Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 juin 2024

Le retour des civilisations

07f348c70a4c8b41a4d01f391a121149.jpg

Le retour des civilisations

Carlos X. Blanco

Des relations plus étroites entre les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) peuvent devenir une condition indispensable au dépassement progressif et à l'abandon de l'ONU et d'autres institutions obsolètes, inefficaces ou clairement alignées sur l'hégémon nord-américain.

Récemment - le jour de l'an 2024 - le nombre de pays membres a augmenté, ce qui rend impossible la modification ou l'élargissement de l'acrostiche, et les BRICS élargis peuvent être désignés sous le nom de BRICS+. Les nouveaux pays ajoutés sont issus du monde musulman et africain. L'incorporation complète de l'Argentine, située en marge de ces coordonnées et dotée d'un énorme potentiel pour rejoindre son voisin le Brésil, était prévue, mais le phénomène Milei est venu tout faire dérailler.

Parmi les pays fondateurs et les nouveaux membres, on trouve plusieurs puissances régionales moyennes, occupant des positions stratégiques (Iran, Arabie Saoudite, Brésil, Afrique du Sud), ainsi que des puissances aux possibilités mondiales - et pas seulement régionales - telles que la Russie, la Chine et l'Inde. Bien qu'elles jouissent d'une possibilité d'influence mondiale, ces trois grandes puissances n'ont pas manifesté le désir de devenir « l'hégémon », tout comme les États-Unis sont aujourd'hui un hégémon unipolaire. La vocation de tous les BRICS, qu'ils soient grands, moyens ou petits, est de développer un monde différent, un monde multipolaire.

Toutes ces puissances rencontrent des difficultés dans leur développement, elles ont un « travail inachevé », elles connaissent même des tensions entre elles et manifestent des rivalités sur différents sujets, mais elles ont un telos ou une cause finale : se libérer du joug de l'« hégémon ». L'hégémon américain, déterminé à préserver - par le sang et le feu - son unipolarité, n'admet que des colonies ou des États soumis. Les Etats soumis ont un temps l'illusion d'être des « partenaires et alliés », mots qui semblent renvoyer à une relation d'égal à égal et à une participation proportionnelle ou équitable aux bénéfices du pillage du reste de l'humanité. Mais tout cela s'est avéré être un mensonge.

72961fa9-e285-4f79-aec8-c4aac5cb96de.jpeg

Pendant trop longtemps, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, l'opinion publique et certains gouvernements occidentaux ou pro-occidentaux ont cru à toute cette histoire. Le « monde libre » garantirait à la population soumise la paix, les droits de l'homme, la stabilité démocratique et une société d'abondance pour une classe moyenne en pleine expansion.

L'histoire du « monde libre » a commencé à s'effondrer avec la crise économique mondiale de 2007. Il est devenu évident que les méthodes spéculatives des États-Unis et, en général, de l'anglosphère, n'étaient rien d'autre que des virus très dangereux qui pouvaient infecter toute économie capitaliste qui ne conservait pas certains éléments classiques dans ses règles de fonctionnement : a) un niveau élevé de contrôle étatique dans les sphères financières, monétaires et productives, b) un niveau élevé de protectionnisme dans les industries et l'activité agricole, c) une souveraineté économique totale qui permet une planification productive à long terme et la fermeture relative et strictement réglementée des frontières.

À partir de 1945, les pays occidentaux ont commencé à renoncer à tous les mécanismes et règles qui pouvaient garantir leur souveraineté économique. Celle-ci, ainsi que la souveraineté militaire, qui lui est nécessairement imbriquée, garantit toute souveraineté possible. L'« Occident collectif » est tombé dans une situation coloniale malheureuse : ses économies sont exposées à toutes les infections possibles provenant du système américain, un système progressivement et dangereusement déconnecté de la réalité, basé sur des bulles spéculatives qui tendent à étrangler la production.

ceb4b267-5b97-4df0-a573-fe83343d3ef6.jpeg

La preuve la plus notoire de la situation néocoloniale a été l'affaire « Nord Stream » (en 2022), le sabotage ayant très probablement été effectué sur ordre des États-Unis. L'hégémon, dans sa lutte désespérée pour conserver son pouvoir incontesté et maintenir le monde dans l'unipolarité, n'a pas seulement déclaré la guerre aux puissances en déclin et aux pays du Sud. Depuis des décennies, les Américains mènent également une guerre secrète contre leurs « partenaires, alliés et amis », c'est-à-dire les petites puissances d'Europe occidentale. Pour ce cupide Oncle Sam, il est essentiel qu'en dehors de l'anglosphère (sa première ceinture d'hommes de main et de copains), tout l'Occident non anglo-saxon soit soumis et fonctionne comme une colonie et un champ de bataille.

Les Américains ont ri au nez des Allemands naïfs et impuissants en leur coupant brutalement l'approvisionnement en gaz russe bon marché et proche. La coopération eurasienne tout à fait naturelle et nécessaire, qui comprend l'insertion de la Russie en Europe (les Russes slaves sont des Européens, bien qu'il existe également une Russie asiatique, alors que les Yankees ne le sont pas) ainsi que l'insertion de l'Europe en Asie, dont nous sommes, en fin de compte, un appendice, a été amputée. Lorsque les autorités allemandes ont accepté avec soumission le fait brutal du sabotage, ainsi que l'interdiction intimidante de la brute yankee d'acheter librement du gaz russe et d'accepter le gaz beaucoup plus cher de l'Amérique du Nord, le néocolonialisme de l'hégémon a montré au monde son terrible visage.

a808ab23-c712-444f-bcfa-53145b638650.jpeg

Le reste du monde en a été témoin. Le Sud global a vu comment le maître traite ses hommes de main, les hommes de main du troisième niveau, comme les Allemands et les Français et les autres chiens aboyeurs de l'Union européenne qui sont sur le point de jeter aux orties les restes de leur « État-providence » pour soutenir le dictateur Zelensky et sa clique corrompue et néo-nazie.

Le Vietnam d'Europe centrale qu'est l'Ukraine, l'Afghanistan à deux pas de l'Allemagne et de la France, l'Ukraine ultranationaliste d'où les « marines » et les « collabos » sortent toujours la queue entre les jambes, prétend maintenant être un problème transféré à une Europe indigne. Les Américains laissent la « patate chaude » aux « partenaires » européens, à une UE otanisée qui accepte l'une après l'autre les impositions du Pentagone, et qui permet à des personnages sinistres ou serviles, comme Borrell, Ursula ou le Dr Sanchez (connu sous le nom de « Dr Death/Dr Mort » lors de ses confinements lors de la pandémie du CO VID-19) de se dire « Européens », alors qu'ils ne sont en réalité que les garçons de course du Parti démocrate des Yankees, c'est-à-dire la faction la plus belliciste et criminelle de l'establishment américain, déjà très belliciste et criminel.

En Espagne, notre Docteur Mort local a promis cette semaine même quelque 1100 millions d'euros au dictateur ukrainien, un autre artiste comique devenu boucher. Ce milliard sera consacré aux armes, et ce dans un contexte critique pour l'Espagne, à savoir a) démantèlement progressif de la petite industrie et du secteur agricole du pays, livrés aux lobbies marocains qui contrôlent Madrid et Bruxelles, b) extrême faiblesse de l'armée espagnole, incapable de repousser toute annexion unilatérale ou toute nouvelle « Marche verte » des Marocains vers Ceuta, Melilla, vers les Canaries ou dans le sud de l'Espagne en général, c) l'érosion et le démantèlement progressifs de l'« État-providence » espagnol, déjà précaire, où le nombre de bras inactifs et de bouches affamées ne cesse d'augmenter, en raison du manque d'investissements productifs et de l'accueil illimité de populations africaines et d'autres populations provenant d'autres latitudes.

21fd3271-3d86-4c9b-8366-5ec6317bfe75.jpeg

En Espagne, la pauvreté des enfants et le nombre de foyers brisés sont en augmentation (en partie à cause des politiques de prétendue « autonomisation » des femmes et de l'idéologie LGTBIQ+). Dans le même temps, le système scolaire s'est détérioré de manière inquiétante, l'ignorance et la fraude se propageant à des niveaux plus élevés. La « culture » de l'hédonisme, de l'aboulie, de l'idéologisation de la classe et du manque de rigueur dans l'attribution des diplômes a triomphé. Elle a créé une société moralement malade, décomposée et appauvrie jusqu'à la moelle des os. Des processus similaires sont en cours dans d'autres pays d'Europe occidentale. Le seul moyen de vivre est le secteur des services, le tourisme (le grand destructeur de la diversité productive), la spéculation. Les talents sont mutilés et les gens vivent dans une forte déconnexion par rapport au réel.

Le grand espoir des BRICS+ est que ce réseau ou système de pouvoirs en vienne à fonctionner comme une ONU alternative au sein de laquelle de véritables lois internationales, et pas seulement des « règles », seraient élaborées. Les tyrans établissent des règles, mais le droit et la souveraineté édictent des lois. L'instauration de transactions dédollarisées, l'immunité contre les sanctions arbitraires de l'hégémon, la possibilité de revenir à un financement équitable - et non usuraire - du développement des pays les plus démunis en technologie, en talent et en argent, ouvrent un horizon humaniste. Après la série d'invasions, de coups d'État, de guerres hybrides de conquête, d'assassinats sélectifs, de bombardements « humanitaires », etc., etc. commis par les Yankees, l'humanité avait presque perdu l'espoir qu'une quelconque institution internationale puisse s'élever avec autorité et prestige et être capable de canaliser les relations entre nations souveraines, voire entre civilisations, de manière solidaire, coopérative et anticolonialiste.

L'Organisation de coopération de Shanghai (上海合作组织, Шанхайская организация сотрудничества), l'une des plus importantes au monde en termes de population et de taille de la planète qu'elle représente, peut également constituer une barrière efficace contre l'agressivité prédatrice de l'hégémon américain. Ce type de cadre institutionnel ouvre la porte à une coopération loyale dans tous les domaines : a) transferts commerciaux, financiers et technologiques, b) échanges culturels et éducatifs, c) construction d'environnements sûrs, où le terrorisme financé par les États-Unis et l'OTAN, ainsi que les ONG d'ingérence et autres unités de guerre hybride, sont dûment neutralisés.

global-times-cartoon-weather-balloon-825x510.jpeg

Il est urgent pour nous, habitants d'un Occident colonisé, citoyens d'une Europe prostrée, de créer toutes sortes d'associations culturelles, humanitaires, commerciales, étudiantes et professionnelles, ainsi que des plateformes mixtes pour des rencontres virtuelles et face à face avec ces pays non membres de l'OTAN et non hégémoniques, des pays qui font des pas décisifs vers la désaméricanisation, la dédollarisation, en affrontant le néolibéralisme et le militarisme agressif qui lui est inhérent. C'est à nous, Espagnols, de lancer une mobilisation citoyenne massive contre l'OTAN et contre toute implication dans une guerre suicidaire contre la Russie. Nous devons préconiser la tenue immédiate de conférences de paix pour résoudre le conflit ukrainien et commencer à organiser une politique commune des Européens en faveur d'une plus grande intégration eurasienne. Il est urgent que les nations européennes se réindustrialisent et s'approvisionnent auprès de leurs propres agriculteurs, qu'elles orientent leurs forces armées vers la défense de leur territoire (comme c'est le cas urgent dans le sud de l'Espagne, exposé à l'invasion) et non vers la guerre contre la Russie. Il est nécessaire de collaborer avec la puissance techno-scientifique du 21ème siècle, la Chine, en intégrant nos pays dans sa « nouvelle route de la soie » pour un bénéfice réciproque.

En Espagne, nous savons que les Américains se sont développés à nos dépens. Après avoir dépouillé le Mexique d'une grande partie de son territoire et, peu avant, du territoire espagnol, ils ont exterminé les indigènes d'Amérique, puis ils ont dépouillé l'Espagne de ses provinces de Cuba, Porto Rico, Guam et des Philippines, provoquant ainsi de grands génocides. Depuis lors, l'empire yankee est l'empire de la mort, de la douleur et de l'esclavage. Comme le dit A. Douguine, et pas mal de philosophes chinois actuels, l'empire yankee n'est qu'une parenthèse. L'heure est aux civilisations, plurielles, aux mondes autocentrés mais collaboratifs, aux grands espaces impériaux qui font régner l'ordre à l'intérieur et coopèrent sans coloniser à l'extérieur. Les vieux empires traditionnels reviennent, habillés des vêtements du futur, tandis que la thalassocratie yankee, brutale, anti-traditionnelle et artificielle, se retire.

mardi, 07 mai 2024

La multipolarité en tant que phénomène

8207a6b363e6917eaacde73afc6f8613.jpg

La multipolarité en tant que phénomène

Dimitrios Ekonomou

Source: https://www.geopolitika.ru/el/article/i-polypolikotita-os-gegonos

La multipolarité est un fait et non une théorie académique falsifiable, en particulier par ceux qui désirent obsessionnellement une hégémonie unipolaire utopique des États-Unis. Les événements vont plus vite que l'enracinement dans le système international postulé par la théorie d'un monde multipolaire. Une théorie que Douguine a introduite pour la première fois dans le discours international dans son intégralité en créant un mouvement politique mondial. Beaucoup ont commencé, plus tôt, à parler de multipolarité dans le monde occidental, mais pas complètement et pas toujours dans le contexte intellectuel de l'hégémonie occidentale. La théorie critique (marxiste) et les approches post-théoriques ont ouvert la voie à la prise de conscience que, derrière le mondialisme des derniers siècles, se cache le désir d'hégémonie de la civilisation occidentale et, en particulier au cours des dernières décennies, le désir hégémonique des États-Unis d'exercer leur pouvoir sur le plan matériel et intellectuel afin de mondialiser leurs valeurs prétendument universelles.

6a6dc45d4a2f9d8c558051cbde1458be.jpg

La théorie critique a révélé l'hégémonisme de l'exploitation mondiale caché derrière la nature prétendument coopérative du capitalisme libéral en identifiant complètement l'hégémonie au seul capitalisme, qu'elle accepte comme une étape nécessaire vers la réalisation d'une autre universalité idéologique basée sur l'autre face de la médaille moderne. Les approches post-positivistes ont démontré la localité et la temporalité du phénomène culturel occidental en identifiant l'hégémonie à la perpétuation de la modernité qui ne demande qu'à être débarrassée de tout résidu pré-moderne. L'Occident est un phénomène culturel local dont les valeurs concernent exclusivement une zone géographique spécifique d'influence principalement anglo-saxonne. Huntington va plus loin en reconnaissant dès la « fin de l'histoire » l'existence d'autres cultures qui deviendront les pôles d'un nouveau système, mais toujours dans le cadre réaliste de la compétition internationale.

Telles sont les limites de la perception de l'Occident. Même la reconnaissance de pôles potentiels ne change pas la vision bipolaire du monde de l'Occident : « d'une part, nous, en tant qu'hégémon d'un système unipolaire potentiel et, d'autre part, ceux qui s'opposent à notre globalisme ». Malheureusement pour eux, les « miroirs » de la technologie, du commerce mondial et des transactions économiques, de l'appel à cette partie hédoniste de la nature humaine avec des droits et des haines qui sont une bombe dans les fondations de toute société mais aussi des outils de manipulation et d'hégémonisme autoritaire, n'ont pas fait le travail qu'ils attendaient. Les sociétés qui ont besoin de conserver au plus profond d'elles-mêmes leur conscience collective pré-moderne n'ont été influencées par rien de tout cela, restant profondément traditionnelles et, bien qu'elles soient des États appartenant au système international westphalien, elles n'ont jamais acquis de caractéristiques ethnocratiques. Ce sont des mégapoles culturelles (malheur à ceux qui ont vendu leur histoire et leur âme à l'ethnocratie moderne). Ce phénomène est appelé dans les relations internationales « modernisation sans occidentalisation ». La Chine, l'Inde, la Russie en sont des exemples plus ou moins marqués. L'Islam au Moyen-Orient (malgré les conflits entre sectes) perçoit l'ethnocratie comme un obstacle et la cause de son éclatement.

8b1fe68bded2d3b394a104eff9835f4d.jpg

La théorie multipolaire moderne commence à devenir un choix conscient pour tous ces États multiethniques et multireligieux (qui sont donc une projection postmoderne d'empires pré-modernes) mais qui ont des caractéristiques culturelles claires qui unissent toutes ces distinctions tout en respectant leur diversité. Cela a été particulièrement le cas après l'effondrement du pouvoir absolu des idéologies occidentales en leur sein immédiatement après la fin de la guerre froide. Comme le souligne Huntington, l'effondrement du pôle communiste et la diffusion des valeurs et des institutions libérales capitalistes dans le monde entier ont fait porter la concurrence mondiale non plus sur les idéologies, mais sur les cultures qui en relevaient jusqu'alors. Le capitalisme a été transmis à ces sociétés non pas comme une idéologie mais comme un outil contre l'hégémonie de l'Occident qui veut soumettre les valeurs pré-modernes renaissantes qui ont été couvertes pendant tout le 20ème siècle sous le manteau des idéologies.

Il y a également eu un long débat académique et politique sur la question de savoir si la bipolarité ou la multipolarité est en fin de compte une solution plus pacifique pour le système international afin d'éviter un conflit mondial. La guerre froide a montré, comme l'affirment les universitaires occidentaux, que lorsque le système international est constitué de deux pôles solides, il est stable, les conflits contrôlés se déroulant à la périphérie géographique des deux pôles. Aujourd'hui, l'Occident s'appuie donc sur cette expérience tout en affirmant que le monde multipolaire peut être imprévisible. Il s'agit toujours de justifier son besoin d'hégémonie en poursuivant une compétition bipolaire qui le conduira à nouveau à l'hégémonie mondiale, soit avec un centre mondial et une dispersion du centre de décision au niveau individuel de la soi-disant « société civile », soit avec les États-Unis eux-mêmes au centre (dans les deux cas, nous parlons d'américanisation - d'occidentalisation et d'un melting-pot social mondial).

165057d0643e31bcf28b8618558a4a42.jpg

Au contraire, dans le domaine des relations internationales, il est désormais clair qu'un monde multipolaire peut être stable et éviter plus facilement une guerre mondiale. Peut-être même plus que la bipolarité puisque l'élément de polarisation est absent. Dans ce cas, les conflits peuvent être plus nombreux et régionaux, mais il y a plus de flexibilité en raison d'une polarisation réduite par rapport à la polarisation extrême d'un système bipolaire. En outre, les nouveaux pôles du système mondial, du moins ceux qui sont déjà formés et fonctionnent consciemment comme des forces polaires, n'ont pas le potentiel de devenir hégémoniques. Le seul à rechercher l'hégémonie est l'euro-atlantisme. C'est dans cette fluidité que se joue le jeu actuel, où émergent d'une part des pôles indépendants qui reconnaissent un monde multipolaire et d'autre part une puissance hégémonique qui continue à voir le monde de manière hégémonique. C'est-à-dire potentiellement unipolaire et conventionnellement bipolaire (nous, les vainqueurs de la guerre froide, qui sommes à juste titre hégémoniques dans le système mondial, contre ceux qui contestent notre victoire et notre hégémonie). Bref, le système actuel est multipolaire, mais le refus de l'Occident de voir la réalité le rend dangereux. D'ailleurs, si l'euro-atlantisme reconnaissait l'existence de plusieurs pôles et pas seulement d'une zone de « barbares » située à la périphérie, cela l'obligerait à se rendre compte qu'il ne peut pas être une puissance hégémonique, qu'il est un phénomène culturel historiquement et géographiquement limité et que sa prétention à universaliser ses valeurs ne repose que sur le droit que lui confère sa puissance économique et militaire. S'il existe une chance d'éviter la Troisième Guerre mondiale, c'est uniquement la prise de conscience par les Etats-Unis qu'ils sont un pôle parmi sept autres et sont géographiquement confinés à leur sphère d'influence traditionnelle.

Sinon, les avant-postes de l'impérialisme-hégémonie (Ukraine, Israël, Taïwan et, dans un avenir proche, d'autres États situés à la périphérie des pôles), qui sont les outils de l'Occident pour poursuivre sa pénétration en Eurasie, deviendront les éléments déclencheurs de la dernière phase militaire d'une nouvelle guerre mondiale. Afin d'aider la théorie à échapper aux débats théoriques constants et à déterminer quel système polaire est le plus stable, nous pouvons dire que si l'Occident insiste sur la lecture bipolaire, le système bipolaire sera considéré comme le plus destructeur dans la littérature des relations internationales, et non la multipolarité... S'il est logique de poursuivre la littérature internationaliste après quelques explosions nucléaires...

jeudi, 18 avril 2024

Alexandre Douguine: "L'émergence de la multipolarité"

Alexander_Dugin_dc.jpg

L'émergence de la multipolarité

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/zarozhdayushchayasya-mnogopolyarnost

Entretien d'Alexandre Douguine avec Eren Yeşilürt

Cet entretien d'Alexandre Douguine a été réalisé le 12 février et publié le 18 mars 2024 sous la houlette du journaliste turc Eren Yeşilürt, un soufi proche du traditionalisme et de la philosophie islamique. L'entretien est consacré aux problèmes de la multipolarité et du choc des civilisations. Matériel original : https://erenyesilyurt.com/index.php/2024/03/18/alexander-dugin-rus-ortodokslugu-baskaldiran-bir-guc-olarak-bati-hegemonyasina-karsi-ana-kaynaktir/

Eren Yesilürt : Cela fait longtemps que je pense à réaliser une série d'interviews sur le concept de "révolution conservatrice". Je voulais interviewer des personnes connues dans le monde comme des révolutionnaires conservateurs et rendre compte de leurs réflexions. J'ai voulu commencer par le nom d'Alexandre Douguine. Mon objectif était de comprendre comment le concept de révolution conservatrice a façonné la politique russe, plutôt que de propager et d'approuver les idées qu'il représente.

Q : Aux XIXe et XXe siècles, le concept d'Occident a pris une signification différente. Selon vous, que signifie la notion d'Occident aujourd'hui et a-t-elle un avenir ?

Je pense que le concept d'Occident est le concept d'une civilisation particulière, une civilisation occidentale qui prétendait et prétend toujours être universelle. Donc, le concept d'Occident, c'est le concept d'une sorte d'universalisme, qui est une projection de la culture de la partie occidentale de l'humanité, c'est-à-dire européenne, ouest-européenne et nord-américaine. Ainsi, l'Occident signifie civilisation, mais cette civilisation particulière a toujours prétendu être une civilisation unique, et tout le reste était considéré comme n'étant pas de la civilisation mais de la barbarie, de la sauvagerie... Ainsi, le mot "civilisation" était utilisé au singulier, et l'Occident s'identifiait et s'identifie toujours à l'humanité. Si l'humanité n'est pas assez occidentalisée, elle est sous-humaine. Auparavant, il s'agissait d'un sens purement racial et biologique, aujourd'hui il s'agit d'un sens économique ou culturel.

Tout ce qui coïncide, tout ce qui s'inscrit dans la culture, l'économie et le système politique de l'Occident libéral moderne est considéré comme moderne, progressiste et civilisé... Et tout ce qui ne s'inscrit pas dans ce cadre est considéré comme sous-développé ou comme relevants de "marchés émergents", etc.

Mais cette civilisation occidentale a évidemment ses étapes, ses phases, ses époques. Elle a commencé avec la civilisation chrétienne, catholique, après que le christianisme occidental a été divisé en deux parties, de sorte que les versions catholique et protestante de la civilisation occidentale ont émergé. Ensuite, le capitalisme et la laïcité se sont fondés principalement sur la laïcisation de la civilisation protestante d'Europe du Nord, comme l'a très bien montré Max Weber dans son célèbre ouvrage. Petit à petit, l'Occident a identifié sa culture au libéralisme, à la version anglo-saxonne du libéralisme mondialiste universel.

Donc, si on regarde toutes ces étapes de la civilisation occidentale, il y a quelque chose de commun et quelque chose de différent, parce que le développement de la civilisation occidentale est orienté vers l'absolutisation de l'individualisme. Le libéralisme avait autrefois un sens différent de celui qu'il a aujourd'hui.

Ainsi, le processus de maturation de la pensée libérale, du système libéral et de la civilisation libérale a connu différents moments. En commençant par la compréhension individualiste de la relation entre l'homme et Dieu dans le protestantisme, le premier protestantisme, après la destruction des domaines traditionnels, de l'empire, de la structure sociale du Moyen Âge, les a amenés à des États-nations, ce qui est devenu l'ordre mondial. L'étape suivante a été la destruction, la désintégration des États-nations, utilisés par la même tendance, la même tendance libérale, la tendance réaliste en faveur de la société civile. Et cette société civile a commencé à devenir une société mondiale plutôt qu'un État-nation. Ensuite, il y a eu la victoire de sa version socialiste de la modernité ou la victoire du communisme, du communisme soviétique.

Cette tendance libérale a atteint un point de libération de l'individualité par rapport à l'identité de genre, connu sous le nom de politique de genre. Lorsque le genre et le sexe sont devenus facultatifs, c'est l'étape suivante de la civilisation. Et maintenant, nous sommes au seuil de la dernière étape où cette civilisation libérale mettra fin à l'humanité, parce que l'être humain est une identité collective. Nous approchons de la dernière étape de cette civilisation occidentale. Il y a donc quelque chose en commun : la civilisation occidentale a un universalisme ethnocentrique qui prétend être une civilisation unique et un critère pour tout type de civilisation. C'est aussi le racisme culturel de l'Occident.....

Maintenant que l'Occident s'est identifié au libéralisme, au libéralisme anglo-saxon, nous avons une civilisation mondialiste, une civilisation occidentale qui s'est mondialisée, avec un nouveau programme de destruction des familles traditionnelles et des relations traditionnelles entre les genres, entre les sexes. Et maintenant, la dernière étape est la perte de l'identité humaine. Ainsi, à chaque étape de son développement, l'Occident a signifié différentes choses, mais cela a été son noyau, et nous savons très bien ce que l'Occident appelle lui-même : c'est le progrès, l'idée d'une augmentation progressive des libertés individuelles et l'idéologie des droits de l'homme, le développement progressif, la modernité et la postmodernité.

Mais nous pouvons aussi l'envisager sous un autre angle, celui d'une société traditionnelle. Toute religion traditionnelle définirait immédiatement la civilisation occidentale des derniers siècles comme l'Antéchrist, une civilisation antichrétienne, le royaume de l'Antéchrist... comme Dajjala dans la perspective islamique, comme Kali Yuga dans la perspective hindoue, ou comme une grande maladie aux yeux de la culture chinoise, parce que la culture chinoise est basée sur l'équilibre, et la civilisation occidentale, depuis le tout début, est quelque chose de totalement déséquilibré, un schisme paranoïaque sans aucune harmonie, tellement conflictuel par nature. Ainsi, tout d'abord, nous devons comprendre que l'Occident n'est qu'une des civilisations qui peut poser ses limites, mais nous devons également tenir compte des différentes époques, des différents stades de civilisation, où la notion même d'Occident a changé au fil du temps sur le plan culturel, politique, social, intellectuel, philosophique et ainsi de suite. Il y a donc des différences et une unité.

Il faut donc avant tout redéfinir l'Occident et le replacer dans le cadre des autres civilisations, et nous devons lutter non pas contre l'Occident en tant que tel, mais avant tout contre sa prétention à être quelque chose d'universel, parce qu'il n'est pas universel. Il y a autour de lui des cultures et des civilisations différentes. Et la lutte... cette lutte s'appelle la multipolarité contre l'unipolarité. Mais pour comprendre cela, il faut d'abord comprendre la nature de l'Occident.

6a86b9e731b55b9c6ea85132e7c36f5e.jpg

Question : La Russie dispose-t-elle aujourd'hui d'une éthique capable de s'opposer à l'Occident et au "capitalisme satanique" ? D'où peut venir aujourd'hui la proposition éthique et idéologique la plus forte contre l'hégémonie mondiale de l'Occident ? Pour nous (musulmans), l'orthodoxie fait partie de la civilisation occidentale. L'orthodoxie russe peut-elle devenir une force contre-hégémonique en dehors du monde islamique ?

Tout d'abord, nous devons comprendre, comme je l'ai déjà expliqué dans ma réponse à la première question, ce qu'est l'Occident. Nous devons tenir compte, dans une perspective historique, du fait que l'Occident d'aujourd'hui est différent de ce que l'on entendait par Occident, de ce qui était l'Occident à l'origine. Il y a eu une scission entre l'orthodoxie orientale, le christianisme oriental et le christianisme occidental aux neuvième et dixième siècles, et même bien avant Charlemagne, de sorte qu'il y avait déjà une scission. Nous ne pouvons donc pas dire que la Russie fait partie de l'Occident, car l'Occident s'est divisé entre le christianisme oriental et le christianisme occidental. Dès le début de notre civilisation russe, nous, les héritiers de Byzance, avons hérité du christianisme oriental. Il est faux de considérer la Russie comme la voie de l'Occident, car la Russie était un christianisme oriental, différent à bien des égards du christianisme occidental. Ainsi, notre orthodoxie, le christianisme oriental, bien avant la modernité, considérait le christianisme occidental comme une chute pécheresse, une hérésie, une sorte de perversion satanique des enseignements du Christ. Nos différences éthiques avec l'Occident sont donc très, très anciennes, et pas seulement aujourd'hui. Le capitalisme n'est pas la continuation directe de la civilisation occidentale chrétienne, mais c'est un phénomène antichrétien au sein de la civilisation occidentale.

