Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 12 mai 2022

L'éducation dé(con)structive pour coloniser le peuple

Technology and Education-Header.jpg

L'éducation dé(con)structive pour coloniser le peuple

Par Facundo Martín Quiroga

Source: https://kontrainfo.com/educacion-deconstructiva-para-colonizar-al-pueblo-por-facundo-martin-quiroga/

Une nouvelle année scolaire commence en République argentine, après deux années d'affectation très dure des processus d'enseignement et d'apprentissage en raison des politiques arbitraires de confinement et de restrictions. Sans une seule demande de retour à des classes normales - sachant le peu d'impact de l'ouverture des écoles sur les contagions - l'éducation a subi une baisse de qualité phénoménale dans toutes ses composantes, voire une annulation pure et simple.

Aujourd'hui, c'est à nous, enseignants, pleinement conscients que ce qui a été perdu est pratiquement irrécupérable, de réfléchir aux enjeux de notre domaine, sur le plan politique, géopolitique, géoculturel, économique et même démographique. Un processus de capitulation de l'éducation, en tant que formation de sujets critiques (un des mots les plus abâtardis par le dogme progressiste), est en cours, et les institutions mondialistes qui la commandent dans notre région du monde ont décidé d'appuyer sur l'accélérateur pour détruire la conscience des enfants, des adolescents et des jeunes.

Au cours de ces deux années, l'agenda post-moderne en matière d'éducation, même en milieu fermé, n'a cessé de s'étendre : avec la légalisation sur l'avortement, les politiques éducatives en rapport, par exemple, avec la santé sexuelle, les droits reproductifs et la diversité LGBT, ont été accentuées dans le domaine de l'ESI, avec plus de budget, plus de cadres militants en formation, et plus d'extrémisme dans les positions à prendre avec un net abaissement de la ligne contraire à ce que ces militances identifient comme des valeurs familiales traditionnelles, identifiées comme patriarcales, sexistes, etc.

Mais ce n'est pas seulement en termes de genre que l'agenda global de l'éducation s'est étendu : les conceptions des curricula ont également accentué les "transversalités" telles que l'éducation à l'environnement dans une clé mondialiste (les objectifs de développement durable de l'Agenda 2030 font déjà partie des contenus depuis plusieurs années, seulement avec d'autres dénominations), l'interculturalité (fortement stimulée par l'Université, par exemple ici dans la Comahue appelant directement la nouvelle année du "pays mapuche", avec des intentions sécessionnistes claires), et les Droits de l'Homme maintenant, évidemment, dans une clé gendériste.

Nous considérons qu'il y a des points nodaux que ces actions ont en commun, qui avancent à pas de géant, et qui sont aussi "transversaux" dans toute la négativité que l'on peut imaginer. Nous en soulignerons trois :

exc.jpg

1. Le mépris de l'excellence

Sur cette question, nous pouvons trouver des précédents dans la modification des systèmes de notation et des sanctions disciplinaires, qui ne peuvent aujourd'hui être appliquées car les étudiants ne doivent pas être "stigmatisés". Il n'est pas non plus recommandé de faire redoubler les années aux élèves ; il est loin le temps où répéter une année était presque une tragédie familiale. On assiste à un afflux croissant et imparable de facteurs et d'agents étrangers à la réalité des processus éducatifs, au point que l'on assiste tous les jours à des poursuites judiciaires pour des notes attribuées par des enseignants après un examen, au harcèlement d'enseignants par des tuteurs, à des plaintes pour des comportements discriminatoires présumés qui frisent le ridicule.....

Ce processus est accentué aujourd'hui par l'introduction de l'agenda identitaire qui propose, sans l'expliciter, de détourner la formation en termes cognitifs et disciplinaires et, sous prétexte de responsabiliser les étudiants, de les initier aux sujets qui sont aujourd'hui au centre des processus éducatifs, les fameuses "transversalités": genre, environnement, droits de l'homme, interculturalité. La figure du professeur classique, qui donne une master class et est écouté par ses élèves (une figure caricaturale et loin de la rigueur historique), est aujourd'hui identifiée par les progressistes comme un représentant des traditions à "dé(con)struire" ; à tel point que, de plus en plus fréquemment, les enseignants sont qualifiés de "facilitateurs", c'est-à-dire d'enseignants qui n'enseignent plus, mais qui créent les conditions d'un apprentissage "significatif", "émotionnel", qui tiennent compte des "intelligences multiples", et toute une série de belles paroles qui tentent de voiler le sens de l'autorité, élément essentiel de la construction de l'identité et de la discipline scolaire.

Nous nous demandons : l'apprentissage n'est-il pas significatif lorsqu'il s'inscrit dans le cadre d'un projet national indépendant et souverain, dans lequel l'étudiant a le sentiment de faire partie d'un tout, au lieu d'être laissé seul face à un univers de mensonges et d'hédonisme ? À quelles fins tous ces termes que l'on brandit aujourd'hui, tous plus légers et frivoles les uns que les autres, sont-ils utilisés ?

L'élève commence à être considéré comme une victime plutôt que comme responsable de lui-même. Ces facteurs externes - qui doivent, dans cette nouvelle approche, être pris en compte par l'enseignant qui doit prendre en charge du mieux qu'il peut cette "diversité" qui est en réalité une hétérogénéité chaotique qui met le système lui-même en crise -...

Il ne s'agit pas seulement de savoir comment traiter ce problème, mais aussi de savoir comment traiter le problème de la "diversité" de l'élève, qui est une hétérogénéité chaotique qui met le système lui-même en crise.

La question à se poser pour résoudre ce problème, qui épuise l'éducation, serait de savoir dans quelle mesure les enseignants et les institutions éducatives devraient prendre en charge les problèmes liés aux défaillances structurelles de la société. L'éducation est vantée comme un lieu où tout est fait: tout est contenu, tout est pris en compte, tout est valorisé, tout est valorisé, tout est fait, tout est fait, tout est fait, et tout est fait.

La diversité, elle est valorisée, elle est amusante, elle est appréciée... tout cela au détriment de la formation réelle des sujets. Et aujourd'hui, avec le politiquement correct comme discours officiel, ceux qui prétendent à l'excellence dans leur profession sont automatiquement qualifiés de fascistes, ainsi que tout ce qui ressemble à la discipline et à l'ordre.

L'école "poubelle" est devenue une constante, de moins en moins de temps est utilisé pour l'enseignement, car, et il faut le souligner suffisamment, le déclin ne s'est jamais arrêté, il n'y a jamais eu de reprise de la qualité de l'enseignement depuis le désastre de l'Alfonsinisme ; la période de croissance avec la consommation et le "bien-être" qu'ont été les années Kirchner ne s'est pas du tout traduite par une amélioration du niveau d'enseignement, bien au contraire: le discours post-moderne et la victimisation ne sont ni plus ni moins que le renouvellement de la façade du système, sans rien faire de l'accumulation d'ignorance qu'ont été ces presque quarante ans de politiques éducatives désastreuses, qui étaient obscènes pendant les années 90, mais qui vont maintenant devenir "diverses". En bref, deux modèles vendus comme opposés - le néolibéralisme et la social-démocratie - avec la même ignorance pour le peuple.

Et comme si cela ne suffisait pas, l'État a fait entrer dans le champ de la "formation" à ces transversalités, des personnes qui n'ont aucune connaissance du pays, de la région, de la politique, au-delà de l'école du militantisme qui les a endoctrinés : groupes féministes, groupes indigènes, jeunes des groupes civils, piquets de grève, tous occupent le même rang d'autorité que les enseignants.

Les formateurs d'enseignants deviennent également des gourous du marketing qui enseignent que les enseignants doivent "conquérir", "séduire", faire de la "magie" pour "attirer" (tous ces mots sont des citations textuelles de formateurs d'enseignants oratoires, avalisés par le système public)... Ceci, qui semble sortir d'un cours de vente plutôt que d'un ministère de l'éducation, s'applique à tous les spectres idéologiques : les idéologies post-modernes n'échappent en aucune occasion à ces ressources. Enfin, que fait un formateur en genre sinon séduire, attirer, conquérir des adolescents pour les rallier à une cause militante, au lieu d'éduquer à l'excellence ?

cropped-2017-11-03-23-30-04-1200x800.jpg

2. Déformation de l'histoire

En gros, il s'agit d'insérer de faux souvenirs historiques qui, sur la base d'une morale victimaire, sèment chez les étudiants l'ignorance et le ressentiment envers tout ce qui constitue l'identité nationale et latino-américaine, accusée de tout ce que ces militants ont du mal à insérer : "sexiste", "patriarcal", "raciste", "écocidaire", tout est bon pour mobiliser la sensibilité au détriment de la rigueur historique. L'idée est d'amener le sujet à interpréter toute l'histoire de l'humanité qu'on lui enseigne purement et exclusivement dans la clé de lecture qu'on lui donne, ce qui se résumerait plus ou moins à ce qui suit :

- Si le formateur est féministe, toute l'histoire de l'humanité sera l'histoire de la femme comprise comme un sujet universel et homogène, porteur d'une bonté intrinsèque de victime, subjuguée par le mâle infiniment cruel et impitoyable.

- Si l'on est indigéniste, toute l'histoire de l'humanité se réduira à la (fausse) dispute entre le conquérant infiniment mauvais et pervers et l'indigène habitant un paysage bucolique qui résiste à la colonisation (surtout espagnole) et se fait impitoyablement massacrer.

- Si vous êtes écologiste, toute l'histoire de l'humanité se réduira à l'histoire de "mère nature" (entrez l'adjectif que vous voulez : Gaia, Pachamama, Mapu, etc.) punie et détruite par l'homme (surtout s'il est blanc et hétérosexuel), qui doit payer ses fautes en la laissant tranquille.

- Si l'on est LGBTIQA+, toute l'histoire de l'humanité sera réduite à l'histoire de l'homme blanc hétérosexuel, condamnant à la disparition les "dissidences", qui auraient elles aussi une charge de bonté intrinsèque à leur statut de victime.

Chacun de ces paragraphes prétend aller plus loin, disent-ils, en "déconstruisant" l'histoire. Rien n'est plus faux : ils sont endoctrinés sur la base d'histoires ou de fables souvent traversées par ce que le philosophe espagnol Gustavo Bueno a appelé la "pensée Alice", une sorte d'utopisme grossier qui est l'une des bases du mondialisme en tant que philosophie morale : l'idée que tous les destins mènent à la dissolution des conflits, sans compter que cela impliquerait la dissolution des États et la volatilisation de leurs sociétés sous un seul règne : celui du relativisme absolu, le summum d'un système ultra-totalitaire.

Nos étudiants, en particulier, sont de plus en plus ignorants de la politique contemporaine et de l'histoire de notre pays, et pire, ces mêmes endoctrineurs militants sèment des faussetés au grand jour, les institutions les applaudissant ou se taisant par peur des représailles. Le cas de la légende noire sur notre territoire est paradigmatique : on reproduit des paragraphes entiers, par exemple, du livre Les veines ouvertes de l'Amérique latine, sans même permettre d'avancer des arguments pour les réfuter (ce que l'auteur de cet ouvrage a lui-même rejeté), ou on fait l'apologie du faux libelle de Bartolomé de las Casas, après avoir introduit les slogans anti-espagnols classiques comme le mensonge du "génocide", et ainsi de suite. Le jeu géopolitique est si explicite, la tentative de fragmenter davantage la nation par l'insertion de telles perspectives si grossière, qu'il est parfois effrayant de voir l'obséquiosité des professeurs mêmes qui enseignent l'histoire dans les lycées.

81GHKFea30S.jpg

La déformation de l'histoire "par la gauche" parachève le travail effectué par les libéraux oligarchiques qui ont construit le récit officiel de l'histoire nationale et continentale. Les deux pôles ont la même origine: Halperin Donghi et Felipe Pigna, même si cela ne semble pas être le cas, sont taillés dans la même étoffe, ils sont symétriques et complémentaires. Par conséquent, cette formation dans l'histoire, qui a oscillé entre le libéralisme oligarchique et le progressisme postmoderne, a le même but: éviter l'émergence d'une ligne nationale et hispano-américaine dans la formation académique des étudiants, soit en l'éliminant, soit en la déguisant avec des moyens caritatifs quand elle n'est pas directement mensongère ; le travail de sélection des faits, personnages et processus qui sont exaltés et mis en valeur pour construire le récit qui s'apparente à la géopolitique anglo-saxonne (par exemple, donner l'histoire du péronisme associée au keynésianisme et/ou à la social-démocratie, ou directement au nazisme ou au fascisme) est très fin.

image-19.jpg

3. Une nouvelle pédagogie morale : le relativisme

Il s'agit d'une procédure de transformation de l'éthique et de la morale des étudiants, une tentative permanente d'installer un nouveau cadre à partir duquel réfléchir à l'action humaine. C'est une morale relativiste qui enlève à la personne sa foi comprise comme la conviction profonde qu'il y a une dimension plus grande à la simple existence dans le présent, et que nous devons nous éduquer pour servir, harmonieusement, ce plus grand bien qui est au-dessus de notre simple individualité car, en fait, c'est une condition pour qu'il se développe. Cette foi (qui était la base de l'éducation péroniste, qui amalgamait dans un projet cohérent les idées du droit au bien-être, du privilège des enfants, de la dignité du travail, etc.) a été remplacée par une nouvelle éthique: le culte du moi, mais sans le moi, c'est-à-dire la sensorialité du moi, la dimension la plus superficielle du moi. Il ne s'agit pas d'un moi rationnel, mais d'un moi spectral, totalement opposé à la raison, avec une primauté absolue du sentiment et de la jouissance, au point de donner lieu à des droits supposés de simples sentiments, ce qui est clairement absurde.

L'avènement de mots tels que "plaisir", "répression", "jouissance", "droits", "diversité", etc., comme autant de slogans à suivre pour dire "plaisir", comme des slogans à suivre comme des dogmes, a poussé les étudiants à renoncer à leur temps, par exemple en Histoire de l'Argentine, pour faire de la place à la doctrine postmoderne, mais elle a aussi obtenu, sur la base d'un soutien étatique de plus en plus fort, que les étudiants en sachent moins, pour qu'ils puissent apprendre de moins en moins, et qu'ils puissent apprendre de moins en moins, pour qu'ils puissent apprendre de moins en moins, Dans un quotidien gangrené par les fausses informations et les réseaux antisociaux, les étudiants sont moins érudits, leur capital culturel savant (au-delà de la consommation globalisante) est diminué, et leurs capacités cognitives sont affectées de manière quasi irréversible. Ensuite, s'il n'y a pas de contenu à travailler, on laisse au premier venu le soin d'endoctriner.

C'est cette ignorance fondamentale qui rend les vulgarisateurs et les influenceurs tels que Dario Zeta ou Sol Despeinada si célèbres et leurs discours deviennent des matériaux de référence : ils conviennent parfaitement à cette précarisation de l'intellect puisqu'ils sont chargés d'exalter cette précarité ; pire encore, ils remplissent la fonction de faux prophètes en faisant croire aux esprits des étudiants qu'ils peuvent philosopher ou faire la révolution avec le simple jeu de mots de la dé(con)struction (i), c'est-à-dire qu'ils leur font croire que l'anti-système passe par là, et non par la souveraineté politique ou la justice sociale.

Mais il y a encore plus de perversion : ils légitiment la déformation et la décontextualisation de mots qui ont pris chair dans notre propre histoire, comme la justice sociale, validant que tout slogan vide en est le synonyme. La conséquence logique du relativisme historique et du relativisme politique est le relativisme moral, une base fondamentale pour, premièrement, faire coexister des termes qui, dans la réalité et dans l'histoire, sont totalement contradictoires (par exemple : "l'avortement est une justice sociale") comme si de rien n'était et, deuxièmement, insérer la culture de la victimisation au plus profond de la conscience des étudiants, qui en viendront à considérer toute l'histoire et aussi le présent en termes de victimes et de coupables.

Rien ne pourrait être plus médiocre intellectuellement et éthiquement, et promu par l'école elle-même ! Face à un tel panorama expérientiel dans lequel les étudiants ne parviennent pas à ordonner leur vie, dévalorisant le temps de lecture, souffrant d'une technophilie qui les conduit à légitimer ce que Paula Sibilia appelait "l'intimité comme spectacle", le sentiment d'autorité devient d'autant plus nécessaire. Mais parce que cet endoctrinement postmoderne est si fort, l'étudiant est initié au besoin de blâmer l'extérieur ; la culture de la victimisation transforme le sujet en quelqu'un qui cherche en lui-même un élément qui puisse le victimiser aux yeux des autres afin d'en tirer profit. La morale de la victimisation est la morale du grimpeur, la morale du "méritocrate" mais à l'envers, tous deux profitant des failles pour gravir les échelons aux dépens de l'État et de la société. Oui, les institutions éducatives elles-mêmes, dans une clé post-moderne et progressiste, promeuvent la moralité du parasite chez les étudiants, mais très bien vendue comme "diversité". Quel beau sujet pédagogique ils construisent ensemble.

Quelques remarques finales

Nous sommes conscients que la démolition de l'éducation a une longue histoire qui remonte à l'Alfonsinisme, qui a tissé un discours pervers qui, sous le parapluie des droits de l'homme et de la démocratie sociale des gauchistes résiduels, a amené l'éducation argentine dans le tiers monde. Puis la catastrophe entraînée par le pouvoir tenu par Menem, avec sa balkanisation pédagogique (la balkanisation territoriale sera un fait si nous ne l'évitons pas, n'oubliez pas que le pays est aussi, dans une certaine mesure, balkanisé politiquement), a fait des politiques éducatives nationales un véritable pillage. Mais ces vingt dernières années ne sont pas non plus méritoires, pas du tout, au-delà de l'émergence de certaines questions qui ont été discutées mais n'ont jamais donné lieu à une pédagogie véritablement émancipatrice. C'est ainsi que nous pensons que tout est résolu "avec l'éducation", sans nous demander quelle éducation est souhaitée et nécessaire, et encore moins ce qu'ils font de l'éducation en ce moment.

Dans ce contexte, on ne peut manquer de mentionner la montée dangereuse du "home schooling", ou éducation à domicile, comme forme de réaction contre la dictature sanitaire vécue dans les écoles, ce qui délégitime encore plus le système sachant que, dès que l'élève entre dans l'institution, il est endoctriné des quatre côtés. Je dis dangereux, car cela détourne l'attention du fait que la bataille doit être menée au sein du système éducatif public, qui continue aujourd'hui encore à représenter la société argentine, qui le considère comme fondamental pour la mobilité ascendante et le bien-être social.

Enfin, cette situation catastrophique, loin d'égaliser les chances pour le choix d'une destination universitaire, segmente davantage la population étudiante : il restera une élite de scientifiques STEM (Science, Technologie, Ingénierie et Mathématiques) qui se consacrera au développement matériel des pays... et des cours sur le genre, la diversité, l'indigénisme et autres vacuités pour le reste. Ainsi, les institutions académiques mêmes qui offrent des cours de troisième cycle dans la région présentent constamment des propositions de "formation" dans chacun des points de l'agenda mondialiste.

Sans un modèle national avec une articulation fédérale et régionale, mais avec une récupération des axes fondamentaux pour la société et l'État dans son ensemble, il n'est pas possible d'affronter les défis de la dispute entre blocs que nous vivons, qui, en fait, détruit toute évidence possible de ce que nous avons fini par appeler la mondialisation, mais qui continue à être célébrée sous le couvert du progressisme, aussi fonctionnel que le libéralisme lorsqu'il s'agit de mener à bien la colonisation pédagogique de notre peuple.

Note:

(i) La parenthèse dans l'écriture de la dé(con)struction n'est pas innocente, car au fond, la déconstruction n'est rien d'autre que de la pure destruction.

mardi, 10 mai 2022

"Dans la nouvelle étape, les États-Unis seront un acteur important, mais ils ne seront pas une puissance hégémonique comme il y a quelques années"

esta-pour-voyager-aux-usa.jpeg

"Dans la nouvelle étape, les États-Unis seront un acteur important, mais ils ne seront pas une puissance hégémonique comme il y a quelques années"

Entretien avec Andrés Berazategui

Propos recueillis par Santiago Asorey

Source: https://www.agenciapacourondo.com.ar/internacionales/en-la-nueva-etapa-estados-unidos-sera-un-actor-importante-pero-no-sera-una-potencia?fbclid=IwAR3jCX7vWjQV37h3rUow1Mp60ea7Uxj_azUWF5vURLH1ClWfc9BpeiJpKuY

Andrés Berazategui est titulaire d'un diplôme en relations internationales, d'un master en stratégie et géopolitique et d'un diplôme en analyse stratégique internationale. Il est également membre du groupe de réflexion et du projet d'édition Nomos. Dans une interview accordée à l'AGENCIA PACO URONDO, il a réfléchi au conflit géopolitique qui oppose les puissances atlantistes de l'OTAN et la Fédération de Russie en Ukraine.

APU : Commençons par le conflit lui-même, en Ukraine, et la rapidité avec laquelle le différend entre les puissances atlantistes et la Chine et la Russie a développé des tensions dans le monde entier, sur la base des pressions exercées par les États-Unis pour imposer une guerre économique à la Russie. Comment le nouvel ordre international émerge-t-il de ce nouveau scénario ?

AB : Deux aspects importants peuvent être soulignés, au-delà de ceux déclarés par la Russie en relation avec la région de Donbass. D'une part, les aspects strictement géopolitiques: la Russie en tant que puissance ne peut pas permettre (comme toute puissance qui se respecte) des voisins hostiles à sa périphérie. Les puissances sont mal à l'aise face aux menaces proches de leurs frontières. D'autant plus que l'Ukraine appartient à l'ancien espace soviétique, une zone que les Russes considèrent comme leur zone naturelle et immédiate de projection d'intérêts. Et ce d'autant plus que l'Ukraine est particulièrement sensible dans l'histoire de la Russie, tant pour des raisons historico-culturelles que militaires (c'est la zone classique d'empiètement de l'Ouest sur l'Est).

D'autre part, il existe un conflit d'une plus grande portée: le défi permanent lancé par Poutine à l'ordre libéral international. Poutine a remis en question à plusieurs reprises les politiques, les valeurs et les institutions de l'ordre dirigé par les États-Unis. Le président russe n'est pas d'accord avec le projet libéral et l'expansion de ce modèle d'ordre, mais cherche à faire reconnaître la nouvelle répartition mondiale du pouvoir et où la Russie doit être reconnue comme un acteur important. Ce point est particulièrement sensible, car il remet en cause l'ordre international né avec la fin de la guerre froide, c'est-à-dire qu'il ne s'agit pas d'une question conjoncturelle. Il s'agit du désir de la Russie d'organiser un ordre dans lequel elle est plus favorisée, et le principal obstacle est un États-Unis qui cherche à étendre ses propres valeurs et institutions de manière compulsive. Cette situation est déjà de plus en plus remise en question, même à Washington, et il faut donc s'attendre à des changements importants dans l'ordre international.

Quant à la Chine, elle s'est tenue à distance prudente du conflit en Ukraine. D'après ce que l'on peut voir dans ses médias, il est largement admis que le PCC n'est pas d'accord avec l'intervention elle-même ; mais pour la Chine, elle a beaucoup plus à gagner de la Russie en tant que partenaire stratégique, elle ne s'opposera donc pas non plus activement au Kremlin.

APU : "Que se passe-t-il aujourd'hui ? C'est la destruction du système d'un monde unipolaire qui s'est formé après la chute de l'URSS", a déclaré Poutine il y a un mois. Voyez-vous un déclin de l'hégémonie atlantiste ?

AB : Il est certain qu'il y a un déclin des États-Unis et donc un relâchement du maintien des politiques de l'ordre libéral international. Il y a une Chine défiante qui se rapproche de plus en plus de l'équilibre des attributs du pouvoir dans tous les segments de la compétition avec les États-Unis. Il existe une Russie révisionniste qui cherche à déplacer davantage de frontières et qui a conclu un accord avec la Chine. Il y a des mouvements en Europe qui pourraient conduire à une autonomie croissante du vieux continent par rapport aux États-Unis. Dans notre Amérique, le drapeau de l'intégration a déjà été hissé et, bien que ralentie, elle reste un objectif... c'est un monde en transition : nous passons d'un ordre unipolaire à un ordre de grands espaces où le grand espace atlantique (Grossraum, en langage schmittien) sera un parmi d'autres. Les États-Unis seront un acteur important, mais en aucun cas une puissance hégémonique comme il y a quelques années.

APU : La hausse du coût de l'énergie pour les populations européennes dépendantes du gaz et des hydrocarbures russes constitue également un problème électoral pour les dirigeants européens qui tentent de défendre une position pour le moins discutable d'un point de vue national. Cependant, les États-Unis ont prévalu. Quelle explication trouvez-vous à cela ?

AB : Étant donné que les événements se déroulent toujours, il reste à voir dans quelle mesure les États-Unis ont fait prévaloir leurs vues. De plus, en Europe, les points de vue sur l'approvisionnement en énergie ne sont pas unanimes, aussi des mesures prudentes ont-elles été prises sur cette question. Je pense que les Allemands, en particulier, sont impatients de voir le conflit en Ukraine prendre fin dès que possible et de revenir à la normalité (au fait, qu'est-ce que la "normalité" aujourd'hui ?), au moins en ce qui concerne l'approvisionnement en énergie. Cependant, en raison des enjeux que j'ai mentionnés plus haut, je pense que les questions énergétiques ne sont pas les plus importantes aujourd'hui. Je crois qu'en fin de compte, nous parlons des forces souterraines de l'histoire qui mettent à l'épreuve la force des cultures et des peuples dans une lutte où s'affrontent de grandes volontés collectives. Et les tensions générées par ces volontés seront utiles à ceux qui sauront en tirer parti, que ce soit par une intervention ouverte dans la lutte ou par la sagesse de ceux de "l'extérieur" dans la gestion de leurs intérêts.

640px-Flag_map_of_Argentina.svg.png

L'Argentine dans le monde

APU : La deuxième partie de l'interview porte sur la position de l'Argentine, mais dans la perspective de la troisième position historique du péronisme.

AB : La troisième position est née comme une alternative qui promouvait l'épanouissement individuel en harmonie (et dans un rapport de subordination) avec le destin collectif. En politique étrangère, compte tenu du fait que la seconde après la Seconde Guerre mondiale divisait deux blocs, l'un mettant l'accent sur l'individualisme capitaliste et l'autre sur le collectivisme marxiste, la troisième position a marqué ses propres modes d'organisation de la vie sociale et politique et a établi une neutralité face au conflit Est-Ouest, évitant ainsi de s'aligner sur l'un des deux blocs. En même temps, cela laissait la voie ouverte pour tirer parti et maximiser les intérêts avec l'un ou l'autre lorsque cela était nécessaire, car il ne s'agissait pas d'une position d'opposition compulsive : en bref, sans nous aligner politiquement ou sur les questions de sécurité, nous avons commercé avec les deux blocs, par exemple. La troisième position a promu son propre modèle philosophique politique dans les affaires intérieures et a recherché la liberté d'action en politique étrangère. En ce qui concerne la confrontation entre l'Occident et la Russie au sujet du conflit actuel en Ukraine, je ne pense pas que la troisième position s'applique, notamment en raison de deux problèmes : D'une part, nous ne sommes pas dans un moment bipolaire analogue à celui de la guerre froide (il est possible que cela se produise à long terme entre les États-Unis et la Chine, mais il est encore prématuré de l'affirmer) ; en fait, nous sommes aujourd'hui en transit vers un monde multipolaire. D'autre part, nous évoluons également vers un monde plus pragmatique et moins idéologique qu'à l'époque.  Dans la conjoncture actuelle, j'ai tendance à valoriser la validité de la troisième position - comme je l'ai fait dans un autre ouvrage - en tant que contrepoint à la dialectique entre l'individualisme libéral et le collectivisme des "nouvelles luttes" dans le style de Tony Negri, Holloway et d'autres. Une dialectique qui, par ailleurs, dans ses expressions politiques concrètes finit (du moins en Occident) par être légitimée par un discours libéral, tant de gauche que de droite, si ces concepts ont un sens aujourd'hui.

APU : Comment analysez-vous le vote argentin à l'ONU sur l'expulsion de la Russie du Conseil des droits de l'homme ?

AB : Je considère que c'est incorrect. Il y avait au moins la possibilité de s'abstenir. C'est une méfiance gratuite, sachant que les implications pratiques de l'appartenance à un tel organisme sont secondaires. Je considère qu'il s'agit d'un impact plus symbolique que matériel, ce qui explique qu'il n'affecte pas non plus la Russie de manière substantielle, mais il s'agit toujours d'une position prise par l'Argentine et ce n'est pas une position appropriée à prendre : il s'agit d'un conflit dans lequel nous devrions adopter la neutralité. Quel était l'avantage de l'expulser ? Que gagne l'Argentine ? En quoi ce vote nous positionne-t-il mieux ? Je ne vois rien de positif dans cette décision.

APU : L'Argentine est également confrontée à un défi lié aux conditions imposées par l'accord avec le FMI. La construction d'une centrale nucléaire à laquelle participe la China National Nuclear Corporation est menacée par la pression des Etats-Unis, quelle analyse proposez-vous sur ce point de conflit ?

AB : En ce qui concerne le FMI, il s'agit d'un passif absolu. Elle limite sérieusement nos options économiques, mais aussi nos options de politique étrangère, car la dette est une conditionnalité politique, même si nos politiciens veulent la formuler en termes strictement financiers. Cela devrait être compris par tous et faire l'objet d'un débat public : la dette et les organismes internationaux de prêt sont des instruments de projection de puissance par les pouvoirs en place. Le FMI ne demande pas seulement de faire fonctionner la politique fiscale ou telle ou telle variable macroéconomique. Et vous avez raison de faire le lien avec la centrale nucléaire. Si nous ne trempons pas nos barbes dans l'eau, cette initiative et d'autres seront bloquées par des États-Unis en pleine concurrence avec une Chine montante. La question que nous devons toujours nous poser est "qu'est-ce qui est dans notre meilleur intérêt". Et il n'est pas dans notre intérêt d'être liés à la dette, pas plus qu'il n'est dans notre intérêt de nous tourner vers les États-Unis pour qu'ils nous "aident" à résoudre nos problèmes. Il est vrai que lorsque vous négociez, vous devez céder quelque chose, mais quand avons-nous jamais bien négocié avec le FMI ?  Les organisations internationales sont nées, façonnées et principalement financées par les grands acteurs internationaux et sont des plateformes de projection de leur pouvoir : il faut le comprendre une fois pour toutes.

vendredi, 22 avril 2022

Incendie en Europe - Intérêts géopolitiques et défi à l'ordre libéral

actualité,géopolitique,relations internationales,politique internationale,argentine,amérique latine,amérique du sud,amérique ibérique

Incendie en Europe

Par Andrés Berazategui*

Source: https://nomos.com.ar/2022/04/19/fuego-en-europa/?fbclid=IwAR1-F33Lt9hPuz8XmKAezJvqzASFrI9ihsVdoDidWu4IH2x8f1_TtUa6SkM

Intérêts géopolitiques et défi à l'ordre libéral

Lorsque l'intervention de la Russie en Ukraine a débuté le 24 février, la principale raison invoquée par Vladimir Poutine pour lancer les opérations était le conflit vieux de huit ans au Donbass. Nous ne nous attarderons pas sur les faits, étant donné l'importante couverture médiatique en cours. Depuis quelques années, la situation dans la région semblait se calmer en raison de l'impasse qui a créé une frontière de facto entre les territoires contrôlés par les forces loyales au gouvernement ukrainien et ceux sous le contrôle des insurgés des républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. Il est donc clair que la décision du président russe de lancer une telle opération ne peut être uniquement liée au conflit dans le Donbass. Le différend entre la Russie et l'Ukraine doit être placé dans un cadre plus large dans lequel nous soulignerons deux aspects: d'une part, des considérations géopolitiques liées aux questions de sécurité et à la lutte pour l'hégémonie en Eurasie; et, d'autre part, un défi plus large où une Russie revigorée remet en question l'ordre international en déclin dirigé par les États-Unis.

La Russie et la géopolitique eurasienne

En stratégie, un "intérêt vital" est défini comme un intérêt pour lequel un acteur est déterminé à faire la guerre afin de le défendre. Dans la politique interétatique, la vie de la population, la possession ou l'accès à des ressources critiques, ou le territoire lui-même peuvent être identifiés comme des facteurs d'intérêt vital pour un État. Les États élaborent des stratégies pour neutraliser les menaces, c'est pourquoi les politiques de sécurité et de défense figurent souvent en bonne place dans les agendas publics. Il n'est pas surprenant que les puissances aient tendance à consacrer d'importantes ressources à cet effet. L'ex-URSS ne faisait pas exception, bien au contraire, et sa désintégration a laissé un grand nombre de conflits potentiels qui pourraient être très problématiques pour son principal État, la Russie d'aujourd'hui. Vladimir Poutine considère que l'effondrement de l'URSS est la plus grande catastrophe géopolitique du 20e siècle. Il a toutes les raisons de le croire. Mais le plus grave, au vu des événements qui ont suivi cet automne, était la menace que la Russie percevait dans une OTAN avançant vers l'est. Historiquement, le principal défi de la Russie a été de défendre son espace national contre une multitude de voisins actifs et souvent instables. Il n'est donc pas surprenant que l'avancée de l'alliance atlantique ait mis les dirigeants russes mal à l'aise. La raison est classique: aucune puissance ne veut de menaces près de ses frontières. Les Américains toléreraient-ils une alliance militaire chinoise incluant, par exemple, des pays des Caraïbes, le Canada ou même le Mexique ? Comment les États-Unis ont-ils réagi lorsque les Soviétiques ont envoyé des missiles à Cuba ? Pourtant, une Russie encore faible ne pouvait rien faire en 1999 lorsque la première expansion de l'OTAN de l'ère post-soviétique a eu lieu, la République tchèque, la Hongrie et la Pologne rejoignant l'alliance.

