserves monétaires internationales sous forme de bons du Trésor américain, de dépôts bancaires américains et d'actions et d'obligations américaines. Le standard des bons du Trésor qui en a résulté a permis à l'Amérique de financer ses dépenses militaires à l'étranger et la prise de contrôle d'autres pays simplement en créant des billets à ordre (IOU) libellés en dollars. Les déficits de la balance des paiements des États-Unis finissent dans les banques centrales des pays ayant des excédents de paiement comme réserves, tandis que les débiteurs du Sud ont besoin de dollars pour payer leurs partenaires et effectuer leur commerce extérieur.

Michael-Hudson-theAnalysis-news.jpg

Michael Hudson.

Ce privilège monétaire - le seigneuriage [NT] du dollar - a permis à la diplomatie américaine d'imposer des politiques néolibérales au reste du monde sans avoir à utiliser beaucoup de force militaire propre, sauf pour capturer le pétrole du Proche-Orient.

La récente escalade des sanctions américaines qui empêchent l'Europe, l'Asie et d'autres pays de commercer et d'investir avec la Russie, l'Iran et la Chine a imposé d'énormes coûts d'opportunité - le coût des occasions perdues - aux alliés des États-Unis. Et la récente confiscation de l'or et des réserves étrangères du Venezuela, de l'Afghanistan et maintenant de la Russie [1] [NT], ainsi que la capture sélective des comptes bancaires de riches étrangers (dans l'espoir de gagner leurs cœurs et leurs esprits, attirés par l'espoir du retour de leurs comptes séquestrés), a mis fin à l'idée que les avoirs en dollars - ou maintenant aussi les avoirs en livres sterling et en euros des satellites de l'OTAN en dollars - sont un refuge d'investissement sûr lorsque les conditions économiques mondiales deviennent instables.

Je suis donc quelque peu dégoûté d'observer la vitesse à laquelle ce système financé centré sur les États-Unis s'est déprécié en quelques années seulement. Le thème de base de mon livre Super Impérialisme était la façon dont, au cours des cinquante dernières années, l'étalon des bons du Trésor américain a canalisé l'épargne étrangère vers les marchés financiers et les banques américaines, donnant libre cours à la diplomatie du dollar. Je pensais que la "dédollarisation" serait menée par la Chine et la Russie qui prendraient le contrôle de leurs économies pour éviter le type de polarisation financière qui impose l'austérité aux États-Unis [2]. Mais les responsables américains obligent la Russie, la Chine et d'autres nations à se déverrouiller de l'orbite américaine pour se rendre à l'évidence et surmonter toute hésitation qu'ils avaient à "dédollariser".

J'avais espéré que la fin de l'économie impériale dollarisée se produirait grâce à l'effondrement d'autres pays. Mais ce n'est pas ce qui s'est passé. Les diplomates américains ont eux-mêmes choisi de mettre fin à la dollarisation internationale, tout en aidant la Russie à construire ses propres moyens de production agricoles et industriels autosuffisants. Ce processus de fracturation mondiale est en effet en cours depuis quelques années, à commencer par les sanctions qui empêchent les alliés de l'OTAN et autres satellites économiques de l'Amérique de commercer avec la Russie. Pour la Russie, ces sanctions ont eu le même effet que celui qu'auraient eu des tarifs protectionnistes.

3981484207.jpg

La Russie est restée trop fascinée par l'idéologie néolibérale du marché libre pour prendre des mesures visant à protéger sa propre agriculture et son industrie. Les États-Unis ont apporté l'aide nécessaire en imposant à la Russie l'autosuffisance intérieure. Lorsque les États baltes ont obéi aux sanctions américaines et ont perdu le marché russe pour leurs fromages et autres produits agricoles, la Russie a rapidement créé sa propre industrie fromagère et laitière - tout en devenant le premier exportateur mondial de céréales.

La Russie découvre (ou est sur le point de découvrir) qu'elle n'a pas besoin de dollars américains pour soutenir le taux de change du rouble. Sa banque centrale peut créer les roubles nécessaires pour payer les salaires nationaux et financer la formation de capital. Les confiscations par les États-Unis de leurs réserves en dollars et en euros pourraient finalement amener la Russie à mettre fin à son adhésion à la philosophie monétaire néolibérale, Sergei Glaziev plaidant depuis longtemps en faveur de la "Théorie monétaire moderne" (MMT).

La même dynamique de réduction des cibles ostensibles des États-Unis s'est produite avec les sanctions américaines contre les principaux multimillionnaires russes. La thérapie de choc néolibérale et les privatisations des années 1990 n'ont laissé aux kleptocrates russes qu'un seul moyen de s'approprier les actifs qu'ils avaient arrachés au domaine public. Il s'agissait d'incorporer leurs acquisitions et de vendre leurs actions à Londres et à New York. L'épargne intérieure avait été décimée et les conseillers américains ont persuadé la banque centrale russe de ne pas créer sa propre monnaie en roubles.

Le résultat est que les actifs pétroliers, gaziers et minéraux nationaux de la Russie n'ont pas été utilisés pour financer une rationalisation de l'industrie et du logement russes. Au lieu d'être investis dans la création de nouveaux moyens de protection de la population russe, les revenus de la privatisation ont été dilapidés dans de nouvelles acquisitions d'actifs nouveaux-riche, d'immobilier de luxe en territoire britannique, de yachts et d'autres actifs de la fuite mondiale des capitaux. Mais l'effet des sanctions qui ont pris en otage les avoirs en dollars, en livres sterling et en euros des multimillionnaires russes a été de faire de la City de Londres un endroit trop risqué pour eux de détenir leurs actifs - et pour les riches de toute autre nation potentiellement soumise aux sanctions américaines. En imposant des sanctions aux Russes les plus riches et les plus proches de Poutine, les responsables américains espéraient les inciter à s'opposer à leur rupture avec l'Occident et ainsi servir efficacement d'agents d'influence de l'OTAN. Mais pour les multimillionnaires russes, leur propre pays commence à paraître plus sûr.

9783981826036_front.jpg

Pendant de nombreuses décennies, la Réserve fédérale américaine et le Trésor ont lutté contre [la possibilité que] l'or retrouve son rôle dans les réserves internationales. Mais comment l'Inde et l'Arabie saoudite considéreront-elles leurs avoirs en dollars lorsque Biden et Blinken tenteront de les forcer à suivre l'"ordre fondé sur des règles" des États-Unis plutôt que leur propre intérêt national ? Les récents diktats américains ne leur laissent guère d'autre choix que de commencer à protéger leur propre autonomie politique en convertissant leurs avoirs en dollars et en euros en or, un actif libre de la responsabilité politique d'être pris en otage par des exigences américaines de plus en plus coûteuses et perturbatrices.

La diplomatie américaine a frotté le nez de l'Europe dans sa servilité abjecte, en disant à ses gouvernements d'obliger leurs entreprises à se débarrasser de leurs actifs pour quelques centimes de dollars après le blocage des réserves étrangères de la Russie et la chute du taux de change du rouble. Blackstone, Goldman Sachs et d'autres investisseurs américains se sont empressés d'acheter ce dont Shell Oil et d'autres sociétés étrangères se débarrassaient.

Personne ne pensait que l'ordre mondial d'après-guerre 1945-2020 céderait aussi rapidement. Un véritable nouvel ordre économique international est en train d'émerger, même si la forme qu'il prendra n'est pas encore claire. Mais les confrontations résultant de la "montée de l'ours" avec l'agression US/OTAN contre la Russie ont dépassé le niveau de la masse critique. Il ne s'agit plus seulement de l'Ukraine. Celle-ci n'est que le déclencheur, un catalyseur pour éloigner une grande partie du monde de l'orbite USA/OTAN.

La prochaine confrontation pourrait venir de l'intérieur même de l'Europe, alors que les politiciens nationalistes cherchent à mener une rupture avec le super-impérialisme américain qui agit à l'encontre des intérêts de ses propres alliés européens et autres, afin de les maintenir dans la dépendance du commerce et des investissements basés aux Etats-Unis. Le prix de leur obéissance continue est d'imposer une inflation des coûts à leur industrie tout en subordonnant leur politique électorale démocratique aux proconsuls américains de l'OTAN.

Ces conséquences ne peuvent pas vraiment être considérées comme "involontaires". De nombreux observateurs ont indiqué exactement ce qui allait se passer - à commencer par le président Poutine et le ministre des Affaires étrangères Lavrov lorsqu'il a expliqué quelle serait leur réponse si l'OTAN insistait pour les coincer tout en attaquant les Russophones de l'Est de l'Ukraine et en déplaçant des armes lourdes vers la frontière occidentale de la Russie. Les conséquences étaient prévues. Les néoconservateurs qui contrôlent la politique étrangère américaine s'en fichaient tout simplement. Reconnaître les préoccupations des Russes était considéré comme du Putinverstehen (compréhension de Poutine) comme on dit en Allemagne.

Les responsables européens n'étaient pas mal à l'aise pour parler au monde de leurs inquiétudes quant au fait que Donald Trump était fou et déstabilisait les bénéficiaires de la diplomatie internationale. Mais ils semblent avoir été pris de court par la résurgence de la haine viscérale de la Russie par l'administration Biden via le secrétaire d'État Blinken et Victoria Nuland-Kagan. La façon de s'exprimer et les manières de Trump ont peut-être été vulgaires et incongrues, mais la bande des néocons américains a des obsessions bien plus menaçantes risquant de déclencher une confrontation mondiale. L'enjeu pour eux était de savoir de quelle réalité ils sortiraient victorieux : la "réalité" qu'ils pensaient pouvoir fabriquer, ou la réalité économique hors du contrôle des États-Unis.

Ce que les pays étrangers n'ont pas fait de leur propre chef pour remplacer le FMI, la Banque mondiale et les autres bras forts de la diplomatie américaine, les politiciens américains les obligent maintenant à le faire. Au lieu que les pays d'Europe, du Proche-Orient et du Sud s'éloignent en calculant leurs propres intérêts économiques à long terme, c'est l'Amérique qui les repousse, tout comme elle l'a fait avec la Russie et la Chine. De plus en plus d'hommes politiques cherchent à obtenir le soutien des électeurs en leur demandant si leurs pays seraient mieux servis par de nouveaux accords monétaires pour remplacer le commerce, les investissements et même le service de la dette étrangère en dollars.

L'effondrement des prix de l'énergie et des denrées alimentaires frappe particulièrement les pays du Sud, ce qui coïncide avec leurs propres problèmes de Covid-19 et l'imminence du service de la dette dollarisée qui arrive à échéance. Quelque chose doit céder. Pendant combien de temps ces pays vont-ils imposer l'austérité pour rembourser les détenteurs d'obligations étrangers ?

Comment les économies américaine et européenne vont-elles faire face à leurs sanctions contre les importations de gaz et de pétrole russes, de cobalt, d'aluminium, de palladium et d'autres matériaux de base. Les diplomates américains ont dressé une liste de matières premières dont leur économie a désespérément besoin et qui sont donc exemptées des sanctions commerciales imposées. Cela fournit-il à M. Poutine une liste utile de points de pression américains à utiliser pour remodeler la diplomatie mondiale et aider les pays européens et autres à se libérer du rideau de fer que l'Amérique a imposé afin d'enfermer ses satellites dans la dépendance des fournitures américaines à prix élevé ?

L'inflation de Biden

Mais la rupture définitive avec l'aventurisme de l'OTAN doit venir de l'intérieur même des États-Unis. À l'approche des élections du Congrès de cette année, les politiciens trouveront un terrain fertile pour montrer aux électeurs américains que l'inflation des prix entraînée par l'essence et l'énergie est un sous-produit politique du blocage des exportations de pétrole et de gaz par l'administration Biden (mauvaise nouvelle pour les propriétaires de gros SUV gourmands en essence !). Le gaz est nécessaire non seulement pour le chauffage et la production d'électricité, mais aussi pour la production d'engrais, dont il y a déjà une pénurie mondiale. Cette situation est exacerbée par le blocus des exportations de céréales russes et ukrainiennes vers les États-Unis et l'Europe, qui provoque déjà une hausse des prix alimentaires.

715ww7uZogL.jpg

Il y a déjà une déconnexion frappante entre la vision de la réalité du secteur financier et celle promue par les grands médias de l'OTAN. Les marchés financiers européens ont plongé à l'ouverture le lundi 7 mars, tandis que le pétrole Brent a atteint 130 dollars le baril. Le journal télévisé "Today" de la BBC a présenté ce matin le député conservateur Alan Duncan, un négociant en pétrole, qui a averti que le quasi-doublement des prix des contrats à terme sur le gaz naturel menaçait de mettre en faillite les entreprises engagées à fournir du gaz à l'Europe aux anciens tarifs. Mais revenons aux nouvelles militaires des "Deux minutes de haine". La BBC a continué à applaudir les courageux combattants ukrainiens et les politiciens de l'OTAN ont demandé un plus grand soutien militaire. À New York, l'indice Dow Jones a plongé de 650 points et l'or est passé à plus de 2000 dollars l'once - ce qui reflète l'opinion du secteur financier sur la façon dont la partie américaine est susceptible de se dérouler. Les prix du nickel ont encore augmenté - de 40 pour cent.

Tenter de forcer la Russie à répondre militairement et à faire mauvaise figure aux yeux du reste du monde s'avère être un coup monté visant simplement à garantir que l'Europe contribue davantage à l'OTAN, achète plus de matériel militaire aux États-Unis et s'enferme davantage dans une dépendance commerciale et monétaire vis-à-vis des États-Unis. L'instabilité ainsi provoquée a pour effet de faire passer les États-Unis pour aussi menaçants que l'OTAN/l'Occident prétend que la Russie l'est.

Source : Portal Resist Info.

Références :

[1] L'or de la Libye a également disparu après le renversement de Mouammar Kadhafi par l'OTAN en 2011.

[2] Voir plus récemment Radhika Desai et Michael Hudson (2021), "Beyond Dollar Creditocracy : A Geopolitical Economy", Valdai Club Paper No. 116. Moscou : Valdai Club, 7 juillet, repris dans Real World Economic Review (97), https://rwer.wordpress.com/2021/09/23.

[NT]

[1] Seignorage : Bénéfice résultant du différentiel entre le coût de production de la monnaie et sa valeur nominale.

[2] Hudson aurait pu ajouter le vol des propres réserves d'or de la Banque centrale d'Ukraine.

dimanche, 10 avril 2022

De la crise sanitaire au conflit en Ukraine et à la frénésie pour l'OTAN

phpDEsDZ4.jpg

De la crise sanitaire au conflit en Ukraine et à la frénésie pour l'OTAN

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/04/08/koronakriisista-ukrainan-konfliktiin-ja-nato-kiihkoon/

Pour de nombreux observateurs, les événements en Ukraine offrent un soulagement après les années stressantes de la crise sanitaire. Désormais, l'ennemi invisible, potentiellement tapi derrière chaque toux et chaque éternuement, a été remplacé par un conflit militaire qui peut être regardé comme un divertissement violent et palpitant.

Comme le dit Johan Eddebo, "nous disposons désormais d'un jeu moral plus accessible et plus varié, dans lequel nous pouvons canaliser nos émotions dans une rage contre l'image de l'ennemi ou nous identifier de manière moralisatrice à la victime actuelle".

La quasi-totalité des ONG humanitaires font actuellement leur marketing principalement sur la base du sort des Ukrainiens, qui est sans doute réel, mais qui reste en deçà des crises du Yémen ou de l'Afghanistan, par exemple, dont les commanditaires ne sont pas punis ou soumis à des sanctions.

De nombreux Finlandais participent également à cette nouvelle opération psychologique, au moins en ajoutant un petit drapeau ukrainien bleu et jaune sur leurs profils de médias sociaux. Ils expriment ainsi leur identité, leur appartenance à un groupe et leur dévotion à certains récits, symboles et autorités.

Cela apporte un changement par rapport à l'anxiété et aux contraintes de l'ère covidienne. Les détracteurs "pervers", et même certains des critiques de la politique sanitaire, qui avaient auparavant présenté leur série de vaccinations, se déchaînent maintenant par réflexe contre Poutine sur les médias sociaux. Il n'y a pas besoin de débat rationnel et la fervente "semaine de la haine" orwellienne dure depuis plus d'un mois maintenant.

Que se passe-t-il ensuite ? Je pense qu'à un moment donné, la "fatigue de la compassion" prendra le dessus et que les gens recommenceront à se concentrer sur leurs propres problèmes. Nous l'observons déjà en France, par exemple, où, à l'approche des élections présidentielles, les préoccupations se concentrent sur leurs propres moyens de subsistance, la hausse des prix et d'autres défis plus domestiques.

En Finlande, les gens applaudissent toujours les performances de Zelensky. Le gouvernement, sous la direction du président et avec le soutien de l'opposition bidon, fait un bond en avant en matière de politique de sécurité à bord du navire de guerre de l'OTAN. Cela n'est pas non plus particulièrement surprenant, puisque des mouvements pervers ont déjà été effectués dans la politique finlandaise auparavant, par exemple lorsque le pays passait à l'euro.

Que faut-il attendre de la menace de l'OTAN, alors que même un fonctionnaire devenu membre du Parlement appelle publiquement à "écraser militairement" la Russie ? L'élite finlandaise délirante aura le temps de rendre tout le pays malheureux, même si le monde va dans l'autre sens. À l'avenir, les relations avec l'Est seront à nouveau plus importantes que le transatlantisme.

Même la Chine sait que la Finlande envisage de rejoindre l'OTAN. Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a déclaré lors d'une conférence de presse que la position de la Chine sur l'expansion vers l'est de l'OTAN est très claire. L'OTAN est un produit de la guerre froide qui aurait dû appartenir au passé depuis longtemps. "Nous conseillons aux pays concernés d'être prudents dans le développement de leurs relations avec l'OTAN", a déclaré M. Zhao.

mercredi, 06 avril 2022

Le plan américain de guerre en Ukraine implique aussi l'Europe

otan-europa-ucrania_3.jpg

Le plan américain de guerre en Ukraine implique aussi l'Europe

par Luciano Lago

Source: https://www.ideeazione.com/il-piano-americano-per-la-guerra-in-ucraina-coinvolge-anche-leuropa/

Les signaux provenant de la table des négociations, après plusieurs cycles de pourparlers entre l'Ukraine et la Russie, pourraient permettre de progresser et de surmonter la phase d'impasse, avec l'acceptation préalable par l'Ukraine de certaines conditions, mais les États-Unis y ont mis leur veto et leur marionnette Zelensky s'est pliée à leurs directives.

Il n'en reste pas moins que la guerre aurait pu être évitée si les États-Unis et l'OTAN avaient adopté une attitude différente face aux demandes de la Russie concernant sa propre sécurité et la nécessité pour l'OTAN de ne pas s'étendre sous ses frontières. Au lieu de cela, quelqu'un a voulu et instigué la guerre, et ce quelqu'un se trouve à Washington et à Londres.

Toutefois, nous attendons de voir si l'administration Biden opposera définitivement son veto aux pourparlers en cours, étant donné qu'elle soutient le régime de Kiev en lui envoyant massivement de nouvelles armes et des prêts financiers.

Il semble clair désormais que les Etats-Unis ne veulent pas la paix en Ukraine mais la poursuite de la guerre, quel qu'en soit le coût, étant donné que le prix sera payé par d'autres, en premier lieu les Ukrainiens, utilisés comme chair à canon pour les intérêts américains, et en second lieu les Européens qui paieront les plus lourdes conséquences de la crise économique et de l'afflux de réfugiés.

La guerre permet aux États-Unis de maintenir leur hégémonie et est donc un fait utile qui produit des affaires pour l'industrie de l'armement et contribue à engager et à affaiblir la Russie. C'est le point de vue du parti de la guerre qui soutient Biden à Washington et prévaut au Congrès.

Dernier développement en date, le même parti de guerre de Washington a enrôlé les caméras d'Hollywood pour diffuser des images de prétendus massacres commis par les troupes russes en Ukraine et gagner la guerre de propagande médiatique. Il s'agit d'une technique habituelle des services de renseignement anglo-américains, déjà adoptée en Syrie avec l'aide des "casques blancs" mais qui, dans ce contexte, n'a pas donné les résultats escomptés. Il n'est pas certain que cette fois-ci elle puisse produire des résultats, mais face à la clameur des fausses nouvelles, elle pourrait se retourner contre ceux qui l'emploient cyniquement.

Les gouvernements européens suivent la ligne américaine même si elle est en conflit évident avec leurs propres intérêts et sans être conscients que cette ligne les mènera vers le chaos, la récession, les troubles sociaux et, en un mot, vers l'abîme. Le poids de cette politique sera supporté par les sections les plus faibles et les plus défavorisées de la population.

L'arrogance américaine et la servilité européenne semblent n'avoir aucune limite.

Ce qui importe aux États-Unis, c'est la poursuite de l'hégémonie, même si elle sape les fondations de leur propre puissance. Les gouvernements européens suivent sans réserve les directives américaines, même au prix d'une dévastation économique dans leur propre pays.

Tout cela ne peut empêcher l'émergence d'un nouvel ordre multipolaire mondial dans lequel les puissances occidentales seront reléguées à un rôle secondaire et non plus dominant sur la scène internationale.