C'était un terme antichrétien, un visage antichrétien de la civilisation occidentale, et nous devons tenir compte du fait que la modernité était laïque, que le capitalisme était antireligieux dès le départ. Le capitalisme ne se fonde que sur la vie terrestre et néglige et rejette toute relation avec la vie éternelle. Ainsi, le capitalisme et le sécularisme ne reconnaissent pas les enseignements du Christ, ils sont antichrétiens au sein de la civilisation occidentale.

Cathedrale_20.jpg

C'est pourquoi nous, Russes, chrétiens, aidons encore aujourd'hui la Russie à faire revivre l'éthique traditionnelle et à opérer un retour conservateur aux racines de notre propre civilisation eurasienne orthodoxe russe, et non à celles de la civilisation occidentale. Cette renaissance de l'éthique de notre identité a deux ou peut-être trois raisons, trois raisons principales de rejeter l'Occident. Tout d'abord, j'ai déjà mentionné la raison pour laquelle l'orthodoxie orientale, le christianisme oriental, est différent et opposé au christianisme occidental depuis le tout début. Toute notre histoire en tant qu'État et en tant que culture s'est construite sur cette différence entre nous et eux. Et c'est la raison pour laquelle de nombreuses batailles et guerres anti-occidentales ont eu lieu dans le passé, dans le passé russe. D'un point de vue éthique, nous disposons donc d'une base solide pour combattre l'Occident et rejeter la civilisation occidentale dès son stade chrétien. Ainsi, parce que nous étions des branches différentes, des branches conflictuelles du christianisme, on a supposé que le christianisme occidental était une hérésie, quelque chose qui n'était pas vraiment chrétien, et c'est la première chose. C'est la base éthique du rejet de tout ce qui est occidental.

Deuxièmement, en revenant à nos racines chrétiennes, nous rejetons radicalement la civilisation occidentale capitaliste, laïque et anti-chrétienne. Être chrétien ou être laïque, laïque, ces positions s'excluent mutuellement. Nous rejetons donc l'Occident en raison de sa nature antireligieuse, antichrétienne et antichrétienne.

bdc8c5a2230ec027d1f050195a9d8c24.jpg

Et troisièmement, notre base éthique est le rejet, le rejet des prétentions de la culture occidentale moderne, postmoderne, laïque, LGBT et transhumaniste à être universelle. Nous avons donc trois raisons et résonances éthiques de rejeter le capitalisme satanique occidental parce que, premièrement, y compris ses origines, il n'était pas orthodoxe, ce qui, à notre avis, est une erreur. Deuxièmement, il était basé sur un rejet du christianisme traditionnel, y compris des valeurs occidentales.

Troisièmement, telle qu'elle se présente aujourd'hui, la civilisation libérale mondiale occidentale LGBT représente le pur royaume de l'Antéchrist. Nous avons donc trois raisons de rejeter la civilisation occidentale, et il est donc totalement erroné de considérer les Russes comme des Occidentaux.

Vous, les musulmans, avez donc tout simplement tort, car vous considérez à tort que l'orthodoxie fait partie de la civilisation occidentale. J'ai expliqué pourquoi ce point de vue est totalement erroné. C'est pourquoi l'orthodoxie russe est une source majeure de pouvoir contre-hégémonique, et je pense que c'est la raison pour laquelle nous combattons l'hégémonie, l'hégémonie occidentale en Ukraine et ailleurs, et le monde islamique n'est pas prêt à aider votre frère musulman à Gaza. Le monde musulman, qui prétend être une puissance anti-occidentale, n'a rien pu faire contre elle....

Aujourd'hui, la véritable force, l'unique force qui lutte contre l'hégémonie américaine, contre le royaume de Dajjal et l'Antéchrist, c'est la Russie orthodoxe, la Russie chrétienne. C'est pourquoi il serait totalement erroné de l'identifier à une partie de la culture et de la civilisation occidentales. Nous sommes une civilisation différente et complètement distincte, qui fait partie du christianisme oriental depuis le tout début et qui est doublée d'une identité mongole et touranienne, qui n'a rien à voir avec l'Occident.

23c8ef8cb96b3f7a0405802390ee4d0a.jpg

Q : Comment voyez-vous le paysage géopolitique du monde actuel ? Depuis l'effondrement de l'Union soviétique, certains affirment que le monde est passé de la bipolarité à l'unipolarité. Considérez-vous ce processus comme une transition douloureuse vers un monde multipolaire ?

Je pense que nous avons contribué à créer différents paysages mondiaux au cours des cent dernières années. Par exemple, dans la première moitié du XXe siècle, le monde était tripolaire et reposait sur trois idéologies. Il y avait le camp libéral, la Russie communiste et l'Europe fasciste. Il y avait donc, en quelque sorte, trois mondes polaires. Quelle est la souveraineté d'un État-nation autre que les grands États ? Je dirais l'Union anglo-saxonne, l'Allemagne et la Russie soviétique. Il y avait donc trois pôles.

Après la fin de la Seconde Guerre mondiale, un monde bipolaire a émergé avec deux pôles : le camp communiste et le camp capitaliste. Après l'effondrement de l'Union soviétique, il ne restait plus qu'un monde unipolaire, un moment unipolaire qui a duré jusqu'à aujourd'hui. À certains égards, il existe toujours, car la puissance accumulée par l'Occident est supérieure à celle de son éventuel adversaire virtuel. Néanmoins, nous assistons aujourd'hui à l'affirmation de nouveaux pôles dans le processus de formation d'une alliance contre-hégémonique. Ce n'est pas très clairement et précisément défini, mais c'est l'émergence de la multipolarité.

fc31cef51f84e1abfd53bbe6206ea0a7.jpg

Nous pouvons observer cette multipolarité émergente avec deux pôles presque entièrement établis. La Russie lutte contre l'unipolarité, car la lutte en Ukraine est une lutte de la multipolarité contre l'unipolarité. La Russie s'affirme donc comme un pôle, un pôle indépendant du monde multipolaire. Nous constatons que la Chine est entrée en conflit principalement dans la sphère économique avec l'hégémonie économique de l'Occident, qui est un pôle très significatif et très réel. Nous avons une nouvelle version d'un monde tripolaire, mais nous avons aussi l'Inde. L'Inde est désormais le quatrième pôle, presque parfait, presque complet, mais qui affirme de plus en plus son indépendance. Nous avons potentiellement, virtuellement un pôle islamique, mais à moins que l'Islam ne puisse surmonter son hostilité et ses contradictions internes, cette qualité du nouveau pôle pourrait être suspendue. Nous voyons clairement, comme je l'ai dit, qu'il existe dans le monde islamique un pôle chiite radicalement opposé à l'hégémonie mondiale. Et il y a de nombreux problèmes avec le reste du monde islamique. Mais certaines tendances permettent d'espérer que le monde islamique émerge enfin en tant que pôle indépendant dans le contexte de la multipolarité.

Les BRICS, par exemple, peuvent être considérés comme la structure de la multipolarité future. Le fait que non seulement l'Iran, mais aussi les pays sunnites que sont l'Arabie saoudite, les Émirats et l'Égypte aient rejoint les BRICS à Johannesburg est un très bon signe. Mais vous êtes maintenant invités à vous battre pour ces ambitions et la plupart des pays sunnites préfèrent rester en quelque sorte neutres. Je pense que c'est une grande déception pour les vrais musulmans dans le monde, où il y a un moment, un moment pour défendre leur souveraineté, leur dignité religieuse et idéologique. Vous n'êtes pas présents sur le champ de bataille, et je pense que c'est très triste, parce que ce qu'Israël et l'Occident font à Gaza est un véritable crime et un génocide, et vous le regardez sans passion et sans réaction. La polémicité de l'islam, malgré sa revendication religieuse idéologique, est donc désormais discutable. Elle n'est donc pas certifiée, elle n'est pas étayée par des faits.

ghows-WL-0dd7308c-20f0-3542-e053-0100007fbf68-a32b0e97.jpg

L'Afrique essaie aussi de devenir un pôle, et l'Afrique du Sud et l'Éthiopie sont les deux pays BRICS, et l'Afrique de l'Ouest autour du Mali, du Niger, du Burkina Faso, du Gabon, de la République centrafricaine... Ils essaient de construire leur pôle africain indépendant, et c'est une très, très bonne initiative, mais la formation de ce pôle panafricain n'en est qu'à la première étape, au tout début. Il y a aussi l'Amérique latine, un autre pôle suivant. Le Brésil est présent dans les BRICS.

Nous avons donc une sorte de multipolarité naissante dans laquelle certains des pôles - la Russie et la Chine - sont totalement achevés. D'autres le sont à moitié ou presque, comme l'Inde. Le pôle islamique est en cours de formation, tout comme l'Afrique et l'Amérique latine. Il s'agit de la transition vers un monde multipolaire, mais pour y arriver, il faut gagner. Nous ne pouvons pas nous contenter d'attendre que le monde multipolaire arrive, nous devons nous battre pour lui. Sinon, il ne viendra pas. Si vous n'êtes pas le monde musulman, si vous n'êtes pas suffisamment unis, vous ne pouvez pas et ne pourrez pas vaincre la coalition occidentale. Je pense donc que le statut de pôle sera suspendu pour l'Islam. Mais ce processus est inévitable, c'est un processus de guerre.

Q : Nous avons vu l'attitude de l'Occident à l'égard de l'occupation israélienne de la Palestine. Le monde est-il entraîné dans un "choc des civilisations" à la Huntington ? Pensez-vous que cette thèse soit toujours d'actualité ?

Oui, bien sûr. L'occupation israélienne de la Palestine, c'est l'hégémonie de l'Occident. Il s'agit d'un choc des civilisations lorsqu'Israël, une civilisation ou une culture très spécifique, est utilisé dans la géopolitique occidentale et le mondialisme occidental principalement contre l'Islam. Nous présentons donc le choc des civilisations dans la bande de Gaza et au Moyen-Orient comme une guerre entre l'unipolarité, représentée par la civilisation occidentale, et la multipolarité. Mais cette fois, la civilisation islamique est mise à l'épreuve. Elle doit prouver qu'elle est une civilisation, un pôle capable de maintenir son unité, son indépendance et sa souveraineté.

78fcf691a927292ca2e4c0eef1525b0f.jpg

Je pense donc que nous avons un autre front de choc des civilisations en Ukraine, avec la Russie qui lutte désespérément contre l'Occident. J'ai souligné à plusieurs reprises dans cet entretien l'importance d'inclure d'autres pays islamiques dans la lutte pour relever le défi, car il est impossible d'affirmer le statut de la civilisation dans les circonstances actuelles sans vaincre la partie agressive.

Cette fois-ci, la partie agressive est l'Occident, qui attaque directement les civilisations islamiques et tue des musulmans simplement parce qu'ils sont musulmans. Je pense qu'il est temps de réagir. Le choc des civilisations est donc la bonne thèse. Sans elle, nous ne pourrions pas rêver de multipolarité. Nous devons dépasser cela. Nous devons passer par cette épreuve, ce test, pour créer un meilleur ordre mondial, plus juste, plus équilibré et plus harmonieux. Mais sans une victoire commune sur l'hégémonie, c'est impensable.

Traduit du turc et de l'anglais par Maxim Medovarov

lundi, 15 avril 2024

Au-delà de l'Occident collectif

9108india_russiachina.jpg

Au-delà de l'Occident collectif

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/oltre-alloccidente-collettivo

Outre l'Occident collectif, trois civilisations se sont regroupées en ce que l'on peut d'ores et déjà appeler des États-civilisations. Il s'agit de la Russie, de la Chine et de l'Inde. Ce sont les pôles tout désignés d'un monde multipolaire. Aujourd'hui, un triangle stratégique d'une importance fondamentale s'est formé entre Moscou, Pékin et Delhi.

foto-Primakov.jpg

Il faut rendre hommage à Evgueni Primakov qui en parlait déjà dans les années 1990, alors que c'était loin d'être évident. Il s'agit maintenant de donner une description "dense" de ces trois civilisations-états, qui se sont déjà déclarées pôles, mais qui n'en sont qu'au premier stade d'une pleine prise de conscience de ce qu'elle est et de ce qui en découle.

cfaa19ae53e3661c47bf4299cbbdd721.jpg

La civilisation des États n'est pas seulement celle des États-nations respectifs. C'est la Grande Russie, la Russie en tant qu'Eurasie. C'est la Chine en tant que Tiansya. C'est l'Inde de l'Akhand Bharat. Certes, ils sont en cours de formation, mais, fondamentalement, ils sont déjà là. Ce n'est qu'après une description théorique correcte et approfondie que le contenu de leur relation - y compris les différences et les contradictions - deviendra clair. Le format RIC (Russie, Inde, Chine) a précédé les BRICS+ mais a survécu. Il pourrait être intéressant de le ressusciter, car ce sont là des pôles tout prêts.

Bien sûr, d'autres pôles émergent: islamiques, africains et latino-américains. Il existe des centres de souveraineté civile, mais le niveau d'intégration est encore insuffisant pour parler de pôle. Les BRICS+ rassemblent les six civilisations non occidentales, mais parmi elles, les RIC ont fait plus de progrès que les autres.

La présidence russe des BRICS+ cette année montre qu'il est peu probable que ce projet aille plus loin. Il y a de nombreuses raisons à cela, notamment le manque de compréhension de la philosophie de la multipolarité par les responsables des BRICS+. Seul le premier atteint l'échelle. En ce qui concerne les deuxième et troisième, cette vision s'estompe, se dissipe, mais le format des BRICS+ lui-même, qui est sans aucun doute magnifique et qui fera date, est trop en avance sur le niveau de conscience et détourne l'attention des spécificités.

Il est temps de s'intéresser au RIC. Premièrement, il est déjà plus concret, deuxièmement, nous parlons de trois États-civilisations prêts à l'emploi, et troisièmement, il y a suffisamment de problèmes et pour aller de l'avant, nous devons résoudre les nœuds de contradiction accumulés. Premièrement, essayer de démêler le nœud des problèmes géopolitiques transfrontaliers sino-indiens, dont la présence pousse New Delhi vers l'Occident, ce qui sape objectivement le multipolarisme.

 

19:52 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : chine, russie, inde, ric, brics, multipolarité, alexandre douguine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 23 mars 2024

Alexandre Douguine - Multipolarité : l'ère de la grande transition

a4733796ec642736992222384232b68d.jpg

Multipolarité : l'ère de la grande transition

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/mnogopolyarnost-epoha-bolshogo-perehoda

Nous vivons une époque de grande transition. L'ère du monde unipolaire touche à sa fin et l'ère de la multipolarité arrive. Les changements dans l'architecture globale de l'ordre mondial sont fondamentaux. Parfois, les processus se déroulent si rapidement que l'opinion publique est à la traîne. Il est d'autant plus important de s'attacher à comprendre les événements grandioses qui secouent l'humanité.

Personne - sauf les fanatiques - ne peut nier le fait que l'Occident, après l'effondrement du système socialiste et de l'URSS, a reçu une chance unique de devenir le seul leader mondial, et qu'il n'a pas rempli cette mission. Au lieu d'une politique mondiale raisonnable, juste et équilibrée, l'Occident s'est tourné vers l'hégémonie, le néocolonialisme, agissant dans ses intérêts égoïstes et prédateurs, appliquant deux poids deux mesures, alimentant des guerres et des conflits sanglants, dressant les peuples et les religions les uns contre les autres. Il ne s'agit pas d'un leadership, mais d'un impérialisme agressif, qui perpétue les pires traditions de ce même Occident - le principe de diviser pour régner, la colonisation, essentiellement l'esclavage.

L'effondrement du leadership de l'Occident collectif s'accompagne et s'intensifie avec le rapide déclin moral de la culture occidentale. Les valeurs promues de force et avec obstination par l'Occident - LGBT, migration incontrôlée, légalisation de toutes sortes de perversions, culture de l'abolition (= cancel culture), purges brutales et répression de tous les dissidents, perte des principes humanistes et volonté d'évoluer vers la domination par l'intelligence artificielle et par le transhumanisme - ont encore réduit le prestige de l'Occident aux yeux de l'humanité mondiale. L'Occident n'est plus le modèle universel, l'autorité suprême ou le modèle à suivre.

1bcea3c483f513411d85123abbb5e64e.jpg

Ainsi, en opposition à l'hégémonie unipolaire, un nouveau monde multipolaire est né. C'est la réponse des grandes civilisations anciennes et originales, des États et des peuples souverains au défi du mondialisme.

Dès à présent, nous pouvons dire que l'humanité globale a commencé à construire intensivement des pôles civilisationnels indépendants. Il s'agit tout d'abord de la Russie, qui s'est réveillée de son sommeil, de la Chine, qui a fait une percée rapide, du monde islamique spirituellement mobilisé et de l'Inde, qui est gigantesque en termes de démographie et de potentiel économique. L'Afrique et l'Amérique latine sont sur le chemin, s'acheminant avec persévérance, vers l'intégration et la souveraineté de leurs grands espaces.

Les représentants de toutes ces civilisations sont aujourd'hui réunis au sein des BRICS. C'est ici que se forment les paramètres du nouveau monde multipolaire, que se développent ses principes, ses valeurs traditionnelles, ses règles et ses normes. Et ce, sur la base d'une véritable justice, du respect des positions des autres, avec de véritables proportions démocratiques et sans aucune tentative de faire prétendre l'un des pôles à l'hégémonie. Les BRICS sont une alliance anti-hégémonique où se concentrent aujourd'hui les principales ressources de l'humanité - humaines, économiques, naturelles, intellectuelles, scientifiques et technologiques.

Le monde unipolaire appartient au passé. Le monde multipolaire est l'avenir.

Si l'Occident renonce à son hégémonie violente et à sa politique de néocolonialisme, s'il reconnaît la souveraineté et la subjectivité de chaque civilisation humaine, s'il refuse d'imposer par la force ses règles, ses normes et ses valeurs, manifestement rejetées aujourd'hui par la majorité de l'humanité, il pourrait devenir un pôle respecté et souverain - reconnu par tous les autres et existant dans le contexte d'un dialogue amical et égalitaire entre les civilisations.

Tel est l'objectif de la construction d'un monde multipolaire: établir un modèle harmonieux d'existence amicale et équilibrée de toutes les civilisations de la Terre, sans établir de hiérarchies et sans reconnaître l'hégémonie de l'une d'entre elles.

01fb97307be499c6689a7d5909bcfa8a.jpg

La plupart des civilisations - russe, chinoise, indienne, islamique, africaine et latino-américaine - se tournent aujourd'hui unanimement vers les valeurs traditionnelles, vers le sacré, vers le contenu spirituel de leurs cultures et de leurs sociétés. Il est impossible de progresser sans s'appuyer sur l'identité profonde; le contraire conduira à la dégénérescence et à la dégradation de l'homme lui-même. Bien que les valeurs traditionnelles diffèrent d'une nation à l'autre, elles ont toujours quelque chose en commun: la sainteté, la foi, la famille, le pouvoir, le patriotisme, la volonté de bien et de vérité, le respect de l'être humain, de sa liberté et de sa dignité.

Le monde multipolaire est fondé sur des valeurs traditionnelles qui sont reconnues et protégées dans chaque civilisation.

L'idée principale de la multipolarité est la paix et l'harmonie. Mais il est évident que tout changement dans l'ordre mondial - en particulier un changement aussi important - se heurte invariablement à une résistance farouche de la part de l'ancienne structure. La vague descendante du monde unipolaire empêche la vague ascendante du monde multipolaire. Cela explique la plupart des conflits actuels - en Ukraine, en Palestine et au Moyen-Orient, l'escalade des tensions dans le Pacifique autour de la Chine, les guerres commerciales, les politiques de sanctions, ainsi que l'amertume et la haine de l'hégémon en déclin à l'égard de tous ceux qui le défient.

Mais le mondialisme unipolaire n'a aucune chance de l'emporter et de maintenir son "leadership" complètement discrédité si les partisans de la multipolarité - et il s'agit de l'humanité globale (et en Occident même, où le pourcentage de personnes sobres d'esprit et dotées d'une conscience indépendante qui ne succombe pas à la propagande est encore très élevé) - se serrent les coudes, comprennent clairement les contours du nouveau monde et se soutiennent mutuellement dans la lutte commune pour un système juste et véritablement démocratique.

C'est l'essentiel aujourd'hui: comprendre les contours du nouvel ordre mondial multipolaire et polycentrique, poser les principes de l'amitié, du respect et de la confiance entre les civilisations, lutter unanimement pour la paix et l'harmonie, renforcer nos valeurs traditionnelles et respecter les valeurs traditionnelles d'autrui.

Si nous opposons tous ensemble la volonté universelle de paix aux instigateurs mondialistes des guerres et des conflits sanglants, aux commanditaires des révolutions de couleur et à la décadence de la morale publique, nous gagnerons sans qu'un seul coup de feu ne soit tiré. L'Occident collectif - malgré son potentiel encore assez important - ne pourra pas s'opposer seul à l'unité de l'humanité.

thuwpkmbnail.png

Cette année, en 2024, la Russie présidera le groupe BRICS. C'est un acte profondément symbolique. Il y a beaucoup à faire dans cette direction - admettre de nouveaux membres, développer et lancer de nouveaux mécanismes économiques, faire fonctionner les institutions financières (en premier lieu, la banque des BRICS), promouvoir la sécurité et la résolution des conflits, intensifier les échanges culturels entre les civilisations. Mais surtout, nous devrons tous non seulement comprendre, mais aussi développer, créer et établir une philosophie de la multipolarité, apprendre à vivre avec notre propre esprit et procéder à une profonde décolonisation de la conscience, de la culture, de la science et de l'éducation. Au cours des époques de sa domination coloniale, l'Occident a réussi à inculquer à de nombreuses sociétés non occidentales l'idée fausse que la pensée, la science, la technologie, les systèmes économiques et politiques ne sont réellement efficaces qu'en Occident, et que tous les autres ne peuvent prétendre qu'à un "développement de rattrapage", totalement dépendant de l'Occident. Il est temps de mettre fin à cette mentalité d'esclave. Nous sommes l'humanité, les représentants de différentes cultures et traditions anciennes, en aucun cas inférieurs à l'Occident, et à bien des égards supérieurs à lui.

Telles sont les conclusions de notre forum sur la multipolarité. Malgré toutes les différences, nous sommes tous d'accord sur l'essentiel: nous entrons dans une nouvelle ère et ce qu'elle sera dépend de nous-mêmes et de personne d'autre.

Nous créerons l'avenir ensemble !

20:42 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alexandre douguine, multipolarité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 05 mars 2024

Forum sur la multipolarité et Congrès russophile 2024

Mouvement-russophile-ONU-multipolarite-e1709566743876.jpg

Forum sur la multipolarité et Congrès russophile 2024

Anastasia Gavrilova

Source: https://www.geopolitika.ru/article/forum-mnogopolyarnosti-i-sezd-rucofilov-2024?fbclid=IwAR031M5Ii1mn8gyA0cPO-KLDgUJ48aQWV4uw797wPDRPz0Fcn1GRqdBw8O0

 Le Forum de la multipolarité et le Forum du mouvement russophile, qui ont eu lieu les 26 et 27 février 2024, sont des événements uniques qui ont rassemblé des experts influents, des activistes, des politiciens et des membres du public pour discuter de questions clés en matière de relations internationales, de politique et de diplomatie. Ces forums ont favorisé le dialogue et l'échange de points de vue sur des sujets d'actualité liés à la politique mondiale.

Le forum sur la multipolarité a abordé les problèmes d'un monde multipolaire, les nouveaux défis et les opportunités pour le développement mondial. Les participants au forum ont parlé du rôle des différents États et régions dans le monde, des stratégies de coopération et de conflit, ainsi que des tendances modernes dans les relations internationales.

Le forum du mouvement russophile, quant à lui, vise à discuter et à populariser la culture, l'histoire, la langue et les valeurs russes. Les participants au forum ont discuté de questions liées à la préservation et à la promotion du patrimoine russe, à l'influence culturelle de la Russie et à la langue russe dans le monde.

14032023 С.В.Лавров.jpg

Les deux forums ont accueilli des orateurs hautement qualifiés, des discussions, des sessions plénières, des séminaires et des tables rondes. Les participants ont eu l'occasion d'échanger des expériences, des connaissances et des idées, de renforcer les liens et de créer de nouveaux partenariats. Ces forums auront eu un impact significatif sur la politique, la culture et la diplomatie mondiales, en favorisant une coopération et une compréhension internationales accrues.

Le forum sur la multipolarité et le forum sur le mouvement russophile sont des plateformes importantes pour discuter des défis contemporains et trouver des solutions communes à l'échelle mondiale. La participation à ces forums a permis aux participants de mieux comprendre les processus contemporains dans les relations internationales et de partager leurs idées et leurs propositions pour parvenir à la paix, à la justice et au développement.

Selon la porte-parole du ministère russe des affaires étrangères, Maria Zakharova, on assiste à une substitution croissante des concepts dans le monde. La liberté, telle que la conçoivent les dirigeants occidentaux, signifie l'adhésion forcée à leur conception de l'ordre mondial et de l'hégémonie. Alors qu'auparavant, on ne parlait que des intérêts de certains clubs, aujourd'hui, tous les pays, y compris ceux du Sud et de l'Est, jouissent de droits égaux. Ce résultat a été obtenu grâce aux efforts de la Russie. Aujourd'hui, la véritable majorité mondiale se réunit non pas lors de conférences occidentales, mais ici, en Russie.

Selon Alexandre Douguine, l'humanité connaît aujourd'hui un changement important dans le processus de civilisation. Il défend l'idée d'un monde multipolaire, qui repose sur une critique de l'universalisme occidental et de ses aspects racistes et impérialistes. Auparavant, la Grande-Bretagne prétendait être le centre de conscience de l'humanité, ce qui a conduit à l'établissement d'un monde avec le seul système politique, la seule approche économique et la seule culture acceptables. Douguine affirme qu'il est nécessaire d'évoluer vers la diversité et de se débarrasser du monopole d'un pays ou d'une culture.

La multipolarité est une philosophie qui affirme que le monde ne se limite pas à l'Occident, mais qu'il est constitué d'une multitude de civilisations. La Russie, la Chine, l'Inde, le monde islamique, les pays africains et l'Amérique latine sont tous des civilisations distinctes avec leurs propres traditions et valeurs. Malgré leurs différences, elles ne s'opposent pas les unes aux autres, mais s'efforcent de coexister pacifiquement.

La civilisation occidentale a le potentiel de coexister harmonieusement avec d'autres civilisations, affirme le philosophe russe. La multipolarité ne s'oppose pas à l'Occident dans son ensemble, mais plutôt à ses prétentions à l'exclusivité, au leadership mondial et à l'universalité. L'idéologie toxique de l'Occident a sapé les élites nationales de nombreux pays, les utilisant pour soutenir un hégémon. Aujourd'hui, cependant, cet état de fait est en train de prendre fin.

La Russie s'est engagée dans une bataille mortelle avec l'Occident collectif en Ukraine, dans un effort pour contrer le monde unipolaire. Les sanctions et la pression de l'Occident tentent de nous étrangler, mais notre victoire sera importante pour l'ensemble de l'humanité, affirme Douguine. La Chine joue un rôle de premier plan sur le front économique, en luttant contre l'Occident. Le monde islamique résiste aux pressions exercées sur les valeurs religieuses et familiales. L'Afrique passe du statut de colonie de matières premières à celui de géant mondial. L'Amérique latine poursuit sa lutte anticoloniale et représente tous ses pays au sein du forum.

Comme exemple du nouvel ordre mondial, nous pouvons citer l'unification des représentants de six civilisations sur sept au sein des BRICS. Cela indique la formation d'un système institutionnel de multipolarité. En même temps, l'Occident n'est pas unifié. Les peuples d'Europe et du monde anglo-saxon sont soumis à leurs gouvernements mondialistes qui cherchent à détruire leur propre identité culturelle et nationale. Cette remarque d'Alexandre Douguine a suscité une salve d'applaudissements. Les peuples occidentaux ne sont pas des adversaires d'un monde multipolaire, mais des victimes du despotisme de leurs élites.

1295903799465243126.jpg

m5Bv3Ojl.jpg

Zhang Weiwei, éminent expert en relations internationales du Parti communiste chinois, a souligné que le concept d'un monde unipolaire est déjà dépassé. "L'unipolarité est dépassée. Cet ordre changera avec le renforcement de l'influence internationale de la Chine, de la Russie et de l'expansion des BRICS en ajoutant à l'alliance des pays du Sud et de l'Est", a-t-il déclaré.

Les discours du cardinal Vigano et de l'archiprêtre Tkachev ont rendu un verdict sur l'hégémonie des élites occidentales, condamnant leurs racines diaboliques et le club fermé des adorateurs de Satan. Ils ont ouvertement critiqué la haine de l'homme biblique traditionnel, en mettant les points sur les i et en appelant les choses par leur nom.