Selon certains analystes, la Russie ne s'inquiétait guère, au début des années 1990, de la capacité de l'OTAN à contenir une Allemagne nouvellement unifiée. Il n'y avait pas non plus de signe public de la volonté de l'OTAN de "marcher vers l'est", sans parler du fait que beaucoup en Russie estimaient que la propagation de la démocratie ne nécessitait pas l'expansion parallèle d'une alliance militaire. Mais plus d'un Occidental a considéré l'élargissement de l'OTAN comme une grave erreur, y compris le stratège George Kennan, celui-là même qui a conçu la politique d'endiguement de l'URSS pendant la guerre froide, dans un article du New York Times d'aujourd'hui intitulé "A fateful error" [1].

Cependant, d'autres voix se sont fait entendre et la géostratégie finalement conçue avait réservé à l'OTAN et à l'Union européenne le rôle fondamental d'être la "tête de pont démocratique" des Etats-Unis sur l'Eurasie, comme le soutenait Zbigniew Brzezinski en 1997 [2]. Il a écrit une stratégie séduisante pour Washington avec une relecture néo-mackinderienne de la géopolitique, car il voyait l'Eurasie comme le principal échiquier dans la lutte pour l'hégémonie mondiale et où il était nécessaire d'opérer sur trois fronts : L'Europe de l'Est, où l'UE et l'OTAN (deux architectures institutionnelles qui allaient de pair) devaient s'étendre; les "Balkans eurasiens", une région qui s'étend de l'est de la Turquie et d'une grande partie de l'Iran à l'Asie centrale, où régnait une grande instabilité qui devait être gérée par la diplomatie et l'équilibre; et enfin l'Extrême-Orient, où une Chine en pleine expansion devait être contenue afin de demeurer uniquement une puissance régionale.

31CT9pJJ1nL._SX450_.jpg

out-of-control-9780684826363_hr.jpg

La plus grande crainte de Brzezinski était qu'une alliance anti-hégémonique prenne forme, qui contesterait la suprématie mondiale des Etats-Unis et finirait par chasser les Etats-Unis d'Eurasie. Une telle alliance, selon le stratège, pourrait se faire entre la Russie, la Chine et éventuellement l'Iran. Brzezinski avait des craintes particulières au sujet de la Russie, car son territoire lui permet d'opérer à la fois en Europe et en Extrême-Orient, mais aussi parce qu'elle est une puissance nucléaire.

Les universitaires libéraux ont joué leur rôle dans la politique d'expansion vers l'est de l'UE et de l'OTAN : ils étaient profondément ancrés dans l'idée que les États-Unis étaient destinés à apporter la liberté, la démocratie et la prospérité au monde entier. Le modèle américain de capitalisme et de démocratie avait réussi à résoudre les contradictions de l'histoire, ce n'était donc qu'une question de temps avant que ce modèle puisse être apporté au monde entier. C'est du moins ainsi que Francis Fukuyama l'a formulé, et beaucoup l'ont cru.

Ce n'est pas ce que pensaient les dirigeants russes ou de nombreux autres dirigeants dans le monde. Très tôt, Poutine a clairement indiqué que l'expansion de l'OTAN constituait une menace pour la sécurité de la Russie et il n'était pas disposé à tolérer la présence de membres de l'OTAN parmi les pays voisins. Cependant, la Russie ne pouvait rien faire non plus en 2004, lorsqu'un nouveau cycle d'élargissement est arrivé: cette fois, la Bulgarie, la Slovaquie, la Slovénie, la Roumanie et pas moins de trois pays voisins, la Lettonie, l'Estonie et la Lituanie (qui jouxte Kaliningrad), ont rejoint l'alliance. Mais la goutte d'eau qui a fait déborder le vase est arrivée en avril 2008 lorsque l'OTAN a déclaré sa volonté d'intégrer l'Ukraine et la Géorgie. Comme si cela ne suffisait pas, le mois suivant a vu le lancement officiel du Partenariat oriental, une initiative visant à établir des relations communes avec les pays d'Europe de l'Est sur la base de la promotion de valeurs, d'institutions et d'intérêts communs proclamés entre cette région et l'UE. Suite à une action militaire géorgienne dans deux régions séparatistes, la Russie est intervenue dans la zone et a soutenu les régions d'Ossétie du Sud et d'Abkhazie contre la Géorgie. Cette intervention russe aurait dû faire comprendre aux Occidentaux ce que Poutine pense de ses voisins qui ont manifesté leur décision de rejoindre l'OTAN.

Flag_map_of_Georgia-Abkhazia_and_South_Ossetia.png

À l'Ouest, cependant, les politiciens n'ont pas changé de cap et ont soutenu une "révolution colorée" en Ukraine qui a réussi à évincer le président pro-russe Ianoukovitch en 2014, tournant une fois de plus l'Ukraine vers l'Ouest. Le conflit a alors éclaté au Donbass, mais pas seulement là, mais dans presque toutes les régions russophones. Profitant de l'escalade, une Russie déterminée et active s'empare de la péninsule de Crimée. Malgré tout cela, loin de s'orienter vers une politique de négociations qui établirait la fin de la marche de l'OTAN vers l'est et définirait la neutralité de l'Ukraine, cette dernière a insisté sur l'intégration à l'Occident et l'OTAN a déclaré avec insistance que chaque pays pouvait décider de ce qu'il voulait faire. Les événements se sont radicalisés lorsque le Kremlin a pressenti l'intégration imminente de l'Ukraine dans l'alliance et que des missiles seraient déployés sur son territoire.

Le défi de l'ordre libéral international

Aussi important qu'il soit d'analyser la concurrence géopolitique sur l'échiquier eurasien, ce fait à lui seul n'explique pas entièrement les intentions de la Russie, car dans un aspect plus vaste, Vladimir Poutine remet en question l'ordre international libéral dirigé par les États-Unis. Le président russe a critiqué à plusieurs reprises les valeurs incarnées par l'Occident, notamment dans ses discours au Club Valdai. En outre, le défi est même logique, étant donné que la Russie, en tant qu'État revigoré, vise à revenir au pouvoir en proposant ouvertement la fin de l'ordre international actuel pour donner naissance à un ordre qui lui serait plus favorable. Poutine souhaite qu'un tel ordre lui permette d'avoir son mot à dire sur les questions importantes de politique internationale, en particulier les questions de sécurité. En outre, le Kremlin ne souhaite pas simplement adapter les changements à l'ordre international actuel, mais les dirigeants russes veulent en construire un qui tienne compte des nouvelles réalités de la répartition mondiale du pouvoir. Au fil du temps, il semble devenir évident que le monde évolue vers la multipolarité. Un commentaire sur ce point. La polarité du système international est donnée par sa structure, c'est-à-dire par la forme que prend le système international. C'est-à-dire que même si le système international est toujours un et le même, il peut prendre différentes formes en fonction des différentes répartitions des capacités matérielles: avec une seule puissance hégémonique, il sera unipolaire; avec deux puissances, bipolaire; avec trois puissances ou plus, multipolaire...

Cependant, après la fin de la bipolarité et la chute de l'URSS, le "moment unipolaire" est né lorsque les États-Unis sont devenus la seule superpuissance.  Ainsi, ce pays s'est consacré à étendre ses propres valeurs et institutions au monde entier, dans ce qui semblait être le triomphe du libéralisme à l'échelle mondiale. C'est dans ce contexte de triomphalisme qu'est née la théorie de la paix démocratique, une théorie qui affirme que les démocraties ne se font pas la guerre, de sorte que le modèle démocratique et capitaliste occidental devait être élargi afin de parvenir à la paix internationale. Et cette expansion de la démocratie libérale était positive pour les États-Unis pour deux raisons. D'une part, s'il est vrai que les démocraties ne se font pas la guerre, quelle meilleure contribution à la paix internationale que de faire de tous les États des pays démocratiques ? Mais d'un autre côté, étant un ordre pacificateur, il a été interprété que les Américains eux-mêmes seraient plus en sécurité chez eux, puisqu'ils ne seraient pas "forcés" de s'impliquer à l'étranger et pourraient s'occuper de leur propre politique intérieure. Les libéraux américains des années 1990 ont défendu l'expansionnisme de leur propre modèle d'ordre, identifiant l'intérêt international pour la paix à leur propre intérêt national. Il se trouve que les puissances ont tendance à rechercher des ordres internationaux qui leur profitent, et ces ordres naissent comme une expression de la façon dont chaque peuple conçoit la réalité. C'est-à-dire que de chaque esprit national naît une vision du monde à partir de laquelle est projetée une manière de comprendre comment le monde devrait être ; appliquée à la politique internationale, c'est le substrat sur lequel sont conçus les ordres internationaux, et ce sont les puissances qui ont la volonté et les capacités matérielles de les construire et de les maintenir.

Mais les Russes n'ont pas la même vision du monde que les Américains. L'ordre international actuel repose sur une philosophie libérale, une philosophie qui considère l'individu comme l'alpha et l'oméga de tout ordre social. Fondée sur une confiance aveugle dans le pouvoir de la raison, cette philosophie part du principe que, tôt ou tard, toute l'humanité atteindra le même objectif dans le futur; le progrès est inéluctable. Mais alors que le progrès avance, il est évident que les individus ont des religions, des idées ou des intérêts différents, alors comment résoudre le problème de la coexistence tout en atteignant le but final de l'histoire? Avec un contrat né de volontés libres, rationnelles et suffisamment informées. C'est ainsi que sont nés le contractualisme, la pensée "sociétale" et les régimes démocratiques modernes. Transposez ce même raisonnement à la politique interétatique et vous obtenez l'ordre libéral international, un ordre fondé sur la promotion des droits de l'homme, de la libre économie et de la démocratie.

Bien sûr, le créateur, le soutien et le garant de cet ordre était et est toujours les États-Unis, qui ont leur propre façon de comprendre ces facteurs. Ainsi, avec l'ascension des États-Unis au sommet de la puissance mondiale, les droits de l'homme sont interprétés de manière individualiste, en prenant pour acquis l'existence d'atomes rationnels et libres guidés par l'intérêt personnel. L'économie de marché implique la déréglementation, la limitation de l'interventionnisme de l'État et la recherche acharnée du profit. Enfin, la démocratie se comprend non pas en termes de "volonté du peuple", mais dans l'articulation d'un système de contrepoids entre des pouvoirs équivalents, avec un système politique dont la représentation est monopolisée par les partis politiques et où l'alternance dans l'exercice du pouvoir est recherchée. Pour les États-Unis, toutes ces choses étaient positives lorsqu'ils ont décidé de les étendre dans les années 1990, car lorsqu'elles sont appliquées à la politique internationale, elles créent "un monde basé sur des règles". Mais bien sûr, les organisations et les institutions qui étaient censées faire respecter ces règles ont été largement créées et façonnées par les États-Unis eux-mêmes... il en a été de même pour l'ONU, le FMI, l'OMS, l'OTAN et ainsi de suite.

C'est cette situation que la Russie conteste et veut changer. Ses valeurs ne conçoivent pas les individus repliés sur eux-mêmes en marge de la vie collective, ni l'État comme un acteur secondaire de l'économie. Et quelle valeur peut avoir la démocratie de type occidental dans la tradition autocratique de la Russie ? Il est inacceptable pour le Kremlin de continuer à participer à un monde fondé sur l'expansion d'un ordre qui, selon lui, ne les représente pas adéquatement. C'est pourquoi nous affirmons que l'Ukraine ne concerne pas seulement le sort des territoires. Il est certain que la géopolitique est la première clé pour comprendre les intérêts de l'État russe. Mais le point principal à noter est le défi lancé par Vladimir Poutine à l'ordre libéral international.

Une perspective américaine

L'Argentine doit calibrer ses décisions de politique étrangère à la lumière des deux aspects que nous avons évoqués : le retour de la politique de puissance entre les puissances, avec son cortège de tensions géopolitiques, et l'évolution vers un nouvel ordre international qui est en cours. Avant d'analyser l'impact de ces réalités, disons quelques mots sur la construction du pouvoir national. Quel que soit le scénario qui se dessine, notre pays doit profiter des tensions et des réalignements internationaux à venir pour renforcer sa puissance nationale et accroître sa liberté d'action. La question est simple: peu de pouvoir, peu d'options; trop de pouvoir, trop d'options. Tous les scénarios sont mauvais pour un État faible. Et la puissance nationale se construit en renforçant des attributs matériels tels que le territoire, la population, l'économie ou la capacité militaire; mais aussi en renforçant des attributs immatériels tels que la volonté nationale, l'éducation de la société, la qualité des institutions ou la professionnalisation des élites dirigeantes. Vient ensuite, bien sûr, la capacité de ceux qui dirigent un État à traduire ce pouvoir en stratégies efficaces et efficientes pour atteindre les objectifs nationaux.

Independence-Day-Argentina.jpg

Passons maintenant aux deux questions prioritaires que nous avons identifiées. En ce qui concerne les tensions géopolitiques actuelles, un point est évident, mais mérite d'être souligné: l'échiquier fondamental de la compétition entre les puissances continuera d'être l'Eurasie, et notre pays et l'Amérique du Sud n'y sont pas. Les pays de notre région (et nous faisons expressément référence à l'Amérique du Sud) devraient avoir une politique cohérente et unifiée par rapport à ce scénario. Il est encore plus important de comprendre que l'Argentine ne doit pas adopter une stratégie d'alignement automatique sur l'un des acteurs du conflit. Il n'y a aucune raison de s'impliquer en "prenant parti" définitivement pour l'un ou l'autre des concurrents, car leurs principaux intérêts stratégiques se situent précisément là-bas en Eurasie, et non ici en Amérique du Sud. Par conséquent, il peut être commode pour eux de nous avoir comme alliés aujourd'hui, mais pas demain.

Un autre point, en rapport avec la concurrence sur l'échiquier eurasien, est qu'il n'est pas dans l'intérêt des États de notre région qu'une alliance anti-hégémonique expulse définitivement les États-Unis d'Eurasie, si cela peut se produire un jour. Une puissance nord-américaine expulsée du plateau de jeu principal (ou dont l'influence serait réduite à un niveau secondaire) se retirerait du grand continent eurasien, réévaluerait le concept de l'hémisphère occidental et tournerait ses principales ressources diplomatiques et militaires vers notre région ; dans cette nouvelle réorganisation, les États-Unis chercheraient à créer une nouvelle architecture de sécurité hémisphérique afin de protéger leurs intérêts et nos gouvernements seraient certainement confrontés à une pression encore plus forte de la part des États-Unis.  Le meilleur scénario, pour les pays de notre Amérique, est celui d'une Amérique retirée de notre région, constamment et principalement impliquée dans l'Eurasie luttant pour l'hégémonie contre d'autres puissances.

En ce qui concerne l'émergence potentielle d'un nouvel ordre international, le fait que la Russie - ou toute autre puissance - défie les États-Unis est en soi une bonne nouvelle. Pour l'Argentine et les pays de notre région, les politiques interventionnistes américaines ont presque toujours laissé de mauvais souvenirs et, dans notre cas, seulement de mauvaises nouvelles. Nous n'avons pas bénéficié de l'alignement automatique dans les années 1990, bien au contraire. Et les architectures sécuritaires et économiques que les États-Unis ont créées, telles que la TIAR, le FMI, la BM, par exemple, ont été inefficaces ou ont rendu notre situation bien pire. Un ordre international dans lequel il y a plus d'acteurs importants sera plus positif pour des pays comme l'Argentine, car il y aura plus d'alternatives pour rassembler des intérêts ou chercher des ressources.  Tout cela tient également compte du fait que la Russie tient tête à l'OTAN, une alliance militaire dont l'un des membres usurpe une partie de notre territoire, ce qui devrait faire réfléchir les politiciens argentins sur la manière de planifier la diplomatie et la défense nationale en ce qui concerne l'Atlantique Sud.

Mettons tout de suite les choses au clair : les États-Unis pensent aussi à l'évolution vers un monde multipolaire [3]. À Washington, on accepte de plus en plus le déclin des États-Unis en tant que puissance hégémonique, qui est perçu comme le produit d'une nouvelle répartition des capacités au niveau mondial. Il faut donc comprendre que nous ne sommes pas face à une compétition entre des Etats-Unis qui veulent revenir à l'unipolarité et une Russie ou une Chine qui promeuvent la multipolarité : nous sommes en présence de différentes manières de vouloir organiser un système international avec plus d'une puissance dans un futur proche; il se peut même qu'à long terme il n'y en ait que deux. On ne sait pas encore exactement à quoi ressemblera la nouvelle répartition du pouvoir.

Maintenant, pour revenir à notre pays et à notre région: nous devons construire une puissance nationale qui soit également orientée vers l'intégration avec le reste des pays d'Amérique du Sud. Le grand espace sud-américain doit devenir un acteur significatif reconnu et qui obtient une représentation adéquate et équitable dans l'ordre international à venir. En ce qui concerne la lutte qui se déroule en Eurasie, il convient d'élaborer des stratégies visant à tirer le meilleur parti de la marge de manœuvre qui subsiste toujours dans la politique internationale lorsqu'il y a plus d'une puissance. Lorsqu'il n'y a qu'une seule puissance hégémonique, comme ce fut le cas dans les années 1990, les options de politique étrangère sont considérablement réduites. Pour un pays comme l'Argentine, un monde multipolaire est en soi plus bénéfique qu'un monde unipolaire. Non pas parce qu'un système international avec plusieurs "pôles" est plus juste et plus pacifique qu'un système avec une seule puissance au sommet du pouvoir ; en effet, un monde multipolaire est peut-être plus instable et insécurisé, précisément parce que c'est un monde avec plusieurs acteurs concurrents. Non seulement cela, mais sous cette compétition, il y aurait une multiplicité d'États qui se disputeraient l'avantage. C'est pourquoi, pour notre pays, la neutralité active est la meilleure solution : une position qui évite de s'aligner automatiquement et en permanence sur un seul acteur, mais qui cherche activement à maximiser le pouvoir et à obtenir des ressources en profitant des tensions entre les grandes puissances. C'est un monde en transition où plusieurs alternatives vont émerger. Il s'agit d'en tirer parti.

*Andrés Berazategui, membre de Nomos, est titulaire d'une licence en relations internationales de l'Universidad Argentina John F. Kennedy, et d'un master en stratégie et géopolitique de l'Escuela Superior de Guerra del Ejército (ESGE).

Notes:

[1] Voir George Kennan, "A fateful error", dans The New York Times, 5 février 1997.

[2] Dans son livre The Great World Chessboard. La supremacía estadounidense y sus imperativos geoestratégicos, Paidem

Impératifs géostratégiques, Paidós, Barcelone, 1998.

[3] Voir, par exemple, l'article "Le nouveau concert des puissances. Comment prévenir les catastrophes et promouvoir la stabilité dans un monde multipolaire", publié le 23 mars 2021 dans Foreign Affairs, par Richard N. Haass et Charles A. Kupchan. Haass est président du Council on Foreign Relations.

mercredi, 30 mars 2022

La quatrième théorie politique et le socialisme en Amérique latine

8561399593cad763ef49d1d2b0d65ed8.png

La quatrième théorie politique et le socialisme en Amérique latine

par Carlos Salazar

(2021)

Source: https://legio-victrix.blogspot.com/2022/03/carlos-salazar-quarta-teoria-politica-e.html

Au cours des deux derniers mois de 2020, nous avons participé à plusieurs instances de collaboration avec des intellectuels et des militants de la lutte anti-impérialiste dans le monde. Le 19 novembre, en tant que représentant du Cercle, je suis intervenu à la conférence internationale "Une alternative multipolaire pour l'Amérique latine : géopolitique, idéologie, culture". A cette occasion, en plus de présenter les sujets que j'avais déjà abordés dans mon texte : "La quatrième théorie politique ou une pensée pour l'Amérique du Sud", j'ai pu apprécier de très bonnes présentations de Vicente Quintero (Venezuela), Pavel Grass (Brésil), Nino Pagliccia (Canada/Venezuela), Valeri Korovin (Russie) entre autres, et être en accord avec eux sur plusieurs points de vue. La présentation du professeur Alexandre Douguine s'est distinguée, dans laquelle il a lancé l'inévitable invitation aux peuples de Notre Amérique à aborder leurs problèmes à partir de la Quatrième théorie politique (4TP), en proposant cette fois de réfléchir à un nouveau type de socialisme, qui se distingue du vieux socialisme et aussi de la gauche libérale ("libéraux-bolcheviques" comme il les appelle, non sans un certain sarcasme).

Ce nouveau socialisme, qui, selon l'idée de Douguine, devrait chercher ses racines dans le populisme intégral (l'anti-libéralisme radical), reprendrait les meilleurs aspects du vieux socialisme, comme la lutte de la classe ouvrière contre l'exploitation capitaliste, mais sauverait également les aspects que la droite (aujourd'hui, libérale et mondialiste) a abandonnés, ou qu'elle a instrumentalisés pour défendre les intérêts des oligarchies, comme la défense de la Patrie et de certaines traditions liées à l'identité des peuples.

Depuis quelque temps déjà, nous travaillons sur cette proposition au sein du Círculo Patriótico de Estudios Chilenos y Indoamericanos, en nous appuyant sur deux axes : d'une part, le nationalisme de la praxis et, d'autre part, le révisionnisme de la tradition. La première prend comme colonne vertébrale la guerre de classe en tant que lutte de libération nationale (lire l'article homonyme écrit par Luis Bozzo, disponible sur praxipatria.cl) et la seconde est basée sur le principe de Vivre la Tradition Populaire, c'est-à-dire penser le passé à partir du futur et non l'inverse comme y aspirent les réactionnaires (voir mes articles "Un nouveau patriotisme" et "Révisionnisme de la Tradition", également disponibles sur praxispatria.cl). Les deux courants en sont venus à constituer un corpus de la Pensée Authentique chilienne et indo-américaine et qui se rattache à la proposition géopolitique de la 4TP, contre l'unipolarisme actuel, dirigé par notre plus grand oppresseur, l'Empire américain et ses sbires de l'(anti)oligarchie locale chilienne.

conversatorio-praxis-1.jpg

Sans aucun doute, la 4TP est controversé car elle propose un dépassement à la fois du nationalisme/fascisme défunt et de l'ancien socialisme réel, pour créer une nouvelle force d'opposition au libéralisme. Au-delà de l'individu, de la classe, de la nation ou de l'État, il propose que le sujet de la nouvelle théorie politique soit le Dasein (Être-là). Dans la philosophie de Martin Heidegger, cet "Être-là" est l'homme (ou la femme) jeté(e) dans le monde et qui peut donc exister de multiples façons en tant qu'être (en tant que travailleur, étudiant, professionnel, chômeur, ami, habitant, citoyen, etc.), mais en se demandant "Qui suis-je ?", il cherche à démêler le sens même de son "Être". C'est-à-dire que l'"Être-là" est l'être qui pose la question de l'"Être". Et c'est le seul être qui pose cette question. Tous les autres êtres ont leur propre "Être", c'est-à-dire qu'ils "sont", ils existent en tant qu'êtres, mais ils ne se posent pas la question de "l'Être". L'"être-là" est ontiquement prééminent par rapport aux autres entités dans la mesure où il est conscient de sa propre existence et où il peut choisir s'il existe ou non en tant que lui-même (existence authentique et existence inauthentique). Cependant, elle est également prééminente sur le plan ontologique, car c'est elle qui pose la question de son propre "être".

Cette question a été abordée dans l'entretien que Luis Bozzo a accordé au professeur Douguine le 4 décembre 2020. Lorsqu'on lui a demandé une explication plus complète de l'"être-là" ou du "Dasein", Douguine a déclaré qu'au niveau de la Quatrième théorie politique, le "Dasein" est le peuple. Une intuition que je partage, car dans la sphère politique, c'est le peuple lui-même qui se demande "Qui suis-je ?" et c'est le peuple qui réaffirme sa façon d'exister et se réaffirme lui-même (voir Feinmann, "Une philosophie pour l'Amérique latine"). José Pablo Feinmann et Douguine affirment tous deux que le sens de la connaissance de "Qui je suis" réside dans la négation de ce que "je ne suis pas", en d'autres termes, le Peuple se rebelle contre les impositions de ce qui est étranger à son "Être", et cela est devenu plus que clair avec le soulèvement social de 2019 avec le slogan "Chili éveillé". Le Chili qui, pendant tant d'années, a été vendu comme un produit pour le marché international (le Chili inauthentique), comme un "exemple du triomphe des principes néolibéraux", et comme "l'enfant préféré des idées de Milton Friedman", s'est soudainement levé pour briser ses chaînes idéologiques et récupérer son mode d'existence authentique (Dasein).

Chaque civilisation possède sa propre forme d'existence authentique, son propre "Dasein", pour ainsi dire. Ainsi, par exemple, si dans le Moi européen, l'authenticité réside dans le traditionalisme et dans les racines païennes de la culture, et dans le Moi eurasien, on la trouve dans le christianisme orthodoxe, dans le chamanisme sibérien, ou encore dans le patriotisme soviétique et post-soviétique ; en Amérique latine, le Moi se réaffirme dans l'opposition à la domination impérialiste (autrefois de l'empire espagnol, et aujourd'hui de l'empire américain) et dans l'opposition au système de l'empire, le capitalisme. Sans aucun doute, la volonté de Notre Amérique est orientée vers le socialisme et le patriotisme qui aspire à la souveraineté. La différence entre l'ancien socialisme et le nouveau socialisme proposé par la 4TP est que ce dernier prend en compte le Peuple comme sujet principal, c'est-à-dire l'"Être-là" de l'Amérique latine et du Chili. Il s'agit d'une proposition visant à surmonter, en quelque sorte, le dogmatisme consistant à tout analyser comme étant exclusivement une question de "lutte des classes". Cela n'implique en aucun cas un abandon ou une négation du marxisme. Dugin lui-même déclare que :

    "Le marxisme est pertinent pour sa description du libéralisme, son identification des contradictions du capitalisme, sa critique du régime bourgeois et la révélation de la vérité derrière les politiques démo-bourgeoises d'exploitation et d'esclavage qui sont présentées comme un 'développement' et une 'libération'. Le potentiel critique du marxisme est très utile et applicable et peut être inclus dans l'arsenal de la Quatrième théorie politique" (A. Douguine, La Quatrième théorie politique, p. 64).

L'analyse de la lutte des classes, en principe, est toujours aussi valable, mais réduire toute analyse politique à la cosmogonie entre bourgeois et prolétaires peut réduire quelque peu le tableau, surtout si nous prenons en compte la réalité de la mondialisation et la façon dont elle a engendré le groupe humain post-prolétaire appelé le "précariat", ou les subtilités des relations géopolitiques d'aujourd'hui. C'est là que la pensée existentielle de Heidegger peut nous aider avec "l'Être-là" ou son application en politique, qui traduit cet Être-là en "Le peuple".

Nous pouvons définir le Peuple comme : "le groupe humain organiquement structuré, conscient de son destin historique, dont les composantes sont unies par des idéaux communs plus ou moins bien définis" (Revue de la définition du Peuple dans praxispatria). Ce peuple remplit un rôle souverain et politique, s'identifiant comme une classe sociale, c'est-à-dire la soi-disant "Classe populaire", combattant le despotisme et la tyrannie, exerçant le droit de rébellion pour consolider la pleine vie, faisant sa propre histoire. D'où la formule : "Contre l'horreur du tyran, la terreur populaire". Ce Peuple ou Classe populaire, bien qu'il ne soit pas exactement ce que le marxisme identifie comme le prolétariat, lui est intimement lié, car le cœur du Peuple est la classe prolétarienne, et comprend donc aussi les secteurs de la petite bourgeoisie qui tendent vers la prolétarisation.

Un socialisme qui place la lutte pour la souveraineté du peuple en son centre est pratiquement la même chose que le nationalisme de la Praxis ou le patriotisme populaire, c'est-à-dire un populisme intégral, une idée qui va au-delà du vieux socialisme et du vieux nationalisme, mais qui intègre les aspects les plus avancés des deux. C'est la seule façon de comprendre une 4TP dans notre cher Chili et dans notre chère Amérique authentique.

lundi, 28 mars 2022

Adieu, vieil ordre...

imagbyzeges.jpg

Raphael Machado:

Adieu, vieil ordre...

Source: https://novaresistencia.org/2022/03/21/adeus-velha-ordem/

La multipolarité naissante met en échec l'ensemble du système international westphalien. Que faut-il attendre des nouvelles reconfigurations ? Que signifie tout cela pour le Brésil ?

Il est inutile d'essayer de faire face au monde qui commence à s'ouvrir à l'horizon avec une mentalité du vingtième ou, pire, du dix-neuvième siècle.

La multipolarité naissante met en échec l'ensemble du système international westphalien et nous ne pouvons pas nous raccrocher à ses concepts et normes pour naviguer dans ces nouvelles mers.

La souveraineté de l'ordre westphalien est une fiction juridique. Elle consacre l'inviolabilité d'États artificiels, construits par la force par l'hégémon (et ensuite consacrés par le "consensus de la communauté internationale") et condamne les autres peuples à la diaspora. Il cherche à mettre les Fidji et la Chine sur le même plan.

La possibilité de penser la politique internationale en ces termes est révolue et tous les influenceurs et mouvements doivent pousser dans cette direction. La souveraineté doit être envisagée en termes de facteurs de puissance réels et de seuils de puissance ; elle doit être envisagée de manière géopolitique et non plus de manière formaliste et juridique.

Les frontières consacrées par le système westphalien et ses mises à jour ultérieures sont une fraude. La montée de la multipolarité sera le moment où les grandes et moyennes puissances, si elles sont audacieuses, pourront reconquérir les territoires traditionnels et défaire les réalités chaotiques construites par la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis (au revoir Sykes-Picot !).

Les frontières concrètes ne sont pas éternelles. Ils ne l'ont jamais été et ne le seront jamais. Et il ne sert à rien de pleurer et de grincer des dents sur les reconfigurations des frontières auxquelles nous assisterons dans les années à venir. La seule chose qui compte est de savoir si ces reconfigurations intéressent ou non l'hégémon mondial unipolaire. Si ces reconfigurations tendent à un affaiblissement des pôles naissants : elles sont mauvaises ; si ces reconfigurations frontalières tendent à un renforcement des nouveaux pôles et à un affaiblissement des États-Unis : elles sont bonnes.

En ce sens, où sommes-nous, nous les Brésiliens ?

Ce n'est pas un quelconque concept formaliste de "souveraineté" qui nous défendra ou protégera l'Amazonie. Et aucun appel à "l'inviolabilité des frontières" ne va nous sauver. Le Brésil est né de la violation des frontières de Tordesillas. Ne soyons donc pas naïfs et timides.

Les anciennes conceptions théoriques et juridiques westphaliennes, qui sont en train d'être démantelées par la "critique des armes" amorcée par la Russie, exigent de nous un nouvel élan d'intégration continentale. L'État-nation est mort et c'est la construction d'une nouvelle structure de pouvoir continentale, fondamentalement civilisationnelle et militaire, qui nous permettra de franchir le "seuil de puissance" de la continentalité. C'est ce que Vargas a prévu avec le projet ABC.

Le Brésil doit également approfondir ses relations avec les pôles ascendants, notamment la Russie et la Chine, puissances nucléaires, car tant que l'Amérique ibérique ne dispose pas d'armes nucléaires, seule l'amitié mutuellement intéressée avec ces puissances peut dissuader l'Occident d'occuper l'Amazonie.

Et, bien sûr, le Brésil a besoin d'armes nucléaires. Encore une fois, les voyous qui vivent encore au 20e siècle feront appel contre "l'extrémisme" de la violation du traité de non-prolifération, mais ceux qui vivent déjà au 21e siècle savent que ce traité est une imposture, qu'il existe pour maintenir un statu quo insoutenable et que le violer est devenu une question de survie nationale.

Laissons mourir les 19e et 20e siècles. Entrons hardiment dans le 21e siècle.

mardi, 22 mars 2022

Si l'ennemi est mondial, le combat doit être international

NMiyNFGm_400x400.jpg

Raphael Machado:

Si l'ennemi est mondial, le combat doit être international

Le sujet "Russie" est partout suite au conflit déclenché en Ukraine et il domine évidemment les médias sociaux de la Nouvelle Résistance (Nova Resistência). Et comme cela se produit, quelques personnes peuvent se demander "mais qu'en est-il du Brésil?", "n'êtes-vous pas nationalistes?".

