Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 03 septembre 2022

Quelque chose va-t-il changer dans un monde multipolaire ?

multipolarity_0.jpg

Quelque chose va-t-il changer dans un monde multipolaire ?

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/08/29/muuttuuko-mikaan-moninapaisessa-maailmassa/ 

Le président russe Vladimir Poutine est désormais considéré sans rire en Occident comme le plus grand mal de la planète, comme le nouvel Hitler, etc. Si vous ne dénigrez pas la Russie ou ses dirigeants, vous êtes immédiatement étiqueté "poutiniste" et "antipatriotique". La dissidence et la remise en question du récit officiel de l'OTAN soutiendraient les objectifs de Poutine.

Comme je l'ai fait pendant le pire de l'infarctus collectif, j'ai pensé que je critiquerais à nouveau le régime russe une fois de plus, mais d'un point de vue différent de celui des journalistes finlandais de Yle et des tabloïds, et des semeurs de haine pro-occidentaux en matière de politique étrangère et de sécurité.

Dans ses discours, Poutine a pris position contre l'élite occidentale. Au cours des six derniers mois en particulier, le président russe a parlé ouvertement du fait que les politiciens démocratiquement élus ne gouvernent pas en Occident, mais que le véritable pouvoir est exercé par "l'élite mondialiste occidentale", en d'autres termes, par un petit cercle de banquiers centraux et de grands investisseurs.

Les discours de Poutine ont été bons, mais en fin de compte, ce sont les actions qui comptent. Bien que les relations du Kremlin avec l'Occident soient gravement abîmées - du moins c'est ce qu'on nous fait croire - la Russie continue de promouvoir les mêmes choses que l'Occident.

Comme Pékin, Washington, Londres et Bruxelles, Moscou répète le même mantra onusien de "développement durable", de "changement climatique", de numérisation et de nécessité de combattre la "pandémie" avec des vaccins.

h_51827234.jpg

En d'autres termes, la Russie continue d'adopter les mêmes politiques techno-féodales que l'Occident. À certains égards, la Russie pourrait même être en avance sur les autres dans la mise en œuvre de la "nouvelle normalité" qui a commencé pendant la crise sanitaire. Poutine s'enthousiasme pour les programmes de génie génétique et de reconnaissance faciale, par exemple.

Si Poutine est si opposé à ce système anti-humain, comme certains le suggèrent, pourquoi semble-t-il le laisser s'enraciner en Russie ? Après tout, Davos et le "monde multipolaire" veulent-ils un système techno-totalitaire similaire, et maintenant le différend porte principalement sur la question de savoir qui doit le diriger ? Ou bien les élites des différents pays se disputent-elles vraiment ?

De telles pensées viennent à l'esprit de temps en temps lorsque l'on regarde la situation de l'extérieur et de manière aussi critique que possible. Je ne veux pas répandre le désespoir, mais je ne crois toujours pas que quelqu'un comme Trump et ses troupes viendront sauver le monde et que les gens n'auront qu'à attendre passivement, en ne faisant rien eux-mêmes.

Pour couronner le tout, alors que la Finlande officielle et d'autres pays de la zone euro soutiennent une politique de sanctions anti-russes contre leurs intérêts nationaux, les États-Unis eux-mêmes continuent de commercer avec la Russie. Malgré ce fait, les sonnettes d'alarme ne sont pas tirées pour tout le monde.

Stromausfall.jpg

Il y a déjà des menaces de pannes d'électricité et on parle de l'importance d'adopter un "esprit de guerre hivernal" pour l'hiver à venir. Les instructions arrogantes des détenteurs du pouvoir à leurs sujets ne semblent pas suffire à réveiller les dormeurs. Prenez donc une douche courte et froide et asseyez-vous dans un appartement sombre et froid. En attendant, le Premier ministre Marin peut toujours danser et s'amuser, avec la bénédiction d'Hillary Clinton.

La série de crises créées artificiellement et l'agenda de l'anarchie ne font que se poursuivre. Bien sûr, il y a ceux qui croient qu'au fur et à mesure que tout s'effondre, le scandale de la corruption mondiale sera exposé, les gens se "réveilleront" et ceux qui sont actuellement au pouvoir seront tenus responsables de leurs actions.

Après des décennies d'hégémonie anglo-américaine, j'aimerais moi-même voir une véritable "multipolarité". Mais je reste sceptique quant aux détails du processus.

La technocratie, les réglementations en matière de vaccination et d'autres caractéristiques de la "nouvelle normalité" semblent se poursuivre partout, alors qu'est-ce qui va réellement changer, même si l'ordre du monde change? Ce serait bien de voir un peu de lumière au bout de ce tunnel obscur.

istockphoto-486840342-612x612.jpg

dimanche, 21 août 2022

Quand Darya Douguina se présentait elle-même...

noname_4.png

Quand Darya Douguina se présentait elle-même...

Merci à Pietro Missiaggia d'avoir mis ce texte sur les réseaux sociaux

"Je suis diplômée en histoire de la philosophie de la faculté de philosophie de l'université d'État de Moscou. Mes recherches ont porté sur la philosophie politique du néo-platonisme tardif, un sujet d'un intérêt infini. La principale ligne de pensée de la philosophie politique du néo-platonisme tardif est le développement de l'idée d'une homologie de l'âme et de l'État et de l'existence d'un ordre triple similaire dans les deux. De même que dans l'âme il y a trois bases, de même dans l'État (et les platoniciens décrivent le modèle indo-européen, plus tard parfaitement théorisé dans l'œuvre de Dumezil), il y a aussi trois domaines - ce modèle se manifeste dans l'Antiquité et au Moyen Âge. La compréhension existentielle et psychique de la politique est en fait perdue à bien des égards aujourd'hui, car nous sommes habitués à ne voir la politique que comme une technique; mais le platonisme révèle un lien profond entre les processus politiques et psychiques. Aujourd'hui, il est urgent de rétablir une vision globale des processus politiques, c'est-à-dire d'examiner la "politique existentielle".

24596308._SY540_.jpg

Je suis une observatrice politique du "Mouvement international eurasien" et une experte en relations internationales. Mon domaine d'activité est l'analyse de la politique et de la géopolitique européennes. À ce titre, j'apparais sur des chaînes de télévision russes, pakistanaises, turques, chinoises et indiennes, présentant une vision mondiale multipolaire des processus politiques. Mes centres d'intérêt sont à la fois l'espace de la civilisation européenne et le Moyen-Orient, où une sorte de révolution conservatrice est en train de se produire - de la confrontation constante de l'Iran avec l'hégémonie américaine ou de la lutte de la Syrie contre l'impérialisme occidental à la Turquie, qui montre maintenant des tendances intéressantes à s'éloigner de l'OTAN et du bloc géopolitique anglo-saxon et tente de construire sa politique étrangère sur une base multipolaire, en dialogue avec la civilisation eurasienne. Je pense qu'il est important de suivre les processus dans la région du Moyen-Orient, c'est l'une des étapes de la lutte contre l'impérialisme. D'autre part, je suis également très intéressée par les pays africains; ils représentent "l'autre" pour l'Europe et la Russie, dont l'analyse nous permet de mieux comprendre leur civilisation. L'Afrique a toujours été un élément de rêve pour les Européens et les Russes - rappelons-nous le Voyage en Abyssinie et à Harare d'Arthur Rimbaud, ou le poète russe Nikolaï Gumilev qui s'est inspiré de Rimbaud ("Journal africain") et d'une série de poèmes sur l'Afrique, dans lesquels il révèle en fait l'Afrique comme une civilisation inexplorée et pleine de sens que le colonialisme occidental a cruellement essayé de défaire et de détruire.

Aujourd'hui, des changements tectoniques ont lieu sur le continent africain, et la comparaison entre les civilisations, l'occidentale et l'authentiquement africaine (si différente et si unique) est extrêmement intéressante.

Pour moi, une question particulièrement importante est le développement de la théorie du monde multipolaire. Il est clair que le moment mondialiste est terminé, la fin du libéralisme est arrivée, la fin de l'histoire libérale. En même temps, il est extrêmement important de comprendre qu'une nouvelle phase pleine de défis, de provocations et de complexités a commencé. Le processus de création du multipolarisme, de structuration des blocs civils et de dialogue entre eux est la tâche principale de tous les intellectuels aujourd'hui. Samuel Huntington, en tant que réaliste des relations internationales, a mis en garde à juste titre contre les risques d'un choc des civilisations. Fabio Petito, spécialiste des relations internationales, a souligné que la construction d'un "dialogue des civilisations" est la tâche centrale et "la seule façon d'avancer". Par conséquent, pour consolider le monde multipolaire, les zones frontalières (intermédiaires) entre les civilisations doivent être traitées avec soin. Tous les conflits ont lieu aux frontières (dans les zones intermédiaires) des civilisations, là où les attitudes s'affrontent. Il est donc essentiel de développer une mentalité de "frontière" (d'entre-deux) si l'on veut que le monde multipolaire fonctionne pleinement et passe du "choc" au "dialogue" des civilisations. Sans cela, il y a un risque de "clash".

Les sanctions anti-russes commencent à affecter l'économie européenne. Marine Le Pen, dans son débat avec Macron, les a qualifiés à juste titre de "harakiri" pour l'économie française. Mais réfléchissons: qui a besoin d'une Europe affaiblie ? Plombée par les mesures de la pandémie, affaiblie par les sanctions anti-russes, l'Europe va devoir concentrer toutes ses forces pour sauver son économie; dans une telle situation, les bénéficiaires de tous ces revers sont les Etats-Unis, qui peuvent rétablir leur contrôle sur le continent. Un Rimland indépendant est inacceptable pour la civilisation anglo-saxonne, le sentiment anti-américain et anti-OTAN croissant (en France, il faut le noter, Mélanchon, Le Pen, Zemmour et de nombreux autres candidats ont activement critiqué l'adhésion de la France à l'OTAN et quasiment prôné la réédition du scénario gaulliste de 1966) est une menace pour la domination mondiale des États-Unis. Par conséquent, l'idée de sanctions anti-russes a été mise en œuvre dans le but égoïste d'affaiblir la région. Les élites de l'UE ont agi comme des intermédiaires, des mandataires des mondialistes dans cette entreprise, et ont porté un coup sévère au bien-être des peuples et des nations européennes.