Liés à leur objectif hégémonique, les États-Unis et le Royaume-Uni poursuivent également l'objectif de détruire l'Union européenne dans sa composante économique. Ceci afin de priver l'Europe de son importante industrie, devenue non compétitive en raison des coûts de l'énergie, de réduire l'agriculture et de rendre l'Europe de plus en plus dépendante et intégrée aux États-Unis, une solution qui présente de nombreux avantages pour l'élite du pouvoir américain. En substance, faire de l'Europe sa propre colonie, un marché pour ses propres industries et toujours subordonnée aux directives du patron américain.

De sorte que l'on puisse percevoir que l'UE restera la principale victime de cette guerre, la guerre que les États-Unis ont constamment et méthodiquement déclenchée contre la Russie pendant de très nombreuses années. La stratégie anti-russe et anti-européenne de Washington n'a pas commencé en 2014, ni même en 2008, mais remonte à bien plus tôt.

Le pire cauchemar des États-Unis a toujours été ce projet eurasien lui-même : un immense espace économique ouvert de Lisbonne à Vladivostok. Une économie totalement autosuffisante avec des perspectives de développement incroyables. Une perspective qui, par le passé, avait eu ses partisans parmi certains politiciens européens qui comprenaient le projet. Il est vrai que, même à l'époque, l'Europe était sous le contrôle des États-Unis, mais il était encore possible à l'époque d'avoir une certaine marge de manœuvre pour construire sa propre politique souveraine. Cependant, ce qui s'est passé depuis a produit un changement pour le pire dans les élites européennes, qui sont de plus en plus subordonnées au pouvoir d'outre-Atlantique.

Les nouvelles élites européennes ne sont que des gouverneurs généraux coloniaux qui, en général, ne se soucient pas de leurs pays et de leurs peuples. Ces gens sont prêts à ruiner même l'économie de leur propre pays, juste pour plaire au maître suprême. L'inclusion des pays baltes et de la Pologne dans l'Union européenne s'est avérée très utile, car ils sont littéralement devenus les chefs d'orchestre de la ferme volonté de leur maître d'outre-mer. L'Europe, qui n'était pas complètement libre dans les années d'après-guerre, a été réduite à la subordination et à la vassalité à la puissance américaine.

De plus, il semble que ce processus soit déjà irréversible. L'Europe ne pourra plus échapper à ce piège et, si elle tente de le faire, elle se prépare à un nouvel afflux de réfugiés, ou à une autre surprise. En ce moment, les troupes américaines se déversent en Europe comme un fleuve. Bientôt, il sera tout à fait possible de parler d'occupation directe.

Et s'il y a des politiciens qui ont le courage de résister à ce processus, on peut être sûr qu'il y aura des tentatives pour les éliminer et les destituer comme agents du Kremlin.

lundi, 28 mars 2022

Même aux États-Unis, on dit non aux provocations de l'OTAN

AP_353097213196-495x346.jpg

Même aux États-Unis, on dit non aux provocations de l'OTAN

Luca Bagatin

Source: https://electomagazine.it/anche-negli-usa-ce-chi-dice-no-alle-provocazioni-nato/?utm_source=twitter&utm_medium=social&utm_campaign=ReviveOldPost

Comme l'a rapporté vendredi dernier, le 18 mars, le média américain "Kitco News" (https://www.kitco.com/news/2022-03-18/Ron-Paul-Bitcoin-still-in-danger-of-being-banned-Ukraine-war-could-get-out-of-control.html), par le biais d'une interview vidéo et d'un article, l'ancien membre du Congrès américain et actuel membre de la Chambre des représentants, Ron Paul, né en 1935 et politicien libertaire de longue date, s'est exprimé sur la question de l'Ukraine.

Ron_Paul_by_Gage_Skidmore_3_(crop_2).jpg

Ron Paul, né en 1935 et homme politique libertaire de longue date, qui s'est présenté plusieurs fois aux primaires pour la présidence des États-Unis d'Amérique (en 1988 avec le Parti libertarien et en 2008 et 2012 dans les primaires du Parti républicain), a déclaré qu'au lieu d'envoyer des armes ou une assistance militaire à l'Ukraine, les États-Unis devraient "plier bagage et rentrer chez eux".

"Nous n'aurions jamais dû être là si nous avions une politique étrangère constitutionnelle non interventionniste", a déclaré Ron Paul à Michelle Makori, rédactrice en chef de Kitco News.

"Je pense que l'un des événements les plus importants qui ont conduit à la crise que nous connaissons actuellement, est le coup d'État qui a eu lieu en Ukraine en 2014, et les preuves sont accablantes que nous avons participé à ce coup d'État, pour nous débarrasser d'un dirigeant qui était quelque peu juste et équilibré dans ses relations avec la Russie", a déclaré Ron Paul.

Et d'ajouter : "Il n'y a rien dans la Constitution qui dit que nous pouvons arbitrairement nous impliquer dans des conflits étrangers sans une déclaration de guerre."

Ron Paul craignait que la situation ne s'aggrave encore si le feu continuait à brûler et a déclaré : "J'espère certainement que ceux qui prédisent une escalade nucléaire ont absolument tort. C'est juste quelque chose auquel je ne veux même pas penser parce que c'est tellement fou, mais là encore, vous êtes obligé d'y penser quand les gens commencent à en parler."

Et ses pensées remontent à la guerre du Vietnam, un long conflit qui n'a apporté que des désastres aux États-Unis eux-mêmes, alimentant l'inflation des années 1970.

The_Vietnam_War.jpg

Ron Paul est connu pour ses positions libertaires sur les droits civils et contre le racisme, ainsi que pour sa politique économique libérale-libertaire, dont il a cependant toujours souligné qu'il ne voulait l'exporter dans aucun pays.

En politique étrangère, il s'est toujours opposé à toute intervention militaire à l'étranger, depuis qu'il a porté de dures accusations contre l'administration Clinton sur la conduite de la guerre du Kosovo, affirmant que le président n'avait pas informé le Congrès en temps réel de la progression des événements militaires, manquant ainsi de respecter la Constitution américaine. Et il a dénoncé cette déclaration de guerre, approuvée par Clinton sans le consentement du Congrès.

Il a également toujours prôné une politique non-interventionniste et anti-guerre pour les Etats-Unis.

Il a toujours été très boycotté par les médias et le système politique américain, mais il a toujours été très respecté et populaire parmi les citoyens, qui ont souvent soutenu ses aventures politiques avec enthousiasme.

Il a également toujours été pour l'abolition de la Réserve fédérale et donc pour un retour à l'étalon-or et pour le retrait des USA de l'OTAN, ainsi que pour la fin de l'embargo contre Cuba.

Il a toujours soutenu que la Constitution américaine devait être respectée et donc que les États-Unis ne devaient pas entrer en guerre contre d'autres pays, mais seulement commercer avec eux et entretenir des relations pacifiques, sans interférence.

Il a également été soutenu par le réalisateur Oliver Stone (connu pour ses opinions libertaires mais de gauche), qui a déclaré en 2012 qu'"il est le seul de ceux qui disent quelque chose d'intelligent sur l'avenir du monde".

Les essais politiques de Ron Paul ont également été publiés en Italie par Liberilibri, tels que La terza America et End the Fed.

Probablement, si le gouvernement des États-Unis, par rapport à un Clinton, un Bush, un Obama, un Trump et un Biden, avait été le Ron Paul malheureusement délibérément boycotté, l'histoire aurait été très différente et beaucoup de guerres et de morts civiles conséquentes auraient été évitées.

Et serait encore évité aujourd'hui. De nos jours.

Bien que ses idées sociopolitiques et économiques soient diamétralement opposées à celles du président chinois Xi Jinping, Ron Paul, comme le dirigeant chinois, suit la ligne de la non-ingérence, du dialogue et du respect mutuel.

Lors de ses entretiens avec Biden, Xi a notamment déclaré : "Les conflits ne sont dans l'intérêt de personne. Les relations entre les États ne peuvent pas atteindre le stade de la confrontation militaire".

Et le porte-parole du ministère chinois des affaires étrangères, Zhao Lijian, a rappelé peu avant les pourparlers que "la Chine fournit à l'Ukraine de la nourriture, du lait en poudre, des sacs de couchage, des couettes et des nattes imperméables, mais les États-Unis offrent des armes mortelles. Il n'est pas difficile pour les gens de bon sens de juger si la nourriture, les sacs de couchage ou les armes sont plus essentiels pour la population ukrainienne".

Tels devraient être les points de départ de toute personne de bonne volonté, qui a à cœur les intérêts des habitants de la planète.

Quelles que soient les idées politiques de chacun, il faut toujours faire preuve d'honnêteté intellectuelle et morale et être capable de s'ouvrir et de dialoguer. Des qualités souvent rares, mais les seules capables de sortir le monde du conflit.

18:54 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, états-unis, otan, ron paul, libertariens | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

dimanche, 20 mars 2022

Les penseurs stratégiques qui ont mis en garde contre l'expansion de l'OTAN

stratégie-data.jpg

Les penseurs stratégiques qui ont mis en garde contre l'expansion de l'OTAN

Par Marc Vandepitte

Source: http://www.cese-m.eu/cesem/2022/03/pensatori-strategici-che-hanno-messo-in-guardia-per-lespansione-della-nato/

L'un des aspects les plus fascinants de la guerre en Ukraine est le grand nombre d'éminents penseurs stratégiques qui avertissent depuis des années que cette guerre serait imminente si nous continuions sur cette voie. Énumérons les plus importants de ces avertissements.

igkmages.jpg

George Kennan, architecte de la guerre froide, en 1998 :

"Je pense que c'est le début d'une nouvelle guerre froide. Je pense que les Russes vont progressivement réagir de manière plutôt négative et que cela affectera leurs politiques. Je pense que c'est une erreur tragique. Il n'y avait aucune raison pour cela. Personne ne menaçait personne d'autre.

Il est évident qu'il y aura une mauvaise réaction de la part de la Russie, et ensuite ils [les "élargisseurs" de l'OTAN] diront que nous vous avons toujours dit que les Russes étaient comme ça, mais c'est tout simplement faux."

Henry-Kissinger-L-ordre-mondial-ne-sera-plus-jamais-le-meme-apres-le-coronavirus.jpg

Henry Kissinger, ancien secrétaire d'État américain, en 2014 :

"Si l'Ukraine veut survivre et prospérer, elle ne doit pas être l'avant-poste d'un camp contre l'autre, elle doit servir de pont entre eux. L'Occident doit comprendre que, pour la Russie, l'Ukraine ne pourra jamais être un simple pays étranger.

Même des dissidents célèbres comme Alexandre Soljenitsyne et Joseph Brodsky ont insisté sur le fait que l'Ukraine faisait partie intégrante de l'histoire russe et, en fait, de la Russie.

L'Ukraine ne devrait pas rejoindre l'OTAN".

838_6deb514645052eab3e0b14188e5b0d983467e4f5.jpg

John Mearsheimer, l'un des meilleurs experts en géopolitique des États-Unis, en 2015 :

"La Russie est une grande puissance et n'a aucun intérêt à laisser les États-Unis et leurs alliés s'emparer d'une grande partie d'un bien immobilier d'importance stratégique sur la frontière occidentale et l'incorporer à l'Ouest.

Cela ne devrait pas être une surprise pour les États-Unis d'Amérique, car vous savez tous que nous avons une doctrine Monroe. La doctrine Monroe stipule que l'hémisphère occidental est notre arrière-cour et que personne d'une région éloignée n'est autorisé à déplacer des forces militaires dans l'hémisphère occidental.

Rappelez-vous comment nous sommes devenus complètement fous à l'idée que les Soviétiques mettent des forces militaires à Cuba. C'est inacceptable. Personne ne met de forces militaires dans l'hémisphère occidental. C'est la raison d'être de la Doctrine Monroe.

Pouvez-vous imaginer que, dans 20 ans, une Chine puissante forme une alliance militaire avec le Canada et le Mexique et déplace des forces militaires chinoises sur le sol canadien et mexicain et que nous restons là à dire que ce n'est pas un problème ?

Personne ne devrait donc être surpris que les Russes soient apoplectiques à l'idée que les États-Unis placent l'Ukraine du côté occidental du grand livre. [...] Mais nous n'avons pas cessé nos efforts pour que l'Ukraine fasse partie de l'Occident.

L'Occident mène l'Ukraine sur la route de l'enfer et le résultat final est que l'Ukraine sera détruite [...] Ce que nous faisons, en fait, encourage ce résultat.

Si nous pensons que ces gens à Washington (et la plupart des Américains) ont du mal à traiter avec les Russes, vous ne pouvez pas croire à quel point nous allons avoir du mal avec les Chinois."

713YQ20Q9HL.gif

unnamed-2022-02-17T142637.431.jpg

Jack F. Matlock, le dernier ambassadeur américain en Union soviétique, en 1997 :

"L'expansion de l'OTAN a été l'erreur stratégique la plus profonde commise depuis la fin de la guerre froide.

Loin de renforcer la sécurité des États-Unis, de leurs alliés et des nations souhaitant rejoindre l'Alliance, elle pourrait encourager une chaîne d'événements susceptibles de produire la menace sécuritaire la plus grave pour cette nation [la Russie] depuis l'effondrement de l'Union soviétique.

Si l'OTAN doit être le principal instrument d'unification du continent, la seule façon d'y parvenir est logiquement de s'élargir pour inclure tous les pays européens. Mais cela ne semble pas être l'objectif de l'administration, et même si c'est le cas, le moyen d'y parvenir n'est pas d'admettre de nouveaux membres en morceaux."

William_Perry_1993.jpg

William Perry, secrétaire à la défense sous Bill Clinton en 1996 :

"Je craignais que l'élargissement de l'OTAN à ce moment-là ne nous fasse faire marche arrière. Je pensais qu'une régression ici gâcherait les relations positives que nous avions si laborieusement et patiemment développées au cours de la période opportuniste de l'après-guerre froide.

Je pensais que nous avions besoin de plus de temps pour amener la Russie, l'autre grande puissance nucléaire, dans le cercle de sécurité occidental. La priorité absolue pour moi était évidente.

Lorsque j'ai considéré que la Russie disposait encore d'un énorme arsenal nucléaire, j'ai accordé une très grande priorité au maintien de cette relation positive, notamment en ce qui concerne toute réduction future de la menace des armes nucléaires."

6ee0f54239822dc92530369858e9c782-1580821940.jpg

Noam Chomsky, l'un des plus importants intellectuels vivants, en 2015 :

"L'idée que l'Ukraine puisse rejoindre une alliance militaire occidentale serait totalement inacceptable pour tout dirigeant russe. Cela remonte à 1990, lorsque l'Union soviétique s'est effondrée. On s'est demandé ce qui allait se passer avec l'OTAN. Gorbatchev accepte que l'Allemagne soit unifiée et rejoigne l'OTAN. Il s'agissait d'une concession tout à fait remarquable, avec pour contrepartie que l'OTAN ne s'étende pas d'un pouce à l'est.

Ce qui s'est passé. L'OTAN a immédiatement incorporé l'Allemagne de l'Est. Puis Clinton a étendu l'OTAN jusqu'aux frontières de la Russie. Le nouveau gouvernement ukrainien a voté en faveur de l'adhésion à l'OTAN. Le président Porochenko ne protégeait pas l'Ukraine, il la menaçait d'une guerre majeure".

indexjrffsss.jpg

Jeffrey Sachs, haut conseiller du gouvernement américain et de l'ONU, trois jours avant l'invasion :

"Les États-Unis ne seraient pas très heureux si le Mexique rejoignait une alliance militaire dirigée par la Chine, pas plus qu'ils n'étaient heureux lorsque le Cuba de Fidel Castro s'est aligné sur l'URSS il y a 60 ans. Ni les États-Unis ni la Russie ne veulent avoir l'armée de l'autre au bout des doigts.

Il était particulièrement imprudent en 2008 pour le président George W. Bush d'ouvrir la porte à l'Ukraine (et à la Géorgie) pour rejoindre l'OTAN.

La Russie a longtemps craint les invasions de l'Ouest, que ce soit par Napoléon, Hitler ou, finalement, l'OTAN.

L'Ukraine devrait aspirer à ressembler aux membres de l'UE non membres de l'OTAN : l'Autriche, Chypre, la Finlande, l'Irlande, Malte et la Suède".

dimanche, 13 mars 2022

George F. Kennan : l'élargissement de l'OTAN, l'erreur la plus fatale

imggggkkkages.jpg

George F. Kennan : l'élargissement de l'OTAN, l'erreur la plus fatale

Source: https://www.pi-news.net/2022/03/george-f-kennan-nato-erweiterung-verhaengnisvollster-fehler/

Par KEWIL | George F. Kennan (1904 - 2005) a été l'un des responsables de la politique étrangère américaine les plus influents du siècle dernier. Il a connu Staline et Hitler, a été ambassadeur à Moscou, Berlin, Prague, Lisbonne et Londres, a travaillé au Département d'État de Washington pendant la Guerre froide, et la politique d'endiguement était son idée. Plus tard, il a enseigné comme professeur à l'université de Princeton et également à Berlin, a écrit des livres et a reçu de nombreux prix.

Le 5 février 1997, George F. Kennan, âgé de 93 ans, a écrit un long article dans le New York Times intitulé "A Fateful Error". L'administration Clinton réélue prévoyait justement d'intégrer la Pologne, la Hongrie et la Tchéquie dans l'OTAN, sans aucune raison dictée par l'actualité.

L'opinion, exprimée par Kennan, est, pour le dire crûment, que l'élargissement de l'OTAN serait l'erreur la plus désastreuse de la politique américaine de tout l'après-guerre.

imagkkkges.jpgL'extension de la puissance américaine jusqu'aux frontières de la Russie laisse présager que les tendances nationalistes, anti-occidentales et militaristes s'enflammeront dans la pensée russe, qu'elles auront une influence néfaste sur l'évolution de la Russie, qu'elles rétabliront l'atmosphère de guerre froide dans les relations entre l'Est et l'Ouest et qu'elles forceront la politique étrangère russe à prendre des directions qui nous déplairont résolument.

Enfin, l'extension de la puissance américaine pourrait rendre impossible la ratification des accords Start-Il par la Douma russe, ce qui empêcherait à son tour toute nouvelle réduction des armes nucléaires.

Il serait évidemment malheureux que la Russie soit confrontée à un tel défi. D'autant plus que le gouvernement russe se trouve actuellement dans un état de grande incertitude. C'est d'autant plus malheureux si l'on considère que cette mesure n'est absolument pas nécessaire.

Avec toutes les possibilités d'espoir qu'offre la fin de la guerre froide, pourquoi les relations Est-Ouest devraient-elles se concentrer sur la question de savoir qui pourrait être allié avec qui, et donc contre qui, dans un futur conflit militaire imaginé, totalement imprévisible et improbable ?

Voilà un extrait de l'article prophétique de Kennan, qui montre une fois de plus que même les Américains, du moins dans le passé, avaient parfois des opinions différentes de celles de leur gouvernement ! La traduction vient d'ici: https://corona-transition.org/nato-osterweiterung-verhangnisvollster-fehler-der-us-politik-in-der-gesamten Plus d'infos et l'original en anglais ici: https://www.infosperber.ch/politik/welt/1997-2007-2017-20-jahre-fehlpolitik-der-usa/ . L'élargissement de l'OTAN à l'Est était certainement une erreur !

samedi, 12 mars 2022

L'Europe suspendue entre l'être et le non-être : est-ce une patrie commune ou un cadavre atlantique ?

manager-de-proximité.png

L'Europe suspendue entre l'être et le non-être: est-ce une patrie commune ou un cadavre atlantique?

par Luigi Tedeschi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/l-europa-sospesa-tra-essere-e-non-essere-e-una-patria-comune-o-un-cadavere-atlantico

L'avènement du multilatéralisme dans la géopolitique mondiale place l'Europe devant un dilemme existentiel entre: être une patrie commune ou ne pas être un cadavre atlantique. L'histoire impose parfois des choix cruciaux et inéluctables.

La nécessaire neutralité de l'Ukraine

La guerre en Ukraine a des origines lointaines. Elle est le résultat de tensions de longue date qui ont explosé en raison de l'ineptie européenne et de la politique expansionniste de l'OTAN, qui ont empêché l'existence d'un équilibre stable entre la Russie et l'Occident. Avec l'effondrement de l'URSS et l'indépendance des républiques d'Europe de l'Est qui faisaient déjà partie de l'ancien empire soviétique, la logique de partition déjà éprouvée à Versailles en 1919 avec le démembrement des empires centraux s'est reproduite. L'Europe était en fait fragmentée en de nombreux États, souvent artificiels, et de nombreux peuples, très différents sinon hostiles les uns aux autres, étaient contraints de vivre ensemble. Comme on le sait, Versailles a jeté les bases de la Seconde Guerre mondiale.

L'ouest de l'Ukraine est peuplé de catholiques ukrainophones qui veulent être intégrés à l'Europe, tandis que l'est est habité par une population majoritairement orthodoxe et russophone qui s'identifie à la Russie. Pour Kissinger, l'indépendance de l'Ukraine était un facteur d'instabilité politique potentielle. Soljénitsyne, qui considérait que l'Ukraine faisait partie intégrante de l'histoire et de l'identité russes, s'y opposait. Une réconciliation pacifique entre les deux âmes de l'Ukraine s'est avérée impossible, en raison de l'expansion progressive de l'OTAN à l'est, qui envisageait l'intégration de l'Ukraine à l'Ouest en hostilité ouverte avec la Russie, qui, elle, voyait sa sécurité menacée. Le coup d'État pro-occidental de Maidan en 2014 en est une preuve objective.