Nouvelle Résistance (Nova Resistência) considère que le nationalisme est un sentiment mobilisateur fondamental pour la reconstruction du Brésil sur une base impériale et traditionnelle, surtout face à un environnement entièrement mondialiste et cosmopolite. Mais la Nouvelle Résistance a toujours rejeté l'État-nation comme une fiction moderne et n'est jamais tombée dans les délires chauvins de la verve ultranationaliste.

La brésilianité du peuple brésilien n'est donc pas liée de manière exclusive aux identités des autres peuples qui font partie de sa propre civilisation, la civilisation ibéro-américaine (comprise en termes strictement continentalistes). L'État-nation, et même le nationalisme lié à l'État-nation, doivent être dépassés à long terme afin que le Brésil puisse remplir sa mission historique d'unir les peuples voisins dans un même projet historique.

Mais nous ne pouvons pas nous arrêter aux limites de notre civilisation.

imagenores.jpgLa Nouvelle Résistance a toujours été inter-nationaliste, dans le sens de la défense d'une alliance révolutionnaire mondiale, d'une ligne anti-impérialiste et multipolaire, suivant l'inspiration de Che Guevara sur l'importance d'allumer un millier de centres de résistance dans le monde entier, car à chaque point où l'ennemi est vaincu, même si c'est à des milliers de kilomètres, la reconfiguration générale des forces nous sera bénéfique à long terme.

Et, bien sûr, parce que nous sommes convaincus que le mondialisme ne peut être vaincu que par une grande alliance internationale de peuples, de communautés, de traditions, de religions et de mouvements antilibéraux.

Si l'ennemi est mondial, la lutte doit être internationale.

Cela devient encore plus important dans le moment historique actuel où la Russie mène une lutte à la vie à la mort contre l'Occident. La même Russie qui a soutenu la Syrie et l'Irak, qui est le bouclier de l'Iran, qui est la force cachée derrière la résurgence des populismes européens, qui a érigé un mur autour de l'Amazonie à notre profit, etc.

La lutte à la vie à la mort de la Russie prend naturellement un caractère global et historique. C'est notre combat à tous, même si un jeu géopolitique consistant à éviter un siège s'y déroule, etc. Lorsque les Africains noirs arborent des drapeaux russes, ils ne sont pas apatrides, russophiles ou autres. Lorsque les Syriens font la même chose, ils ne sont pas fous. Ils ont tous (et nous avec eux) la sensibilité nécessaire pour comprendre le moment historique et son poids. C'est la multipolarité naissante, la seule chance de liberté pour tous les peuples opprimés par le mondialisme.

NRFRONT3.png

Ce n'est pas le moment d'être susceptible et de pleurnicher sur les "erreurs des deux côtés", de critiquer la Russie, d'attaquer Poutine, de faire semblant d'assumer de fausses modérations qui, comme rarement, n'ont qu'une odeur de lâcheté politico-idéologique.

Chaque patriote brésilien, AUJOURD'HUI, est un "russophile".

Demain, nous verrons à quoi cela ressemble.

vendredi, 11 mars 2022

Tout pour le pétrole: comment les Etats-Unis réhabilitent le Venezuela - Mais isoler la Russie pose problème à l'Europe!

istockphoto-535452062-612x612.jpg

Tout pour le pétrole: comment les Etats-Unis réhabilitent le Venezuela

Mais isoler la Russie pose problème à l'Europe!

Eugenio Palazzini

SOURCE : https://www.ilprimatonazionale.it/esteri/tutto-petrolio-cosi-usa-riabilitano-venezuela-isolare-russia-problema-europa-226438/

La guerre en cours ouvre les portes à une série de scénarios imprévisibles et met en lumière un aspect difficile à digérer pour ceux qui ont l'habitude d'observer les dynamiques géopolitiques avec un manichéisme superficiel. En substance, on assiste à une prise de conscience générale de la complexité inhérentes aux relations internationales. Aujourd'hui, plus que jamais, elles sont liquides, elles ne sont pas ancrées dans les schémas du siècle dernier, elles sont volatiles car les bases sur lesquelles elles sont construites sont strictement contingentes. Si nous saisissons ce concept, ce qui se passe dans un pays géographiquement très éloigné du conflit en Ukraine est frappant, mais pas trop surprenant. Nous parlerons ici du Venezuela, qui, sur le papier - du moins en politique plutôt qu'en géographique - est depuis des années proche de la Russie et éloigné des États-Unis.

Le Venezuela et les États-Unis, nous nous haïssions tellement

Avec l'imposition de sanctions à l'encontre de Moscou, le gouvernement de Caracas a réagi comme prévu : il ne s'est pas aligné en pointant du doigt l'Occident. "C'est un crime ce qu'ils font contre le peuple russe, une guerre économique. Maintenant que l'Occident a sombré dans l'hystérie, le désespoir et la folie contre la Russie, nous allons maintenir nos relations commerciales avec la Russie et nous sommes prêts à leur vendre tout ce que nous pouvons", a déclaré le président vénézuélien Nicolas Maduro. Prévisible, voire trop prévisible. Et pourtant, preuve du fluide qui érode toute certitude dans les relations entre nations, samedi dernier, quelque chose a ébranlé la position de granit qu'avait prise ce pays sud-américain.

Le pétrole de mon ennemi...

Une rencontre totalement inattendue entre une délégation du gouvernement des États-Unis et le gouvernement de Caracas. Une rencontre que Maduro a qualifiée de "respectueuse, cordiale et très diplomatique". Un jargon diplomatique inhabituel pour quelqu'un qui a l'habitude d'invectiver les Américains. "J'ai estimé qu'il était très important de pouvoir parler face à face des questions qui intéressent le plus le Venezuela et le monde", a déclaré Maduro, précisant que "les pourparlers, la coordination et un agenda positif avec le gouvernement des États-Unis se poursuivront". Sur quoi exactement ? C'est le président vénézuélien lui-même qui le souligne : "Le Venezuela est prêt, une fois que le Pdvsa (géant pétrolier vénézuélien, ndlr) sera renforcé, à augmenter d'un, deux, trois millions de barils si cela est nécessaire pour la stabilité du monde".

Le déménagement américain est un problème pour l'Europe

Ce revirement soudain sur les hydrocarbures intervient au moment où Washington envisage de nouvelles sanctions contre la Russie, notamment sur le pétrole et le gaz. En conséquence, l'administration Biden semble disposée, comme l'a souligné CNN hier, à envisager un assouplissement des sanctions à l'encontre du Venezuela, afin que Caracas puisse produire davantage de pétrole et ainsi le vendre sur le marché international. La démarche américaine semble donc claire : isoler encore plus la Russie, en l'éloignant également de ses alliés historiques en Amérique du Sud. Aucune mesure concrète n'a encore été prise dans ce sens. Pourtant, selon le New York Times, les États-Unis ont promis au Venezuela la libération de prisonniers afin de parvenir à un accord visant à acculer davantage les Russes. Il s'agit d'un plan très risqué pour des raisons évidentes, difficile à mettre en œuvre et peu souhaitable pour une Europe qui se trouverait en grande difficulté sur le plan énergétique. Comme si la situation, en laquelle nous nous débattons, n'était pas déjà assez mauvaise.

Eugenio Palazzini

mardi, 22 février 2022

Sur la "cancel culture"

cancel-culture-1280x960-1.jpg

Sur la "cancel culture"

Un regard sud-américain

Alberto Buela

Source: https://www.geopolitica.ru/es/article/la-cultura-de-la-cancelacion

Dans les années 1970, Jorge Luis Borges se plaignait déjà que les éditeurs américains ne voulaient pas publier ses romans et ses nouvelles parce qu'il n'appelait pas l'homme noir "homme de couleur" et l'aveugle "malvoyant".

À cette époque, les intellectuels yankees ont commencé à utiliser ce que l'on appelle aujourd'hui le "langage inclusif" : l'utilisation de la rhétorique inappropriée et la répétition de locutions généralisantes telles "tout le monde", "garçons et filles" ; "travailleurs", etc. En Yanquilandia, ce langage n'est plus utilisé mais, comme d'habitude, il est arrivé vingt ans plus tard en Amérique du Sud où les progressistes l'ont adopté comme une nouveauté.

Le progressisme, cette maladie sénile des vieilles idéologies comme le marxisme et le libéralisme, a trouvé dans ce pseudo-langage son expression la plus réussie : il parle sans rien dire et prétend définir sans rien définir. Sa méthode consiste à être toujours à l'avant-garde de tout. Il ne peut donc pas avoir de pro-projet (étymologiquement : quelque chose de "jeté en avant"/ pro-iacere) car il est son propre projet.

Lorsque les analystes politiques s'interrogent sur tel ou tel projet de gouvernement progressiste, ils posent une fausse question ou une question sans fondement. C'est comme prétendre interroger le pendu sur le nœud coulant ou la corde à laquelle il est suspendu.

Cette maladie sénile, mélange de libéralisme et de marxisme, soutenue par la religion séculière des droits de l'homme, occupe peu à peu tous les gouvernements de l'Occident, instaurant ainsi un mode de pensée unique et politiquement correct.

Les lieux communs de cette pensée sont presque toujours : le souci de l'humanité et non des besoins réels des gens ; le bien-être individuel et non celui des familles ; la consommation et non l'épargne ; la terre (entière) et non la glèbe des communautés rurales ; le rituel et non le sacré ; l'économie et non la politique ; l'esprit d'entreprise et non le travail, et ainsi de suite dans tous les domaines d'action et de pensée.

Dès 1927, Martin Heidegger dans L'Être et le temps (paragraphe 35) parlait de la dictature de "l'anonyme" (du "on") à travers le "on dit, pense et agit comme on dit, pense et agit", qui régit l'existence impropre/inauthentique. En presque cent ans, la question s'est accrue et approfondie.

Aujourd'hui, le pouvoir du progressisme en tant qu'hégémonie est inconditionnel. Cela explique pourquoi toute remise en question est considérée comme étant de droite, fasciste ou impérialiste. Si de multiples secteurs de la société disent "non" à des mesures erronées, la réponse est désormais "pas de réponse", soit le silence, l'ignorance, bref, l'annulation de l'objecteur.

L'annulation est devenue un mécanisme de déni de tout ce qui met le progressisme mal à l'aise ou le remet en question. Ce qui est grave, c'est qu'en même temps qu'il nie ou n'écoute pas les objections de ses opposants, il appelle au dialogue sur la base d'un consensus qui n'en est pas un, qui est un faux consensus.

Ce mécanisme pernicieux est à la base des actions de tout gouvernement libéral-progressiste. Massimo Cacciari a observé à juste titre que ces gouvernements ne résolvent pas les conflits mais se contentent de les gérer.

L'absence de définition idéologique ferme (le président argentin Fernández est à la fois péroniste et social-démocrate, comme il l'a déclaré) leur permet de prêter allégeance à Biden, Poutine et Xi Jinping en même temps.

Mais tout cela n'est rien d'autre qu'une panoplie de feintes, que des apparences utilisées par les gouvernements progressistes pour se joindre au processus de mondialisation qui semble se dérouler inéluctablement dans le monde.

Après deux ans de Covid, l'économie est devenue totalement indépendante de la politique. Les pouvoirs indirects, les lobbies, les méga-corporations et l'impérialisme international de l'argent, comme l'a si bien dit Pie XII, justifient leur travail dans et avec les gouvernements progressistes.

Bien entendu, les puissances économiques indirectes exigent que des gouvernements progressistes soient installés sur la base du mécanisme "un homme, une voix", car elles ont besoin de la légitimité offerte par le masque démocratique. La démocratie, se limitant à la seule légitimité d'origine (le vote), nie toute demande de légitimité d'exercice, qui est l'exigence de la bonne gouvernance, et ce sont les actions justes et correctes qui caractérisent la bonne gouvernance, c'est pourquoi il y a eu et il y aura de bons gouvernements sans qu'ils soient nécessairement démocratiques.

En Amérique du Sud, les dix gouvernements que nous avons sont progressistes dans leurs différentes variantes : en Argentine, un péroniste qui se définit comme un social-démocrate, au Chili, un marxiste qui se dit péroniste, en Bolivie, un marxiste qui se dit nationaliste, en Uruguay, un libéral qui se définit par l'Agenda 2030, au Paraguay, comme d'habitude, rien ; au Brésil, un nationaliste qui laisse les multinationales faire des affaires, au Pérou et en Équateur, des marxistes soumis au capitalisme le plus grossier, en Colombie, un partenaire libéral des États-Unis et au Venezuela, un marxiste qui a pour vocation de s'enrichir au détriment de son peuple.

Qui dirige l'Amérique du Sud ? En réalité, il s'agit de l'impérialisme monétaire international avec toutes ses ramifications, même si nominalement les dix gouvernements progressistes, dont le mépris de la légitimité de l'exercice du pouvoir facilite le travail de l'impérialisme.

À cet égard, la grande corruption de la classe dirigeante compte pour beaucoup. Pour donner un exemple indiscutable, mille kilos d'or et dix mille kilos d'argent quittent chaque année l'Argentine pour l'Europe et les États-Unis, pratiquement sans payer de taxes. Dans les ports du fleuve Paraná d'où part la substantielle production céréalière (blé, maïs, soja, tournesol), l'évasion fiscale annuelle s'élève à 10.000 millions de dollars, et la déprédation de la pêche dans l'Atlantique Sud par des centaines de navires chinois, espagnols, japonais, norvégiens et anglais demeure incontrôlée.

La culture de l'annulation a fait en sorte que ces questions et bien d'autres ne soient pas abordées. Le titre du film De eso no se habla de Marcello Mastroiani a été imposé.

MV5BMWQ4N2YwZDktM2MyNy00M2RjLWJiMjUtZmVlMTcyNDRiNDVkXkEyXkFqcGdeQXVyMTA2NDgyNA@@._V1_SY1000_CR005821000_AL_.jpg

Lorsque Perón revint d'exil en 1974, il déclara que l'homme argentin avait étébrisé et qu'il allait être très difficile de le récupérer. Depuis lors, aucune tentative n'a été faite pour récupérer systématiquement notre système de valeurs civiques telles que l'épargne, l'hygiène, la conduite, etc. ; il a été laissé, de plus en plus, à lui-même, sans être encadré. Ces institutions qui ont fait la grandeur de Buenos Aires (la piu grande cita italiana del mondo, selon les mots de Franco Cardini), comme les clubs de quartier, les bibliothèques et les piscines populaires, les écoles qui sortaient dans la rue, les paroisses avec leurs kermesses et leurs camps, tout cela a disparu. L'homme, qui animait tout cela et qui était tapi en chacun d'entre nous, a disparu. Ainsi, nous avons des enseignants qui ne lisent pas, des professeurs qui n'étudient pas, des prêtres qui ne se soucient pas de l'âme mais seulement de leur pitance, des bibliothécaires qui n'invitent pas les gens à lire, les clubs où la drogue et non le sport est la norme, la combinaison de tout cela a fini par promouvoir les médiocres. Et c'est cette médiocrité, aujourd'hui âgée de 40 à 60 ans, qui s'exerce dans les gouvernements progressistes d'Amérique du Sud. 

Que faire d'un sous-continent comme l'Amérique du Sud, qui couvre près de 18 millions de kilomètres carrés, soit deux fois la taille de l'Europe ou deux fois celle des États-Unis. Il possède 50.000 km de voies navigables à l'intérieur qui nous mènent de Buenos Aires à Guaira au Venezuela. Ou de l'Atlantique à Belém do Pará au Brésil à Iquitos au Pérou (lorsque San Martín était gouverneur du Pérou en 1823, il a fait don de son salaire pour construire un navire destiné à contenir l'avancée bandeirante en naviguant sur l'Amazone d'un bout à l'autre). Ce continent possède des minéraux de toutes sortes, des forêts encore intactes. Du pétrole, du gaz, de l'énergie électrique, la plus grande réserve d'eau douce de la planète avec l'aquifère Guarani. Et surtout, il présente un type humain diversifié (environ 440 millions) mais qui a des usages, des manières et des coutumes similaires et qui parle la même langue, car l'homme hispanique, selon Gilberto Freyre, le plus grand sociologue brésilien, parle et comprend sans difficulté quatre langues : l'espagnol, le portugais, le galicien et le catalan. Cet avantage extraordinaire n'a jusqu'à présent jamais été promu comme politique d'État par aucun des dix pays qui le composent.

Toute personne qui nous étudie ne doit pas sous-estimer l'ordre de ces magnitudes. Hegel enseignait déjà que l'ordre des magnitudes, lorsqu'elles sont immenses, les transforme en qualités.

L'inconvénient de ce grand espace est que des puissances coloniales anti-hispaniques comme l'Angleterre (en Guyane, à Trinité-et-Tobago et aux Malouines), la Hollande à Aruba et au Surinam et la France en Guyane y sont toujours installées.

Tous les plans d'unité sous-continentale depuis l'époque de San Martin et Bolivar ont été avortés par la contre-intervention de ces trois pays.

Lors du Forum social de Porto Alegre en 2002, nous avons proposé la théorie du losange avec ses sommets à Buenos Aires, Lima, Caracas et Brasilia comme protection du cœur de l'Amérique du Sud, mais elle n'a pas abouti. Chávez s'est rendu à Cuba et Cuba, comme il le fait depuis 70 ans, stérilise tout projet nationaliste hispano-américain.

J'invite les chercheurs européens à étudier sine ira et studio le processus de cubanisation de Notre Amérique, source de toutes les tentatives ratées d'intégration régionale.

La question de Lénine se pose à nouveau : Que faire ? La dissidence, qui n'est rien d'autre que de soulever, de proposer "une autre version et vision" à ce qui est établi par la pensée unique. Pratiquer la dissidence sous toutes ses formes et de toutes les manières, c'est cesser d'être le chien muet de l'Évangile. La dissidence n'est pas une pensée négative qui dit non à tout. C'est une pensée propositionnelle et existentielle qui part de la préférence de nous-mêmes. Elle rejette l'imitation et s'appuie sur notre genius loci (climat, sol et paysage) et notre ethos (coutumes, expériences et traditions). Vous pouvez consulter mon livre Teoría del Disenso (publié à Buenos Aires, Barcelone, Porto Alegre et Santiago du Chili).

portada-buela.jpg

Enfin, vous pouvez noter que je n'ai jamais parlé d'Amérique latine car c'est un terme fallacieux, faux et trompeur, créé par les Français pour intervenir en Amérique. Vous, les Italiens, le savez très bien, car aucun d'entre vous ne se dit latin, sauf ceux du Latium. Le latin exclut les Basques qui ont tant fait pour l'Amérique depuis l'époque des conquistadors.

Le concept d'Amérique latine est clairement un concept politiquement correct car il est utilisé par tout le monde, l'Église, la franc-maçonnerie, les libéraux, les marxistes et, évidemment, les progressistes, même les nationalistes désemparés.

Ce qui est hispanique en Amérique n'est pas comme en Espagne, qui se limite à la monarchie et à la religion catholique. Ici, ce qui est hispanique nous ouvre à toute la culture méditerranéenne (Italie, France, Portugal, le monde arabe: Syrie, Liban, Maroc). Cela explique pourquoi l'immigration italienne et syro-libanaise, qui se chiffre en millions) en Amérique du Sud a été confortablement acceptée.

La première chose à perdre dans une lutte culturelle est la guerre sémantique, lorsqu'on adopte les dénominations de l'ennemi. Nous sommes hispano-créoles, ni vraiment européens ni vraiment indiens, comme le prétendait Bolívar.

Source: https://posmodernia.com/la-cultura-de-la-cancelacion/

dimanche, 20 février 2022

L'expansion de l'OTAN et la réponse possible de la Russie

leonid-savin-3.jpg

L'expansion de l'OTAN et la réponse possible de la Russie

Par Leonid Savin*

Source: https://firmas.prensa-latina.cu/index.php?opcion=ver-article&cat=S&authorID=291&articleID=2920&SEO=savin-leonid-expansion-de-la-otan-y-posible-respuesta-de-rusia&fbclid=IwAR0PtPOLJnXBINm7CTjyHgKMoVp9BbpdDAv0Ql2F5c7iStkfC9HeFKPrcV8

La confrontation actuelle entre la Russie et l'Occident n'est pas le résultat d'un soudain concours de circonstances : les contradictions s'accumulent depuis des années et la question ne concerne plus seulement l'Ukraine, où un coup d'État soutenu par les États-Unis a eu lieu en 2014, mais cette confrontation porte sur des points de vue opposés quant à la politique mondiale.

Avant même l'effondrement de l'Union soviétique, Mikhaïl Gorbatchev a reçu l'assurance qu'après l'unification de l'Allemagne, l'alliance de l'Atlantique Nord ne s'étendrait pas vers l'est, puis tout cela a été complètement oublié.

Bien que l'Union soviétique ait été dissoute, la Russie est son successeur, les obligations devaient donc également être remplies envers la Russie. Le problème est qu'ils n'ont pas été mis par écrit. Il s'agissait d'une promesse verbale, bien que tous les mots en aient été codifiés.

C'est pourquoi les propositions de la Russie pour réorganiser la sécurité européenne et, plus largement, mondiale, prévoient l'obligation de formaliser tout cela par écrit. Mais même après la réponse officielle des États-Unis, le secrétaire d'État Antony Blinken a déclaré qu'ils préféraient discuter de tout en privé plutôt que de publier des documents.

Pourquoi est-il si secret - peut-être les États-Unis cachent-ils quelque chose à leurs partenaires de l'OTAN et de l'Ukraine ? C'est très probable. Car même au sein de l'OTAN, il existe des points de vue différents sur l'acceptation de nouveaux membres.

Et aux États-Unis, beaucoup s'opposent à l'expansion de l'OTAN. Samuel Charap de la Rand Corporation a écrit qu'en décembre 1996, "les alliés de l'OTAN ont déclaré qu'ils n'avaient aucune intention, aucun plan ni aucune raison de placer des armes nucléaires sur le territoire des nouveaux membres, ce qu'on appelle les Trois Non". Cette déclaration a été faite avant qu'aucun des nouveaux membres ne rejoigne l'alliance. S'il était acceptable que l'OTAN prenne un tel engagement d'autolimitation il y a 25 ans, alors cela devrait être acceptable aujourd'hui.

Je pense que c'est un commentaire assez juste sur l'inclusion éventuelle de l'Ukraine et de la Géorgie dans l'alliance.

Cependant, plusieurs structures proches du Département de la Défense américain et du complexe militaro-industriel font pression pour l'acceptation de nouveaux membres.

La crise artificielle autour de l'Ukraine

Mais la crise artificielle autour de l'Ukraine profite aux États-Unis en raison du contrôle qu'ils exercent sur les partenaires européens de l'OTAN, notamment par le déploiement de contingents militaires dans les pays d'Europe de l'Est. D'autre part, l'escalade a un côté économique, puisqu'elle permet de justifier l'imposition de sanctions à la Russie et d'entraver les relations commerciales de Moscou avec les pays européens.

Evolution-des-tarifs-du-gaz-1.png

VNDVCPAECNA6NICVKDVS6FOGQA.jpg

L'exemple du gazoduc Nord Stream 2 en est la preuve : le blocage intentionnel a entraîné une pénurie de réserves de gaz pendant la saison hivernale dans les pays européens et une hausse des prix. Et les États-Unis en ont profité pour envoyer du gaz de schiste liquéfié en Europe. En conséquence, les consommateurs européens sont contraints de surpayer les services d'approvisionnement et les entreprises américaines réalisent des bénéfices.

Les États-Unis et leurs partenaires, notamment le Royaume-Uni, ont lancé des scénarios similaires dans d'autres domaines. Se cachant derrière le concept de "guerre hybride", que les États-Unis et l'UE attribuent à la Russie, ils la mènent eux-mêmes par d'autres moyens, violant le droit international et s'ingérant dans les affaires souveraines d'autres États.

La Russie après la fin de l'hégémonie unipolaire américaine

Cependant, il est évident que la Russie représente un état différent de celui d'il y a vingt ou trente ans. Il n'y a plus d'hégémonie unipolaire des États-Unis, ce que l'on peut constater à l'exemple de la montée en puissance de la Chine et des tentatives de plusieurs États, par exemple au Moyen-Orient, de suivre leur propre voie en matière de politique étrangère.

La Russie ne peut pas et ne veut pas suivre la dictature des États-Unis et de l'OTAN, mais continuera à chercher à former un ordre mondial multipolaire plus juste.

Bien entendu, compte tenu des déclarations et des intentions agressives des États-Unis et de l'OTAN, la Russie prend en compte le risque de confrontation militaire et développe des contre-mesures, notamment une stratégie de dissuasion.

Par conséquent, l'un des scénarios pourrait être la mise en œuvre du projet "Crise des Caraïbes-2". Au début des années 1960, le déploiement de missiles nucléaires à Cuba est dû au fait que les États-Unis ont été les premiers à déployer leurs missiles en Turquie.

photo-4_3.jpg

usa-missiles-in-turkey-1962.gif

Naturellement, la propagande occidentale passe ce fait sous silence et ne rappelle que l'initiative soviétique qui menaçait directement le territoire des États-Unis. Nous devons nous préparer à ce que toute opposition russe aux provocations et à l'expansion de l'OTAN soit interprétée de la même manière. Nous sommes habitués à ce que la Russie soit blâmée pour chaque problème.

Les droits appartiennent à et sont là pour tous

Si l'on se réfère aux propos du secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenbreg, selon lesquels il existe "le droit de chaque nation de choisir ses propres mesures de sécurité", il serait merveilleux que la Serbie profite de ce droit et invite les forces armées russes à l'aider à assurer sa propre sécurité (y compris le retour du contrôle du Kosovo-Metohija).

La question est la suivante : les dirigeants serbes, qui sont constamment sous la pression de l'Occident, feront-ils ce pas ? Cela vaut-il la peine de faire à Belgrade une offre qu'elle ne peut refuser ? La question des prix du gaz serait très utile, car les tarifs actuels ne seront en place que quelques mois avant les résultats de leurs prochaines élections en avril.

En outre, la Republika Srpska en Bosnie-Herzégovine a également besoin de l'aide de la Russie après la crise politique qui a débuté l'année dernière : la partie serbe n'a pas reconnu la nomination du Haut Représentant de l'UE en raison d'irrégularités de procédure. La Russie n'a pas non plus reconnu ce représentant.

Il est intéressant de noter que la Croatie s'est très récemment montrée solidaire de la Russie sur un certain nombre de questions, tant en Bosnie-Herzégovine, dans le but de maintenir le statu quo à l'égard de la population croate, qu'en ce qui concerne l'entrée de l'Ukraine dans l'OTAN.

Maintenant, à mon avis, ce ne sont pas les puissances européennes, mais les puissances eurasiennes qui pourraient aider à équilibrer la situation dans les Caraïbes et en Amérique latine dans son ensemble, ce sont donc la Russie et la Chine.

Le deuxième scénario est plus stratégique et à long terme. C'est la formation d'une alliance politico-militaire d'un collectif non-occidental. Idéalement, la Russie, la Chine et l'Iran seraient des acteurs clés. L'adhésion de la Syrie, du Belarus, du Venezuela, du Nicaragua et de Cuba donnerait une dimension latino-américaine et enverrait un signal sérieux aux États-Unis.

Il existe également plusieurs États importants en Afrique qui sont pro-russes, par exemple l'Algérie et l'Égypte. Un engagement plus actif des pays neutres peut produire des résultats à moyen et long terme. Une compréhension claire des besoins des partenaires potentiels et une volonté d'aider à y répondre sont également nécessaires.

En général, une plus grande interaction de tous les pays qui n'acceptent pas la dictature américaine et qui sont soumis à des sanctions ou à un blocus est vitale pour protéger leur souveraineté et une architecture mondiale plus équilibrée.

En outre, toute démarche visant à accroître les contradictions au sein de l'OTAN sera utile. Alors que Bruxelles accusera la Russie de mener une guerre hybride (ce qui est déjà le cas, indépendamment des actions ou omissions de Moscou), je pense qu'il est préférable pour la Russie d'adopter une position active plutôt que de rester les bras croisés.

Il existe de sérieuses frictions entre la Turquie et les membres européens de l'OTAN. Il existe même des conflits territoriaux entre les États-Unis et le Canada. Il est nécessaire de mettre ces contradictions en exergue et de développer des mécanismes pour accroître les différences existant entre les membres de l'alliance occidentale. En général, l'alliance occidentale est un conglomérat artificiel. Il est nécessaire de soutenir les aspirations de l'UE à l'autonomie européenne, une initiative stratégique que la France et l'Allemagne soutiennent tout particulièrement.

Renforcer les alliances existantes et en préconiser de nouvelles

Parallèlement, la Russie doit renforcer les initiatives régionales telles que l'Organisation du traité de sécurité collective et l'Union économique eurasienne.

Dans le cadre de l'OTSC, la puissance militaire doit être accrue, et dans l'Union économique eurasienne, la composante politique doit être renforcée. Dans la région de l'Amérique centrale et du Sud, il y a le renforcement de la CELAC et de l'intégration régionale, excluant l'influence des États-Unis. En effet, l'Union économique eurasienne et la CELAC interagissent. Ce processus doit être renforcé par diverses initiatives multilatérales.

celac-picture.jpg

À la fin du 19e siècle, le révolutionnaire cubain José Martí a parlé de l'importance de l'équilibre entre les forces mondiales dans le contexte de l'indépendance des Antilles vis-à-vis de l'Espagne. Pour un tel équilibre, la présence d'au moins deux puissances européennes dans la région était nécessaire. À l'époque, il voyait en l'Allemagne et l'Angleterre de tels garants qui freineraient également l'expansion des États-Unis dans les Caraïbes.

Maintenant, à mon avis, ce ne sont pas les puissances européennes, mais les puissances eurasiennes qui pourraient aider à équilibrer la situation dans les Caraïbes et en Amérique latine dans son ensemble, et ces puissances eurasiennes sont la Russie et la Chine.

vendredi, 18 février 2022

L'aube d'une nouvelle Amérique latine : protestante et pro-américaine

20180501T1118-818-CNS-LATIN-AMERICA-RELIGION-EVANGELICALS.jpg

L'aube d'une nouvelle Amérique latine: protestante et pro-américaine

Emanuel Pietrobon

Ex: https://it.insideover.com/politica/l-alba-di-una-nuova-latinoamerica-protestante-e-filoamericana.html

L'Amérique latine est le lieu où a éclaté la guerre mondiale des croix, c'est-à-dire la dure confrontation géoreligieuse entre l'Internationale protestante de Washington et l'Église catholique. C'est aussi le théâtre où, compte tenu des transformations vastes et radicales qui se sont produites au cours des dernières décennies à la suite de ce conflit, il est possible de comprendre ce qui se passe en pratique, au niveau de la politique étrangère, lorsqu'une société change de forme, ou plutôt se convertit à une nouvelle foi.

Un pouvoir qui ne peut être ignoré

Du Brésil à l'Argentine, en passant par le Mexique et le Chili, sans oublier les cas souvent oubliés du Venezuela et de Cuba, l'histoire récente nous enseigne que lorsqu'il s'agit de protestantisation hétérogène impulsée par la Maison Blanche, le scénario est toujours le même : il commence par un pêcheur d'hommes évangélisant les incroyants et les catholiques désabusés au sein d'une méga-église, et se termine par un président-messie à la tête d'un parlement. C'est ce que rappellent les cas de Jair Bolsonaro, qui est entré au Palácio do Planalto avec l'aide de l'Église universelle du Royaume de Dieu d'Edir Macedo, ou de Jimmy Morales et Alejandro Giammattei, élus à la présidence du Guatemala avec le soutien du télévangéliste Cash Luna.

511LM+ZicSL.jpg

8578964.jpg

Les chrétiens protestants évangéliques d'Amérique latine constituent depuis longtemps une force perturbatrice dont les intérêts ne peuvent être ignorés, puisqu'ils représentent un cinquième de la population totale du sous-continent et qu'ils se développent progressivement mais sûrement de Mexico à Buenos Aires. L'influence culturelle et la capacité à déplacer les votes de cette masse énergique, écrasante comme un tsunami, sont telles que même les partis et mouvements politiques traditionnellement proches de l'Église catholique, comme le Parti des travailleurs du Brésil, ne peuvent plus ne pas écouter ce qu'elle a à dire. Parce qu'ignorer les besoins, les désirs et les intérêts des nouveaux protestants aujourd'hui équivaut à déclarer son propre suicide politique, surtout dans des pays comme le Brésil, où ils représentent un tiers de la population totale, ou le Guatemala, où pour chaque paroisse catholique, il y a quatre-vingt-seize églises évangéliques.

Bibles, dollars et beaucoup de messianisme

Peu importe que le président soit évangélique, ou que le parlement soit religieusement multiforme, car ce qui compte, c'est la manière dont le pouvoir a été obtenu. Et si le pouvoir a été obtenu grâce à la mobilisation des églises protestantes, dont les fidèles votent de manière compacte, se déplaçant et se comportant comme un monolithe - à la différence des catholiques sécularisés et déboussolés -, l'histoire récente enseigne et (dé)montre que le retour de la faveur implique l'adoption de certaines orientations politiques tant à l'intérieur qu'à l'extérieur.