Je demande instamment à tous les lecteurs de faire preuve d'esprit critique et de remettre en question les reportages des médias. Si les élites libérales occidentales insistent tant pour soutenir Kiev et diaboliser Moscou, c'est qu'il y a une logique de profit derrière tout cela. Tout doit être remis en question. Il s'agit d'un principe important qui nous permet de garder une vision sobre. Dans la société du spectacle, de la propagande et de la nature totalitaire des systèmes occidentaux, le doute est une étape essentielle pour sortir de la caverne..."

Que Darya Douguina repose en paix.

vendredi, 12 août 2022

Vladimir Poutine et la multipolarité

https __cdn.cnn.com_cnnnext_dam_assets_220621163747-03-brics-summit-2019.jpg

Vladimir Poutine et la multipolarité

Shahzada Rahim

Source: https://katehon.com/en/article/vladimir-putin-and-multipolarity?fbclid=IwAR2UMAT3P9gJ-xk1DsIX1ZtybNBUUbMA4QjJUpUcClnSER6KfmUO4_tFCEA

Depuis son accession à la présidence russe, Vladimir Poutine a attiré l'attention des grands médias mondiaux pour deux raisons majeures. Premièrement, dans sa jeunesse, il a servi dans les services de renseignement soviétiques (KGB) et pendant la désintégration de l'Union soviétique, il était colonel au siège du KGB à Dresde, en Allemagne de l'Est. Cela signifie que le jeune dirigeant russe a des souvenirs éléphantesques de l'époque soviétique. Deuxièmement, après la chute de l'Union soviétique, le jeune Vladimir Poutine, qui est diplômé en droit et ancien officier du KGB, s'est retrouvé sans emploi pendant une brève période jusqu'à ce que le maire de Saint-Pétersbourg, Anatoly Sobchak, le nomme au bureau, où il a d'abord servi en tant qu'officier junior avant de devenir maire adjoint. Ces deux expériences sont devenues la raison principale qui a attiré l'attention des grands médias mondiaux sur la personnalité obscure, mystérieuse et incompréhensible du jeune leader russe.

Putin-Stasi-ID.jpg

Au lendemain de l'attaque terroriste de septembre 2001, Vladimir Poutine est devenu le premier dirigeant mondial à se rendre aux États-Unis et a rencontré le président américain de l'époque, George W. Bush. Après une brève rencontre avec le jeune dirigeant russe, le président Bush a déclaré publiquement : "J'ai regardé l'homme dans les yeux. Je l'ai trouvé très franc et digne de confiance". Peut-être que la tentative du président Bush de sonder l'âme de Vladimir Poutine n'était pas une gaffe géopolitique, car dans ses décisions et sa défense des intérêts de la Russie, Vladimir Poutine s'est toujours montré franc et digne de confiance.

Néanmoins, ce n'est pas seulement dans la sphère politique que Vladimir Poutine a été mal compris et mal interprété, mais aussi dans la sphère géopolitique. Selon les mots du célèbre animateur de télévision russe et icône des médias mondiaux Vladimir Pozner, "Au cours des vingt dernières années, les dirigeants occidentaux ont mal compris Vladimir Poutine et, par conséquent, au cours de la même période, la façon dont Vladimir Poutine s'est présenté était le reflet même de la mentalité politique occidentale.

Si nous analysons la personnalité du dirigeant russe d'un point de vue géopolitique, il apparaît sans aucun doute comme un réaliste pragmatique complet qui considère toujours la "sécurité" de la Russie comme sa priorité absolue. Au cours des premières années de sa présidence, Vladimir Poutine a établi des relations étroites tant avec les États-Unis qu'avec ses voisins européens. Pour obtenir les garanties de sécurité des États-Unis et de ses alliés européens, la Russie a collaboré avec l'OTAN pour créer le Conseil OTAN-Russie en 2002. La tâche principale du Conseil OTAN-Russie était la recherche d'un consensus, la coopération et la consultation mutuelle sur les questions de sécurité. Il ne faut peut-être pas oublier ce geste pragmatique de Vladimir Poutine.

NATO-Russia_Council.jpg

En outre, depuis les premiers jours de son mandat, Vladimir Poutine n'a cessé de partager les lignes rouges de la sécurité de la Russie avec les États-Unis et ses alliés de l'OTAN en Europe. Les experts en politique étrangère ont qualifié le pragmatisme de la politique étrangère de Poutine, celle d'une approche de la Russie face à son étranger proche,  d'efficace jusqu'en 2004. Les préoccupations de la Russie en matière de sécurité ont commencé à s'aggraver lorsqu'un grand nombre d'États post-soviétiques d'Europe baltique et orientale ont rejoint l'Union européenne. Néanmoins, dès le début, la Russie a perçu l'expansion vers l'est de l'UE sous l'angle du dilemme de la sécurité et, par conséquent, lors de plusieurs rencontres internationales, Vladimir Poutine a remis en question la politique d'expansion vers l'est de l'UE. Ici, la montée en flèche des préoccupations sécuritaires de Poutine peut être mise en parallèle avec l'analyse du célèbre auteur géopolitique Tim Marshall. Selon Marshall, tout au long de l'histoire, la Russie a été prisonnière de sa géographie plate, vaste et trop étendue, où la "sécurité" est toujours restée l'obsession de ses dirigeants.

548x840.jpg

De même, la politique d'expansion vers l'est de l'UE, qui a débuté en 2004, est devenue le principal sujet de débat et de discussion parmi les élites politiques et sécuritaires russes. Les élites russes de la sécurité, en particulier, pensaient que l'expansion vers l'est de l'UE visait à ouvrir la voie à l'OTAN pour atteindre les frontières russes. Ainsi, de cette discussion est né un nouveau phénomène de sécurité, celui de "l'encerclement de la Russie", qui a fini par dominer la politique étrangère russe pour les années à venir. La plupart des élites politiques et de sécurité russes ont directement blâmé les États-Unis pour l'américanisation des politiques étrangères et de défense européennes. À cet égard, si quelqu'un veut comprendre le contexte du conflit actuel entre la Russie et l'Ukraine, il doit étudier la transformation de la politique étrangère russe après 2004. En outre, l'année 2004 est importante pour deux raisons majeures.

41587_2004_Article_BFnbt0504501_Fig1_HTML.png

Premièrement, 2004 a marqué le début de l'expansion de l'UE vers l'est et donc des avancées de l'OTAN vers les frontières russes. Deuxièmement, au cours de ces mêmes années, les révolutions de couleur ont commencé dans l'espace post-soviétique, en commençant par l'Ukraine, dont la Russie pense qu'elles étaient parrainées par l'OTAN pour renverser les régimes favorables à la Russie. Ainsi, dans le sillage des révolutions de couleur, le terme "Sécurité de la sphère d'influence de la Russie" est devenu l'obsession majeure des élites politiques et sécuritaires russes.

Dans ce dernier contexte, si nous révisons la pensée géopolitique du président russe, alors, selon Poutine, la chute de l'Union soviétique a été la plus grande catastrophe géopolitique du vingtième siècle qui a mis en péril la sécurité géopolitique de la Russie. C'est peut-être la raison pour laquelle, dès les premiers jours de son mandat, Vladimir Poutine a spéculé sur les problèmes de sécurité de la Fédération de Russie. Même, concernant les lignes rouges de la Russie, il a lancé un avertissement clair aux États-Unis et à ses alliés européens de l'OTAN lors de son discours à la Conférence sur la sécurité de Munich en 2007. Vladimir Poutine a déclaré : "le fait que nous soyons prêts à ne pas placer l'armée de l'OTAN en dehors du territoire allemand donne à l'Union soviétique une solide garantie de sécurité" - où sont ces garanties ? Ainsi, du point de vue géopolitique de Poutine, les Américains et leurs alliés européens ont éclipsé et méprisé les garanties de sécurité données à la Russie et ont permis à l'OTAN d'encercler la Russie, ce qu'il considère comme une promesse non tenue.

En tant que réaliste pragmatique, Vladimir Poutine estime que puisque l'Amérique et ses alliés européens ont rompu la promesse, la Russie a le droit naturel d'assurer sa sécurité dans l'espace post-soviétique. Par conséquent, les événements tels que la guerre avec la Géorgie (2008) et l'annexion de la Crimée (2014) n'étaient qu'un calme avant la tempête. À mon avis, ces événements ont été le signal d'alarme pour que l'OTAN abandonne son expansionnisme le long des frontières russes. Malheureusement, à l'Ouest, ces deux événements majeurs n'ont pas été reçus comme des avertissements majeurs ; au contraire, l'Ouest les a considérés comme une agression russe et un néo-impérialisme, ce qui est complètement hors de toute logique.

Selon Poutine, l'Occident doit respecter la Russie en tant que pôle distinct dans l'ordre international, aux côtés d'autres puissances mondiales émergentes comme la Chine et l'Inde. Selon Poutine, le moment unipolaire est terminé et l'état de droit international ne peut être renforcé et mis en œuvre que si l'Occident respecte la "sphère d'influence" de chaque pôle. En outre, la multipolarité émergente est réelle et l'Occident doit comprendre ce fait, s'il est un tant soit peu sérieux en matière de paix et de sécurité internationales.

51cHm4Kn2aS.jpg

L'Auteur:

Shahzada Rahim est l'auteur du livre Beyond Civilization and History et un expert en géopolitique. Il est le rédacteur en chef du portail d'information The Eurasian Post.

mercredi, 15 juin 2022

Multipolarité et mondialisation

multi-polar.jpeg

Multipolarité et mondialisation

Alexander Bovdunov

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/multipolarity-and-globalization

Les événements déclenchés par l'opération militaire spéciale russe ont commencé à affecter la mondialisation :

- Tout d'abord, la diaspora kurde en Suède a toujours soutenu et financé tous les mouvements séparatistes kurdes, nous ne devrions donc pas être surpris par la position prise par la Turquie contre l'entrée de la Suède et de la Finlande dans l'OTAN. Il est intéressant de noter que les réalités du Moyen-Orient affectent désormais directement l'équilibre des forces en Europe du Nord.

- La crise alimentaire (que l'on attribue exclusivement à la guerre en Ukraine, mais qui est en fait le résultat de plusieurs causes), a provoqué des protestations en Afrique, notamment en Ouganda, en raison de la hausse des prix due aux sanctions contre la Russie.