Il était possible de parvenir à un équilibre géopolitique qui empêcherait cette guerre d'éclater : la médiation européenne aurait pu favoriser l'entrée de l'Ukraine dans l'UE, à condition qu'elle ne rejoigne pas l'OTAN. Une telle perspective aurait impliqué une rupture entre l'Europe et l'Alliance atlantique. Mais l'Europe n'est pas une entité géopolitique indépendante ; au contraire, elle ne trouve son unité que dans le contexte atlantique.

En effet, l'Ukraine est déjà associée à l'UE depuis 2017 et a bénéficié d'un financement européen de plus de 5 milliards, en plus des 1,2 milliard déboursés récemment. Par ailleurs, les accords de Minsk de 2014 (jamais respectés par l'Ukraine), entre la Russie et l'Ukraine, qui prévoyaient l'autonomie des républiques russophones du Donbass, ramenées à la souveraineté ukrainienne, ont été signés sous les auspices de l'OCDE. Afin d'éviter un conflit russo-ukrainien, l'Europe pourrait exiger que la partie ukrainienne les respecte. Mais l'Europe a brillé par son ignorance coupable.

Cette guerre entraînera une redéfinition des frontières entre l'Occident et la Russie, évoquant un retour au rideau de fer qui a marqué l'époque de la guerre froide. Mais les similitudes sont plus apparentes que réelles. Pendant la guerre froide, deux puissances mondiales, les États-Unis et l'URSS, se sont affrontées en tant que systèmes idéologiques, politiques et économiques alternatifs, entre lesquels les affrontements (jamais directs) alternaient avec les négociations. Aujourd'hui, les États-Unis et la Russie sont tous deux des puissances capitalistes. Les Américains ne reconnaissent pas le statut de puissance mondiale de la Russie et ne concluent donc pas d'accords avec Poutine, qui n'est pas considéré comme un partenaire égal. Avec la dissolution de l'URSS et la dissolution du Pacte de Varsovie, l'OTAN, en tant qu'alliance de défense de l'Occident contre la menace soviétique, aurait également dû être liquidée. L'expansion dans les pays d'Europe de l'Est et les guerres "humanitaires" menées par l'OTAN sur une période de 30 ans ont réfuté la nature défensive de l'Alliance atlantique. Il faut également considérer que l'OTAN a été fondée en 1949, tandis que le Pacte de Varsovie a vu le jour en 1955. Donc, entre les États-Unis et l'URSS, qui a dû se défendre contre qui ? La nature agressive de l'OTAN n'était-elle pas génétique ?

Cette guerre aurait pu être évitée si la nécessaire neutralité de l'Ukraine avait été reconnue. La stabilité et la sécurité de la région ne peuvent être garanties que par la neutralité ukrainienne, comme l'a observé Henry Kissinger : "Trop souvent, la question ukrainienne se présente comme une épreuve de force : l'Ukraine choisit-elle de rejoindre l'Est ou l'Ouest ? Mais si l'objectif de l'Ukraine est de survivre et de prospérer, elle ne peut être l'avant-poste de deux factions qui se combattent - elle doit être un pont." Kissinger, en 2014, était également un prophète facile lorsqu'il a déclaré qu'en l'absence d'une politique de réconciliation, "la dérive vers le conflit va s'accélérer, et à ce rythme, elle se produira assez rapidement". 

L'Amérique, une puissance en crise entre pacifisme et russophobie

Cette guerre a éclaté parce qu'elle a été déclenchée par le désir de la Russie de sauvegarder sa sécurité et de contrer l'avancée de l'OTAN à l'est et par le désir des États-Unis d'éradiquer toute relation entre l'Europe et la Russie et de réaffirmer ainsi leur domination sur l'Europe elle-même. Les États-Unis ont en fait facilité l'invasion russe en déclarant leur réticence à s'engager dans une intervention militaire directe et en refusant tout accord avec Poutine. L'Amérique de Biden est pacifiste. Les divisions au sein de la société américaine ont eu pour effet de paralyser la politique étrangère américaine. L'aile libérale de la côte américaine ne veut pas la guerre pour des raisons pacifistes-idéologiques, pas plus que la population intérieure, patriotique par nature mais désormais fatiguée et désabusée par la succession des défaites américaines dans le monde.

L'Occident veut donc contrer la Russie avec l'arme des sanctions. Avec l'éviction de la Russie du système de paiement rapide et l'embargo économique, elle veut provoquer l'implosion financière de la Russie, avec le défaut de paiement russe associé. Mais la Russie est déjà sous le coup de sanctions depuis 2014. L'arme des sanctions provoque nécessairement des représailles et s'est toujours révélée inefficace. Au contraire, les sanctions politiques renforcent la cohésion interne des nations et encouragent la production de biens pour remplacer les produits étrangers qui ne sont plus importés. En outre, la Russie a été bien équipée au fil des ans pour faire face à de telles éventualités. Devenue économiquement vulnérable lors de la crise de 2014, la Russie a adopté ses propres contre-mesures. Depuis 2016, l'économie russe a enregistré une croissance annuelle du PIB de plus de 4 %, augmenté ses réserves de 631 milliards de dollars, principalement en devises autres que le dollar, contre une dette de 350 milliards de dollars, augmenté ses réserves d'or de 196 %, réalisé d'importants investissements dans le numérique, et le commerce avec la Chine s'élève désormais à 140 milliards de dollars, avec l'objectif d'atteindre 200 milliards de dollars.

Les sanctions ont évidemment aussi un impact majeur sur l'Occident, étant donné l'interdépendance des marchés mondiaux. L'Europe dépend du gaz russe pour 40 % de ses besoins et, puisque les approvisionnements de Gazprom ont été exclus des sanctions, paradoxalement, l'UE finance indirectement les dépenses militaires russes pour l'invasion de l'Ukraine avec les revenus de l'énergie. Alors que la bourse russe a été fermée pour cause de baisse excessive et que le rouble est à son plus bas niveau historique, les marchés européens ont enregistré des pertes de plus de 20 % depuis janvier. Standard & Poor's a rétrogradé la dette publique de la Russie au statut de "junk", mais cette dette ne représente que 20 % du PIB. La crise énergétique, avec des prix du gaz et du pétrole à des niveaux records et une inflation galopante, ainsi que la hausse des prix des matières premières, causent des dommages importants à l'économie européenne. Par le biais de sanctions, l'Occident veut amener la Russie à faire défaut, mais toute implosion russe impliquerait aussitôt l'Europe, étant donné l'exposition du système bancaire européen à la Russie (l'Italie seule est exposée pour plus de 25 milliards), et le blocage des flux commerciaux avec la Russie elle-même. Pour l'Europe, les dommages causés par les mesures de sanction sont encore incalculables.

L'expansion progressive de l'OTAN en Eurasie occidentale est conforme à une stratégie américaine bien connue, poursuivie depuis 1991. La pénétration de l'Atlantisme en Eurasie entraînerait la déstabilisation de la Russie. Les guerres qui ont déjà éclaté en Géorgie et en Tchétchénie, ainsi que la révolution colorée en Ukraine, sont des événements fonctionnels à une stratégie globale : la décomposition de la Russie en de nombreux petits États et leur insertion dans le contexte de l'OTAN, avec l'exploitation indiscriminée de leurs ressources, sous l'égide de la domination américaine.

L'objectif est de reproduire en Russie la stratégie qui a conduit à la fragmentation de l'ex-Yougoslavie (qui a également été expérimentée sans succès au Moyen-Orient). Mais quelqu'un a-t-il prévenu Biden et son équipe que la Russie n'est pas comparable à la Yougoslavie ? Le défaut de paiement et la déstabilisation économique de la Russie devraient être suivis d'une déstabilisation politique, avec la défenestration de Poutine par un complot ourdi par les oligarques russes sanctionnés. Mais les États-Unis, qui ont été incapables de faire tomber Saddam, Assad ou Milosevic, pourront-ils un jour faire tomber Poutine et avec lui tout l'appareil politique et militaire russe ?

À l'ONU, la résolution condamnant la Russie, outre l'unité des talibans européens pro-OTAN et son approbation par 141 voix, a enregistré 35 abstentions et 5 voix contre. Parmi les abstentions figurent la Chine, l'Inde, l'ensemble du monde islamique (à l'exception du Qatar et du Koweït), l'Afrique du Sud, le Brésil, le Mexique et le Congo. Il est donc nécessaire de réfléchir à l'importance économique et géopolitique de ces pays (qui, par ailleurs, détiennent une grande partie des matières premières mondiales et représentent la moitié de la population mondiale). La Turquie elle-même n'appliquera pas de sanctions à la Russie et Israël s'est déclaré prêt à jouer un rôle de médiateur dans le conflit : les intérêts d'Israël ne coïncident manifestement pas toujours avec ceux des Américains. Le front abstentionniste est donc hostile à l'Occident et constitue une démonstration tangible que la Russie n'est nullement isolée dans le contexte géopolitique mondial. La politique de l'Occident américain est inspirée par une profonde russophobie, qui conduira à l'isolement de l'Occident lui-même et à sa réduction géopolitique.

La politique expansive de l'OTAN a favorisé la création d'un partenariat russo-chinois qui pourrait devenir stratégique. La Chine a adopté une politique d'attention prudente dans le conflit russo-ukrainien. La Chine est le premier partenaire commercial de l'Ukraine, mais il faut surtout noter que 90 % du commerce de l'Europe avec la Chine passe par la Russie et l'Asie centrale. Cette guerre pourrait être un coup mortel pour l'économie européenne. Mais le plus important est que l'intensification des relations économiques et politiques de la Chine, de l'Inde et du monde islamique avec la Russie entraînerait une contraction drastique de la zone dollar, qui a jusqu'à présent dominé le commerce mondial. Et, à cet égard, on peut s'interroger : mais l'euro n'a-t-il pas été créé comme monnaie alternative au dollar afin de libérer l'Europe de la tyrannie financière américaine ? Cependant, des changements systémiques dans l'économie mondiale nous attendent.

L'Europe sortira-t-elle de son hibernation historique ?

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, avec les accords de Yalta et de Potsdam, l'Europe est divisée en deux zones d'influence : l'américaine à l'ouest et la soviétique à l'est. Alors que l'Europe de l'Est a souffert de l'occupation soviétique et de ses régimes totalitaires, l'Europe occidentale a accepté la domination américaine avec un large consentement. Le régime pro-américain de souveraineté limitée a ensuite été étendu, après 1989, aux pays de l'ancien bloc soviétique et s'est étendu à l'UE elle-même, au point de déterminer une identification parfaite entre l'Europe et l'OTAN.

L'Europe a ainsi renoncé à son indépendance et à un rôle puissant dans le contexte géopolitique mondial. Le statut de l'Europe est comparable à celui d'un colonialisme consentant, c'est-à-dire un groupe de pays économiquement avancés, à la prospérité généralisée, mais politiquement aseptisés, culturellement américanistes, dépourvus de pouvoir de décision et de responsabilité en matière de défense et de politique internationale, délégués aux États-Unis. Ce statut colonial, perpétué jusqu'à ce jour, a représenté la sortie de l'Europe de l'histoire.

Ce modèle socio-politique, qui a présidé à la fondation de l'UE elle-même, trouve sa pleine réalisation en Allemagne, qui, en vertu de sa suprématie économique continentale, l'a imposé à l'ensemble de l'Europe. Depuis 70 ans, l'Allemagne vit dans la dimension de la post-histoire. Le diplomate allemand Thomas Bagger a effectivement déclaré que "la fin de l'histoire était une idée américaine, mais une réalité allemande". Dans un article paru dans Limes, Ulrike Franke affirme que, pour la génération des millennials allemands, l'histoire est un récit d'événements passés, et non un processus dynamique en constante évolution. L'oubli de la mémoire historique a condamné les nouvelles générations à vivre dans une dimension existentielle absorbée par l'éternel présent. Il s'agit d'une dimension nihiliste, qui implique l'impossibilité de concevoir des réalités historiques et des horizons futurs comme des alternatives à celle-ci. Le progrès, le bien-être, le cosmopolitisme libéral pacifiste et le marché mondial sont les traits distinctifs d'un modèle économique et social occidental post-historique, qui a néanmoins généré dans la génération post-1989 l'idée de vivre dans le meilleur des mondes possibles.

Ulrike Franke dit : "Et la fin de l'histoire a pris notre avenir. Après tout, nous savions tous comment cela allait se terminer. La politique est devenue ennuyeuse - une activité administrative plutôt qu'une compétition idéologique. Et cela peut aussi nous aider à comprendre pourquoi tous les partis allemands prétendent toujours être du centre. Il semble qu'il ne soit pas nécessaire de penser stratégiquement à l'avenir. Une telle vision ahistorique de la réalité a été transmise à l'ensemble de l'Europe, qui est devenue un continent dépourvu de toute identité culturelle et sans aucune perspective d'avenir".

L'avènement de la post-histoire est lié à une époque où la souveraineté politique de l'Europe était dévolue au protectorat atlantique. L'UE elle-même a été créée en tant qu'organe supranational intégré à l'OTAN à l'extérieur et en tant que structure financière qui a établi un système économique d'extrême compétitivité entre les États à l'intérieur. L'UE n'a pas favorisé le développement et l'émancipation, mais a créé un système de domination économique de l'Allemagne et de ses satellites dans lequel la croissance allemande s'est accompagnée d'une dépression dans les pays du sud. Mais aujourd'hui, l'Europe est confrontée à un ordre géopolitique considérablement modifié. Les États-Unis poursuivent des objectifs qui ne sont pas compatibles, voire conflictuels, avec l'Europe.

Les États-Unis, qui se sont engagés à contenir la Russie et la Chine, n'ont plus l'intention de soutenir les dépenses militaires pour la défense des pays européens, qui sont tenus de consacrer 2 % de leur PIB à l'armement. L'objectif géopolitique poursuivi par les Américains n'est en fait pas la défense de l'Ukraine contre l'invasion russe, mais la restauration de leur domination politique absolue dans l'espace européen, en rompant les relations entre l'Europe et la Russie et en interrompant les flux commerciaux entre l'Europe et la Chine. Une Europe, dévastée par la crise économique provoquée par l'urgence énergétique et réduite dans son rôle de puissance économique dans le monde (surtout en ce qui concerne ses exportations vers les USA), pourrait être réduite à une condition de subordination totale aux USA. Les États-Unis pourraient alors imposer à l'Europe un traité de libre-échange transatlantique capricieux, semblable au tristement célèbre TTIP.

Le retrait américain d'Afghanistan a entraîné un changement substantiel de la stratégie géopolitique américaine. La politique étrangère de Biden, dans la continuité de celle d'Obama et de Trump, n'envisage pas d'interventions militaires dans le monde, sauf si les intérêts américains sont directement menacés. Par conséquent, des déploiements politico-militaires de dimension continentale ont été mis en place pour sauvegarder les zones d'influence de l'Amérique dans le monde. Dans le cadre de cette nouvelle stratégie géopolitique américaine, à travers le pacte abrahamique, la nouvelle OTAN du Moyen-Orient a été établie, dirigée par Israël et avec la participation de nombreux pays arabes. Et aussi l'AUKUS, qui est une alliance militaire dans la zone Indo-Pacifique qui vise à contenir la puissance chinoise. La décision de l'Allemagne d'allouer 100 milliards d'euros aux dépenses d'armement doit être interprétée de la même manière. Jusqu'à hier, le réarmement allemand aurait suscité l'inquiétude de tout l'Occident. L'Europe, sous la direction de l'Allemagne, devrait devenir une puissance continentale au sein de l'OTAN dans une fonction anti-russe. Mais il semble hautement improbable que la société allemande accepte de mourir pour l'Ukraine, comme la société japonaise le ferait pour Taïwan.

La phase post-historique de l'Europe touche donc à sa fin. Une perpétuation de l'hibernation historique de l'Europe est inconcevable. Nous devons occuper une place dans une histoire en constante évolution, sinon l'histoire elle-même s'occupera de nous, c'est-à-dire que d'autres décideront pour nous en fonction de leurs propres intérêts. Et dans notre cas, ce seront les Américains qui décideront.

L'Europe à la croisée des chemins entre multilatéralisme et abandon de l'histoire

Le conflit entre Poutine et l'Occident a pris la dimension d'une opposition d'époque de nature historico-idéologique. Depuis la crise de 2014, la réaction de Poutine au tournant pro-occidental en Ukraine a été interprétée par le courant dominant officiel comme la renaissance d'une conception de la politique du XIXe siècle, qui a été reproposée à travers la résurrection du nationalisme russe comme une réaction à une Russie assiégée et visant à défendre ses frontières et à sauvegarder son indépendance nationale. Ces concepts étaient considérés par l'intelligentsia libérale comme relégués à des époques historiques dépassées. Poutine est donc considéré comme un leader anti-historique.

Cependant, nous voyons dans le conflit ukrainien une opposition géopolitique et un affrontement idéologique, qui avaient déjà émergé dans l'histoire récente. L'Occident est dominé par un système néolibéral et une culture postmoderne qui postulent l'individualisme absolu, les droits de l'homme, la primauté de l'économie sur la politique, l'éradication des cultures identitaires et la dissolution des États. Ainsi, le conflit entre l'Occident et la Russie, selon l'idéologie libérale, est interprété comme le choc entre liberté et répression, progrès et réaction, démocratie et autocratie, laïcité et obscurantisme.

L'émergence de nouvelles puissances continentales telles que la Russie, la Chine, l'Inde, l'Iran et d'autres puissances mineures, qui revendiquent au contraire leur propre identité nationale, la valeur de la patrie en tant que destin commun des peuples, leurs racines historiques et culturelles, a mis en évidence depuis longtemps le déclin de l'idéologie libérale comme seul canon d'interprétation de la réalité dans une clé post-historique, individualiste et progressiste. La défense des droits de l'homme et l'imposition du système libéral-démocratique au niveau mondial constituent donc les valeurs en vertu desquelles l'Occident revendique sa suprématie morale dans le monde. Ces principes constituent la légitimation idéologique du "Nouvel Ordre Mondial". Les conflits qui ont eu lieu au cours des dernières décennies démentent les hypothèses idéologiques sur lesquelles repose le "Nouvel Ordre".  C'est ce que dit Alberto Negri dans son article dans "Il Manifesto" du 13/02/2022 : "Cette fois, l'atlantisme est nu. Comme le roi" : "Quel "ordre" libéral les États-Unis et l'OTAN préconisent-ils? Celle qui a incité Washington à utiliser les djihadistes contre l'URSS dans les années 1980? Celle de l'Afghanistan 2021? L'"ordre" de l'intervention fabriquée en Irak en 2003? L'"ordre" de la guerre en Libye en 2011, dont les désastres sont encore sous nos yeux?

L'"ordre" américain qui nous a valu des attaques en Europe et des millions de migrants traités comme des objets et repoussés dans le désespoir, tout en nous privant des ressources énergétiques de nos voisins? L'"ordre" de la Turquie, un pays de l'OTAN utile pour massacrer les Kurdes sous le sultan Erdogan? L'"ordre" qui réduit au silence et efface les Palestiniens?

Les Américains et les atlantistes s'arrogent le droit de décider de ce qui est bon et de ce qui est mauvais, s'accrochant à des principes d'autodétermination des peuples qu'ils sont les premiers à violer.

Prenez la Syrie : pendant des années, Washington et Bruxelles ont déclaré que "Assad devait partir", mais pour le déstabiliser, ils ont encouragé Erdogan à envoyer des milliers d'égorgeurs djihadistes de l'autre côté de la frontière. Ils ont demandé à la Syrie de rompre ses liens avec l'Iran, puis la Russie, alliée historique de Damas, est intervenue.

Que voulait l'Occident, peut-être le bien des Syriens, toujours maintenus sous un embargo dramatique? Que voulaient les Américains de l'Afghanistan? Pour se venger du 11 septembre 2001, comme Biden l'a lui-même admis? Eh bien, après avoir tué Ben Laden, ils auraient pu partir, mais ils sont restés et ont tué plus de civils que les talibans, à qui ils ont rendu le pays, et maintenant ils se vengent sur la population en gelant les fonds afghans et en entravant l'acheminement de l'aide humanitaire.

L'unilatéralisme américain a généré de nouveaux conflits dans le monde entier entre les États dominés par le néolibéralisme et les États dominés par la souveraineté, entre les gagnants et les perdants de la mondialisation, entre l'Occident post-moderniste et l'Orient traditionaliste. Ce conflit irréductible est également présent au sein de la société occidentale. Les classes dominantes sont idéologiquement libérales et mondialistes, les classes subalternes revendiquent les valeurs communautaires, l'État-providence, les cultures identitaires.

Le monde occidental s'est révélé anti-historique dans la mesure où il n'a pas su comprendre l'esprit de notre époque, dans laquelle un nouvel ordre multipolaire émerge dans la géopolitique mondiale. Et c'est la cause du déclin progressif de l'unilatéralisme américain.