Sur le plan interne, c'est-à-dire celui des affaires culturelles, sociales et économiques de la nation, l'électorat protestant est habitué à demander, ou plutôt à exiger, des législateurs une grande variété de réformes dans les secteurs les plus divers. Dans le domaine de l'éducation, par exemple, ils demandent l'expulsion de l'idéologie du genre des écoles publiques et parfois l'introduction de l'enseignement du créationnisme. Dans le secteur économique, des voix s'élèvent pour réclamer moins d'État-providence et plus de libéralisme. Et dans le domaine de la sécurité publique, des appels sont lancés en faveur de la tolérance zéro, de la militarisation, de l'aggravation des peines et même du rétablissement de la peine de mort.

1200px-Countries_by_percentage_of_Protestants_(2010).svg.png

c1mo2q2zrrr21.png

Deux cartes révélatrices: en haut, la mappemonde montre clairement l'importance du facteur protestant en Amérique latine; en bas, la carte du continent sud-américain montre le recul du catholicisme.

L'ingérence des groupes d'intérêts protestants n'est pas moins incisive (et envahissante) dans les affaires étrangères, où, en effet, le parti au pouvoir ou le président en exercice peut être soumis à des pressions égales ou supérieures à celles reçues dans la formulation des politiques intérieures. La raison pour laquelle les Églises protestantes aspirent à monopoliser l'élaboration de l'agenda étranger du parti et/ou de la personne pour lesquels elles votent est simple : elles sont un instrumentum regni des États-Unis, le complément spirituel de leurs plans hégémoniques pour l'Amérique latine, d'où le désir de transformer les semailles en récoltes le plus rapidement possible.

Aux ordres de Washington

Alors qu'au niveau national, ils exigent la loi et l'ordre, le conservatisme social - c'est-à-dire la défense des valeurs dites traditionnelles - et le libéralisme - confiant dans le potentiel émancipateur de la théologie de la prospérité -, lorsqu'il s'agit des relations internationales, ils exigent que les décideurs s'orientent sur la voie tracée par la poussière coruscante de la comète américaine. Concrètement, un gouvernement sous l'influence d'un lobby évangélique a tendance à épouser la rhétorique du choc des civilisations, à approfondir les relations avec Israël, à dégrader les liens avec l'Iran - une puissance insoupçonnée aux multiples ramifications dans le sous-continent - et à lutter contre tout ce qui est latino-américain, du communisme cubain à l'ancienne au chavisme vénézuélien plus récent.

L'histoire récente offre une multitude d'exemples de la manière dont un exécutif latino-américain façonné par le protestantisme made in USA opère au niveau régional et international :
    
- Deux des quatre pays qui reconnaissent Jérusalem comme la capitale unique et indivisible d'Israël et y ont ouvert leur ambassade sont sud-américains : le Guatemala, qui a été le deuxième pays au monde à suivre l'administration Trump en 2018, et le Honduras, qui l'a inauguré en 2021.
    
- L'Amérique latine est la troisième région géopolitique du globe, après l'Europe et l'Arabosphère, en termes de nombre de nations adhérant au front anti-Hezbollah. Ces dernières années, parallèlement à l'influence politique croissante des églises évangéliques, l'Argentine, la Colombie, le Guatemala, le Honduras et le Paraguay ont inclus l'entité politico-militaire libanaise dans la liste des organisations terroristes. Dans un avenir proche, le Brésil, qui a entamé le même processus sous la présidence de Bolsonaro, pourrait également être ajouté.

Le remplacement de l'arabisme populaire par le sionisme n'est pas le seul miracle dont a été capable la droite évangélique latino-américaine. En plus de persuader les électeurs fidèles de remplacer la cause palestinienne par la cause israélienne, mettant ainsi fin à une tradition diplomatique de plusieurs décennies ancrée dans la solidarité avec le tiers-monde, les télévangélistes et les politiciens ont simultanément concentré leurs ressources et leur attention sur l'endiguement de la gauche sous toutes ses formes - modérée, progressiste et révolutionnaire -, sur sa lutte contre les gauches à l'intérieur et à l'extérieur de ses frontières - allant jusqu'à soutenir des changements de régime - et sur l'offre d'une plateforme idéologique malveillante pour les adeptes des gauches - soit la fameuse plateforme de la "théologie de la prospérité".

100819-25-History-Christian-Religion-Fundamental-1024x671.jpg

Ce qui se passe aujourd'hui en Amérique latine, au XXIe siècle, est la preuve lapidaire et irréfutable que Theodore Roosevelt avait raison et était clairvoyant lorsqu'il identifiait, en 1912, la catholicité de l'arrière-cour "monroeïste" des États-Unis comme le principal obstacle à son incorporation dans l'américanosphère. Ce problème a été surmonté en investissant dans une campagne de prosélytisme macroscopique et clairvoyante, qui a rendu possible la satellisation de puissances clés comme le Brésil, pivot du cône sud, et l'entrée en terrain hostile comme en Bolivie, à Cuba et au Venezuela.

Écrire et parler de la Réforme à la sauce latino-américaine est plus qu'important, c'est indispensable, car ce n'est pas seulement pour expulser l'Église catholique, l'Iran et le communisme que les protestants 2.0 sont et seront nécessaires. Plus dévoués à George Washington qu'à Simon Bolivar, plus américains que latins, les nouveaux chrétiens du sous-continent pourraient être appelés à jouer un rôle de premier plan dans la guerre froide entre l'Ouest et l'Est, c'est-à-dire dans la confrontation avec la Russie et la République populaire de Chine. Et l'appel pourrait venir très bientôt, notamment parce que ce que le pape François a surnommé la troisième guerre mondiale en morceaux s'étend progressivement de l'Eurafrique et de l'Indo-Pacifique à l'imperméable continent-forteresse qu'est l'Amérique, comme l'indiquent les récentes actions chinoises au Nicaragua, pays pivot, et l'insurrection de fin d'année en Martinique, en Guadeloupe et à la Barbade.

samedi, 05 février 2022

José Martí et la théorie de l'équilibre des forces

jorge-arche-jose-marti-1943.jpg

José Martí et la théorie de l'équilibre des forces

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/hose-marti-i-teoriya-balansa-sil

Texte du discours de Leonid Savin, prononcé lors de la célébration du 169e anniversaire de la naissance de José Martí, Maison Centrale des Scientifiques, 28 janvier 2022.

L'environnement international actuel rappelle quelque peu la fin du 19e siècle: l'ordre européen précédent changeait rapidement et, à l'époque des empires et du colonialisme, cela avait un effet mondial et des conséquences imprévisibles.

L'héritage intellectuel de José Martí est d'un intérêt considérable à cet égard, car sa vision des processus en cours démontre son acuité géopolitique. Sa formulation du besoin d'équilibre peut être considérée comme une anticipation de la multipolarité et s'inscrit bien dans le paradigme de la théorie du réalisme politique (qui a émergé plus tard).

Après avoir été élevé à la tête du parti révolutionnaire cubain en avril 1892, José Martí a dû faire face à une situation internationale extrêmement difficile. D'une part, Cuba, ainsi que les autres Antilles, pouvaient difficilement obtenir l'indépendance de l'Espagne sans le soutien des États-Unis. Et une telle expansion de l'influence directe et prépondérante de Washington était alors déjà activement discutée dans les cercles politiques américains.

9789681661458.jpgD'autre part, il était nécessaire d'assurer l'unité et le soutien à Cuba de la part de l'Amérique latine, où il y avait aussi pas mal de turbulences. En particulier, l'Argentine et le Brésil luttaient pour la suprématie dans la région, tandis que ce dernier était économiquement dépendant des États-Unis. Depuis 1880, la politique étrangère du Brésil était fondée sur une alliance stratégique avec les États-Unis, qui furent le principal marché pour ses exportations, notamment le café. Le Brésil justifiait ce besoin par la crainte de l'émergence d'une alliance hispano-américaine dans le Cône Sud, dirigée par l'Argentine, qui pourrait être dirigée contre ses propres intérêts.

Il y avait donc un risque sérieux tant pour l'unité latino-américaine que pour l'affirmation de l'hégémonie nord-américaine sur la région. Après le coup d'État du général Deodoro de Fonseca, Martí avait l'espoir d'un changement possible de la politique étrangère brésilienne, ce qui ne s'est toutefois pas produit. Dans l'ensemble, José Martí a fait peu de références au Brésil. En outre, il a cessé d'utiliser le terme "Amérique latine" et l'expression "unité latino-américaine". Au lieu de cela, Martí a présenté "l'Amérique hispanique" ou a parlé de "l'Amérique espagnole". Ou, bien sûr, a introduit le désormais célèbre concept de "Notre Amérique".

À la même époque, le célèbre historien et officier de marine américain Alfred Thayer Mahan publiait son ouvrage classique, The Importance of Naval Power in History. Il y affirme que le contrôle des mers est la clé de l'expansion prévue des Etats-Unis. Et la croissance subséquente du commerce américain avec le monde, en particulier l'Asie, comme il l'a expliqué dans des articles ultérieurs, assurerait un avenir heureux au peuple américain, libéré des crises de surproduction, de faim et de chômage qui ravageaient régulièrement l'économie américaine.

Le thème central du document était l'exemple de la Grande-Bretagne, considérée à l'époque, selon Mahan, comme l'ennemi potentiel le plus dangereux des États-Unis.

En 1890, il publie dans le magazine américain Atlantic Monthly un article révélateur intitulé The United States looking outward, dans lequel il analyse l'importance stratégique des Antilles.

612kzkMZCnL.jpg

Avec une franchise extraordinaire, il estime que les Grandes Antilles, notamment Cuba, doivent nécessairement passer sous le contrôle des États-Unis, afin de protéger un canal interocéanique, dont la construction est alors prévue au Panama ou au Nicaragua.

Mahan mentionne spécifiquement le passage du vent, la route la plus courte vers le canal prévu, dont la construction, selon lui, ne peut commencer sans le contrôle des zones proches du rivage, grâce à un système de bases navales sur les deux rives dudit canal. La clé de sa politique antillaise était Cuba. Ses idées bénéficient d'un large soutien au Congrès, sous la pression de l'homme politique républicain Henry Cabot Lodge et de son ami, le vice-président puis président Theodore Roosevelt.

Le gouvernement américain n'a pas perdu de temps pour proposer d'acheter l'île au gouvernement espagnol. L'Espagne, furieuse de cette offre, a refusé de vendre. Marti, en revanche, pensait qu'il fallait hâter l'action révolutionnaire pour obtenir l'indépendance de Cuba par une guerre soudaine et foudroyante contre l'Espagne, ce qui lui permettrait, après la victoire, d'établir un équilibre dans les Antilles espagnoles. L'idée était de stopper pour un temps ou pour toujours l'expansion des Etats-Unis dans les Caraïbes grâce à l'unité de Cuba, Porto Rico, Saint-Domingue et même Haïti, soutenue par des pays sensibles aux intérêts de la libération des Antilles espagnoles. Il s'agit de l'Argentine, du Mexique, de plusieurs pays d'Amérique centrale et des deux puissances européennes que sont l'Angleterre et l'Allemagne, qui sont alors en conflit avec l'empire américain naissant.

On peut se faire une idée plus précise du projet stratégique révolutionnaire de Marti dans ses réflexions, qu'il a consignées dans son carnet alors qu'il travaillait pour la firme française Lyon and Company à New York en 1887. Marti faisait référence aux déclarations du vice-consul français selon lesquelles, moyennant un investissement minime, un passage interocéanique pourrait être construit pour relier le Pacifique à l'Atlantique. La société britannique a alors immédiatement déclaré son intention d'acquérir les droits de construction du canal, ce dont la presse s'est fait l'écho et qui a incité Marti à formuler sa vision stratégique : "Ce que d'autres voient comme un danger, je le vois comme une garantie : alors que nous devenons assez forts pour nous défendre, notre salut et la garantie de notre indépendance sont dans la balance de puissances étrangères concurrentes. Là, à l'avenir, au moment où nous serons pleinement déployés, nous courrons le risque d'unir contre nous des pays concurrents mais apparentés - (Angleterre, USA) : d'où la politique étrangère centraméricaine et nous devons chercher à créer des intérêts divers dans nos différents pays, sans permettre une prédominance claire et accidentelle, d'une quelconque puissance."

En adhérant à ce critère, Martí développait une stratégie d'équilibre face à l'expansion américaine.

152920._SY475_.jpg

Il convient de noter que le chef de la délégation argentine à la conférence internationale américaine de Washington, Roque Saenz Peña, partageait les idées de Jose Marti. Ensuite, alors que Saenz Peña était à la tête du ministère des affaires étrangères pour une courte période d'un peu plus d'un mois, il a présenté la candidature de José Martí au poste de consul à New York.

La nouvelle de sa nomination en octobre 1890, et en provenance du Paraguay (il était consul en Uruguay depuis 1887) soulignait que l'Argentine était susceptible de soutenir la lutte cubaine pour l'indépendance, une perspective désagréable pour le gouvernement espagnol mais aussi pour le gouvernement américain.

Après sa nomination, sa première apparition politique a eu lieu au Twilight Club de New York lors d'un dîner spécial consacré à Cuba. Marti a accepté une invitation à rejoindre les rangs du club, qui était alors une sorte de groupe national hors de contrôle, dont les rangs comprenaient des intellectuels tels que Walt Whitman, Mark Twain, Mark Durkham, le magnat de l'acier et milliardaire Andrew Carnegie et dont le président était le général Carl Friedrich Wingate.

Le message de Marti lors de la réunion du club était directement lié au débat croissant sur le "contrôle" de Cuba et d'autres pays des Caraïbes et d'Amérique continentale.  Le discours avait des connotations anti-impérialistes et constituait une réponse au projet annexionniste de Mahan et du groupe de congressistes républicains conservateurs qui le soutenaient.

Marty a traité Mahan et les politiciens conservateurs américains cherchant à intervenir dans les pays d'Amérique latine de fous et d'ignorants, ce qui était en fait une déclaration politique au nom des trois pays d'Amérique du Sud qu'il représentait aux États-Unis. Les membres du Twilight Club ont ensuite salué le discours de José Martí par des applaudissements et ont soutenu les droits du peuple cubain dans sa lutte pour l'indépendance.

Quant aux pays européens, la première priorité de José Martí est l'Angleterre, à l'époque la puissance européenne la plus présente et la plus puissante en Amérique latine, qui, pendant la lutte de Simón Bolívar contre l'Espagne, a soutenu le libérateur en envoyant la légion britannique.

imanamges.jpgEn 1887, Marti a également rédigé une note adressée au Parti libéral du Mexique, dans laquelle il critiquait les préjugés du journaliste et promoteur américain David Ames Welk sur le Mexique, dans un article publié dans le Popular Science Monthly, Dans cette discussion, il faisait remarquer: "La République d'Argentine connaît une croissance plus rapide que celle des États-Unis. Et celui qui a aidé l'Argentine est intéressé à aider toute l'Amérique: l'Angleterre".

En deuxième position, on trouve l'Allemagne sous la direction du fondateur de l'unité allemande, Otto von Bismarck, qui, du début des années 80 jusqu'à son départ du pouvoir en 1890, a soutenu les fortes aspirations maritimes de l'Allemagne.

À cette époque, l'Allemagne possède des bastions sur plusieurs îles stratégiques du Pacifique, mais au-delà, Bismarck a même imaginé d'organiser l'émigration allemande vers Cuba et a même demandé à l'Espagne un port sur l'île pour une base navale allemande.

On sait que Marti a envoyé des lettres aux vice-consuls des deux pays depuis les environs de Guantanamo quelques jours avant sa mort, ce qui a suscité l'intérêt des deux bureaux. Selon des chercheurs contemporains (l'Allemand Martin Franzbach et l'Anglais Christopher Hall) qui ont pu retrouver les messages de Marti, les vice-consuls ont pris note des informations de José Martí et les lettres ont suscité une réaction officielle positive.

Tout cela montre une construction systématique du concept d'équilibre international autour des Grandes Antilles, c'est-à-dire Cuba, Porto Rico, Saint-Domingue et Haïti.

Enfin, il convient de rappeler qu'il existait un autre projet défendu par les patriotes portoricains Eugenio Maria de Ostos, Ramon Emeterio Betances. Il s'agit de l'idée d'une Confédération des Caraïbes, dont il est question dans des articles datant des années 80, et même avant, mais surtout dans le journal Fatherland, en 1894-95, c'est-à-dire à la veille du déclenchement des hostilités à Cuba. Marti ne s'opposait pas à ces objectifs révolutionnaires, mais ils semblaient inopportuns à l'époque. La priorité aurait dû être l'indépendance des Antilles hispanophones.

La Confédération des Caraïbes pourrait distancer les puissances européennes, qui étaient en train de régler leurs graves différends avec les États-Unis au sujet d'un éventuel soutien à la révolution cubaine, que Marti jugeait nécessaire pour assurer l'indépendance des Antilles hispanophones.

Mais José Martí explorait la possibilité d'une Union latino-américaine. Avant 1881, il a écrit sur le sujet dans son carnet la façon dont il l'imaginait : la Grande Confédération des Peuples d'Amérique Latine ne devrait pas être à Cuba mais en Colombie (pour éviter le danger d'une annexion violente de l'île).

L'idée de base était que l'unité continentale serait créée par une confédération hispano-américaine, pour laquelle aucune ressource ne serait épargnée. Et chaque État aurait une liberté totale pour les alliances et les actions défensives.

Ainsi, nous pouvons voir que les idées de José Martí ont préfiguré l'émergence de la multipolarité et de la théorie de l'équilibre des forces sur lesquelles les réalistes et les néo-réalistes ont construit leurs concepts. Il convient donc d'étudier son héritage et, si nécessaire, de l'adapter à la réalité contemporaine.

lundi, 22 novembre 2021

Sur l'ingérence de la Grande-Bretagne en Amérique latine

1200px-America_noviter_delineata.jpg

Sur l'ingérence de la Grande-Bretagne en Amérique latine

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/o-vmeshatelstve-britanii-v-dela-latinskoy-ameriki

Début novembre, des émeutes ont éclaté en Araucanie, au Chili. Les initiateurs étaient des membres d'une population indigène connue sous le nom de Mapuche. En cause: des attaques contre la police et l'armée; les autorités ont répondu par la force. Au cours d'une opération spéciale, plusieurs militants munis d'armes automatiques ont été arrêtés. L'état d'urgence a été déclaré dans la région. Mais cela n'a pas arrêté les manifestants, qui ont répondu par des barrages routiers et des incendies criminels.

De nombreux militants des droits de l'homme, notamment des pays occidentaux, ont immédiatement condamné les actions des autorités, soulignant le statut des Indiens Mapuche en tant que peuple indigène opprimé. Mais les Mapuches sont des citoyens à part entière au Chili et en Argentine voisine et ne sont donc pas privés de droits constitutionnels. Le problème, c'est que si les Mapuches sont des indigènes, il existe en outre un mouvement de Mapuches dont les membres se livrent depuis des années à des actes de sabotage, à la destruction des biens d'autrui et à des attaques contre d'autres citoyens, qu'ils appellent en quelque sorte des occupants.

EH0okaJXUAAccie_edited-900x507.jpg

Tout ceci est organisé dans le cadre du projet "Nation Mapuche". Il s'agit d'un projet séparatiste à la base, qui vise à séparer des parties du Chili et de l'Argentine et à créer un État indépendant sur leur base. Selon cette organisation, "la Nation Mapuche couvre tout le sud de Bio Bio (Chili) et le sud de Salado et Colorado (Argentine) jusqu'au détroit de Magellan". Fait révélateur, les Mapuchistes utilisent l'anglais plutôt que l'espagnol. Et leur siège social se trouve au Royaume-Uni, avec un bureau enregistré au 6 Lodge Street, Bristol, depuis 1996. Les Mapuchistes ont même leur propre prince autoproclamé appelé Frédéric 1er. La Royal Air Force promeut activement le sujet sous couvert de défense des droits de l'homme.

Leur site web affirme que le peuple Mapuche "n'a jamais renoncé" à ses droits souverains ou à la restitution de son territoire ancestral" et diffuse des allégations d'"invasion", de "génocide", de "répression" et d'"espionnage" par les États du Chili et de l'Argentine.

_methode_times_prod_web_bin_784d41ac-0ad8-11ea-96a6-b8ef146759ed.jpg

Selon l'avocat chilien Carlos Tenorio, qui représente la famille des agriculteurs assassinés par les Mapuches, ces personnes n'expriment pas leurs revendications par les voies juridiques institutionnelles, mais par l'action directe. "Nous traversons la période la plus difficile depuis que j'ai travaillé sur ce dossier il y a deux décennies. Un manque total de contrôle qui va de pair avec le climat politique", a-t-il déclaré. L'avocat a fait une distinction entre les "demandes des communautés indigènes" qui sont faites "institutionnellement" et "d'autres groupes qui sont maintenant armés et ont déclaré la guerre à l'État chilien".

L'affaire qu'il défend a eu lieu en janvier 2013 dans un champ de 40 hectares situé dans le sud du Chili et appartenant à la famille Luchsinger. Ils ont été attaqués par une bande de 40 hommes qui ont brûlé la maison et ses habitants. En Amérique latine, on parle des Mapuchistas comme d'un réseau anglais inhabituel qui encourage le séparatisme dans le sud du Chili et en Argentine.

Compte tenu des relations tendues entre l'Argentine et la Grande-Bretagne au sujet des Malouines/Malvinas (îles Falkland), Londres a un intérêt évident à porter atteinte à la souveraineté de cet État.

La stratégie de la Grande-Bretagne semble plutôt astucieuse. Alors qu'à l'époque de la guerre froide, Londres a aidé les régimes de droite d'Amérique centrale à balayer les populations indigènes (notamment au Guatemala) et à fournir des armes à ces pays, la situation dans la partie sud du continent semble aujourd'hui tout à fait opposée. Mais la Grande-Bretagne continue le vieux système en Colombie, où elle a des intérêts économiques.

Selon le journalisme d'investigation, l'ambassade britannique à Bogotá investit massivement dans son réseau et mène une campagne de relations publiques visant à "améliorer la perception" de la Grande-Bretagne. Selon les documents du ministère britannique des Affaires étrangères, 6000 £ ont été dépensées en 2019-20 pour mener une "analyse de la perception du soft power du Royaume-Uni en Colombie" qui a aidé à "identifier les intérêts futurs pour l'association dans les messages publics et les médias sociaux". "L'objectif à long terme", note l'ambassade du Royaume-Uni à Bogota, est de "construire de nouveaux réseaux d'influence et de connexions avec des publics plus diversifiés en Colombie... ce qui conduira à une amélioration des perceptions et à un changement de comportement à l'égard du Royaume-Uni". L'ambassade a déclaré que le projet comprenait "un certain nombre de domaines de travail conjoint avec des parties prenantes colombiennes clés" par lesquels l'ambassade chercherait à "améliorer son profil" au cours de l'année 2021. Les domaines de coordination comprenaient "la sécurité et la défense".

En outre, 25.000 £ ont été allouées à la création d'une nouvelle "campagne de sensibilisation à l'environnement et à la biodiversité". Ces thèmes ont été identifiés à la suite d'une enquête.

Fait révélateur, plus de la moitié des meurtres d'écologistes dans le monde en 2020 ont eu lieu en Colombie, certains d'entre eux étant liés à ceux qui luttent contre les projets des entreprises britanniques dans le pays.

Un rapport publié l'année dernière a révélé que 44 % des attaques récentes liées à des entreprises en Colombie visaient des défenseurs des droits de l'homme qui avaient fait part de leurs préoccupations concernant cinq entreprises. Il s'agit notamment de la mine de charbon de Cerrejón, qui appartient aux sociétés minières cotées à Londres BHP, Anglo American et Glencore, ainsi qu'à AngloGold Ashanti, également enregistrée à Londres.

L'année dernière, David Boyd, rapporteur spécial des Nations unies sur les droits de l'homme et l'environnement, a déclaré que la mine de charbon de Cerrejón avait "gravement endommagé l'environnement et la santé de la plus grande communauté indigène du pays". Et en juin de cette année, UKCOL2021 a été lancé, ce qui permettra de continuer à établir l'influence britannique en Colombie.

Il est révélateur que, parallèlement à l'annonce de ce programme, la police colombienne réprimait des manifestations qui, selon Human Rights Watch, ont fait 63 morts. Mais l'ambassade britannique à Bogota est restée muette sur la question, ce qui n'a rien à voir avec le comportement des diplomates britanniques dans d'autres pays, comme la Russie, où toute bousculade des hooligans et des provocateurs qui narguent la police lors de manifestations non coordonnées est accueillie par des hurlements retentissants.

La raison est probablement que le Royaume-Uni est indirectement responsable de ces meurtres, car il a mis en œuvre deux programmes avec la police colombienne de 2015 à 2020, pour un coût de plusieurs millions de livres.

B9726951127Z.1_20210506121631_000+G8HI2U18L.2-0.jpg

Directement en Colombie, une équipe spéciale britannique est désormais stationnée pour aider les forces armées colombiennes, elles aussi accusées à plusieurs reprises de tuer des civils.

Londres est connu pour soutenir activement le président colombien Ivan Duque, au pouvoir depuis 2018 et représentant le Parti démocratique (PCD) de centre-droit. La proximité de la Colombie avec les territoires britanniques d'outre-mer dans les Caraïbes permet à Londres de suivre de près les processus politiques dans les Caraïbes. Il n'est pas exclu que de nombreuses provocations de la Colombie contre le Venezuela aient également été organisées avec l'implication directe de l'armée et des services de renseignement britanniques.

jeudi, 04 novembre 2021

Le monde hispanique subit la géopolitique du chaos : séparatisme et terrorisme, de la Catalogne à la Patagonie

Capture d%u2019écran 2015-06-22 à 23.01.03.png

Le monde hispanique subit la géopolitique du chaos : séparatisme et terrorisme, de la Catalogne à la Patagonie

Par Cristian Taborda

Ex: https://kontrainfo.com/hispanoamerica-bajo-la-geopolitica-del-caos-separatismos-y-terrorismo-de-cataluna-a-la-patagonia-por-cristian-taborda/

Récemment, en Argentine, le conflit en Patagonie a été ravivé par un groupe terroriste de "Mapuches" (autoproclamés), dont les noms de famille et les traits de caractère suscitent de nombreuses inquiétudes quant à leur origine ethnique supposée, comme dans le cas du chef du groupe terroriste RAM (Resistencia Ancestral Mapuche) Jones Huala, qui encourt une peine au Chili et qui a la chance d'avoir été défendue par l'avocate Elizabeth Gómez Alcorta, aujourd'hui en charge du ministère de la Femme, du Genre et des Diversités, et ce avec l'accord de l'ambassadeur argentin au Chili, Rafael Bielsa, qui a un passé lié au groupe terroriste Montoneros. La collaboration politique, les liens idéologiques et la fourniture de services par des progressistes et d'anciens membres de groupes d'extrême gauche, qui, dans le passé, ont opéré clandestinement contre des gouvernements populaires, démocratiques et constitutionnels, comme celui de Juan Domingo Peron, commettant également des attentats tout comme les groupes qu'ils défendent aujourd'hui, sont explicites.

Mais la dimension du conflit va au-delà de l'Argentine et si on l'analyse attentivement, on peut noter la répétition de ces pratiques dans toute l'Amérique latine, ici liées au fondamentalisme indigéniste, en Espagne avec l'exacerbation du nationalisme indépendantiste, mais la modalité et la finalité sont les mêmes : terrorisme et séparatisme, attaque du patrimoine commun et fragmentation du territoire sous des hypothèses ethniques et des prérogatives indigénistes.

Sous de prétendues proclamations d'autodétermination, ils cherchent à briser l'unité des nations, mais surtout à empêcher l'unité de l'Amérique latine à un moment où, pour la première fois depuis des décennies, le pouvoir anglo-saxon est remis en question et où des propositions émergent pour unir le monde hispanique en tant qu'Ibérophère.

Le séparatisme catalan et le récent séparatisme "mapuche" présentent des similitudes et révèlent des points communs, non seulement dans leur mode d'action mais aussi dans leurs objectifs : briser l'unité nationale, détruire la souveraineté politique et nier la culture (politique) de la patrie. Ceci est beaucoup plus accentué en Espagne avec des formations politiques qui expriment explicitement leur sentiment anti-espagnol, et qui en Argentine commencent à se voir dans diverses propositions faites par des forces progressistes et de gauche, comme la proposition d'un état "plurinational", ou des propositions libérales de sécession pour des raisons économiques, comme dans le cas de Cornejo à Mendoza.

mapuche.jpg

Le lien entre les groupes terroristes et séparatistes, ainsi qu'entre ceux-ci et la gauche, et le pouvoir de l'argent et des puissances étrangères, dont la main la plus visible est britannique, comme le Mapuche International Link, basé au Royaume-Uni, ou la défense par des ONG internationales comme Amnesty International, également basée à Londres, ne manque pas non plus d'attirer l'attention. Les organismes supranationaux, tels que les Nations unies, protègent également, en vertu du droit international, les intentions séparatistes de nations inexistantes qui font fi de la souveraineté des États, un principe fondamental du droit international.

Ce n'est pas une coïncidence si le séparatiste Puigdemont a trouvé l'asile politique à Bruxelles, siège de l'Union européenne, et si les "Mapuches" autoproclamés se tournent vers les Nations unies en quête de la reconnaissance d'une autonomie et d'une nation hypothétique. Les organismes supranationaux qui tentent de s'ériger en juges s'opposent toujours arbitrairement à la souveraineté des nations existantes dotées d'États reconnus.

Mais ce n'est pas la première fois dans l'histoire que les villes financières, le pouvoir de l'argent, jouent un rôle majeur dans l'éclatement des nations et leur dissolution, réduisant leur pouvoir en tant qu'unité continentale en fragments, comme cela s'est produit dans le passé en Amérique latine avec sa division en de multiples républiques contrôlées économiquement et financièrement par la Grande-Bretagne, qui maintenant, sous l'influence idéologique des États-Unis, a l'intention de reconfigurer la région afin de l'insérer dans un nouvel ordre international post-national et transnational. La subordination des États-nations aux niveaux supérieurs des bureaucraties internationales, toujours sous la subtile domination politique de la diplomatie.

La théorie du chaos

La fragmentation sociale, d'abord dans la sphère économique en raison de l'inégalité, la fragmentation politique dans le cadre idéologique, et maintenant les actions visant à la fragmentation territoriale, nous amènent à penser que le chaos et le désordre sont une cause et non une conséquence, que la configuration politique semble être une question géostratégique afin d'insérer l'Amérique latine dans le nouveau cadre international subordonné au globalisme.

Steven Mann est un politologue et un expert en politique étrangère américaine qui a développé la "théorie du chaos contrôlé" visant à sécuriser et à promouvoir les intérêts nationaux américains. Dans un article intitulé "Théorie du chaos et pensée stratégique /Paramètres", il affirme que :

    "Chaque acteur dans les systèmes politiquement critiques crée une énergie de conflit,... qui provoque un changement dans le statu quo participant ainsi à la création d'une situation critique... et tout cours d'action amène l'état des choses à une réorganisation cataclysmique inévitable."

Stiven Mann1612005-big.jpg

L'idée fondamentale qui se dégage de la pensée de Mann (photo) est d'amener le système à un état de "criticité politique". Ensuite, le système, sous certaines conditions, entrera inévitablement dans le chaos et la "transformation". Mann écrit également que :

    "Compte tenu de l'avantage des États-Unis en matière de communications et de la capacité croissante de mobilité mondiale, le virus (au sens d'une infection idéologique) s'auto-reproduira et se propagera de manière chaotique. Par conséquent, notre sécurité nationale sera préservée".

Il ajoute : "C'est la seule façon d'établir un ordre mondial à long terme. Si nous ne parvenons pas à provoquer un changement idéologique à l'échelle mondiale, nous n'aurons que des périodes de calme sporadiques entre les transformations catastrophiques".

"Un virus auto-réplicatif qui se répandra de manière chaotique" est l'un des moyens indiqués par Mann pour préserver la sécurité nationale américaine. La propagation du terrorisme dans la région, dans des pays qui semblaient avoir laissé ces problèmes derrière eux, comme l'Argentine et le Chili, refait surface et se reproduit au-delà des frontières, créant chaos et désordre.

Le texte de Steven Mann en pdf: https://fr.scribd.com/document/370467108/Steve-Mann-Chaos-theory-and-strategic-thought-pdf

La "libanisation", selon Kissinger

Les explosions de chaos qui émergent puis plongent les États dans l'anomie préparent le terrain pour une reconfiguration politique, les puissances se disputant les ressources naturelles et le contrôle stratégique.

Cette attaque contre les nations se fait par le biais de groupes terroristes et séparatistes, qui sapent la souveraineté. L'attaque est le fait de ceux qui ne reconnaissent pas la loi et l'État-nation, les gouvernements étant complices des mouvements sécessionnistes, défendant avec des avocats militants ceux qui vont à l'encontre de la loi et attaquent notre patrimoine commun au nom d'intérêts étrangers.

Il ne s'agit pas seulement d'un différend géopolitique mais d'une conception plus profonde, la négation d'une manière d'être, de l'existence hispanique, la négation de nos valeurs spirituelles, de notre histoire, de nos traditions et d'une culture authentique qui a enrichi le monde par la connaissance et la foi.