- Pour que les sanctions contre la Russie soient efficaces, les États-Unis doivent négocier avec les monarchies du golfe Persique ou l'Iran. Les politiciens américains ne sont pas préparés à cela et c'est pour cette raison que les négociations sont au point mort.

manifestaciones-rusia-mali.jpg

Tout ceci démontre la fragilité même de l'économie mondiale actuelle telle que décrite par Braudel et Wallerstein. Les liens intrarégionaux et interrégionaux sont devenus des obstacles au développement ou à la réalisation de nombreux projets, d'autant plus que les grands acteurs dépendent désormais de petites diasporas - autrefois insignifiantes - exilées dans leur pays pour obtenir ce qu'ils veulent, tandis que pour obtenir certains avantages sur d'autres concurrents, il est nécessaire de trouver des compromis avec des acteurs secondaires. En outre, le fait de dépendre de l'achat d'un bien produit à l'étranger, au lieu de le produire sur place, peut entraîner un effondrement industriel, alimentaire et énergétique au cas où ce bien ne serait plus disponible en raison de circonstances imprévues.

L'économie mondiale capitaliste a été créée grâce à l'hégémonie occidentale, qui a eu recours à toutes sortes de moyens non économiques (p. ex. la force) pour atteindre cet objectif. Tous les pays qui ont été incorporés dans l'économie mondiale ont fini par être exploités comme s'ils étaient des colonies, directement ou indirectement. Cependant, il existe des pays non occidentaux comme la Chine, l'Iran, l'Inde et la Turquie qui ont réussi à atteindre un développement politique et économique qui les rend indépendants de l'Occident et maintenant l'Occident est obligé de négocier avec eux. L'imposition de sanctions, de blocus ou d'invasions militaires signifierait la destruction des fondations de l'économie occidentale elle-même et finirait par faire éclater toutes les fondations sur lesquelles elle est construite.

Par conséquent, nous pouvons nous demander : quel est l'intérêt de créer un système qui ne donne pas à l'Occident un avantage sur le reste du monde ?

Tout cela nous amène à penser que le monde se dirige vers l'émergence de multiples économies mondiales - des empires (donc la multipolarité) - ou vers la création d'une économie commerciale mondiale post-capitaliste contrôlée politiquement et idéologiquement par l'Occident (certains pays comme la Chine ont réussi à se tailler une place dans le monde grâce à cela). 

En fait, le discours consistant à "mettre de côté les avantages économiques pour sauver l'Ukraine" est une tentative de mettre en œuvre ce dernier scénario, car grâce aux avantages accumulés par l'Occident (malgré le déclin de sa puissance économique, militaire et idéologique), il possède encore les mécanismes nécessaires pour créer un nouveau système sans craindre de détruire l'ancien, y compris par l'utilisation de la puissance militaire, afin d'anéantir tous ses concurrents.

 

13:00 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, mondialisation, multipolarité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

mercredi, 01 juin 2022

De l'Etat-Civilisation

pekinetlaciteinterdite.jpg

De l'Etat-Civilisation

Alexandre Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/article/gosudarstvo-civilizaciya

L'OSU est unanimement reconnue par les experts compétents en relations internationales comme étant l'accord final et décisif qui amènera la transition d'un monde unipolaire à un monde multipolaire.

La multipolarité semble parfois intuitivement et claire, mais dès que nous essayons de donner des définitions précises ou une description théorique correcte, les choses deviennent moins claires. Je pense que mon ouvrage "Théorie d'un monde multipolaire" est plus pertinent que jamais. Mais comme les gens ne peuvent plus lire, surtout les longs textes théoriques, je vais essayer de partager ici les points principaux.

L'acteur principal dans un ordre mondial multipolaire n'est pas l'État-nation (comme dans la théorie du réalisme en relations internationales) mais pas non plus un gouvernement mondial unifié (comme dans la théorie du libéralisme en relations internationales). C'est l'État-civilisation. D'autres noms lui sont donnés : le "grand espace", l'"Empire", l'"œcumène".

Le terme "État-civilisation" est le plus souvent appliqué à la Chine. À la fois  à la Chine ancienne et moderne. Dès l'Antiquité, les Chinois ont développé la théorie du "Tianxia" (天下), "Empire céleste", selon laquelle la Chine est le centre du monde, étant le point de rencontre du Ciel unificateur et de la Terre diviseuse. L'"Empire céleste" peut être un État unique, ou être démantelé en ses composants, puis réassemblé. En outre, la Chine Han proprement dite peut également servir d'élément culturel constitutif pour les nations voisines qui ne font pas directement partie de la Chine - avant tout, pour la Corée, le Vietnam, les pays d'Indochine et même le Japon, qui a acquis son indépendance.

Tianxia_en-zh-hans.svg.png

L'État-nation est un produit du Nouvel Âge européen, et dans certains cas une construction post-coloniale. L'État-Civilisation a des racines anciennes et... des frontières mouvantes, incertaines. L'État-civilisation est tantôt poussé en avant, tantôt élargi, tantôt contracté, mais reste toujours un phénomène permanent. (C'est, avant tout, ce que nous devons savoir sur notre SSO).

La Chine moderne se comporte strictement selon le principe du "Tianxia" en politique internationale. L'initiative "One Belt, One Road" est un exemple brillant de ce à quoi cela ressemble dans la pratique. L'Internet de la Chine, qui ferme tous les réseaux et ressources susceptibles d'affaiblir son identité civilisationnelle, montre comment les mécanismes de défense sont mis en place.

L'Etat-civilisation peut interagir avec le monde extérieur, mais elle n'en devient jamais dépendante et conserve toujours son autosuffisance, son autonomie et son autarcie.

L'État-civilisation est toujours plus qu'un simple État, tant sur le plan spatial que temporel (historique).

La Russie gravite de plus en plus vers le même statut. Après le début du "Nouvel ordre mondial", ce n'est plus un simple vœu pieux, mais une nécessité urgente. Comme dans le cas de la Chine, la Russie a toutes les raisons de prétendre être précisément une civilisation. Cette théorie a été développée de manière plus complète par les Eurasiens russes, qui ont introduit la notion d'un "État-monde" ou - ce qui est la même chose - d'un "monde russe". En fait, le concept de Russie-Eurasie est une indication directe du statut civilisationnel de la Russie. La Russie est plus qu'un État-nation (ce qu'est la Fédération de Russie). La Russie est un monde à part.

b5.jpg

La Russie était une civilisation à l'époque de l'Empire, et elle est restée la même pendant la période soviétique. Les idéologies et les régimes ont changé, mais l'identité est restée la même.

Le combat pour l'Ukraine n'est rien d'autre qu'un combat pour l'État-civilisation. Il en va de même pour l'État d'union pacifique de la Russie et du Belarus et l'intégration économique de l'espace eurasien post-soviétique.

Un monde multipolaire est composé d'États et de civilisations. C'est une sorte de monde des mondes, un mégacosmos qui inclut des galaxies entières. Et ici, il est important de déterminer combien de ces États-Civilisations peuvent exister, même théoriquement.

Sans aucun doute, l'Inde appartient à ce type, c'est un État-civilisation typique, qui possède aujourd'hui encore suffisamment de potentiel pour devenir un acteur à part entière de la politique internationale.

6fa439f34ae645ab02da24a5eae26cc3.jpg

Ensuite, il y a le monde islamique, de l'Indonésie au Maroc. Ici, la fragmentation en États et en différentes enclaves ethnoculturelles ne nous permet pas encore de parler d'unité politique. Il existe une civilisation islamique, mais son amalgame dans une civilisation d'État s'avère plutôt problématique. En outre, l'histoire de l'Islam connaît plusieurs types d'états-civilisations - des califats (le Premier, puis celui des Omeyyades, des Abbassides, etc.) aux trois parties de l'Empire de Gengis Khan converties à l'Islam (la Horde d'or, l'Ilkhan et le Chagatai ulus), la puissance perse des Safavides, l'État moghol et, enfin, l'Empire ottoman. Les frontières autrefois tracées sont à bien des égards toujours d'actualité. Toutefois, le processus consistant à les rassembler en une seule structure nécessite un temps et des efforts considérables.

L'Amérique latine et l'Afrique, deux macro-civilisations qui restent plutôt divisées, sont dans une position similaire. Mais un monde multipolaire impulsera d'une manière ou d'une autre les processus d'intégration dans toutes ces zones.

Maintenant, la chose la plus importante: que faire de l'Ouest ? La théorie du monde multipolaire dans la nomenclature des théories des relations internationales est absente de l'Occident moderne.

Le paradigme dominant y est aujourd'hui le libéralisme, qui nie toute souveraineté et toute autonomie, abolit les civilisations et les religions, les ethnies et les cultures, les remplaçant par une idéologie libérale outrancière, par le concept des "droits de l'homme", par l'individualisme (conduisant à l'extrême à des politiques gendéristes et favorable à la manie transgenre), par le matérialisme et par le progrès technique élevé à la plus haute valeur (via l'Intelligence Artificielle). L'objectif du libéralisme est d'abolir les États-nations et d'établir un gouvernement mondial basé sur les normes et règles occidentales.

C'est la ligne poursuivie par Biden et le parti démocrate moderne aux États-Unis et la plupart des dirigeants européens. Voilà ce qu'est le mondialisme. Il rejette catégoriquement l'Etat-Civilisation et toute velléité de multipolarité. C'est pourquoi l'Occident est prêt pour une guerre avec la Russie et la Chine. Dans un sens, cette guerre est déjà en cours - en Ukraine et dans le Pacifique (avec le problème de Taïwan), mais jusqu'à présent en s'appuyant sur des acteurs qui mènent leur combat par procuration.

Il existe une autre école influente en Occident - le réalisme dans les relations internationales. Ici, l'État-nation est considéré comme un élément nécessaire de l'ordre mondial, mais seuls ceux qui ont pu atteindre un haut niveau de développement économique, militaro-stratégique et technologique - presque toujours aux dépens des autres - possèdent la souveraineté. Alors que les libéraux voient l'avenir dans un gouvernement mondial, les réalistes voient une alliance de grandes puissances occidentales fixant des règles mondiales en leur faveur. Encore une fois - tant en théorie qu'en pratique, cet Occident rejette catégoriquement toute idée d'une civilisation d'État et d'un monde multipolaire.

aachener-dom-das-karolingische-oktogon-8ba417c6-9cd0-4b4b-a985-5f9916158467.jpg

aachen-2683036_960_720.jpg

Cela crée un conflit fondamental déjà au niveau théorique. Et le manque de compréhension mutuelle conduit ici aux conséquences les plus radicales au niveau de la confrontation directe.

