Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 02 février 2022

Un désastre de planification : les réserves de gaz de l'Europe au niveau le plus bas

Zawor-gazociagu-Polska-Spolka-Gazownictwa.jpg

Un désastre dans la planification: les réserves de gaz de l'Europe au niveau le plus bas

Source: https://zuerst.de/2022/02/01/irres-planungsdesaster-europas-gasreserven-auf-rekordtief/

Bruxelles/Moscou. Les risques d'un hiver froid sans gaz augmentent : les réserves de gaz dans les réservoirs européens ont chuté à un niveau historiquement bas en janvier. Selon les statistiques, elles sont désormais remplies à moins de 40 pour cent, alors que plus des quatre cinquièmes du gaz pompé pendant la saison estivale ont déjà été consommés.

Selon Gas Infrastructure Europe, le 29 janvier, le volume de gaz actif dans les stockages souterrains européens était inférieur de 27,3 pour cent, soit 14,4 milliards de mètres cubes, par rapport à son niveau de l'année précédente. Plus de quatre cinquièmes du volume de gaz pompé pendant la saison estivale ont déjà été retirés, a indiqué lundi le groupe énergétique russe Gazprom.

Selon les données de Gazprom, les installations UGS européennes n'étaient plus remplies qu'à 39% en moyenne à cette date. Pour l'Allemagne et la France, ce chiffre s'élevait respectivement à 37 et 36 pour cent. En comparaison, les années précédentes, les réserves de gaz en Europe n'avaient généralement pas atteint la moitié de leur volume à la mi-février. Lors de certains hivers doux, la barre des 50 % n'a même été dépassée que début mars.

Le 11 janvier 2022, les stocks européens de gaz naturel ont atteint leur niveau le plus bas depuis plusieurs années. Le 29 janvier, les réserves étaient déjà inférieures de 2,7 milliards de mètres cubes à la valeur minimale en vigueur à cette date.

Pendant ce temps, les prix des carburants s'envolent. La hausse a commencé au milieu de l'année dernière et, en décembre, les prix boursiers des contrats à terme sur le gaz ont atteint un sommet de plus de 2100 dollars US pour 1000 mètres cubes. Selon les experts, cette situation est influencée, outre par le faible taux d'utilisation des réservoirs souterrains européens, par des difficultés de livraison des grands fournisseurs ainsi que par la forte demande de gaz naturel liquéfié (GNL) en Asie.

Les autorités européennes ont accusé à plusieurs reprises la Russie de provoquer une crise énergétique. Le chef du Kremlin, Vladimir Poutine, a contesté cette accusation à plusieurs reprises et avec force. Il a notamment rappelé avoir proposé à Bruxelles de maintenir des contrats à long terme pour les livraisons de matières premières et a rendu la Commission européenne responsable de la crise, celle-ci ayant délibérément renoncé aux investissements à long terme et opté pour des contrats spot. (mü)

Écrire un commentaire