L'Argentine a proposé dans le passé, dans des cas beaucoup plus violents, la revendication inébranlable de l'unité nationale et de la souveraineté politique pour défendre le territoire, l'ordre constitutionnel et la paix sociale, les groupes ennemis de l'Argentine, de gauche et de droite, ont atteint leur objectif à l'époque : briser l'ordre constitutionnel et générer le chaos. Aujourd'hui, ils proposent de terminer leur tâche, de libaniser l'Argentine, comme l'a proposé Henry Kissinger lors de la Commission trilatérale de 1985 :

    "L'Argentine, tout au long de son histoire, a fait preuve d'une conduite déterminée vis-à-vis des intérêts internationaux en jeu. Ce pays a été un obstacle permanent dans le monde tout au long de l'histoire (...) Nous pensons que la situation est sous contrôle, mais nous devons en être sûrs. Soit l'Argentine accepte son rôle d'exportateur de matières premières, soit nous procédons à sa libanisation".

 

vendredi, 29 octobre 2021

Sur les alliances entre la gauche et les mouvements évangéliques en Amérique latine

brazil_evangil.jpg

Sur les alliances entre la gauche et les mouvements évangéliques en Amérique latine

Radha Sarkar

Ex: https://www.geopolitica.ru/es/article/sobre-las-alianzas-entre-la-izquierda-y-los-movimientos-evangelicos-en-america-latina

Traduction par Juan Gabriel Caro Rivera

Le politologue Javier Corrales est allé jusqu'à dire en 2018 que l'alliance entre les églises évangéliques et les partis conservateurs en Amérique latine était le "mariage parfait" (1). Cependant, il semble que le divorce soit pour bientôt, car un nouveau prétendant, intrigant, est entré en scène: la gauche.

Ces dernières années, de nombreux politiciens de gauche ont tenté de s'allier avec des églises, des dirigeants et des partis politiques évangéliques. Par exemple, Andrés Manuel Lopez Obrador (AMLO) et son parti MORENA se sont tous deux alliés au parti évangélique de la rencontre sociale (PES) pour arriver au pouvoir lors des élections mexicaines de 2018. Maduro a également courtisé plusieurs leaders évangéliques lors des élections vénézuéliennes de 2020, au point de leur promettre de commémorer la "Journée du pasteur", de créer une université évangélique et de faire don de milliers d'instruments de musique à leurs églises (2). C'est maintenant le tour de Gustavo Petro, candidat à la présidence de la Colombie et ancien guérillero, qui a reçu le soutien d'Alfredo Saade (un leader évangélique de la côte caraïbe) avec lequel il a conclu une alliance le 15 septembre (3). Le mouvement de Saade, Levántate, est composé de plus de 400 pasteurs évangéliques.

Si cela peut paraître surprenant, de telles alliances ont existé par le passé, surtout si l'on considère que les partis conservateurs d'Amérique latine ont toujours eu des liens étroits avec l'Église catholique. C'est pour cette raison qu'historiquement, les dirigeants protestants ont toujours été du côté des partis libéraux et ont même soutenu des gouvernements révolutionnaires, puisque l'objectif de tous ces mouvements a toujours été le même: diminuer l'influence sociale de l'Église catholique. Entre 1979 et 1990, la population évangélique est passée de 5 % à 15 % pendant le gouvernement sandiniste au Nicaragua, grâce aux tensions entre le gouvernement révolutionnaire et l'Église catholique au sujet des postes politiques que certains prêtres occuperaient (4). Les évangéliques étaient beaucoup plus enclins que les catholiques à voter pour la réélection de Daniel Ortega et, en fait, plusieurs de leurs dirigeants ont exprimé leur soutien à la direction du FSLN (5). En outre, les mouvements évangéliques ont soutenu la nouvelle constitution vénézuélienne promue par Hugo Chávez en 1999, car elle élargissait les libertés religieuses, tandis que les catholiques l'ont attaquée comme favorisant l'avortement (6).

Cependant, il y a eu des moments où les évangéliques ont trouvé plus commode de s'allier avec la droite. Par exemple, dans le Chili d'Augusto Pinochet, où l'Église catholique a participé activement à la résistance contre la dictature, les évangéliques se sont précipités pour la soutenir dans l'espoir de se voir accorder la pleine égalité religieuse avec les catholiques (7). Tous ces faits nous amènent à conclure que la participation évangélique à la politique latino-américaine se caractérise avant tout par le pragmatisme, s'alliant aussi bien avec la gauche qu'avec la droite selon le moment historique (8).

063_963640408.jpg

La croissance des églises évangéliques dans la région implique que leur participation à la politique augmentera avec le temps, bien que son intensité varie d'un pays à l'autre (9). Même en Colombie, où les groupes non catholiques ont toujours été marginalisés, on estime que 19,5% de la population nationale s'identifie comme évangélique ou pentecôtiste (10).

Toutefois, il est impossible de prétendre que les églises évangéliques sont unies dans leur ensemble, de sorte que le paysage politique actuel est le reflet du paysage religieux. Il existe de nombreux groupes, divisions et compétitions entre eux en raison de l'absence d'une structure unitaire plus large. Or, c'est précisément cette fragmentation qui explique la croissance rapide de leur foi, puisque toute personne ayant une vocation divine peut créer sa propre église, mais elle a pour contrepartie d'inhiber l'action politique commune. Par exemple, au début des années 1990, les évangéliques représentaient à peine 10 % de la population colombienne et, à l'époque, il y avait quatre partis évangéliques concurrents. Le parti politique de Saade est en concurrence avec deux autres : MIRA et Colombia Justa Libre.

Néanmoins, les églises évangéliques peuvent être de précieux alliés électoraux malgré leur incapacité à créer une plateforme unifiée. Ce dernier point est particulièrement vrai pour les méga-églises et les organisations religieuses ayant de multiples sites et des dizaines ou des centaines de milliers de fidèles, ainsi que l'accès à de nombreuses ressources et une utilisation intensive des médias. L'un des atouts qu'ils peuvent mettre à la disposition des campagnes politiques est leur immense salle, sans parler des chaînes de télévision et de radio. Tout cela peut facilement transformer le capital religieux en capital politique, bien que ces deux sphères ne se chevauchent pas toujours (11).

Néanmoins, cette transformation des fidèles en électeurs a un certain poids dans les urnes et a permis à plusieurs dirigeants évangéliques de remporter des sièges dans des conseils municipaux, des législatures d'État et des congrès nationaux. Lors des élections présidentielles, les évangéliques se sont davantage comportés comme des partenaires de coalition majeurs que comme des candidats autonomes, Fabricio Alvarado, du parti évangélique Restauration nationale, faisant exception : il est arrivé en deuxième position lors de l'élection présidentielle de 2018 au Costa Rica. Il est important de garder à l'esprit que les élections sont souvent décidées par des marges très étroites dans une grande partie de l'Amérique latine, et c'est pourquoi le capital politique que les méga-églises évangéliques et les organisations religieuses peuvent rassembler a un poids énorme lorsqu'il s'agit de faire ou de défaire des rois.

L'élection présidentielle de 2018 en Colombie a mis en évidence cette tendance, puisque le candidat du Centre démocratique, Iván Duque (photo, ci-dessous), a battu Petro de 2,3 millions de voix, remportant un total de 10,3 millions de voix. La clé de la victoire de Duque a été les partis évangéliques MIRA et Colombia Justa Libre, qui auraient apporté au moins un million de voix (12). 

Ivan-Duque-investi-president-de-Colombie.jpg

Il est très probable que M. Petro a tiré les leçons de cette défaite et c'est la raison pour laquelle il s'est empressé de rechercher le soutien des évangéliques pour sa candidature à la présidentielle de 2022. Petro a lancé sa campagne présidentielle dans la ville caribéenne de Barranquilla, en se référant à Jésus et aux saints et en accusant la droite de faire des "pactes avec le diable" (13). Peu après, on a appris que le leader évangélique Saade avait organisé l'événement dans l'intention de soutenir publiquement la candidature de Petro.

L'alliance de M. Petro avec les évangéliques de la côte caraïbe colombienne, densément peuplée, est très logique, car après la capitale et le département d'Antioquia, c'est la région la plus peuplée du pays. D'autre part, la région des Caraïbes présente la plus forte concentration d'évangéliques dans le pays, avec 25,4 % de la population se réclamant de cette dénomination, soit un total de 2,25 millions de citoyens, de sorte que les églises évangéliques de cette région pourraient fournir un nombre considérable de voix. La campagne de Saade vise 1,5 million d'entre eux.

De nombreux groupes évangéliques d'Amérique latine ont pu étendre leur influence sociale grâce à leur implication dans la politique. Un cas typique est celui du Brésil, où les évangéliques se sont présentés aux élections sous diverses candidatures, dont celle du Partido dos Trabalhadores (PT) de gauche (14), avec l'intention de légiférer sur des exonérations fiscales pour leurs églises respectives, ainsi que de modifier les lois sur la radiodiffusion afin d'atteindre un public plus large, d'obtenir un financement de l'État pour leurs services religieux en les faisant passer pour des événements culturels, et de prendre possession de certaines propriétés pour construire des églises. Les pasteurs brésiliens se présentent aux élections parce que c'est précisément le Congrès qui contrôle les droits de diffusion, donc être au Congrès garantit la "télévangélisation". 

Cela s'applique également au PSE mexicain, qui a largement bénéficié de son alliance avec MORENA: il a cessé d'être un parti marginal et est devenu la quatrième faction la plus importante du corps législatif national (15). L'AMLO, contrairement aux autres présidents mexicains qui se sont appuyés sur des groupes catholiques, a ouvert les portes du pouvoir aux évangéliques en élargissant leur accès aux médias, aux affaires et à l'immobilier. Les organisations religieuses évangéliques se sont jointes au Secrétariat du gouvernement pour promouvoir la "Quatrième Transformation" (4T) (16) et viser à "réparer le tissu social du Mexique". AMLO a proposé d'accorder des concessions de diffusion à ces groupes religieux au motif de "renforcer les valeurs" et a recruté plusieurs de ces églises pour diffuser un livre publié par le gouvernement sur la moralité et la citoyenneté. De son côté, la National Fellowship of Evangelical Churches a annoncé en décembre 2020 qu'elle avait réussi à inscrire 7000 étudiants au programme fédéral de bourses d'études dans l'intention de leur fournir non seulement une formation technique et des emplois, mais aussi de les former aux préceptes de l'Évangile (17). Pour cela, les évangéliques ont recruté des étudiants dans toutes les régions du pays.

Ainsi, l'alliance entre Saade et Petro, qui est nouvelle pour la politique colombienne, ne fait que poursuivre un schéma régional. Saade a récemment retiré son soutien à la campagne de Petro, affirmant que le candidat présidentiel n'avait pas pris en compte nombre de ses points (18). Cependant, ce bref flirt politique est révélateur. Une source anonyme de la campagne de M. Petro a également déclaré que des alliances similaires avec d'autres groupes évangéliques pourraient être conclues à l'avenir.

Petro est le candidat présidentiel avec l'intention de vote la plus élevée pour les élections de 2022 selon les sondages (19) et ce malgré le fait que l'intention de vote pour sa candidature a chuté de 21% en juin à 17% en septembre, alors que les sondages montrent que l'intention de vote pour les candidats de droite, avec lesquels on pourrait s'attendre à ce que les évangéliques aient une plus grande affinité idéologique, est sensiblement plus faible.

Si Petro gagne, quelles seront les implications de sa victoire pour les évangéliques colombiens ? Il est probable qu'il suive la même voie qu'AMLO et qu'il renforce ses liens avec les groupes évangéliques, surtout compte tenu de l'hostilité ouverte de l'Église catholique à son égard (20). Le soutien des organisations évangéliques à la campagne de Petro pourrait se traduire par une plus grande influence sur les décisions du gouvernement et la mise en œuvre de certaines politiques sociales. Mais comme l'illustre le cas mexicain, cette alliance n'implique pas le triomphe de " l'agenda moral " des évangéliques, qui s'exprime avant tout dans l'interdiction de l'avortement et des droits LGBTQ (21). Et puisque l'agenda progressiste de Petro a été caractérisé par sa promotion des droits LGBTQ (22), cela implique que les évangéliques ne seront très probablement pas en mesure d'imposer leur vision de la moralité sociale.

Si Petro remporte les élections présidentielles en Colombie, ce type d'alliances entre la gauche et les évangéliques pourrait devenir de plus en plus courant dans toute l'Amérique latine. Et même si cela ne se produit pas, il est probable qu'elle commencera à provoquer des changements politiques et des transformations majeures dans les communautés évangéliques de la région, car leur nombre et leur participation à la politique ne feront qu'augmenter.

Notes :

1. https://www.nytimes.com/2018/01/17/opinion/evangelicals-p...

2. https://www.eltiempo.com/mundo/venezuela/maduro-busca-el-...

3. https://www.semana.com/nacion/articulo/quien-es-alfredo-s...

4. https://books.google.com.co/books?hl=en&lr=&id=2u...

5. https://www.jstor.org/stable/1387860?casa_token=Buemx_T8i...

6. https://books.google.com.co/books?hl=en&lr=&id=2u...

7. https://www.taylorfrancis.com/chapters/edit/10.4324/97804...

8. https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-43706779

9. https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-43706779

10. https://www.svenskakyrkan.se/filer/34555608-8b30-4aec-9d3...

11. http://www.scielo.org.co/scielo.php?pid=S0121-56122017000...

12. https://nacla.org/alliances-leftists-and-evangelicals-lat...

13. https://www.elespectador.com/politica/criticas-al-pacto-h...

14. https://moe.org.co/wp-content/uploads/2019/04/Libro_Relig...

15. https://nacla.org/news/2020/02/10/Church-and-State-AMLO-M...

16. https://www.bbc.com/mundo/noticias-america-latina-45712329

17. https://www.proceso.com.mx/nacional/2019/12/5/evangelicos...

18. https://www.eltiempo.com/politica/partidos-politicos/gust...

19. https://www.semana.com/nacion/articulo/petro-lidera-la-in...

20. https://www.elcatolicismo.com.co/editorial/la-iglesia-en-...

21. https://politica.expansion.mx/mexico/2021/09/20/morena-va...

22. https://www.eltiempo.com/archivo/documento/CMS-12162143

Source: https://nacla.org/alliances-leftists-and-evangelicals-latin-america

lundi, 18 octobre 2021

Le péronisme ésotérique

Juan_Perón_1946.jpg

Le péronisme ésotérique

par Claudio Scabuzzo

Ex: https://legio-victrix.blogspot.com/2021/10/claudio-scabuzzo-o-peronismo-esoterico.html?spref=fb&fbclid=IwAR1lL0heEhGKoG6Y_r-OrFiw6wP8aRJaJXLCfZysOQfWh9_SseOkJelgvLI

"La métaphysique et la cosmogonie religieuse ont tenté de réduire le monde à des symboles ou à des idées primordiales"

Jorge Luis Borges

De la divinité des rois à la prestation de serment des souverains avec une Bible, les questions religieuses ou quasi-religieuses ont toujours été associées au pouvoir. Une alliance qui a parfois bien fonctionné pour les groupes au pouvoir car ils ont pu se perpétuer grâce à la bénédiction mystique, mais pas pour leurs subordonnés. La politique et la foi ont cimenté des États puissants, mais ont parfois aussi conduit leurs habitants au désastre.

Il existe des religions de masse, organisées comme un État. Il en existe de plus petites, décrites comme des quasi-religions ou des sectes, mais elles partagent les mêmes ingrédients : elles ont un fondateur, des textes sacrés, des rites et des croyances. Leurs membres croient en l'existence d'un être supérieur, suivent un ensemble de principes religieux, de règles de comportement social et individuel et considèrent cette croyance comme un aspect important ou essentiel de leur vie. Parfois, ces cultes sont liés à la politique de telle manière qu'ils deviennent une seule et même entité. Certains décrivent les groupes islamiques, le fascisme, la mafia italienne, la franc-maçonnerie et le communisme comme des quasi-religions ou des forces politico-idéologiques très proches d'elles.  Il ne faut pas s'étonner qu'un mouvement politique s'appuie sur des éléments de la Foi pour atteindre ses objectifs, puisque les religions sont nées avec l'humanité comme moyen de contrôle social.

Aujourd'hui, au XXIe siècle, nous trouvons des traces de religions dans des mouvements politiques, traces qui passent inaperçues pour beaucoup. Serments d'allégeance, éléments ou symboles catalogués comme sacrés liés à la nationalité, uniformes ostentatoires des autorités civiles qui se transforment en pharaons, actes patriotiques de type rituel, œuvres monumentales avec des objectifs de pérennité du créateur et positions de pouvoir proches du messianisme. La vie pour Dieu et la patrie est un dogme qui enflamme les passions, entre autres choses. Une grande partie du monde vit avec cette dualité et ne reconnaît pas qu'une partie de ses problèmes sont dus à de vieilles traditions doctrinales de foi qui limitent la liberté individuelle et le développement d'une société égalitaire. Les affronter est, dans certains endroits, un défi.

Le fanatisme religieux, la dévotion à l'occulte et le désir de pouvoir ont conduit certaines personnes éclairées à former des loges secrètes basées sur différents cultes et philosophies, où elles ont conçu des plans complexes pour sauver l'humanité du mal. Éclairées par des connaissances "surnaturelles", leurs idées séduisent les personnalités les plus éminentes, les influencent et font partie de leur cercle intime. La franc-maçonnerie a une histoire séculaire de ces pratiques, qui ont été copiées par d'autres loges avec des intentions différentes. Ainsi naissent les loges dogmatiques qui se nourrissent de parapsychologie, d'astrologie, de spiritisme, de magie et d'alchimie, où les élus et les illuminés prétendent aller à l'encontre des lois naturelles grâce à leurs dons particuliers et mystérieux.

Lorsqu'une religion ou une quasi-religion touche un dirigeant politique de masse, les conséquences sont souvent catastrophiques. À une certaine époque, de puissants groupes ésotériques se sont introduits trop facilement dans la vie de Juan Domingo Perón. Il y avait un pourquoi.

Le péronisme mystique

Dans l'Argentine du milieu du XXe siècle, les sciences occultes (en particulier le spiritisme), en vogue dans le monde entier depuis le siècle précédent, bénéficiaient d'un certain soutien officiel. Dans les années 1930, la faculté de psychologie de Buenos Aires possédait un département de psychologie paranormale. En 1948, le parti justicialiste est au pouvoir et la psychologie est incluse comme matière d'enseignement au niveau secondaire, y compris les matières relevant de la parapsychologie. Cette pseudo-science avait un grand soutien dans le péronisme. C'est précisément le secrétaire à la santé de Perón, Ramón Carrillo, qui a créé un bureau de parapsychologie au sein de l'Institut de psychopathologie appliquée, dont faisait partie Pedro Baldasarre, juriste et parapsychologue qui était un grand ami du général Perón.

la-parapsychologie-une-veritable-opportunite-scientifique1.jpg

C'est le docteur Baldasarre qui a hébergé le lieutenant-colonel de l'époque dans sa maison de Mendoza lorsque, en 1941, il a été affecté au centre d'instruction en montagne. C'est là qu'est née une relation qui a permis à l'avocat et au mentaliste d'accéder aux cercles du Parti Justicialiste.

À cette époque, la Société argentine de parapsychologie est née et, avec le soutien du parti péroniste, l'Ordo Rosae Crucis (les rosicruciens) a reçu un statut légal et l'École scientifique Basilio a connu du coup un grand élan.

Dans l'école scientifique Basilio, on respirait le péronisme. C'est sous les premier et deuxième gouvernements de Perón qu'ils ont été autorisés à utiliser le Parque Luna pour leurs spectacles spirites et, comme si cela ne suffisait pas, ils ont été inscrits au registre national des cultes sous le numéro 209 afin de pouvoir rivaliser à armes égales avec l'Église catholique traditionnelle.

Cette secte spiritualiste est aujourd'hui en déclin, mais elle a recruté 600.000 adeptes dans plus de 40 filiales à travers le pays et à l'étranger. Dans l'une d'entre elles, j'ai vu en 1980, en pleine dictature militaire, comment un groupe de médiums a ramené l'esprit d'Eva Perón sur terre pour transmettre un message aux personnes présentes. Un montage à fort impact accompagné d'une musique d'orgue et de très peu de lumière.

Au cours de son gouvernement, le président Perón n'a pas hésité à accueillir dans son cabinet des personnalités controversées et mystiques telles que Menotti Carnicelli et le pasteur "pentecôtiste" américain Theodore Hicks.

Tout cela n'était peut-être que des gestes pour irriter l'Église catholique, avec laquelle il a eu un affrontement politique majeur au sujet de l'éducation publique, mais cela a montré que Perón ne méprisait pas l'occulte ou les "pseudo-sciences", de sorte que ce qui s'est passé ensuite n'est pas le fruit du hasard, mais de la perméabilité du leader aux questions ésotériques.

Les détenteurs du pouvoir

Au moins deux loges ont accompagné Perón jusqu'à sa mort. L'Anael et la Propagande Due. Ils se sont nourris du pouvoir qui émanait du péronisme et de sa grande mobilisation de masse. Magie, rites, prophéties entourent un Perón avide de connaître l'avenir, manipulé par un entourage qui cherche à lui succéder.

imanaelages.jpgL'Italo-Brésilien Menotti Carnicelli était un médium et un sorcier connu au Brésil et avait des contacts avec Juan Domingo Perón. Il aurait fondé la loge secrète Anael avec d'autres Brésiliens et Argentins, affirmant recevoir des messages d'un ange du même nom.  Certains prétendent même que la loge a été fondée par le dictateur Getúlio Vargas et Perón lui-même, car leurs figures étaient adulées au sein de la confrérie.

Cette loge Anael n'a rien à voir avec la secte colombienne du même nom, qui s'inspire de la gnose et qui est parvenue jusqu'à nos jours avec son cortège de tromperies. L'Anael de Menotti Carnicelli continua sur d'autres chemins, proches de la haute politique.

Getúlio Vargas avait été déposé en 1945 au Brésil et est resté en exil dans son propre pays, créant un réseau d'influences qui le ramènera au pouvoir. Sa fille, Alzira, était son alliée dans cette opération. L'énigmatique Menotti Carnicelli a eu une grande influence sur elle et l'a représentée lors de son voyage à Buenos Aires. Le mystique a rencontré Perón pour qu'il intervienne dans la libération de Getúlio Vargas. Là, il aurait commencé une relation avec la Loge Anael qui ne serait pas interrompue jusqu'à sa mort. Mais il y avait un autre membre de la loge proche du président, Héctor Caviglia, un commissaire-priseur argentin qui devint un conseiller des conseillers de Getulio Vargas, qui devint également proche de Perón pendant sa deuxième présidence et qui l'appelait "le chef d'orchestre cosmique de l'Argentine".

Caviglia affirmait que Perón levait les bras sur le balcon de la Casa Rosada devant ses fidèles parce que ses mains tournées vers le ciel fonctionnaient comme des radars pour recevoir les vibrations des sphères supérieures, qui descendaient ensuite vers le peuple à travers lui. À sa mort, un juge influent a hérité de la direction de la loge. Il s'agissait de Julio César Urien, un péroniste qui avait des liens étroits avec les bureaucrates et les militaires.

parapsychologie.jpg

Le texte étrange La raison du tiers monde, le seul livre connu de la loge Anael, qui pourrait avoir été écrit par Urien, indique que Perón a reçu un "homme de liaison" de la loge qui lui a annoncé que "le collaborateur efficace se présentera pour aider à compléter le travail". Cela s'est produit peu avant son exil. Le livre indique qu'en juin 1956, le collaborateur a rejoint la loge et qu'à partir de ce moment-là, il "travaille continuellement et en silence".

    "L'Argentine commence déjà à être le point de départ. C'est l'heure cruciale. Nous sommes proches de l'imposition de la nouvelle civilisation ici. Elle le sera bientôt et par ses meilleurs hommes, et surtout par la jeunesse, aujourd'hui sans espoir ni foi. La destination est la liberté, mais pour l'atteindre, il est nécessaire de passer par différentes étapes", Julio César Urien au magazine Panorama, 7 décembre 1972.

Lorsque le dirigeant d'Anael fait référence au collaborateur qu'il a introduit dans l'entourage de Perón, peut-être fait-il référence au premier secrétaire "homme à tout faire" du général: José Cresto, un spirite qui faisait partie d'Anael et qui progressera plus tard dans la structure justicialiste. Il a joué un rôle important dans la rencontre de Perón avec sa troisième épouse, la danseuse María Estela Martinez.

On dit que sa femme Isabel Zoila Gómez de Cresto était si importante pour María Estela qu'elle a décidé de se faire appeler Isabel, ou Isabelita, comme nom de guerre. Pour elle, José et Isabel Cresto étaient ses parents.

Un autre membre d'Anael va entrer dans la vie du couple Perón avec Crestos. Il s'agit du sinistre ancien policier José López Rega, présenté à María Estela Martínez au milieu des années 60. Ils partageaient un goût pour le spiritisme, qu'ils avaient adopté lors de leur passage à l'école scientifique Basilio. López Rega est entré dans le monde anaélien grâce à sa relation avec Urien, qu'il a rencontré dans l'imprimerie où il était associé.

López Rega avait déjà une carrière prometteuse dans l'occultisme. Il avait écrit deux livres et entretenait des relations avec les dirigeants péronistes par le biais de l'imprimerie Suministros Gráficos. Dans les cercles ésotériques, il s'identifie comme "Frère Daniel" et dans les cercles politiques, il sera connu comme "Lopecito" ou "Le Sorcier". Il ne faut pas longtemps pour que l'ancien policier se rende en Espagne avec Isabelita et devienne le nouveau secrétaire particulier du "tyran fugitif", comme le baptisent les militaires qui ont renversé le général Juan Domingo Perón.

Le magasin s'est transformé en une faction péroniste lorsqu'il a été diffusé que son nom angélique signifiait Avanzada Nacionalista Argentina de Liberación, une façon de dissimuler son origine mystique par un mensonge.

En tout cas, les dirigeants péronistes de l'époque relativisent le poids de ces organisations fascistes ésotériques qui avancent avec leur leader. Ils n'imaginaient pas qu'à un moment donné, ils arriveraient au pouvoir pour démontrer leur bestialité.

La Loge Anael mélangeait ésotérisme et politique. Après le suicide de Getulio Vargas, le projet s'est concentré sur Perón comme leader d'un mouvement hémisphérique qui établirait une troisième position politique avec la justice sociale, un "capitalisme indigène". L'"homme nouveau" de Perón (un concept déjà utilisé par le nazisme, le communisme et le christianisme) a émergé des doctrines de la boutique elle-même. Son départ d'Argentine lui a également été attribué comme une manœuvre de "haute stratégie politique" à la suite du coup d'État de "l'impérialisme anglo-saxon et des oligarchies indigènes". Anael pense qu'après le coup d'État de 1955, le gouvernement a été remis, mais pas les masses "qui appartenaient déjà à la conscience justicialiste". Ils ont également prophétisé qu'"il reviendrait en tant que leader de l'Amérique latine", et qu'il serait "président à perpétuité".

844x1200.jpg

ob_697d64_jose-lopez-rega02.jpg

Le Triple A, qui a plus tard inspiré à López Rega (photo, ci-dessus) le nom de son groupe paramilitaire qui assassinait les opposants en pleine démocratie, a une signification différente dans le livre de la Loge, où il représente les sommets de la géopolitique mondiale avec trois sommets occupés par la Chine, l'Algérie et l'Amérique latine avec un axe reliant Lima, Buenos Aires et Sao Paulo. Ces sommets représentent le "nouveau mouvement messianique de masse, initié dans l'antiquité par Bouddha, Confucius, Lao-Tse, Krishna, Jésus, Mahomet". Ils ont imaginé que nous ferions notre propre révolution "avec une empreinte américaine, avec les idées de base du nazaréisme et de la justice sociale".

De toute évidence, l'environnement de Perón était loin de correspondre à ce que sa figure méritait. Ses relations avec l'ésotérisme vont marquer le destin de son mouvement. L'histoire officielle du dirigeant et de son parti n'aborde pas ces questions controversées, alors qu'ils ont manipulé les événements et précipité la tragédie.

Ni le cadavre momifié d'Eva Perón, rendu à son ex-mari en 1971, ni Juan Perón sur son lit de mort en 1974 n'ont échappé aux rites ésotériques de López Rega, certains en présence d'Isabelita, censée être la bénéficiaire des pouvoirs de ces cadavres célèbres. Le "Sorcier" a suscité la crainte pour ses pratiques et sa cruauté, mais il a dû démissionner puis s'exiler, comme d'autres membres de son organisation paramilitaire et sectaire.

Récemment, sa seconde épouse, María Elena Cisneros, a tenté de blanchir le passé sombre de son mari devant le journaliste Luis Gasulla. Elle a déclaré qu'il était accusé d'être un Templier, un franc-maçon et un membre de l'ordre rosicrucien. Il n'était rien de tout cela. C'était un simple chercheur de vérité. Il n'appartenait à aucune loge, c'était un simple travailleur". Elle nia également qu'il ait été le fondateur de l'Alianza Anticomunista Argentina, le groupe paramilitaire connu sous le nom de Triple A, qui a été responsable de plus de 2 000 crimes politiques au milieu des années 1970, sous le gouvernement de María Estela Martínez de Perón.

Porte de fer, lieu saint et l'homme aux mille visages

Dans son exode, l'ancien président a atterri dans une propriété importante de Madrid, à Puerta de Hierro, que les ésotéristes ont décrit comme un lieu "sacré" aux énergies cosmiques. Le lieu n'était pas au nom de Juan Perón, mais d'Estela Martínez. Le manoir, qui a été baptisé le 17 octobre, a coûté des millions.

Cette porte était l'entrée du Monte de El Pardo, où le dictateur Francisco Franco avait établi sa résidence. Le manoir de Puerta de Hierro était un lieu de pèlerinage pour le péronisme et l'une des destinations de l'intense échange épistolaire que Perón entretenait avec des personnalités politiques similaires du monde entier. Là, il a non seulement renforcé ses relations avec la Loge Anael, mais il a également approfondi son engagement envers la Loge Propaganda Due, ou P2, lorsque les deux s'accordaient.

La Puerta de Hierro se reflète dans un monument avec un arc où Licio Gelli, chef de la loge P2, a effectué un rite d'initiation avec Juan Domingo Perón, le "orecchio del maestro" (à l'oreille du maître), pour l'incorporer à la loge maçonnique qu'il dirigeait.

"L'homme aux mille visages" ou "le marionnettiste", Licio Gelli, a dû se réfugier en Argentine entre 1944 et 1960 pour échapper aux procès pour les crimes commis par le fascisme, auquel il a adhéré en Espagne comme membre de la Phalange espagnole et en Italie avec les Chemises noires. Pendant son séjour dans notre pays, il est devenu l'ami de Perón, qui lui a même remis la Grand-Croix de l'Ordre du Général Libérateur San Martín en 1973 pour "services rendus à la patrie".

La Loge Propaganda Due, P2, une scission des francs-maçons, a été impliquée dans l'un des plus grands scandales d'Italie, la faillite de la banque Banco Ambrosiano en 1982. Cette banque était liée au Vatican et Gelli, son chef visible, dirigeait une organisation dédiée au blanchiment d'argent et aux ventes d'armes composée de politiciens, de magistrats, d'officiers militaires et d'hommes d'affaires européens et argentins.

Des enquêtes récentes ont montré que c'est Gelli qui a négocié avec Lanusse le retour de Perón, qui a nommé Cámpora comme président et qui a choisi Massera comme chef de la marine dans le gouvernement péroniste. Comme si cela ne suffisait pas, même la guerre des Malouines est née de ce plan maçonnique secret. P2, avec des liens bien huilés avec Anael, transcendait tout gouvernement.

    "Isabel Perón s'est rendue chez le major Alberte à Yerbal 81, dans le quartier de Caballito. Elle était accompagnée du jeune médecin Pedro Eladio Vázquez, un dirigeant justicialiste et également un étudiant en sciences occultes. À la maison, Isabel a rencontré le chef de la Loge Anael, le Dr Julio Cesar Urien: "J'ai enfin rencontré le célèbre Dr Urien, m'a dit Isabel, se souvient Urien, Perón a parlé de vous en bien. Et puis il m'a dit: "Docteur Urien, je veux vous demander de prendre en charge le secrétariat du parti justicialiste". J'ai dit non. Je n'avais pas l'ambition d'être secrétaire. Combien de temps pourrais-je tenir comme secrétaire ? Trois ou quatre mois. J'avais une autre mission. Mon idée était de travailler pour l'unité de l'Amérique latine, d'attendre le retour de Perón et de faire un grand mouvement national. Et pour que Perón revienne comme leader de l'Amérique latine. Il serait une sorte de Mao Zedong, un Grand Timonier, un philosophe, un conseiller, un vieux sage, et nous dirigerions le gouvernement d'ici", explique Urien (Marcelo Larraquy, Journaliste et historien, Infobae).