Aux yeux des partisans de la multipolarité, l'Occident est aussi une civilisation-état, voire deux - celle de l'Amérique du Nord et celle de l'Europe. Mais les intellectuels occidentaux ne sont pas d'accord: ils n'ont pas de cadre théorique pour cela - ils connaissent soit le libéralisme soit le réalisme et non pas la multipolarité.

Cependant, il existe aussi des exceptions parmi les théoriciens occidentaux - comme Samuel Huntington ou Fabio Petito. Ils reconnaissent - contrairement à la grande majorité - la multipolarité et l'émergence de nouveaux acteurs sous la forme de civilisations. C'est réjouissant car de telles idées peuvent jeter un pont entre les partisans de la multipolarité (Russie, Chine, etc.) et l'Occident. Un tel pont rendrait au moins les négociations possibles. Tant que l'Occident rejettera catégoriquement la multipolarité et la notion même d'État-civilisation, le débat ne sera mené qu'au niveau de la force brute - de l'action militaire au blocus économique, en passant par les guerres d'information et par les sanctions, etc.

Pour gagner cette guerre et se défendre, la Russie elle-même doit d'abord comprendre clairement ce que signifie réellement la multipolarité. Nous nous battons déjà pour elle, et nous ne comprenons pas encore tout à fait ce qu'elle est. Il est urgent de dissoudre les think tanks libéraux créés pendant la période Gorbatchev-Eltsine et d'établir de nouveaux think tanks multipolaires. Le paradigme éducatif lui-même doit également être restructuré - en premier lieu au MGIMO, au MGU, au PFUR, à l'Institut Maurice Thorez, à l'Académie diplomatique et aux universités concernées. Enfin, nous devons vraiment nous tourner vers une école de pensée eurasienne à part entière, qui s'est avérée être d'une pertinence maximale, mais contre laquelle les atlantistes et les agents étrangers déclarés et dissimulés, qui ont pénétré profondément dans notre société, continuent de se battre.

jeudi, 26 mai 2022

Diego Fusaro : "La guerre de Biden et de l'OTAN contre la Russie a la Chine comme principal ennemi"

f.elconfidencial.com_original_216_cca_034_216cca0342ed0633cabbcf355de550fe.jpg

Diego Fusaro : "La guerre de Biden et de l'OTAN contre la Russie a la Chine comme principal ennemi"

Propos recueillis par Carlos X. Blanco 

Source: http://adaraga.com/diego-fusaro-la-guerra-de-biden-y-la-otan-contra-rusia-tiene-como-enemigo-fundamental-a-china/

Nous avons eu la chance de pouvoir nous entretenir avec le philosophe italien Diego Fusaro, bien connu des habitués du site et de la revue Adáraga. La Chine est sans aucun doute devenue l'une des grandes puissances (si ce n'est la plus grande de toutes) et, par conséquent, nous ne pouvions manquer d'interroger l'un des esprits les plus critiques et les plus lucides sur cette question.

De ce côté du monde appelé "Occident", cadavre surmonté de l'atlantisme yankee, la Chine nous est présentée comme une "menace". Notre penseur italien, dans une approche multipolaire, analogue par certains aspects à l'approche utilisée par Robert Steuckers et Aleksandr Duguin, soutient qu'il n'est pas légitime en soi de combattre des civilisations-nations comme la Russie et la Chine, et encore moins de le faire au nom d'un seul pôle de puissance et d'une seule forme de domination. La domination de l'échiquier mondial dans les mains d'une seule puissance, celles d'un Occident qui n'est en réalité que le marécage miasmatique de l'atlantisme nord-américain, ne peut être bonne pour les autres peuples du monde.

La nation-civilisation de la Chine a démontré sa résistance à l'impérialisme et aux diverses conquêtes. Le bellicisme forcené de Biden ne pourra jamais "avaler" tout un monde, tout un mode de vie qui, de plus, prend l'ascendant économique, militaire et technologique sur l'atlantisme. L'Occident, qui n'est plus l'Europe, n'est plus une civilisation. Il s'agit, contrairement à la Chine et à la Russie, d'un réseau d'États qui ne correspond plus aux peuples que chacun d'eux contient. Elle est donc au service du turbo-capitalisme et ses contradictions internes n'ont d'autre effet que de semer le chaos. L'empire yankee n'est plus l'empire d'une nation, comme il a perfidement prétendu l'être au début, en volant les possessions de l'Espagne américaine et asiatique, alors que notre empire était déjà un cadavre. Cette politique prédatrice entamée en 1898 était encore une politique étrangère expansionniste au service d'une jeune nation, un peu monstrueuse et à moitié formée, et héritière de l'impérialisme capitaliste esclavagiste des Britanniques.

009767134.jpg

Mais aujourd'hui, la politique étrangère et l'agressivité otanesque et américaine ne règlent même pas en termes de nation et d'empire : elles règlent en termes de reconstruction désespérée des moyens de production de la plus-value dans une économie follement financiarisée et chaotique. Le chaos économique occidental veut nous conduire au chaos civilisationnel. Mais la "muraille de Chine" arrêtera une fois de plus une telle barbarie. Voici quelques questions auxquelles Diego a aimablement répondu en exclusivité pour Adáraga.

Carlos X. Blanco : Pensez-vous que la guerre de Biden et de l'OTAN contre la Russie est fondamentalement une guerre contre la Chine ?

Diego Fusaro : Bien sûr, c'est aussi, je le souligne, une guerre contre la Chine. Mais pas seulement contre la Chine. C'est une guerre contre le bloc de l'Est qui ne s'incline pas devant l'impérialisme américain. En substance, nous sommes à l'apogée de l'expansion impérialiste américaine à l'Est, qui est maintenant en conflit direct avec la Russie, puis avec la Chine. C'est pourquoi la résistance de la Russie et de la Chine, les derniers bastions de la résistance à l'impérialisme américain, est si importante aujourd'hui.
SUGGESTION : Ukraine : une situation gagnant-gagnant pour Joe Biden ?

Pensez-vous que la Chine deviendra bientôt le grand empire mondial ou qu'elle sera confrontée à des obstacles et des contradictions ?

La Chine, sur le plan économique et commercial, est déjà le grand empire du monde, ce qui explique précisément pourquoi la civilisation du dollar ne peut pas le supporter et fera tout son possible pour le renverser. La Chine a la suprématie économique, les États-Unis ont la suprématie militaire: il est clair que Washington tentera d'utiliser sa suprématie militaire pour détruire la Chine et essaiera également de blâmer la Chine elle-même en la dépeignant comme dictatoriale et totalitaire.

Y a-t-il un marxisme reconnaissable dans la politique intérieure et étrangère chinoise?

Certes, c'est un marxisme très différent de celui de Mao, mais c'est toujours du marxisme, surtout en ce qui concerne le pouvoir du parti communiste et la primauté du pouvoir éthique de l'État, comme l'appellerait Hegel. La Chine est maximalement souverainiste à l'intérieur, et maximalement mondialiste à l'extérieur. C'est absolument unique. Une ancienne maxime chinoise dit qu'il faut être comme l'eau, en prenant la forme de récipients. La Chine reste marxiste mais rivalise avec les pays capitalistes en prenant temporairement leur forme et en parvenant jusqu'à présent à les vaincre.

9788869760075_large.jpg

Les Américains sont-ils à l'origine de la phobie croissante de la Chine, est-ce la volonté de Washington de ne pas payer ses dettes ou s'agit-il simplement d'une lutte de pouvoir?

Certes, la haine de la Chine provient de Washington et est principalement montée par la droite bleue néolibérale, une droite sordide, mais elle peut également être montée dans une large mesure par la gauche fuchsia tout aussi néolibérale. Le dépassement de la gauche et de la droite doit également avoir lieu à ce stade, c'est-à-dire sur la question géopolitique : la gauche et la droite sont atlantistes, nous devons être pour un monde multipolaire.

Est-il vrai et dangereux que la Chine achète des terres, des minéraux et des ressources de base dans le monde entier? Sommes-nous en train d'échanger un impérialisme contre un autre?

La Chine fait exactement la même chose que tous les autres pays capitalistes, mais elle le fait pour quelle raison : est-elle devenue capitaliste pour elle-même ou utilise-t-elle le capitalisme en vue de le dépasser ?

Ne pensez-vous pas que nous, Européens, sommes déjà incapables d'apprécier certaines des vertus des Chinois : la hiérarchie, le sens de la famille, la discipline?

Certes, l'Europe, en tant que colonie de Washington, est déjà victime de la civilisation du néant, de la culture de l'annulation. La Chine a encore réussi à maintenir des valeurs qui la rendent supérieure à cette civilisation du néant que nous sommes maintenant, et que nous ne pouvons même plus comprendre.

Y a-t-il une unité entre Confucius et Marx dans ce pays, y a-t-il encore des valeurs solides ou le matérialisme le plus grossier va-t-il triompher en Chine ?

C'est un thème sur lequel Costanzo Preve insistait souvent, à savoir le fait que le marxisme en Chine a toujours eu une caractéristique particulière parce qu'il s'est greffé sur une culture chinoise antérieure et unique et a donné naissance à un marxisme très particulier, inaccessible aux autres marxismes.

Une alliance entre la Chine, la Russie et d'autres puissances émergentes sera-t-elle l'occasion pour l'Europe de se défaire du vieux joug américain créé en 1945 ?

Cela serait hautement souhaitable : contre l'impérialisme monopolaire américain, qui appelle la mondialisation l'américanisation forcée du monde entier, il faut espérer la création d'un multipolarisme, c'est-à-dire d'un nouvel ordre multilatéral qui crée un nouvel équilibre et peut ainsi résister à l'impérialisme américain. Comme l'a dit Kant dans Pour une paix perpétuelle, un monde avec plusieurs États-nations, même en conflit les uns avec les autres, est meilleur pour l'idée de raison qu'une monarchie universelle qui les soumet tous, ce qui fait dégénérer le monde en anarchie. Si nous voulons le multipolarisme, c'est parce que lui seul peut garantir un équilibre des forces et donc une paix durable qui n'est pas la paix des cimetières, pour citer à nouveau Kant, c'est-à-dire la paix faite par les Américains, qui, pour citer le vieux Tacite, est le désert. C'est pourquoi nous devons plus que jamais espérer une Chine et une Russie alliées, souveraines à tous égards, du militaire au monétaire, du culturel au politique, c'est-à-dire capables de résister sans céder à l'ennemi principal, c'est-à-dire l'impérialisme de Washington. L'Europe entière devrait enfin se libérer de l'impérialisme sordide de Washington, qui en a fait une colonie depuis 1945, et s'ouvrir à une perspective eurasienne et multipolaire. Mon pays, l'Italie, compte plus de 120 bases militaires américaines : ce n'est pas un allié de Washington, c'est une colonie de Washington ; il ne peut y avoir ni démocratie ni liberté lorsque les décisions sont prises non pas à Rome mais à Washington, c'est-à-dire lorsque vous êtes une colonie des États-Unis d'Amérique.

vendredi, 13 mai 2022

Le nouvel ordre multipolaire

elise_acquin-boz-credit_the_lightwriter.jpeg

Le nouvel ordre multipolaire

Germán Gorráiz López

Source: https://katehon.com/en/article/new-multipolar-order

Par chaos, nous entendons quelque chose d'imprévisible, quelque chose qui échappe à la vision myope de nos yeux, qui ne peuvent que saisir une pauvre esquisse de l'ensemble, face à des événements qui dépassent les paramètres connus, puisque notre esprit n'est capable de séquencer que des fragments de la séquence totale de l'immense génome du chaos, face auquel nous recourons inévitablement au dit "effet papillon" pour tenter d'expliquer la conjonction vertigineuse des forces centripètes et centrifuges qui finiront par configurer le puzzle disjoint du chaos ordonné qui est en train de prendre forme.