Nous sommes au seuil d'un tournant historique, annoncé prophétiquement par Alexandre Douguine dans son ouvrage La quatrième théorie politique: "La seule alternative plausible, aujourd'hui, se trouve dans le contexte d'un monde multipolaire. Le multipolarisme peut garantir à chaque pays et civilisation de la planète le droit et la liberté de développer son propre potentiel, de s'organiser intérieurement selon l'identité de sa culture et de son peuple, de fournir une base acceptable pour un système de relations internationales justes et équilibrées entre les nations du monde. La multipolarité doit être fondée sur le principe d'équité entre les différentes organisations politiques, sociales et économiques des diverses nations. Le progrès technologique et l'ouverture croissante doivent favoriser le dialogue entre les peuples et les nations et leur prospérité, mais ne doivent pas pour autant mettre en péril leur identité. Les différences entre les civilisations ne doivent pas nécessairement culminer dans un affrontement inévitable - contrairement à ce que pensent de manière simpliste certains auteurs américains. Le dialogue - ou plutôt le polylogue - est une possibilité réaliste que nous devrions tous explorer.

L'avènement du multilatéralisme dans la géopolitique mondiale place l'Europe devant un dilemme existentiel entre être une patrie commune ou ne pas être un cadavre atlantique. L'histoire impose parfois des choix cruciaux et inéluctables. 

mercredi, 09 mars 2022

Guerre Russie-Ukraine, la Suède exclut de rejoindre l'OTAN : "Cela déstabiliserait davantage cette partie de l'Europe"

619e4064a310cdd3d81c985b.jpeg

Guerre Russie-Ukraine, la Suède exclut de rejoindre l'OTAN : "Cela déstabiliserait davantage cette partie de l'Europe"

Source: https://www.ilfattoquotidiano.it/2022/03/08/guerra-russia-ucraina-la-svezia-esclude-lingresso-nella-nato-si-destabilizzerebbe-ulteriormente-questa-parte-delleuropa/6519815/?utm_campaign=mondo&utm_medium=twitter&utm_source=twitter

Le Premier ministre social-démocrate Magdalena Andersson, à l'issue d'une réunion avec les principales forces politiques suédoises, est intervenu dans une conférence de presse pour expliquer avoir envoyé à Bruxelles un document commun pour rappeler qu'en cas d'attaque armée, les Etats membres sont tenus de fournir "soutien et assistance avec tous les moyens disponibles".

La Suède ne veut pas adhérer à l'OTAN. La raison ? Le risque de déstabilisation de l'Europe, avec des réactions possibles de la Russie. "Si la Suède décide en ce moment de poser sa candidature à l'OTAN, cela déstabiliserait encore plus notre partie de l'Europe", a déclaré le Premier ministre social-démocrate Magdalena Andersson lors d'une conférence de presse après une réunion avec les principales forces politiques suédoises.

Andersson est intervenu après que l'invasion russe de l'Ukraine ait ouvert le débat sur l'éventuelle entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN. Mais pour l'instant, Stockholm ne veut pas changer sa politique. Et, avec le gouvernement finlandais, a déclaré M. Andersson, il a envoyé un document commun à Bruxelles rappelant qu'en cas d'attaque armée, les États membres sont tenus de fournir "soutien et assistance avec tous les moyens disponibles", comme le stipule "la clause de défense commune contenue dans le traité de Lisbonne".

M. Andersson n'a pas exclu d'envoyer du matériel de guerre à l'Ukraine, même si pour l'instant la Suède préfère se concentrer sur la lutte contre les cyberattaques et le piratage informatique. L'invasion russe de l'Ukraine préoccupe beaucoup l'opinion publique des deux pays neutres où, pour la première fois depuis la naissance de l'Alliance atlantique, les sondages montrent une majorité, bien qu'à peine supérieure à 50 %, en faveur de l'adhésion à l'OTAN.

lundi, 07 mars 2022

Guerre de désinformation, de droite et de gauche, au service de l'OTAN

Désinformation.jpg

Guerre de désinformation, de droite et de gauche, au service de l'OTAN

par KontraInfo (6 mars, 2022) - https://kontrainfo.com/guerra-de-desinformacion-por-derecha-y-por-izquierda-al-servicio-de-la-otan-por-marcelo-ramirez/

Par Marcelo Ramírez

On entend souvent aujourd'hui des théoriciens de la guerre expliquer que la confrontation cinétique, comme on appelle les affrontements armés dans le jargon militaire, n'est que le dernier maillon d'une chaîne constituée d'actions de différents ordres allant du culturel au psychologique, en passant par l'économique ou le technologique.

Le concept de base est que la préparation d'une guerre implique l'affaiblissement préalable de l'ennemi. L'Art suprême de la guerre consiste à soumettre l'ennemi sans combattre, comme l'a déjà dit Sun Tzu au 6e siècle avant J.-C., et deux millénaires et demi plus tard, c'est toujours le cas.

51Gh8ocJLAL.jpg

La confrontation entre la Russie et les États-Unis est bien plus que la guerre quisévit aujourd'hui en Ukraine, c'est une guerre menée sur de nombreux fronts où l'armée n'est qu'un des nombreux scénarios dans lesquels se joue la dispute entre deux modèles, l'Occident mondialiste libéral à base financière, d'une part, et, d'autre part, le reste de l'humanité. La Russie n'est qu'un acteur de plus, peut-être le plus déterminé, qui est le bélier d'un monde qui a commencé à dire "ça suffit" à la prédominance qui s'est transformée en hégémonie absolue après la chute de l'Union soviétique.

Les élites occidentales se sont retrouvées du jour au lendemain sans rival, à la vieille des années 1990, si bien que cela aurait pu signifier la dissolution de l'OTAN et la paix universelle, avec une vie plus heureuse, hélas, nous avons assisté à une concentration de plus en plus grande des richesses ainsi qu'à une augmentation de la belligérance menée par une OTAN qui sortait de son cadre d'opérations initial et qui, derrière des portes closes, a commencé, à partir de 2001 avec le 11 septembre, à créer un État policier dans lequel elle a accru le contrôle sur ses propres citoyens jusqu'aux extrêmes que nous connaissons aujourd'hui.

Le différend se pose alors face au déclin de l'Occident en termes productifs, technologiques et culturels et à la montée en puissance d'autres acteurs menés par la Chine et la Russie. Cette confrontation a entraîné plus de 100 sanctions occidentales contre la Russie depuis l'arrivée au pouvoir de Poutine jusqu'à aujourd'hui. La même chose a commencé à se produire pour la Chine lorsque l'Occident a perçu que la nation asiatique auparavant perméable, rentable et obéissante devenait une menace pour sa prépondérance.

Les modèles qui s'affrontent, l'un avec un corporatisme privé mondial, l'autre avec des Etats-nations forts qui subordonnent le pouvoir de l'argent aux décisions politiques, se traduisent depuis plusieurs années, en Occident, par des processus provoquant délibérément une confluence de mesures visant à ralentir d'abord, puis à détruire, la montée en puissance de ces puissances émergentes, plus faibles en apparence mais dotées d'un ADN historique propre des nations puissantes, présentant des modèles politiques différents mais unis face à la frousse qu'elles inspirent aux milieux mondialistes.

L'Occident a décidé que le temps de l'attente était écoulé, que le cours ascendant et la puissance accumulée par les plus fortes puissances émergentes devaient être stoppés car ils risquaient de devenir incontrôlable, l'anglosphère/américanosphère aurait ainsi perdu le contrôle des événements mondiaux dont elle avait bénéficié pendant des siècles.

Voilà où nous en sommes aujourd'hui. Le mondialisme occidental, expression ultime de ce modèle capitaliste productif, devenu financier, qui a donné naissance à l'Anglosphère, a décidé que la dernière option disponible pour empêcher que le pouvoir mondial change de mains, que le dernier rapport à imposer, c'était la guerre.

C'est ce qui nous amène à un présent où les rebelles décident qu'il n'est pas opportun de s'emparer du pouvoir par la force des armes car les USA, en gros (car l'anémie militaire des puissances européennes est notoire), peuvent détruire le monde dans leur chute. La Russie et la Chine croient simplement que l'état de l'Occident est en phase terminale et qu'elles ne peuvent qu'attendre qu'il tombe sous le poids de ses contradictions, de sa corruption et de sa faiblesse intrinsèque. 

Cela détermine ce que nous voyons ces derniers temps, un Occident qui fait appel à tout ce qui est en son pouvoir pour éviter un déclin qui s'est déjà transformé en chute libre. Ainsi, nous trouvons aujourd'hui une Ukraine où des éléments marginaux s'identifient au nazisme et se voient attribuer un statut militaire, comme le bataillon Azov ou Aidar, qui expriment le suprémacisme racial du nazisme en appelant à l'extermination des Ukrainiens d'origine russe mais cette fois, contrairement au nazisme historique, en se mettant au service des États-Unis.

Ces groupes partagent un front commun avec les groupes djihadistes, dont beaucoup ont été amenés directement de Syrie ou ont ensuite fait de courts séjours dans d'autres conflits parrainés par la CIA et le MI6.

5639927-800x533.jpg

Ce qui est éclectique à première vue, ce qui serait incompatible comme l'huile et l'eau, est émulsifié sous le parapluie de l'OTAN. Il est donc clair que, de l'opération Gladio en Europe au djihadisme islamique, tout répond du même cerveau.

Tout cet aspect idéologique culturel est soutenu par deux pouvoirs conventionnels, la presse et les structures financières.

L'Occident utilise l'information comme une arme pour créer un monde de fumée et de miroirs afin de contrôler l'opinion publique, du moins dans ses propres sociétés, et d'essayer de secouer celles des autres. La campagne médiatique choquante déclenchée n'a jamais été vue auparavant, pas même à l'époque de la guerre du Golfe. Vous pouviez y trouver des voix dénonçant ce qui se passait, des voix minoritaires, mais des voix qui existaient quand même.

Bien sûr, le niveau du journalisme et des "spécialistes" était bien plus élevé qu'aujourd'hui, de simples répétiteurs des idées des autres, sans vol propre et sans même l'intention d'en avoir un.

Nous voyons alors comment chacune des actions et chacun des acteurs sont présentés de manière inverse à la réalité : celui qui a été persécuté pendant des décennies est présenté comme le persécuteur, celui qui est violé est l'agresseur, et celui qui est innocent est coupable.

Sur cette base, ils construisent un récit prétendument éthique et moral qui déforme et manipule les informations dans ce sens et s'appuie sur des mensonges systématiques et répétitifs. Sachant que la plupart des gens n'ont ni les informations ni le temps de savoir ce qui se passe, ils fixent les concepts au fur et à mesure.

Si un citoyen se sent plus concerné, il devra faire face à la cataracte des spécialistes dont les think tanks ou les académies sont soutenus par le mondialisme lui-même avec son réseau d'ONG et de fondations associées à des organisations internationales. Qui s'élèverait contre ceux qui les nourrissent ou, dans ce cas, financent leurs études et leurs conférences à l'étranger ?

Si cela ne suffit pas, il existe un réseau politique qui soutient les politiques atlantistes. D'un côté, nous avons le libéralisme classique qui ne cache pas son amour pour les États-Unis, soutenant explicitement ses politiques et se battant pour être ses représentants dans leurs pays, tandis que pour ceux qui se méfient des États-Unis, nous avons un menu à la carte.

S'ils sont des amoureux du capitalisme du 18e siècle, nous avons un groupe hétéroclite de libertaires, dont le blason les distingue des libéraux classiques, mais dont le noyau intérieur est le même. D'un point de vue critique des États-Unis, ou du moins formel, ils décident que tout est pareil et que Poutine est pareil à Biden.

La stratégie est simple, ceux qui ne peuvent être convaincus que le modèle anglo-américain est le meilleur de l'humanité sont placés sur une étape critique qui égale ceux qui cherchent un autre modèle.

Nous verrons des appels à une liberté abstraite et l'invocation de modèles inexistants dans l'histoire qui leur permettent d'être critiques envers la réalité en proposant quelque chose de magique et d'absent.

Ceux qui critiquent des états de chose en place au départ du discours utopique, qui s'avère toujours impraticable, ne développeront jamais une vision réaliste mais la présence bruyante de leurs discours parvient à freiner tout soutien à la Russie et à son peuple.

Curieusement, un fragment d'une expression de Klaus Schwab apparaît qui parle de Poutine comme d'un jeune homme prometteur, permettant une offensive libertaire dans sa sphère naturelle, qui est l'internet, avec des images incendiaires et des titres jaunes chargés d'épithètes envers le leader russe. Ne leur demandons pas de comprendre un quelconque contexte, tel que la Russie libérale des années 1990 avec Boris Eltsine, qui a rendu impossible toute ascension politique en dehors de ces voies.

L'important est de comprendre les politiques de Poutine une fois au pouvoir, ce qu'il fait réellement et si cela est compatible avec les politiques mondialistes du Forum de Davos, par exemple. Sans comprendre cela, nous arrivons à de mauvaises conclusions, tout en emprutant le chemin que le mondialisme lui-même trace, en semant des miettes de pain pour nous amener au but qu'il veut nous faire atteindre.

Les libertaires, se faisant l'écho des fake news et des auteurs liés à la CIA ou au MI6, diffusent leur position hostile à l'égard de la Russie et de la Chine tout en abjurant l'État, le nationalisme et la religion, éléments qui sont au cœur de la politique de Poutine.

De curieuses coïncidences qui alimentent les soupçons quand on voit les espaces que leur laissent les réseaux et les médias ainsi que les financements généreux qui leur permettent d'augmenter le nombre de leurs followers en faisant appel aux services de sociétés dédiées à l'augmentation du trafic sur les réseaux sociaux.

Si l'on ajoute à cela l'expérience antérieure de leur formation dans des universités ou des centres liés au Pentagone et le financement généreux, une fois de plus, qui leur permet de publier des livres, de donner des conférences dans différents pays et de générer des actions de marketing, il n'est pas difficile de comprendre pourquoi maintenant, en ce moment même, l'offensive anti-Poutine apparaît avec des arguments typiques de la CIA.

young_leaders.jpg

Le progressisme et le "néo-marxisme" font également partie du tableau de la guerre de l'information et de la culture qui conditionne ensuite les volontés et permet de faire pression sur les gouvernements pour qu'ils se joignent aux sanctions.

Des présidents comme Boric, la social-démocratie européenne, les organisations de défense des droits de l'homme comme Amnesty International, sont des accessoires pour confondre leurs partisans qui croient qu'ils luttent contre le fascisme... en soutenant le nazisme ukrainien.

Les différentes ONG ont bien travaillé pour cela, les féministes disant que Poutine est sexiste et misogyne, les groupes comme les Femen, les ONG LGBTQ+ parlant d'homophobie et de persécution en Russie et en Ukraine, sont celles qui préparent l'atmosphère pour que les indécis finissent par soutenir l'OTAN.

Sans parler de certains hispanistes qui croient que se ranger du côté de ceux qui occupent Gibraltar et les Malouines, c'est défendre l'Hispanidad, un monde qui a été désarticulé par l'Empire britannique, c'est défendre les intérêts de ce monde, ils complètent un tableau qui vise à affaiblir la menace qui pèse sur le modèle occidental moribond.

Il s'agit de la préparation préalable aux actions militaires que l'OTAN recherche dans une course folle pour empêcher l'inévitable, déclenchant une escalade qui pourrait se terminer par une guerre thermonucléaire qui anéantirait des milliards de personnes sur terre, détruisant l'économie actuelle.

Plus alarmant encore, il existe des groupes puissants qui défendent la nécessité de réduire la population pour répondre aux exigences des nouvelles technologies.

Ce que nous voyons aujourd'hui est une guerre mondiale à différents niveaux, l'un des rares que domine encore l'Occident est la communication, et c'est ce qui nous fait voir que la Russie avait tort, que son économie va être pulvérisée et qu'elle est seule.

Cependant, les faits réels montrent que la Chine remplacera SWIFT dans une large mesure, que la Russie placera ses produits et obtiendra ce dont elle a besoin auprès de pays comme la Chine, l'Inde, les pays de l'ANASE, le Brésil, le Mexique, l'Amérique latine, surtout l'Afrique, le Pakistan. Même Israël se déclare neutre et la Turquie comprend de nombreuses actions russes.

Tout cela montre que le grand perdant est l'Europe, et que les États-Unis sont affaiblis parce que leurs partenaires déjà en déclin, maintenant avec le déclin de l'énergie et de nombreuses matières premières russes, verront leurs économies chuter précipitamment et leur poids mondial diminuer brusquement.

Le monde réel n'est pas celui que nous montrent les médias officiels et alternatifs sous leur contrôle. Les premiers mouvements montrent qu'en dehors de l'écume de la propagande, la situation est négative pour l'Occident à moyen terme, et c'est précisément ce qui augmente le danger de guerre.

jeudi, 03 mars 2022

Arrogance américaine et réaction russe: écoutez les paroles du général Marco Bertolini

generale-bertolini.jpg

Arrogance américaine et réaction russe: écoutez les paroles du général Marco Bertolini

par Eugenio Palazzini

Source: https://www.ilprimatonazionale.it/esteri/arroganza-usa-reazione-russia-leggere-parole-generale-bertolini-224970/?goal=0_5b66923a54-9657225476-437176193&mc_cid=9657225476&mc_eid=dc220ae7bc

Rome, 23 février - Lire avec un grain de sel les textes et les communiqués sur la très délicate crise ukrainienne, en constante évolution, n'est pas à la portée de tous. Ces derniers jours, de nombreuses analyses et déclarations bizarres ont été émises, dictées par une ignorance substantielle, même par ceux qui occupent des rôles institutionnels de premier plan. Au contraire, le général Marco Bertolini, ancien chef du Haut Commandement Interforce, propose une analyse prudente et réfléchie, également à la lumière des précédents historiques.

Général Bertolini : "La volonté américaine de gagner"

"Le fait que Poutine ait reconnu les deux républiques du Donbass change certainement la situation. Le général a expliqué à Adnkronos qu'"il existe d'illustres précédents historiques dans le camp opposé, la même chose s'est effectivement produite au Kosovo de notre côté, et malgré les remontrances russes au moment où nous avons reconnu l'autonomie du Kosovo par rapport à la Serbie, la Russie ne s'y est finalement pas opposée. C'est une situation très délicate, je pense que la Russie essaie maintenant de nous mettre devant le fait accompli, un peu comme ce qui s'est passé avec la Crimée, que la Russie a reprise et où nous n'avons pas réagi, sur la base également d'un plébiscite dans la région".

Mais pourquoi semble-t-il maintenant que nous ayons atteint un point de non-retour en Ukraine ? "Je crois que la Russie, comme nous, a été victime de la volonté américaine de gagner", déclare Bertolini. "Les États-Unis n'ont pas seulement gagné la guerre froide, ils voulaient aussi humilier la Russie en prenant tout ce qui se trouvait dans sa zone d'influence. Ils ont soutenu l'autonomisation ou l'indépendance des pays baltes, de la Pologne, de la Roumanie et de la Bulgarie : face à l'Ukraine qui lui enlève toute possibilité d'accès à la mer Noire, la Russie a réagi".

L'arrogance d'acculer la Russie et les risques pour l'Italie

Le Kremlin ne peut donc pas assister sans réagir aux avancées continues de l'OTAN vers l'est, sous peine de perdre définitivement le contrôle de ce qu'il considère comme sa "voisine étrangère", assorti du sentiment consécutif d'un encerclement ingérable à long terme. C'est la situation à laquelle nous sommes confrontés", déclare Bertolini, "il y avait un peu d'arrogance à pousser les Russes dans un coin, alors, maintenant, ils ont réagi. Nous espérons désormais qu'elle se limitera aux deux républiques du Donbass et qu'il n'y aura rien d'autre, mais il y a aussi le problème de la stabilité du régime en Ukraine, où une situation a été créée avec un président plutôt improbable, qui vient du monde du show-business.

Ce sont toutes des questions que le gouvernement italien ne peut ignorer, car notre nation risque de lourds revers économiques causés par la poursuite du bras de fer qui est en cours. "C'est un moment très dramatique. L'Italie est impliquée d'un point de vue énergétique, car si la Russie ferme les robinets ce soir, nous nous cuirons nos repas sur des feux de bois et non sur des cuisinières à gaz", a noté le général. Mais ce n'est pas tout, puisque "nous sommes également impliqués d'un point de vue opérationnel, car les Global Hawks qui survolent l'Ukraine partent de Sigonella, l'Italie étant en grande partie une base militaire américaine. Le risque est là, il est présent et réel. Nous espérons une rencontre entre Draghi et Poutine, à ce stade les jeux sont déjà faits et je ne pense pas qu'ils auront une grande marge de manœuvre, mais s'il y a une chance de faire entendre notre voix, c'est certainement une chose importante.