La session plénière du forum a été suivie d'une division en trois sections thématiques sur les différents centres de la civilisation mondiale. Au cours de la discussion dans la section "Perspectives du monde occidental après l'hégémonie : le salut de la civilisation européenne est-il possible ?", les participants ont analysé en profondeur les modes de développement des pays occidentaux. 

Des représentants de l'Italie, de Chypre et de la Grèce se sont prononcés en faveur d'un retour aux sources de la civilisation méditerranéenne et de l'élimination de l'influence des États-Unis. La section "Le rôle de la Chine dans un monde multipolaire" a abordé le centre de gravité oriental de la civilisation étatique. La Chine, en tant que pays ayant atteint la prospérité grâce à son modèle unique de coopération sans hégémonie, offre son soutien économique à la prospérité de nombreux pays. Le projet mondial "Une ceinture, une route" vise à rassembler les intérêts de différents États et centres de développement mondiaux pour atteindre des objectifs communs.

Un invité du Kirghizistan, Kurbat Rakhimov, expert du Valdai Club, a examiné l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS) en tant que structure institutionnelle importante pour le développement régional. Il a souligné la nécessité de développer le monde sans qu'une superpuissance ne l'emporte sur une autre. M. Rakhimov a estimé que la multipolarité ne garantit pas toujours l'absence de conflits entre les pays et les blocs, et a appelé à faire en sorte que les actions d'un pôle ne provoquent pas de conflits avec les autres.

Le forum sur la multipolarité qui s'est tenu à Moscou a souligné que la diversité des cultures et des croyances facilite l'échange d'idées et crée une harmonie dans le développement de l'économie mondiale. La section "Global South. Changer l'architecture mondiale" a attiré l'attention des participants qui ont exprimé leur désir de s'unir après une longue période de division et de mettre fin à l'exploitation des ressources naturelles par les sociétés transnationales.

Pour les représentants de l'Iran, du Yémen et d'autres pays du Moyen-Orient, il est important de créer un nouveau modèle économique différent de la dictature libérale occidentale des entreprises mondiales. Ils estiment que la bataille de la mer Rouge et de la Palestine n'a pas seulement une signification militaire, mais aussi culturelle et économique. Les pays africains ont fait de la lutte contre le terrorisme et les pandémies des priorités absolues. L'exemple du Mali, de la RCA et du Niger montre qu'avec le soutien de la Russie, il est possible de vaincre rapidement et avec succès les terroristes qu'ils combattent depuis de nombreuses années.

L'invitée de la Zambie a exprimé son désir de vaincre rapidement la pandémie de COVID-19, en s'inspirant de l'histoire des victoires africaines sur la rougeole et la polio. Pour ce faire, il faut disposer de vaccins efficaces grâce aux efforts de la Russie et sensibiliser davantage le public à l'importance de la vaccination. Elle a noté que le principal défi actuel du continent est le développement du système de soins de santé et la protection de la santé publique.

Le forum du 26.02.2024 s'est avéré productif et a permis aux participants d'échanger des points de vue et des expériences, ainsi que de définir de nouvelles mesures pour construire un ordre mondial plus durable et plus juste.

Sergey Lavrov, s'exprimant lors du congrès des russophiles, a souligné que le développement des relations internationales est une priorité importante pour la Russie.

La Russie s'efforce d'être amicale et ouverte à tous les pays du monde. Nous adhérons à une politique étrangère indépendante, pragmatique et pacifique, qui soutient la démocratisation des relations internationales conformément aux principes de la charte des Nations unies. Nos efforts visent à développer cet objectif par le biais de notre présidence des BRICS, de la CEI, d'un travail actif au sein de l'EAEU, de l'OCS, du G20 et d'autres formats multilatéraux. Nous renforçons également les liens avec les associations d'intégration régionale.

417532450_433055715745252_4419711440998911254_n.jpg

"La multipolarité est importante car elle offre des alternatives au monde. Nous espérons que le Sénégal rejoindra les BRICS. Il serait préférable que l'alliance accepte le plus rapidement possible les pays qui ont demandé à en faire partie", a déclaré Oumi Sen, secrétaire général du Centre culturel Kalinka au Sénégal.

Le combattant d'arts martiaux mixtes (MMA) Jeff Monson a également visité le forum et s'est prononcé en faveur de l'approfondissement de la coopération économique entre les pays des BRICS. "Si les pays des BRICS se mettent d'accord pour introduire une monnaie commune, ce serait une mesure très efficace. Elle pourrait être utilisée pour des échanges commerciaux communs", a indiqué M. Monson.

Selon l'idée des organisateurs de l'événement, la plateforme est conçue pour réunir des scientifiques de différents pays qui défendent le concept d'un monde multipolaire basé sur le respect mutuel.

À ce jour, le Mouvement international russophile défend activement la diffusion de la culture russe et des valeurs humanitaires.

Discours de Zhang Weiwei au Forum sur la multipolarité à Moscou, 26 février 2024

phpCKjSo3.jpg

Discours de Zhang Weiwei au Forum sur la multipolarité à Moscou, 26 février 2024

Zhang Weiwei

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/speech-zhang-weiwei-multipolarity-forum-moscow-26-february-2024?fbclid=IwAR3wmsiFt3sl0kVVcDJ4cHczfQ4O2_lVcS6eTnBrGHgtHdNc-ojnGzP26lk

C'est un grand plaisir pour moi de prendre la parole au Forum sur la multipolarité. Pourquoi la "multipolarité" est-elle si importante? Parce que son opposée, l'unipolarité, est immorale, injuste et dépassée. Dans le cadre de l'unipolarité, pratiquement tout, des dollars au commerce en passant par les technologies et le changement climatique, peut être militarisé, et les sanctions, les missiles et les révolutions de couleur sont la norme et sont utilisés régulièrement à volonté, provoquant des guerres, des ravages et des souffrances humaines indicibles pour des millions et des millions de personnes, et cet ordre doit être changé et le sera.

Avec la montée en puissance de la Chine, de la Russie, des BRICS en expansion et d'autres membres du Sud, un ordre mondial multipolaire est en train d'émerger rapidement. Dans le cas de la Chine, après sept décennies de construction socialiste, le pays est devenu, pour la première fois dans l'histoire de l'humanité, la plus grande économie du monde (en parité de pouvoir d'achat depuis 2014), la plus grande nation industrielle, manufacturière et commerciale, et le plus grand marché de consommation du monde. Après avoir accompli presque une révolution industrielle par décennie depuis le début des années 1980, la Chine est aujourd'hui à l'avant-garde de la quatrième révolution industrielle (avec le big data, l'IA et les technologies quantiques, etc.) et est désormais le seul pays capable de fournir au monde entier des biens, des services et de l'expérience issus des quatre révolutions industrielles. Tout cela a changé la Chine et le paysage mondial pour toujours.

GettyImages_China_semiconductor_chip.jpg

C'est dans ce contexte que la Chine a lancé l'initiative "la Ceinture et la Route", il y a 11 ans, avec plus de 150 pays participant à des milliers de projets basés sur l'idée chinoise de "discuter ensemble, construire ensemble, bénéficier ensemble", et la BRI est maintenant devenue le plus grand bien commun et la plus grande plateforme de coopération internationale dans l'histoire de l'humanité. Elle jette de bonnes bases pour l'ordre mondial multipolaire émergent.

En tant que pôle indépendant à part entière, la Chine est également un État civilisationnel, doté d'une souveraineté totale, d'une puissante capacité de défense et d'un immense pouvoir économique, technologique, culturel et intellectuel. Nous croyons en la devise "s'unir et prospérer" plutôt qu'en la croyance occidentale "diviser pour régner". Nous embrassons "un avenir commun pour l'humanité", contrairement à l'Amérique qui dit "si vous n'êtes pas à la table, vous serez au menu".

De même, malgré les controverses sur le conflit ukrainien, l'objectif déterminé de la Russie et sa volonté de changer l'ordre mondial unipolaire sont largement appréciés et soutenus par la majorité mondiale. Il est donc vrai que la Russie est isolée par l'Occident, mais il est également vrai que l'Occident est isolé par le reste. Ce seul fait montre que la Russie est également un pôle indépendant à part entière, doté d'une souveraineté totale, d'une puissante puissance militaire, du poids économique et de la force culturelle et intellectuelle d'un État civilisationnel.

08weiwei.jpg

De nombreux nouveaux pôles sont apparus, non seulement la Chine et la Russie, mais aussi l'Inde, le Brésil, l'Iran, la Turquie, ainsi que les membres en expansion des BRICS et du Sud global, et ils peuvent avoir des différences internes, mais ils partagent tous un objectif commun: établir un ordre mondial multiple fondé sur la paix, le développement, la justice, le respect mutuel et la prospérité commune. Nombre d'entre eux se considèrent également comme des États ou des communautés civilisationnels. Si l'unipolarité des États-Unis est étayée par leur "État profond", qui fait tant de mal au monde entier, les États civilisationnels sont connus pour leurs cultures "profondes" et leurs peuples "profonds", et ils chérissent tous leurs normes morales et leurs racines civilisationnelles et rejettent catégoriquement les leçons de morale de l'Occident qui entend imposer sa volonté envers et contre toute posture de bon sens.

Le responsable de la politique étrangère de l'UE, M. Josep Borrel, a admis il y a peu que "presque tout le monde (dans le monde non occidental) pense maintenant qu'il existe des alternatives crédibles à l'Occident, non seulement sur le plan économique, mais aussi sur le plan technologique, militaire et idéologique". C'est vrai, et grâce à l'immense poids matériel ou "hard power" et à l'énorme pouvoir intellectuel ou "soft power" de la majorité mondiale, cette évolution vers un ordre mondial multipolaire est devenue une tendance irrésistible de l'histoire. Célébrons-la et promouvons-la davantage pour un monde meilleur et plus humain à l'avenir.

Enfin, permettez-moi d'exprimer à nouveau, au nom de tous les participants chinois, nos sincères remerciements à notre hôte russe pour l'organisation de ce grand forum et pour sa gracieuse hospitalité. Nous souhaitons à ce forum un grand succès.

19:52 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, chine, zhang weiwei, multipolarité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 29 février 2024

L'humanité multipolaire

photo_2024-02-26_22-48-48_1.jpg

L'humanité multipolaire

Alexander Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/multipolar-humanity?fbclid=IwAR1uNbqIfCK0jSGn8L1aEjUdDxdjGTkIdXOfOX7qmNWEeNuziAl3KXI7rKg

Discours d'Alexandre Douguine au Forum sur la multipolarité à Moscou, le 26 février 2024.

Le monde multipolaire est avant tout une philosophie. Il repose sur une critique de l'universalisme occidental.

L'Occident s'est identifié à l'humanité sur le mode raciste et impérialiste. Il fut un temps où la Grande-Bretagne revendiquait toutes les mers et tous les océans. La civilisation occidentale a déclaré que toute l'humanité lui appartenait - principalement sa conscience. Cela a conduit à la formation d'un monde unipolaire.

Dans ce monde, il n'y a que les seules valeurs occidentales. Un seul système politique - la démocratie libérale. Un seul modèle économique - le capitalisme néolibéral. Une seule culture - le postmodernisme. Une seule conception des genres et de la famille - LGBT. Une seule version du développement - la perfection technologique jusqu'au post-humanisme et le remplacement complet de l'humanité par l'IA et les cyborgs.

Selon ses partisans, le monde unipolaire est le "triomphe de l'histoire mondiale", la victoire totale de l'ère occidentale moderne - le libéralisme, qui est devenu l'idéologie unique et incontestable de toute l'humanité.

La multipolarité est une philosophie alternative. Elle repose sur l'objection fondamentale suivante: l'Occident n'est pas toute l'humanité, mais seulement une partie de celle-ci - une région, une province. Il n'est pas la civilisation au singulier, mais une civilisation parmi d'autres. Il existe aujourd'hui au moins sept civilisations de ce type, d'où le concept le plus important de la théorie multipolaire: l'heptarchie.

Certaines civilisations sont déjà réunies dans d'immenses États-continents, des États-civilisations, ou wénmíng guójiā (文明国家). Pour d'autres, c'est encore à venir. L'Occident collectif, les pays de l'OTAN et les vassaux des États-Unis ne sont qu'un des pôles.

Il y en a trois autres :

    - Russie-Eurasie,

    - la Grande Chine (Zhōngguó 中国) ou Tiānxià (天下),

    - la Grande Inde.

Tous sont des États-civilisation, ce qui signifie quelque chose de plus que des pays ordinaires.

Et trois autres grands espaces, intégrés à des degrés divers :

    - Le monde islamique, étroitement lié par la religion mais politiquement désuni jusqu'à présent,

    - l'Afrique noire transsaharienne,

    - l'écoumène latino-américain.

Ces sept civilisations ont des profils religieux complètement différents, des systèmes de valeurs traditionnelles différents, des vecteurs de développement différents et des identités culturelles différentes.

f89a844d6b0f58a0a25cf010b525fffa.jpg

La civilisation occidentale, contrairement à ce qu'elle prétend, n'est que l'une d'entre elles. Arrogante, audacieuse, agressive, trompeuse, prédatrice et dangereuse. Cependant, ses prétentions à l'universalisme sont sans fondement et sa domination repose sur une politique de deux poids, deux mesures.

La multipolarité s'oppose non pas à l'Occident lui-même, mais plus précisément à ses prétentions à l'unicité et à l'universalité. Ces prétentions ne nous sont pas inconnues ; elles imprègnent tous les systèmes de notre culture, de notre science et de notre éducation. L'Occident, avec son idéologie toxique, a infiltré nos sociétés, séduit et corrompu les élites, placé notre société sous son contrôle informationnel et tenté d'éloigner le plus possible notre jeunesse de la foi et de la tradition.

Cependant, l'ère de la seule hégémonie de l'Occident est révolue. Sa conclusion a été marquée par la position de la Russie et personnellement par notre président Vladimir Vladimirovitch Poutine, lorsque nous avons refusé de sacrifier notre souveraineté et sommes entrés dans un combat mortel avec l'Occident en Ukraine. Nous nous battons en Ukraine non pas contre les Ukrainiens, mais contre le monde unipolaire. Et notre victoire inévitable ne sera pas seulement la nôtre, mais celle de toute l'humanité, qui verra de ses propres yeux que le pouvoir de l'Occident n'est pas absolu, que sa politique de néocolonialisme et de dé-souverainisation peut être rejetée de manière décisive, et que l'on peut insister sur sa propre position.

057f016501a0ba2e98b6cebed257b238.jpg

La Russie est l'un des pôles du monde multipolaire. Il ne s'agit pas d'un retour à l'ancien modèle bipolaire, mais du début d'une architecture mondiale entièrement nouvelle.

La croissance rapide de l'économie chinoise et le renforcement de la souveraineté de la Chine, en particulier sous la direction du grand leader Xi Jinping, ont fait de la Chine un autre pôle totalement indépendant. Voyant cela, l'Occident, représenté par l'élite mondialiste des États-Unis, lui a immédiatement déclaré une guerre commerciale.

Le monde islamique a défié l'Occident principalement dans les domaines religieux et culturel. Les valeurs occidentales - qui appellent ouvertement à la destruction des traditions, de la famille, du sexe, de la culture et de la religion - sont incompatibles avec les fondements de l'islam. C'est ce que comprend aujourd'hui chacun des quelque deux milliards de musulmans. Et aujourd'hui, le monde islamique mène sa propre guerre contre l'Occident mondialiste - en Palestine, au Moyen-Orient, où un génocide honteux du peuple palestinien - le meurtre d'enfants palestiniens, de femmes et de personnes âgées - est en cours avec l'approbation totale de l'Occident.

1236c2706af5503e98b7ee5eeda3defe.jpg

L'Inde est un autre pôle. Aujourd'hui, surtout sous la direction de Narendra Modi, c'est une civilisation entière qui retourne à ses racines védiques, à ses anciennes traditions, à ses fondements. Elle n'est plus une colonie culturelle et économique de l'Occident, mais un géant mondial en pleine ascension.

L'Afrique et l'Amérique latine suivent méthodiquement et constamment, même si ce n'est pas sans problèmes, le même chemin.

Le mouvement panafricain ouvre la voie à une intégration africaine unifiée et globale, libérée du contrôle néocolonial. Il s'agit d'une nouvelle théorie, d'une nouvelle pratique, qui incorpore les meilleurs aspects des étapes précédentes de la lutte de libération, mais qui repose sur une philosophie différente, où la religion, l'esprit et les valeurs traditionnelles jouent un rôle crucial.

4df91056e9f7b0fd08cc518bcbf16f18.jpg

L'Amérique latine poursuit également son chemin dans la lutte anticoloniale. Les peuples y recherchent de nouvelles voies de consolidation et d'unité, dépassant les modèles dépassés qui divisaient tout le monde entre la droite et la gauche. Dans de nombreux pays d'Amérique latine, les défenseurs des valeurs traditionnelles, de la religion et de la famille s'unissent à ceux qui prônent la justice sociale sous la bannière d'une lutte commune contre le néocolonialisme de l'Occident collectif et sa culture anti-humaine pervertie.

Le monde multipolaire d'aujourd'hui n'est pas une utopie ni un projet théorique. Six civilisations sur sept (de l'heptarchie planétaire) se sont unies dans un nouveau bloc au sein des BRICS. Il y a des représentants de chacune d'entre elles. Il s'agit de l'institutionnalisation de la multipolarité. La Grande Humanité s'unit, se comprend et commence à harmoniser ses traditions et ses orientations, ses systèmes de valeurs traditionnelles et ses intérêts.

Seul l'Occident collectif, cherchant à tout prix à maintenir son hégémonie, refuse catégoriquement de s'engager dans ce processus multipolaire inévitable. Il s'y oppose. Il complote et provoque des conflits. Il mène des interventions. Elle tente d'étouffer toute velléité d'indépendance par des sanctions et des pressions directes. Et si cela échoue, il entre dans une confrontation militaire directe - comme en Ukraine, à Gaza, et demain peut-être dans le Pacifique.

dad8cdc889da993b94bdc5e4dd3c54c8.jpg

452424_polizisten-stehen-hinter-einer-barrikade-waehrend-einer-demonstration-von-l_fancybox_1BTdcf_T7Z8kj.jpg

Cependant, l'Occident n'est pas monolithique. Il y a deux Occident. L'Occident mondialiste des élites libérales et l'Occident traditionnel - l'Occident des peuples et des sociétés. L'Occident traditionnel souffre lui-même de la tyrannie des mondialistes pervers et tente, lorsqu'il le peut, de se rebeller. Les peuples de l'Occident ne sont pas des ennemis du monde multipolaire. Ils en sont avant tout les victimes. Comme l'a montré l'entretien de notre président avec le politicien et journaliste conservateur Tucker Carlson, la Russie et les antimondialistes américains ont beaucoup plus de choses en commun qu'il n'y paraît.

Par conséquent, la véritable victoire de la multipolarité ne sera pas la défaite de l'Occident collectif, mais son salut, son retour à ses propres valeurs traditionnelles (et non perverties), à sa culture (et non à l'annulation de la culture), à ses racines classiques gréco-romaines et chrétiennes. Je crois que les peuples libérés du joug mondialiste de l'Occident réel rejoindront un jour la Grande Humanité, en devenant un pôle respecté du monde multipolaire. Cesser d'être un hégémon est dans l'intérêt non seulement de toutes les civilisations non occidentales, mais aussi de l'Occident lui-même.

Je souhaite la bienvenue à tous les participants à notre forum. Nous sommes réunis ici pour construire l'avenir, comprendre le présent et sauver notre glorieux passé, en assurant la continuité de la culture.

Si différente, spéciale, unique, autosuffisante, souveraine - l'humanité, c'est nous !

mardi, 06 février 2024

Politique mondiale multipolaire

2305-70.jpeg

Politique mondiale multipolaire

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2024/02/01/moninapaista-maailmanpolitiikkaa/

Dans les années 1990, le dirigeant chinois de l'époque, Deng Xiaoping, voyait l'avenir de l'espace politique international.

Comme s'il commentait le présent, il a déclaré que "dans l'avenir, lorsque le monde deviendra tricentrique, quadripolaire ou pentapolaire, l'Union soviétique [la Russie de Poutine] restera un pôle unique, quel que soit son degré d'affaiblissement et quelle que soit la manière dont certaines de ses républiques se sépareront d'elle".

Deng a poursuivi en affirmant que "dans le monde dit multipolaire, la Chine sera également un pôle", dont la politique étrangère consistera à "résister à l'hégémonisme et à la politique de puissance et à sauvegarder la paix mondiale", ainsi qu'à œuvrer "à la création d'un nouvel ordre politique et économique international".

Dans les années 2000, de tels points de vue sur la Russie et la Chine ont été avancés par l'excentrique politologue russe Alexandre Douguine, mais plus récemment, des positions conformes à la théorie d'un monde multipolaire ont été adoptées par un large éventail d'acteurs, des politiciens aux universitaires en passant par les banquiers, dans le monde entier.

Quelle que soit la forme finale du "nouvel ordre international" (que j'ai également évaluée de manière critique), la route qui y mène semble être pavée de diverses crises et de conflits militaires. Outre la guerre en cours en Ukraine, des points chauds potentiels peuvent être trouvés dans le golfe Persique et la mer de Chine méridionale.

Dans cet espace géopolitique liminaire, il est déjà évident que l'ordre mondial émergent, avec ses différents pôles, repose sur des principes plus conservateurs, que l'Occident égocentrique, plongé dans une décadence interne, a abandonnés.

main-qimg-6141c448a8d94ec40c073ad202db0524-lq.jpg

La Russie a renoncé à ses tentatives d'intégration en Europe et s'est également opposée à l'impérialisme arc-en-ciel du libéralisme de l'Occident collectif. Moscou se considère comme un État-civilisation à part entière, qui n'est ni découragé ni isolé derrière le nouveau rideau de fer dressé par l'Occident.

Le système chinois, quant à lui, est animé par la construction d'une nation pour la nouvelle ère spatiale, par la stabilité sociale et la prospérité apportées par le luxe du communisme confucéen, et par le respect des caractéristiques, des traditions et de la hiérarchie nationales.

Que fait une ploutocratie supranationale dans cette situation ? À l'instar des États qu'ils possèdent par le biais de leur politique de banque centrale et de leur pouvoir d'entreprise, les cercles capitalistes tentent de s'adapter à une nouvelle phase dans laquelle l'hégémonie américaine devient un détail de l'histoire, à l'instar d'autres empires déchus.

Le système international sous l'égide de l'ONU, avec sa base de règles, est également battu par les crises, et après le massacre de Gaza, par exemple, personne ne considère le "droit international" comme contraignant, mais remet en question son invocation en tant que rhétorique pour satisfaire les intérêts égoïstes de l'extrême droite israélienne et de l'Occident capitaliste.

Le dernier membre malchanceux de la forteresse euro-atlantique de l'OTAN, la Finlande, qui fait de la lèche au pouvoir en place à Washington, ne croyait manifestement pas à un tel bouleversement de l'ordre mondial, mais était persuadé que le leadership des États-Unis se poursuivrait à perpétuité.

C'est pourquoi l'élite politique, dirigée par Sauli Niinistö, invoquant le conflit ukrainien, a abandonné son déguisement de "neutralité", a envoyé les Finlandais en première ligne de l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord et a proclamé haut et fort qu'elle faisait partie de l'Occident, même si cette île politique anglo-américaine est en train de sombrer rapidement.

Alors que l'influence occidentale et l'"américanisation" diminuent, les indices mesurant les tensions géopolitiques et l'incertitude des politiques économiques augmentent, selon les économistes. Le nouvel ordre mondial ne se construira pas pacifiquement, mais s'accumulera en une communauté de destin propre à travers des conflits de plus en plus nombreux.

À un moment donné, les gens se retrouveront à vivre dans différents centres de pouvoir locaux (ou à leur périphérie) qui, malgré leurs différences, sont unis, pour le meilleur ou pour le pire, par les développements induits par la haute technologie.

Bien que rien ne soit susceptible de s'améliorer de sitôt, il est à espérer que dans le monde futur de la vision de Deng Xiaoping, au lieu d'un monde de sanctions et de rideaux de fer, les services ferroviaires de la Finlande iront à nouveau vers l'est.

mardi, 28 novembre 2023

Alexandre Douguine: le monde russe et son Conseil

34496a44a606d99e413de1b128c5d267.jpg

Le monde russe et son Conseil

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/russkiy-mir-i-ego-sobor

À l'aube du congrès jubilaire du Conseil mondial du peuple russe au Kremlin, qui est consacré au monde russe, il est nécessaire d'aborder le concept même de "monde russe" de manière un peu plus détaillée.

L'association même du monde russe a suscité de nombreuses divergences et des politiques passionnées. Chacun a essayé de l'interpréter de manière arbitraire, et selon la position des différents auteurs, le sens même a changé. Certains en ont fait une caricature, d'autres, au contraire, l'ont exaltée de toutes les manières possibles, mais souvent au détriment du contenu.

Tout d'abord, il convient de faire la distinction la plus importante : le monde russe ne signifie pas la même chose que la Fédération de Russie en tant qu'État-nation. Cela est probablement reconnu par tout le monde. Mais certains pensent que le monde russe est plus large et plus grand que la Russie, d'autres qu'il est plus étroit et plus local, tandis que d'autres encore le placent dans une position intermédiaire.

Dans le premier cas, et c'est l'usage le plus correct et le plus significatif de l'expression "monde russe", nous parlons de la Russie en tant que civilisation. C'est en ce sens que le Conseil mondial du peuple russe l'entend comme une association de toutes les personnes qui considèrent la civilisation russe comme la leur, indépendamment de leur lieu de résidence et de l'État dont elles sont citoyennes. Dans ce cas, le monde russe coïncide avec la civilisation russe, ce qui n'exclut en rien les autres peuples unis aux Russes par la communauté de destin, mais les inclut. D'où la proximité du concept de monde russe avec la Russie-Eurasie, telle que la concevaient les philosophes eurasiens. Il ne s'agit pas seulement d'un pays, d'un État, mais d'un monde entier, d'une floraison d'ethnies et de cultures, d'un cosmos historique spirituel, uni depuis des siècles autour du noyau du peuple russe. Dans cette optique, faire partie du monde russe signifie en partager l'esprit et la culture, qui se manifestent dans toute leur splendeur sous des formes multidimensionnelles et multipolaires de création historique, englobant la politique, l'économie, l'art, l'industrie et l'éthique.

e9ffed4010e220c5399184fc757b4aff.jpg

Dans cette optique, le monde russe est inextricablement lié à l'Église orthodoxe, mais en aucun cas au détriment des autres religions traditionnelles. Là encore, nous pouvons constater un lien direct avec le Conseil mondial du peuple russe, dont le chef est Sa Sainteté le patriarche Kirill de toutes les Russies, mais auquel participent invariablement les chefs des principales confessions de Russie.

Bien entendu, la base du Monde russe est la Russie en tant qu'État, comme le montre clairement le fait que les événements les plus importants du dit Conseil se déroulent en présence du président de la Fédération de Russie lui-même, ce qui fait de ces réunions nationales solennelles et entièrement volontaires une sorte d'analogue des Conseils de la Terre. Mais le monde russe est plus vaste que l'État, et le peuple russe est plus grand que l'ensemble des citoyens russes. En ce sens, le monde russe est formé autour de la Russie, et son président et le premier hiérarque de l'Église orthodoxe russe agissent comme des symboles et des axes de la civilisation tout entière, un aimant d'attraction et le noyau d'une communauté complexe et non linéaire de peuples, de cultures et de citoyens individuels.

Il est nécessaire de mentionner deux autres interprétations du monde russe, qui ne sont pas vraies, mais plutôt répandues, car tout concept acquiert sa véritable signification lorsqu'il est comparé à ce qui ne devrait pas être compris dans ce cadre.

50cc543706fbd14b59486a603f6b4399.jpg

Ainsi, il n'est en aucun cas possible de comprendre le monde russe comme un simple agrégat de Grands Russes ethniques, c'est-à-dire de Slaves orientaux, concentrés historiquement dans les régions orientales de l'ancienne Russie, où s'est formée la Russie de Vladimir, puis de Moscou, et où, à un moment donné, la capitale ainsi que le trône grand-ducal et la cathèdre métropolitaine ont été transférés. Cette interprétation déforme complètement le sens initial, en excluant du monde russe les Russes occidentaux (Biélorusses et Malorusses) et toutes les ethnies non slaves de la Russie elle-même. À proprement parler, pratiquement personne ne comprend le monde russe de cette manière, mais ses opposants, au contraire, tentent de déformer artificiellement le sens et de donner à cette expression une signification tout à fait inappropriée. Il n'est donc pas superflu de souligner une fois de plus que le "monde russe" désigne tous les Slaves orientaux (et donc non seulement les Grands Russes, mais aussi les Biélorusses et les Malorusses), ainsi que tous les autres groupes ethniques qui ont lié leur destin, à un moment ou à un autre, au peuple russe. Par conséquent, le monde russe peut inclure, par exemple, les Géorgiens, les Arméniens ou les Azerbaïdjanais qui, bien qu'ils se trouvent aujourd'hui en dehors de la Russie, croient toujours à la proximité historique et à la parenté spirituelle avec les Russes.

d59f2ff0960ee1b7f213fe0f462f632c.jpg

Ici, cependant, l'essentiel n'est pas de savoir si ces ethnies se considèrent comme faisant partie du monde russe, car cela peut changer et dépendre de nombreux facteurs, dont certains peuvent se considérer comme en faisant partie, d'autres non, et d'autres encore ne se considèrent pas comme en faisant partie aujourd'hui, mais demain, ils en feront partie. L'essentiel est que le monde russe lui-même soit toujours ouvert aux peuples frères. Il est important que les Russes eux-mêmes soient prêts à considérer comme faisant partie du monde russe ceux qui le veulent, qui y aspirent et qui partagent avec nous notre destin commun. Cette ouverture ne dépend pas du moment ou de l'humeur de l'histoire. Lorsque nous parlons du monde russe, cette ouverture est un axiome fondamental. Sans elle, le monde russe n'est pas valable. C'est son axe sémantique profond. Le monde russe n'exclut pas, mais inclut. Nous pouvons l'appeler par le terme occidental d'"inclusivité", mais nous ne parlons que d'une inclusivité particulière - l'inclusivité russe et, en fait, l'amour russe, sans lequel il n'y a pas de personne russe.