L'"effet papillon", que je viens de mentionner, quand il est transféré à des systèmes complexes, aurait pour effet collatéral l'impossibilité de détecter à l'avance un futur proche, puisque les modèles quantiques qu'ils utilisent ne seraient que des simulations basées sur des modèles antérieurs, pour lesquels l'inclusion d'une seule variable incorrecte ou l'apparition soudaine d'une variable imprévue fait que la marge d'erreur de ces modèles s'amplifie dans chaque unité de temps simulée jusqu'à dépasser la limite stratosphérique de cent pour cent, dont le Brexit serait un paradigme, tout comme l'apparition de la pandémie COVID, l'opération russe en Ukraine et le prochain krach boursier.

Le biologiste français Jacques L. Monod dans son essai Le Hasard et la nécessité (1970) explique que les variables du logos et le hasard de l'évolution humaine seraient des aspects complémentaires de la nécessaire adaptation évolutive des êtres vivants face à des changements drastiques pour assurer leur succès reproductif (leur survie) avec lesquels nous assisterions à l'émergence d'un "scénario téléonomique" par opposition au soi-disant "scénario téléologique" en vigueur dans les sociétés occidentales.

CVT_Le-Hasard-et-la-Necessite_2426.jpeg

Le Brexit et le triomphe de Trump marqueront donc la fin du "scénario téléologique" dans lequel la finalité des processus créatifs était planifiée par des modèles finis qui pouvaient intermodéliser ou simuler divers futurs alternatifs et dans lequel l'intention, la finalité et la créativité prévalaient. et son remplacement par le "scénario téléonomique", marqué par des doses extrêmes de volatilité qui affecteront particulièrement les systèmes complexes tels que le changement climatique, la détection et la prévention des épidémies, les flux migratoires, la bourse et le nouvel ordre géopolitique mondial.

Ainsi, l'émergence sur la scène mondiale d'une nouvelle pandémie virale n'a pas été perçue par les experts de l'OMS car notre esprit n'est capable de séquencer que des fragments de la séquence totale de l'immense génome du chaos face à des événements qui dépassent les paramètres connus. De même, ils ont été incapables de reconnaître leur ignorance, puisque la différence entre un sage et un ignorant est que le premier est capable de reconnaître que la sagesse vient de la reconnaissance de l'ignorance, incarnée par la phrase emblématique attribuée à Socrate ("Je sais seulement que je ne sais pas que je ne sais rien").

Dans le domaine économique, la croissance stratosphérique des prix du pétrole brut et de l'énergie obligera les pays à adopter des politiques de décroissance avec la contraction subséquente du commerce mondial et qui provoquera le règlement de la mondialisation économique, ayant comme effets collatéraux la fin du tourisme de masse, le retour des entreprises délocalisées et l'intronisation de l'économie circulaire et des produits ECO-label qui finiront par dessiner le retour aux compartiments économiques isolés à l'horizon des cinq prochaines années.

De même, après la guerre en Ukraine, nous assisterons à la fin de l'unipolarité des États-Unis et de leur rôle de gendarme du monde et à son remplacement par la nouvelle doctrine de la multipolarité ou "géopolitique de pair à pair", formée par la troïka Etats-Unis, Chine et Russie (G3) ainsi qu'à l'irruption sur la scène géopolitique de la nouvelle vague involutive mondiale. Ladite vague involutive serait causée par des causes économiques (le déclin de l'économie mondiale) ; culturelles (le déclin des démocraties formelles occidentales dû à la culture de la corruption) ; politiques (la perte de crédibilité démocratique d'innombrables gouvernements de pays occidentaux et du tiers monde) et géopolitiques (l'émergence d'un nouveau scénario géopolitique mondial après le retour à l'endémisme récurrent de la guerre froide entre les États-Unis et la Russie).

16:18 Publié dans Actualité, Géopolitique | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, géopolitique, multipolarité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 02 mai 2022

RICs et multipolarité

5c774d43a3106c65fffc6d72.jpeg

RICs et multipolarité

par le comité de rédaction de Katehon

Source: https://www.ideeazione.com/i-ric-e-la-multipolarita/

Ces dernières années, le monde est en crise, non seulement à cause de l'instabilité économique, mais aussi à cause des problèmes politiques relatifs au "déclin idéologique et à la perte d'identité". Un nouvel ordre mondial est en train d'émerger: d'un monde unipolaire, nous passons progressivement à un ordre mondial multipolaire. Cependant, sur le plan scientifique, la théorie du monde multipolaire (MMT) n'a pas été finalisée, car elle ne figure pas aujourd'hui parmi les théories et paradigmes classiques des relations internationales.

Malgré cela, un nombre croissant d'ouvrages sur la politique étrangère et la géopolitique liés au TMM sont apparus au fil du temps. L'historien britannique Paul Kennedy, spécialiste des relations internationales, a prédit dans son livre The Rise and Fall of the Great Powers (1987) que l'équilibre des forces militaires allait changer au cours des 20 à 30 prochaines années, pour aboutir à un monde multipolaire vers 2009. Jusqu'à présent, sa prédiction ne s'est pas réalisée, mais aujourd'hui, en 2022, nous faisons l'expérience d'un changement dans l'ordre mondial plus aigu que jamais. En 2000, la secrétaire d'État américaine Madeleine Albright a soutenu que l'ordre mondial émergent n'est plus unipolaire, mais plutôt multipolaire.

527868.jpg

En 2009, le rapport Global Trends 2025 du National Intelligence Council américain a déclaré que les conditions préalables à l'émergence d'un "système multipolaire mondial" étaient en train de se mettre en place sur les deux prochaines décennies, vers 2029. Cette hypothèse sera testée par le temps. Le rapport cite les facteurs suivants: la montée en puissance de pays tels que la Chine, l'Inde, qui peuvent influencer la création d'un système mondial multipolaire. En 2025, il n'y aura plus une seule "communauté internationale" d'États-nations. Le pouvoir sera dispersé parmi les nouveaux acteurs politiques. Il y a aussi la dépendance des pays vis-à-vis des grands exportateurs de gaz, comme la Russie et l'Iran. Si les prix sont élevés, la puissance de ces pays augmentera considérablement. Le niveau du PIB de la Russie pourrait en théorie égaler celui du Royaume-Uni et de la France. Comme nous le savons, la question de l'approvisionnement en gaz de la Russie à l'UE n'a pas été résolue jusqu'à présent. En raison d'un nombre précédent de sanctions américaines et européennes contre la Russie, la Fédération de Russie a décidé de vendre du gaz exclusivement en roubles à partir du 1er avril 2022, ce qui a provoqué une vague d'indignation dans l'UE. Toutefois, le 25 avril 2022, on a appris que l'Arménie et l'Azerbaïdjan étaient passés au paiement du gaz en roubles. Ainsi, l'un des points d'influence de la Russie sur le monde pourrait être les ressources énergétiques.

543x840adthmw.jpg

Alors, quelle est la théorie du monde multipolaire? Il a été développé en Russie en 2012, grâce au philosophe, sociologue et penseur politique russe A. G. Douguine. Dans sa monographie intitulée The Theory of a Multi-polar World. Pluriversum, il a présenté le concept en détail. Le TMM est avant tout un concept politique, qui constitue une interprétation alternative du concept de multipolarité largement utilisé dans la théorie des relations internationales. La création de la théorie s'est appuyée sur diverses études politiques et culturelles-anthropologiques, ainsi que sur des systèmes socio-philosophiques tels que la géopolitique, l'eurasianisme et plusieurs autres. Ajoutons qu'elle s'appuie sur l'idéologie de la "révolution conservatrice" et le traditionalisme de la "nouvelle droite". Cette théorie vise à construire un nouveau système non occidental de relations internationales. En 1993, le politologue américain Samuel Huntington a proposé le concept du choc des civilisations, qui correspondait tout à fait aux idées de Douguine. Les "nouveaux centres", posés comme tels, sont une alliance de plusieurs États BRICS (Russie, Brésil, Chine, Inde et Afrique du Sud).

Cependant, les partisans américains de l'unipolarité rigide ne veulent pas reconnaître le terme "multipolarité". C'est pourquoi ils ont proposé un autre terme, la "non-polarité". Ce concept suppose que "les processus de mondialisation vont se développer davantage et que le modèle occidental d'ordre mondial va étendre sa présence parmi tous les pays et peuples de la terre". Ainsi, l'hégémonie intellectuelle des valeurs de l'Occident se perpétuera.

Toutefois, cette théorie soulève un certain nombre de doutes en raison des développements mondiaux actuels. La Chine, par exemple, devance désormais, en toute confiance de soi, les États-Unis dans un certain nombre d'indicateurs. Depuis 2013, l'initiative "Une Ceinture, une Route" s'est développée ("One Belt, One Road"). La Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures a été lancée, ce qui a été un succès pour la RPC. La Chine a commencé à promouvoir les idées du concept chinois de "l'avenir commun de l'humanité". L'un des postulats de ce concept est la création d'une "grande famille", qui peut être interprétée comme une interconnexion étroite entre les peuples du monde. Progressivement, la Chine s'éloigne du soutien à l'ordre mondial existant pour tenter de remplacer l'ancien hégémon, les États-Unis.