Le fanatisme religieux perdure derrière les extrémismes de la foi 

Les mouvements chrétiens comme l'Action catholique ont été la forge dans laquelle s'est forgé le groupe péroniste subversif Montoneros. C'est également le lieu de naissance de la secte Silo, fondée par Mendocino Mario Rodriguez Cobos (photo, ci-dessous), le "Messie des Andes", en 1969. Le siloïsme s'est nourri du mouvement hippie peace and love, confrontant Anaël à sa conception militante, ses rites spiritualistes et astrologiques. La gauche et la droite dans le domaine des sectes indigènes ont coexisté à l'époque la plus sombre du 20e siècle. Pour Silo, Anael était son véritable ennemi et il craignait même d'être assassiné par eux.

Silo_in_The_Andes.jpg

La secte de Silo est devenue un parti politique dans les années 1990 sous le nom de Parti Humaniste et Parti Vert. Aujourd'hui, elle survit grâce à des cours de méditation pour recruter des membres ayant le désir de faire partie d'une masse qui ne vient jamais.

Les sectes sont imbriquées dans le pouvoir politique et appliquent depuis l'ombre leur idéologie sectaire, fasciste et régressive. La quête du pouvoir peut inclure le mysticisme, mais aussi le meurtre. 

*
Le vieux général Juan Domingo Perón est revenu au pays en 1973, lorsque la dictature du général Agustín Lanusse a permis le début d'un nouveau cycle démocratique. Ce fut un retour sanglant, comme dans les années à venir. Le chef mourra un an plus tard, laissant la Loge Anael comme héritière.

Comme je le raconte dans la trilogie Somos La Rabia, à la mort de Perón, son épouse, María Estela Martínez de Perón, a pris le relais, accompagnée de José López Rega et d'un entourage de membres de l'ultra-droite qui ont confronté la gauche à un autre groupe armé clandestin: la Triple A.

tripleA-300x256.gif

escudo-Monto-748x1024.jpg

Le gouvernement démocratique a été transformé en un État terroriste, et ses victimes n'étaient pas seulement les Montoneros, mais aussi ceux qui pensaient différemment. Ils sont devenus l'école que les dictateurs ont ensuite suivie pour anéantir la subversion. Les Montoneros poursuivent leur tâche et collaborent à la chute du gouvernement d'Isabelita. La puissance de López Rega et la faiblesse d'Isabelita étaient évidentes. Le "Sorcier" ne pouvait pas aligner les planètes pour se perpétuer, pas même avec toute la magie qu'il dégageait avec ses rites dans le domaine présidentiel d'Olivos, pendant que sa task force assassinait ses opposants.

Avec le coup d'État contre Isabel, la montée de la dictature militaire, la fuite de Lopecito et de plusieurs membres du péronisme, la Loge Anael semble s'éteindre. Ses prophéties ne prévoyaient pas un tel résultat. Son essence secrète ne permet pas de documenter ses étapes, mais certaines traces ont survécu jusqu'à aujourd'hui. Le cas de la Loge P2 était différent, car elle a continué pendant plusieurs années avec des liens bien huilés avec les militaires putschistes (l'amiral Massera et le général Suarez Mason avaient une relation étroite avec Gelli) et même un événement choquant qui lui a été attribué et qui a touché les fibres intimes du péronisme.

Carlos Manfroni, auteur du livre "Propaganda Due" décrit un réseau de banques tissé par les membres de la loge, qui impliquait même la banque du Vatican dirigée par Paul Marcinkus. "L'objectif ultime pour l'Argentine était de porter Massera au pouvoir, d'aliéner l'Argentine du monde développé et de transformer le pays en une plateforme pour le crime organisé", a expliqué Manfroni. La chute en disgrâce de Gelli et de sa Loge est due à un juge américain bien connu ces dernières années: Thomas Griessa. En 1980, il a poursuivi le banquier Michele Sindona pour la faillite de la Franklin National Bank à New York. Sindona était un membre de la boutique.

Les mains de Perón

Dans un événement choquant, le 1er juillet 1987, les mains de Juan Perón ont été arrachées de sa tombe dans le cimetière de Chacarita, ainsi que d'autres objets (une bague, une cape, un sabre militaire et une lettre d'Isabelita). Comme je l'ai raconté dans l'article La Sociedad de los Muertos vivos, la raison de cette profanation n'a jamais été connue et les objets n'ont jamais été retrouvés.

Les accusations et les soupçons fusent : certains péronistes incluent les Cubains, les Montoneros, les Anglais, les francs-maçons et les spirites parmi les suspects possibles; ils cherchent des coupables dans le reste du monde,

La CIA et les États européens ont fini par s'intéresser à ce cas si étrange de nécrophilie et de profanation, qui encourageait des versions de sorcellerie, d'ésotérisme et de sorcellerie. Précisément, la lettre d'Isabelita a été déchirée en dizaines de morceaux qui ont été envoyés aux dirigeants péronistes avec une note anonyme où l'on pouvait lire "Hermes Iai et les 13", et ils demandaient également 8 millions de dollars pour le retour des membres.

Dans la perplexité d'un cas aussi étrange, les juges et la police ont consulté des diseurs de bonne aventure, des magiciens, des sorciers et des voyants, qui prétendaient avoir des images de rêves prémonitoires et qu'à tout moment ils pouvaient voir où se trouvaient les mains. Elles n'ont jamais été retrouvés.

En 2016, le journal Clarín a publié un article citant le livre La secunda muerte, publié par Planeta, des journalistes David Cox et Damián Nabot. Ils affirment que la signature de la lettre anonyme recèle un mystère et se plongent dans un monde souterrain pour en retrouver le sens.

16032906405.jpg

Cette profanation entourée de tant de mystères et même de morts inexpliquées pourrait avoir été le dernier acte de la Loge P2 dans sa relation étroite avec le péronisme.

Ils ont consulté des livres ésotériques, parcouru la mythologie égyptienne ancienne pour délimiter les caractéristiques du rituel que les profanateurs ont tenté - ou plutôt réussi. Au cours de leurs recherches, ils ont découvert que "Hermès" est le dieu des morts dans la mythologie égyptienne, que "Iai" signifie rébellion dans la transition entre la vie et la mort, et que "13" sont les parties en lesquelles le corps est divisé, selon les anciennes croyances, au moment de passer de l'autre côté.

"La mutilation du corps de Perón était un crime rituel", affirme le livre, qui relate un témoignage perdu dans le volumineux processus judiciaire sur l'affaire, fait quelques mois après la profanation, par Leandro Sánchez Reisse, l'un des rares qui, dans ces années-là, ont osé accuser Licio Gelli et le lier à "ces rituels". Sánchez Reisse n'avait aucune crédibilité en raison de son passé de répresseur et de membre des services secrets militaires pendant la dictature. Mais en Europe, il avait partagé un donjon avec Gelli et le connaissait bien.

Selon Cox et Nabot, la profanation répondait à un rite destiné à priver un cadavre de certains de ses membres afin que l'âme du mort ne puisse pas accomplir en paix "son transit vers l'au-delà". Ce rite, disent-ils, est en accord avec les croyances de la Loge P2. Pour ce faire, ils ont consulté les archives personnelles de Gelli, qui, en février 2005, a fait don de l'ensemble de sa bibliothèque à sa ville natale de Pistoia, en Toscane. Ils y ont trouvé des livres de Cagliostro, Franck Ripel et d'autres experts en ésotérisme et en rituels anciens. Ils ont même trouvé une lettre de Gelli à Ripel, le découvreur de la signification du mot "Iai".

Le retour d'Anaël

José Cresto était un membre important de cette organisation secrète et nous le citons aux côtés de Perón en exil. Son fils, l'historien Juan José Cresto, était lié au gouvernement justicialiste de Carlos Menem. Il a été le promoteur du motonaute Daniel Scioli pour le lancer dans l'arène politique, son véritable mentor. Cresto, son fils, a été à la fin des années 1990 et au début des années 2000 directeur du Musée historique national et Anael, au XXIe siècle, semble toujours bien vivant. Dans le domaine de la spéculation et des conspirations, certains l'ont désigné comme le "Frère John" et Scioli comme un "initié" présumé de la boutique.

Le frère John a fait l'objet d'allégations de discrimination et de mauvais traitements à l'égard des femmes (dans la loge fasciste, il n'y avait que des hommes) et, pendant son mandat au musée, de nombreux objets historiques auraient disparu. Le journaliste Jorge Boimvaser s'interroge: "Pourquoi les maîtres des lieux ont-ils besoin de l'horloge de Belgrano, par exemple ? Pour les rituels, les supposés transferts d'énergie et autres barbaries similaires qui semblent excentriques pour le commun des mortels, mais pour les membres d'Anael, ils sont sacrés".

En 2014, le journal Clarín a publié que "Le bâton et l'écharpe présidentielle de l'ancien président Arturo Frondizi ont été volés dans la vitrine du musée Casa Rosada en 2009. En août 2007, au même endroit, l'horloge de poche et une montre-bracelet en or appartenant aux présidents Nicolás Avellaneda et Agustín Pedro Justo ont disparu. Au cours du même vol, le stylo en or d'un autre ancien président a disparu: celui de Roberto Marcelino Ortiz. La catégorie des pièces historiques volées comprend également la montre de Manuel Belgrano, qui a disparu du Musée historique national".

L'Argentine occupe la première place en matière de vol de biens culturels, selon Interpol. Plus de 2800 objets ont disparu des musées entre 2008 et 2015. En outre, un Argentin faisait partie d'un puissant gang qui se consacrait au vol de livres anciens et de cartes dans les bibliothèques du monde entier.

Le site web chequeado.com ajoute: "La justice argentine enquête sur au moins deux affaires qui lient un ancien conseiller du parti PRO au pouvoir et un homme d'affaires kirchneriste de premier plan au côté obscur de cette macabre collecte. D'une part, il y a le cas de Matteo Goretti Comolli, ancien conseiller du président de la nation, Mauricio Macri, et qui a fait l'objet d'une enquête parce que 59 pièces archéologiques qui avaient été volées dans un musée de la province de Cordoue se sont retrouvées à son domicile ; et, d'autre part, le cas de l'ami et homme d'affaires du secteur de la construction de l'ancienne présidente Cristina Fernández de Kirchner, Lázaro Báez, qui fait l'objet d'une enquête pour blanchiment d'argent présumé et chez qui les autorités ont saisi une précieuse collection de 312 livres historiques, dont certains incunables.

L'Argentine est l'un des plus grands épicentres de biens culturels d'Amérique latine : elle compte 100.000 pièces artistiques, historiques ou documentaires à caractère public, considérées comme irremplaçables, enregistrées dans la base de données des collections nationales argentines du ministère de la culture. À ce patrimoine s'ajoutent d'innombrables œuvres d'art provenant de collections privées et familiales qui ont été nourries grâce à la migration et à l'argent qui est arrivé en Argentine en tant que "grenier du monde" au début du XIXe siècle (chequeado.com).

Dépossédé de son poste, Juan José Cresto est resté dans l'entourage de Scioli, le candidat frustré du Kirchnerisme à la présidence, qui n'exclut pas la possibilité d'occuper ce poste à l'avenir.

C'est précisément cette interrogation de Boimvaser qui m'amène au fait que des documents historiques sont apparus lors de l'inauguration de l'ancienne présidente Cristina Fernández de Kirchner. En 2018, lors d'une perquisition ordonnée par le juge Bonadío dans le cadre des affaires de corruption qui la visent, une lettre du général José de San Martín de 1835 adressée à Bernardo O'Higgins et un document faisant référence à l'ancien président Hipólito Yrigoyen ont été trouvés dans sa propriété à El Calafate. Les experts affirment qu'elles proviennent du marché noir (bien que l'ancienne présidente ait écrit que la lettre lui avait été offerte par le président russe, Vladimir Poutine, qui l'avait achetée à New York). Je me demande si tout cela n'a pas à voir avec les questions mystiques entourant les objets historiques dans le monde des boutiques comme Anael. Qui sait ?

Certains disent qu'Anaël survit dans certains instituts d'enseignement et dans les autorités publiques. Qu'il existe une "secte d'économistes" liée aux Chevaliers de l'Ordre du Feu, à laquelle López Rega et Celestino Rodrigo ont également adhéré, dont les résultats ne sont pas éblouissants.

ill_1754601_7ce5_943436.jpg

Moon

Des années 1980 à aujourd'hui, une autre secte a envahi le monde politique et des affaires. L'Eglise de l'Unification ou la secte Moon. Fondé par l'anticommuniste coréen Sun Myung-Moon, il s'est répandu dans le monde entier et surtout dans les territoires où il pouvait faire des affaires rentables.

La pensée religieuse de l'Église de la Réunification est un mystère total, Moon prétend que le jour de Pâques 1935, Jésus-Christ lui est apparu alors qu'il priait sur une montagne. Il avait 16 ans lorsqu'il a affirmé avoir reçu de Jésus l'ordre de poursuivre son œuvre inachevée. En 1954, Moon a fondé la Holy Spirit Association for the Reunification of World Christianity. 

La doctrine de Moon est exprimée dans son livre Le Principe Divin. Selon ce texte, Adam et Eve n'ont pas respecté l'idéal de Dieu de former une famille, et Jésus, à son tour, ne s'est pas marié et a été crucifié. Ainsi, l'avènement d'un nouveau messie était nécessaire, né sur terre comme Adam et Jésus, appelé à se marier et à fonder une "famille idéale", et à parcourir le monde pour établir le Royaume des Cieux sur terre (Revista Proceso, Mexique).

En 1995, Moon est reçu par le président Carlos Menem, mais avant cela, il avait séduit la dictature militaire. Quelques années auparavant, il avait même été reçu par le dictateur chilien Augusto Pinochet et progressait déjà avec de multiples entreprises en Uruguay.

La secte a même publié un journal à Buenos Aires, Tiempos del Mundo, dont l'inauguration a été suivie par le président des États-Unis lui-même, George Bush. En 2000, ils ont établi un siège à Corrientes, dans une grande propriété sur les rives du fleuve Paraná. Ils ont même nommé le célèbre Juan Carlos Blumberg comme ambassadeur de la paix.

La secte Moon a des liens avec les industries minières et de l'armement, les chantiers navals, les banques, les fermes, les hôtels, les casinos et les médias. Ils demandent à leurs adeptes de "sortir de l'enfer". Avec leurs collections et leurs entreprises, ils déplacent beaucoup d'argent, séduisant les puissants.

Le côté obscur

On dit que les boutiques et les sectes n'abandonnent pas ceux qui attirent les majorités, elles écrivent l'avenir pour eux, elles les flattent. Ils font revivre les mythes pour persuader des peuples entiers, mais ils font aussi leurs affaires juteuses avec la mémoire émotionnelle des figures épiques. Il ne fait aucun doute qu'ils ont fait partie du péronisme et qu'ils le font peut-être encore aujourd'hui, pour conspirer comme les seuls élus, bénis par un peuple prêt à les suivre et à leur donner du pouvoir.

samedi, 25 septembre 2021

Le Brésil adhèrera-t-il à l'OTAN ?

cover-r4x3w1000-5c9d50c69cc7a-699b4905564c58afb47fa21eb14b7adc1dcc3a7b-jpg.jpg

Raphael Machado:

Le Brésil adhèrera-t-il à l'OTAN ?

Ex: http://novaresistencia.org/2021/09/23/

Joe Biden a offert au Brésil la position de partenaire non membre de l'OTAN, l'alliance militaire atlantiste créée pendant la guerre froide pour faire face à l'URSS et qui sert aujourd'hui à affronter la Russie et la Chine. Mais quelles sont les conditions ? Et cela servirait-il l'intérêt national du Brésil ?

Il y a quelques jours, l'hémisphère occidental a été surpris par l'invitation faite au Brésil de devenir un "partenaire mondial" de l'OTAN. Le Brésil n'est pas le premier partenaire militaire ibéro-américain de l'OTAN et des États-Unis. Dans la pratique, il y a actuellement trois pays de notre continent qui sont dans l'orbite de l'OTAN : l'Argentine, la Colombie et le Brésil.

À titre d'introduction, les relations de l'Argentine avec l'OTAN ne datent pas d'hier. L'Argentine a participé activement à la guerre du Golfe, a pris part aux opérations militaires en Bosnie et au Kosovo, ainsi qu'à de nombreux exercices et accords dans les années 1990. Toute la géopolitique argentine de la période Menem est marquée par un rapprochement avec les États-Unis, par une vassalité vis-à-vis des puissances atlantiques et par une volonté d'intégrer l'OTAN, pour finalement obtenir le statut d'allié non membre. Curieusement, le gouvernement brésilien, à l'époque sous le commandement du libéral Fernando Henrique Cardoso, a même critiqué le rapprochement de l'Argentine avec l'OTAN, affirmant que cela introduirait des éléments externes complexes dans le contexte de la sécurité régionale et entraverait les débats sur la construction d'un système de défense commun pour le Mercosur, ce qui semble en fait s'être produit, puisque c'est un thème qui a été oublié jusqu'à ce qu'il soit relancé par l'UNASUR.

Cependant, dès le début du gouvernement Lula, le Brésil a entamé un processus de rapprochement avec l'OTAN, initialement dans les domaines économique, logistique et matériel, sous la justification de l'ouverture de marchés pour l'industrie brésilienne. Une chose qui, en soi, et si elle s'arrêtait là, ne serait pas si problématique. Mais le Brésil a continué à être courtisé. Rappelons même que le Brésil faisait déjà partie d'un pacte militaire atlantique, le traité de Rio, qui prévoit que les membres défendront militairement tout pays, membre du pacte, qui serait attaqué par une puissance extérieure. À première vue, ce sont des termes raisonnables, mais le seul pays américain susceptible d'être attaqué par un État étranger est les États-Unis, celui-là même qui provoque la plupart des guerres, ce qui rend le traité de Rio douteux du point de vue de l'intérêt national des États ibéro-américains.

En complément, en 2018, la Colombie est devenue un partenaire global de l'OTAN, un niveau de coopération supérieur à celui d'un allié non membre. Cette décision est également intervenue après des années de rapprochements et d'accords entre les pays. Dans le cas de la Colombie, elle est intervenue au moment le plus tendu des relations avec le Venezuela, à la suite de manœuvres militaires conjointes entre le Pérou, la Colombie et le Brésil avec le soutien du Pentagone.

1040422737_0 187 2213 1364_705x375_80_0_0_064adbc5dddf7589588c36917ffc6d9f.jpg

Or, le projet d'intensifier le rapprochement entre le Brésil et l'OTAN intervient juste après la victoire électorale de Bolsonaro. Le secteur des relations internationales du gouvernement brésilien compte plusieurs personnages aux tendances millénaristes olaviennes, qui croient en un caractère salvateur et moral de l'OTAN (en tant que rempart contre la "menace communiste") et considèrent donc qu'il est essentiel que le Brésil s'aligne sur l'OTAN pour lutter pour le salut de la "civilisation occidentale".

Il est important de se rappeler qu'une alliance militaire est toujours dirigée contre un ennemi spécifique. Il n'y a pas de pacte militaire dans l'abstrait, même si l'ennemi n'est pas ouvertement déclaré, il y a toujours un ennemi en tête dans le chef de toute alliance militaire. Dans le cas des relations militaires avec les pays d'Amérique du Sud, la cible régionale est évidemment le Venezuela. C'est pourquoi, au-delà des délires millénaristes olaviens, il n'y a aucun avantage à cette association toujours plus étroite avec l'OTAN. Ce sont les États-Unis qui ont besoin de nous et qui veulent nous instrumentaliser contre une nation insoumise. Nous n'avons pas besoin des États-Unis pour les questions de sécurité régionale, car le Brésil n'a pas de problèmes majeurs de sécurité d'urgence impliquant des menaces émanant d'États étrangers, à l'exception de la menace américaine elle-même.

C'est donc dans ce contexte qu'intervient la décision de Trump de désigner le Brésil comme un allié non membre de l'OTAN en 2019. Notons que la liste des pays ayant ce statut est précisément la liste des pays non européens classiquement reconnus comme vassaux des États-Unis. Certains essaient de lire ce rapprochement comme ayant une importance purement commerciale, mais nous ne pouvons pas être d'accord avec ce point de vue. Elle a ouvert la possibilité de partenariats qui pourraient rendre le Brésil dépendant des systèmes de défense américains. Il s'agit d'une question fondamentale qui transcende le simple commerce, car celui qui vend de la technologie militaire possède également les moyens de faire face à cette technologie militaire. Ainsi, dans un scénario où une bonne partie des armes et des systèmes de défense brésiliens proviendraient des États-Unis, ils seraient pratiquement inutiles contre les États-Unis, précisément le pays du monde le plus susceptible de nous envahir ou de nous bombarder (comme ils ont déjà menacé de le faire à plusieurs reprises par le passé).

À titre d'exemple de la déviation de la tradition diplomatique brésilienne, il y a quelques mois, le Brésil a participé à un exercice militaire dans la mer Noire ukrainienne, un exercice dirigé contre la Russie, évidemment. De quelle manière la participation à cet exercice aurait-elle servi les intérêts du Brésil? L'inclusion du Brésil dans l'OTAN va à l'encontre de la politique de défense nationale brésilienne, qui souligne l'importance de l'Atlantique Sud (le concept d'"Amazonie bleue") et la construction de partenariats militaires avec d'autres pays de l'Atlantique Sud, notamment africains, pour protéger les ressources de la région. Cependant, cette politique va précisément à l'encontre des intérêts des pays de l'Atlantique Nord qui ont encore des possessions dans l'Atlantique Sud ou convoitent les ressources régionales.

imagesamazoniaazul.jpg

Nous en arrivons donc au développement le plus récent, avec l'invitation de Joe Biden. L'idée est d'élever le Brésil au rang de partenaire mondial, au même titre que la Colombie. Cela impliquerait même la possibilité d'une participation active du Brésil aux actions militaires de l'OTAN dans le monde. En échange, les États-Unis veulent que le Brésil empêche Huawei d'entrer sur le marché de la 5G au Brésil.

Maintenant, ni le blocage de Huawei n'intéresse le Brésil, ni l'entrée dans l'OTAN ne nous intéresse. Les États-Unis utilisent l'argument selon lequel la Chine peut utiliser cette technologie pour espionner les pays, mais le Brésil est victime de l'espionnage américain depuis des décennies, les récents scandales étant encore frais dans la mémoire. Pour Bolsonaro, il est important de plaire aux États-Unis en ce moment pour obtenir le soutien international dont il a tant besoin en cette période de crise intérieure maximale. D'autre part, la Chine est actuellement le principal partenaire économique du Brésil. En d'autres termes, en pratique, le Brésil perd avec cette approche, mais Bolsonaro peut avoir une petite victoire et les États-Unis une grande victoire.

Dans le contexte général, il s'agit donc, de la part des États-Unis, de faire face à l'expansion du projet Belt & Road (et de la Chine en général) à travers l'Atlantique Sud, ce qui, à l'heure du repli dans plusieurs autres zones géostratégiques de la planète, est fondamental pour les États-Unis. Après tout, nous sommes son "arrière-cour", comme il est devenu populairement connu.

Mais l'OTAN, relique de la guerre froide et incompatible avec un monde qui évolue vers la multipolarité, est une alliance qui a de moins en moins de prestige. Le retrait inattendu des États-Unis d'Afghanistan, faute de coordination avec leurs alliés, abandonnant ces derniers pour faire cavalier seul, a fait baisser le prestige militaire américain et terni l'image de Biden. Aujourd'hui, les dirigeants européens réfléchissent à nouveau à l'autonomie stratégico-militaire, mais tout dépendra des résultats des élections en Allemagne et en France.

La conclusion est donc qu'il n'est pas dans l'intérêt du Brésil de se rapprocher encore plus de l'OTAN. Nous perdrions plus que nous gagnerions. Ce sont les États-Unis qui ont besoin de nous. Il en va de même pour l'Argentine et la Colombie. Ce qui nous intéresse, c'est de recommencer à discuter, entre voisins, des questions fondamentales de la défense et de la sécurité ibéro-américaines, et de la manière de les résoudre de façon coordonnée.

Source : Diario La Verdad

mardi, 24 août 2021

Courants identitaires actuels en Amérique latine

5001v1-2.png

Courants identitaires actuels en Amérique latine

par Alexander Markovics

Lorsque l'érudit allemand Alexander von Humboldt a entrepris son grand voyage en Amérique latine en 1799, personne n'aurait pu deviner qu'il marquerait le début de l'enthousiasme européen pour la culture du continent - et non pour ses matières premières. À cette époque, l'idée persistait encore que, culturellement parlant, le continent occuperait la dernière place après l'Europe, l'Asie et l'Afrique. Le voyage d'exploration de Humboldt a mis fin à ce préjugé, faisant connaître à un plus large public non seulement la nature fascinante du continent, mais aussi la culture de ses habitants indigènes.

Stieler,_Joseph_Karl_-_Alexander_von_Humboldt_-_1843.jpg

À partir de ce moment-là, les habitants du continent, qu'ils soient autochtones ou d'origine européenne, ont également commencé à développer une conscience de soi - le libérateur du continent, Simon Bolivar, est même allé jusqu'à appeler Alexander von Humboldt le véritable "découvreur du Nouveau Monde". Aujourd'hui, l'Amérique latine est souveraine au niveau étatique, en théorie, mais depuis que les États-Unis ont commencé à considérer l'Amérique du Sud comme leur "arrière-pays" dans le cadre de la doctrine Monroe, cela doit être considérablement relativisé et le continent n'a pas pu connaître la paix face aux innombrables interventions, opérations de renseignement, changements de régime et influences économiques de l'Oncle Sam.

Mais comme l'ont montré les événements récents, non seulement au Venezuela et en Bolivie, selon le journal Deutsche Stimme, la lutte des latino-américains pour leur souveraineté se poursuit.

Deux des exemples les plus récents de cette lutte pour l'autodétermination se trouvent au Salvador et au Pérou. Pendant plus de 20 ans, le Salvador, pays de plus de 6 millions d'habitants, n'a pas eu sa propre monnaie. Au lieu de cela, il s'était arrimé au dollar en 2001, se mettant ainsi à la merci du système monétaire fou de la dollarisation - qui ne peut être maintenu que par les sept flottes des États-Unis, les bases militaires dans le monde entier et les guerres sans fin. Mais le président Nayib Bukele, un populiste qui combine les approches de gauche et de droite, veut défier cette dépendance de son pays par une démarche spectaculaire.

1200px-Presidente_Bukele.jpg

Le Salvador est le premier pays au monde à introduire le bitcoin comme monnaie officielle aux côtés du dollar. Immédiatement, la Banque mondiale a annoncé qu'elle ne voulait pas soutenir le petit État dans cette entreprise et a vivement critiqué cette décision en raison de la volatilité du bitcoin et de sa forte consommation d'énergie. Mais M. Bukele ne cherche pas à plonger son pays dans le chaos : il souhaite au contraire que cette mesure aide sa population pauvre, dont 70 % n'a pas accès à un compte bancaire.

En outre, plus de 2 millions de citoyens vivent à l'étranger et leurs envois de fonds vers leur pays d'origine représentent 20 % du produit intérieur brut. Le bitcoin peut réduire considérablement les frais de transfert, au grand dam des États-Unis. Qui plus est, M. Bukele souhaite utiliser l'énergie thermique volcanique de son pays - de nombreux volcans y sont régulièrement actifs - pour extraire des bitcoins et satisfaire ainsi la soif d'énergie de la crypto-monnaie.

imavolcanges.jpg

Ainsi, ce qui peut sembler aventureux au premier abord prend tout son sens en y regardant de plus près. Bukele lui-même a récemment réussi à réduire de moitié le taux d'homicides dans cet ancien pays en guerre civile. On peut espérer pour lui et son peuple que ses mesures de lutte contre la pauvreté seront également couronnées de succès.

Alors que le Salvador se bat pour sa souveraineté économique, les Péruviens ont fait un pas vers leur indépendance politique. Là, le catholique fervent et socialiste Pedro Castillo a étonnamment gagné contre la candidate libérale de droite Keiko Fujimori. Le populiste de gauche a remporté la campagne électorale d'un cheveu avec une avance de 44.000 voix. Son cri de guerre : "Plus de pauvres dans un pays riche !" Il a conquis les masses non seulement par sa lutte contre la corruption - Fujimori est accusé de blanchiment d'argent - mais aussi par son plaidoyer pour l'éducation et la famille.

imago0116990096h-scaled-e1624961545745-800x693.jpg

Contrairement aux gauchistes des États-Unis et d'Europe, l'enseignant d'une petite ville péruvienne est contre toute forme de culte du genre et de l'homosexualité: il rejette fermement la légalisation de l'avortement et des mariages homosexuels, ainsi que l'euthanasie. La famille et l'école sont les deux institutions que M. Castillo veut promouvoir le plus fortement à l'avenir, une demande que l'enseignant engagé, organisateur d'une grève nationale des enseignants et père de famille peut défendre de manière crédible.

71da05dc597e74d1779bafc5dd2fc748.jpg

Une autre préoccupation importante pour lui est la souveraineté du Pérou. Abordant les ressources minérales naturelles de l'État andin - en 2018, d'importants gisements d'uranium et de lithium ont été découverts dans le pays -, il veut changer la situation actuelle, établie par les entreprises occidentales et le néolibéralisme rampant dans le pays au détriment de la population. Alors qu'à l'heure actuelle, 70 % du produit de l'extraction des ressources vont aux entreprises internationales et seulement 30 % aux Péruviens, il veut inverser cette situation en renégociant les accords internationaux. Enfin, il prône également la fin des bases militaires américaines au Pérou et une plus grande coopération entre les États d'Amérique latine.

Son grand objectif après avoir été élu président est de faire adopter une nouvelle constitution par référendum : grâce à elle, le néolibéralisme, qui fait du pays la proie des entreprises internationales, devrait être mis à bas. Il sera intéressant de voir s'il y parviendra. 

 

 

mercredi, 18 août 2021

Relancer l'intégration latino-américaine

_119636442_mediaitem119636441.jpg

Relancer l'intégration latino-américaine

Le continent sud-américain pourrait s'affranchir de l'influence des États-Unis si les pays commencent à collaborer étroitement

Ex: https://katehon.com/ru/article/perezagruzka-latinoamerikanskoy-integracii

Pedro Castillo a officiellement pris ses fonctions de président du Pérou le 28 juillet.

Peu de gens ont remarqué que le parti Pérou Libre, dont Castillo est issu, se décrit comme marxiste-léniniste, ce qui est un cas sans précédent pour le Pérou et l'Amérique latine elle-même. Fait important, le nouveau président est un opposant à l'avortement et au mariage homosexuel, ce qui est atypique pour la gauche latino-américaine. L'élection d'une nouvelle figure reflète clairement les aspirations des masses à des politiques plus souveraines et plus justes. Il s'agit maintenant pour M. Castillo d'être à la hauteur de cette confiance et d'entamer une coopération intensive avec des collègues d'autres pays qui partagent une vision de l'indépendance et d'un avenir décent pour leurs peuples.

Compte tenu du climat actuel sur le continent, une situation très intéressante se dessine. De l'héritage du tournant de gauche du début des années 2000, seul le Venezuela a survécu à la bataille contre l'hégémonie américaine, et, il faut l'ajouter, cette résistance s'est déployée avec grande difficulté. La Bolivie a été mise hors jeu pendant un certain temps, mais a réussi à se remettre sur les rails après la dernière élection présidentielle. L'Équateur et, plus tôt encore, le Honduras sont tombés. En Argentine, les péronistes sont revenus au pouvoir après le néolibéral Mauricio Macri. Il y a une chance qu'au Brésil, la gauche puisse reprendre le pouvoir. Lors des élections régionales de la fin de l'année dernière, ils ont remporté une majorité de sièges. Le Mexique, lui aussi, suit une voie souveraine pragmatique tout en comprenant la nécessité d'un engagement formel avec les États-Unis. Ajoutez à cela Cuba, qui est effectivement un avant-poste de la résistance à l'hégémonie américaine. Le résultat est un axe géopolitique dont les membres résistent à la domination de Washington et cherchent à relancer les processus d'intégration qui ont été bloqués ou affaiblis par des forces extérieures et des contradictions internes.

075_group-lopezobr210603_npb4t.jpg

La crise de l'OEA et le retour de l'intégration régionale

À la veille de l'investiture de Pedro Castillo, le président mexicain López Obrador a sévèrement critiqué les actions des États-Unis et de leur structure mandataire appelée Organisation des États américains (OEA). Le président a ouvertement déclaré qu'il enverrait de l'aide humanitaire à Cuba malgré l'embargo américain. Les actions de Washington ont été qualifiées d'"inhumaines et barbares". Quant à l'OEA, elle était à l'origine un instrument de l'influence américaine dans les Amériques. "L'Union panaméricaine", qui a précédé l'OEA, a été créée pour mettre en œuvre la stratégie de la "doctrine Monroe". L'OEA a son siège à Washington, ce qui indique sans équivoque la position hégémonique des États-Unis. Comme de nombreuses structures dépassées telles que la SEATO et la SENTO, l'OEA n'a également plus aucune raison d'exister si ce n'est de continuer à servir les intérêts de la Maison Blanche. La proposition du président mexicain López Obrador est donc opportune et pertinente. Dans un monde de plus en plus multipolaire, un nouveau mécanisme est nécessaire pour le dialogue politique dans les Amériques.