Lire aussi : Ukraine, soldats et drones de Sigonella : comment Washington "exploite" l'Italie d'Alessandro Della Guglia: https://www.ilprimatonazionale.it/esteri/ucraina-soldati-e-droni-da-sigonella-cosi-washington-sfrutta-litalia-224921/

dimanche, 27 février 2022

BELGIUM. NATO. UKRAINE. Expert Debates

BELGIUM. NATO. UKRAINE. Expert Debates

 
Experts:
 
Kris Roman, representative of Donetsk People's Republic (Belgium)
Willy Van Damme, journalist (Belgium)
Robert Steuckers, translator (Belgium)
Alfred Vierling, international law expert (The Netherlands)
Moderator: Dr. Johan Bäckman (Finland)

lundi, 21 février 2022

Le rapport de l'OTAN de 1991 qui embarrasse Biden

FL-C5M8WYAIW3z5.jpg

Le rapport de l'OTAN de 1991 qui embarrasse Biden

Marco Valle

Source: https://it.insideover.com/guerra/quel-verbale-nato-del-1991-che-imbarazza-biden.html?fbclid=IwAR1zy93nSa03iPc8ftpUpUpsCSkR7M0O0MWbc7ywIyaBVO7Hfs3tRfcQ9TY

Dans le récit officiel du Kremlin sur la crise ukrainienne, l'accusation de mauvaise foi envers les États-Unis et leurs alliés refait constamment surface. Ces derniers jours encore, le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, a répété à plusieurs reprises, à juste titre, "que Moscou avait été trompé et trompé de manière flagrante" par les États occidentaux, qui avaient assuré que l'Alliance de l'Atlantique Nord ne s'étendrait pas vers l'Est. Une vieille controverse basée sur les souvenirs (et les nombreux regrets) de Mikhail Gorbatchev.  Tout a commencé par une interview accordée par le dernier secrétaire général du Parti communiste soviétique au Daily Telegraph le 7 mai 2008 : "Les Américains nous ont promis que l'OTAN ne dépasserait jamais les frontières de l'Allemagne après sa réunification, mais maintenant que la moitié de l'Europe centrale et orientale en est membre, je me demande ce qu'il est advenu des garanties qu'on nous avait données ? Leur déloyauté est un facteur très dangereux pour un avenir pacifique, car elle a montré au peuple russe qu'on ne peut pas leur faire confiance".

En d'autres occasions, le dirigeant déchu est revenu sur la question brûlante, regrettant d'avoir fait confiance aux paroles de Bush père et du sous-secrétaire d'État de l'époque, M. Baker, lors du sommet de Malte des 2 et 3 décembre 1989 (juste après la chute du mur de Berlin et à la veille de la désintégration du Pacte de Varsovie).  Dans la petite île méditerranéenne, Baker a assuré au naïf Gorbatchev que "la juridiction de l'OTAN ne serait pas étendue d'un pouce à l'est". L'accord verbal était clair : si la Russie renonçait à son hégémonie sur l'Europe centrale et orientale, les États-Unis ne profiteraient en aucun cas de cette concession pour étendre leur influence et menacer la sécurité stratégique de la Russie. Cependant, ce gentlemen's agreement n'a jamais été formalisé par écrit et a été obstinément nié au fil des ans par les différentes administrations de Washington et leurs vassaux européens. Le dernier par ordre d'importance a été le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, qui, il y a quelques jours à peine, a sèchement répété que "personne, jamais, à aucun moment et en aucun lieu, n'avait fait de telles promesses à l'Union soviétique".

Alors, s'agit-il de la panoplie articulée par un vieil homme sénescent et/ou un truc de la propagande du Kremlin ? Apparemment non. Comme le diable fabrique des casseroles mais pas de couvercles, il reste toujours quelque chose dans les archives. C'est ainsi que l'hebdomadaire allemand faisant autorité, Der Spiegel, publie un document embarrassant dans son numéro actuel.

Il s'agit du procès-verbal - retrouvé aux Archives nationales britanniques par le politologue américain Joshua Shifrinson - de la réunion des directeurs politiques des ministères des Affaires étrangères des États-Unis, de la Grande-Bretagne, de la France et de l'Allemagne, qui s'est tenue à Bonn, le 6 mars 1991. Le thème de la réunion était la sécurité en Europe centrale et orientale et les relations avec une Russie vaincue, découragée mais toujours capable, selon les participants, d'une réaction forte si sa sécurité était menacée, sans pour autant tenter de conclure avec elle un pacte durable d'amitié et de coopération économique et politique.

1280x720.jpg

Face à l'hypothèse d'une demande de certains pays de l'ancien bloc soviétique (la Pologne in primis) de rejoindre l'OTAN, les Britanniques, les Américains, les Allemands et les Français ont convenu que cela était tout simplement "inacceptable". Au nom de Berlin, Jürgen Chrobog (photo), a déclaré : "Nous avons clairement indiqué lors des 'négociations 2 plus 4' sur la réunification allemande, avec la participation de la République fédérale d'Allemagne, de la République démocratique allemande, des États-Unis, de l'Union soviétique, de la Grande-Bretagne et de la France, que nous n'avions pas l'intention de faire avancer l'Alliance atlantique au-delà de l'Oder. Et par conséquent, nous ne pouvons pas donner à la Pologne ou à d'autres nations d'Europe centrale et orientale la possibilité de la rejoindre". Selon Chrobog, cette position avait été convenue avec le chancelier fédéral Helmut Kohl et le ministre des Affaires étrangères Hans-Dietrich Genscher.

Comme le rapporte Der Spiegel, à la même occasion, le représentant américain, Raymond Seitz, a déclaré : "Nous avons officiellement promis à l'Union soviétique - dans les "pourparlers 2 plus 4", ainsi que dans d'autres contacts bilatéraux entre Washington et Moscou - que nous n'avons pas l'intention d'exploiter stratégiquement le retrait des troupes soviétiques d'Europe centrale orientale et que l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord ne doit pas s'étendre au-delà des frontières de la nouvelle Allemagne, que ce soit de manière formelle ou informelle". En bref, l'accord existait et était partagé par les principaux partenaires de l'Alliance atlantique. Puis "quelqu'un" a décidé qu'il valait mieux oublier toute promesse pour absorber au fil des ans toute l'Europe de l'Est, puis les pays baltes et, en perspective, l'Ukraine. Les résultats sont là pour que le monde entier puisse les voir.

samedi, 12 février 2022

L'OTAN dans l'espace

FG_3889497-JDW-10378.jpg

L'OTAN dans l'espace

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/nato-vyhodit-v-kosmos

 Le 17 janvier, l'Alliance de l'Atlantique Nord a publié sa doctrine politique sur l'espace.

Le texte de ce document indique que "les adversaires potentiels augmentent leur propre utilisation de l'espace, renforçant ainsi leur capacité à transmettre de la puissance sur de longues distances avec plus de précision, de rapidité et d'efficacité. Ils utilisent également les capacités spatiales pour suivre les forces, les exercices et les autres activités de l'OTAN et des Alliés. La navigation par satellite et les services commerciaux sont également utilisés pour la planification et le ciblage par des adversaires potentiels, y compris des acteurs non étatiques. Les capacités développées par des adversaires potentiels peuvent être utilisées contre l'Alliance pour, entre autres :

- Mettre en danger les moyens spatiaux, ce qui complique l'aptitude de l'OTAN à prendre des mesures décisives en cas de crise ou de conflit ;

- Empêcher ou dégrader les capacités spatiales des Alliés et de l'OTAN qui sont essentielles à la gestion de l'espace de bataille et à la connaissance de la situation, ainsi qu'à l'aptitude à agir efficacement en cas de crise ou de conflit ;

- Créer des impacts sur les systèmes spatiaux alliés qui endommagent ou perturbent la vie économique ou sociale et violent le principe de la libre utilisation de l'espace, mais se situent en deçà des seuils de menace de force, de recours à la force, d'attaque armée ou d'agression".

Il ne dit pas exactement quel type d'adversaires l'OTAN pourrait avoir, mais il est évident que la Russie est impliquée en premier lieu, puisque la Chine est loin. Il ne mentionne pas que la Russie a toujours été contre la militarisation de l'espace et a proposé un accord sur la question.

La nouvelle stratégie nous apprend que l'approche de l'OTAN vis-à-vis de l'espace sera axée sur les rôles clés suivants :

- Intégrer les considérations spatiales et liées à l'espace dans les tâches essentielles de l'OTAN : défense collective, gestion des crises et, si nécessaire, sécurité coopérative ;

- Création d'un forum pour la consultation politico-militaire et le partage d'informations sur les développements spatiaux pertinents liés à la dissuasion et à la défense afin d'informer l'Alliance sur la connaissance de la situation, la prise de décision, l'état de préparation et la gestion de la posture dans tout le spectre des conflits. Ces consultations pourraient porter sur les menaces, les défis, les vulnérabilités et les opportunités, ainsi que sur la prise en compte des évolutions juridiques et comportementales dans d'autres enceintes ;

- Veiller à la fourniture efficace d'un soutien spatial et à son impact sur les opérations, missions et autres activités de l'Alliance ;

- Promouvoir l'interopérabilité et, plus précisément, l'interopérabilité entre les services, produits et capacités spatiaux alliés.

nato_space_command_logo_by_the_artist_64_davi0hb-pre.png

L'espace doit être considéré comme faisant partie intégrante de l'approche globale de l'Alliance en matière de dissuasion et de défense, en utilisant tous les outils dont dispose l'OTAN pour doter l'Alliance d'un large éventail de capacités permettant de répondre à toute menace, où qu'elle se présente.

Pour atteindre cet objectif, l'OTAN prévoit les actions suivantes :

- Envisager une série d'options potentielles à soumettre à l'approbation du Conseil, dans tout l'éventail des conflits, afin de dissuader et de se défendre contre les menaces ou les attaques visant les systèmes spatiaux alliés, selon les besoins et conformément aux principes énoncés dans la présente politique ;

- Développer une compréhension commune de concepts tels que le rôle de l'espace dans les crises ou les conflits ;

- Dans le cadre des efforts visant à renforcer l'état de préparation et la capacité de l'Alliance à agir de manière décisive dans tous les domaines opérationnels (terre, mer, air et cybernétique), il sera dûment tenu compte du rôle de l'espace en tant que contributeur essentiel aux domaines opérationnels ainsi qu'à la défense aérienne et antimissile intégrée de l'OTAN et, pour les Alliés intéressés, à la dissuasion nucléaire ;

- Si la résilience et la capacité de survie des systèmes spatiaux alliés relèvent de la responsabilité des pays, l'OTAN étudiera les moyens de renforcer la résilience dans l'ensemble de l'Alliance, notamment en partageant les meilleures pratiques et en utilisant les capacités spatiales excédentaires appartenant aux Alliés pour renforcer les forces ;

- Élaborer des lignes directrices sur la manière de sécuriser et de garantir l'accès de l'OTAN aux données, produits, services et capacités spatiaux.

Il est probable que la prochaine étape pour l'OTAN sera la militarisation obligatoire de l'espace. Cette opération se déroulera probablement dans le secret et sera connue après coup.

L'une des raisons pour lesquelles les alliés ont été réticents à discuter publiquement des questions spatio-militaires est que, à l'exception de la France et du Royaume-Uni, de nombreux pays européens ont traditionnellement été soit profondément mal à l'aise, soit carrément opposés au concept de guerre spatiale - en particulier aux actions offensives. En effet, dans son discours d'août 2019, le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a jugé nécessaire de déclarer que la déclaration par l'OTAN de l'espace comme domaine opérationnel allié "n'a rien à voir avec la militarisation de l'espace".

Il est donc probable que la France et le Royaume-Uni seront le fer de lance d'une stratégie spatiale plus agressive au sein du bloc européen de l'OTAN. Un rôle allemand est également possible.

La France a rejoint l'initiative américaine d'opérations spatiales combinées au début de 2020 et l'Allemagne à la fin de 2019. Cette initiative a été lancée par le Pentagone en 2014 et a été reprise par l'US Space Force après sa création. En fait, il s'agissait d'une expansion de la communauté de renseignement Five Eyes, comme les médias américains l'ont ouvertement écrit il y a quelques années.

En novembre 2019, l'OTAN a déclaré que l'espace était une zone opérationnelle, ce qui contribuera à garantir une approche cohérente de l'intégration de l'espace dans la stratégie globale de dissuasion et de défense de l'OTAN. Et en octobre 2020, l'OTAN a créé le Centre spatial de l'OTAN au Commandement aérien allié à Rammstein, en Allemagne. Un centre d'excellence spatial de l'OTAN est également en cours de création à Toulouse, en France.

La France a organisé son premier exercice militaire spatial multinational avec l'Allemagne, l'Italie et les États-Unis en 2021, marquant l'effort du pays pour réarmer ses forces et ses opérations afin de contrer les menaces du XXIe siècle.

Cet exercice marque l'intention du gouvernement français de se placer sur une "orbite" plus élevée en tant qu'État souverain afin de pouvoir faire face à tout futur conflit spatial. Jusqu'à présent, Paris a participé aux jeux de guerre spatiale dirigés par les États-Unis.

80_933_93764592776x525_33992583436_1962484149_2021163712-asterx-cnes-985972.jpeg

L'exercice ASTERX s'est déroulé à Toulouse du 8 au 12 mars. Ils ont été décrits par le général Michel Friedling, chef du commandement spatial français, comme un "test de résistance" pour les processus et systèmes de commandement spatial du pays. Exercice tactique conçu pour éduquer et former les combattants de l'espace, ASTERX a simulé une crise internationale impliquant pas moins de 18 événements et scénarios spatiaux différents, allant d'une attaque sur un satellite français à des débris spatiaux menaçant des civils et des interférences avec les communications par satellite des alliés.

Les États-Unis profitent de cette évolution. Après tout, les accusations de militarisation de l'espace s'appliqueront désormais aussi aux membres de l'OTAN, même si seuls quelques pays poussent dans ce sens. Et Bruxelles esquivera la nécessité d'améliorer la défense collective et de se protéger des adversaires potentiels.

vendredi, 11 février 2022

Biden et les bellicistes antirusses : ils rejouent Bush, Clinton et Obama

natekitch-politico-bidenrisk-final2.jpg

Biden et les bellicistes antirusses : ils rejouent Bush, Clinton et Obama

Noriko Watanabe et Lee Jay Walker

Une analyse de "Modern Tokyo Times"

Source: http://moderntokyotimes.com/biden-and-anti-russia-warmongers-play-it-again-bush-and-obama/

Durant son administration, Donald Trump a eu un comportement rare dans l'histoire américaine récente. En effet, il n'a pas déclenché une guerre ni incité à en lancer une. Encore récemment, l'administration de Barack Obama avait déstabilisé la Libye et la Syrie - avec les habituelles puissances alliées de l'OTAN et du Moyen-Orient. Les administrations de Bill Clinton et de George Bush junior ont également semé la mort et la misère sur plusieurs continents. Par conséquent, l'option bipartisane et hostile à la Fédération de Russie aux États-Unis incite une fois de plus à déclencher une autre guerre - sous l'administration du président Joe Biden.

Feu Stephen F. Cohen (1938-2020) a déclaré en 2019 : "Pendant des siècles et encore aujourd'hui, la Russie et de grandes parties de l'Ukraine ont eu beaucoup de liens en commun - une longue frontière territoriale, une histoire commune, des affinités ethniques, linguistiques et culturelles, des relations personnelles intimes, des échanges économiques substantiels, etc. Même après les années d'escalade du conflit entre Kiev et Moscou depuis 2014, de nombreux Russes et Ukrainiens se considèrent toujours membres d'une même famille. Les États-Unis n'ont pratiquement aucun de ces points communs avec l'Ukraine".

Biden jette les bases d'une méfiance accrue avec la Fédération de Russie, alors que l'Amérique s'est récemment retirée de l'Afghanistan. En outre, l'administration Biden se met de plus en plus à dos la Chine avec une rhétorique sans fin visant à contenir cette nation. Par conséquent, l'arrière-cour géopolitique de l'Amérique s'applique à faire adopter aux puissances européennes de l'OTAN et à d'autres, jusqu'au Japon, une attitude hostile visant la Fédération de Russie - et cherche l'appui du Japon et d'autres nations de l'Asie-Pacifique qui sont anti-chinoises, pour parfaire sa stratégie "humanitaire" qu'elle considère utile et qu'elle manipule".

L'Amérique - ironiquement - subit actuellement 100.000 décès dus aux opioïdes, rien qu'au cours des 12 derniers mois, sans parler des décès dus au Covid-19 qui atteindront 900.000 cas la semaine prochaine; de surcroît, elle est marquée par des différences culturelles internes croissantes provoquées par les démocrates (du piège racial à la confusion des genres), par des problèmes d'inflation, et par le fait que plusieurs villes sont en train de s'effilocher à cause des sans-abri, de la criminalité et du programme de financement de la police des riches démocrates qui jouent la "carte raciale". Par conséquent, pourquoi Biden ne se concentre-t-il pas sur ces questions et sur la frontière de l'Amérique plutôt que de chercher à déclencher une nouvelle guerre froide avec la Chine et la Fédération de Russie ?

Robert Menendez et d'autres bellicistes hostiles à la Fédération de Russie - qu'ils soient démocrates ou républicains - enflamment la situation en usant d'une rhétorique sans fin. Voice of America rapporte : "En outre, Menendez a dit qu'il s'attend à ce que le Sénat approuve une "assistance supplémentaire à l'Ukraine" sous la forme d'une livraison d'armes létales, ainsi que des sanctions économiques sur des secteurs clés de l'économie russe, et une interdiction pour la Russie de vendre sa dette souveraine sur les marchés internationaux".

Vasily Nebenzya, l'ambassadeur de la Fédération de Russie auprès des Nations Unies, a déclaré que l'Amérique "provoque une escalade". L'ambassadeur a poursuivi en laissant entendre que l'Amérique "attise l'hystérie" à l'encontre de la Fédération de Russie.

Le président de la Fédération de Russie, Vladimir Poutine, est découragé par les réponses obtenues par l'Amérique et l'OTAN concernant les préoccupations géopolitiques de la Fédération de Russie. Il a déclaré : "Permettez-moi de noter que nous analysons de près les réponses écrites reçues des États-Unis et de l'OTAN le 26 janvier. Cependant, il est déjà clair, et j'en ai informé M. le Premier ministre, que les préoccupations fondamentales de la Russie ont été ignorées."

Selon TASS News, M. Poutine "...a expliqué que Moscou n'avait vu aucune réponse adéquate à trois demandes clés - empêcher l'expansion de l'OTAN, ne pas déployer de systèmes d'armes de frappe près des frontières russes et ramener l'infrastructure militaire de l'OTAN en Europe aux positions existantes en 1997, lorsque l'Acte fondateur Russie-OTAN a été signé."

61LgCq-iz4L.jpg

9781784536305.jpg

Le très respecté Stephen F. Cohen a reproché à Bill Clinton d'avoir commencé à étendre l'OTAN plus à l'est vers la Fédération de Russie. Il a déclaré : "La réponse courte mais essentielle fut la décision de Washington, prise par le président Bill Clinton dans les années 1990, d'étendre l'OTAN vers l'est à partir de l'Allemagne et finalement jusqu'à l'Ukraine elle-même. Depuis lors, tant les démocrates que les républicains ont insisté sur le fait que l'Ukraine est d'un "intérêt national vital pour les États-Unis". Ceux d'entre nous qui se sont opposés à cette folie ont prévenu qu'elle conduirait à des conflits dangereux avec Moscou, voire à la guerre. Imaginez la réaction de Washington, disions-nous, si des bases militaires russes commençaient à apparaître aux frontières du Canada ou du Mexique avec les États-Unis. Nous n'avions pas tort : On estime que 13.000 personnes sont déjà mortes dans la guerre ukraino-russe dans le Donbass et que quelque 2 millions de personnes ont été déplacées."

The Guardian (Simon Jenkins), à propos de feu Boris Eltsine plaidant auprès des puissances de l'OTAN pour qu'elles ne se déplacent pas en direction des frontières de la Russie, adopte un point de vue similaire à celui de feu Stephen F. Cohen. Il rapporte : "L'Occident a ouvertement tourné en dérision ce conseil. Les dirigeants de l'OTAN ont savouré leur victoire, recrutant des membres à l'est, en passant par la Pologne, la République tchèque, la Hongrie et les États baltes. Les supplications des modérés russes ont été ignorées, tandis que Londres ouvrait ses portes aux richesses volées de la Russie. Le résultat était prévisible. En 1999, Vladimir Poutine a pris le pouvoir sur un programme populiste et patriotique. Pour l'ancien ambassadeur britannique à Moscou, Rodric Braithwaite, Poutine est passé maître dans l'art d'exprimer "le sentiment d'humiliation ressenti par les Russes après l'effondrement de l'Union soviétique". Il a exploité l'expansionnisme agressif de l'OTAN pour ce qu'il valait. Lorsqu'en 2008, l'Américain George W. Bush a soutenu l'extension de l'adhésion à l'OTAN de la Géorgie et de l'Ukraine (une décision à laquelle l'Allemagne et la France ont opposé leur veto), Poutine s'est emparé de territoires dans ces deux pays".

Il est temps pour l'Amérique - et à un moindre degré pour le Royaume-Uni - de se concentrer sur leurs questions internes qui doivent être traitées. Les élites politiques de Washington et de Londres se sont ingérées partout et ont semé le chaos international en s'immisçant sans fin dans d'innombrables conflits nationaux et internationaux au cours des dernières décennies. Cela concerne toujours l'instigation à commencer des conflits loin des rivages des deux nations.