Une autre théorie, alternative à la théorie de la multipolarité, est celle d'un "monde multipolaire". C'est que les États-Unis ne doivent pas être la seule puissance hégémonique. Elle devrait plutôt tenir compte des positions de ses partenaires et parvenir à des solutions de compromis avec les autres pays. Mais comme nous le savons, la politique américaine à ce jour est en totale contradiction avec cette thèse.

Ensuite, il convient de définir un cadre clair pour un monde multipolaire. Il ne s'agit pas d'un retour des deux pôles tels que les États-Unis et l'URSS qui se faisaient face autrefois: dans un monde multipolaire, il doit y avoir plus de deux pôles. La multipolarité n'est pas non plus compatible avec les concepts de non-polarité et de multilatéralisme mentionnés précédemment.

dr.-dayan-jayatilleka1.jpg

41X5UECb5jL._SX331_BO1,204,203,200_.jpg

Il est important de noter que la tendance à la multipolarité se fera dans les États qui sont principalement orientés vers un monde multipolaire: la Russie, la Chine, l'Inde et quelques autres. L'eurasisme, par exemple, est considéré comme l'une des stratégies pour un monde multipolaire. À ce jour, il existe plusieurs perspectives sur l'intégration eurasienne. Premièrement, l'Union économique eurasienne (UEE) en tant qu'interprétation de l'eurasisme. Deuxièmement, l'évaluation de l'EAEU comme un véritable concurrent qui pourrait menacer les intérêts de l'UE et des États-Unis. Troisièmement, la possibilité d'évaluer objectivement la relation entre la politique étrangère de la Russie et l'intégration eurasienne et les développements politiques mondiaux. Le projet chinois One Belt, One Road, mentionné plus haut peut être considéré comme un complément à l'eurasisme. Un projet comme celui de la Grande Eurasie est souvent considéré ici dans sa globalité. Par exemple, le diplomate sri-lankais D. Jayatilleka (photo, ci-dessus) estime que le plus faisable pour la géopolitique eurasienne de la Russie est "d'étendre le concept de "multivectorisme" de Primakov au domaine de l'idéologie et à l'évolution du soft power, qui est véritablement multivectoriel: droite, gauche et centre... Ce n'est qu'ainsi que la Russie pourra redécouvrir son rôle d'avant-garde d'un nouveau projet historique, de porteuse d'une nouvelle synthèse d'idées et de valeurs".

Il est également important de noter que le terme "eurasisme" est souvent utilisé pour décrire la Russie et les nouveaux États indépendants. Selon l'historienne française M. Laruelle, la plasticité de l'eurasisme en tant qu'idéologie explique sa popularité. Parmi les prémisses théoriques de l'eurasisme, Laruelle identifie les suivantes: le rejet de l'Occident et du capitalisme, l'affirmation de l'unité culturelle entre l'ancienne Union soviétique et certaines parties de l'Asie, la formation d'une forme impériale d'organisation politique, ainsi que la croyance en l'existence de constantes culturelles.

En outre, M. R. Johnson, un chercheur de Pennsylvanie travaillant sur l'histoire de la Russie, note que la société américaine ne peut tout simplement pas accepter l'idée de l'eurasisme en raison d'un manque de compréhension de l'ontologie globale de l'eurasisme, et Johnson ne cache pas que le développement de l'eurasisme, et donc la formation d'un monde multipolaire, est une menace potentielle pour les États-Unis. Un autre historien américain, T. Fox, estime que pour parvenir à une diffusion mondiale de l'eurasisme, et donc à la multipolarité, il faut créer un récit universel qui combine l'expérience historique et les valeurs culturelles communes.

Après avoir discuté des théories de la multipolarité de la Chine et de la Russie, il convient de s'intéresser à la théorie de la multipolarité en Inde. L'Inde considère le concept de multipolarité depuis une position participative comme l'un des pôles. Cette position a été exposée lors d'une discussion en janvier 2017 dans The New Normal : Multilateralism with Multipolarity. Ce concept cherche à relier les deux théories de la "multipolarité" et du "multilatéralisme", dont nous avons discuté la distinction précédemment. La théorie indienne de la multipolarité est une fusion de la philosophie occidentale avec la Russie et la Chine. L'Inde présente les relations internationales contemporaines en termes de formation non pas de "pôles" mais d'États agissant en tant que sujets de la multipolarité.

27383-16169843292_282027a030_o.jpg

India-s-Power-Elite.jpg

Le politologue hindou Suryanarayana estime que la formation de la multipolarité est possible si les pays au centre ont leur propre développement historique, leur identité culturelle, leur intérêt national et leurs stratégies politiques. Le politologue critique également les politiques de néocolonialisme et de messianisme caractéristiques de l'Occident. C'est ici qu'émerge un nouveau concept de "multipolarité" par les politologues indiens, à savoir la coopération et le partenariat égalitaire entre les États. Ainsi, la multipolarité n'est pas la domination des "superpuissances", mais la coopération totale entre les pays. Sanjaya Baru (photo, ci-dessus), en tant que directeur de la géo-économie et de la stratégie à l'Institut international d'études stratégiques en Inde, a souligné qu'il était dans leur intérêt de trouver un terrain d'entente et de résoudre les conflits avec le Pakistan, et de maintenir la coopération au plus haut niveau entre l'Inde, la Russie et la Chine. De cette manière, de nouveaux centres ont été identifiés qui, s'ils coopèrent, pourraient obtenir des résultats significatifs dans la réalisation d'un monde multipolaire. Un regard sur les concepts de la Russie, de l'Inde et de la Chine révèle que ces trois pays sont unis par des objectifs communs. S'il existe effectivement un équilibre des forces, une coopération bénéfique entraînera un changement de l'ordre mondial.

29 avril 2022

mardi, 19 avril 2022

Unipolarité, bipolarité, multipolarité et la guerre d'Ukraine

Alba_aliothshutterstock_1100068391-807x455-c.jpg

Unipolarité, bipolarité, multipolarité et la guerre d'Ukraine

Vers une multipolarité de plus en plus complexe: scénario pour l'avenir

Enric Ravello Barber

Source: https://www.enricravellobarber.eu/2022/04/unipolaridad-bipolaridad-multipolaridad.html#.Yl5zFNPP2Uk

Derrière la prétendue fin de l'histoire proclamée par le publiciste du Pentagone Francis Fukuyama, se cachait une aberration philosophique : sortir l'homme de son habitat, celui de l'Histoire, entendue comme son "faire-dans-le-monde", et ouvrir la porte au post-humanisme qui nous apparaît déjà aujourd'hui comme une réalité de fait. Cette entorse à l'histoire a signifié la mise en œuvre urbi et orbi de ce que les occupants successifs de la Maison Blanche, sans la moindre dissimulation, ont appelé le Nouvel Ordre Mondial - nous insistons sur le mot "Monde" - : c'est-à-dire l'unification du monde sous la direction des Etats-Unis, ou, en d'autres termes, un monde unipolaire, c'est-à-dire avec un seul centre de pouvoir : Washington.

Les erreurs stratégiques des administrations américaines successives, toujours sous inspiration néo-con unipolaire, ont donné à la Russie le temps nécessaire pour se reconstruire en tant que puissance militaire et la Chine a émergé comme une puissance mondiale de premier ordre, non seulement en tant que puissance militaire mais aussi en tant que puissance globale (économique, stratégique, industrielle, technologique et diplomatique).

La Chine est devenue le principal acteur de la deuxième vague de mondialisation. Ce n'était qu'une contradiction apparente pour une puissance communiste de prôner la réduction de tous les obstacles au commerce mondial, puisque la vente de ses produits manufacturés sur les marchés mondiaux était la principale cause de sa croissance en tant que puissance.

L'essor de la Chine annonce en quelque sorte la fin du rêve unipolaire des Etats-Unis et montre une nouvelle réalité bipolaire. Quelques décennies après la chute de l'URSS, le monde vit à nouveau la lutte pour l'hégémonie planétaire entre deux puissances: les États-Unis et la Chine.

La Russie, devenue le troisième acteur mondial, propose un pas en avant, une nouvelle correction au Nouvel Ordre Mondial de Washington: le monde multipolaire. La Russie constituerait un troisième pôle géopolitique, une situation qui se conjuguerait également avec l'émergence de puissances régionales qui fragmenteraient davantage le plan de domination mondiale de la Maison Blanche: la Turquie, l'Iran et l'Inde joueraient ce rôle.

Dans cette réalité, l'Europe, le non-sujet géopolitique par excellence, pourrait cependant jouer un rôle décisif - comme l'ont constaté certains de ses dirigeants. Dans ce contexte multipolaire, l'Europe devrait s'émanciper de sa soumission aux États-Unis et devenir un autre centre de pouvoir, capable d'agir sur la scène internationale selon ses propres dynamiques et intérêts, de plus en plus opposés et divergents de ceux de la métropole colonisatrice Stars and Stripes. Et pour cela, l'une des conditions nécessaires - de la culture à l'énergie - serait une synergie entre l'Europe et la Russie, qui renforcerait le rôle de ces deux réalités et, partant, remettrait en question et diminuerait celui des États-Unis.

Aujourd'hui, tous ces scénarios sont en jeu dans la guerre d'Ukraine. Les États-Unis, qui provoquent depuis des années des situations inacceptables pour Moscou, voient dans cette guerre la possibilité ultime de couper le rapprochement et la collaboration croissante entre la Russie et l'Allemagne - dont le gaz est l'un des éléments clés - et de détruire ainsi l'option de ce troisième pôle et la construction d'un monde multipolaire: son premier objectif est d'isoler Moscou de ses partenaires géopolitiques potentiels, le second est de détruire la Russie en tant que puissance et de réduire encore l'UE au statut de colonie. C'est pourquoi elle est aujourd'hui la principale intéressée à prolonger la guerre en Ukraine, afin que Washington regagne du terrain dans une logique unipolaire. La Chine joue une fois de plus son grand atout diplomatique, la patience, l'objectif est aussi un affaiblissement progressif de la Russie et son éloignement de l'Europe, une Russie faible et isolée dépendrait de plus en plus de sa relation avec Pékin, ce qui ferait de la Chine à nouveau la seule puissance disputant la domination du monde aux Etats-Unis (logique bipolaire). Une Russie renforcée, confortée dans son prestige diplomatique et militaire, renforcerait la logique multipolaire, une logique que certains dirigeants européens tentent de soutenir dans le peu de marge de manœuvre dont ils disposent ; le refus d'inclure le gaz et l'énergie dans les sanctions contre la Russie est la preuve de cette réalité.