Par conséquent, le monde russe ne peut en aucun cas être plus étroit que la Russie, mais seulement plus large.

87e328e027a3219e4d5a6cc9e6f79f2d.jpg

Enfin, il serait erroné d'identifier le monde russe aux trois branches de la tribu des Slaves orientaux, c'est-à-dire uniquement aux Grands Russes, aux Biélorusses et aux Malorusses. Oui, nous, les trois peuples slaves orientaux, formons le noyau du monde russe. Mais cela ne signifie pas que les autres peuples non slaves n'en font pas partie intégrante et organique.

Ainsi, après avoir fixé l'interprétation correcte du monde russe et écarté les interprétations erronées, nous pouvons continuer à y réfléchir.

La question qui se pose immédiatement est la suivante : quelles sont les limites du monde russe ? Après l'avoir défini, il apparaît clairement que ces frontières ne peuvent être ni ethniques, ni étatiques, ni confessionnelles. Ce sont les frontières de la civilisation, et elles ne sont pas linéaires et strictement fixes. Comment placer l'Esprit, la culture, la conscience à l'intérieur de frontières physiques strictes ? Mais en même temps, quand on s'éloigne trop du cœur du monde russe, on ne peut que constater qu'à un moment donné, on se retrouve en territoire étranger, dans l'espace d'une autre civilisation.  Par exemple, celle de l'Europe occidentale, de l'Islam ou de la Chine. Et ce n'est pas seulement la langue, le phénotype et les mœurs de la population locale qui sont importants ici. Nous avons quitté les limites du monde russe, la civilisation russe s'est effritée, nous sommes dans un nouveau cercle culturel différent du nôtre.

Daria Douguina a attiré l'attention sur le concept de "frontière". Il ne s'agit pas d'une frontière linéaire, mais d'une bande intermédiaire, d'un no man's ou d'un territoire neutre qui sépare une civilisation d'une autre. La propriété de la frontière est de changer constamment, de se déplacer dans un sens ou dans l'autre. De plus, la frontière a une vie propre ; il y a un échange intensif de codes culturels, deux ou même plusieurs identités convergent, s'opposent, divergent et reprennent le dialogue. Daria a fait l'expérience de la frontière en Novorossiya, en voyageant à travers les nouveaux territoires. Elle a saisi avec perspicacité la vie même de cette région, où se joue aujourd'hui le destin du monde russe. Il ne fait aucun doute que l'Ukraine et la Malorossiya appartiennent au monde russe. Historiquement, elle en est le berceau. Mais plus tard, lorsque le centre s'est déplacé vers l'est, elle s'est elle-même transformée en frontière civilisationnelle, devenant une zone intermédiaire entre la Russie eurasienne et l'Europe. D'où le croisement des influences - dans la langue (influence du polonais), la religion (influence du catholicisme), la culture (influence du libéralisme et du nationalisme, profondément étrangers au code russe). Ainsi, la frontière ukrainienne est devenue à son tour une zone de tension entre deux centres, des pôles d'attraction - entre le monde russe et l'Occident européen. Cela s'est clairement manifesté dans la politique électorale de l'Ukraine (à l'époque où il y avait encore des élections) et a conduit à une terrible guerre fratricide.

5005af70244eca1f8d44b289e36c18a5.jpg

Un autre exemple des frontières du monde russe est la fraternelle Biélorussie. Son peuple s'est lui aussi retrouvé séparé de nous, les Grands Russes, pendant un certain temps, et a fait partie d'abord du Grand-Duché de Lituanie, puis de l'État polonais. Avec toute l'originalité et l'originalité de l'identité bélarussienne établie, les particularités de la langue et de la culture, cette frontière n'a pas été divisée en deux pôles d'attraction. En toute souveraineté et indépendance, le Belarus est une partie organique et intégrante du monde russe, tout en restant un État indépendant.

Ainsi, le monde russe n'est pas nécessairement synonyme d'absorption, de guerre, de présence ou d'absence de frontières étatiques. Si la frontière ukrainienne se comportait de la même manière que la frontière bélarussienne, personne ne s'attaquerait à l'intégrité territoriale de l'Ukraine. Le monde russe est ouvert et pacifique, prêt à l'amitié et au partenariat sur les bases les plus diverses. Mais il ne peut répondre à des actes d'agression directe, d'humiliation et de russophobie.

Le président Poutine a un jour répondu à la question de savoir où s'arrête la Russie, et dans ce cas "la Russie" signifiait le monde russe : là où un Russe peut arriver, là où nous serons forcés de nous arrêter. Et il est évident que nous ne nous arrêterons pas avant d'avoir restauré l'intégralité de nos terres "russo-mondiennes", les contours naturels et les fronts harmonieux (bien que complexes) de notre civilisation.

495eedf34d3f4a3fffd4f0445d4ca487.jpg

Le monde russe est fondé sur l'idée russe. Et cette idée, bien sûr, a ses propres caractéristiques uniques. Sa construction est déterminée par les valeurs traditionnelles, absorbant l'expérience historique du peuple. L'idée ne peut être inventée ou développée, elle naît des profondeurs de notre conscience sociale, mûrit dans les profondeurs du peuple, cherche une issue dans les intuitions et les chefs-d'œuvre des génies, des généraux, des dirigeants, des saints, des ascètes, des travailleurs, des simples familles. L'idée russe s'étend à tous -

- aux familles russes qui répondent à son appel par la fécondité et le travail créatif,

- à nos soldats qui défendent les frontières de la patrie au prix de leur vie,

- à l'appareil d'État, qui est appelé à servir le pays avec éthique et loyauté,

- au clergé, qui non seulement prie sans cesse pour la prospérité et la victoire, mais aussi éclaire inlassablement le peuple et l'éduque dans les fondements de la morale chrétienne,

- sur les gouvernants appelés à conduire le pouvoir à la gloire, à la prospérité et à la grandeur.

Le monde russe est l'idéal qui est toujours au-dessus de nous, formant l'horizon des rêves, des aspirations et de la volonté.

b9a7e577ea337bcff8831c48b8641126.jpg

Enfin, que signifie le monde russe dans les relations internationales ? Cette notion acquiert ici un poids encore plus important. Le monde russe est l'un des pôles du monde multipolaire. Il peut être uni en un État (comme la Chine ou l'Inde) ou représenter plusieurs États indépendants unis par l'histoire, la culture et les valeurs (comme les pays du monde islamique). Mais dans tous les cas, il s'agit d'un État-civilisation doté d'une identité propre et originale. L'ordre mondial multipolaire est fondé sur le dialogue entre ces "mondes", ces États-civilisations. Dans ce contexte, l'Occident ne doit plus être perçu comme porteur de valeurs et de normes universelles, universellement contraignantes pour tous les peuples et tous les États du monde. L'Occident, les pays de l'OTAN sont un monde parmi d'autres, un Etat-Civilisation parmi d'autres - la Russie, la Chine, l'Inde, le bloc islamique, l'Afrique et l'Amérique latine. Le monde universel est constitué d'un ensemble de pôles distincts, de grands espaces, de civilisations et de fronts qui les séparent et les relient simultanément. Il s'agit d'une construction délicate qui exige de la délicatesse, de la subtilité, du respect mutuel, du tact, de la familiarité avec les valeurs de l'Autre, mais ce n'est qu'ainsi qu'il est possible de construire un ordre mondial véritablement juste. Et dans cet ordre mondial, c'est le monde russe, et pas seulement la Russie en tant qu'État, qui est un pôle à part entière, le centre d'intégration, une formation civilisationnelle unique fondée sur ses propres valeurs traditionnelles, qui peuvent en partie coïncider et en partie différer des valeurs d'autres civilisations. Personne ne peut dire de l'extérieur ce que doit être ou ne pas être le monde russe. Seuls ses peuples, son histoire, son esprit et son cheminement dans l'histoire en décident.

Ce sont là les principaux thèmes du Conseil mondial des peuples russes consacré au monde russe.

vendredi, 10 novembre 2023

Alexandre Douguine : Ma vision du nouvel ordre mondial et de la guerre de Gaza

395801472_230339556722542_1583288965974547830_n.jpg

Alexandre Douguine : Ma vision du nouvel ordre mondial et de la guerre de Gaza

Dans un monde multipolaire, Israël et l'Ukraine sont des agents de l'hégémonie occidentale.

De nouvelles civilisations se développent, notamment les civilisations chinoise, islamique, indienne, africaine et latino-américaine. La Russie les considère comme des alliés et des partenaires potentiels dans un ordre multipolaire authentique et équitable, explique Alexandre Douguine.

Aleksandr Douguine

Source: https://en.majalla.com/node/303746/politics/aleksandr-dug...

L'ordre mondial actuel semble être en phase de transition. Nous assistons à l'abandon d'un monde unipolaire, né de l'effondrement de l'Union soviétique et de la désintégration du bloc soviétique, au profit d'un monde multipolaire.

Les fondements de ce monde multipolaire deviennent de plus en plus évidents, avec des acteurs clés tels que la Russie, la Chine, le monde islamique, l'Inde, et potentiellement l'Afrique et l'Amérique latine. Ces entités représentent des civilisations distinctes, dont beaucoup sont réunies au sein du groupe des BRICS.

Notamment, après le sommet de Johannesburg de 2023, ce groupe s'est élargi pour inclure des pays importants du monde islamique, comme le Royaume d'Arabie saoudite, l'Iran et l'Égypte, ainsi que l'Éthiopie, qui renforce la perspective africaine, et l'Argentine, qui consolide la présence des pays d'Amérique du Sud.

Cette expansion souligne l'influence croissante de l'ordre mondial multipolaire tout en signalant un affaiblissement de l'hégémonie occidentale.

La détermination des États-Unis et de l'Occident à préserver leur domination unilatérale

Les États-Unis et les puissances occidentales s'accrochent résolument au concept d'unilatéralisme. Au premier rang du leadership mondial, les États-Unis, en particulier, sont déterminés à maintenir leur domination dans les domaines militaire, politique, économique, culturel et idéologique. Cette quête permanente d'unipolarité constitue la contradiction centrale de notre époque, marquée par l'intensification de la lutte entre l'unipolarité et la multipolarité.

721b296500f91ea7d02dd21005855083.jpg

Dans ce contexte, il est impératif d'examiner les conflits et les développements clés de la politique mondiale, notamment les efforts visant à saper la Russie qui réaffirme sa souveraineté et sa présence en tant que pôle indépendant. Cette dynamique permet d'élucider le conflit persistant en Ukraine.

Le soutien du monde occidental au président ukrainien Volodymyr Zelensky est motivé, en grande partie, par le désir d'empêcher la Russie de réapparaître en tant qu'acteur mondial autonome - une aspiration défendue par le président Vladimir Poutine tout au long de son mandat.

Poutine a renforcé la souveraineté politique de la Fédération de Russie et a progressivement souligné le statut de la Russie en tant que civilisation indépendante qui non seulement s'oppose à l'hégémonie occidentale, mais rejette également son système de valeurs.

La Russie a affirmé sans ambiguïté son attachement aux valeurs traditionnelles tout en rejetant fermement le libéralisme occidental, y compris sa promotion de l'agenda des droits des homosexuels et d'autres normes idéologiques occidentales, que la Russie perçoit comme des aberrations et des déviations.

En réponse, l'Occident a activement soutenu le coup d'État de 2014 à Kiev, a fourni une aide militaire considérable à l'Ukraine, a favorisé la diffusion de l'idéologie néonazie dans le pays et a provoqué la Russie à lancer une opération militaire extraordinaire.

Sans l'intervention de Poutine, Kiev aurait probablement pris des mesures similaires de manière indépendante, ce qui a conduit à l'ouverture du premier front dans la lutte acharnée entre la multipolarité et l'unipolarité en Ukraine.

5770b39f170f9bcb8f175555777f8af9.jpg

Simultanément, la Russie, sous la direction de Poutine, reconnaît qu'elle ne peut pas être l'un des deux pôles de ce monde, comme c'était le cas à l'époque de l'Union soviétique.

De nouvelles civilisations se développent, notamment les civilisations chinoise, islamique, indienne, africaine et latino-américaine. La Russie les considère comme des alliés et des partenaires potentiels dans un ordre multipolaire authentique et équitable, une perspective qui n'est pas encore largement reconnue par le reste du monde.

Cependant, la prise de conscience du concept de multipolarité se fait progressivement et se renforce, comme en témoigne la situation de Taïwan, qui n'a pas été épargnée pour devenir le prochain point chaud de la confrontation entre l'unipolarité et la multipolarité, notamment dans la région du Pacifique.

    De nouvelles civilisations se développent, notamment les civilisations chinoise, islamique, indienne, africaine et latino-américaine. La Russie les considère comme des alliés et des partenaires potentiels dans le cadre d'un ordre multipolaire authentique et équitable, une perspective qui n'est pas encore largement reconnue par le reste du monde.

La guerre d'Israël contre Gaza annonce une confrontation plus large

Les événements en Israël et dans la bande de Gaza sont étroitement liés à cette question. Deux incidents tragiques se sont succédé rapidement. Tout d'abord, le Hamas a attaqué Israël, faisant un grand nombre de victimes civiles et enlevant des otages.

Ensuite, Israël a lancé des frappes de représailles sur la bande de Gaza, caractérisées par une grande brutalité et un nombre important de victimes civiles, en particulier des femmes et des enfants. Ces actions constituent sans équivoque des violations des droits de l'homme et des crimes contre l'humanité et n'ont aucune raison d'être.

Mais en même temps, l'application par Israël des principes de la "lex talionis" (un principe qui s'est développé au début du droit babylonien et qui stipule qu'une punition infligée doit correspondre en degré et en nature à l'infraction commise par le malfaiteur, comme œil pour œil, dent pour dent) a abouti à ce qui est décrit comme un génocide généralisé et à des conditions de vie brutales pour les habitants de la bande de Gaza.

Tant l'attaque du Hamas que la réponse d'Israël sont considérées comme des actions qui sortent du cadre des méthodes humanitaires acceptées pour résoudre les conflits politiques.

Le paysage géopolitique entre ensuite en jeu et, bien que l'ampleur des actions d'Israël soit considérablement plus importante, l'évaluation de la situation dans la bande de Gaza ne dépend pas uniquement de cela, mais plutôt des tendances géopolitiques sous-jacentes.

5UPW3VBIFVFDDCEE4AXXUPCL7E.jpg

Les événements en Israël, y compris l'attaque du Hamas et la réponse d'Israël, ont conduit à une confrontation plus large entre l'Occident et le monde islamique. Cette confrontation découle de ce qui est perçu comme un soutien inconditionnel et unilatéral à Israël malgré la nature explicite des crimes commis contre la population civile de Gaza.

Le monde islamique est présenté comme un pôle distinct face aux actions d'Israël à Gaza et dans les territoires palestiniens au sens large, tout en tenant compte des injustices subies par les Palestiniens qui ont été déplacés de leurs terres pour vivre dans des régions pauvres et isolées.

L'unité du monde islamique est devenue indéniable, la question palestinienne servant de force unificatrice qui rassemble les sunnites, les chiites, les Turcs et les Iraniens, ainsi que les factions impliquées dans les conflits internes au Yémen, en Syrie, en Irak et en Libye.

Cette question concerne directement des pays comme le Pakistan, l'Indonésie, la Malaisie et le Bangladesh.

En outre, les musulmans résidant aux États-Unis d'Amérique, en Europe, en Russie et en Afrique ne peuvent rester indifférents. Notamment, malgré leurs disparités politiques, les Palestiniens de Gaza, de Cisjordanie et de la région du Jourdain sont unis dans un effort collectif pour sauvegarder leur dignité.

    L'unité du monde islamique est devenue indéniable, la question palestinienne servant de force unificatrice qui rassemble les sunnites, les chiites, les Turcs et les Iraniens, ainsi que les factions impliquées dans les conflits internes au Yémen, en Syrie, en Irak et en Libye.

La cause palestinienne et les États-Unis

Au cours des dernières décennies, les États-Unis ont réussi à empêcher les musulmans de s'unir autour de la question palestinienne et à les encourager à normaliser leurs relations avec Israël.

Mais ces tentatives ne sont plus couronnées de succès. Tous ces efforts se sont avérés vains ces dernières semaines, car le soutien sans équivoque à Israël se poursuit. Les massacres de civils perpétrés par Israël à Gaza, dont l'ensemble de la communauté internationale a été témoin, obligent le monde islamique à mettre de côté ses divergences internes et à envisager une confrontation directe avec l'Occident.

Israël, tout comme l'Ukraine, n'est rien d'autre qu'un instrument de l'hégémonie occidentale dominatrice et impitoyable. Il n'hésite pas à commettre des actes criminels ou à adopter une rhétorique et des actions racistes.

Toutefois, le fond du problème ne réside pas dans Israël lui-même, mais plutôt dans son rôle d'outil géopolitique dans le cadre d'un monde unipolaire. Cela correspond précisément à ce que le président Vladimir Poutine a récemment exprimé lorsqu'il a parlé de la toile d'hostilité et de conflits tissée par des "araignées", métaphore des mondialistes employant des tactiques colonialistes fondées sur le principe "diviser pour régner".

Pour contrer efficacement ceux qui s'efforcent désespérément de préserver le monde unipolaire et la domination occidentale, il est essentiel de comprendre l'essence de leur stratégie. Armés de cette compréhension, nous pouvons consciemment construire un modèle alternatif pour faire face à cet agenda, aller de l'avant avec confiance et nous unir pour établir un monde multipolaire.

Le conflit en cours dans la bande de Gaza et en Palestine dans son ensemble constitue un défi direct non seulement pour des groupes spécifiques ou même pour les Arabes en général, mais aussi pour l'ensemble du monde islamique et de la civilisation islamique. Il est de plus en plus évident que l'Occident s'est engagé dans une confrontation avec l'Islam lui-même, une réalité désormais reconnue par beaucoup.

Nécessité collective de défendre les nations musulmanes contre les mauvais traitements

Des nations telles que l'Arabie saoudite, la Turquie, l'Iran et le Pakistan aux régions s'étendant de la Tunisie au Bahreïn, des salafistes aux sunnites et aux soufis, en passant par les diverses factions politiques en Palestine, en Syrie, en Libye et au Liban, ainsi que par la division entre chiites et sunnites, il existe un besoin collectif de défendre la dignité de la civilisation islamique. Celle-ci s'affirme comme une civilisation souveraine et indépendante qui rejette tout mauvais traitement.

446958.jpg

L'évocation par Erdogan du djihad comme réponse au conflit rappelle les croisades historiques, mais cette analogie ne permet pas de saisir pleinement l'essence de la situation actuelle. La mondialisation occidentale moderne s'est considérablement éloignée de la civilisation chrétienne, ayant rompu de nombreux liens avec la culture chrétienne en faveur du matérialisme, de l'athéisme et de l'individualisme.

Le christianisme n'a pas grand-chose à voir avec les sciences matérielles ou le système socio-économique principalement axé sur le profit, et il n'approuve certainement pas la légalisation des déviations ou l'adoption de la pathologie comme norme, ni l'inclination vers une existence post-humaine - un concept promu avec enthousiasme par le philosophe post-humaniste israélien Yuval Harari.

L'Occident, dans sa forme contemporaine, représente un phénomène antichrétien, sans aucun lien avec les valeurs du christianisme ou l'adhésion à la croix chrétienne. Il est essentiel de reconnaître que lorsque le monde islamique s'oppose à l'Occident, il ne s'engage pas dans un conflit avec la civilisation du Christ, mais plutôt avec une civilisation antichrétienne, que l'on peut qualifier de civilisation de l'Antéchrist.

La Russie, acteur mondial important, est activement engagée dans une guerre avec l'Occident sur le sol de l'Ukraine.

Malheureusement, en raison de l'influence de la propagande occidentale, de nombreux pays islamiques n'ont pas pleinement saisi les raisons sous-jacentes, les objectifs et la nature de ce conflit, le percevant souvent comme un simple différend régional. Toutefois, la mondialisation ayant un impact direct sur les musulmans du monde entier, l'opération militaire spéciale de la Russie en Ukraine revêt une signification très différente.

En fin de compte, il s'agit d'un conflit entre un monde multipolaire et un monde unipolaire, c'est-à-dire que cette guerre sert les intérêts non seulement de la Russie en tant que pôle mondial, mais aussi indirectement, voire directement, de tous ces pôles. La Chine est bien équipée pour comprendre cela, et au sein du monde islamique, l'Iran fait partie de ceux qui peuvent saisir cette perspective.

Notamment, la conscience géopolitique a rapidement progressé dans d'autres sociétés islamiques, y compris dans le Royaume d'Arabie saoudite, en Égypte, en Turquie, au Pakistan et en Indonésie. Cela a conduit à des initiatives telles que la réconciliation entre l'Arabie saoudite et l'Iran et la poursuite d'une politique souveraine par la Turquie.

    Le massacre massif de civils à Gaza par Israël, dont l'ensemble de la communauté mondiale a été témoin, oblige le monde islamique à mettre de côté ses divergences internes et à envisager une confrontation directe avec l'Occident.

Motivations russes et spectre de la troisième guerre mondiale

Alors que le monde islamique se reconnaît de plus en plus comme un pôle important et une civilisation unifiée, les motivations des actions russes deviennent plus évidentes et compréhensibles.

Le président Vladimir Poutine a déjà acquis une renommée internationale et jouit d'une grande popularité dans le monde entier, en particulier dans les pays non occidentaux. Cette popularité donne un sens précis et une justification claire à ses décisions stratégiques.

En substance, la Russie combat vigoureusement l'unipolarité, ce qui se traduit par une lutte plus large contre la mondialisation et l'influence hégémonique de l'Occident. Aujourd'hui, nous voyons l'Occident, souvent perçu comme agissant par l'intermédiaire de son mandataire, Israël, cibler le monde islamique et soumettre les Palestiniens à un génocide.

Cela signifie que le moment de l'Islam arrive au milieu de cette guerre entre les musulmans et l'hégémonie occidentale qui pourrait éclater à tout moment. D'après ce que je sais des Israéliens, il ne fait aucun doute qu'ils ne s'arrêteront pas tant qu'ils n'auront pas éliminé les Palestiniens.

"La guerre apparaît maintenant comme véritablement globale à l'échelle d'un conseil d'administration". Dans ce cas, avant tout, le monde islamique a des alliés objectifs, comme la Russie ainsi que la Chine, qui a le problème de Taïwan à résoudre prochainement. D'autres fronts émergeront probablement au fil du temps.

210521083600-08-israeli-palestinian-ceasefire-0521-jerusalem-al-aqsa.jpg

La question qui se pose ici est de savoir si cela pourrait conduire à l'éclatement d'une troisième guerre mondiale. Cela semble très probable et, dans un sens, c'est déjà en cours.

Pour que la guerre s'étende à l'échelle mondiale, il faut impérativement une masse critique de contradictions non résolues nécessitant une résolution militaire. Cette condition est remplie. Les puissances occidentales ne sont pas disposées à renoncer volontairement à leur domination, et les nouveaux pôles, les civilisations indépendantes émergentes et les régions étendues ne souhaitent plus accepter cette domination ni la tolérer.

En outre, l'incapacité des États-Unis et de l'Occident collectif au sens large à être les leaders de l'humanité sans abandonner les politiques qui incitent et alimentent de nouveaux conflits et de nouvelles guerres a été prouvée.

La guerre inévitable doit être gagnée.

    Aujourd'hui, nous voyons l'Occident, souvent considéré comme agissant par l'intermédiaire de son mandataire, Israël, cibler le monde islamique et soumettre les Arabes palestiniens à un génocide. Cela signifie que le moment de l'Islam arrive, au milieu de cette guerre entre les musulmans et l'hégémonie occidentale qui pourrait éclater à tout moment.

Trump contre Biden

En fin de compte, quel rôle joue l'ancien président américain Donald Trump dans l'escalade des confrontations entre l'Islam et l'Occident ? Le président Joe Biden est un fervent défenseur de la mondialisation, un opposant à la Russie et un fervent partisan de l'unipolarité.

Cela explique précisément son soutien indéfectible au nouveau régime nazi de Kiev et son exonération totale d'Israël pour ses actions, y compris le génocide direct.

La position de Trump est toutefois différente. Il incarne une perspective nationaliste classique, donnant la priorité aux intérêts des États-Unis en tant que nation plutôt qu'à des plans hâtifs de domination mondiale.

En ce qui concerne les relations avec la Russie, M. Trump fait preuve d'indifférence, se concentrant davantage sur les questions de commerce et de concurrence économique avec la Chine. Néanmoins, il est à la fois soumis et totalement influencé par le puissant lobby sioniste au sein des Etats-Unis.

Par conséquent, la guerre imminente entre l'Occident et l'Islam ne doit pas être accueillie avec complaisance, non seulement du point de vue occidental, mais aussi du point de vue des Républicains dans leur ensemble.

Dans ce contexte, si Trump devait reprendre la présidence, il pourrait potentiellement diminuer le soutien à l'Ukraine, une préoccupation cruciale pour la Russie. Cependant, il pourrait adopter une approche encore plus stricte à l'égard des musulmans et des Palestiniens, dépassant même la sévérité des politiques de Biden.

54a2205450aeea08e09b729da7a67043.jpg

Le réalisme est impératif et nous devons nous préparer à un conflit difficile, sérieux et prolongé à l'horizon.

Il est important de comprendre qu'il ne s'agit pas d'un conflit religieux, mais plutôt d'une guerre d'imposteurs matérialistes et athées contre toutes les religions traditionnelles. Cela signifie que le moment de l'ultime bataille est peut-être arrivé.

    Biden est un fervent défenseur de la mondialisation, il s'oppose à la Russie et soutient ardemment l'unipolarité. La position de Trump, en revanche, est différente. Il incarne une perspective nationaliste classique, donnant la priorité aux intérêts des États-Unis en tant que nation plutôt qu'à des plans hâtifs de domination mondiale.

Le spectre de la guerre nucléaire et la mort du système unipolaire

Le conflit imminent se dirige-t-il vers une guerre nucléaire ? Cette perspective ne peut être écartée, surtout si l'on considère l'utilisation potentielle d'armes nucléaires tactiques.

Il est improbable que les nations possédant des capacités nucléaires stratégiques, telles que la Russie et les pays de l'OTAN, aient recours à ces armes, compte tenu des conséquences catastrophiques pour l'humanité.

Toutefois, si l'on considère qu'Israël, le Pakistan et peut-être l'Iran possèdent des armes nucléaires, il n'est pas exclu qu'elles puissent être utilisées dans des contextes localisés.

Quelle sera la configuration de l'ordre mondial au cours de cette confrontation imminente ?

Il n'y a pas de réponse toute faite à cette question. Toutefois, une chose peut être définitivement exclue, à savoir l'établissement d'un système mondial robuste, stable et unipolaire - un concept ardemment défendu par les partisans de la mondialisation.

Quelles que soient les circonstances, un monde unipolaire est impossible. Le monde sera soit multipolaire, soit inexistant. Plus l'Occident est déterminé à maintenir sa domination, plus la bataille qui s'ensuivra risque d'être féroce et de dégénérer en une troisième guerre mondiale.

La multipolarité n'apparaîtra pas spontanément. Aujourd'hui, un processus crucial de rassemblement est en cours au sein du monde islamique. Si les musulmans peuvent s'unifier contre un adversaire commun redoutable, l'émergence d'un pôle de pouvoir islamique devient viable.

À mon avis, le rétablissement de Bagdad et de son rôle central en Irak pourrait constituer une solution idéale. L'Irak est le point de convergence de plusieurs courants majeurs de la civilisation islamique, notamment les Arabes, les Sunnites, les Chiites, les Soufis, les Salafis, les Indo-Européens, les Kurdes et les Turcs. Bagdad, en particulier, a été historiquement un centre où les sciences, l'éducation religieuse, la philosophie et les mouvements spirituels ont prospéré.

Néanmoins, cette proposition reste spéculative. Néanmoins, il est évident que le monde islamique aura besoin d'une base unificatrice ou d'un terrain d'entente.