Le Modern Tokyo Times a récemment déclaré : "Les États-Unis (US) et le Royaume-Uni (UK) se sont impliqués dans la déstabilisation de nombreuses nations - avec d'autres puissances de l'OTAN (la France en Libye et la Turquie en Syrie) - pendant de nombreuses décennies. Ainsi, du soutien au démembrement de la Yougoslavie puis de la Serbie (avec la sécession du Kosovo) - aux intrigues en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie et en d'autres conflits - des vagues migratoires massives ont eu lieu. Cela est lié aux États défaillants, au chaos, au terrorisme, aux persécutions ethniques et à d'autres facteurs négatifs".

Le monde a besoin d'une pause dans les conflits constants qui émanent des mêmes puissances. L'Amérique, la France, les États-Unis, la Turquie et d'autres pays continuent de s'ingérer dans les affaires internationales - tous sont des puissances de l'OTAN. Il est donc temps pour l'OTAN et la Fédération de Russie d'avoir un véritable dialogue qui réponde aux préoccupations naturelles de la Fédération de Russie et qui apaise la crise actuelle qui est attisée par Washington et par Londres.

Les effusions de sang se poursuivent dans plusieurs pays qui subissent les conséquences des actes des puissances de l'OTAN. Il s'agit de la poursuite de la déstabilisation de la région du Sahel après que la guerre contre la Libye a fait de cette nation un État en faillite, il s'agit ensuite des convulsions en cours en Irak et en Syrie, de l'occupation continue de la partie nord de Chypre par la Turquie, de l'ingérence de la Turquie dans la région du Haut-Karabakh qui a vu des islamistes être transportés dans la zone de guerre pour tuer des chrétiens arméniens, et d'autres convulsions liées à l'Afghanistan, à l'immigration massive en Europe et au nettoyage des minorités religieuses (chrétiens et yézidis dans certaines parties de l'Irak et de la Syrie). Par conséquent, ce chaos collectif est responsable d'un grand nombre de décès - tout en créant des millions de réfugiés et en déclenchant une immigration massive.

Sources:

https://www.voanews.com/a/us-senate-contemplates-mother-of-all-sanctions-if-russia-invades-ukraine/6421270.html

https://mises.org/wire/why-die-ukraine

https://tass.com/world/1396205

lundi, 07 février 2022

Russie/Ukraine: les divisions au sein de l'OTAN et les habituels bellicistes (Royaume-Uni et États-Unis)

Ukraine-Nato.jpg

Russie/Ukraine: les divisions au sein de l'OTAN et les habituels bellicistes (Royaume-Uni et États-Unis)

Sawako Utsumi et Lee Jay Walker

Une analyse du Modern Tokyo Times

Ex: http://moderntokyotimes.com/nato-divisions-and-usual-warmongers-uk-and-us-russia-and-ukraine/

Les États-Unis (US) et le Royaume-Uni (RU) se sont impliqués dans la déstabilisation de nombreux pays - avec d'autres puissances de l'OTAN (la France en Libye et la Turquie en Syrie) - depuis de nombreuses décennies. Ainsi, du soutien au démembrement de la Yougoslavie puis de la Serbie (avec la création du Kosovo) - aux intrigues en Afghanistan, en Irak, en Libye, en Syrie et en d'autres conflits - une immigration massive a été déclenchée. Ceci est lié aux États faillis, au chaos, au terrorisme, à la persécution ethnique et à d'autres facteurs négatifs.

En Amérique, vous avez 100.000 décès dus aux opioïdes, une frontière qui reste non viable et des divisions sociales et politiques croissantes. De même, au Royaume-Uni, où la statue de Winston Churchill a dû être protégée récemment contre des individus qui détestent les traditions de ce pays. En outre, les deux nations sont marquées par la criminalité, les guerres d'identité entre les sexes, le racisme et l'absence d'orientation ferme pour l'avenir. Cependant, lorsqu'il s'agit d'intrigues anti-chinoises et antirusses, les élites politiques du Royaume-Uni et des États-Unis cherchent toujours à semer davantage de chaos international.

La crise en Ukraine est extrêmement délicate vu les changements survenus après l'effondrement de l'Union soviétique et vu l'expansion croissante de l'OTAN vers l'est. Ainsi, les élites politiques de Moscou veulent un respect des accords géopolitiques alors que l'OTAN et la Fédération de Russie ont des intérêts divergents liés justement à la géopolitique. Par conséquent, tout comme la crise entre la Chine et Taïwan, qui est encouragée par les États-Unis et le Royaume-Uni (ainsi que par le Japon ces derniers temps), les mêmes forces (à l'exception du Japon) dans les couloirs du pouvoir à Londres et à Washington font monter les enchères en Ukraine en visant la Fédération de Russie.

Valery Gerasimov, chef de l'état-major général russe, a déclaré : "Les livraisons d'hélicoptères, de drones et d'avions à l'Ukraine poussent les autorités ukrainiennes à prendre des mesures abruptes et dangereuses. Kiev ne respecte pas les accords de Minsk. Les forces armées ukrainiennes se vantent d'avoir commencé à utiliser des systèmes de missiles antichars Javelin fournis par les États-Unis dans le Donbass et d'utiliser également des drones turcs de reconnaissance et de frappe. En conséquence, la situation déjà tendue dans l'est de ce pays se détériore encore davantage".

Alexander Lukashevich, représentant permanent de la Russie auprès de l'OSCE, "Nous sommes alarmés par les informations selon lesquelles certains pays membres de l'OTAN ont intensifié le déploiement d'armes létales et de personnel militaire en Ukraine. Rien que cette semaine, plusieurs avions militaires britanniques transportant des systèmes de missiles guidés ont atterri à Kiev".

ukrainian-servicemen-are-seen-holding-javelin-anti-tank-news-photo-1639076492.jpg

1000x563_cmsv2_61ab745f-bf91-529c-aeaf-a860abed59d5-6178190.jpg

Selon TASS News, "le diplomate russe a souligné que les avions militaires de transport et de reconnaissance américains apparaissaient de plus en plus souvent dans le ciel ukrainien et que les États-Unis avaient levé les obstacles à la réexportation de leurs systèmes de missiles et d'autres armes des pays baltes vers l'Ukraine".

Contrairement au Royaume-Uni et aux États-Unis, l'Allemagne tient bon en adoptant une approche plus nuancée. Annalena Baerbock, la ministre allemande des Affaires étrangères, a déclaré : "Nous sommes prêts à avoir un dialogue sérieux avec la Russie pour désamorcer la situation extrêmement dangereuse qui prévaut actuellement, car la diplomatie est la seule voie viable".

Le Modern Tokyo Times a récemment déclaré : "Ainsi, du point de vue de la Fédération de Russie, le renforcement militaire en cours des forces ukrainiennes dans les environs de la région du Donbass entraîne une certaine nervosité. Après tout, étant donné la nature nationaliste des forces politiques en Ukraine occidentale et leur hostilité à l'égard de la population russe, il est inconcevable que la Fédération de Russie reste les bras croisés en regardant des compatriotes russes se faire tuer".

Le Council on Foreign Relations rapporte que "les spécialistes occidentaux sont quelque peu en désaccord sur les motivations de l'agression de la Russie en Ukraine. Certains mettent l'accent sur l'élargissement de l'OTAN après la guerre froide, que la Russie considère avec une inquiétude croissante. En 2004, l'OTAN a ajouté sept membres, sa cinquième expansion et la plus importante à ce jour, dont les anciennes républiques baltes soviétiques, l'Estonie, la Lettonie et la Lituanie. Quatre ans plus tard, lorsque l'OTAN a déclaré son intention de faire entrer l'Ukraine et la Géorgie dans le giron de l'Alliance à un moment donné, la Russie a clairement indiqué qu'une ligne rouge avait été franchie".

Le Guardian (par la plume de Simon Jenkins), à propos du regretté Boris Eltsine plaidant auprès des puissances de l'OTAN pour qu'elles ne se déplacent pas jusqu'aux frontières de la Russie, rapporte : "L'Occident a ouvertement tourné cette requête en dérision. Les dirigeants de l'OTAN ont savouré leur victoire, recrutant des membres à l'est, en passant par la Pologne, la République tchèque, la Hongrie et les États baltes. Les supplications des modérés russes ont été ignorées, tandis que Londres ouvrait ses portes aux richesses volées de la Russie. Le résultat était prévisible. En 1999, Vladimir Poutine a pris le pouvoir sur un programme populiste et patriotique. Pour l'ancien ambassadeur britannique à Moscou, Rodric Braithwaite, Poutine est passé maître dans l'art d'exprimer "le sentiment d'humiliation ressenti par les Russes après l'effondrement de l'Union soviétique". Il a exploité l'expansionnisme agressif de l'OTAN pour ce qu'il valait. Lorsqu'en 2008, l'Américain George W. Bush a apporté son soutien à l'extension de l'OTAN par l'adhésion de la Géorgie et de l'Ukraine (une décision à laquelle l'Allemagne et la France ont opposé leur veto), Poutine s'est emparé de territoires dans ces deux pays".

L'Ukraine et la Fédération de Russie doivent rechercher une solution, au moins là où le "conflit est gelé", soit dans la région de Donbass - jusqu'à ce qu'une solution politique  plus générale puisse être trouvée. Les courtiers honnêtes au sein de l'OTAN - notamment l'Allemagne et l'Italie - devraient également rechercher des compromis de toutes parts. Après tout, les Ukrainiens, de tous les côtés des barrières ethnique, politique et religieuse, sont pris en otage par les politiques expansionnistes de l'OTAN.

L'ingérence du Royaume-Uni, des États-Unis et d'autres pays, dont le Canada, ne se terminera pas bien, compte tenu de l'histoire récente.

Sources:

https://www.theguardian.com/commentisfree/2022/jan/20/britain-russia-ukraine-border-dispute

https://tass.com/politics/1391077

dimanche, 30 janvier 2022

Conflit ukrainien: une répartition des rôles peu claire - Le point de vue du journal Junge Freiheit (Berlin)

J6RSQEVEQ5PX5LT4M3IQZPBU7U.jpg

Conflit ukrainien: une répartition des rôles peu claire

Le point de vue du journal Junge Freiheit (Berlin)

Thorsten Hinz

Ex: https://jungefreiheit.de/debatte/kommentar/2022/ukraine-konflikt/
    
Les murs entre la Russie et l'Occident n'ont jamais été aussi froids qu'aujourd'hui depuis que le secrétaire général soviétique Mikhaïl Gorbatchev a parlé en 1986 de la "maison commune européenne" et a appelé de toutes parts au désarmement matériel et verbal. Ce n'est qu'en apparence que les rôles sont clairement répartis dans le conflit ukrainien : ici, dit-on, il y a l'Ukraine démocratique éprise de liberté, qui insiste sur son droit souverain à rejoindre l'OTAN et qui reçoit pour cela le soutien de l'Occident, qui porte ainsi haut ses valeurs et idéaux universels. Là-bas, la Russie despotique, qui parle d'encerclement et de menace pour justifier ses réflexes impériaux et qui se prépare à envahir son voisin.

Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne livrent des armes à l'Ukraine. En Allemagne, des voix s'élèvent pour demander que l'on s'aligne également derrière la grande puissance américaine et que l'on fasse preuve de fermeté tous ensemble. Un appel lancé dans le journal Die Zeit par quelque 70 experts plus ou moins compétents ès-questions de l'Europe de l'Est exhorte à mettre fin à la "voie particulière de l'Allemagne en matière de politique orientale" et à prendre des "mesures plus efficaces" contre Moscou. Déjà "l'attaque de Poutine contre l'Ukraine en 2014" - il s'agit de l'occupation de la Crimée - serait directement liée à "la passivité de la politique allemande pendant 20 ans face au néo-impérialisme russe" qui l'a précédée.

Dans de tels discours, une conception hypermorale de la politique s'élève jusqu'à l'absurde. Lorsque le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov parle devant les caméras à la novice allemande, qui fait désormais fonction de ministresse des affaires étrangères, de son souhait d'améliorer les "relations russo-américaines" - et non russo-allemandes -, le lapsus linguistique dissimule à peine l'évidente réalité politique, à savoir qui détient véritablement la puissance dans le camp occidental.

Solidarité avec l'Ukraine

Le Berlin officiel exprime sa solidarité avec Kiev pour s'exercer à la realpolitik. L'avertissement de Bismarck, confirmé par les catastrophes historiques, de ne jamais couper les ponts avec la Russie, est toujours d'actualité. En outre, les sociaux-démocrates restent sous l'influence de l'Ostpolitik de Willy Brandt. Le chef de la CSU, Markus Söder, fait preuve d'un grand sens de l'État : la Russie est une grande puissance et, certes, elle est un partenaire difficile, mais non un ennemi. Il refuse son exclusion du système financier Swift et l'abandon du gazoduc Nord Stream 2 en mer Baltique. Même les apparitions d'Annalena Baerbock n'ont plus rien désormais du dogmatisme et de la doxa des Verts.

Egon Bahr (1922-2015), membre de la SPD, jadis en charge de la politique étrangère et bismarckien, a déclaré devant des collégiens : "En politique internationale, il n'est jamais question de démocratie ou de droits de l'homme. Il s'agit des intérêts des Etats. Retenez bien cela, quoi qu'on vous dise en cours d'histoire".

La déclaration de Poutine, jugée scandaleuse en Occident, selon laquelle l'effondrement de l'Union soviétique est "la plus grande catastrophe géopolitique du XXe siècle" est, du point de vue russe, un constat lucide : la Russie a largement perdu l'accès hors glace à la mer Baltique. La sécession de l'Ukraine a affaibli de manière décisive la position russe en mer Noire ; Odessa, la porte d'entrée du commerce avec la Méditerranée et au-delà, a été perdue. L'occupation de la Crimée a donc constitué un "frein d'urgence" pour la politique mondiale.

bismarck-1890.jpg

530335403_927349750.jpg

La Russie et ses conflits épuisants

La constatation de Zbigniew Brzezinski selon laquelle la Russie n'a plus "géographiquement d'accès facile au monde extérieur" et qu'elle est menacée sur ses flancs ouest, sud et est par des conflits épuisants avec les républiques islamiques voisines reste valable. "Seules les régions septentrionales de permafrost, inhabitables et inaccessibles, semblent encore sûres sur le plan géopolitique".

L'étranglement stratégique de l'ancienne superpuissance nous est ainsi révélé. Avec l'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, l'étau se resserrerait encore davantage. Il est démagogique que le ministre américain des Affaires étrangères Antony Blinken demande, lors de sa visite à Berlin : "Quelles troupes encerclent qui ici? Quel pays a revendiqué par la force le territoire d'un autre pays" ? Depuis 1991, les Etats-Unis ont investi des milliards de dollars pour rallier l'Ukraine à leur cause sur le plan intellectuel et économique. Les forces et les financiers occidentaux ont également eu les mains dans le cambouis lors des soulèvements de Maïdan. L'adhésion de Kiev à l'OTAN scellerait militairement la capitulation géostratégique de Moscou.

Le ministre britannique de la Défense Ben Wallace a rejeté l'idée d'un encerclement de la Russie comme une hallucination. Après tout, seuls cinq des 30 alliés ont une frontière commune avec la Russie et seulement un seizième de ses frontières avec l'OTAN. Mais ce rapport changerait brusquement avec l'adhésion de l'Ukraine à l'Alliance Atlantique. Sans le vouloir, Wallace fournit un contre-argument sur le site web de son ministère en rappelant l'ancienne fraternité d'armes russo-britannique qui a vaincu Napoléon et Hitler. Ces victoires étaient essentiellement dues à la profondeur stratégique de la Russie, qui offrait à la Grande Armée et à la Wehrmacht des lignes de ravitaillement démesurées et ingérables. Une avancée de l'OTAN vers la frontière orientale de l'Ukraine réduirait encore cette profondeur de manière dramatique.

L'Allemagne comme facteur de risque

Pour les penseurs anglo-saxons de la géopolitique, Halford Mackinder et Nicholas J. Spykman, la tâche d'une véritable puissance mondiale consistait à s'assurer la domination de la masse continentale eurasienne qui, avec l'Afrique, formait l'"île mondiale". "Celui qui domine l'Europe de l'Est, domine le Heartland ; celui qui domine le Heartland, domine l'île mondiale ; celui qui domine l'île mondiale, domine le monde".

Le "territoire-coeur" comprend la partie européenne de la Russie et la Sibérie occidentale. Mackinder voyait un facteur de risque dans l'Allemagne, très compétente à l'époque sur le plan technique et organisationnel, parce que son lien avec le Heartland russe était en mesure de remettre en question la domination anglo-saxonne.

Aujourd'hui, l'Europe est considérée par les Etats-Unis comme un "tremplin utile" (Brzezinski) pour leurs ambitions géopolitiques. L'ambassadeur ukrainien à Berlin se sent leur porte-parole attitré et se permet d'adopter un ton insolent à l'encontre de son pays d'accueil. Les drapeaux s'entrechoquent également dans le froid entre les partenaires de l'OTAN.

vendredi, 28 janvier 2022

Douguine: "Avec l'administration Biden, le conflit est devenu inéluctable"

Alexander-Dugin-am-03-07-2014-beim-Gotte.jpg

"Avec l'administration Biden, le conflit est devenu inéluctable"

Entretien d'Alexandre Douguine avec l'hebdomadaire viennois zur Zeit

Propos recueillis par Berhard Tomaschitz

Ex: https://zurzeit.at/index.php/mit-biden-regierung-wurde-der-konflikt-unausweichlich/

Le politologue russe Alexander Douguine évoque les causes et le contexte du conflit ukrainien, la lutte des élites mondialistes contre la Russie de Poutine et le rôle des Européens.

Professeur Dugin, le conflit sur l'Ukraine entre les Etats-Unis et l'OTAN d'une part et la Russie d'autre part ne cesse de s'aggraver. Quelles sont les causes de ce conflit ?

Alexander Geljewitsch Dugin : Il est surtout lié à l'administration américaine du président Biden. Naguère, des figures de proue comme le secrétaire d'État Biden ou la secrétaire d'État Nuland étaient impliquées dans tous les problèmes post-soviétiques, elles ont tenté d'encercler la Russie et elles ont suivi une stratégie néoconservatrice définie par Zbigniew Brzezinski et les soi-disant faucons libéraux. Ce que nous voyons aujourd'hui dans l'administration Biden, c'est une alliance entre les néoconservateurs et les faucons libéraux. Et cette alliance est unie par leur haine de Donald Trump, contre le concept "Make America great again", à laquelle s'ajoute l'opposition classique entre puissance maritime et puissance terrestre et l'idée d'intégrer des territoires dans l'espace post-soviétique à sa propre sphère d'influence afin d'affaiblir la position de la Russie et d'empêcher une croissance future de la position de la Russie en tant que pôle souverain dans un monde redevenu multipolaire. Cela remonte à la stratégie dite du "grand échiquier" de Brzezinski, dans laquelle l'objectif principal de l'OTAN et de l'atlantisme était clairement défini comme étant la lutte contre la Russie assortie de l'occupation militaire de l'Ukraine. Trump, en revanche, a suivi une autre approche vis-à-vis de la Russie : pour lui, le monde islamique, l'Iran et la Chine étaient des sphères plus importantes, dont il fallait s'occuper, tandis que Biden est revenu à la géopolitique atlantiste classique de Mackinder et Brzezinski.

1200px-Zbigniew_Brzezinski,_1977.jpg

81Ibw0NzVsL.jpg

Et qu'est-ce que cela signifie exactement pour la politique étrangère américaine ?

Douguine : Cela signifie que la lutte principale est désormais dirigée contre l'Eurasie, contre le "Heartland" ou "coeur du monde". Cette stratégie de l'anaconda pour encercler l'ennemi a été utilisée pour la première fois pendant la guerre civile américaine pour interdire l'accès aux mers, à l'océan. C'est une politique atlantiste classique, mais aujourd'hui, la Russie est en pleine ascension. Lorsque cette politique dite du "grand échiquier" a été appliquée dans les années 1990, la Russie était en déclin - c'était la défaite de l'Union soviétique, la destruction de l'espace impérial en Eurasie, traditionnellement contrôlé par la Russie. Et l'Occident a saisi l'occasion d'attiser les contradictions entre l'Ukraine et la Russie. La Russie était très faible et n'a pas protesté contre cette situation qui lui était de facto imposée.

Mais aujourd'hui, nous sommes dans une situation totalement différente et Poutine ne peut plus tolérer la poursuite de cette stratégie, et c'est pourquoi je pense que dans la crise actuelle, la Russie tente de renverser la tendance atlantiste existante. Avec Trump, la Russie a pu mener des discussions sur un accord mutuel sur des objectifs régionaux, ce qui a permis à Poutine d'éviter une confrontation directe avec Trump. Mais avec l'administration Biden et son cortège mêlant faucons libéraux et néoconservateurs, le conflit est devenu inévitable. Je pense que la Russie joue ici un rôle actif, car elle tente d'arrêter ce conflit, et cela n'est possible qu'en changeant le régime politique en Ukraine ou l'équilibre géopolitique, car dans la situation actuelle, la Russie n'a pas les moyens d'empêcher l'Ukraine d'adhérer à l'OTAN ou du moins d'empêcher l'installation de bases militaires de l'OTAN ou des États-Unis sur le territoire ukrainien. La Russie devrait avoir la possibilité de contrôler ces menaces, ce qui signifie que ce conflit est inévitable.