Mexico-preside-la-30°-Reunion-de-Coordinaciones-Nacionales-de-la-Comunidad-de-Estados-Latinoamericanos-y-Caribenos.jpg

Efrain Guadarrama (photo), directeur des institutions et mécanismes régionaux américains du ministère mexicain des affaires étrangères, a commenté les propos du président mexicain comme suit :

"Le discours du président López Obrador reflète la réalité dans laquelle nous vivons dans notre hémisphère. Nous avons actuellement une "Organisation des États américains" qui ne se concentre que sur les questions qui sont controversées et qui divisent. Cela n'est pas acceptable et constitue un symptôme clair que la SV ne fonctionne pas et n'est pas adaptée aux circonstances".

Interrogé par les médias sur la perspective d'un rétablissement de l'intégration régionale en Amérique latine et dans les Caraïbes, M. Guadarrama a déclaré que "c'est certainement une image positive et encourageante. Lorsque le Mexique a assumé la présidence intérimaire de la CELAC en janvier 2020, les différences entre les États membres sont apparues clairement. D'autre part, lors de cette dernière réunion des ministres des affaires étrangères, nous avons vu qu'absolument tous les pays sont venus avec des attitudes coopératives, en se concentrant sur les défis communs auxquels nous sommes confrontés en tant que région, principalement à cause de la pandémie. La pandémie nous a obligés à nous asseoir et à chercher des stratégies régionales pour faire face à la situation. Nos programmes de collaboration les plus importants, menés par la CELAC, étaient donc basés sur une distribution beaucoup plus équitable des vaccins. Cela nous a permis de faire bénéficier sept pays de vaccins et de nombreux autres de l'EVD. Notre analyse montre que plus de 50 % des gouvernements du bloc ont bénéficié de nos programmes de collaboration pendant la pandémie.

La crise pandémique a permis aux pays d'Amérique latine de se réengager dans la coopération et la collaboration.

Les élections présidentielles au Chili auront lieu en novembre, ce qui sera également important pour l'Amérique du Sud. Le principal vecteur des intérêts américains reste la Colombie, qui est secouée depuis des mois par de nombreuses manifestations et émeutes. Le Nicaragua organisera également des élections générales en novembre - et il existe déjà des preuves d'ingérence de Washington et de ses agents (ainsi que des tentatives actuelles d'organiser des émeutes à Cuba). Dans l'ensemble, la situation actuelle est encourageante. L'inclusion de l'"axe du bien" (pour citer Hugo Chávez), c'est-à-dire l'Iran et la RPDC, ainsi que le soutien de la Russie et de la Chine, pourraient constituer des facteurs supplémentaires pour la création rapide d'un pôle géopolitique ibéro-américain.

jeudi, 05 août 2021

Jacques de Mahieu: un éclaireur du nordicisme en Amérique romane

imagesJDM.jpg

Jacques de Mahieu: un éclaireur du nordicisme en Amérique romane

par Georges FELTIN-TRACOL

Longtemps spécialisées dans la publication des essais de Julius Evola en France, les éditions Pardès ont lancé une collection « Qui suis-je ? » qui consiste en une biographie d’un personnage politique, historique, littéraire, artistique ou philosophique ramassée en cent-vingt pages pourvue de nombreuses illustrations. Le cent-vingt-troisième numéro de cette excellente série concerne une personnalité française fort connue en Amérique du Sud : Jacques de Mahieu.

QSj-maheu.jpg

Président de la Société des écrivains normands et auteur de huit ouvrages, sans oublier les travaux collectifs qu’il anime, Franck Buleux s’attache dans une vie tumultueuse à séparer les faits des rumeurs. Outre une existence toujours brumeuse, Jacques de Mahieu déroute par ses constats. Diplômé ès-lettres et professeur de philosophie, il se réfugie en Argentine dès la fin de la Seconde Guerre mondiale. Deux ans plus tard, il enseigne déjà dans différentes universités du pays. Il appartient de 1952 à 1955 à l’Académie argentine de sociologie et fonde à Buenos Aires en 1968 l’Institut des sciences de l’homme. Il se fait connaître dans la décennie 1970 du public français grâce à des ouvrages que les éditeurs rangent d’autorité dans l’« archéologie                   mystérieuse ».

Du royalisme français au justicialisme argentin

Un halo de mystères entoure donc Jacques de Mahieu. Ce Marseillais né le 31 octobre 1915 se nomme en réalité Jacques Auguste Léon Marie Girault. Étudiant, il adhère à l’Action Française de Charles Maurras, milite parmi les Camelots du Roi et donne des articles à L’Action Française et à L’Étudiant français. Il préside aussi l’association Georges-Cadoudal.

Après la débâcle de 1940 et la chute de la IIIe République, il soutient dans le sillage de Maurras la Révolution nationale du Maréchal Pétain. Si Franck Buleux n’exclut pas que Jacques Girault ait rejoint la Milice française, il écarte en revanche la thèse régulièrement répétée d’un engagement dans la Waffen SS. Pour échapper aux folies sanguinaires de l’Épuration, il prend pour pseudonyme le patronyme de la grand-mère maternelle de sa future épouse Florence: de Mahieu.

Devenu Jaime Maria de Mahieu en Argentine, Jacques de Mahieu se révèle un vibrant soutien du péronisme qu’il considère comme la manifestation d’une véritable troisième voie politique, sociale et économique. Franck Buleux apprend au lecteur français la parution de 1949 à 1969 d’une douzaine d’ouvrages consacrés au dépassement du capitalisme et du collectivisme. « Mahieu jouera un rôle intellectuel en tant que conseiller à l’école de conduite politique péroniste, et rédigera, à la demande même de Peron, un guide doctrinal national justicialiste (p. 43). » Mais il va plus loin. Au nom de la société organique, il préconise une « société […] fondée sur des communautés populaires liées aux métiers (p. 45) ». Partisan de l’unité de l’Amérique ibérique, il « plaide pour un État unitaire et autoritaire, tout en estimant que l’exercice de son pouvoir doit se limiter à sa fonction régalienne, tout en respectant et en encourageant la responsabilité individuelle et les forces des groupes sociaux et des communautés intermédiaires. Il réaffirme le souhait d’une présidentialisation du régime, le dirigeant de la nation, chef de l’État, exerçant ses fonctions pendant dix ans renouvelables et se situant au-dessus des trois pouvoirs (p. 45) ».

giOkN2o.jpg

unnamedJMdM.jpg

unnamedMSJMdM.jpg

Ce farouche anti-individualiste adapte la pensée maurrassienne au contexte argentin et, plus généralement, à celui du Cône austral. Le nationaliste intégral français en exil se retrouve dès la fin des années 1950 salué comme « une référence idéologique pour des nationalistes argentins, alors qu’il n’a même pas la nationalité du pays (pp. 51 – 52) ». Le paradoxe ne s’arrête pas là. À la même époque, « Jacques de Mahieu devient l’idéologue du Mouvement nationaliste national-catholique Tacuara (p. 114) ».

Bandera_Tacuara.png

Julio_Meinvielle.jpg

Le Père Julio Meinvielle.

Nationalisme organique et réflexions biopolitiques

Créé vers 1955, inspiré par les prêches de l’abbé thomiste Julio Meinvielle (1905-1973), le Mouvement nationaliste Tacuara exige l’avènement d’un État phalangiste et national-syndicaliste dont la devise serait « Dieu, Patrie et Foyer ». Si certains de ses membres acceptent avec enthousiasme le péronisme et expriment un anti-sionisme radical au cri de « Nasser et Perón, un seul cœur », d’autres restent anti-péronistes. Avant de disparaître vers 1965, le mouvement connaît une grave scission en 1963 avec la formation d’un Mouvement nationaliste révolutionnaire Tacuara (MNRT) qui tend vers les milieux activistes péronistes de gauche. Jacques de Mahieu prend en compte cette évolution « sinistrogyre » puisqu’il va jusqu’à « prêcher un nationalisme s’ouvrant à la gauche, notamment à travers son essai fondamental, intitulé Evolución y Porvenir del Sindicalismo (L’évolution et l’avenir du syndicalisme) et depuis les colonnes de la revue argentine Social Dynamics (Dynamique sociale); ce magazine, édité par le Centre d’études économiques et sociales, a comme directeur Carlos Scorza, dernier secrétaire général du Parti national fasciste (PNF) italien, fondé par le Duce (p. 54) ». Parallèlement, l’universitaire « intervient auprès des forces armées de la République argentine (p. 55) » et leur explique la subversion révolutionnaire et la lutte anti-marxiste.

unnamedJMdMEPS.jpg

BA6279.png

Carlo(s) Scorza en Argentine à la fin de sa vie.

Jacques de Mahieu fréquente par ailleurs le Nouvel Ordre européen, scission du Mouvement social européen, du Suisse Gaston-Armand Amaudruz et les premiers cénacles du GRECE. Il siège bientôt au comité de patronage de Nouvelle École. Avec l’aide du médecin hygiéniste québécois Jacques Baugé-Prévost (1937 – 2017), il publie en 1969 un Précis de biopolitique. Par « biopolitique », il entend « lier la politique, c’est-à-dire l’organisation sociale, à la vie, [… soit] se fonder sur un raisonnement mêlant la nature humaine et la vie sociale (p. 77) ». C’est dans cet essai magistral qu’apparaît ce néologisme que Michel Foucault reprendra lors de ses leçons sur la « médecine sociale » prononcées à Rio de Janeiro au Brésil vers 1974. Ainsi expose-t-il la « biopolitique » comme un dispositif d’exercice d’un pouvoir qui agit désormais, non plus sur des ensembles géographiques, mais plutôt sur la vie des individus et l’existence des populations prises dans une acception statistique. De cette vision de la « biopolitique » découle le biopouvoir, à savoir le contrôle global des populations à travers des questions sanitaires.  

9788493139063-us.jpg

Pour Jacques de Mahieu, la biopolitique n’appartient pas à l’« idéologie 68 » ou au commencement de la French Theory. Au sempiternel débat entre l’inné et l’acquis, il estime que la nature de l’homme repose « sur deux éléments : son hérédité biologique, l’inné, mais aussi l’influence de son environnement, l’acquis (p. 76) ». On sait aujourd’hui que les perturbateurs endocriniens et les substances de la pilule contraceptive rejetés dans l’environnement altèrent l’organisme des poissons et handicapent les fœtus humains. Ainsi faut-il inscrire le professeur Jacques de Mahieu parmi les précurseurs de l’écologie médicale. Tout en reconnaissant l’inégalité humaine, il ne verse pas dans la raciologie. Cela ne l’empêche pas de réfuter le mythe délétère de la société poly-ethnique (ou multiculturaliste). Aussi ne comprend-il pas l’apartheid qui favorise « un développement séparé des cultures, mais sur un territoire commun (p. 83) », ce qui ne peut qu’inciter et stimuler auprès des ethnies concernées des « sentiments de crainte, de défiance, voire de haine (idem) ». L’actualité récente de l’Afrique du Sud « arc-en-ciel » prouve la pertinence de son analyse.

Des recherches historiques décalées

Sa rencontre avec Jean Mabire est un moment décisif pour lui. L’écrivain, chantre de langue française du nordicisme normand, variante locale du folcisme, partage en grande partie la vision politique et historique fulgurante de l’enfant de la Canebière installé au bord du Rio de la Plata. À travers Le Grand Voyage du Dieu-Soleil (1971), L’Agonie du Dieu-Soleil. Les Vikings en Amérique du Sud (1974), Drakkars sur l’Amazone (1977), Les Templiers en Amérique (1980) et La Fabuleuse Épopée des Troyens en Amérique du Sud (1998), il présente ses recherches archéologiques et ethnologiques conduites dans diverses contrées d’Amérique du Sud, en particulier au Paraguay. Les Vikings ne se sont pas contentés d’occuper le Vinland (littoral canadien). Ils ont navigué le long des côtes de l’Atlantique et essaimé en Amérique australe. Ces « hommes du Nord » seraient donc à l’origine des civilisations aztèque et inca. Des descendants de Vikings vivant dans le duché de Normandie mentionnent ces explorations ultra-marines dans les commanderies de l’Ordre du Temple. Les Templiers n’hésitent pas à traverser l’Atlantique. Les expéditions vikings et templières à travers la Mer Océane sont consignées dans les salles de la Bibliothèque royale de Lisbonne. Interdits en Occident, les Templiers du Portugal et d’Écosse intègrent des Ordres nationaux fondés par leurs souverains respectifs à leur intention. Le Corse d’origine génoise Christophe Colomb obtient le droit de consulter portulans, journaux de bord et récits de seconde main de ces traversées avant de proposer tour à tour aux souverains portugais, français et castillan son projet de se rendre en Asie par l’Ouest.

51YSQAQP15L.jpg

Grand-voyage-Dieu-Soleil-quadri-2.jpg

71tpwabV3pL.jpg

En 1979, Jacques de Mahieu sort chez Copernic, l’éditeur historique du GRECE, L’Imposture de Christophe Colomb. La géographie secrète de l’Amérique. Les milieux universitaires officiels ne peuvent que dénigrer l’hypothèse avancée par un historien « franc-tireur ». Pourtant, à l’instar de la traversée du Pacifique par un radeau, le Kon-Tiki de Thor Heyerdahl en 1947, qui confirme de manière empirique le peuplement de la Polynésie depuis la côte andine, la théorie historique iconoclaste de Jacques de Mahieu s’insère avec un autre vocabulaire dans la philosophie de l’histoire si bien décrite par Julius Evola dans Révolte contre le monde moderne (1934). Le raisonnement du Français exilé n’est pas plus aberrant que les affirmations délirantes de Martin Bernal dans Black Athena (1996). Cet essai examine de supposées « racines afro-asiatiques de la civilisation classique » albo-européenne.

Malade, « Jacques de Mahieu s’éteint à Buenos Aires (p. 114) », le 4 octobre 1990. Merci à Franck Buleux qui fait redécouvrir un grand esprit éclectique dont les ouvrages historiques sont encore disponibles chez les bouquinistes ou chez Dualpha. Oui, Jacques de Mahieu appartient à cette race rare de chercheurs contre le Temps.

Georges Feltin-Tracol

  • Franck Buleux, Jacques de Mahieu, Pardès, coll. « Qui suis-je ? », 2021, 128 p., 12 €.

jeudi, 08 juillet 2021

Entretien avec le philosophe et politologue argentin Marcelo Gullo Omodeo

el-argentino-que-defiende-a-espana-de-la-leyenda-negra-hernan-cortes-libero-a-los-indios.jpg

Entretien avec le philosophe et politologue argentin Marcelo Gullo Omodeo

Propos recueillis par Carlos Javier Blanco

(source : La Tribuna del País Vasco)

"La gauche a transformé l'Espagne en une nation autruche qui cache sa tête face aux deux grands problèmes qui menacent son existence."

Docteur Gullo Omodeo, dites-nous : le titre de votre dernier livre, "Madre Patria", de quoi parle-t-il ?

Le titre du livre est en soi une déclaration de principe. C'est-à-dire qu'il s'agit de l'expression des croyances essentielles de Marcelo Gullo Omodeo en tant qu'individu, mais aussi de l'expression des croyances essentielles que le peuple argentin et hispano-américain dans son ensemble avait avant que la falsification de l'histoire n'obscurcisse la conscience du peuple. Tous les grands leaders populaires, de Juan Manuel de Rosas à Juan Domingo Perón en passant par Hipólito Yrigoyen, aimaient l'Espagne et la considéraient comme notre Mère Patrie, tandis que les représentants de l'oligarchie pro-britannique, certains à voix basse, comme Bartolomé Mitre, et d'autres à voix haute, comme Domingo Faustino Sarmiento, détestaient l'Espagne. D'autre part, le titre du livre est inspiré d'un tango de Carlos Gardel où il appelle l'Espagne "Madre Patria querida de mi amor" (Chère patrie de mon amour). C'était le sentiment de la majorité de la population argentine et hispano-américaine avant que le poison de la "légende noire", à travers la propagande culturelle de la "gauche cipaya" - dont l'expression politique la plus importante aujourd'hui en Argentine est le kirchnerisme - ne pénètre l'esprit de la jeunesse.

820x1200.jpg

L'Espagne est-elle la patrie commune de tous les Hispano-Américains, ou une simple référence aux origines, aux racines ?

Comment ne pas appeler l'Espagne "Patrie" si - comme l'affirmait le triple président constitutionnel de l'Argentine Juan Domingo Perón - son œuvre civilisatrice est sans équivalent dans l'histoire de l'humanité et constitue un chapelet d'héroïsme, de sacrifices et de renoncements. "L'Espagne a érigé des temples, construit des universités, répandu la culture, éduqué les hommes et fait bien plus encore ; elle a fusionné et confondu son sang avec l'Amérique et marqué ses filles d'un sceau qui les rend, bien que différentes de leur mère par la forme et l'apparence, égales à elle par l'essence et la nature". Cette phrase de Perón dit tout.  Notons que Fidel Castro lui-même, lors de sa visite en Galice en 1992, manifestement ému, dans un élan de sincérité qui jaillissait de son cœur, a déclaré "nous faisons partie de l'âme de l'Espagne". Même le mythique commandant Che Guevara considérait l'Espagne comme notre patrie. La légendaire Evita ne se lassait pas de répéter que nous, les Hispano-Américains, indépendamment de la couleur de notre peau, sommes ".... non seulement les enfants légitimes des conquérants, mais les héritiers directs de leurs actes et de la flamme de l'éternité qu'ils ont portée au-delà des mers" et ce, parce que l'Espagne, dit Eva Perón, "...nous a donné son être et nous a légué sa spiritualité".

EnCdwKtXEAEcgYW.jpg

Vous parlez souvent des "Espagnols d'Amérique" et des "Espagnols d'Europe". Cependant, il existe une résistance à cette façon de parler. Selon vous, qui résiste le plus et pourquoi?

Le plus grand triomphe politique des ennemis historiques de l'Espagne et de l'Amérique hispanique- comme l'impérialisme français et l'impérialisme anglo-saxon, dirigé d'abord par l'Angleterre et ensuite par les États-Unis - est que nous, Hispano-Américains, ne nous considérons pas comme des Espagnols et que les Espagnols ne considèrent pas les Vénézuéliens, les Équatoriens ou les Argentins comme de véritables Espagnols. Y a-t-il un Égyptien qui ne se considère pas comme un Arabe ? Y a-t-il un Syrien qui ne se considère pas comme un Arabe ? Y a-t-il un Tunisien qui ne se considère pas comme un Arabe ? Du Maroc à l'Irak, en passant par le Soudan et l'Arabie saoudite, indépendamment de la couleur de la peau et des différentes origines ethniques, tous ceux qui parlent arabe se considèrent comme des Arabes et comme les membres d'une grande nation arabe inachevée, artificiellement divisée en différents États. La réunifier était le rêve politique du dirigeant égyptien Gamal Abdel Nasser et du penseur syrien Michel Aflaq. Alors, pourquoi nous, les Argentins, les Chiliens, les Mexicains... ne nous considérons pas comme espagnols ?  Alors, pourquoi les Espagnols de la péninsule ne considèrent-ils pas les Équatoriens, les Uruguayens et les Colombiens, indépendamment de la couleur de leur peau et de leurs différentes origines ethniques, comme des Espagnols ? Tout simplement parce que nous avons cru l'histoire élaborée par les propagateurs rémunérés de la "légende noire" qui a été la première fake news de l'histoire et le plus brillant travail de marketing politique britannique.  Ensuite, pour avoir cru à cette fausse histoire de la conquête espagnole de l'Amérique, les Américains espagnols ont exécré l'Espagne et les Espagnols ont renié l'Amérique espagnole. Eva Perón a crié aux quatre vents que "la légende noire avec laquelle la Réforme s'est ingéniée à dénigrer la plus grande et la plus noble entreprise connue au cours des siècles, comme la découverte et la conquête, n'était valable que sur le marché des imbéciles ou des intéressés" et le problème est que beaucoup de privilèges et beaucoup d'argent ont été distribués pour que beaucoup de professeurs, d'écrivains et de journalistes intéressés stupéfient beaucoup d'étudiants et de lecteurs.

550x803.jpg

J'ai récemment pu consulter le professeur J. Barraycoa, président de Unidad Hispanista, au sujet de la continuité entre les processus indépendantistes américains du XIXe siècle et les séparatismes péninsulaires d'aujourd'hui. Croyez-vous qu'il s'agit du même processus étalé sur tant de décennies, ou simplement d'une analogie ? L'unité des Hispaniques a-t-elle encore des ennemis ?

Par sympathie politique, le "séparatisme catalan" promeut aujourd'hui, en Amérique hispanique, avec l'argent de tous les contribuables espagnols et en comptant sur la sympathie de l'impérialisme international, c'est de l'argent pour le "fondamentalisme indigéniste fragmentant."  Les séparatistes catalans - imprégnés de la haine de l'Espagne - aimeraient, par exemple, que dans la jungle équatorienne toute trace d'espagnol soit perdue, qu'au Pérou, dans la région de Cuzco, l'usage de l'espagnol soit abandonné et que seul le quechua soit parlé, qu'à Puno, l'usage exclusif de l'aymara soit imposé et que l'espagnol soit oublié, que dans le sud du Chili et en Patagonie argentine, les Mapuches soient imposés à feu et à sang et que les hispanophones soient persécutés. Le nationalisme séparatiste catalan et l'indigénisme fondamentaliste balkanisant sont des frères jumeaux, car tous deux partagent une volonté d'effacer tout ce qui est espagnol, servant ainsi les intérêts de ceux qui veulent déconstruire l'Espagne et fragmenter les républiques hispano-américaines.

Il me semble que si en Amérique s'est répandu le mythe indigéniste, qui se languit d'un passé de cannibalisme atroce et de l'impérialisme aztèque et inca le plus cruel, nous subissons ici, dans la Péninsule, quelque chose de semblable avec le mythe d'al-Andalus. Les gens ont la nostalgie de l'empire musulman (de l'émirat, du califat) qui a réduit en esclavage, castré, pratiqué la pédérastie et traité les juifs et les chrétiens comme des êtres de seconde zone... La légende noire que vous analysez dans "Madre Patria" est toujours complétée par des "légendes roses" ?

Les chroniques arabes de la conquête de l'ancienne Mésopotamie nous racontent que le bain de sang causé par les envahisseurs musulmans était si important que l'Euphrate et le Tigre étaient teints en rouge. Pour célébrer la conquête de l'Espagne, les musulmans ont emmené à Damas, par la force, trente mille vierges espagnoles pour les garder comme esclaves sexuelles. Pour comprendre l'ampleur d'un tel enlèvement - en gardant à l'esprit qu'il est fort probable qu'au début du VIIIe siècle, à la veille de l'invasion musulmane, la population de la péninsule ibérique n'atteignait même pas le niveau de la population du début de l'ère romaine - il est nécessaire de souligner que prendre trente mille femmes espagnoles pour les soumettre à l'esclavage sexuel en Syrie équivaudrait aujourd'hui à sortir quatre millions de femmes d'Espagne. Il convient de rappeler qu'ils ont également emporté à Damas vingt-six couronnes d'or provenant de la cathédrale de Tolède et plusieurs jarres remplies à ras bord de perles, de rubis et de topazes.

1601519166606.jpg

D'autre part, en Amérique du Nord, les "pieux protestants anglais", pendant l'un des hivers les plus rigoureux de mémoire d'homme, ont distribué "charitablement" des couvertures infectées par la variole aux Indiens d'Amérique du Nord. Lorsque les Anglais ont commencé la colonisation de l'Australie, ils l'ont déclarée "terra nullius", c'est-à-dire sans habitants humains, malgré le fait qu'ils avaient recensé quelque neuf cent mille aborigènes qui vivaient en Australie depuis environ soixante-dix mille ans. Cela vaut la peine de le répéter car cela semble incroyable : pour l'Angleterre "humanitaire", il n'y avait pas d'êtres humains en Australie. Les Aborigènes australiens étaient, pour les "gentlemen" anglais, des animaux rares comme l'ornithorynque ou le kangourou ; des animaux qui marchaient sur deux jambes et semblaient avoir le don de parler comme des perroquets. Cependant, la seule conquête que le monde critique est la conquête espagnole de l'Amérique. Sans doute la légende noire de la conquête espagnole de l'Amérique est-elle toujours complétée par la légende rose de la conquête arabe de l'Espagne et la légende rose de la conquête anglaise de l'Amérique du Nord et de l'Australie. 

Enfin, comment voyez-vous la situation en Espagne ?

J'ose affirmer, sans tourner autour du pot, que l'Espagne est aujourd'hui en danger de mort. Cependant, la grande majorité des Espagnols sont totalement inconscients de ce danger. La plupart des Espagnols dansent nonchalamment sur le pont du bateau qui coule, ignorant que la Nation a heurté un iceberg. La gauche espagnole actuelle, et non la gauche de Felipe González et d'Alfonso Guerra, est la principale responsable de cette situation car elle a transformé l'Espagne en une nation autruche qui se cache la tête face aux deux grands problèmes qui menacent l'existence même de l'Espagne. D'une part, l'émergence de nationalismes périphériques fous qui, prenant le pouvoir, endoctrinent dans les écoles les enfants dans la haine de l'Espagne et de sa langue commune. Ce fait axial fait que l'Espagne roule, presque inexorablement, vers sa fragmentation territoriale. Ils sèment la haine de la nationalité commune et, sans aucun doute, ils sèment la haine, car ils récolteront des tempêtes. D'autre part, l'Espagne, qui possède une pyramide des âges "funéraire", est en passe de cesser d'être l'Espagne car, comme l'affirme le philosophe Alfonso López Quintas, les nouveaux arrivants se promènent dans les rues de Grenade, Cordoue et Séville en pensant et en disant à voix basse : "...ces villes ont été les nôtres et elles le seront à nouveau". Le monde musulman - comme l'affirme Charles Simond dans sa célèbre introduction au livre d'Armand Kahn, L'Arabie sacrée - ne rêve pas de Ceuta, il rêve de Grenade. L'Espagne, après avoir atteint le bien-être économique tant désiré, séparée de sa "foi fondatrice" et endormie par le relativisme, le consumérisme et l'hédonisme, a reçu un coup de poignard métaphysique mortel. Seul un miracle aujourd'hui pourrait fermer la blessure ouverte et profonde et arrêter l'hémorragie.

D_NQ_NP_616976-MLA28069785193_082018-O.jpg

L'histoire peut-elle être "redressée" ?

Seule une "immigration massive" d'hispano-américains pourra sauver l'Espagne, qui, je le répète encore une fois, présente déjà une "pyramide funéraire", celle d'une tragique "fin annoncée" et faire en sorte que l'Espagne continue à être l'Espagne. Mais cela nécessite une profonde réconciliation entre les Espagnols d'Amérique et les Espagnols d'Europe. Pour cela, il faut en finir avec le mythe de la Légende noire, avec la "zoncera" [stupidité] du génocide des peuples indigènes, avec la "zoncera" que Cortés a "conquis" le Mexique alors qu'en réalité, il a libéré la majorité de la population - qui habitait alors le Mexique - de l'impérialisme le plus atroce que l'histoire de l'humanité ait jamais connu: l'impérialisme anthropophage des Aztèques. Au Mexique, il y avait une nation oppressive et des centaines de nations opprimées, auxquelles les Aztèques n'ont pas arraché leurs matières premières - comme l'ont fait tous les impérialismes au cours de l'histoire - mais ils ont arraché leurs enfants, leurs frères... pour les sacrifier dans leurs temples et distribuer ensuite les corps démembrés des victimes dans leurs boucheries, comme s'il s'agissait de porcs, pour servir de nourriture substantielle à la population aztèque.  Le miracle est encore possible si les Espagnols européens comprennent qu'aucun hispano-américain, riche ou pauvre, éduqué ou non, blanc ou indien, n'est un étranger sur les terres d'Isabelle et de Ferdinand. Aujourd'hui, la légende noire, c'est-à-dire la fausse histoire de la conquête espagnole de l'Amérique écrite par les ennemis historiques de l'Espagne et de l'Amérique latine, semble avoir gagné la bataille culturelle, déterminant les consciences, les coutumes et les préjugés. Mais les temps sont mûrs pour le rétablissement de la vérité.

Source :

https://latribunadelpaisvasco.com/art/15224/marcelo-gullo...

 

samedi, 08 mai 2021

Interview d’Alberto Buela sur la métapolitique

2021-05-05-alberto-buela.jpg

Interview d’Alberto Buela sur la métapolitique

Ex: https://www.tradicionviva.es/2021/05/06/una-gran-entrevista-en-la-que-alberto-buela-habla-sobre-metapolitica/

"Les classiques ne sont rien d'autre que des auteurs anciens qui ont des réponses contemporaines."

Nous reproduisons ici une partie de l'entretien que le Professeur Alberto Buela a accordé au journal perfil.com.

Comment expliqueriez-vous la métapolitique à un profane ?

En 1994, nous avons commencé à publier un magazine intitulé Disenso sur papier. À l'époque, il n'y avait pas d'Internet ou, du moins, nous n’en disposions pas. Le magazine m'a permis d'entrer en contact avec de nombreuses personnalités d'Europe et des États-Unis. À un moment donné, un auteur italo-chilien, Primo Siena, m'a envoyé une lettre et m'a dit: « Alberto, ce que tu fais est métapolitique, pourquoi ne lis-tu pas Silvano Panunzio? Un auteur italien qui n'est pas connu ici ». J'ai demandé à un ami de Rome, Aldo La Fata, de m'envoyer un de ses textes. Don Silvano était sur le point de mourir. Je l'ai trouvé intéressant bien qu'il ait une vision quelque peu ésotérique. En philosophie, nous avons l'habitude de réfléchir avec la raison. Nous savons que l'homme, comme le disait José Ortega y Gasset, est une île rationnelle entourée d'une mer d'irrationalités, mais nous devons toujours œuvrer à sauver la rationalité de l'être humain. Si je reste dans l'irrationnel, je fais des horoscopes, je me consacre aux sciences occultes; quelque chose de différent de la philosophie stricte. Je commence donc à l'étudier, je le lis et je découvre d'autres auteurs. Primo Siena m'écrit à nouveau. Je demande à des gens qui font de la science politique, des chercheurs du CONICET (Consejo Nacional de Investigaciones Científicas y Técnicas)... Rien.

md10011052628.jpg

Puis un philosophe très important en Espagne à la fin du XXe siècle, Gustavo Bueno, m'écrit. Bueno était un philosophe matérialiste issu du parti communiste. Il avait ensuite quitté le PC, bien qu'il soit resté matérialiste jusqu'à sa mort. C'est lui qui m'a dit que j'avais "les conditions idéales pour développer la métapolitique, car la métapolitique n'est rien d'autre que la métaphysique de la politique". J'ai répondu que cela ne me plaisait pas car on peut lier la politique à la métaphysique. La métaphysique parle du nécessaire et la métapolitique parle du contingent parce que la politique est contingente, elle peut se positionner dans un sens ou dans un autre. Le nécessaire ne peut aller que dans un seul sens. Je préfère définir la métapolitique comme les grandes catégories qui conditionnent l'action politique. C'est ainsi que j'ai trouvé un texte de Max Scheler. Il faut toujours aller vers les grands car les classiques ne sont rien d'autre que des auteurs anciens qui ont des réponses contemporaines. Il est difficile de se tromper si l'on se tourne vers Max Scheler. J'ai trouvé une de ses conférences à l'école de guerre allemande en 1927, un an avant sa mort, sur la phase de nivellement. Il y dit: "Espérons que ce cours que je donne pourra à terme remplacer culturellement la classe dirigeante allemande qui est dépassée aujourd’hui" ; il y avait, en effet, à cette époque, toute la décadence de la République de Weimar. Et Scheler ajoutait : "... et que nous pourrons construire une haute politique". C'est là que j'ai découvert le véritable fondement de la métapolitique.

La métapolitique est-elle un progrès par rapport à la théorie politique ?

Il la met en crise, la soumet à la critique. Si on la pratique bien, la métapolitique montre quels sont les présupposés politiques des acteurs, l'idéologie. Nos acteurs politiques, de notre président à l'un des 88 secrétaires d'État, font essentiellement de l'idéologie. L'idée d'étudier la métapolitique est de se confronter aux grandes catégories, telles que l'homogénéisation, la pensée unique, la théorie du genre, entre autres.

portada-buela-dalmacio.jpg

La métapolitique est-elle une simple activité culturelle ou précède-t-elle nécessairement une action politique ultérieure ?

Il existe deux versions. Une version est la version française, qui dit que la métapolitique doit être faite sans politique. Nous, en revanche, nous soutenons que nous devons faire de la métapolitique, mais en cherchant un ancrage dans la politique. Nous avons un besoin impérieux et manifeste de l'étudier, surtout en Argentine. Nous constatons que nous avons un gouvernement progressiste, de gauche, libéral, social-démocrate, dans lequel Bob Dylan a plus d'influence que Perón. Nous devons d'une manière ou d'une autre clarifier ce mélange.

Comment voulez-vous éclaircir la situation ?

Au lieu de parler des droits de l'homme, je parlerais des droits des peuples. Au lieu de parler de privilégier les minorités, je privilégierais les majorités. Comme aujourd'hui aucun gouvernement n'en dispose, ils privilégient les minorités par rapport aux majorités, même s'ils se disent péronistes. Contrairement à ce que le péronisme a toujours fait. "La métapolitique est un ensemble de grandes catégories qui conditionnent l'action politique".