Bagdad pourrait potentiellement servir de plate-forme ou de point d'équilibre. Toutefois, pour que cette vision se concrétise, l'Irak doit d'abord être libéré de la présence des forces américaines.

Il semble que chaque pôle de pouvoir doive affirmer son droit à l'existence par le biais d'un conflit. La Russie, après avoir remporté la victoire en Ukraine, deviendra un pôle pleinement souverain. De même, une fois la question de Taïwan résolue, la Chine s'imposera comme un pôle important.

Le monde islamique, quant à lui, insiste sur une résolution équitable du problème palestinien.

Les développements ne s'arrêteront pas là ; à terme, les rôles de l'Inde, de l'Afrique et de l'Amérique latine, qui sont actuellement de plus en plus confrontés aux nouvelles forces de la colonisation, deviendront également significatifs.

Par conséquent, tous les pôles du monde multipolaire devront relever les défis et les épreuves qui leur sont propres.

    À terme, les rôles de l'Inde, de l'Afrique et de l'Amérique latine, qui sont actuellement de plus en plus confrontés aux nouvelles forces de la colonisation, deviendront également significatifs. Par conséquent, tous les pôles du monde multipolaire devront relever les défis et les épreuves qui leur sont propres.

Le multipolarisme est probable

Par la suite, nous pourrions assister à un retour partiel à l'ordre mondial qui prévalait avant Christophe Colomb, où divers empires coexistaient avec l'Europe occidentale.

Ces empires comprenaient les empires chinois, indien, russe, ottoman et perse, ainsi que de solides États indépendants en Asie du Sud, en Afrique, en Amérique latine et même en Océanie. Chacune de ces entités avait ses propres systèmes politiques et sociaux, que les Européens ont ensuite assimilés à la barbarie et à la sauvagerie.

Par conséquent, le multipolarisme est tout à fait plausible, ce qui était le cas pour l'humanité avant l'émergence de la politique impériale mondiale occidentale à l'ère moderne.

Cela n'implique pas l'instauration immédiate d'une paix mondiale, mais un tel système mondial multipolaire serait intrinsèquement plus juste et plus équilibré.

Tous les conflits seraient abordés sur la base d'une position juste et collective, dans laquelle l'humanité serait protégée des injustices raciales telles que celles observées dans l'Allemagne nazie, dans l'Israël contemporain ou dans la domination agressive de l'Occident mondial.

*Traduit et coordonné par Ramia Yahia

jeudi, 09 novembre 2023

La stratégie multipolaire de l'Inde

9d56bb63fb2bf1bdbbd5ac4a216c86eb.jpg

La stratégie multipolaire de l'Inde

Tiberio Graziani

Source: https://www.geopolitika.ru/pt-br/article/estrategia-multipolar-da-india

    "Il y a assez sur terre pour les besoins de tous, mais pas pour l'avidité de quelques-uns".

Mohandas K. Gandhi

    "Le statut de puissance de second rang, qu'une communauté internationale toute puissante accorde à de nombreuses nations [...], ne peut plus s'appliquer à l'Inde du XXIe siècle."

Olivier Guillard

    "Du fait de la stratégie globale de l'Amérique et de sa quête d'hégémonie, l'Inde et la Chine sont soumises à une pression importante. Ce sont les nations les plus peuplées du monde et elles ne peuvent pas être facilement influencées et contrôlées."

A.S. Hasan

La croissance économique de l'Inde

Comme la Chine, bien qu'à un rythme plus lent (environ 6 % par an), l'Inde a également enregistré un taux de croissance économique si élevé au cours des quinze dernières années qu'elle peut figurer parmi les quatre économies les plus importantes de la planète dans les projections pour 2020 réalisées par la Banque mondiale et le FMI. Une autre donnée pertinente, qui doit toujours être prise en compte dans l'analyse de nations caractérisées par une masse démographique importante (1.028.610.328 habitants dans le cas de la République du Bhārat, selon le recensement de 2001), est également son pourcentage de croissance annuelle qui, bien que peu élevé, puisqu'il n'est que d'environ 1,6% (1998-2003), constitue un paramètre d'évaluation important et indispensable pour comprendre le rôle et le poids que l'Inde acquerra au niveau mondial dans les prochaines décennies.

Passer de la 11ème à la 4ème place dans le classement des plus grandes économies mondiales est l'objectif tant du gouvernement de Manmohan Singh, père des réformes "libérales" et représentant de la coalition menée par le Parti du Congrès, que de l'opposition composite, nationale et anti-libérale, qui voit dans le Parti du Peuple (Bharatiya Janata Party), considéré comme de droite selon les schémas occidentaux, le Parti Communiste de l'Inde et le Parti Communiste Marxiste-Léniniste de l'Inde, des alliés objectifs.

L'adoption d'un modèle particulier de "développement", qui favorise une spécialisation considérable dans le secteur tertiaire avancé et un intérêt spécifique pour la recherche scientifique et technologique, a permis à l'Inde de s'attribuer, au sein de l'économie mondiale, le rôle d'"attracteur global" des secteurs des services et de la recherche scientifique, avec une référence particulière aux domaines économiquement "sensibles" tels que les produits pharmaceutiques et les technologies de l'information, qui ont toujours été gardés par les États-Unis et le Royaume-Uni. Récemment (2005), pour ne citer qu'un exemple, le Sénat américain a approuvé une mesure visant à exclure des achats gouvernementaux les entreprises qui ont délocalisé (ne serait-ce que 50 emplois) au cours des cinq dernières années.

Au cours de la dernière décennie, les gouvernements indiens ont non seulement soutenu la croissance économique du pays et facilité sa participation progressive à l'économie mondiale par une diplomatie pragmatique, mais ils ont également lancé de vastes programmes visant à moderniser les infrastructures routières, ferroviaires, portuaires et aéroportuaires, ainsi que le réseau d'approvisionnement en énergie. Ces programmes peinent cependant à se concrétiser en raison des tensions internes générées par la confrontation entre la tendance profondément "libérale" du gouvernement actuel et l'opposition.

geopolitics.png

Une stratégie multipolaire

L'Inde, comme l'autre colosse asiatique, la Chine, tente de tirer parti de son récent essor économique sur la scène internationale également, en se faisant connaître et reconnaître non seulement comme un "partenaire" occasionnel, théoriquement "stratégique", mais aussi et surtout comme une puissance nucléaire et un membre constitutif d'un nouvel ordre planétaire.

En effet, à l'analyse de ses actions de politique étrangère, l'Inde semble avoir pleinement compris le moment historique actuel, qui se caractérise par une période de transition entre l'ancien système bipolaire et un futur système multipolaire en formation. Une période historique de transition, soulignons-le, où le degré de rupture semble avoir atteint son apogée, puisque l'incertaine "régence unipolaire" de l'hyperpuissance américaine montre de plus en plus de signes de déclin, parmi lesquels nous mentionnons : le "bourbier" irakien, l'acceptation à contrecœur de la politique nucléaire de l'Inde, la coopération russo-chinoise dans le domaine militaire, les relations "spéciales" entre certains pays d'Amérique du Sud, principalement le Brésil et le Venezuela, avec la Chine, l'Inde et la Russie.

La conscience, métabolisée par l'Inde, qu'elle se trouve dans un processus de transition vers un nouvel ordre mondial et l'expérience qu'elle a acquise en tant que puissance régionale depuis le jour de son indépendance (15 août 1947) jusqu'au début des années 1990, symboliquement soulignée à plusieurs reprises (en 1955, à l'occasion de la Conférence de Bandung des "pays non-alignés", en 1974, avec les premières expériences nucléaires), l'obligent à assumer une responsabilité qui n'est pas seulement régionale, mais mondiale.

Une responsabilité qui découle précisément du rôle géopolitique que New Delhi a joué au cours de la seconde moitié du siècle dernier. L'Union indienne, en effet, bien avant la Chine et d'autres nations importantes de ce que l'on appelait, dans la publicité de l'époque, le "tiers monde", a compris que le système bipolaire était en équilibre précaire et, pour cette raison, est devenue la marraine du mouvement des pays non alignés et le "correcteur" du fossé entre les États-Unis et le "bloc soviétique", en adhérant à des accords d'amitié avec ce dernier. Rappelons que l'amitié avec l'Union soviétique a également été renforcée par les frictions entre Pékin et New Delhi, qui se sont traduites, comme on le sait, par les affrontements armés de 1962-63 et, surtout, par le choix chinois de faire partie de l'accord nixonien Washington-Islamabad-Pékin.

Le rôle de "broker" que l'Inde a assumé dans le cadre du système géopolitique précédent lui permet cette fois de renforcer ses liens avec Moscou, mais sur la base de la parité et d'une autonomie accrue, tandis que sa participation au mouvement des non-alignés fait d'elle un candidat pour être, avec la Russie et la Chine, l'un des pays guides d'un hypothétique système multipolaire. Pour confirmer cette stratégie, il convient de mentionner les récents accords signés avec la Chine sur les différends frontaliers et la collaboration technologique et scientifique dans le domaine de l'énergie.

L'établissement d'un axe Moscou-Beijing-New Delhi semble donc être un fait établi. A ce dispositif, géopolitiquement pertinent pour l'autonomie de la masse continentale eurasiatique par rapport à la tutelle américaine, il manque un pendant indispensable et irremplaçable, celui qui l'émanciperait totalement, de l'Atlantique au Pacifique, et rendrait possible une pax Eurasiatica : l'axe européen Paris-Berlin-Moscou.

Pour ne pas contrarier le travail des gouvernements de Moscou, Pékin et New Delhi dans la construction d'un nouveau système qui tienne compte des particularités et des aspirations nationales, et pour avoir surtout un rôle égal dans la future configuration multipolaire, il appartient aux décideurs européens de faire un choix fonctionnel de terrain dans l'intérêt de leurs propres peuples et du continent eurasiatique.

samedi, 28 octobre 2023

L'Inde, du géant aux pieds d'argile à acteur actif sur l'échiquier géopolitique?

2022_7$largeimg_580736567.jpg

L'Inde, du géant aux pieds d'argile à acteur actif sur l'échiquier géopolitique?

Peter W. Logghe

Source: Nieuwsbrief Knooppunt Delta, n° 183, octobre 2023

Les lecteurs attentifs se souviendront sans doute de précédentes contributions dans cette Newsletter et dans le magazine trimestriel TeKoS (n°157 notamment), dans lesquelles nous avons déjà largement parlé des défis géopolitiques de l'Inde et du rôle plutôt restreint que ce pays géant a joué sur la scène mondiale jusqu'à présent. Un rôle discret, en décalage avec ses immenses atouts économiques et la taille de sa population.

Certains éléments suggèrent que l'Inde, sous la houlette du nationaliste hindou Modi, a l'intention de jouer un rôle plus actif dans la politique mondiale et de s'affirmer davantage au niveau régional, en Asie du Sud-Est. Le Premier ministre indien Narendra Modi, par exemple, a assumé la présidence du G-20 en septembre 2023, et le président américain Joe Biden est déjà venu prendre un petit café chez lui pour mettre en avant les "relations chaleureuses" entre les deux pays. En juin, le même Modi a effectué une visite d'État aux États-Unis. Le récent incident au cours duquel le Canada a accusé l'Inde d'être impliquée dans le meurtre d'un militant sikh au Canada peut également servir d'illustration du rôle géopolitique croissant de l'Inde sur la scène mondiale. L'incident a été déclenché par des rapports en provenance des États-Unis, que les commentateurs politiques ont décrits comme "particulièrement désagréables pour les États-Unis de Biden", qui étaient sur le point d'entamer de nouvelles relations intenses avec l'Inde.

Le 14 juillet, le Premier ministre indien Modi était en visite en France et a passé en revue les troupes françaises avec le président français Emmanuel Macron. Une visite officielle au cours de laquelle Macron a voulu souligner le rôle important de l'Inde sur l'échiquier géopolitique. Mais avant cela, il y a aussi eu l'atterrissage réussi d'une fusée indienne au pôle sud de la lune. Par ailleurs, l'Inde vient de lancer une mission d'observation du soleil - l'Inde déborde d'ambition, ne le constate-t-on pas?

Après la Seconde Guerre mondiale, le premier Premier ministre indien, Jawaharlal Nehru, a lancé, avec le Mouvement des pays non alignés, une stratégie de neutralité entre les deux blocs de puissance pendant la guerre froide. Cette stratégie de neutralité devait fournir à l'Inde d'importantes ressources (financières et autres).

Aujourd'hui, la constellation mondiale n'est plus la même et la politique étrangère de l'Inde est également différente.

indianwayesdefault.jpg

61F26PwVeSL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Le ministre indien des affaires étrangères et ancien diplomate, Subrahmanyam Jaishankar, a défini les points clés d'une nouvelle politique étrangère de l'Inde en 2020 dans un livre intitulé : The Indian Way : Strategies for an uncertain world (La voie indienne: stratégies pour un monde incertain). Il y a trois axes principaux :

    - La primauté de l'intérêt national et une approche politique réelle du monde. L'Inde n'a pas d'alliés mais des partenaires, avec lesquels elle négociera au cas par cas. Un monde multipolaire, en d'autres termes.

    - L'Inde veut être au centre du grand jeu géopolitique et profiter des rivalités entre les grandes puissances. En même temps, elle veut rendre l'Inde incontournable en tant que décideur dans les décisions mondiales.

    - Les contradictions inhérentes à la stratégie multipolaire doivent être exploitées au maximum par l'Inde. Les partenaires peuvent être aussi bien la Russie que les États-Unis, la Chine, le Japon, etc.

imlokages.jpg

Totalement absent de nos grands médias, le compte-rendu de la discussion à la Chambre des représentants de l'Inde, le Lok Sabha, le 5 avril 2022. Il en ressort une quasi-unanimité au sein du parlement sur la proposition selon laquelle l'Inde devrait occuper une position centrale dans la politique mondiale actuelle et pourrait parfaitement jouer le rôle de médiateur dans les conflits majeurs.  Dans son livre The Indian Way, le ministre en chef Jaishankar avait déjà écrit : "Il est temps pour nous de donner des réponses aux États-Unis, de mettre la Chine en bonne posture, de donner des assurances à la Russie, de donner un rôle au Japon, de nous rapprocher de nos voisins et de renforcer notre base de soutien traditionnelle".

Il n'est donc pas surprenant que l'Inde soit devenue à la fois membre de l'Organisation de coopération de Shanghai (créée et dirigée par la Chine), membre éminent des BRICS (organisation de pays émergents en développement) et du Dialogue quadrilatéral sur la sécurité (avec le Japon, l'Australie et les États-Unis - conçu pour limiter l'influence de la Chine). La mission principale de l'Inde dans toutes ces organisations est de défendre ses propres intérêts nationaux. Elle le fera désormais non pas de manière idéologique (comme pendant la guerre froide) mais plutôt de manière pragmatique.

3663322125928_1_75.jpg

L'importance économique croissante de l'océan Indien

Dans la revue française de géopolitique Conflits (n° 47 - septembre/octobre 2023), dont l'intérêt ne cesse de croître, Charles Gave souligne l'importance économique croissante de l'océan Indien et la situation géopolitique fortement modifiée depuis la mise en place de la nouvelle route de la soie chinoise et la guerre de la Russie en Ukraine. Le boycott de l'Occident a contraint la Russie à trouver de nouveaux débouchés pour ses produits, en déplaçant ses priorités économiques vers l'est et le sud du globe.

Par exemple, la Russie (deuxième exportateur de pétrole) a exporté du pétrole vers la Chine et a été payée en renminbi, la monnaie chinoise. La Russie a également mis en place une nouvelle route commerciale vers le sud, via la mer Caspienne, l'Iran et l'Inde, appelée le corridor international de transport nord-sud. Il s'agit d'une route commerciale internationale perpendiculaire à la nouvelle route de la soie chinoise, allant d'est en ouest. Si certains prédisent un boom économique pour les pays situés le long de cette nouvelle route commerciale (Inde, Turkménistan, Azerbaïdjan, Asie centrale avec l'Irak et l'Iran), d'autres experts économiques estiment qu'il ne s'agit que de paroles en l'air. Dans l'ensemble, il s'agit tout de même de 2 milliards de personnes.

Il semble bien que l'Inde soit en train de cataloguer ses atouts géopolitiques et de jouer cartes sur table. Ce géant asiatique aux pieds d'argile est-il en train de se réveiller ?

Peter Logghe

mardi, 17 octobre 2023

La multipolarité, un ordre encore à construire

3df3b8e07857ac598100c77d8ea55095.jpg

La multipolarité, un ordre encore à construire

Guy Mettan

Source: https://www.geopolitika.ru/fr/article/la-multipolarite-un...

Discours de Guy Mettan à la Conférence européenne sur la multipolarité, le 4 septembre 2023

Fin août, la réunion des BRICS à Johannesburg s’est terminée avec la décision d’élargir le groupe des cinq membres fondateurs à onze membres avec six nouveaux pays. Début septembre, la réunion du G20 à New Dehli s’est achevée par une déclaration commune qui renforçait le point de vue des pays du sud et refusait de condamner la Russie comme le demandaient les pays occidentaux.

Bien sûr, on aurait pu souhaiter davantage, un accroissement plus rapide, une dédollarisation plus active, une vision politique plus aiguë, un calendrier plus ambitieux. Mais les progrès sont nets et mieux vaut avancer lentement mais sûrement que multiplier les grands discours sans lendemain.

Car il ne faut pas se faire d’illusion, l’Occident ne restera pas sans réagir et fera tout ce qui est en son pouvoir pour torpiller la construction d’un monde réellement multipolaire, en essayant de diviser pour mieux régner, comme il a si bien su le faire jusqu’ici. On n’a jamais vu, dans l’histoire de l’humanité, une puissance dominante ou hégémonique partager son pouvoir sans combattre, par pur esprit de charité.

monlc5-25974831.jpg

russie-occident-une-guerre-de-mille-a.png

C’est pourquoi je pense qu’il est essentiel pour les partisans d’un ordre mondial multipolaire d’améliorer l’intégration économique et politique des pays d’Asie et du Sud d’une part, et l’attractivité de ce processus d’autre part. Or, en matière de soft power, l’Occident est toujours imbattable.

Nous devons en effet comprendre, comme le dit l’essayiste Caitlin Johnstone que « les hommes les plus puissants dans le monde sont ceux qui ont compris que le pouvoir réel n’appartient pas à celui qui contrôle le plus de votes, de troupes ou d’armes, mais à celui qui contrôle le narratif. Ils ont compris que le pouvoir consiste à contrôler ce qui arrive mais que le pouvoir absolu consiste à contrôle ce que les gens pensent à propos de ce qui arrive. Quand vous contrôlez les histoires qui rôdent dans la tête des gens, vous pouvez contrôler où vont les votes. Vous pouvez contrôler où va l’argent. Et où vont les troupes et les armes. Parce que les êtres humains sont des créatures qui ont besoin d’un narratif, si vous pouvez dominer ce narratif, vous pouvez dominer les humains. »

Il se trouve que l’Occident maitrise à la fois les contenus, les réseaux et les supports de communication qui assurent à son narratif une audience supérieure à celle des autres pays du monde. Il est rompu aux techniques de propagande et de diffusion de son message. Il a aussi l’avantage de parler d’une seule voix, du Japon au Canada, de l’Australie aux Etats-Unis en passant par l’Europe bien évidemment. Cette union fait sa force car aucun membre des BRICS, aussi puissant soit-il, n’est capable à lui seul de concurrencer l’Occident sur la scène internationale et dans les organisations qui comptent.

En revanche, quand le Sud global est uni et travaille dans un but commun, à savoir réformer la gouvernance mondiale, construire un ordre mondial plus équitable et mieux répartir les richesses, son pouvoir de conviction et d’attraction est plus puissant que celui de l’Occident. On l’a vu avec la capacité des BRICS à attirer de nouveaux membres alors que le G7 se replie sur ses acquis et son pré carré. Si nous voulons améliorer le soft power de l’ordre multipolaire, il est donc essentiel de se détacher des intérêts particuliers, des visions nationales propres à tel ou tel membre, et de travailler sur ce qui unit, de définir des objectifs communs, à partir des valeurs et des principes d’équité, de respect mutuel, de partage du pouvoir, d’égalité des civilisations qui sont à l’origine de la conception multipolaire du monde.

9782940628346_large.jpg

C’est dans cet esprit qu’avec quelques amis nous avons proposé à des diplomates, experts académiques et autres sympathisants de la cause multipolaire, russes et de pays amis, de créer à Genève, un « Multipolar Institute », un think tank sur la multipolarité, afin de stimuler et diffuser le concept de multipolarité et la pensée multipolaire au sein même des organisations internationales et des ONG censées défendre le multilatéralisme et représenter la communauté internationale. Sur le plan diplomatique, il existe déjà une association des « Amis pour la Défense de la Charte des Nations Unies », qui regroupe 22 pays et est actuellement présidée par l’ambassadeur du Venezuela, et dont le but est de promouvoir un vrai multilatéralisme, dans le respect de chacune des nations composant les Nations Unies. Le terrain est donc favorable pour créer une structure de réflexion plus active et capable d’émettre des idées et de faire des propositions concrètes pour faire avancer la cause multipolaire.

Les personnes intéressées peuvent me joindre sur ma messagerie guy.mettan@gmail.com

mercredi, 04 octobre 2023

Alexandre Douguine: Vague multipolaire

e2d3ddca7576e501aec69d0a7bc90c52.jpg

Vague multipolaire

Alexander Douguine

Source: https://katehon.com/ru/article/mnogopolyarnaya-volna?fbclid=IwAR0X24pTdl2pwz8b_TAbVGD_IftcEebuqcqXsXJFLgMEln3GB0dflWk5p60

Le suivi de la multipolarité est plus que jamais d'actualité. C'est à travers le prisme de la montée de la multipolarité et du déclin de l'unipolarité que les grands événements mondiaux doivent être interprétés.

Par exemple, le scandale diplomatique entre le Canada et l'Inde à propos du meurtre d'un Sikh au Canada. L'Inde commence progressivement à manifester plus activement sa souveraineté.

Le candidat à la présidence des États-Unis, Vivek Ramaswamy, avec son programme strictement paléoconservateur et antimondialisation (comme celui de Trump), est un autre symptôme. Oui, Rishi Sunak est un mondialiste hindou et un atlantiste, il y en a. Mais avant, il n'y avait que des pareils. Et maintenant, c'est une Inde différente qui se fait connaître.

india-or-bharat-impact-on-digital-marketing-1.jpg

D'ailleurs, l'Inde n'existe plus. Ce nom colonial a été remplacé par un nom anticolonial, ancien et souverain: Bharat.

De plus en plus d'hindous considèrent Narendra Modi comme un avatar. Et la dimension avatarique du dirigeant est la base divine de la souveraineté profonde.

La victoire électorale de Fico en Slovaquie est un autre exemple clair de la vague multipolaire. Son retrait de tout soutien aux nazis de Kiev, les plus ardents défenseurs du mondialisme, est également un symptôme.

Venons-en maintenant aux États-Unis. Comme l'a expliqué Dimitri Symes, le "shutdown" américain n'arrêtera pas complètement le soutien aux terroristes ukrainiens, mais il augmentera la volatilité aux États-Unis, le centre du système unipolaire. Un peu, mais ce phénomène, lui aussi, est tout à fait d'ordre multipolaire.

Plus l'unipolarité a des problèmes, mieux la multipolarité se porte. C'est comme les vases communicants : si l'un entre, l'autre sort.

La Russie tient le devant de la scène, ce qui est très important pour la vague multipolaire. Peut-être plus important que tout le reste. Après tout, c'est la Russie qui s'est engagée la première dans un conflit militaire direct avec le système mondialiste obstinément unipolaire que l'administration Biden et les néoconservateurs qui l'orchestrent tentent désespérément de sauver. Le monde commence de plus en plus à s'en rendre compte, en particulier les BRICS et les pays arabes.

400px-African-civilizations-map-imperial.png

En Afrique de l'Ouest, l'empire précolonial du Mali renaît sur le plateau mandingue. Le Mali, le Burkina Faso, le Niger et la Guinée forment un bloc anticolonial, noyau de la résistance panafricaine au mondialisme. L'entrée du seul pays d'Afrique à n'avoir jamais perdu son indépendance, l'Éthiopie, dans les BRICS est un autre moment symbolique de la vague multipolaire.

Tout cela s'ajoute progressivement à la mosaïque d'un nouvel ordre mondial.

Elon Musk James Duncan Davidson.jpg

Les frasques d'Elon Musk sur Twitter, devenu X (portail des altermondialistes et eurasistes polonais) et détenu par Musk lui-même, sont également un symptôme. Le réseau X a également débloqué mon compte, qui avait été détruit par la mise à sac d'Elon Musk par les dirigeants libéraux-nazis unipolaires. Sans la censure mondialiste, l'ancien tweet aurait été accusé d'être un "porte-parole de la propagande russe et de la désinformation". La liberté d'expression sous toutes ses formes est désormais considérée comme de la "propagande russe". La sauvagerie de l'élite mondialiste agonisante, qui tente férocement et désespérément de sauver à tout prix son hégémonie lézardée, devient de plus en plus évidente, même en Occident. L'actuelle administration américaine entrera peut-être dans l'histoire comme la dernière tentative de préserver le monde unipolaire.

Des agences de presse, citant un fonctionnaire européen anonyme interrogé par Politico, rapportent que les pays de l'UE ne fourniront plus à Kiev d'armes provenant de leurs propres stocks en raison de la menace sécuritaire qui pèse sur l'Europe elle-même. Il s'agit peut-être d'une façon pour l'UE de se préparer à une guerre avec la Russie. Ou peut-être, au contraire, s'oriente-t-elle déjà vers une sortie du mode "escalade".

Autre considération. Il semble qu'il existe un centre au sommet de la Russie elle-même, qui est opposé à l'Opération militaire spéciale, qui n'accepte pas la vague multipolaire et qui veut que tout redevienne comme avant. Il ne s'agit peut-être pas d'agents d'influence directs, mais de personnes qui partagent sincèrement les principes et les valeurs du mondialisme libéral. Leur présence influe partout. En fait, une Opération militaire spéciale invisible se déroule à l'intérieur même de la Russie, où l'ennemi résiste aussi farouchement que le régime de Kiev en Ukraine et tente même d'organiser une contre-attaque de temps à autre. Cela prend la forme de faux sondages sociaux, où la Victoire est prétendument soutenue par une minorité, ou en sabotant la mobilisation de la société, ou en gardant le silence sur l'Opération militaire spéciale, ou en contribuant à la déstabilisation sociale par une politique provocatrice de migration incontrôlée, ou en poursuivant une stratégie économique et financière qui sape nos forces de l'intérieur. Il n'est pas facile de découvrir le noyau de cette force hostile, son quartier général, sa résidence principale. Mais je crains que sans cela, il nous soit très difficile de mener la guerre dans le sens de la victoire.

La Russie doit se préparer à la ruée. L'épuration de ses propres rangs est inévitable.

20:22 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : alexandre douguine, multipolarité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Ordo pluriversalis. La pensée de Leonid Savin et la fin de la Pax Americana

maxrlsesdefault.jpg

Ordo pluriversalis. La pensée de Leonid Savin et la fin de la Pax Americana

Source: https://blog.ilgiornale.it/puglisi/2022/05/09/ordo-pluriversalis-il-pensiero-di-leonid-savin-e-la-fine-della-pax-americana/

Rédacteur en chef du magazine "Geopolitics" de l'université de Moscou et du site web "Geopolitica.ru", Leonid Savin, auteur et analyste prolifique, avec déjà trois publications en italien à son actif, est peut-être l'une des "plumes" les plus intéressantes pour ceux qui souhaitent comprendre ce qui se passe réellement, derrière l'écran de fumée de la propagande et de la guerre psychologique, dans l'esprit des classes dirigeantes moscovites chargées de gouverner le conflit en cours avec l'Ukraine: directeur de la Fondation pour le suivi et la prévision du développement des espaces culturels et territoriaux (FMPRKTP), membre de la Société militaro-scientifique du ministère russe de la défense, M. Savin est également l'un des principaux représentants du mouvement eurasiste international.

Ordo_pluriversalis.jpg

À cet égard, la récente publication en italien de l'essai Ordo pluriversalis. La fin de la pax americana e la nascita del mondo multipolare (= La fin de la pax americana et la naissance du monde multipolaire), publié par Anteo Edizioni, préfacé par Marco Ghisetti, jeune et brillant géopolitologue, qui avait déjà écrit, pour la même maison d'édition, l'essai Talassocrazia (préfacé d'ailleurs par Savin lui-même).

"L'ouvrage, explique Ghisetti, commence par constater que le soi-disant paradigme de la "paix américaine" s'est effondré à la suite des événements récents, ce que confirme clairement l'éclatement de guerres chaudes dans des régions et des zones que l'on croyait établies de longue date dans l'orbite de Washington. L'influence américaine recule en effet dans diverses régions du monde, mais plus qu'un affaiblissement général de la puissance outre-mer, c'est aussi un changement de stratégie, c'est-à-dire un repositionnement de Washington sur de nouvelles lignes stratégiques, qui est à l'origine de ce phénomène. Il est un fait, cependant, que la croissance des puissances dites révisionnistes, qui ont forcé les États-Unis à se retirer des régions qu'ils avaient tenté de conquérir, n'aboutit pas à une simple augmentation de leur puissance relative, mais s'accompagne au contraire d'un désarroi général et répandu à l'égard de la structure mondiale qui s'était dessinée ces derniers temps. C'est pour cette raison que la fin de la pax americana peut entraîner un véritable changement dans l'ensemble de l'ordre international et pas seulement dans l'équilibre des pouvoirs.