Le fait est que le dernier président soviétique, Gorbatchev, a été trop crédule vis-à-vis des Etats-Unis à la veille de la réunification allemande. La Russie se venge-t-elle à présent ? En février 1990, le secrétaire d'Etat américain Baker avait assuré à Gorbatchev que l'OTAN n'avancerait "pas d'un pouce" vers l'est.

Douguine : J'ai personnellement rencontré Zbigniew Brzezinski à Washington en 2005 et je lui ai demandé pourquoi l'Occident n'avait pas suivi les accords passés avec Gorbatchev de ne pas étendre l'OTAN vers l'Est. Brzezinski m'a répondu ouvertement que "nous l'avons mis (Gorbatchev, ndlr) en boîte". C'est le style de la politique occidentale, c'est la stratégie anglo-saxonne de ruser, de mentir et de tromper l'autre. C'est la pratique quotidienne du colonialisme anglo-saxon. Gorbatchev n'était pas faible, mais il est considéré en Russie comme un idiot et un traître parce qu'il a trahi les intérêts nationaux de la Russie. Il a cru aux mensonges de l'Occident, des États-Unis, et nous avons perdu toute notre zone de sécurité autour du noyau russe.

2680_orig.jpg

Et c'est ce que Poutine veut désormais changer ...

Douguine : ... Poutine tente désormais de restaurer la grandeur russe, c'est pourquoi il est prêt à défier la situation actuelle, car le pays de Poutine est un nouveau pays, un pays différent de la Russie des années 1990. Le pays est souverain, le pays est indépendant, le pays est un pôle du système multipolaire. Un tel pays ne peut tolérer la position dans laquelle il a été placé à l'époque de Gorbatchev et d'Eltsine. Ces deux anciens dirigeants sont vraiment détestés aujourd'hui au sein de la Fédération de Russie.

Je pense que la Russie est aujourd'hui contrainte de prouver son nouveau statut. Et ce statut est celui d'un pôle indépendant dans un système multipolaire, qui pose l'exigence tout à fait justifiée de sécuriser les frontières nationales et d'éloigner les menaces immédiates des frontières. Je pense que la Russie a préparé de nombreuses réponses symétriques et asymétriques, y compris l'extension de sa présence militaire et stratégique en Amérique centrale et en Amérique du Sud, une nouvelle stratégie en Europe occidentale, une alliance avec la Chine et l'Iran et peut-être avec le Pakistan et la Turquie.

Vous avez dit tout à l'heure que le conflit ukrainien était inéluctable, ce qui semble très pessimiste. Voyez-vous des possibilités de résoudre ce conflit ?

Douguine : Je ne vois pas de moyens raisonnables et sensés, parce que l'Occident ne peut pas laisser la Russie gagner cette escalade dans les relations diplomatiques et ne peut pas accepter publiquement un accord dans lequel il est écrit que l'Ukraine n'adhérera jamais à l'OTAN.

Cela signifierait à son tour la fin de l'OTAN, car si l'OTAN ne peut pas poursuivre son objectif militaire, la valeur de cette alliance est proche de zéro. La Russie a maintenant formulé une demande (pas d'adhésion de l'Ukraine à l'OTAN, ndlr) que l'Occident ne peut tout simplement pas accepter et je pense que cette demande a été formulée intentionnellement et qu'il ne s'agit pas d'un malentendu sur les positions occidentales. Poutine a radicalement modifié l'équilibre des pouvoirs et il souhaite rétablir la grandeur de la Russie en tant que puissance eurasienne indépendante. C'est la cause de l'escalade car Biden veut exactement le contraire.

Comment voyez-vous le rôle de l'UE dans le conflit ukrainien ?

Douguine : Elle n'a visiblement aucun intérêt à une escalade. L'Union européenne a seulement envie de se tenir à l'écart et de rester en dehors du conflit. Mais l'Union européenne dépend trop des Etats-Unis, la plupart de ses membres font également partie de l'OTAN. L'Union européenne est également victime de ce conflit, car la position atlantiste radicale des Etats-Unis n'est pas seulement dirigée contre la Russie, mais aussi contre une éventuelle transformation de l'Union européenne en un pôle indépendant. Il s'agit donc aussi d'une guerre spécifique de l'Amérique contre l'Europe. Je pense que Washington - dont le mot-clé est "sanctions" - veut forcer l'Europe à rejoindre les rangs des Américains dans ce conflit. Mais je pense que ce n'est pas dans l'intérêt des peuples et des États-nations européens. Une élite mondialiste veut empêcher qu'une alliance se forme entre la Russie et une Europe indépendante. Une telle alliance est possible, mais uniquement avec une Europe indépendante et non avec une Europe entièrement sous le contrôle d'une puissance extra-européenne, comme c'est le cas avec l'OTAN ou la communauté transatlantique.

Je pense que cela va aggraver le conflit au sein des pays européens, parce que l'élite libérale, mondialiste et atlantiste qui gouverne aujourd'hui l'Europe ne correspond pas à la majorité des citoyens moyens, qui ne voient pas la Russie comme un ennemi, ne veulent pas être ennuyés par le sort de l'Ukraine et ne partagent pas cet agenda ultralibéral.

Si un conflit devait commencer, nous serions dans une toute nouvelle réalité et beaucoup de choses changeraient radicalement. Je pense que nous nous approchons d'un point historique très important, un point irréversible de changement radical dans l'équilibre du pouvoir. Cela peut déboucher sur une guerre - pas seulement une guerre locale, mais une guerre plus terrible.

L'entretien a été mené par Bernhard Tomaschitz.

jeudi, 27 janvier 2022

Ce qui se passe dans les coulisses de la situation de crise en Europe autour de l'Ukraine

skynews-ukraine-russia-territorial-troops_5651445.jpg

Ce qui se passe dans les coulisses de la situation de crise en Europe autour de l'Ukraine

La géopolitique pétrolière de la Russie dans la confrontation avec l'Occident

Manuel Espinoza Jarquín

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/que-hay-tras-bastidores-en-la-situacion-de-crisis-en-europa-alrededor-de-ucrania

Le monde vit très douloureusement la remontée des prix du pétrole, alors que la transition énergétique est encore loin d'être une réalité et que la stratégie géopolitique pétrolière et gazière de la Russie retrouve son potentiel.

Il s'agit d'une stratégie qui remonte aux années 1990 et qui est passée par une série d'étapes qui ont marqué sa rationalité absolue. Le projet de gazoduc Nord Stream 2, d'une valeur de 12 milliards de dollars et d'une longueur de 1200 km, entre l'Allemagne et la Russie, est devenu une réalité à un moment où un hiver rigoureux est prévu pour l'Europe et où la meilleure façon d'empêcher la Russie d'entrer en Europe est d'inventer qu'elle veut attaquer l'Ukraine.

Malgré tout, le Nord Steam 2, est l'expression la plus radicale de l'union continentale de l'Europe occidentale, surtout l'Allemagne, avec le pays euro-asiatique (la Russie) le plus étendu et le plus puissant militairement de toute l'EURASIE. Cette union repose sur des ressources énergétiques stratégiques telles que le pétrole et le gaz, sur des technologies avancées et des transactions financières importantes entre les deux pays susmentionnés, ainsi que sur un dialogue approfondi en matière de sécurité.

En géopolitique, l'école germano-russe de géopolitique est reconnue comme le berceau de la géopolitique terrestre/continentale. Pour de nombreux pays comme la France, la Grande-Bretagne, les États-Unis et d'autres, cette coopération ne devrait jamais être autorisée alors qu'elle constituerait le summum de la géopolitique continentale et peut-être mondiale.

Depuis que l'URSS a installé un canal de communication secret par l'intermédiaire du KGB à l'époque de Leonid Brejnev et de Willy Brandt et depuis que Mikhaïl Gorbatchev a non seulement laissé tomber la RDA, mais a même retiré les 300.000 soldats soviétiques de ce pays sans aucune condition, l'établissement des meilleures relations politico-économiques s'est fait tacitement.

Même si les États-Unis, sous l'administration Trump, ont tenté d'empêcher la réalisation du projet Nord Stream 2 par des sanctions et toutes sortes de menaces, ou par des démarches en faveur d'une plus grande alliance stratégique, comme la déclaration de l'actuel secrétaire d'État Antony Blinken, le 23 juin dernier, selon laquelle: "Les États-Unis n'ont pas de meilleur ami au monde que l'Allemagne".

nord-stream-2.jpeg

Dans son discours, Blinken, qui joue un jeu à trois, a cherché à :

1) Sortir progressivement du jeu la stratégie résiduaire de Trump, qui consistait à bloquer le gaz russe au gaz et à le remplacer par le pétrole de schiste américain.

2) Puisqu'ils ne sont pas en mesure d'empêcher la mise en oeuvre du gazoduc Nord Stream 2, les Américains travaillent à la promotion et au déploiement rapide de la stratégie de Biden consistant à passer à de nouvelles sources d'énergie, y compris l'énergie atomique, qui sont respectueuses de l'environnement, et

3) au moins dans 10 ans, ils pourront se passer des ressources énergétiques stratégiques de la Russie. En attendant, faire revivre le monstre agresseur symbolisé par l'ours russe est le moyen le plus pratique et le plus rapidede gagner du temps.

Cette stratégie permettrait de contenir l'Europe par des politiques et des normes communes, tout en l'isolant de la Chine en raison de la pollution environnementale largement médiatisée par l'Occident. Mais il ne s'agit pas pour eux de se préoccuper de l'environnement, mais d'empêcher la Russie et la Chine d'avancer dans leur développement et dans l'approfondissement de la révolution numérique et industrielle (4RDI) au détriment d'une Europe piégée et enchaînée aux ressources énergétiques stratégiques de la Russie et de l'incapacité de l'Europe à concurrencer la Chine dans la production de biens et dans le commerce internationale en l'absence d'énergie locale et de ses dérivés.

La réalité post-pandémique de l'Europe d'aujourd'hui, où l'on prévoit un hiver rigoureux jusqu'à la fin de cette année, l'a contrainte à dépendre du charbon russe et à fermer les yeux sur les politiques chinoises peu respectueuses de l'environnement. D'autre part, le retrait des bureaux de l'OTAN à Moscou et de son personnel d'observation à Bruxelles témoigne de l'éloignement de la Russie qui semble abandonner pour longtemps son idée de construire une "Grande Europe" en raison des rebuffades européennes systématiques.

Après la première rencontre virtuelle entre Biden et Poutine

Près de six mois après la rencontre au sommet du 16 juin dernier à Genève entre Joe Biden et Vladimir Poutine, les deux présidents se sont à nouveau rencontrés le 7 décembre, mais cette fois-ci virtuellement. Au cours des six derniers mois, au lieu d'une amélioration des relations, on a assisté à un accroissement d'hostilité, du moins dans les médias.

La stratégie du chantage et des sanctions ne fonctionne pas, pour les Etats-Unis, comme ils le pensaient. Et dans les six mois qui ont suivi les retrouvailles, la défaite des États-Unis a été perceptible. Au moins dans deux points de pression concrets. Nord Stream-2 (NS-2) et l'Ukraine.

Peu de gens savent que lors de la première réunion, Biden a ratifié son chantage sur le projet de gazoduc russo-allemand connu sous le nom de NS-2. Dans son arrogance musclée et son simple chantage diplomatique, il a fait comprendre à Poutine que les États-Unis ne s'opposeraient pas à la réalisation du projet, même s'ils ne peuvent rien y faire, même s'il a de son côté la partie la plus réactionnaire et la plus russophobe de l'établissement allemand.

2000x1333_cmsv2_ac82c73b-6aa5-5b25-9ce4-2dba7b5837c6-5765968.jpg

Les Russes sont habitués à ce type de propositions lors de ces réunions, alors que chaque partie se préparait à la rencontre. Et comme il y a plus de sept mois, lorsque Biden a fait une telle proposition, Poutine a répondu en le remerciant de son intention, mais en dissimulant sa véritable stratégie en la matière. Il en fut de même lorsque, lors de la conférence de Potsdam en 1945, Winston Churchill laissa entendre à Joseph Staline qu'"ils disposaient déjà d'une arme d'une telle capacité de destruction que le monde l'ignorait" : à quoi Staline se contenta de répondre "Je vous remercie pour vos informations", sans manifester la moindre surprise ni le moindre choc.

Non seulement le NS-2 passe par la mer Baltique pour empêcher le chantage de l'Ukraine sur les livraisons à l'Europe, non seulement la Russie et l'Allemagne construisent une alliance énergétique et géopolitique pour le bénéfice de tout le continent, mais il a été démontré ces derniers mois qu'en ne s'étant pas précipités pour achever le projet NS-2 cet hiver, les Européens et même les Américains eux-mêmes ont dû payer cher la Russie pour le gaz et le diesel et s'empresser de conclure des contrats à long terme.

La stratégie consiste à forcer l'UE à abandonner les achats de gaz sur le marché des swaps et à passer à des contrats à long terme avec Gazprom. Cette stratégie contraint la Commission européenne à réviser les règles de la directive sur le gaz du "troisième paquet énergie" promue par l'administration Biden, et elle a fonctionné à la perfection. En bref, le NS-2, qui ne fonctionne pas encore, mais qui génère déjà plus de recettes qu'il n'en faut, maintient les prix aux plateformes gazières à un niveau inacceptable pour l'Europe. Et que lorsque la NS-2 sera mise en service, l'intérêt des Européens à négocier les prix est déjà plus qu'évident.

Dans quelle mesure les États-Unis se sont-ils laissés prendre à cette stratégie, qui consiste à ne pas envoyer de GNL en Europe pendant 9 mois, créant ainsi une pénurie dont la société russe Gasprom a pleinement profité ? L'hiver va maintenant atteindre sa phase finale, et les contrats peuvent être défaits par des sanctions ou d'autres mesures et actions comme celles qui entourent l'Ukraine aujourd'hui. Rien qu'en Ukraine, le prix des bûches pour le chauffage a augmenté de 602 % en janvier de cette année.

Il y a une tête d'aigle bicéphale russe, avec une tête qui regarde vers l'Asie selon la notion de "Grande Eurasie" et qui a été beaucoup plus rentable que l'autre, celle qui est orientée vers l'Europe occidentale. Ainsi, la Chine est un concurrent plus important que l'Europe dans sa dépendance aux ressources stratégiques de la Russie. Cela donne à la Russie un avantage hivernal sur les Européens quant à sa capacité à répondre ou non à leurs demandes de consommation urgentes actuelles. Depuis septembre 2020, le prix du gaz a augmenté de 60% dans les prix à terme.

Une chose qui a grandement profité à la Russie est l'intégration de l'Australie dans l'accord militaire connu sous le nom d'AUKUS (Australie, Grande-Bretagne et États-Unis), le nouvel OTAN contre la Chine en Asie du Sud. L'Australie est l'un des principaux fournisseurs de charbon de la Chine. En adhérant à un accord qui inclut les armes nucléaires, elle amène la Chine à reconsidérer l'achat de ce produit et d'autres intrants de nature stratégique dans le commerce entre les deux pays.

coal-image7by800.jpg

Ainsi, contrairement à l'Europe, les Asiatiques (pas seulement la Chine) sont plus détendus à l'égard des approvisionnements en provenance de la Russie. Ils n'ont pas renoncé à la consommation de tous les types de charbon, tels que le bitume et l'anthracite (houille) et la lignite, dans leur renouvellement des sources d'énergie et de la matrice énergétique et ont déjà conclu de nombreux contrats avec la Russie bien avant cet hiver, et la Russie est sans doute heureuse de s'y conformer.

Cet hiver et jusqu'à ce qu'il soit terminé, la viabilité de la géopolitique du pétrole est un atout dans la manche de la Russie. C'est l'une des raisons actuelles du conflit avec l'Ukraine, qui reçoit 2 milliards de dollars pour avoir laissé passer sur son territoire l'un des principaux gazoducs russes vers l'Europe. Elle observe le Nord Steam-2 avec une grande méfiance et veut faire chanter la Russie et même boycotter le NS-2 avec les Verts l'Allemagne, qui sont aujourd'hui en position de force avec l'aide de l'OTAN.

La ligne rouge entre la Russie et les États-Unis et l'escalade diplomatique

La ligne qui va de Kaliningrad vers l'Ukraine jusqu'aux Balkans et à la mer Noire représente la carte de la confrontation évidente entre les États-Unis, l'Organisation de l'Atlantique Nord (OTAN) et la Russie.

Depuis la séparation des trois républiques baltes, plus l'Ukraine et la Géorgie, de l'URSS et de la Communauté des États indépendants (CEI) dans les années 1990, l'insistance sur la stratégie consistant à rapprocher l'OTAN le plus possible des frontières de la Russie a prévalu dans toutes les actions menées à ce jour.

838_visactu-otan-les-pays-membres-les-annees-d-adhesion-les-candidats.jpg

Ainsi, depuis des décennies, les investissements américains dans les infrastructures civiles et militaires visant à soutenir une présence militaire américaine accrue dans des pays tels que la Pologne, la République tchèque, la Roumanie et même la Bulgarie ont atteint un niveau de préoccupation suffisant en Russie.

À cela s'ajoute le désir de la Géorgie et de l'Ukraine de rejoindre l'OTAN. Cet effort occidental a été vu à la lumière des deux opérations de révolution colorée montées dans ces pays. La dernière tentative de changement de régime a été couronnée de succès selon les plans de la CIA et, en conséquence, l'Ukraine et la Russie ont maintenant les pires relations de leur histoire. Surtout après la réintégration de la péninsule de Crimée dans le territoire russe. Et ce n'est qu'en octobre 2021 que Lloyd Austin, le secrétaire américain à la défense, lors de sa visite à Kiev, a réaffirmé la possibilité pour l'Ukraine de rejoindre l'OTAN.

Il est plus que logique que la Russie ne le permette pas. Tout comme elle ne permettra pas la poursuite du renforcement des forces occidentales dans la mer Noire. Nous avons assisté au renforcement de la présence navale russe en mer Noire et il a été annoncé qu'ils étaient armés de nouveaux missiles hypersoniques. Ils n'autorisent pas non plus les pays de la CEI d'Asie centrale à prêter leurs territoires aux États-Unis pour que l'US Army et l'US Air Force agissent en Afghanistan après leur départ précipité en août de cette année. Les actions de l'armée russe en Géorgie en 2008 sont toujours en suspens.

Après la visite à Moscou de Victoria Nuland, troisième responsable du département d'État (mais "quasi porte-parole du Pentagone"), il est clair que le message menaçant de la Maison Blanche a été rapidement décrypté et, presque immédiatement, la Russie a annoncé qu'elle suspendait les canaux diplomatiques avec l'OTAN. Elle retirait son personnel de Bruxelles et fermait les bureaux de l'OTAN dans sa capitale. Moscou a également réagi à l'expulsion de ses diplomates russes à Bruxelles, accusés d'être des espions du service de renseignement russe (SVR).

C'est dans ce contexte que les tensions diplomatiques se sont intensifiées à la suite des plaintes des États-Unis concernant le lancement par la Russie d'un missile antisatellite et le mouvement croissant des troupes russes à la frontière ukrainienne. Les dernières déclarations de Poutine ont été claires: "Nous exprimons constamment nos inquiétudes lorsque les bombardiers stratégiques (nucléaires) de l'OTAN volent à vingt kilomètres des frontières de notre État, nous parlons de lignes rouges et ne nous soucions pas que nos déclarations ne soient pas prises au sérieux. Mais ils doivent garder à l'esprit que l'OTAN a démantelé tous les mécanismes de dialogue et que, face à leur activisme militaire sur le périmètre de nos frontières, nous réagirons de manière appropriée, mais l'essentiel est qu'à Bruxelles, ils comprennent que la réduction des tensions politico-militaires est dans l'intérêt de la Russie, mais aussi dans celui de toute l'Europe et du monde entier".

arton1641.jpg

Le stress de Washington s'est manifesté par l'envoi du chef de la CIA, William Burns, pour s'entretenir avec le président Poutine de manière extraordinaire et inhabituelle, car il aurait appartenu au secrétaire d'État Antony Blinken ou au chef du Conseil national de sécurité Jake Sullivan de mener à bien cette mission spéciale.

Finalement, le directeur de la CIA, William Burns, n'a parlé au président Poutine que par téléphone, après avoir rencontré le chef du Conseil de sécurité russe, Nikolaï Patrushev, et le chef du Service de renseignement russe (SVR), Sergueï Naryshkin. Il semble qu'après la rencontre vide de sens et ratée entre Biden et Poutine, le nouvel activisme militaire post-pandémique de l'OTAN ait déterminé que le temps des visites purement diplomatiques était révolu et que la tension impose un nouveau format au niveau des lignes directes Washington-Moscou, entre le ministère russe des affaires étrangères et le département d'État américain, ainsi que via la CIA et le SVR.

Alertes des services de renseignement russes (SVR) sur les menaces occidentales

Depuis la première quinzaine d'octobre, le service de presse du service de renseignement extérieur russe (FIS) multiplie les mises en garde publiques contre les manœuvres croissantes des États-Unis et de leurs alliés européens visant à déstabiliser les frontières avec la Russie et la Communauté des États indépendants (CEI).

