Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 22 mars 2022

Si l'ennemi est mondial, le combat doit être international

NMiyNFGm_400x400.jpg

Raphael Machado:

Si l'ennemi est mondial, le combat doit être international

Le sujet "Russie" est partout suite au conflit déclenché en Ukraine et il domine évidemment les médias sociaux de la Nouvelle Résistance (Nova Resistência). Et comme cela se produit, quelques personnes peuvent se demander "mais qu'en est-il du Brésil?", "n'êtes-vous pas nationalistes?".

Nouvelle Résistance (Nova Resistência) considère que le nationalisme est un sentiment mobilisateur fondamental pour la reconstruction du Brésil sur une base impériale et traditionnelle, surtout face à un environnement entièrement mondialiste et cosmopolite. Mais la Nouvelle Résistance a toujours rejeté l'État-nation comme une fiction moderne et n'est jamais tombée dans les délires chauvins de la verve ultranationaliste.

La brésilianité du peuple brésilien n'est donc pas liée de manière exclusive aux identités des autres peuples qui font partie de sa propre civilisation, la civilisation ibéro-américaine (comprise en termes strictement continentalistes). L'État-nation, et même le nationalisme lié à l'État-nation, doivent être dépassés à long terme afin que le Brésil puisse remplir sa mission historique d'unir les peuples voisins dans un même projet historique.

Mais nous ne pouvons pas nous arrêter aux limites de notre civilisation.

imagenores.jpgLa Nouvelle Résistance a toujours été inter-nationaliste, dans le sens de la défense d'une alliance révolutionnaire mondiale, d'une ligne anti-impérialiste et multipolaire, suivant l'inspiration de Che Guevara sur l'importance d'allumer un millier de centres de résistance dans le monde entier, car à chaque point où l'ennemi est vaincu, même si c'est à des milliers de kilomètres, la reconfiguration générale des forces nous sera bénéfique à long terme.

Et, bien sûr, parce que nous sommes convaincus que le mondialisme ne peut être vaincu que par une grande alliance internationale de peuples, de communautés, de traditions, de religions et de mouvements antilibéraux.

Si l'ennemi est mondial, la lutte doit être internationale.

Cela devient encore plus important dans le moment historique actuel où la Russie mène une lutte à la vie à la mort contre l'Occident. La même Russie qui a soutenu la Syrie et l'Irak, qui est le bouclier de l'Iran, qui est la force cachée derrière la résurgence des populismes européens, qui a érigé un mur autour de l'Amazonie à notre profit, etc.

La lutte à la vie à la mort de la Russie prend naturellement un caractère global et historique. C'est notre combat à tous, même si un jeu géopolitique consistant à éviter un siège s'y déroule, etc. Lorsque les Africains noirs arborent des drapeaux russes, ils ne sont pas apatrides, russophiles ou autres. Lorsque les Syriens font la même chose, ils ne sont pas fous. Ils ont tous (et nous avec eux) la sensibilité nécessaire pour comprendre le moment historique et son poids. C'est la multipolarité naissante, la seule chance de liberté pour tous les peuples opprimés par le mondialisme.

NRFRONT3.png

Ce n'est pas le moment d'être susceptible et de pleurnicher sur les "erreurs des deux côtés", de critiquer la Russie, d'attaquer Poutine, de faire semblant d'assumer de fausses modérations qui, comme rarement, n'ont qu'une odeur de lâcheté politico-idéologique.

Chaque patriote brésilien, AUJOURD'HUI, est un "russophile".

Demain, nous verrons à quoi cela ressemble.

Écrire un commentaire