C'est pour cette raison que l'analyse de Savin entend aller plus loin que les nombreuses analyses déjà présentes, identifiant ainsi les raisons profondes, mais aussi les alternatives possibles à la phase de transition que nous vivons actuellement.

Par ailleurs, il apparaît clairement à la lecture de ce texte que l'objectif de Savin ne se limite pas à déconstruire ou à décrire la phase de crise actuelle. En effet, l'objectif de Savin est constructif : il espère pouvoir identifier et proposer des grammaires intellectuelles qui pourraient s'avérer utiles dans cette construction à la cimentation du nouvel ordre multipolaire en gestation.

Nous avons choisi de proposer cette nouvelle étude de Savin maintenant précisément parce que la récente action russe en Ukraine (à laquelle il faut ajouter l'énorme et inaperçu dynamisme de Moscou en Afrique subsaharienne) a non seulement rapidement confirmé ce que Savin avait pronostiqué, mais a également imposé la nécessité, pour tout acteur politique qui veut être plus qu'un simple objet de la politique de puissance des autres, ou pour tout analyste qui veut s'orienter dans la phase de transition actuelle, de comprendre pleinement à la fois les grandes stratégies des grandes puissances et la vision du monde qui les oriente.

Il est donc particulièrement important et utile pour le lecteur italien. En effet, l'Italie, qui se trouve au centre de la macro-région méditerranéenne et européenne, est un pays dont l'importance est, hélas, directement proportionnelle à l'inaptitude de sa classe dirigeante et au manque d'intérêt de l'opinion publique pour les affaires internationales, de sorte que l'Italie navigue sans boussole dans cette phase de transition houleuse. Le livre de Savin, qui malgré son titre et sa taille est vraiment facile et fluide à lire, a le potentiel d'offrir la boussole nécessaire pour s'orienter dans la phase de crise actuelle, avec la possibilité de répondre de manière plus consciente et appropriée aux choix que nous devrons bientôt faire".

md31018145726.jpgMais quelles sont donc les alternatives au scénario mondial actuel proposées par l'auteur ?

"Les alternatives au scénario actuel", poursuit Ghisetti, "dépendront des actions et de la volonté des acteurs en jeu, et du type d'ordre qu'ils voudront et parviendront à établir. Le multipolarisme, et en particulier la phase de transition actuelle, est un chantier ouvert. Pour Savin, l'ordre mondial ne dépend pas exclusivement de l'équilibre des puissances mondiales, car sa structure même n'est pas quelque chose de donné et d'immuable. En même temps, Savin affirme que de nombreux niveaux, de nombreuses visions et interprétations du monde coexistent dans la politique mondiale, qui sont tout aussi légitimes et qui influencent donc l'ordre mondial, quel qu'il soit. C'est pourquoi Savin préfère parler de "plurivers" plutôt que de multipolarisme. Pour l'essentiel et à l'heure actuelle, les principales alternatives sont celles des grandes puissances eurasiennes (Russie et Chine), auxquelles s'ajoutent celles du (ou des) monde(s) musulman(s) et latino-américain(s), dont le dénominateur commun est précisément l'opposition à la domination des schématismes ambiants et d'une puissance mondiale unique.

En fonction du succès de leurs politiques anti-hégémoniques, combiné à leur vision particulière du plurivers politique, ces puissances offriront l'opportunité à d'autres visions du monde de s'affirmer, même dans des régions ou des cultures qui leur sont éloignées. L'une de ces régions est précisément l'Europe, pour laquelle Savin consacre un chapitre entier au projet d'autonomie stratégique et au rôle particulier qu'elle pourrait jouer".

Quelles leçons peut-on tirer de l'essai et de la pensée de Savin à la lumière des événements récents ?

Une première leçon, poursuit l'éditeur de l'ouvrage, et la plus évidente, est que nous ne sommes plus dans une période de "paix" garantie par l'hégémon américain, si tant est que l'on puisse parler de paix, puisque certains auteurs ont préféré, pas tout à fait à tort, parler de "guerre sans fin" plutôt que de "paix américaine". Une deuxième leçon, qui découle directement de la première, est que, compte tenu des guerres qui ont maintenant éclaté précisément sur le sol européen, il ne nous est plus possible de supposer avec désinvolture et naïveté que notre sécurité peut dépendre entièrement de la volonté bienveillante d'un hégémon qui est manifestement disposé à nous laisser faire ses guerres (ou à faire ses guerres sur notre peau).

Une troisième leçon est que, dans la situation actuelle, nous devons décider de devenir responsables de notre propre destin et, par conséquent, de décider ce que nous voulons faire et ce que nous voulons être dans un monde où notre importance et l'influence de nos institutions politiques et économiques diminuent rapidement (sans parler de notre influence culturelle de plus en plus dérisoire). Une fois cette prise de conscience effectuée, les portes de tous les futurs alternatifs possibles s'ouvrent devant nous, vers lesquels nous avons la possibilité d'orienter notre avenir historique, si seulement nous sommes conscients de la situation et disposés à entreprendre les actions et les risques éventuels d'une telle entreprise.

81pAMy9wXzL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpgQuelle avancée l'"opération spéciale" décidée par le Kremlin en Ukraine peut-elle apporter à la transition vers un modèle polycentrique ?

"Dans le livre, poursuit Ghisetti, Savin affirme clairement que l'engagement de la Russie dans la construction d'un modèle polycentrique pour le monde est une condition sine qua non, mais non suffisante à elle seule, pour le cimentage effectif d'un monde multipolaire. En effet, depuis plus de vingt ans, la Russie s'efforce de promouvoir la construction d'un monde dans lequel elle peut sauvegarder sa souveraineté et maintenir une certaine capacité de projection extérieure qui, aux yeux des hommes du Kremlin, se manifeste par une politique visant à faire jouer à Moscou un rôle stabilisateur et équilibrant dans les différentes régions du monde. Ainsi, avec la Chine et les Etats d'Asie centrale, elle a fixé une fois pour toutes leurs frontières respectives et tenté d'harmoniser ses projets d'intégration avec la Nouvelle Route de la Soie chinoise, évitant ainsi un jeu à somme nulle entre Pékin et Moscou en Asie centrale ; au Proche et au Moyen-Orient, Moscou est intervenue militairement et diplomatiquement pour stabiliser la région et évincer les acteurs qui fomentaient des divisions et des conflits interethniques et interreligieux ; dans l'Arctique, la Russie a également tenté de suivre la même politique, en jetant les bases des futures routes arctiques et en essayant d'éviter une course au réarmement dans la mer Glaciale.

La frontière avec l'Europe de l'Est est donc la dernière zone frontalière qui n'a pas encore été stabilisée, ou en tout cas pour laquelle une situation de jeu à somme nulle subsiste dans le projet d'intégration relatif (l'Union européenne), bien que Moscou ait essayé d'établir avec le projet d'intégration de l'UE une relation à certains égards similaire à celle de la Nouvelle Route de la Soie de la Chine. Cela n'a pas été possible en raison de la politique de l'OTAN visant à empêcher toute forme d'entente entre Bruxelles, Berlin et Moscou, ce qui a entraîné un jeu à somme nulle en Europe de l'Est, qui a fini par dégénérer en guerre en Ukraine.

La décision de Moscou de poursuivre ce qu'elle a appelé une "opération militaire spéciale", dont la logique suit celle de l'intervention en Syrie en faveur du gouvernement al-Assad, montre que les contradictions dans les relations de la Russie avec l'Occident commencent à se manifester et que, de la part de Poutine, il s'agit d'empêcher les dirigeants russes d'avoir des ambitions pro-occidentales. Cela ne signifie pas que Moscou a tourné le dos à l'Europe ou à son désir de stabiliser sa frontière occidentale. La Russie est bien consciente qu'elle ne peut se le permettre, et le fait qu'elle continue officiellement à qualifier celle en Ukraine d'"opération militaire spéciale" visant à la dénazification et à la neutralisation de l'Ukraine ou à la protection de la population russophone des républiques séparatistes en est la preuve.

Mais les politiques européennes visant, sous la pression américaine, à couper les liens avec la Russie, quitte à se castrer et à se détruire économiquement et socialement (la Russie, elle, est capable d'y survivre, car elle mène depuis vingt ans une politique étrangère multi-vectorielle et une quasi-autarcie à l'intérieur de ses frontières).

Les décisions prises au nom d'une morale vide ou de la loyauté envers le monde atlantique ne peuvent que, d'une part, prolonger la situation de guerre dans la zone frontalière euro-russe et, d'autre part, accélérer le déclin de l'Europe vers une situation d'isolement et d'insignifiance sur le plan international.

Mais la macro-région européenne reste l'une des plus stratégiques sur le plan international ; et c'est probablement pour cette raison que Savin, qui commence son étude par la crise du modèle occidental (d'abord eurocentrique, puis américano-centrique), la conclut par un chapitre consacré au déclin européen face à la volonté européenne, minoritaire mais actuelle, d'affirmer son autonomie stratégique et culturelle.

En d'autres termes, l'"opération militaire spéciale" de la Russie ne constitue pas tant un tournant dans la construction d'un monde polycentrique que son accélération, raccourcissant ainsi le délai dans lequel l'Italie et l'Europe doivent décider ce qu'elles veulent être et ce qu'elles veulent faire dans la phase transitoire actuelle, au risque de manquer l'appel de l'histoire et de tomber finalement dans l'oubli".

dimanche, 24 septembre 2023

Le nouvel ordre multipolaire. L'heptarchie et ses significations

ed1f4f5535665d137cfb658a9d2a99d9.jpg

Le nouvel ordre multipolaire. L'heptarchie et ses significations

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/novyy-mnogopolyarnyy-poryadok-geptarhiya-i-eyo-smysly

L'ordre mondial évolue si rapidement aujourd'hui que les institutions associées à la politique internationale n'ont pas le temps d'y répondre de manière adéquate et de le comprendre pleinement. En Russie, il existe une théorie timide selon laquelle le droit international est quelque chose de solide et de stable, qui prend en compte les intérêts de toutes les parties, tandis que la théorie des "règles" et de l'ordre fondé sur des règles promue par l'Occident collectif et les élites nord-américaines est une sorte d'astuce pour consolider l'hégémonie de Washington. Cette question mérite d'être examinée plus en détail.

L'ordre mondial prémoderne

Résumons les mutations fondamentales de l'ordre mondial au cours des 500 dernières années, c'est-à-dire depuis le début de l'ère moderne.

Avant le début de l'ère des Grandes Découvertes Géographiques (qui coïncide avec le passage du Prémoderne au Moderne, de la société traditionnelle à la société moderne), le monde était divisé en zones de plusieurs civilisations autonomes. Celles-ci échangeaient entre elles à différents niveaux, parfois de manière conflictuelle, mais aucune ne remettait en cause l'existence même de l'autre, acceptant tout tel que c'était.

Ces civilisations sont les suivantes:

    - L'écoumène chrétien occidental (catholique) ;

    - L'écoumène chrétien oriental (orthodoxe) ;

    - Empire chinois (y compris ses satellites culturels - Corée, Viêt Nam, en partie Japon et certains États d'Indochine) ;

    - Indosphère (comprenant en partie l'Indochine et les îles indonésiennes) ;

    - L'Empire iranien (y compris les régions d'Asie centrale sous forte influence iranienne) ;

    - L'Empire ottoman (héritant dans les grandes lignes de la plupart des dominations abbassides - y compris le Maghreb et la péninsule arabique) ;

    - Un certain nombre de royaumes africains indépendants et développés ;

    - Deux empires américains (Inca et Aztèque).

Chaque civilisation comprenait plusieurs pouvoirs et souvent de nombreux groupes ethniques très différents. Chaque civilisation avait une identité religieuse distincte qui s'incarnait dans la politique, la culture, l'éthique, l'art, le mode de vie, la technologie et la philosophie.

En substance, il s'agissait du zonage de l'humanité à l'époque où toutes les sociétés, tous les États et tous les peuples vivaient dans les conditions d'une société traditionnelle et construisaient leur existence sur la base de valeurs traditionnelles. Toutes ces valeurs étaient sacrées, profondément religieuses. En même temps, elles étaient différentes pour chaque civilisation. Parfois plus, parfois moins, selon le cas, mais en général, toutes les civilisations acceptaient l'existence des autres comme une évidence (si, bien sûr, elles se rencontraient).

Il est intéressant de noter que l'Occident et l'Orient chrétiens se sont considérés comme des écoumènes distincts, comme deux empires, avec une prédominance du rôler papal en Occident et du rôle impérial en Orient (de Byzance à Moscou, la Troisième Rome).

61p6dayNGeL._AC_UF894,1000_QL80_.jpg

Cet ordre, Buzan et Little l'appellent "les systèmes internationaux antiques ou classiques" [1]. Carl Schmitt les compare au premier nomos de la terre [2].

Il s'agit du premier modèle de relations internationales. Il n'existait pas de droit international général à cette époque, car chaque civilisation représentait un monde complet et totalement autonome - non seulement une culture souveraine, mais aussi une compréhension parfaitement originale de l'existence environnante, de la nature. Chaque empire vivait dans son propre cosmos impérial, dont les paramètres et les structures étaient déterminés sur la base de la religion dominante et de ses principes.

Les temps modernes : l'invention du progrès

C'est ici que commence la partie la plus intéressante. Le nouvel âge de l'Europe occidentale (la modernité) a apporté une idée totalement étrangère à toutes ces civilisations, y compris à la civilisation catholique-chrétienne: l'idée d'un temps linéaire et d'un développement progressif de l'humanité (qui a pris plus tard la forme de l'idée de progrès). Ceux qui ont adopté cette attitude ont commencé à fonctionner avec les idées fondamentales selon lesquelles le "vieux", l'"ancien" et le "traditionnel" sont évidemment pires, plus primitifs et plus grossiers que le "nouveau", le "progressif" et le "moderne". En outre, le progrès linéaire affirme dogmatiquement que le nouveau supprime l'ancien, le dépasse et le surpasse dans tous les paramètres. En d'autres termes, le nouveau remplace l'ancien, l'abolit, prend sa place. Cela nie la dimension de l'éternité, qui est au cœur de toutes les religions et de toutes les civilisations traditionnelles et constitue leur noyau sacré.

L'idée du progrès linéaire a simultanément renversé toutes les formes de sociétés traditionnelles (y compris celle de l'Europe occidentale). C'est ainsi que l'"ancien système international" ou le "premier nomos de la Terre" ont été considérés collectivement comme le passé à remplacer par le présent sur la voie de l'avenir. En même temps, le modèle de la société européenne post-traditionnelle post-catholique (en partie protestante, en partie matérialiste-athée conformément au paradigme de la vision du monde des sciences naturelles) a été considéré comme le présent (moderne). Dans l'Europe occidentale des 16ème et 17ème siècles, l'idée d'une civilisation unifiée (civilisation au singulier), qui incarnerait en elle-même le destin de toute l'humanité, a été conçue pour la première fois. Ce destin consistait en un dépassement de la tradition et des valeurs traditionnelles, et c'est ainsi que le fondement même des civilisations sacrées qui existaient à cette époque a été balayé. Elles ne représentaient plus qu'un retard (par rapport à l'Occident moderne), un ensemble de préjugés et de fausses idoles.

1_le-nomos-de-la-terre.jpg

Le second nomos de la Terre

C'est ainsi qu'a commencé la construction du "système international global" (selon B. Buzan) ou du "second nomos de la Terre" (selon K. Schmitt).

Aujourd'hui, l'Occident commence à se transformer et, parallèlement, à influencer de plus en plus activement les zones d'autres civilisations. L'Europe occidentale elle-même connaît un processus rapide de destruction des fondements sacrés de sa propre culture, de démantèlement de l'influence papale (en particulier par la Réforme), de formation de nations européennes sur la base de la souveraineté (auparavant, seuls le siège papal et en partie l'empereur d'Europe occidentale étaient considérés comme souverains), de rupture et de déplacement vers la périphérie de la dogmatique théologique et de transition vers les sciences naturelles sur la base du matérialisme et de l'athéisme. La culture européenne a été démonétisée, déchristianisée et universalisée.

Parallèlement, la colonisation d'autres civilisations - le continent américain, l'Afrique, l'Asie - battait son plein. Et même les empires qui ont résisté à l'occupation directe - chinois, russe, iranien et ottoman - et qui ont maintenu leur indépendance, ont été soumis à une colonisation culturelle, absorbant progressivement les attitudes de la modernité de l'Europe occidentale au détriment de leurs propres valeurs traditionnelles sacrées.

La modernité, le progrès et l'athéisme scientifique ont colonisé l'Europe occidentale qui, à son tour, a colonisé le reste de la civilisation, directement ou indirectement. À tous les niveaux, il s'agissait d'une lutte contre la Tradition, le sacré et les valeurs traditionnelles. La lutte du temps contre l'éternité. La lutte de la civilisation au singulier contre les civilisations au pluriel.

fd434e1025efb4778e4cc2f90f3dca696822ff8c.jpg

La paix de Westphalie

Le point culminant de ce processus de construction du second "système international" (le second nomos de la Terre) fut la paix de Westphalie, qui mit fin à une guerre de 30 ans dont les principaux protagonistes étaient les protestants et les catholiques (à l'exception de la France catholique, qui prit le parti opposé en raison de sa haine pour les Habsbourg). La paix de Westphalie a établi le premier modèle explicite de droit international, le Jus Publicum Europeum, rejetant complètement les principes de l'ordre médiéval. Désormais, seuls les États-nations sont reconnus comme détenteurs de la souveraineté, indépendamment de leur religion ou de leur système politique (cependant, tous les États de l'époque étaient des monarchies). Ainsi, l'autorité suprême de la politique étrangère est reconnue comme l'État-Nation, dont le modèle n'est pas les empires ou civilisations traditionnels, mais les puissances européennes modernes, qui entrent dans l'ère du développement capitaliste rapide, partageant en général les principes des Temps Modernes, des sciences naturelles et du progrès.

L'Europe occidentale des Temps Modernes est devenue synonyme de civilisation en tant que telle, tandis que les autres entités politiques non européennes étaient considérées comme "barbares" (si la culture et la politique y étaient suffisamment développées) et "sauvages" (si les peuples vivaient dans des sociétés archaïques sans organisation et stratification politiques verticales strictes). Les "sociétés sauvages" étaient soumises à la colonisation directe et leurs populations "désespérément arriérées" à l'esclavage. L'esclavage est un concept moderne. Il est arrivé en Europe après la fin du Moyen Âge et avec le Nouvel Âge, le progrès et les Lumières.

Les "puissances barbares" (dont la Russie faisait partie) représentaient une certaine menace, à laquelle on pouvait répondre à la fois par une confrontation militaire directe et par l'introduction dans l'élite d'éléments partageant la vision du monde de l'Europe occidentale. Parfois, cependant, les "puissances barbares" ont utilisé la modernisation et l'européanisation partielles dans leur propre intérêt pour s'opposer à l'Occident lui-même. Les réformes de Pierre le Grand en Russie en sont un exemple frappant. Quoi qu'il en soit, l'occidentalisation a corrodé les valeurs traditionnelles et les institutions politiques de l'époque des "anciens systèmes internationaux".

144529_rda_72dpi.jpg

C'est pourquoi Barry Buzan qualifie ce deuxième modèle d'ordre mondial de "système international global". Ici, une seule civilisation était reconnue, construite sur l'idée du progrès, du développement technologique, de la science matérialiste, de l'économie capitaliste et de l'égoïsme national. Elle devait devenir une civilisation mondiale.

Souveraineté : évolution du concept

Bien que ce système reconnaisse nominalement la souveraineté de chaque État-nation, il ne s'applique qu'aux puissances européennes. Les autres se voient offrir le statut de colonies. Quant aux "États barbares", ils font l'objet de moqueries désobligeantes et d'un mépris arrogant. Le passé, y compris celui de l'Europe occidentale, est vilipendé de toutes les manières possibles (d'où le mythe du "Moyen Âge sombre"), tandis que le progrès - l'humanisme, le matérialisme, la laïcité - est glorifié.

Progressivement, cependant, le statut de souveraineté a commencé à s'étendre à certaines colonies, si elles parvenaient à se soustraire à l'autorité des métropoles. C'est ce qui s'est passé pendant la guerre d'indépendance des États-Unis. Plus tard, cette voie a été suivie par d'autres entités coloniales, qui ont été progressivement acceptées dans le club européen. Désormais, les principes de Westphalie s'appliquent également à elles. C'est ce qu'on appelle le système westphalien de relations internationales.

e7120daf2dd8e6a80f7f431a8ebdc87c.jpg

À la fin du 19ème siècle, il s'est étendu à certaines colonies libérées et à un certain nombre de "puissances barbares" (Russie, Empire ottoman, Iran, Chine), qui ont conservé à l'intérieur leur mode de vie traditionnel, mais qui sont de plus en plus attirées par le "système international global" mis en place par l'Occident.

La Première Guerre mondiale a marqué l'apogée de l'ordre westphalien, car ce sont les grandes puissances nationales - l'Entente, la Russie tsariste, l'Allemagne et l'Autriche-Hongrie - qui se sont affrontées. Dans ce conflit, les coalitions ont été créées de manière arbitraire, car les participants étaient des unités indépendantes et tout à fait souveraines. Ils pouvaient conclure une alliance avec certains et entrer en guerre avec d'autres, ne dépendant que de la décision du pouvoir suprême.

Idéologisation du système international

Dans les années 1930, le système westphalien commence à se transformer. La victoire des bolcheviks en Russie et la création de l'URSS ont entraîné une intrusion brutale de la dimension idéologique dans le système des relations internationales. L'URSS sort du dualisme "sociétés modernes" et "États barbares", car elle défie l'ensemble du monde capitaliste, mais n'est pas une continuation inertielle de la société traditionnelle (au contraire, la modernisation en URSS est extrêmement radicale et les valeurs sacrées sont détruites dans une mesure encore plus grande qu'à l'Ouest).

L'émergence du phénomène du fascisme européen, et en particulier du national-socialisme allemand, a encore aggravé les contradictions idéologiques - désormais horribles en Europe occidentale même. Après l'arrivée d'Hitler au pouvoir, l'Allemagne a commencé à construire rapidement un nouvel ordre européen, fondé non pas sur le nationalisme classique, mais sur la théorie raciale, glorifiant la race aryenne et humiliant tous les autres peuples (partiellement aryens - Celtes, Slaves, etc.).

Ainsi, à la fin des années 30, le monde était divisé selon des lignes idéologiques. En fait, le système westphalien, encore reconnu en paroles, appartient au passé. La souveraineté est désormais détenue non pas tant par des États individuels que par des blocs idéologiques. Le monde devient tripolaire, où seuls l'URSS, les pays de l'Axe et les puissances occidentales libérales anglo-saxonnes comptent vraiment. Tous les autres pays se voient proposer de rejoindre l'un ou l'autre camp, ou.... de s'en prendre à eux-mêmes. Parfois, la question est réglée par la force.

La Seconde Guerre mondiale a été un affrontement entre ces trois pôles idéologiques. En fait, nous avons eu affaire à une esquisse à court terme d'un modèle international tripolaire avec un conflit prononcé et une domination idéologique antagoniste sur le système des relations internationales. Chacun des pôles, pour des raisons idéologiques, nie en fait tous les autres, ce qui conduit naturellement à l'effondrement de la Société des Nations et à la Seconde Guerre mondiale.

5c75600d15e9f96aaf56bb51.jpg

Là encore, différentes combinaisons pouvaient théoriquement être formées - le pacte de Munich suggérait la possibilité d'une alliance entre libéraux et fascistes. Le pacte Ribbentrop-Molotov - entre fascistes et communistes. Comme nous le savons, l'alliance des libéraux et des communistes contre les fascistes s'est réalisée. Les fascistes ont perdu, les libéraux et les communistes se sont partagé le monde.

Le système bipolaire

À la fin de la Seconde Guerre mondiale, un système bipolaire a vu le jour. Désormais, tous les pays "souverains" nominalement reconnus ne le sont plus, et seuls deux des trois camps idéologiques subsistent. La paix de Yalta a consolidé la division du pouvoir entre les camps capitaliste et socialiste, et l'ONU est devenue l'expression de ce nouveau modèle d'ordre mondial. Le droit international est désormais fondé sur la parité (essentiellement nucléaire) entre l'Ouest capitaliste et l'Est socialiste. Les pays du Mouvement des non-alignés se voient accorder une certaine liberté d'équilibre entre les pôles.

Carl Schmitt appelle la bipolarité et l'équilibre des forces dans les conditions de la guerre froide "le troisième nomos de la Terre", tandis que B. Buzan ne distingue pas de modèle particulier d'ordre mondial, le considérant comme une continuation du "système international global" (ce qui affaiblit quelque peu la pertinence de sa théorie générale).

unipolar-world-us-hegemony-xl.jpg

Le moment unipolaire

L'effondrement du camp socialiste, le Pacte de Varsovie et la fin de l'URSS ont entraîné la fin de l'ordre mondial bipolaire fondé sur le principe idéologique du capitalisme contre le socialisme. Le socialisme a perdu, l'URSS a capitulé et s'est effondrée. De plus, elle a reconnu et accepté l'idéologie de l'ennemi. D'où la Fédération de Russie, construite sur la base de normes libérales-capitalistes. Avec le socialisme et l'URSS, la Russie a perdu sa souveraineté.

C'est ainsi que le "quatrième nomos de la Terre" a commencé à prendre forme, que Carl Schmitt lui-même n'a pas vu de son vivant, mais dont il avait pressenti la probabilité. Barry Buzan l'a défini comme un "système international postmoderne". De l'avis général, ce nouveau modèle de relations internationales et le système de droit international émergent auraient dû consolider l'unipolarité établie. Des deux pôles, il n'en restait plus qu'un, le pôle libéral. Désormais, tous les États, les peuples et les sociétés étaient obligés d'accepter le seul modèle idéologique, le modèle libéral.

51Xh6qQTpUL._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

C'est à cette époque que sont apparues les théories consolidant l'unipolarité. La "théorie de l'hégémonie stable" de Robert Gilpin en est un exemple [3]. Charles Krauthammer a prudemment parlé de "moment unipolaire" [4], c'est-à-dire d'un état temporaire de la politique mondiale, et Francis Fukuyama a proclamé avec assurance la "fin de l'histoire" [5], c'est-à-dire le triomphe irréversible et définitif de la démocratie libérale, c'est-à-dire de l'Occident moderne, à l'échelle mondiale.

Au niveau politique, cela s'est traduit par l'appel du sénateur John McCain à la création d'une nouvelle organisation internationale - la Ligue des démocraties - en lieu et place de l'ONU, qui reconnaîtrait explicitement l'hégémonie complète et totale de l'Occident libéral et la suprématie des États-Unis à l'échelle mondiale.

Des objections à cette volonté de passer radicalement à un système international unipolaire-mondialiste - postmoderniste - ont été soulevées par Samuel Huntington, qui s'oppose plutôt à une culture fondée sur la modernité et le progrès linéaire, sur l'acceptation de l'universalisme de la civilisation occidentale, et à son apogée, a soudainement suggéré qu'après la fin du monde bipolaire, il n'y aura pas la fin de l'histoire (c'est-à-dire le triomphe complet du capitalisme libéral à l'échelle planétaire), mais la résurgence d'anciennes civilisations. Huntington a décodé la postmodernité comme la fin du moderne et le retour au prémoderne, c'est-à-dire au système international qui existait avant l'âge de la grande découverte (c'est-à-dire avant la colonisation planétaire du monde et le début du nouvel âge). Il a ainsi proclamé le "retour des civilisations", c'est-à-dire la nouvelle émergence des forces qui avaient dominé le "premier nomos de la Terre", le "système international antique et classique".

En d'autres termes, Huntington prédisait la multipolarité et une interprétation totalement nouvelle du postmodernisme dans les relations internationales - non pas un libéralisme total, mais au contraire un retour à la souveraineté des "grands espaces" civilisationnels sur la base d'une culture et d'une religion particulières. Comme nous le verrons par la suite, Huntington avait tout à fait raison, tandis que Fukuyama et les partisans de l'unipolarité étaient quelque peu hâtifs.

Synchronisme des différents types d'ordre mondial

Il convient ici de revenir sur le concept d'"ordre mondial fondé sur des règles". Les années 2000 ont été marquées par une situation particulière où tous les systèmes de relations internationales et, par conséquent, tous les types de droit international fonctionnaient simultanément. Des civilisations longtemps oubliées et effacées se sont réaffirmées sous une forme renouvelée et ont commencé à s'institutionnaliser, comme en témoignent les BRICS, l'OCS, l'Union économique eurasienne, etc. Le prémoderne s'est mêlé au postmoderne.