(...)

sobreelseryelobrar_web.jpg

Que pensez-vous de l'utilisation de la métapolitique par la nouvelle droite ?

La nouvelle droite se trompe dans son approche de la politique. Elle veut faire de la métapolitique sans politique. C'est comme Gramsci, mais au départ de la droite. Cela n'a aucun sens pour moi de commencer à réfléchir à la manière de modifier les catégories qui conditionnent l'action politique des agents politiques et de ne rien faire pour modifier cela.

Y a-t-il un rapport entre cela et les libertaires actuels qui sont si à la mode en Argentine ?

Les libéraux et les ‘’terra-planistes’’ sont des minorités qui ont poussé comme des champignons partout.

La nouvelle droite ne mène pas d'action politique de parti parce qu'elle considère que les partis politiques ont été dépassés en pouvoir d'initiative par les méga-médias et que c'est là que se trouve le courant de pensée et que la contestation doit être menée?

C'est là une métapolitique sans fin. C'est une métapolitique conforme à l’idéologie des Lumières. La droite, en ce cas, fait une ‘’métapolitique des Lumières’’. C'est philosopher comme Descartes depuis sa chambre: il voit passer un homme avec un parapluie et philosophe depuis sa cloche de verre. Ce n'est pas non plus de la philosophie. On agit comme on pense ou on finit par penser comme on agit.

(..)

Que pensez-vous de ce que vit l'Argentine aujourd'hui et quel conseil ou message pourriez-vous donner aux lecteurs ?

D'abord, un sentiment de tristesse. Je suis né dans un pays où nous étions inclus dans une communauté. J'ai 72 ans aujourd’hui, j'ai été élevé moitié en ville, moitié à la campagne. Je suis né à Parque Patricios mais deux jours plus tard, mes parents m'ont emmené à Magdalena, où toute ma famille se trouvait, donc je suis né là-bas en fait. J'y ai grandi, nous avions l'école, le club Huracán, il y avait la paroisse de San Bartolomé à Chiclana et Boedo. Nous avions de nombreuses organisations qui nous soutenaient; nous étions une famille modeste. J'avais l'habitude d'aller à la piscine de la rue Pepirí, je m'exprimais en tant que nageur. Au club Huracán, je jouais à la pelote ou au fronton, ce qui me plaisait aussi. Dans la paroisse, nous avions l'habitude d'aller dans des camps. A l'école, nous avons étudié. Je suis né dans une communauté. Je suis né dans une polis. Et nous avons produit quelque chose d'extraordinaire: tout comme les Grecs sont passés des tribus à la polis, nus avons suivi la même voie. Voici ce que dit Platon dans le dernier livre des lois: "La différence avec les barbares, c'est que nous avons la polis et qu'ils n'en ont pas. Et nous avons un système de lois qui fait dire à Socrate, lorsqu'il doit échapper à la ciguë: "La loi est ma mère et ma sage-femme". L'Argentine a réalisé un mauvais miracle extraordinaire, en plus d'avoir Lionel Messi et Diego Maradona. Je suis né dans une polis et je vais mourir dans une tribu. Nous avons les tribus des avorteurs, des anti-avorteurs, des ‘’terraplanistas’’, des subventionnés, des mères, des enfants, des cousins, des Indiens. L'idée du peuple en tant que majorité a été brisée. Nous avons fait le contraire des Grecs.

30257258977.jpg

 

mercredi, 10 mars 2021

Au Brésil, que pourra faire Lula ?

1037120024_0 21 2199 1211_1000x541_80_0_0_7a2777ca209ade94d09e002633508d5a.jpg

Au Brésil, que pourra faire Lula ?

par Jean-Paul Baquiast

Ex: http://www.europesolidaire.eu

Peut-on penser que l'annulation de sa condamnation pour corruption par un juge de la Cour Suprême le 8 mars 2021 permettra à l'ex-président brésilien Luiz Inacio Lula da Silva, dit familièrement Lula de retrouver une activité politique ?

Désormais il pourra se présenter contre l'actuel président Jair Bolsonaro à la présidentielle de 2022. Selon des sondages, il n'est pas exclu qu'il soit élu. Son parti, le Parti des Travailleurs, bien représenté dans les milieux populaires, le poussera certainement dans ce sens.

Lula avait succédé à l'emblématique présidente Dilma Roussef, destituée au prétexte de maquillage des comptes publiques par le Sénat brésilien en août 2016 au terme d'une procédure montée en ce sens par l'opposition. Celle-ci ne lui pardonnait pas d'envisager pour redresser la situation économique de nationaliser les considérables gisements pétroliers et gaziers qui font l'essentiel de la richesse du Brésil.

Lula a déjà passé un an et demi en prison au prétexte de corruption, d'avril 2018 à novembre 2019, avant d'être libéré sur décision collégiale de la Cour suprême. En prison, il n'avait guère été traité mieux qu'un condamné de droit commun. Au moment où il avait été incarcéré, l'ancien chef de l'État était donné favori des sondages pour la présidentielle d'octobre 2018.

Les chances de Lula à la prochaine élection présidentielle paraissent cependant faibles, sans même mentionner son âge, 75 ans. Les mêmes acteurs politiques ayant sans preuves sérieuses accusé l'ancienne présidente Dilma Roussef et lui de corruption pour les chasser du pouvoir ne laisseront pas faire. Ceux qui avaient provoqué son emprisonnement trouveront une raison ou une autre pour continuer à le paralyser politiquement. 

1200px-apresidentedilmarousseffdurantecerimoniacontraoimpeachmentem31demarcode2016.jpg

Il s'agit des couches supérieures de l'électorat qui détiennent toute la richesse financière du pays et refuseront le moindre retour à une politique de partage dcs richesses et à un minimum d'interventionnisme économique présentées par elles comme socialistes, sinon comme communistes.

Mais plus fondamentalement Jair Bolsonaro, l'actuel président, a toujours agi depuis son accession à la présidence comme le bras exécutif des Etats-Unis. Il se rend souvent à Washington ou reçoit avec des égards excessifs l'ambassadeur des Etats-Unis ou des hommes politiques américains très proches du pouvoir. Pour Washington, continuer à contrôler étroitement le Brésil constitue une arme essentielle afin d'empêcher qu'à travers lui, l'essentiel du continent sud-américain ne lui échappe et puisse éventuellement se rapprocher du BRICS. Rappelons qu'initialement le B de BRICS désignait le Brésil à côté de la Russie, de l'Inde de la Chine et de l'Afrique du Sud

Voir
https://www.huffingtonpost.fr/entry/au-bresil-lula-redevient-eligible-a-la-presidentielle-de-2022_fr_6046c2f9c5b6138d0878f8ad

mercredi, 27 janvier 2021

De la guerre révolutionnaire en Amérique latine

imagesgramlat.jpg

De la guerre révolutionnaire en Amérique latine

par Georges FELTIN-TRACOL

51CrKOfZx7L._SX330_BO1,204,203,200_.jpgEn 1967, l’éditeur des milieux gauchistes, François Maspero, réalise un beau coup éditorial. Il sort Révolution dans la révolution ? d’un agrégé de philosophie de 26 ans, Régis Debray qui vit depuis plusieurs mois à La Havane.

La parution de ce livre en France un mois avant que l’armée bolivienne, traquant le Che Guevara et ses guérilleros, n’arrête le Français ne provoque pas un grand enthousiasme. L’ouvrage, assez court mais dense, exprime le point de vue castriste – guévariste (1) de la prise armée du pouvoir par la multiplication des foyers de guérilla dans le Tiers Monde; thèse soutenue par le Che sous le nom de foquisme (de foco, « foyer » en espagnol). Bien plus tard, alors âgée de dix ans et envoyée tout le mois de juillet à Cuba dans un camp des Jeunesses communistes, Laurence Debray, sa fille aînée, racontera que « lors de ces cours de théorie communiste, on m’expliqua que mon père avait assidûment fréquenté le Lider Maximo et son acolyte argentin, qu’il avait même alimenté la brillante théorie révolutionnaire du foquisme grâce à un livre (2) ».

Guide pratique de guérilla

Révolution dans la révolution ? ne manque pas de charme. Il présente « pourquoi le travail insurrectionnel est aujourd’hui le travail politique numéro 1 (p. 125, souligné par l’auteur) ». Bien que s’appuyant sur des exemples survenus en Amérique latine, du Guatemala à la Bolivie, ce bréviaire de guérilla évoque souvent la révolution urbaine, car « la révolution socialiste résulte d’une lutte armée contre le pouvoir armé de l’État bourgeois (p. 15) ». Outre leur expérience immédiat, Régis Debray puise dans les différentes pratiques révolutionnaires armées, principalement en Asie. Rappelons que Karl Marx et Friedrich Engels n’ont jamais hésité à s’interroger sur l’art de la guerre à partir de l’actualité (3).

che_castro.jpg

Laurence Debray rapporte au sujet de l’ouvrage paternel que « les entretiens nocturnes entre mon père et Fidel Castro se poursuivaient. Mon père était comme envoûté par la logorrhée du Commandante, qui pouvait ne pas s’arrêter durant dix heures. Il couchait sur le papier ses propos, théorisait sa pensée, clarifiant ses intuitions, synthétisant ses analyses. Mon père écrivait à la main en français, ma mère traduisait et tapait, et le Lider Maximo relisait. Révolution dans la révolution ? fut édité à deux cent mille exemplaires à Cuba au début de l’année 1967, puis par les éditions Maspero à Paris (4) ». Il s’agit presque donc d’une réflexion collective dont le centre d’intérêt demeure le monde américain de langue espagnole. « En Amérique latine, l’impérialisme américain jouera sa partie finale, décisive : celle qui décidera de sa fin (p. 8). » Fort de son passé de chef révolutionnaire prestigieux, Fidel Castro, par l’intermédiaire de notre normalien, relit et réactualise l’interprétation classique de l’insurrection. Si l’ouvrage se montre parfois critique envers l’approche militaire du maoïsme et plus disposé envers les succès tactiques du général vietnamien Giap, l’essai insiste sur le réalisme et le pragmatisme. « Pour détruire une armée il en faut une autre, ce qui suppose entraînement, discipline et des armes. La fraternité et le courage ne font pas une armée : voir l’Espagne, voir la Commune de Paris… (p. 33). »

Régis Debray souligne toutefois qu’« une guérilla ne peut se développer militairement qu’à la condition qu’elle se convertisse en avant-garde politique (p. 115, souligné par l’auteur) ». Cela nécessite de la patience et des actions précises et méthodiques, voire quasi-chirurgicales. « D’abord, on va du plus petit au plus grand, mais vouloir aller en sens inverse ne sert à rien. Le plus petit, c’est le foyer guérillero, noyau de l’armée populaire, et ce n’est pas un front qui créera ce noyau, mais c’est le noyau qui en se développant permettra de créer un front national révolutionnaire. Un front se fait autour de quelque chose d’existant, non seulement autour d’un programme de libération (p. 87, souligné par l’auteur). » Il importe par conséquent de mettre tous les atouts de son côté : tout prévoir, de tout vérifier, de tout envisager. « Seule la maîtrise du détail donne leur sérieux aux plans généraux. Finalement, et plus encore pour une force guérilla que pour une force régulière, il n’y a pas de détails dans l’action, ou plutôt tout est affaire de détails (pp. 60 – 61). » L’amateurisme et un certain romantisme politique n’ont pas leur place dans une lutte armée sérieuse et efficace. La priorité ne vise à faire le beau ou à se pavaner devant des médiats dominants d’occupation mentale hostiles, mais plutôt de tout mettre en œuvre pour gagner. Or, « vaincre c’est accepter, par principe, que la vie n’est pas le bien suprême du révolutionnaire (p. 58) ». Quel ascétisme militant ! Y aurait-il implicitement un surhumanisme (voire des vertus nietzschéennes) en gestation ?

rdbol.jpgRévolution dans la révolution ? Expose ainsi une vision exigeante, spartiate même, du militantisme. L’esprit d’abnégation, de service et de sacrifice parcourt tout l’ouvrage. Rejoindre une guérilla dans une jungle hostile ou au cœur d’une montagne inhospitalière secoue, bouleverse et remue les tripes du vieil homme. « On dit bien que nous baignons dans le social : les bains prolongés amollissent. Rien de tel que d’en sortir pour se rendre compte à quel point ces couveuses tièdes infantilisent et embourgeoisent. Les premiers temps dans la montagne, reclus dans la forêt dite vierge, la vie est tout simplement un combat de chaque jour, dans ses moindres détails – et d’abord un combat du guérillero contre lui-même, pour surmonter ses anciennes habitudes, les marques laissées par la couveuse dans son corps, sa faiblesse. L’ennemi à vaincre, dans les premiers mois, c’est lui-même, et on ne sort pas toujours vainqueur de ce combat-là : beaucoup abandonnent, désertent ou redescendent volontairement vers la ville, assumer d’autres tâches (pp. 71 – 72). » Dans un foyer guérillero, on y apprend aussi la fraternité, la solidarité et la communauté. « La première loi d’une guérilla, c’est qu’on n’y survit pas seul. L’intérêt du groupe est l’intérêt de chacun, et vice-versa. Vivre et vaincre, c’est vivre et vaincre tous ensemble. Qu’un seul combattant traîne et reste en arrière de la colonne en marche, c’est toute la colonne qui est compromise, dans sa rapidité et sa sécurité. À l’arrière, il y a l’ennemi : impossible de laisser le compagnon en chemin, ni de le renvoyer. À tous donc, de se répartir sa charge, alléger son sac, ses cartouchières, et de l’entourer jusqu’au but. Dans ces conditions l’égoïsme de classe ne fait pas long feu (p. 119). » Cette approche est cohérente parce que « lutter pour un maximum d’efficacité, c’est lutter en toute occasion pour la réunion de la théorie et de la pratique, et non contre la théorie au nom de la pratique à tout prix (p. 9, souligné par l’auteur) ». Ce livre manifeste une indéniable aspiration soldatique.

Feu sur le trotskysme

Est-ce la raison pour laquelle Régis Debray se montre si sévère à l’égard du trotskysme, cet auxiliaire du libéralisme mutant ? Bien qu’il se décide « un moment à prendre au sérieux la conception trotskyste, et non comme la pure et simple provocation qu’elle est dans la pratique (p. 36) », il assure que « le trotskysme fait mentir le sens commun, en ceci que sa division fait sa force. Il est partout et nulle part, il se livre en se cachant, il n’est jamais ce qu’il est, trotskyste. L’idéologie trotskyste resurgit aujourd’hui de plusieurs côtés, prenant prétexte de quelques échecs transitoires rencontrés par l’action révolutionnaire, mais c’est toujours pour proposer la même “ stratégie de prise de pouvoir ” (p. 34) ». Il estime que « le trotskysme est une métaphysique pavée de bonnes intentions. Il croit en la bonté naturelle des travailleurs, toujours pervertie par les bureaucraties malignes mais dans le fond, jamais abolie (pp. 37 – 38) ». Il continue sa lourde charge contre les tenants de la IVe Internationale : « Parce que le trotskysme arrivé à son point ultime de dégénérescence est une métaphysique médiévale, il est astreint aux monotonies de sa fonction (p. 38). » Ainsi l’auteur rejette-t-il à la fois « trotskysme et réformisme [qui] se donnent la main pour condamner la guerre de guérilla, la freiner ou la saboter (p. 39) ».

7IY_J-l8EHlglGUuWYoPMG-mg5Q.jpgRégis Debray, et par-delà lui, rappelons-le, Fidel Castro, ne valide pas la démarche fixiste, routinière et stérile des héritiers de Léon Bronstein. « Dans certaines conditions, l’instance politique ne se sépare pas de l’instance militaire, elles forment un seul tout organique. Cette organisation, c’est celle de l’Armée populaire dont le noyau est l’armée guérillera. Le Parti d’avant-garde peut exister sous la forme propre du foyer guérillero. La guérilla est le Parti en gestation (pp. 113 – 114, souligné par l’auteur). » Dans l’espoir de l’emporter, « toute ligne militaire dépend d’une ligne politique qu’elle exprime (p. 21) » d’autant que « ce qui est décisif pour l’avenir, c’est l’ouverture de foyers militaires et non de “ foyers ” politiques (p. 129) ». Le foquisme se comprend comme une dynamique aux tactiques mouvantes adaptées à la réalité du terrain et aux circonstances du moment. Il désavoue en outre « l’économisme, c’est la défense exclusive des intérêts professionnels des travailleurs contre les empiétements du pouvoir patronal, à travers le syndicat; comme il est exclu d’attaquer le pouvoir politique des patrons, l’État bourgeois, cette défense accepte et avalise en fait ce qu’elle prétend combattre (p. 24, souligné par l’auteur) ». Il dénie tout sérieux à l’autodéfense. « De même que l’économisme nie le rôle du parti d’avant-garde, de même l’autodéfense nie le rôle du détachement armé, organiquement distinct de la population civile (p. 26). »

Révolution dans la révolution ? Compare volontiers la guérilla à l’autodéfense à l’avantage bien sûr de la première. « L’autodéfense est partielle, la guérilla révolutionnaire vise à la guerre totale, en combinant sous son hégémonie toutes les formes de lutte dans tous les points du territoire. Locale, donc localisée d’emblée, la communauté en autodéfense n’a pas d’initiative : elle ne peut élire le lieu du combat, elle ne bénéficie ni de la mobilité, ni de l’effet de surprise, ni de la capacité de manœuvre (p. 26). » Le foyer guérillero ne se fixe jamais, il bouge en permanence. S’il rassemble trop de combattants par rapport à ses capacités optimales de combat, il doit se scinder pour mieux se pérenniser puisque « la fraction multiplie mais ne divise pas (p. 133) ». Bref, « la base guérillera c’est, selon une expression de Fidel, le territoire à l’intérieur duquel se déplace le guérillero et qui se déplace avec lui. La base d’appui, dans l’étape initiale, elle est dans le havresac du combattant (p. 66) ». N’est-ce pas là une esquisse de la TAZ (zone autonome temporaire) de l’anarchiste étatsunien Hakim Bey reprendre et étoffer dans le courant de la décennie 1990 avec son (5) ? La petite guerre ou guérilla demeure cet affrontement inégal entre un appareil étatique de forces organisées et puissantes et des unités partisanes dispersées et numériquement peu nombreuses. Le choix du terrain d’opération militaire, la soudaineté de l’attaque, la rapidité d’exécution, la capacité de dissimulation, établissent pour un court instant une éphémère égalité, sinon une brève supériorité en faveur des guérilleros.

10659282-17558041.jpg

Usages et mésusages de la violence

À la différence du précédent bolchevik russe, Régis Debray entend que « l’armée populaire sera le noyau du parti et non l’inverse. La guérilla est l’avant-garde politique “ in nuce ” et c’est de son développement seul que peut naître le véritable Parti (p. 125, souligné par l’auteur) ». L’auteur et son mentor, Fidel Castro, ont-ils cependant en tête pendant leurs longues conversations nocturnes l’exemple-phare du Parti-guérilla de la République populaire démocratique de Corée ? Le Parti du travail de Corée émane de la guérilla communiste anti-japonaise des années 1930 et 1940 (6) à l’instar d’ailleurs de l’exemple chinois. « C’est à travers les guerres révolutionnaires de ces dix-huit années, note Mao Tsé-toung, que notre Parti s’est développé, consolidé et bolchévisé, et sans la lutte armée, il n’y aurait pas eu le Parti communiste d’aujourd’hui (7). » Il y a par ailleurs des similitudes entre l’expérience castriste et celle du « Grand Timonier ». « Pour un révolutionnaire, l’échec est un tremplin : théoriquement plus enrichissant que le succès, il accumule une expérience et un savoir (p. 20) ». Cela fait furieusement penser à la célèbre phrase de Mao : « De défaite en défaite, jusqu’à la victoire finale ! (8) » On comprend mieux pourquoi « mon père fut propulsé au rang de “ favori de Fidel ” et de théoricien du régime (9) ».

En bon marxiste, Régis Debray ne peut pas ne pas s’empêcher d’écrire que « la guérilla est à la jacquerie ce que Marx est à Sorel (p. 26) ». Par-delà du mythe mobilisateur de la grève générale, il ne comprend pas la portée déflagratoire de l’auteur des Réflexions sur la violence. Certes, « nous ne sommes jamais tout à fait contemporains de notre présent. L’histoire avance masquée (p. 15). » Sauf qu’en périodes exceptionnelles où l’urgence de la situation permet, facilite et impose une dérogation majeure aux normes conventionnelles, cette période hors norme (ou anormale) que savent si bien satisfaire les structures régaliennes favorables au port obligatoire du masque sanitaire et opposées aux « Gilets jaunes » confirme au contraire toute la pertinence des écrits de Georges Sorel.

s-l400rdche.jpgRévolution dans la révolution ? reste bien une œuvre à part dans l’abondante bibliographie du philosophe. Sa lecture à la fin des années 1970 dans les squats autonomes, organisés ou non, suscitera un engouement considérable, déclenchant chez certains l’intention d’importer en Europe et en France pré-mitterrandienne un activisme armé similaire (10). Bien que maintenant daté, ce manuel de guérilla peut à sa manière aider la véritable dissidence en cours à mieux investir les périphéries à partir de BAD disséminées dans toutes les campagnes pour mieux ensuite assécher les centres métropolitains de la bobocratie cosmopolite…

Georges Feltin-Tracol

Notes

1 : Plutôt que « castriste », Régis Debray parle de « fidéliste ».

2 : Laurence Debray, Fille de révolutionnaires, Stock, 2017, p. 248.

3 : cf. Karl Marx et Friedrich Engels, Écrits militaires. Violence et constitution des États européens modernes, traduit et présenté par Roger Dangeville, L’Herne, coll. « Théorie et Stratégie », n° 5, 1970.

4 : Laurence Debray, op. cit., pp. 65 – 66.

5 : cf. Hakim Bey, T.A.Z. Zone autonome temporaire, traduit de l’anglais par Christine Treguier avec l’assistance de Peter Lamia et Aude Latarget, Éditions de l’Éclat, 2007.

6 : cf. Philippe Pons, Corée du Nord. Un État-guérilla en mutation, Gallimard, coll. « NRF », 2016.

7 : Mao Tsé-toung, « Pour la parution de la revue Le Communiste » (4 octobre 1939), Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome II, dans Citations du président Mao Tsé-toung (Le Petit Livre rouge), Le Seuil, coll. « Politique », 1967, p. 41.

8 : La véritable citation est la suivante : « Lutte, échec, nouvelle lutte, nouvel échec, nouvelle lutte encore, et cela jusqu’à la victoire – telle est la logique du peuple, et lui non plus, il n’ira jamais contre cette logique. » Mao Tsé-toung, « Rejetez vos illusions et préparez-vous à la lutte » (14 août 1949), Œuvres choisies de Mao Tsé-toung, tome IV, dans Citations…, op. cit., p. 45.

9 : Laurence Debray, op. cit., p. 66.

10 : cf. Aurélien Dubuisson, Action directe. Les premières années. Genèse d’un groupe armé 1977 – 1982, Libertalia, coll. « Édition poche », 2018.

• Régis Debray, Révolution dans la révolution ? Lutte armée et lutte politique en Amérique latine, Librairie François Maspero, coll. « Cahiers libres », n° 98, 1967, 139 p.

mercredi, 20 janvier 2021

Géopolitique du Brésil : entre Terre et Mer

Bresil.png

Géopolitique du Brésil : entre Terre et Mer

Par Raphael Machado, dirigeant de « Nôva Resistencia » (Brésil)

Ex: https://therevolutionaryconservative.com

Selon Carl Schmitt, l'essence de la politique est la distinction ami-ennemi. Nous trouvons également, chez Schmitt, une opposition fondamentale dans la géopolitique. En l'occurrence, l'opposition Terre-Mer, à laquelle Schmitt lui-même a consacré d'innombrables pages, mais dont la première formulation se perd dans le brouillard de l'histoire. Cicéron déjà, dans son De Re Publica, fustigeait les thalassocraties de Carthage et de Corinthe pour leur propension à la décadence, associée à une nature "aquatique" selon lui qui s'exprimait concrètement dans leurs stratégies respectives d'expansion coloniale, alors qu'il tenait en haute estime la vertu de la majorité des peuples enracinés dans la terre.

Il pourrait sembler qu'il s'agisse ici d'un sujet extrêmement métaphysique, voire d'un délire symbolique, mais la question de l'opposition terre-mer est si classique qu'elle devient universelle chez les penseurs géopolitiques, indépendamment de leurs orientations idéologiques. En fait, il a été possible de trouver une réciprocité entre les différentes formes d'expressions classiques du pouvoir (terrestre - aquatique) et une sorte de caractère ou de psyché des peuples.

En résumé, les civilisations de la Terre, généralement caractérisées par la présence d'une capitale et de provinces dans les terres voisines, seraient délimitées, en même temps, par un plus grand sens de la continuité, des frontières et des distinctions claires, par une plus grande propension à l'ascétisme et à la guerre ouverte. Les civilisations de la mer, pour la plupart, généralement organisées dans le cadre des relations entre métropole et colonies étrangères, seraient propices à l'indifférenciation, avec une relativisation des concepts et des frontières, avec une tendance psychologique à l'individualisme, à l'utilitarisme et au commerce.

Easyrecyclage_Drapeau_Brésil.jpg

Ce dualisme évident pourrait avoir des résonances intéressantes et pourrait aussi exprimer avec clarté notre perception des inimitiés historiques telles celles de Rome et de Carthage, de Sparte et d’Athènes, de la Grande-Bretagne et de l'Allemagne ou des États-Unis et de la Russie. Cependant,  nous sommes également confrontés à des exemples historiques plus complexes, plus prompts à générer de la confusion, exemples que sont le Portugal et l'Espagne, qui devraient nous intéresser grandement en tant qu'Ibéro-Américains.

Après tout, les États ibériques ont effectivement construit de grands empires coloniaux à l'étranger, organisés selon la logique des relations entre les métropoles qui commandent et les colonies dont on extrait des biens matériels. Alors, ces puissances ibériques étaient-elles des empires thalassocratiques ? Le Portugal et l'Espagne sont-ils liés par la symbolique de la mer ? Le problème est que, d'un point de vue spirituel, psychologique ou sociologique, ce qui signifie que, dans le contexte de l'examen de l'âme d'un peuple, il semble évident que le Portugal et l'Espagne sont liés par la symbolique de la Terre, ils étaient des empires tellurocratiques. Comment résoudre cette contradiction qui implique les patries ibéro-américaines ?

Le professeur André Martin, dont les analyses sont très pertinentes, affirme que le Brésil a une nature "amphibie", c'est-à-dire qu'il est délimité par un mélange entre terre et mer, et que cela devrait déterminer sa géopolitique. Avec tout le respect que je lui dois, nous osons ne pas être d'accord avec cette vision du Brésil. Cela nous semble être une tentative d'échapper à la contradiction fondamentale au lieu d'essayer de la résoudre. En fait, le Brésil a des éléments liés à ces deux symbolismes, mais cela est vrai pour tous les autres peuples, surtout aujourd'hui.

csm_20191024_bresil_d9c326c2d1.jpg

L'élite brésilienne, concentrée sur la côte, incarne les valeurs commerciales et cosmopolites de la mer. Alors que les masses brésiliennes, qui vivent à l'intérieur des terres, incarnent les valeurs conservatrices et enracinées de la Terre. Ce choc, dans lequel les intérêts conservateurs et collectifs d'une masse populaire font face aux intérêts libéraux et individualistes d'une élite cosmopolite, explique en grande partie les phénomènes et les événements politiques au Brésil.

Quelle est l'importance de tout cela ? Si, en dépit de leurs élites, la nature du Brésil est tellurocratique, alors sa géopolitique doit être orientée vers l'autarcie continentale, vers la rencontre civilisationnelle avec ses voisins, et non par la recherche de partenaires commerciaux à l'étranger.

Le Brésil, qui s'est éloigné de nos frères ibéro-américains et s'est rapproché de l'Atlantique, doit retrouver son chemin.

Source :

MACHADO, Raphaël. "Columna de Opinión Internacional (Brasil) del 15.07.2020". Diario La Verdad. Lima, Pérou.

Disponible à l'adresse suivante :

https://comitecentralameri.wixsite.com/ccla/post/la-geopolítica-brasileña-entre-tierra-y-mar

Statues-evangelists-front-shape-Cathedral-of-Brasilia.jpg

vendredi, 08 janvier 2021

Le péronisme dans l'Argentine d'aujourd'hui

Alberto-Cristina-800x490.jpg

Le péronisme dans l'Argentine d'aujourd'hui

Par Esteban Montenegro, Président de NOMOS (Argentine)

Traduit par Zero Schizo

Au-delà de la gauche et de la droite, le péronisme a été caractérisé par le fait d'élever les intérêts du mouvement ouvrier au rang de "cause nationale" devant tous les secteurs concentrés de l'économie ou, du moins, de les équilibrer les uns par rapport aux autres. Ce pourrait être sa définition idéologique. Mais elle serait trop abstraite, si l'on ne tenait pas compte de ses caractéristiques organisationnelles. La proximité de ses organisations avec le peuple et sa grande force de mobilisation en font une clé indispensable à la gouvernabilité du pays. Cette accumulation de pouvoir, ajoutée à une culture politique "décisionnelle", où "celui qui gagne mène et le reste se borne à suivre", a fait que les disputes internes du péronisme et les caractéristiques de son leadership, qui en résulte, décident du sort de la nation. Cela conduit parfois à des paradoxes insurmontables. Par exemple, le néolibéralisme en Argentine a été mis en œuvre avec un succès relatif par la décision d'un dirigeant "péroniste" : Carlos Menem. Et c'est ainsi que l'essence pratique du péronisme réellement existant (la relation personnelle Leader-Peuple à travers quelques organisations intermédiaires libres, mais qui répondent politiquement au principe de ‘’conduction’’) s'est rebellée contre les définitions idéologiques "minimales" qui lui ont donné son existence dans le passé.

Plus récemment, les dirigeants Nestor et Cristina Kirchner ont donné au péronisme une "ressemblance de famille" avec les gouvernements "populistes" de Lula et Chávez. Cela a engendré, en contrepoint, un péronisme plus ou moins opposé et modéré, plus proche de l'économie et de l'établissement médiatique, avec de bonnes relations avec les États-Unis. À l'intérieur, un "kirchnerisme dur" est né à travers de nouvelles organisations, de nature plus juvénile, articulant une synthèse complexe entre des secteurs sociaux-démocrates éclairés, peu ou pas ancrés dans la mouvance péroniste et imaginaire, et des secteurs péronistes "classiques" et "doctrinaires", d'extraction et d'intensité différentes.

Le succès électoral d'un parti libéral pro-marché comme le PRO de Mauricio Macri en 2015 et 2017 s'explique par les erreurs de Kirchner en matière de sécurité publique et de communication politique ; ensuite, par la difficulté du péronisme, dans toute son ampleurs et dans toutes ses facettes, à trouver une voie qui le conduirait à l'unité, non seulement entre ses factions mais, plus encore, entre sa "cause matérielle" pratique et sa "cause formelle" idéologique. Cette dernière engendre la première, car l'efficacité organisationnelle du péronisme n'ira pas loin sans représenter les intérêts de la majorité de ses bases.

alberto_fernandez_presidente_argentina_2019_efe.jpg

En décembre dernier, un nouveau gouvernement péroniste a gagné les élections en Argentine. La personnalité qui a obtenu le plus de voix, mais dont l’image est très négative à cause de sa gestion politique antérieure, est Cristina Kirchner. Elle a introduit sur la scène un péroniste "centriste" pour tenter de faire l'unité, un ex-Kirchneriste mais opposé à la politique du dernier gouvernement Kirchner, trop souvent remis en cause par l'établissement : Alberto Fernández. Qu'on le veuille ou non, on ne peut pas juger Fernandez pour son "éclectisme idéologique", car il est obligé de trouver des compromis entre les différentes factions de son gouvernement, manquant de bases propres et, sur le front extérieur, il devra renégocier le paiement de la dette. Enfin, le président ne sera pas jugé sur ses discours, mais sur ses décisions. Étant donné la crise économique héritée du passé, aggravée par le Covid-19, il devra devenir un leader innovateur, décidé à prendre des mesures drastiques qui conduiront à l'unité de tous les Argentins, tout en visant l'unité du péronisme. Cela ne peut être obtenu qu'en sacrifiant les profits extraordinaires de l'économie extractive et spéculative. Ce n'est peut-être pas ce qui convient le mieux à son style conciliant. Mais ni la classe moyenne ni les secteurs populaires n'ont encore suffisamment de marge de manœuvre pour s'adapter davantage à la situation précarisée. Et ajouter à la crise sanitaire, économique et sociale, une crise politique de la représentation dans le parti populaire majoritaire, serait ouvrir la boîte de Pandore au pire moment possible.

Source :

MONTENEGRO, Esteban. "Columna de Opinión Internacional (Argentina) del 04.06.2020". Diario La Verdad. Lima, Pérou.

Disponible à l'adresse suivante :

https://comitecentralameri.wixsite.com/ccla/post/el-peronismo-en-la-argentina-de-hoy