En bref, l'issue finale de la guerre en Ukraine marquera le scénario mondial des prochaines décennies, et surtout pour les Européens. Deux options s'offrent à eux : soit la non-existence géopolitique et la soumission absolue à l'atlantisme américain, soit l'émancipation géopolitique et l'articulation en tant qu'acteur international dans une réalité multipolaire, et nous le répétons, cette dernière pour une synergie - et non une soumission - avec une Russie puissante et antagoniste à l'unipolarisme de Washington et au bipolarisme de Pékin.

vendredi, 15 avril 2022

Le concept d'hégémonie dans le réalisme

abb008b0b406afddfaef94396fd4b9b4.jpg

Le concept d'hégémonie dans le réalisme

Aleksandr Douguine

Source: https://www.geopolitika.ru/pl/article/pojecie-hegemonii-w-realizmie

L'aspect le plus important de la théorie du monde multipolaire (TMM) est le concept de contre-hégémonie formulé pour la première fois dans le contexte de la théorie critique des relations internationales (RI). Dans la transition de la Théorie critique à la Théorie du monde multipolaire, ce concept est également soumis à un sens particulier de la transformation qui devrait être examiné plus en détail. Pour qu'une telle analyse soit possible, il est d'abord nécessaire de rappeler les principales positions de la théorie de l'hégémonie au sein de la Théorie critique.

Bien que le concept d'hégémonie dans la Théorie critique soit basé sur la théorie d'Antonio Gramsci, il est nécessaire de distinguer la position de ce concept par rapport au gramscisme et au néo-gramscisme de la façon dont il est compris dans les écoles réalistes et néo-réalistes de RI.

Les réalistes classiques utilisent le terme "hégémonie" dans un sens relatif et le comprennent comme "la supériorité réelle et substantielle de la puissance potentielle d'un État sur celle d'un autre, souvent des États voisins". L'hégémonie peut être comprise comme un phénomène régional, puisque la détermination de l'hégémonie de telle ou telle entité politique dépend de l'échelle. Thucydide lui-même a introduit le terme lorsqu'il a parlé d'Athènes et de Sparte comme des hégémons de la guerre du Péloponnèse, et le réalisme classique a utilisé le terme de la même manière jusqu'à aujourd'hui. Cette conception de l'hégémonie peut être décrite comme "stratégique" ou "relative".

51Xh6qQTpUL._SY291_BO1,204,203,200_QL40_ML2_.jpgDans le néoréalisme, l'"hégémonie" est comprise dans un contexte global (structurel). La principale différence avec le réalisme classique est que l'"hégémonie" ne peut être considérée comme un phénomène régional. Elle a toujours un caractère global. Par exemple, le néoréalisme de K. Waltz soutient que l'équilibre de deux hégémonies (dans un monde bipolaire) est la structure optimale de l'équilibre des pouvoirs à l'échelle mondiale. R. Gilpin estime que l'hégémonie ne peut être combinée qu'avec l'unipolarité, c'est-à-dire qu'il n'est possible d'avoir qu'un seul hégémon, ce qui est la fonction des États-Unis aujourd'hui.

Dans les deux cas, les réalistes comprennent l'hégémonie comme un moyen de corrélation potentielle entre les potentiels des différents pouvoirs étatiques.

La compréhension de l'hégémonie par Gramsci est tout à fait différente et se situe dans un champ théorique complètement opposé. Afin d'éviter la mauvaise utilisation du terme dans la RI et surtout dans la TMM, il est nécessaire de prêter attention à la théorie politique de Gramsci, dont le contexte est considéré comme une priorité majeure dans la théorie critique et la TMM. En outre, une telle analyse nous permettra de voir plus clairement le fossé conceptuel entre la théorie critique et le TMM.

Hola

mercredi, 06 avril 2022

Vers la multipolarité

Multipolarismo_Markovics_ideeAzione.png

Vers la multipolarité

par Subrata Mukherjee

Source: https://www.ideeazione.com/verso-la-multipolarita/

Le démembrement de la Yougoslavie par l'OTAN et la création du Kosovo en 1999 ont démontré la faiblesse du droit international et des Nations Unies, car les grandes puissances pouvaient s'en tirer dans le cadre d'un ordre international essentiellement anarchique où la puissance a toujours raison.

Ce fut une expérience humiliante pour la Fédération de Russie, car il n'y a pas eu de résolution du Conseil de sécurité approuvant une action suite à une accusation de génocide inventée de toutes pièces. Une Russie relativement faible pourrait constater que l'Alliance occidentale dirigée par les États-Unis la traite davantage comme un pays vaincu que comme un égal qui respecte ses intérêts et reconnaît son statut de grande puissance.

Le projet d'occidentalisation soutenu par Boris Eltsine et le jeune Vladimir Poutine a subi une correction de trajectoire radicale, dont la pierre angulaire était la réaffirmation de la grandeur de la Russie, illustrée par la remarque rageuse d'Eltsine selon laquelle la Russie n'était pas Haïti.

Même l'euphorie initiale des Russes s'est évaporée, et la nation s'est orientée vers l'adoption de la doctrine Primakov qui acceptait la faiblesse relative de la Russie, se préparait avec un plan à long terme pour ressusciter la formation complexe d'alliances, et prenait connaissance de deux atouts inestimables dont jouissait la Russie, son énorme arsenal nucléaire comme force redoutable et son droit de veto au Conseil de sécurité.

Le monde unipolaire actuel étant intrinsèquement instable, déstabilisant et agressif, l'émergence et la consolidation d'un monde multipolaire serait plus juste, pacifique et stable. Le soupçon que l'OTAN est une organisation agressive a été renforcé par son incursion dans le monde non-occidental. Son expansion par étapes jusqu'aux frontières russes et les changements de régime qui ont été tentés en Géorgie et en Ukraine, ainsi que la proclamation ouverte que ces deux pays deviendraient membres de l'OTAN, ont conduit à la promulgation d'une ligne rouge russe déclarant qu'elle ne tolérerait aucune autre expansion de l'OTAN.

Les éléments critiques de cette évolution sont l'expansion de l'UE et l'encouragement et l'implication directe de l'Occident dans le mouvement "pro-démocratique" en Ukraine, qui a débuté avec la Révolution orange en 2004 et a culminé avec la destitution illégale d'un gouvernement pro-russe démocratiquement élu et de son président par un coup d'État qui avait le soutien et l'implication des puissances occidentales.

Poutine considérait le renversement d'un régime légitime comme le franchissement d'une ligne rouge. Il a immédiatement pris le contrôle de la Crimée, dont il pensait à juste titre qu'elle deviendrait une base navale de l'OTAN. C'est le début de la détermination de la Russie à créer un tampon entre l'OTAN et la Russie avec l'Ukraine neutre.

La politique d'expansion de l'OTAN vers l'est menée par l'administration Clinton, contrairement à l'engagement ferme de son prédécesseur, a encouragé l'administration George H. W. Bush à tenter de consolider davantage l'Alliance occidentale.

Alexander Grushko, le vice-ministre russe des Affaires étrangères, a déclaré que "l'adhésion de la Géorgie et de l'Ukraine à l'alliance est une énorme erreur stratégique qui aurait les conséquences les plus graves pour la sécurité paneuropéenne". Poutine n'a pas mâché ses mots, affirmant que cela représenterait une "menace directe" pour la Russie. Il a profité d'une Géorgie faible et divisée en pleine guerre civile, a aidé les séparatistes d'Ossétie du Sud et a pris le contrôle de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud.

1200px-2008_South_Ossetia_war_en.svg.png

Étonnamment, les États-Unis et leurs alliés européens ont ignoré ces mouvements russes. La Croatie et l'Albanie sont devenues membres de l'OTAN en 2009. L'expansion de l'UE s'est également poursuivie. L'Ukraine étant une énorme masse terrestre, elle revêt une grande importance stratégique pour la Russie. Contrairement à la propagande occidentale, n'importe quel dirigeant russe aurait fait ce que Poutine a fait le 24 février. John J. Mearsheimer commente : "Les grandes puissances sont toujours sensibles aux menaces potentielles à proximité de leur territoire national".

La doctrine de Monroe et la crise des missiles cubains sont de bons exemples de cette intolérance américaine. La réaction russe a été prédite par George Kennan en 1998 lorsqu'il a déclaré, lors de la première phase d'expansion de l'OTAN, qu'il s'agissait d'une "erreur tragique" parce qu'il n'y avait aucune menace perceptible nulle part. Il a ajouté et prophétisé que "les Russes vont progressivement réagir de manière assez négative et réinitialiser progressivement leurs politiques".

Un élan très important de la politique américaine visant à soutenir l'Ukraine et à forcer la Russie à entrer en guerre était un désir caressé par pratiquement tous les présidents, à l'exception de Donald Trump, dans la période de l'après-guerre froide ; ils voulaient un changement de régime en Russie à l'aide de sanctions draconiennes. Mais ils ont oublié que les sanctions imposées à Cuba depuis plus de 60 ans n'ont pas conduit à un changement de régime.

Il en a été de même pour l'Iran et le Venezuela. Si les petites économies pouvaient résister aux sanctions, alors comment une économie énorme, riche, autosuffisante et excédentaire pouvait-elle tomber dans le piège ? L'Ukraine, l'une des nations les plus pauvres d'Europe, est également l'une des nations les plus corrompues au monde.

Loin d'être un exemple brillant de démocratie, de nombreux actes infâmes y sont régulièrement perpétrés. Il existe un fort courant d'instincts fascistes persistants dans un segment influent de la population ; ils apportent un soutien substantiel aux sentiments populistes et anti-russes dans l'est de l'Ukraine. Le gouvernement ukrainien n'a pas mis en œuvre l'accord de Minsk (2015), qui prévoyait un partage raisonnable du pouvoir incluant les Russes et la langue russe, qui est parlée par 30 % de la population.

En 2019, le corps législatif ukrainien, au lieu de prendre des mesures en vue d'une résolution, a réitéré son désir de faire partie de l'OTAN, ce qui est inacceptable pour la Russie. John Maccine a observé un jour que celui qui contrôle le pétrole contrôle le monde. Cela est confirmé par le fait que les États-Unis ont même approché des nations fortement sanctionnées comme l'Iran et le Venezuela pour obtenir du pétrole afin de compenser les sanctions contre le pétrole russe.