Krasner_ActionShot.jpg

508912959_90387143-64ad-4e03-bc64-1efe9094f984.jpg

Dans le même temps, de nombreuses dispositions du système westphalien ont été préservées dans le droit international par inertie. La souveraineté des États nationaux est toujours reconnue comme la principale norme des relations internationales, même si ce n'est que sur le papier. Des réalistes comme S. Krasner [6] ont franchement reconnu que la thèse de la souveraineté appliquée à toutes les puissances de l'ordre mondial moderne, à l'exception des vraies grandes puissances, est une pure hypocrisie et ne correspond à rien dans la réalité. Mais la diplomatie mondiale continue à jouer le monde westphalien, dont il ne reste que des ruines fumantes.

Les règles de l'ordre mondial

Dans le même temps, le système de paix de Yalta conserve son influence et sa normativité. L'ONU est toujours basée sur la présomption de bi-polarité, où le Conseil de sécurité maintient une sorte de parité entre les deux blocs nucléaires - le capitaliste (États-Unis, Angleterre, France) et l'ancien socialiste (Russie, Chine). En général, l'ONU maintient l'apparence d'une bipolarité équilibrée et insiste sur le fait qu'il s'agit du système de droit international (bien que cela - après l'effondrement du camp socialiste et l'effondrement de l'URSS - soit plutôt une "douleur fantôme"). C'est à cela que les dirigeants de la Russie moderne aiment faire appel dans leur opposition à l'Occident.

L'Occident cherche à consolider le système unipolaire - la Ligue des démocraties, le Forum des démocraties, en reconnaissant ceux qui ne sont pas d'accord avec cette hégémonie comme des "États voyous". Jusqu'à présent, il n'a pas été possible de le faire au niveau du droit international, qui reste nominalement westphalien-bipolaire, de sorte que les mondialistes ont décidé d'introduire le concept de "règles" et ont proclamé un ordre mondial basé sur ces règles, où les règles sont créées, mises en œuvre et protégées par un seul centre - l'Occident mondial.

Dans le triomphe de la civilisation libérale-capitaliste occidentale, les théoriciens du mondialisme voient la preuve de la théorie du progrès. Tous les autres systèmes - civilisations, États-nations, confrontation des idéologies, etc. - appartiennent au passé. Ils sont supprimés, dépassés. Les règles de domination globale de l'Occident collectif deviennent dans ce cas un prolégomène à un Nouvel Ordre Mondial strictement unipolaire.

C'est pourquoi la Russie, qui prétend restaurer sa souveraineté civilisationnelle, attaque les règles avec tant d'acharnement, cherchant à insister soit sur sa souveraineté westphalienne (le second nomos de la Terre), soit sur quelque chose d'encore plus grand, garanti par des armes nucléaires et un siège au Conseil de sécurité de l'ONU.

Ce n'est que récemment, après le début de l'Opération militaire spéciale, que le Kremlin a commencé à réfléchir sérieusement à une véritable multipolarité, qui est en fait un retour à l'ordre mondial civilisationnel précolombien et traditionnel. La multipolarité présuppose un système de droit international fondamentalement différent de l'unipolarité, transférant le statut de souveraineté de l'État-nation à l'État-civilisation, c'est-à-dire une nouvelle édition de l'Empire traditionnel, ainsi que le principe de l'égalité de tous les pôles.

Heptapolarité

Aujourd'hui, après le 15ème sommet des BRICS, une telle heptapolarité de sept civilisations est largement esquissée :

    - Occident libéral ;

    - Chine maoïste-confucianiste ;

    - Russie eurasienne orthodoxe ;

    - Inde védantique ;

    - Monde islamique (sunnite-chiite) ;

    - Amérique latine ;

    - l'Afrique.

Ses contours sont assez clairement dessinés. Mais bien sûr, ce modèle n'est pas encore devenu un nouveau système de droit international. Nous en sommes encore loin.

Cependant, nous devons être attentifs à la profondeur de la rupture totale et radicale avec l'Occident pour justifier le droit à l'existence des civilisations et de leurs valeurs traditionnelles. Tous les pôles devront rejeter les postulats de base de l'Occident qui leur ont été inculqués de manière constante et compulsive, ainsi qu'à l'ensemble de l'humanité, depuis le début du Nouvel Âge :

    - l'individualisme,

    - le matérialisme,

    - l'économisme,

    - la technologie comme destin,

    - le scientisme,

    - la laïcité,

    - la domination de l'argent,

    - la culture de l'hédonisme et de la décadence,

    - le progressisme, etc.

Tout cela doit être retiré de la culture de toute personne qui revendique un pôle indépendant, une civilisation distincte. Aucune des grandes cultures, à l'exception de la culture occidentale, n'est fondée sur ces principes. Toutes les valeurs traditionnelles y sont totalement opposées.

La libération progressive de l'idéologie coloniale de l'Occident prédéterminera également les paramètres de base d'un nouveau système de relations internationales et d'un nouveau modèle de droit international.

Pour l'instant, les partisans d'un ordre multipolaire sont appelés à contrer de manière réactive l'enracinement des règles dictées par l'Occident global, qui s'accroche au moment unipolaire tout en connaissant un processus de lente agonie. Mais bientôt, cela ne suffira plus, et les pays des BRICS élargis - les civilisations qui ont (re)fait surface - devront poser la question du sens du sacré, de la Tradition et de ses valeurs, de l'éternité et de la dimension transcendante de l'existence.

fe76154a4456ee0cdb9fe672be4ce08b.jpg

Le nouveau nomos de la Terre est devant nous. Une bataille féroce s'engage pour en dessiner les contours. Tout d'abord en Ukraine, qui est le front entre l'ordre mondial unipolaire et l'ordre mondial multipolaire. Et toutes les structures des différentes couches du droit international - de l'antique classique au westphalien, du bipolaire à l'unipolaire - sont clairement présentes dans cette guerre brutale pour les significations et les orientations du nouveau monde qui est en train de se créer sous nos yeux.

Notes:

[1] Buzan B., Little R. International Systems in World History. Oxford : Oxford University Press, 2010.

[2] Schmitt C. Der Nomos der Erde im Völkerrecht des Jus Publicum Europaeum. Cologne : Greven, 1950.

[3] Gilpin R., Gilpin J. M. Global political economy : understanding the international economic order. Princeton, N.J : Princeton University Press, 2001.

[4] Krauthammer Ch. The Unipolar Moment// Foreign Affairs. New York : Council on Foreign Relations. 1991. N 70 (1). P. 23-33.

[5] Fukuyama F. La fin de l'histoire et le dernier homme. NY : Free Press, 1992.

[6] Krasner S. Sovereignty : Organised Hypocrisy. Princeton : Princeton University Press, 1999.

 

dimanche, 03 septembre 2023

La tectonique des BRICS et la dédollarisation douce. La transition de l'unipolarité anglo-saxonne à la multipolarité

Expert_Claims_Proposed_BRICS_Common_Currency_Poised_to_Undermine.jpg

La tectonique des BRICS et la dédollarisation douce. La transition de l'unipolarité anglo-saxonne à la multipolarité 

Par Alfredo Jalife Rahme

Source: https://noticiasholisticas.com.ar/los-tectonicos-brics-y-...

Lors du 15ème "sommet tectonique" de Johannesburg (https://bit.ly/3KZ7VLs ), les BRICS ont opté pour un gradualisme prudent en ce qui concerne la création d'une "monnaie BRICS" préconisée par le consultant du Pentagone James Rickards (https://bit.ly/3OZ74vv ), qui aurait pu détrôner à la fois le dollar américain et le système financier hégémonique de l'anglosphère, et peut-être provoquer une troisième guerre thermonucléaire mondiale, ce qui n'est pas déraisonnable.

Un axiome émerge du sommet tectonique de Johannesburg (https://bit.ly/3PhG6QY ) - qui devra maintenant être ré-imbriqué dans la stratégie lors du prochain sommet à Kazan (Russie) en octobre 2024 - est que ce que l'OTAN a détruit au Moyen-Orient pendant plusieurs décennies est maintenant reconstruit en peu de temps par les BRICS - grâce à l'adhésion stupéfiante de six nouveaux membres avec leur marque indélébile faite de pétrole/gaz, quatre d'entre eux provenant du Moyen-Orient : Égypte, Iran, Arabie saoudite et Émirats arabes unis (https://bit.ly/45GE0ja ).

Il est fort probable que le Venezuela, la Bolivie, l'Algérie, la Biélorussie et le Kazakhstan se joindront au club suite au 16ème sommet de Kazan, ce qui donnerait aux BRICS le contrôle de 90 % de la production mondiale de pétrole et de gaz, ainsi que la plus grande réserve mondiale de lithium de la Bolivie: un véritable changement dans le domaine de l'énergie qui enterrera le pétrodollar !

Les précédents exemples de représailles de l'OTAN - de la pendaison de Saddam Hussein en Irak à la sodomisation (littérale) de Khadafi en Libye (ordonnée par la sadique Hillary Clinton), en passant par l'étrange mort d'Hugo Chávez au Venezuela - sont autant de coïncidences frappant les dirigeants du secteur pétrolier/gazier, qui ont osé perturber l'"ordre" financier mondial anglo-saxon; ces exemples étaient certainement dans l'esprit des fondateurs des BRICS qui attendent peut-être deux résultats avant d'accélérer l'étape suivante de la dédollarisation lors du 16ème sommet à Kazan: 1. L'issue du choc Biden-Trump, qui pourrait plonger les États-Unis dans une véritable guerre civile qui n'ose pas dire son nom - il convient ici de méditer la réflexion référentielle de l'ancien président russe Dmitri Medvedev (https://bit.ly/3qHPmoc ) ; et 2. La phase post-Ukraine qui affectera la gouvernance déjà chancelante de l'acronyme G-7/OTAN/Union européenne (UE).

De notre hypothèse opérationnelle des "3 dédollarisations" (https://bit.ly/3OQopqf ), la "dédollarisation commerciale" - une véritable "dédollarisation douce" qui ne frappe même pas la prédominance du dollar en tant que "monnaie de réserve" avec un pétale de rose - progresse de plus en plus vite, où se distingue le grand échange mondial d'hydrocarbures, qui représentent encore 82% de l'énergie mondiale (https://bit.ly/3QZfQvO  ) et que les transnationales "occidentales" acceptent de (per)durer jusqu'en 2050 (sic) - indépendamment de la cacophonique et aphone "transition énergétique" idéologisée et sponsorisée par le G-7, à l'unisson de l'évolution technologique naturelle de nouveaux éléments tels que l'"hydrogène vert" et la fusion au thorium.

Aujourd'hui, les combustibles fossiles représentent 82 % de la consommation d'énergie, tandis que les énergies alternatives n'en représentent que 8 % (https://bit.ly/3QVNYJd ).

Par ailleurs, la fuite via le portail britannique The Cradle selon laquelle la France a poussé l'Inde à opposer son veto à l'adhésion de l'Algérie est profondément troublante, ce qui aura des répercussions en France et même au Niger et dans l'ensemble du Sahel, si cela s'avère vrai (https://bit.ly/3L09AAi ).

Il est clair que la triade G-7/OTAN/UE tentera de faire dérailler et/ou de dynamiter les BRICS en exerçant une pression sélective sur chacun de ses membres.

Attendez-vous à de puissantes réactions de représailles de la part de la triade G-7/OTAN/UE.

L'OTAN a déjà menacé de balkaniser le Brésil et de la diviser en cinq morceaux (https://bit.ly/3qKzP74 ), tandis que la compagnie pétrolière saoudienne Aramco fait l'objet de fortes attaques déstabilisantes (https://bloom.bg/45Pj617 ).

La transition de l'unipolarité anglo-saxonne à la multipolarité, avec son corollaire d'inévitable dédollarisation, risque d'être très turbulente.

http://alfredojalife.com

Facebook : AlfredoJalife

Vk : alfredojalifeoficial

Telegram : https://t.me/AJalife

https://www.youtube.com/channel/UClfxfOThZDPL_c0Ld7psDsw?...

Tiktok : ZM8KnkKKQn/

Twitter : https://twitter.com/AlfredoJalife

15:20 Publié dans Actualité, Economie | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : brics, dédollarisation, multipolarité, économie | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mardi, 29 août 2023

Alexandre Douguine: Un monde heptapolaire

6871994.png

Un monde heptapolaire

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/it/article/un-mondo-eptapolare

Ce qui s'est passé lors du 15ème sommet des BRICS à Johannesburg est véritablement historique. Même si le président de la Russie, fondateur des BRICS, n'y a pas participé, il s'agit d'un tournant dans l'histoire moderne. L'ordre mondial est en train de changer sous nos yeux. Essayons de comprendre la signification des changements tectoniques en cours.

À l'origine, "BRIC" était un acronyme pour quatre pays - Brésil, Russie, Inde, Chine - que l'économiste Jim O'Neill a proposé en 2001 pour résumer les caractéristiques des pays dont les économies se développent activement et qui cherchent à rattraper les pays développés de l'Occident dans un certain nombre de paramètres clés. En ce sens, les pays BRIC ont été considérés comme ce qu'Immanuel Wallerstein a appelé des "pays de semi-périphérie". Dans la conception du système mondial de Wallerstein, le monde était divisé en trois zones.

    - le noyau (l'Occident riche)

    - la semi-périphérie (les BRIC) et

    - la périphérie (le Sud pauvre).

Wallerstein lui-même, dans l'esprit de l'idéologie trotskiste, prédit l'effondrement des pays de la semi-périphérie. Les élites, selon lui, s'intégreraient dans le système occidental (l'oligarchie russe en est un exemple typique, de même que les magnats de la finance en Inde et, dans une certaine mesure, en Chine). Et les masses opprimées et ruinées par ces élites seraient forcées de glisser vers le prolétariat mondial, c'est-à-dire de s'assimiler à la périphérie. Dans cette conception, la migration mondiale est le principal moteur de cette stratification de la semi-périphérie en une élite coloniale qui aspire à devenir le noyau (c'est-à-dire à rejoindre l'Occident) et en une sous-classe internationale, dans laquelle les travailleurs migrants s'égaliseront et se mélangeront à la population locale appauvrie.

Une autre définition des pays BRIC est celle de "second monde". Là encore, le "premier monde" est l'Occident riche et le "tiers monde" les pays désespérément arriérés. Le "second monde" se situe entre les deux : il vit beaucoup mieux que le tiers monde, mais est loin derrière le "premier monde".

1 m9l80tasd7d05BWgd5eLkQ.gif

Les pays BRIC ont donc montré des signes de conscience et ont décidé en 2006, à l'initiative du président russe Vladimir Poutine, de former un club de pays du "second monde" ou de la "semi-périphérie".

Il s'est avéré que les BRIC étaient fondés sur quatre civilisations -.

    - Le Brésil, qui représente une civilisation latino-américaine particulière ;

    - La Russie-Eurasie (après tout, les slavophiles et les eurasiens considéraient la Russie comme une civilisation indépendante, un État mondial) ;

    - l'Inde et

    - la Chine, dont l'identité et l'ancienneté civilisationnelle ne font aucun doute.

On a ainsi découvert que les pays de la semi-périphérie ou du second monde ne représentaient pas seulement un certain niveau de développement économique ou une étape sur la voie de la modernisation selon les principes occidentaux, mais des civilisations anciennes et distinctes. Ainsi, beaucoup ont vu dans la création du BRIC un club multipolaire et donc une confirmation de la justesse de Samuel Huntington, qui prévoyait un retour aux civilisations et un système multipolaire à l'avenir, qui remplacerait la division bipolaire du monde (sur le principe camp socialiste/camp capitaliste) par le monde unipolaire proclamé par les libéraux et les mondialistes ("la fin de l'histoire" par Fukuyama, le principal opposant de Huntington).

Quatre civilisations ou civilisations-états (Zhang Weiwei) ont rejoint le BRIC dans la première phase. Le principe de l'association était de se placer en dehors de la zone d'influence dominante de l'hégémonie occidentale. Chaque civilisation avait ses propres justifications fondamentales pour sa souveraineté.

    - L'économie, le système financier et la démographie de la Chine,

    - L'Inde - économie, démographie et haute technologie ;

    - La Russie - ressources, armes nucléaires et histoire politique de l'affirmation obstinée de la souveraineté face à l'Occident ;

   - le Brésil - économie, industrie et démographie.

Le BRIC, initialement très prudent et pacifique, s'est néanmoins présenté en quelque sorte silencieusement comme le pilier d'une alternative à l'unipolarité, rejetant l'hégémonie rigide de l'"Occident collectif" (OTAN et autres organisations rigoureusement unipolaires dominées par les États-Unis). Alors que la civilisation occidentale se proclame unique, la civilisation singulière qui est l'essence du mondialisme et de l'unipolarité, les pays BRIC représentent des civilisations souveraines et indépendantes, différentes de l'Occident, avec une longue histoire et un système de valeurs traditionnelles tout à fait original. Le club multipolaire a donc exprimé sa détermination à défendre cela à l'avenir.

En même temps, chacun des pays BRIC est plus qu'un simple pays.

Le Brésil, la plus grande puissance d'Amérique du Sud, représente l'ensemble du continent latino-américain.

La Russie, la Chine et l'Inde sont suffisamment grandes pour être considérées comme des civilisations. Mais elles sont aussi plus que des États-nations.

La Russie est l'avant-garde de l'Eurasie, le "grand espace" eurasien.

La Chine est responsable d'une grande partie des puissances voisines de l'Indochine. Le projet "One Belt One Road" délimite précisément la zone d'influence en expansion du pôle chinois.

L'Inde étend également son influence au-delà de ses frontières, au moins jusqu'au Bangladesh et au Népal.

Lorsque l'Afrique du Sud a rejoint les pays BRIC en 2011 (d'où l'acronyme BRICS - le "S" à la fin de Afrique du Sud), le continent a été symboliquement représenté par ce plus grand pays africain.

Mais l'événement le plus important dans l'histoire des BRICS a eu lieu lors du 15ème sommet, qui s'est tenu du 22 au 24 août 2023 à Johannesburg. C'est là qu'a été prise la décision historique d'admettre 6 pays supplémentaires au sein de l'organisation : l'Argentine, l'Égypte, l'Éthiopie, l'Iran, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis. Chacun de ces pays, en rejoignant le club multipolaire, a apporté plus qu'une nouvelle demande de participation à des associations internationales, déjà nombreuses sans les BRICS.

L'adhésion de quatre puissances islamiques - l'Iran chiite et l'Arabie saoudite sunnite, les Émirats arabes unis et l'Égypte - a été cruciale. Elle a consolidé la participation directe au monde multipolaire de l'ensemble de la civilisation islamique, représentée à la fois par les branches sunnites et chiites.

En outre, outre le Brésil lusophone, l'Argentine hispanophone, une autre puissance forte et indépendante, a rejoint les BRICS. Dès le milieu du 20ème siècle, les théoriciens de l'unification de l'Amérique du Sud en un grand espace consolidé - en particulier le général argentin Juan Perón et le président brésilien Getúlio Vargas - considéraient le rapprochement du Brésil et de l'Argentine comme l'accord décisif dans ce processus. S'il se réalise, le processus d'intégration de l'écoumène ibéro-américain (A. Buela) sera irréversible. Et c'est exactement ce qui se passe actuellement dans le contexte de l'adhésion des deux principales puissances d'Amérique du Sud - le Brésil et l'Argentine - au club multipolaire. Ce n'est pas une coïncidence si les mondialistes ont été exaspérés par le fait même de l'adhésion de l'Argentine aux BRICS, mobilisant tous leurs agents d'influence dans la politique argentine pour empêcher que cela ne se produise.

L'acceptation de l'Éthiopie est également hautement symbolique. C'est le seul pays africain à être resté indépendant tout au long de l'ère coloniale, préservant sa souveraineté, son indépendance et sa culture unique (les Éthiopiens sont le plus ancien peuple chrétien). Avec l'Afrique du Sud, l'Éthiopie renforce sa présence dans le club multipolaire du continent africain.

En effet, dans la nouvelle composition des BRICS, nous obtenons un modèle complet d'union des six pôles - civilisations, "espaces majeurs" qui existent sur la planète. À l'exception de l'Occident, qui tente toujours désespérément de préserver son hégémonie et sa structure unipolaire. Mais aujourd'hui, il n'est pas confronté à des pays disparates et fragmentés, pleins de contradictions internes et externes, mais à une force unie de la majorité de l'humanité, déterminée à construire un monde multipolaire.

Ce monde multipolaire se compose des civilisations suivantes :

    - L'Occident (USA+UE et leurs vassaux, y compris, hélas, le Japon, autrefois fier et original) ;

    - La Chine (+Taïwan) et ses satellites ;

    - La Russie (en tant qu'intégrateur de l'ensemble de l'espace eurasien) ;

    - L'Inde et sa zone d'influence ;

    - L'Amérique latine (avec le noyau du Brésil et de l'Argentine) ;

    - l'Afrique (Afrique du Sud + Éthiopie, avec le Mali, le Burkina Faso, le Niger, etc. qui sortent de l'influence coloniale française).

    - Le monde islamique (les deux versions - Iran chiite, Arabie saoudite sunnite, Émirats arabes unis, Égypte).

Nous avons donc la structure du monde heptapolaire, composé de sept civilisations à part entière, dont certaines sont déjà complètement formées (l'Occident, la Chine, la Russie, l'Inde) et d'autres en cours de formation (le monde islamique, l'Afrique, l'Amérique latine).

En même temps, dans le contexte du monde heptapolaire, sorte d'heptarchie émergente, une civilisation - l'Occident - revendique l'hégémonie, tandis que les six autres lui dénient ce droit, n'acceptant qu'un ordre multipolaire et ne reconnaissant l'Occident que comme l'une des civilisations, parmi d'autres.

Ainsi, la justesse de Samuel Huntington, qui voyait l'avenir dans le retour des civilisations, s'est confirmée dans les faits, tandis que la fausseté de la thèse de Fukuyama, qui croyait que l'hégémonie mondiale de l'Occident libéral (la fin de l'histoire) était définitivement acquise, est devenue évidente. Il ne reste donc plus à Fukuyama qu'à faire la leçon aux néo-nazis ukrainiens, dernier espoir des mondialistes d'arrêter la montée du multipolarisme, pour lequel la Russie en Ukraine se bat aujourd'hui.

Le mois d'août 2023 peut être considéré comme l'anniversaire du monde multipolaire - et même plus précisément heptapolaire.

L'heptarchie est là. Il est temps de regarder de plus près comment les pôles civilisés eux-mêmes interprètent la situation dans laquelle ils se trouvent.

dimanche, 13 août 2023

Univers en expansion: les contours politiques de la prochaine réunion des BRICS en Afrique du Sud

the-brics-alliances-plan-to-develop-a-new-currency-4306 (1).jpg

Univers en expansion: les contours politiques de la prochaine réunion des BRICS en Afrique du Sud

Valdir da Silva Bezerra

Source: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/historico-de-noticias/41246-2023-08-08-22-04-26

Les BRICS se sont déjà imposés comme une alternative à l'ordre mondial dominé par l'Occident, et la prochaine réunion du groupe, prévue du 22 au 24 août à Johannesburg, en Afrique du Sud, promet d'être l'une des plus importantes à ce jour.

En effet, de plus en plus de pays ont manifesté leur intérêt à rejoindre le groupe. Récemment, le président vénézuélien Maduro a déclaré que son pays était également l'un des nombreux candidats à l'adhésion aux BRICS à l'avenir.

Selon M. Maduro, "les BRICS sont le moteur de l'émergence d'un monde multipolaire, et maintenant que le bloc envisage de s'étendre à de nouveaux pays, le Venezuela exprime son intention d'en faire partie".

En effet, les BRICS ont attiré l'attention de plusieurs autres pays d'Amérique latine, comme l'Argentine et l'Uruguay (qui a rejoint la Nouvelle banque de développement, par exemple), mais aussi la Bolivie, qui a confirmé sa participation au prochain sommet des BRICS en Afrique du Sud.

Dans ce contexte, Dmitri Peskov, secrétaire de presse et porte-parole du président russe Vladimir Poutine, a déclaré dans une récente interview que la question de l'élargissement des BRICS figurait en bonne place à l'ordre du jour de la prochaine réunion du groupe, dont les nuances et les paramètres devront être discutés par les cinq membres d'origine.

En effet, non seulement en Amérique latine, mais aussi dans d'autres régions du globe, certains pays souhaitent coopérer plus étroitement avec les BRICS, comme c'est le cas en Afrique. Certains pays africains (comme l'Égypte et l'Éthiopie, par exemple) ont l'intention de rejoindre le partenariat dès que possible.

Tout cela montre que l'intérêt pour les BRICS sur la scène internationale actuelle s'accroît, en particulier à la lumière du G7 discrédité et de la guerre malavisée menée par l'Occident contre la Russie.

Il n'est donc pas surprenant que plusieurs pays africains aient déjà présenté des demandes officielles d'adhésion au groupe, ce qui démontre la force acquise par les BRICS ces dernières années, même dans un contexte de crise internationale résultant du conflit en Ukraine.

Proposed-BRICS-Expansion.jpg

Ainsi, le récent sommet Russie-Afrique qui s'est tenu les 27 et 28 juillet à Saint-Pétersbourg a joué un rôle important dans l'accroissement de l'intérêt de l'Afrique pour les BRICS.

Le succès de cet événement, qui s'est fortement appuyé sur le capital politique de la Russie acquis pendant la période soviétique pour le processus de décolonisation de l'Afrique, a eu un impact très positif sur l'expansion de l'influence des BRICS sur le continent.

Les changements survenus dans l'économie et la politique mondiales au cours des dernières décennies ont été si importants que le continent africain a retrouvé son importance géopolitique internationale, et les pays des BRICS n'ont pas été insensibles à cette réalité.

Après tout, des acteurs tels que la Chine et la Russie (deux des principaux moteurs des BRICS) se sont distingués par leur coopération avec l'Afrique, notamment en termes d'investissements dans les infrastructures et l'énergie.

Ce n'est pas sans raison que lors du sommet Russie-Afrique, les deux parties se sont concentrées sur la formation de mécanismes pour le développement et l'approfondissement de cette coopération, en discutant également de questions liées à la sécurité alimentaire et à la politique régionale.

Dans ce contexte, la tenue de la prochaine réunion des BRICS dans un pays africain ne fait qu'accroître les chances d'aborder ces questions et d'autres questions clés, qui ont fait partie des discussions du groupe au cours des derniers mois.

L'une de ces questions, et peut-être la plus importante, est la dédollarisation de l'économie mondiale. Depuis un certain temps, les relations commerciales entre les pays du BRICS se développent progressivement dans les monnaies nationales, et les accords à cet égard n'ont fait que se multiplier.

Lors de la récente rencontre entre la présidente en exercice de la Nouvelle banque de développement, Dilma Rousseff, et le président russe, par exemple, la première a souligné l'importance des accords commerciaux en monnaies nationales comme moyen de renforcer la souveraineté financière des pays BRICS.

Il ne fait aucun doute que l'internationalisation du yuan, dont la participation aux paiements mondiaux s'est accélérée, a joué un rôle très important dans ce processus. Aujourd'hui, la monnaie chinoise est la cinquième monnaie la plus utilisée dans les paiements internationaux, et cette contribution est en grande partie due aux relations de la Chine avec d'autres partenaires importants des BRICS, tels que la Russie et le Brésil.

Au-delà des questions commerciales, les BRICS continueront à jouer un rôle clé dans le développement d'un monde multipolaire. Par conséquent, le prochain sommet du groupe en Afrique du Sud devrait soulever non seulement la question du maintien de la multipolarité dans les relations internationales, mais aussi celle de l'expansion de la Nouvelle banque de développement et, en fin de compte, des BRICS eux-mêmes.

En outre, Johannesburg discutera sans aucun doute des nouvelles mesures à prendre pour faire avancer les réformes des institutions de gouvernance mondiale dominées par l'Occident, ainsi que des solutions possibles à la crise actuelle en Europe de l'Est.

Les pays des BRICS auront certainement un rôle clé à jouer à cet égard, puisque le Brésil, la Chine et même l'Afrique du Sud ont déjà présenté des propositions de négociations de paix entre la Russie et l'Ukraine.

En promouvant une approche plus équilibrée du conflit, les pays BRICS démontrent l'importance de l'engagement des pays émergents sur des questions d'intérêt mondial, contribuant au développement de solutions plus réfléchies basées sur le respect des intérêts légitimes de tous les acteurs impliqués.

Enfin, comment pourrions-nous résumer les contours politiques de la prochaine réunion des BRICS en Afrique du Sud ? La meilleure expression est peut-être "un univers en expansion".

Les BRICS ont offert au monde une alternative différente et en même temps différenciée de coopération politique, dans laquelle les interactions entre les États sont horizontalisées et basées sur des bénéfices mutuels plutôt que sur un jeu à somme nulle.