Dans au moins cinq notes publiques depuis le 13 octobre, le SVR a abordé l'impact destructeur de l'Occident collectif sur les États membres de la CEI et les tentatives de mise en œuvre forcée de la "démocratie" de l'extérieur. Elle affirme également que tous ces processus visent à déstabiliser la situation politique interne des États de la CEI, sont coordonnés et déterminés.

Dans leur empressement à s'étendre en Asie centrale, les agences secrètes occidentales sont les directeurs des organisations non gouvernementales et internationales impliquées. Le SVR a "accumulé une grande quantité de matériel qui établit que les États-Unis d'Amérique jouent un rôle important de coordination, surtout à l'approche des élections dans plusieurs pays ex-soviétiques.

Dans le cas de la situation tendue et de la crise aux frontières avec l'Ukraine, le SVR a rapporté que récemment, les responsables de Washington ont activement intimidé la communauté mondiale avec la préparation présumée de la Russie à une "agression" contre l'Ukraine.

"Les Américains brossent un tableau terrible de la façon dont des hordes de chars russes vont commencer à écraser les villes ukrainiennes, les convainquant qu'ils ont des informations fiables sur de telles intentions de la Russie."

"Des rapports font état de l'avancée progressive des positions ukrainiennes au plus profond de la zone dite grise le long de la ligne de démarcation, ainsi que de la concentration des forces et des moyens des forces armées ukrainiennes dans les zones frontalières avec la Russie et le Belarus. Les États-Unis et leurs alliés continuent d'inonder l'Ukraine d'armes, encourageant l'utilisation des armes fournies, y compris les systèmes d'attaque sans pilote, pour mener des provocations militaires".

"C'était le cas lorsque nous avons observé une situation similaire en Géorgie à la veille des événements de 2008. Ce qui, au final, a coûté cher à ce pays".

georgia-map.gif

Tout au long de l'année 2021, l'activité américaine visant à obtenir le soutien des alliés européens pour contenir la Russie a augmenté. En particulier, à la mi-novembre de cette année-là, une réunion des représentants des missions diplomatiques des pays de l'UE en Ukraine s'est tenue à Kiev, en présence de hauts diplomates américains et britanniques.

Des émissaires de Washington et de Londres ont tenté de semer la panique en continuant à manipuler de faux rapports faisant état de l'imminence d'une invasion russe à grande échelle en Ukraine et de l'occupation russe subséquente du territoire ukrainien.

Lors d'une réunion à Kiev, les États de l'UE ont été invités à aider la partie ukrainienne à fournir de l'énergie à partir de sources alternatives. Washington et Londres ont cherché à imposer à l'UE des responsabilités coûteuses pour préserver la viabilité de l'économie ukrainienne face à une corruption sans précédent en Ukraine, à la détérioration des infrastructures énergétiques et à la hausse des prix de l'énergie. Comme nous l'avons dit, ce sont les pays de l'UE qui doivent veiller à ce que l'Ukraine ne perde pas sa stabilité économique au cours de l'hiver rigoureux qui s'annonce.

Une guerre directe entre la Russie et l'OTAN au sujet de l'Ukraine est hors de question, mais pas une guerre indirecte !

Il est clair que la situation autour des frontières européennes de la Russie, en raison de l'avancée et du renforcement des troupes de l'OTAN de la mer Noire au nord vers l'Ukraine, s'est réchauffée de manière alarmante.

Jeudi 2 décembre, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergey Lavrov, et le ministre américain des Affaires étrangères, Antony Blinken, se sont rencontrés à Stockholm pour préparer une rencontre virtuelle entre leurs présidents le 7 décembre.

Pendant ce temps, les médias parlaient déjà d'une attaque militaire (d'une guerre) imminente entre la Russie et l'Ukraine, sur la base d'informations fournies par les services de renseignement américains. Cependant, les coûts d'une guerre sont surestimés, dépassant les bénéfices. Au lieu de résoudre ou d'apaiser le conflit, elle ouvrirait davantage de fissures dans le conflit en question.

S'il est vrai que de nombreux scénarios ont été analysés et publiés, aucun d'entre eux ne présente le moindre avantage, même pour l'Occident, qui cherche à jouer le rôle de fournisseur d'armes à l'Ukraine, sans s'impliquer davantage avec la Russie. Suivant un modèle d'action militaire russe, tous les six ans, la Russie répond militairement à une menace pour sa sécurité nationale, ce qui entraîne des changements favorables à ses intérêts géopolitiques.

    - En 2008, conflit avec la Géorgie au sujet de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud,

    - En 2014, la Crimée réunifiée, et consolidée, dans le Donbass des régions de Danesk et de Lugansk, tous territoires ukrainiens, mais avec une énorme majorité russophone.

    - En 2015, Syrie. Déclaré 6 ans plus tard comme mission accomplie.

À la fin de l'année 2021, la situation des relations russo-ukrainiennes présente d'énormes fissures :

    - L'Ukraine, après 2014, suit une ligne anti-russe. Promu par les ultra-nationalistes et les nationalistes ukrainiens.

    - Toute tentative d'engager un dialogue politique avec la Russie est considérée comme inacceptable. 

    - Un "nettoyage politique" des politiciens pro-russes est en cours. 

    - L'Ukraine est loin de démontrer sa volonté de respecter les accords de Minsk et n'est pas prête à les mettre en œuvre.

Un autre élément est que l'avancée de l'OTAN n'a pas cessé depuis l'effondrement du bloc socialiste et la disparition du traité de Varsovie dans sa tentative de conquérir de nouveaux territoires adjacents et même la Russie elle-même.

Les analystes pensent que l'OTAN se prépare pour l'été. Les Russes se battent encore mieux dans le froid. Toutefois, ce n'est pas la guerre qui est en jeu, mais ses conséquences. Tout le monde connaît l'axiome selon lequel "si vous avez la Chine de votre côté, vous avez déjà gagné 50% du conflit". Ce qui est en jeu est :

    - Relancer les accords de Minsk,

    - Gardez l'Ukraine loin de l'OTAN et l'OTAN loin des frontières de la Russie.

    - L'Ukraine et l'OTAN doivent cesser d'utiliser la menace russe comme prétexte pour la formation de leur alliance militaire et pour un projet d'infrastructure militaire supplémentaire avec l'installation d'armes nucléaires stratégiques.

Bien sûr, la Russie pourrait frapper un coup écrasant, mais ce n'est pas une pratique ou un style russe. Ces actions techniques de l'armée russe devraient, d'une manière ou d'une autre, remettre sur les rails les accords de MINSK, le contrôle total de la mer d'Azov et un corridor terrestre vers la République de Crimée. Même l'émergence de deux États ukrainiens n'est pas exclue à l'avenir. Seulement, cela doit se faire sans que les dommages cumulés sur l'économie russe soient énormes.                

Il y a des scénarios, apparemment moins dangereux, comme celui détaillé autour d'une campagne médiatique en faveur de Biden, qui, avec une image malmenée par l'impéritie de sa politique étrangère démontrée jusqu'à présent, va bientôt affronter une élection de mi-mandat dans son pays et sa faiblesse a endommagé l'image du parti démocrate.

L'un ou l'autre scénario génère de nombreuses craintes, risques et menaces. Ces signes ne sont pas nouveaux et la tentation de la mort et de la guerre a été donnée à maintes reprises.

REV 13:2 "La bête que je vis était semblable à un léopard, ses pieds étaient comme ceux d'un ours, et sa gueule comme celle d'un lion. Et le dragon lui donna son pouvoir, son trône et une grande autorité. Une façon intéressante de décrire la Russie comme l'ours, l'Angleterre comme le lion et la Chine comme le dragon dans une figure bestiale appelée "GUERRE".

Pourquoi l'OTAN ne peut-elle pas franchir la ligne rouge ?

Un an après la fin de la Seconde Guerre mondiale, la guerre froide a commencé, et s'est terminée sans capitulation 45 ans plus tard, en 1991. 30 ans après l'effondrement du système socialiste, un nouvel ordre international a été rétabli (NOI). Trois décennies perdues de poursuite malencontreuse d'un monde basé sur la paix américaine sont derrière nous.

la-chute-de-la-maison-urss,M67751.jpg

S'il est vrai que cet ordre mondial, dominé par les États-Unis, a été conçu par de grands esprits stratégiques dans les groupes de réflexion américains et les institutions du pouvoir gouvernemental, en tant qu'idée, il ne pouvait que naître, mais jamais devenir une réalité. On peut dire qu'à la naissance, elle est née avec trop de défauts, qu'elle est morte jeune, si on la mesure en termes de temps dans l'histoire mondiale.

Et il y a mille raisons pour lesquelles un tel désir de suprématie ne se concrétisera jamais. Au lieu de l'unité, il y a eu l'absorption de certains, avec des raisons géopolitiques claires et préconçues de l'école euro-atlantiste occidentale. C'est pourquoi l'OTAN n'a jamais cessé d'avancer vers la frontière est-européenne avec la Russie, malgré l'absence du traité de Varsovie et les promesses qu'une telle avancée n'aurait pas lieu. Il était clair qu'un jour, la Russie elle-même devrait être divisée territorialement, une nouvelle étape après celle à laquelle nous assistons depuis 30 ans.

Nous sommes à la "ligne rouge" et aux rêves de la "Maison européenne commune" ou de la "Grande Asie euro". Alors, que va-t-il se passer ? L'OTAN va-t-elle continuer à avancer en Ukraine, jusqu'à installer des fusées nucléaires ? Cette dynamique est-elle une préoccupation majeure pour l'Europe et donc pour les NEI ? Et quelle doit être l'attitude de la Russie ? Les actions de l'OTAN en Bosnie-Herzégovine, en Serbie-et-Monténégro et la reconnaissance du Kosovo, la mise en place d'une infrastructure militaire en Roumanie et en Pologne et la fourniture à ces dernières d'un armement moderne sont encore d'actualité. Il semble que peu de progrès ait été réalisé en termes d'action commune pour étendre le système de sécurité collective européen depuis 1992. Le Conseil OTAN-Russie, créé au début des années 2000, la coopération de la Russie avec l'OTAN en Afghanistan et le programme de contacts et d'exercices OTAN-Russie, qui sont restés assez solides jusqu'à une bonne partie de 2013, ont connu un changement radical après 2014 avec le retour de la Crimée à la Russie.

security_cooperation_osce_steinmeier_a.jpg

On parle de l'effondrement de l'OSCE en tant qu'organisation de sécurité européenne véritablement élargie avec la coopération de la Russie, ce qui était initialement prévu. L'échec des signataires occidentaux à ratifier le traité FCE sur la sécurité militaire et l"échec des mesures de confiance, qui était autrefois un point fort de l'ordre du jour de l'OSCE, y sont également associés.

En termes de sécurité nationale, il existe un axiome selon lequel "la sécurité des uns est l'insécurité des autres" et l'expansion de l'OTAN et de l'UE dans les espaces post-soviétiques tels que la Géorgie, les pays baltes et l'Ukraine est considérée comme une menace pour la Russie. Et leur réaction s'est manifestée en 2008 contre la Géorgie au sujet de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud et en 2014 lors de la reprise de la péninsule de Crimée.

Alors, où en est l'ordre de sécurité européen dans sa réponse aux changements du NOI ? Les principales institutions de l'ordre de l'après-guerre froide - l'OTAN, l'UE et l'OSCE - sont toujours en vie, mais leur force et leur efficacité futures sont plutôt obscures. La Russie affirme se tourner de plus en plus vers l'Eurasie ; la stratégie de sécurité nationale la plus récente de la Russie mentionne à peine l'Europe.

L'Europe, de plus en plus affaiblie dans sa relation avec les Etats-Unis, doit y réfléchir à deux fois, face à un adversaire qui n'est pas seul et dont l'allié stratégique est aujourd'hui la Chine. Quelque chose qui n'existait pas à la fin de la guerre froide. Et comme l'expérience récente l'a montré, dans chaque situation de crise, la Russie répond par une grande force de dissuasion.

Marathon diplomatique entre la Russie, les États-Unis, l'OTAN et l'OSCE pour construire un véritable système de sécurité européen

Au cours des deux premières semaines de cette nouvelle année, les principales actualités internationales ont été la confrontation diplomatique entre la Russie, les États-Unis, l'OTAN et l'OSCE, avec des accusations croisées, des avertissements et des propositions. Beaucoup pensent cependant que tout ce que les parties demandent ne peut être satisfait.

Après deux rencontres entre les présidents Biden et Poutine, plusieurs visites de hauts responsables américains à Moscou et une rupture entre les représentations diplomatiques de la Russie et de l'OTAN, la situation est devenue plus chaude et hostile.

Compte tenu de l'expansion et de la militarisation imminentes de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) en Ukraine, en Géorgie et dans les pays baltes, la Russie a remis le 16 décembre 2021 aux États-Unis, à l'OTAN et à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) le projet d'accord sur les assurances de sécurité européennes qui ramènerait les forces armées de l'OTAN là où elles étaient stationnées en 1997, avant leur expansion à l'Est (Europe de l'Est).

Le document comprend huit points clés :

    - Renoncer à l'expansion de l'OTAN vers l'est et à l'incorporation dans l'OTAN des républiques qui faisaient autrefois partie de l'Union des républiques socialistes soviétiques (URSS).

    - Ne pas y installer des bases militaires.

    - Ne pas déployer de missiles à moyenne et courte portée en dehors du territoire national de chaque partie.

    - Détruire l'infrastructure nucléaire existante dans ces pays.

    - Ne pas procéder à l'installation de l'aviation, des forces navales dans des périmètres proches qui représentent des menaces du fait de leur proximité.

    - Ne pas refuser les exercices et autres activités militaires à grande échelle près de la frontière de la Russie et des États avec lesquels ils ont une alliance militaire ou des pays de l'OTAN.

    - Ne pas mener d'activités militaires en Ukraine et dans d'autres États d'Europe orientale, de Transcaucasie et d'Asie centrale.

    - Que les parties reconnaissent le Conseil de sécurité des Nations Unies comme le principal organe chargé de préserver la paix et la sécurité internationales à l'échelle mondiale.

La Russie exige que les garanties de sécurité soient légales, car elle ne fait pas confiance aux promesses des États-Unis ou de l'OTAN, qui ont tous deux violé leurs engagements par le passé. C'est pourquoi elle a insisté pour que les États-Unis et l'OTAN ne sous-estiment pas le sérieux de la proposition. Les États-Unis et l'OTAN se servent de l'invasion imminente de l'Ukraine par la Russie comme d'un écran de fumée et d'une excuse pour cette mesure, et devraient abandonner ce discours, a déclaré la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova.

Les 10, 12 et 13 janvier, les représentants russes ont rencontré séparément leurs homologues du Département d'État américain, de l'OTAN et de l'OSCE. L'objectif stratégique ultime de la Russie est de réorganiser et d'installer un nouveau système de sécurité européen, tel qu'il a été défini à Yalta en février 1945 pendant la Seconde Guerre mondiale.

Résumant la conférence, le ministre des affaires étrangères Sergey Lavrov a déclaré: "La patience de la Russie est à bout et l'émergence d'une alliance aux frontières de la Russie est une véritable ligne rouge. D'où la demande de garanties de sécurité. Les offres ne sont pas un menu, il n'y a pas de choix. La clé de tout est la garantie de ne pas étendre l'OTAN à l'Est. Moscou commencera à déployer des équipements militaires en cas d'échec des négociations avec l'Occident et Poutine se rendra en Chine le 4 février.

La réponse des États-Unis a été forte, la secrétaire d'État adjointe Victoria Nuland invitant la Suède et la Finlande à rejoindre l'alliance et la Norvège annonçant des exercices militaires conjoints avec l'OTAN. Le secrétaire de l'OTAN a assuré qu'il avait déjà été décidé d'intégrer l'Ukraine et la Géorgie, mais aucune date précise n'a été fixée. Le vice-ministre russe des affaires étrangères, Sergey Riabkov, a répondu que l'Ukraine et la Géorgie "n'appartiendront jamais à l'OTAN" et que si elles poursuivent leur expansion vers l'est, la Russie ripostera, notamment en installant des bases à Cuba et au Venezuela. Bien qu'il n'ait pas mentionné le Nicaragua, de nombreux médias spéculent à ce sujet.

Et bien que beaucoup ne l'associent pas au clivage Russie/OTAN, l'une des démonstrations d'efficacité et de réponse militaire a été donnée par la Russie sous la forme de l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC/ODKB en russe) en tant que force de maintien de la paix face au coup d'État au Kazakhstan. L'OTSC est un accord politique et militaire signé par six pays et promu par la Russie. La liste est complétée par l'Arménie, le Belarus, le Kazakhstan, le Kirghizstan et le Tadjikistan.

Les États-Unis ont encore le temps de réagir, et les Allemands et les Américains l'ont déjà dit à l'avance. "La Russie ne fermera pas ses portes à l'OTAN". Dans l'intervalle, un changement imminent du système de sécurité européen, en liaison avec la proposition russe, est en cours de reconfiguration. Sinon, le premier semestre de cette année sera un peu plus chaud dans les relations internationales, jusqu'à ce que Vladimir Poutine et Joe Biden se rencontrent à nouveau lors d'une réunion au sommet. 

dimanche, 23 janvier 2022

A propos de l’OTAN : Léon Tolstoï contre l’alliance franco-russe

leo-tolstoy-collection.jpg

A propos de l’OTAN : Léon Tolstoï contre l’alliance franco-russe

Nicolas Bonnal

On se rapproche d’une guerre d’extermination contre la Russie ; tout cela parce qu’on est dans cette alliance, et qu’il faut empêcher la Russie de stationner des troupes…chez elle. Le troupeau enthousiaste acceptera son extermination comme sa vaccination. Mais reparlons de ces alliances maudites et dangereuses. Les amateurs pourront relire mon texte : « Mon nom est Légion ; l’Occident et le démon des organisations ».

On va parler de l’alliance franco-russe, responsable de la paranoïa allemande et de la Première Guerre Mondiale et qui devait coûter sa tête au tzar (et à sa famille), tzar lâché par ses chers alliés franco-britanniques en pleine tourmente.  Et on va citer Léon Tolstoï à qui on demandait son avis sur cette épineuse question (1901) :

Ma réponse à votre première question: ce que pense le peuple russe de l’alliance franco-russe? est celle-ci:

Le peuple russe, le vrai peuple n’a pas la moindre idée de l’existence de cette alliance. Si cependant cette alliance lui fut connue, je suis sûr que (tous les peuples lui étant également indifférents) son bon sens ainsi que son sentiment d’humanité lui montreraient que cette alliance exclusive avec un peuple plutôt qu’avec tout autre ne peut avoir d’autre but que de l’entraîner dans des inimités et peut être des guerres avec d’autres peuples et lui serait à cause de cela au plus haut point désagréable.

A la question si le peuple russe partage l’enthousiasme du peuple français? je crois pouvoir répondre que non seulement le peuple russe ne partage pas l’enthousiasme du peuple français (si cet enthousiasme existe en effet ce dont je doute fort), mais s’il savait tout ce qui se fait et se dit en France à propos de cette alliance, il éprouverait plutôt un sentiment de défiance et d’antipathie pour un peuple qui sans aucune raison se met tout à coup à professer pour lui un amour spontané et exceptionnel.

Russo-French_alliance.jpg

Quant à la question: quelle est la portée de cette alliance pour la civilisation en général, je crois être en droit de supposer que cette alliance ne pouvant avoir d’autre motif que la guerre ou la menace de la guerre dirigée contre d’autres peuples, son influence ne peut être que malfaisante.

Pour ce qui est de la portée de cette alliance pour les deux nations qui la forment, il est clair qu’elle n’a produit jusqu’à présent et ne peut produire dans l’avenir que le plus grand mal aux deux peuples. Le gouvernement français, la presse ainsi que toute la partie de la société française qui acclame cette alliance, a déjà fait et sera obligée de faire encore de plus grandes concessions et compromissions dans ses traditions de peuple libre et humanitaire pour faire semblant ou d’être en effet uni d’intentions et de sentiments avec le gouvernement le plus despotique, rétrograde et cruel de toute l’Europe. Et cela a été et ce sera une grande perte pour la France. Tandis que pour la Russie cette alliance a déjà eu et aura, si elle dure, une influence encore plus pernicieuse. Depuis cette malheureuse alliance le gouvernement russe qui avait honte jadis de l’opinion européenne et comptait avec elle, ne s’en soucie plus, se sentant soutenu par cette étrange amitié d’un peuple réputé le plus civilisé du monde. Il marche à présent la tête haute au milieu de ses amis les Français aux sons de la Marseillaise et de l’hymne servile du Боже Царя храни (qui doivent être très étonnés de se trouver ensemble) et devient de jour en jour plus rétrograde, plus despotique et plus cruel. De sorte que cette étrange et malheureuse alliance ne peut avoir d’après mon opinion que l’influence la plus néfaste sur le bien-être des deux peuples ainsi que sur la civilisation en général.

Recevez, cher Monsieur, l’assurance de mes sentiments les plus distingués.

Leo Tolstoy.

9 Septembre 1901.

Источник: http://tolstoy.lit-info.ru/tolstoy/pisma/1901-

1902/letter-119.htm