Par conséquent, tant que les BRICS continueront à montrer l'exemple, l'intérêt pour le groupe ne fera que croître et, avec lui, l'espoir que les relations internationales puissent enfin devenir plus plurielles et, par conséquent, plus équitables.

jeudi, 10 août 2023

L'Ukraine, le Niger et la révolution multipolaire en cours

208491_124.jpg

L'Ukraine, le Niger et la révolution multipolaire en cours

par Antonio Castronovi

Source: https://www.sinistrainrete.info/articoli-brevi/26106-antonio-castronovi-l-ucraina-il-niger-e-la-rivoluzione-multipolare-in-atto.html

La décision courageuse de la Russie de rejeter la tentative de l'OTAN de faire de l'Ukraine un avant-poste atlantique afin de la déstabiliser, et donc d'accepter le niveau de confrontation militaire imposé par le refus de l'OTAN de négocier les conditions de la sécurité mutuelle en Europe, a ouvert de nouveaux scénarios jusqu'alors impensables dans le monde. Le choc entre les prétentions unipolaires et impérialistes du bloc occidental et la résistance politique, économique et militaire de la Russie a renforcé dans le monde les aspirations des peuples, des pays et des régions qui aspirent à leur propre souveraineté et à leur autodétermination et qui souhaitent se libérer du contrôle colonial et de l'asservissement par l'Occident. L'axe russo-chinois sur le continent eurasien se renforce et la zone des pays des trois continents qui veulent rejoindre les BRICS s'étend, à ce jour ils sont une trentaine.

Le conflit entre l'OTAN et la RUSSIE en Ukraine ouvre ainsi la porte à une véritable révolution mondiale anticoloniale et multipolaire dont l'épicentre se situe en Afrique, notamment dans l'espace centrafricain qui voit disparaître une à une les emprises coloniales françaises.

Après la République centrafricaine, le Mali, le Burkina Faso, etc., les supports de la tutelle coloniale française disparaissent les uns après les autres. Le dernier bastion de la présence française, le Niger, a sauté ces jours-ci. Les réactions de panique de l'establishment occidental donnent la mesure du changement de climat en Afrique. On ne craint plus la réaction punitive économique et militaire qui pourrait venir de la France ou des pays encore sous le joug colonial. Le Mali, le Burkina Faso, la Guinée et l'Algérie sont prêts à défendre le Niger même par les armes contre une intervention militaire extérieure. C'est ainsi qu'émergent la fierté et la dignité d'une jeune classe dirigeante africaine anticoloniale qui a repris l'héritage de Lumumba, de Sankara et du socialisme panafricain et qui tisse des relations de coopération économique et commerciale avec la Russie et la Chine, sans les conditions draconiennes - le licou -  imposées par le FMI et la Banque mondiale avec la pratique des prêts usuraires qui créent la dette et une dépendance supplémentaire. Le geste de Poutine d'effacer une dette de 20 milliards de dollars des pays africains et de donner des céréales à ceux qui en ont le plus besoin a déclenché des réactions hystériques dans les gouvernements occidentaux, où le ministre italien des affaires étrangères Tajani s'est distingué par sa maladresse, mais il a surtout suscité l'enthousiasme et un esprit de révolte anticoloniale dans les populations africaines qui remplissent les places en vantant la Russie et Poutine.

Tous les gouvernements africains, sauf trois, étaient présents au sommet russo-africain de Saint-Pétersbourg, prouvant ainsi que l'Afrique ne craint plus les punitions et les réactions du maître blanc. L'aire idéologique qui est restée déconcertée et muette face à cette vague de soulèvement anticolonial en Afrique, c'est sans doute celle de la gauche européenne dans ses différentes variantes : non seulement la gauche russophobe et pro-atlantique, mais aussi la gauche dite pacifiste mais anti-poutine, celle qui n'a jamais renoncé au mantra agresseur-agressé, qui n'avait rien compris à la nature de l'affrontement ouvert en Ukraine, et qui a aujourd'hui du mal à accepter l'enthousiasme et la solidarité africaine avec la Russie. Mais c'est là un vieux défaut et une tare d'origine aussi du marxisme occidental, qui n'a jamais lié la lutte anticapitaliste à la lutte anticoloniale, qui n'avait pas compris la leçon de Lénine hier, qui n'avait pas compris la nature de la révolution chinoise comme révolution anticoloniale, et qui ne comprend pas aujourd'hui la valeur de la révolution mondiale en cours en tant que révolution multipolaire qui a son moteur en Russie et en Chine et son centre en Afrique, mais qui a déjà déplacé l'équilibre géopolitique au Moyen-Orient. Déjà, l'Occident n'est plus le berceau de la révolution socialiste. Peut-être ne l'a-t-il jamais été. Comme l'a dit Domenico Losurdo, il ne l'a peut-être jamais été parce qu'il a refusé la rencontre avec la révolution anticoloniale, considérée comme distincte de la perspective socialiste. Une erreur stratégique et théorique que les classes populaires européennes paient encore aujourd'hui.

71 pays à la réunion des Brics en Afrique du Sud. L'alternative à l'ONU est née

brics-1.jpg

71 pays à la réunion des Brics en Afrique du Sud. L'alternative à l'ONU est née

Augusto Grandi

Source: https://electomagazine.it/71-paesi-allincontro-dei-brics-in-sudafrica-nasce-lalternativa-allonu/

Les pleureuses des journaux télévisés se sont réjouies de la présence de la Chine au sommet d'Arabie pour discuter de la paix en Ukraine. Un sommet auquel la Russie n'avait pas été invitée. Tant pis pour la diatrologie, puisqu'il n'y avait pas de vraies nouvelles. Mais maintenant, les pleurnichards vont devoir recourir au Maalox pour parler de la réunion en Afrique du Sud des Brics (Brésil, Russie, Inde, Chine et précisément Afrique du Sud), qui se tiendra du 22 au 24 août.

Eh bien, cinq pays, dont les deux plus peuplés du monde, peuvent être ignorés par les médias atlantistes. Prêts à censurer tout ce qui n'est pas conforme à leurs lubies et ne comporte pas d'astérisque et de schwa. Comme l'enseignent les cours de l'association des journalistes politiquement corrects. Dommage que, cette fois, la réunion des Brics soit un peuplus élargie. Et qu'il y aura 71 États participants.

Bien sûr, tout le monde n'est pas d'accord sur tout. Comme à l'ONU. Mais 71 pays, ça commence à faire beaucoup. Trop pour les larbins de Biden en notre maison péninsulaire. Avec le risque que, dès ce tout prochain sommet, les Brics accueilleront sans doute quelque nouveau membre. Peut-être l'Arabie saoudite et les Émirats arabes, ainsi que l'Argentine. Peut-être pas seulement eux, car il y a une vingtaine de demandes d'adhésion et autant pourraient être ajoutées. De l'Algérie à l'Iran, en passant par l'Indonésie. L'Asie, l'Afrique et l'Amérique latine regardent les Brics avec un intérêt croissant. Parce que le désir de se libérer des nouvelles formes de colonialisme qui passent par les transactions financières grandit partout. Mais ces nouvelles formes de colonialisme ne dédaignent pas l'usage des armes, éventuellement par procuration, lorsque le Global South tente de se rebeller.

Même si les nouveaux médias pro-Meloni ne s'en rendent pas compte, parce qu'ils n'ont pas reçu les instructions à ce sujet, entre la Russie, l'Arabie, les Émirats, l'Algérie et le Venezuela, les nouveaux Brics élargis représentent une alternative concrète à l'Opep. Et ils commencent également à représenter une alternative à l'ONU. Même si l'Inde et la Chine ont des différends frontaliers, si l'Iran et les Émirats s'affrontent sur les droits des gisements dans le Golfe, si les intérêts en Afrique sont souvent opposés.

Mais tout le monde est conscient que la phase d'exploitation par les atlantistes doit prendre fin. Et le fait d'être considérés comme les larbins idiots de RimbamBiden pourrait leur coûter cher.

lundi, 24 juillet 2023

Les défis des exercices intellectuels sur la "multipolarité" dans les institutions académiques du Sud global

sk.jpeg

Les défis des exercices intellectuels sur la "multipolarité" dans les institutions académiques du Sud global

Tawfique M Haque (Bangladesh)

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/challenges-intellectual-exercises-multipolarity-academic-institutions-global-south

Discours prononcé lors de la conférence mondiale sur la multipolarité, le 29 avril 2023.

L'hégémonie politique, économique et culturelle de la civilisation occidentale est largement discutée et débattue dans les plateformes intellectuelles telles que les salles de classe des universités du Sud. En revanche, le débat sur l'hégémonie du savoir est un sujet moins abordé, bien que ses ramifications ne soient pas moindres que celles des autres formes d'hégémonie. La création d'une plateforme ouverte et diversifiée d'exercices intellectuels dans les universités du Sud se heurte à plusieurs difficultés :

    - La plupart des professeurs qui enseignent dans les salles de classe des universités ont reçu une éducation occidentale. Cette soi-disant "éducation libérale" a en fait rendu leur processus de pensée unidirectionnel et a finalement handicapé leur capacité à penser différemment pour expliquer les changements rapides qui se produisent dans différents domaines.

    - L'industrie de la connaissance est entièrement contrôlée par les intellectuels occidentaux qui ont créé un domaine de création et de publication de connaissances qui n'est pas prêt à accepter la "vérité impartiale" provenant de sources alternatives.

    - Les récits créés par les intellectuels et les médias occidentaux sont basés sur des informations et des faits fournis par leurs élites dirigeantes qui, dans la plupart des cas, n'ont pas été remis en question par les universitaires. Ces récits sont utilisés dans les discussions en classe et les discours intellectuels du Sud sans aucune évaluation critique.

Bien que les universités occidentales prétendent former des "penseurs critiques", elles n'y sont pas parvenues. Nombre d'économistes, de politologues, d'analystes de la sécurité ou, plus généralement, de spécialistes des sciences sociales formés en Occident ne sont pas capables de comprendre, d'expliquer, d'évaluer et d'analyser l'évolution rapide de l'ordre mondial politique, social et économique. C'est pourquoi les politologues et les experts des médias des pays occidentaux n'ont pas réussi à prédire le Brexit, la victoire de Donald Trump, la montée des nationalistes économiques et des anti-mondialistes dans différentes parties du monde. Les théories qu'ils enseignent dans les salles de classe et les méthodes de recherche qu'ils utilisent pour générer des connaissances ne sont plus valables dans de nombreux cas pour expliquer le monde actuel. Mais le problème est qu'ils ne sont pas assez "critiques" pour remettre en question les théories et les modèles existants et accepter la vérité provenant de sources alternatives. L'incapacité des établissements d'enseignement occidentaux à produire et à diffuser de véritables connaissances a également eu des répercussions sur les universités des pays du Sud. Leur dépendance à l'égard des sources de connaissances occidentales les a rendues incapables d'expliquer et d'aborder les réalités changeant rapidement dans les domaines politique, économique, technologique et social.

Nous espérons qu'il y aura davantage de collaboration Sud-Sud en matière de connaissances dans les années à venir pour combler ces lacunes. Les universitaires et les intellectuels du Sud peuvent créer un centre de connaissances multipolaire au lieu de s'abandonner à l'industrie du savoir unipolaire dominée par l'Occident. Un nouvel ensemble de méthodologies, de théories et de modèles devra être développé dans les jours à venir pour comprendre et expliquer le futur monde multipolaire qui est déjà en place.

20:46 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, multipolarité, sud global | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 08 juillet 2023

Vers un monde multipolaire: les défis à relever

izadi.jpg

Vers un monde multipolaire: les défis à relever

Foad Izadi

Source: https://katehon.com/ru/article/dvizhenie-k-mnogopolyarnomu-miru-vyzovy-kotorye-neobhodimo-preodolet

Texte d'un discours prononcé lors de la Conférence mondiale sur la multipolarité, le 29 avril 2023.

Note de la rédaction: Le texte du politologue iranien Foad Izadi est intéressant à plus d'un titre, non seulement parce que nous avons ici accès à son contenu, mais parce qu'il nous permet de saisir la vision iranienne des relations internationales, à une époque où l'OTAN nous induit à considérer l'Iran comme un ennemi absolu alors qu'aucun pays d'Europe centrale et occidentale n'a eu, au cours de l'histoire, de conflit avec la Perse. Pour rétablir la bonne santé économique de l'Europe, les relations économiques avec l'Iran devront être rétablies, même si le pays opte pour des rapports privilégiés avec les structures de coopération eurasiennes, pilotées par la Russie et la Chine, voire l'Inde. L'Europe n'a aucun intérêt, à long terme, à obéir aux injonctions de Washington et à pérenniser le bellicisme de l'Alliance atlantique.

L'évolution vers un monde multipolaire, où le pouvoir est partagé entre plusieurs grands acteurs mondiaux, peut s'accompagner de divers obstacles. Voici quelques défis courants qui peuvent se présenter :

1. Dominance des puissances existantes : les puissances mondiales établies, telles que les États-Unis, résisteront à l'idée de renoncer à leur position dominante et à leur influence dans le système international. Elles considéreront un monde multipolaire comme une menace pour leurs intérêts et chercheront à maintenir leur statut hégémonique.

2. Concurrence et conflits : comme le pouvoir est partagé entre plusieurs pôles, la concurrence et les conflits d'intérêts peuvent s'intensifier. Les rivalités entre les nouvelles puissances et les puissances existantes peuvent s'intensifier, entraînant des tensions géopolitiques, des guerres par procuration, voire des affrontements purs et simples.

3. absence de gouvernance mondiale : la transition vers un monde multipolaire nécessite des mécanismes de gouvernance mondiale efficaces. Cependant, il peut y avoir un manque de consensus sur les structures, les processus de prise de décision et les règles de la gouvernance mondiale. Cela peut entraver la coopération et la coordination entre les pays, ce qui rend difficile la résolution collective des problèmes mondiaux.

4. Conflits régionaux non résolus : de nombreux conflits régionaux en cours peuvent compliquer l'évolution vers un monde multipolaire. Les différends et les conflits non résolus entre les pays peuvent entraver l'établissement de relations stables et coopératives nécessaires à l'épanouissement d'un système multipolaire.

5. interdépendance économique : les interdépendances économiques existantes, telles que les relations commerciales et les chaînes d'approvisionnement, peuvent être perturbées par la transition vers un monde multipolaire. La concurrence économique et le protectionnisme entre les grandes puissances peuvent créer de l'instabilité et entraver les progrès vers la multipolarité.

6. Différences d'idéologie et de valeurs : les pays d'un monde multipolaire sont susceptibles d'avoir des idéologies, des valeurs et des systèmes politiques différents. Ces différences peuvent entraîner des conflits d'intérêts et entraver la coopération sur les questions mondiales, rendant difficile la recherche d'un terrain d'entente.

7. Dilemmes sécuritaires : dans un monde multipolaire, les pays peuvent être confrontés à des dilemmes sécuritaires, où les mesures prises par un État pour renforcer sa sécurité peuvent être perçues comme une menace par d'autres États. Cela peut conduire à une course aux armements, à la méfiance et à l'instabilité.

8. Manque de confiance et de coopération : l'instauration de relations de confiance et de coopération entre les pays est cruciale pour le succès d'un monde multipolaire. Toutefois, les rivalités historiques, les suspicions profondément ancrées et les intérêts nationaux divergents peuvent entraver le développement de la confiance et les efforts de coopération.

9. Asymétrie de puissance : la transition vers un monde multipolaire peut être difficile s'il existe une importante asymétrie de puissance entre les pays. Les États plus faibles peuvent se sentir marginalisés ou menacés par les puissances dominantes, ce qui entraîne une résistance ou des tentatives d'alliance contre elles.

053a449f0fb92eb332c9e5f84eaa050f.jpg

Pour surmonter ces obstacles, il faut de la diplomatie, du dialogue, des institutions multilatérales et une vision commune de la gouvernance mondiale. Cela nécessite un engagement en faveur du respect mutuel, de la coopération et du compromis entre les pays afin d'assurer une transition harmonieuse et pacifique vers un monde multipolaire.

Comme indiqué précédemment, les États-Unis résisteront farouchement à l'abandon de leur position dominante dans un monde multipolaire sur la base de schémas historiques et de considérations géopolitiques. Voici quelques stratégies que les États-Unis peuvent utiliser pour maintenir leur position :

1. la puissance économique : Les États-Unis se sont traditionnellement appuyés sur leur économie forte et sur l'innovation technologique pour maintenir leur influence mondiale. Ils peuvent continuer à donner la priorité à la croissance économique, à investir dans la recherche et le développement et à promouvoir l'innovation pour rester compétitifs.

2. Alliances diplomatiques : les États-Unis peuvent chercher à renforcer leurs alliances et leurs partenariats avec des pays aux vues similaires afin de maintenir une influence collective dans les affaires internationales. Le renforcement des alliances avec l'OTAN, l'Union européenne et d'autres démocraties peut constituer un front uni face aux défis posés à la domination américaine.

3. Capacités militaires : les États-Unis ont toujours maintenu une forte présence militaire dans le monde. Ils peuvent continuer à investir dans des technologies militaires de pointe, à maintenir une présence militaire mondiale et à assurer leur préparation militaire afin de projeter leur force et de dissuader leurs adversaires potentiels.

4. domination technologique : l'accent mis sur les avancées technologiques telles que l'intelligence artificielle, la cybersécurité, l'exploration spatiale et la biotechnologie peut aider les États-Unis à conserver un avantage concurrentiel et à accroître leur influence mondiale dans un monde en mutation rapide.

5. Soft power et influence culturelle : les États-Unis s'appuient depuis longtemps sur leur puissance douce (soft power), y compris les exportations culturelles, pour exercer une influence au niveau mondial. Un accent soutenu sur la propagande et la diplomatie publique, ainsi que sur la construction de perceptions internationales positives, peut contribuer à maintenir leur domination.

6. Adaptabilité et engagement multilatéral : conscients de l'évolution de la dynamique mondiale, les États-Unis pourraient être amenés à adapter leur approche et à s'engager auprès des puissances émergentes et des régions en plein essor. Cela pourrait inclure une participation active aux institutions internationales, aux négociations et aux structures multilatérales afin de façonner les normes et les règles mondiales.

7. politiques économiques et commerciales : les États-Unis peuvent mener des politiques économiques et commerciales stratégiques afin de protéger l'industrie nationale et d'aborder la question des droits de propriété intellectuelle et du transfert de technologie. Ces politiques peuvent viser à préserver les avantages économiques et à empêcher l'érosion de la position dominante des États-Unis.

5e013ff52077eb010dfcb41aafcc2981.jpg

Il est important de noter que le paysage mondial est complexe et que les États-Unis sont susceptibles d'utiliser une combinaison de ces politiques, en s'adaptant à l'évolution des circonstances.

Pour contrer l'hégémonie américaine vers un monde multipolaire, les ONG et les intellectuels peuvent jouer un rôle important. Voici quelques moyens par lesquels ils peuvent affronter et influencer la dynamique du pouvoir mondial:

1. recherche et sensibilisation : les ONG et les intellectuels peuvent mener des recherches et fournir des analyses fondées sur des preuves afin d'exposer les implications et les limites de l'hégémonie américaine. Ils peuvent attirer l'attention sur des questions telles que les inégalités, les violations des droits de l'homme, la dégradation de l'environnement et l'exploitation économique résultant des structures de pouvoir dominantes. En sensibilisant l'opinion et en plaidant pour le changement, ils peuvent favoriser un discours critique sur la nécessité d'un ordre mondial plus juste et plus inclusif.

2. Mobilisation de la société civile : les ONG peuvent mobiliser la société civile et les mouvements de base pour promouvoir une vision alternative de la gouvernance mondiale. En organisant des campagnes, des manifestations et des initiatives de plaidoyer, elles peuvent amplifier les voix des communautés marginalisées, remettre en question les récits dominants et exiger une plus grande responsabilité de la part des acteurs puissants, y compris les États-Unis.

3. Mise en réseau et création de coalitions : les ONG et les intellectuels peuvent collaborer au-delà des frontières pour créer des réseaux et des coalitions qui promeuvent des perspectives alternatives et remettent en question les structures de pouvoir hégémoniques des États-Unis. En développant la coopération entre les organisations et les intellectuels de différentes régions, ils peuvent accroître leur influence et présenter un front uni contre la domination.

4. Promouvoir le dialogue et l'échange : les intellectuels peuvent promouvoir le dialogue et l'échange entre différentes cultures, sociétés et systèmes de connaissance. En encourageant le débat et en créant des plateformes pour des voix diverses, ils peuvent remettre en question les récits centrés sur l'Occident et promouvoir une compréhension plus inclusive des questions mondiales. Cela peut contribuer à un discours plus équilibré et multipolaire.

5. Plaidoyer politique : les ONG et les intellectuels peuvent s'engager auprès des décideurs politiques, des institutions internationales et des forums multilatéraux pour influencer les politiques et promouvoir des approches alternatives. En apportant leur expertise, en proposant des conseils politiques et en participant aux processus décisionnels, ils peuvent contribuer à façonner un ordre mondial plus juste et multipolaire.

6. Interaction avec les puissances en développement : les ONG et les intellectuels peuvent s'engager activement auprès des puissances en développement et des régions émergentes pour promouvoir le dialogue et la coopération. En facilitant la coopération entre ces acteurs et en partageant les connaissances et les meilleures pratiques, ils peuvent contribuer à la diversification du pouvoir et remettre en question la domination des puissances occidentales.

7. Promouvoir la solidarité mondiale : les ONG et les intellectuels peuvent plaider en faveur de la solidarité et de la coopération mondiales, en soulignant l'interconnexion des problèmes mondiaux tels que le changement climatique, la pauvreté et les conflits. En soulignant les intérêts communs et l'interdépendance des pays, ils peuvent promouvoir des efforts collectifs pour résoudre ces problèmes, réduisant ainsi l'influence d'une puissance hégémonique.

deec46df83660b71279666576e16daf0.jpg

Il est important de noter que la lutte contre l'hégémonie des États-Unis et la promotion de la multipolarité nécessitent des efforts soutenus, une coopération et une perspective à long terme. Les ONG et les intellectuels peuvent apporter une contribution significative en fournissant une analyse critique, en mobilisant la société civile et en défendant une vision alternative de la gouvernance mondiale. Le plus important est de fournir des principes pour une idéologie qui cherche à résister à l'hégémonie des États-Unis. Voici quelques principes qui peuvent être liés à la remise en cause de l'hégémonie américaine :

1. Multipolarité : l'idéologie doit promouvoir l'idée d'un ordre mondial multipolaire dans lequel le pouvoir est réparti plus équitablement entre de multiples acteurs. Elle met l'accent sur la nécessité de remettre en cause la domination américaine et cherche à créer un système mondial plus équilibré et plus inclusif.

2. Souveraineté et autodétermination : l'idéologie reconnaît l'importance de la souveraineté nationale et le droit des nations à déterminer leurs propres systèmes politiques, économiques et sociaux sans ingérence extérieure. Elle s'oppose aux interventions, aux occupations militaires et à l'imposition de positions par les puissances dominantes qui sapent la souveraineté et l'autodétermination des nations.

3. Égalité et justice : l'idéologie souligne l'importance de l'égalité et de la justice dans les relations internationales. Elle remet en question les dynamiques de pouvoir inégales qui perpétuent les injustices mondiales telles que l'exploitation économique, l'inégalité sociale et les violations des droits de l'homme. Elle promeut des systèmes équitables et justes qui donnent la priorité au bien-être et à la dignité de tous les individus.

4. Solidarité et coopération : l'idéologie promeut la solidarité et la coopération entre les pays et les peuples. Elle recherche des alliances et des partenariats fondés sur des intérêts communs et le respect mutuel, encourageant la coopération pour trouver des solutions collectives aux problèmes mondiaux. Elle souligne l'importance du dialogue, de la diplomatie et du multilatéralisme dans la résolution des conflits et la réalisation d'objectifs communs.

5. Diversité culturelle et respect : l'idéologie reconnaît et valorise la diversité culturelle, en promouvant le respect des différentes cultures, traditions et perspectives. Elle s'oppose à l'homogénéisation culturelle. Elle soutient au contraire la préservation du patrimoine culturel et la promotion de la compréhension et du dialogue interculturels.

6. Développement durable et gestion de l'environnement : l'idéologie met l'accent sur le développement durable et la gestion de l'environnement. Elle reconnaît la nécessité d'une gestion responsable des ressources, d'une action climatique et d'une durabilité environnementale. Elle remet en question les modèles économiques dominants qui privilégient le profit au détriment du bien-être de la planète et des générations futures.

7. Anti-impérialisme et anti-colonialisme : l'idéologie s'oppose à l'impérialisme et au colonialisme sous toutes leurs formes. Elle cherche à supprimer l'héritage historique du colonialisme, notamment l'exploitation économique, l'esclavage culturel et l'occupation territoriale. Elle soutient le droit à l'autodétermination des peuples colonisés et opprimés.

Ces principes ne sont pas exhaustifs et les idéologies et mouvements peuvent mettre l'accent sur des aspects différents. Il est également important de noter que la lutte contre l'hégémonie est une tâche complexe et que les principes et stratégies spécifiques peuvent varier en fonction du contexte et des objectifs de ceux qui contestent les structures de pouvoir dominantes.

jeudi, 29 juin 2023

Les liens entre l'Inde et la Chine constituent le facteur X pour un monde véritablement multipolaire

137644061_15436617837291n.jpg

Les liens entre l'Inde et la Chine constituent le facteur X pour un monde véritablement multipolaire

Ajay Kamalakaran

Discours prononcé lors de la Conférence mondiale sur la multipolarité, 29 avril 2023

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/india-china-ties-x-factor-truly-multi-polar-world

Il est dans l'intérêt de New Delhi, de Pékin et de l'ensemble des pays du Sud que les liens sino-indiens se développent.

Les deux nations les plus peuplées du monde ont des économies florissantes qui continuent d'enregistrer des niveaux de croissance inconnus dans la plupart des régions du monde. Le commerce bilatéral entre l'Inde et la Chine a atteint près de 136 milliards de dollars en 2022. Malheureusement, les relations politiques et diplomatiques entre les deux pays sont confrontées à une série de défis. Les dernières années ont conduit à un déficit de confiance mutuelle entre les deux puissances asiatiques.

Si la quête de la Russie pour un monde véritablement multipolaire doit devenir une réalité, il est essentiel que les relations sino-indiennes ne soient pas seulement normalisées, mais qu'elles prospèrent. L'Inde et la Chine entretiennent des liens civilisationnels millénaires, mais un différend frontalier apparu à la fin des années 1950 les tient en otage.

Toutefois, le dégel des relations entre l'Inde et la Chine au milieu des années 1980 a donné un nouvel élan aux liens bilatéraux, qui ont commencé à prospérer jusqu'au milieu de la dernière décennie. Lorsque le président chinois de l'époque, Hu Jintao, a rencontré le premier ministre indien de l'époque, Manmohan Singh, à Moscou en 2005, lors des célébrations du 60e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, ce dernier aurait déclaré ce qui suit : "Lorsque nous nous serrons la main, l'Inde et la Chine ne sont pas des pays qui se ressemblent ". "Lorsque nous nous serrerons la main, le monde entier s'en apercevra".

La Russie a été l'un des principaux défenseurs des liens amicaux entre l'Inde et la Chine. La doctrine Primakov, formulée par le ministre russe des affaires étrangères Evgueni Primakov dans les années 1990, préconisait la formation d'une alliance stratégique entre la Russie, la Chine et l'Inde. Il s'agissait essentiellement du précurseur des BRICS.

Depuis les années 1990, l'amitié de la Russie avec la Chine et l'Inde s'est développée, mais les relations entre les deux principaux amis de Moscou n'ont pas suivi le même rythme. On peut supposer sans risque qu'il n'est pas dans l'intérêt de l'Occident que New Delhi et Pékin se serrent la main, mais des pays comme la Russie, qui apprécient l'Inde et la Chine, doivent encourager ces pays à aplanir leurs divergences ou au moins à geler leurs différends et à se concentrer sur les domaines de convergence.

Les dirigeants indiens répètent une phrase sanskrite qui signifie que le monde entier est une grande famille, tandis que leurs homologues chinois insistent sur la nécessité pour les nations les moins développées de grandir ensemble afin que personne ne soit laissé de côté. Il n'y a manifestement aucune contradiction entre les objectifs globaux des deux pays, et il est dans leur intérêt de suivre le principe de l'harmonie dans les différences.

2WqLt-nepal-india-china.jpg

L'amélioration des relations entre la Chine et l'Inde ne profitera pas seulement aux deux pays, mais aussi à l'ensemble du Sud, tout en favorisant l'émergence d'un monde multipolaire. Le fait que les deux pays coopèrent dans le cadre de structures multilatérales telles que les BRICS et l'OCS et que l'Inde soit un partenaire clé de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures, dirigée par la Chine, prouve que les deux pays sont capables de coopérer à l'échelle mondiale. Le moment est venu de développer le format RIC (Russie-Inde-Chine) et de renforcer les liens bilatéraux.

Lorsque le ministre chinois de la défense, Li Shangfu, s'est rendu en Inde pour une réunion de l'OCS, il a déclaré à son homologue indien Rajnath Singh : "Les intérêts communs de la Chine et de l'Inde l'emportent sur les divergences, et les deux parties devraient donc envisager les liens bilatéraux et leur développement d'une manière globale, stratégique et à long terme. Il s'agit là d'un signe clair que Pékin souhaite que les relations avec New Delhi s'améliorent. Cette dernière doit accepter la main tendue par la première. Le monde en prendra bonne note lorsque l'Inde et la Chine se serreront la main et que le monde se rapprochera de la multipolarité.