Paradoxalement, l'Allemagne et quelques autres pays d'Europe refusent de sanctionner le pétrole russe et la hausse des prix du gaz et de l'essence ferait plus que compenser la contraction de l'économie russe à 7%, bien moins que ce que de nombreuses économies avancées ont subi pendant la pandémie de Covid 19. La limite supérieure de l'inflation en Russie serait de 20 %, alors que dans le cas d'autres pays, dont les États-Unis, elle serait de 10 %.

L'économie russe, avec un rouble sous-évalué et une parité de pouvoir d'achat élevée, atteindrait la normalité en 2024. L'inflation tomberait en dessous de 4 %. La quasi-normalité serait atteinte en 2023. Pour les principaux acteurs de l'Europe continentale, la France et l'Allemagne, le projet des États-Unis d'Europe est de plus en plus considéré avec suspicion, car les différences entre l'Europe occidentale et l'Europe orientale sont fondamentales et infranchissables. Il n'y a pas de terrain d'entente entre le libéralisme et l'illibéralisme, que la Hongrie et la Pologne incarnent désormais.

Pour les Russes, le génocide dans le Donetsk est difficile à digérer, car 14.000 personnes ont été tuées au cours des huit dernières années. Cet acte est comparable aux événements survenus en Géorgie il y a 14 ans. La Géorgie ne fait pas partie du train de sanctions contre la Russie. Les doubles standards occidentaux sont exposés par la précédente accusation de génocide en Yougoslavie et la création du Kosovo.

À l'époque de la guerre froide, l'OTAN adhérait à la doctrine de la première frappe en raison du déséquilibre des forces conventionnelles entre les pays du Pacte de Varsovie et l'OTAN. Mais dans la phase de l'après-guerre froide, lorsqu'il n'y avait pas de telles menaces, l'émergence d'une offensive de l'OTAN au-delà des côtes européennes en Afghanistan, en Irak, en Libye et en Syrie a conduit à des considérations de sécurité pour la Russie. Si cette demande élémentaire avait été acceptée, la guerre aurait pu être évitée.

Quatre-vingt pour cent du gaz et du pétrole russes sont acheminés vers l'Europe via l'Ukraine. Celle-ci en siphonne une grande partie, qui s'arrêterait maintenant et ferait plus que compenser la perte de l'annulation du projet de gazoduc Nord Stream 2. Le Donetsk et Luganksk possèdent également d'importants gisements de gaz et la Crimée possède des gisements de gaz dans la mer Noire. La pénurie d'eau en Crimée prendrait fin car la rivière locale serait ouverte avec la suppression des blocages. La dénazification des militants Azov pourrait mettre fin aux meurtres raciaux et ethniques. À toutes fins utiles, l'Ukraine serait confrontée à un démembrement et serait pratiquement coupée en deux. La dénazification et la démilitarisation seraient réalisées. Les tentatives ukrainiennes, avec l'aide de l'Occident, de produire des armes biologiques et nucléaires prendraient également fin.

L'Allemagne et la France ont fait de leur mieux pour éviter la guerre, mais n'ont pas eu le courage d'opposer leur veto au projet américain qui a inévitablement conduit à la guerre. La perte à long terme de l'Allemagne due aux sanctions serait sévère. Angela Merkel a apporté une relation commerciale saine qui a profité aux deux parties et qui a été cruciale pour la croissance de l'Allemagne et son rôle central dans l'UE. Avec des coûts d'intrants plus élevés et une augmentation des dépenses de défense, le taux de croissance allemand en souffrirait. Inversement, la perte de la Russie serait minime, car le gaz et les céréales pourraient être détournés vers un marché asiatique en pleine croissance.

Apparemment, dans l'importante relation stratégique entre la Russie et la Chine, cette dernière aurait une plus grande marge de manœuvre. Toutefois, la Russie continuerait d'être stratégiquement autonome et de jouer un rôle clé dans une coalition d'équilibrage. Au final, avec une OTAN plus faible, il pourrait y avoir un plus grand partenariat entre l'Allemagne, la France et la Russie. Le recours excessif aux sanctions et surtout leur utilisation contre la Russie depuis 2014 a conduit à une économie russe autosuffisante à quatre-vingt pour cent en biens de consommation et à des avancées technologiques impressionnantes dans les secteurs du pétrole et du gaz. Elle a également largement bénéficié de la coopération chinoise qui lui a permis de compenser l'impact des sanctions.

La Russie et la Chine ont déjà commencé à remettre en question le maintien du dollar comme monnaie de réserve et cherchent des alternatives. Une grande partie des échanges commerciaux entre la Chine et la Russie se font désormais de manière bilatérale. L'Asean a également commencé à commercer de plus en plus dans ses propres monnaies nationales.

L'Arabie saoudite, qui a aidé individuellement les États-Unis en créant le pétrodollar, pourrait se rapprocher du yuan, ce qui est significatif car les Saoudiens détiennent 25 % du commerce du pétrole avec la Chine. Ceci, ainsi que l'unilatéralisme américain et la montée de la monnaie numérique, sont des indicateurs du processus de changement qui a déjà commencé. De manière significative, les continents entiers d'Afrique et d'Amérique du Sud ne jouent aucun rôle dans le conflit.

Les proches alliés des États-Unis, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis ainsi que deux grandes économies d'Amérique du Sud, le Mexique et le Brésil, et l'Afrique du Sud ainsi que l'Inde et la Chine n'ont pas soutenu la résolution de l'Assemblée générale occidentale et se sont abstenus de voter. Ensemble, ils représentent 85 % de la population mondiale. Le moment unipolaire des temps modernes a été déstabilisant et riche en conflits. On s'attend à ce que, après cette guerre, nous assistions au retour d'un monde multipolaire fermement établi qui fournirait un ordre mondial stable.

mardi, 22 mars 2022

Si l'ennemi est mondial, le combat doit être international

NMiyNFGm_400x400.jpg

Raphael Machado:

Si l'ennemi est mondial, le combat doit être international

Le sujet "Russie" est partout suite au conflit déclenché en Ukraine et il domine évidemment les médias sociaux de la Nouvelle Résistance (Nova Resistência). Et comme cela se produit, quelques personnes peuvent se demander "mais qu'en est-il du Brésil?", "n'êtes-vous pas nationalistes?".

Nouvelle Résistance (Nova Resistência) considère que le nationalisme est un sentiment mobilisateur fondamental pour la reconstruction du Brésil sur une base impériale et traditionnelle, surtout face à un environnement entièrement mondialiste et cosmopolite. Mais la Nouvelle Résistance a toujours rejeté l'État-nation comme une fiction moderne et n'est jamais tombée dans les délires chauvins de la verve ultranationaliste.

La brésilianité du peuple brésilien n'est donc pas liée de manière exclusive aux identités des autres peuples qui font partie de sa propre civilisation, la civilisation ibéro-américaine (comprise en termes strictement continentalistes). L'État-nation, et même le nationalisme lié à l'État-nation, doivent être dépassés à long terme afin que le Brésil puisse remplir sa mission historique d'unir les peuples voisins dans un même projet historique.

Mais nous ne pouvons pas nous arrêter aux limites de notre civilisation.

imagenores.jpgLa Nouvelle Résistance a toujours été inter-nationaliste, dans le sens de la défense d'une alliance révolutionnaire mondiale, d'une ligne anti-impérialiste et multipolaire, suivant l'inspiration de Che Guevara sur l'importance d'allumer un millier de centres de résistance dans le monde entier, car à chaque point où l'ennemi est vaincu, même si c'est à des milliers de kilomètres, la reconfiguration générale des forces nous sera bénéfique à long terme.

Et, bien sûr, parce que nous sommes convaincus que le mondialisme ne peut être vaincu que par une grande alliance internationale de peuples, de communautés, de traditions, de religions et de mouvements antilibéraux.

Si l'ennemi est mondial, la lutte doit être internationale.

Cela devient encore plus important dans le moment historique actuel où la Russie mène une lutte à la vie à la mort contre l'Occident. La même Russie qui a soutenu la Syrie et l'Irak, qui est le bouclier de l'Iran, qui est la force cachée derrière la résurgence des populismes européens, qui a érigé un mur autour de l'Amazonie à notre profit, etc.

La lutte à la vie à la mort de la Russie prend naturellement un caractère global et historique. C'est notre combat à tous, même si un jeu géopolitique consistant à éviter un siège s'y déroule, etc. Lorsque les Africains noirs arborent des drapeaux russes, ils ne sont pas apatrides, russophiles ou autres. Lorsque les Syriens font la même chose, ils ne sont pas fous. Ils ont tous (et nous avec eux) la sensibilité nécessaire pour comprendre le moment historique et son poids. C'est la multipolarité naissante, la seule chance de liberté pour tous les peuples opprimés par le mondialisme.

NRFRONT3.png

Ce n'est pas le moment d'être susceptible et de pleurnicher sur les "erreurs des deux côtés", de critiquer la Russie, d'attaquer Poutine, de faire semblant d'assumer de fausses modérations qui, comme rarement, n'ont qu'une odeur de lâcheté politico-idéologique.

Chaque patriote brésilien, AUJOURD'HUI, est un "russophile".

Demain, nous verrons à quoi cela ressemble.

jeudi, 10 mars 2022

Il n'y a pas de souveraineté sans multipolarité !

f728d4762492ad0150a9b5d5e1d1152a.jpg

Tácio Nepomuceno Reis:

Il n'y a pas de souveraineté sans multipolarité !

Source: http://novaresistencia.org/2022/03/08/nao-ha-soberania-sem-multipolaridade/

La crise en Ukraine a mis à nu une méthodologie de guerre qui n'était déjà pas si nouvelle et fut naguère utilisée par l'Occident libéral contre ses ennemis dans le monde : l'isolement par les sanctions. Les tentatives de noyade économique et politique sur la "scène internationale" nous incitent à renforcer la nécessité de promouvoir la multipolarité pour assurer la souveraineté !

Plusieurs nations dans le monde sont aujourd'hui soumises à des embargos de toutes sortes en raison de leurs alignements politiques et de leurs régimes. Il est remarquable d'observer que l'étouffement des économies est l'une des tactiques les plus utilisées dans le monde contemporain contre tout régime dissident. Provoquer la faim, les pénuries et autres malheurs est devenu une pratique courante de l'Occident et passe inaperçue pour tout défenseur des droits de l'homme qui se respecte. Le cas cubain, par exemple, illustre la stratégie centrale de ces actions : provoquer la faim et les pénuries afin de susciter la révolte et de renverser le régime. Nous pouvons citer de nombreux autres exemples, comme le cas vénézuélien. Lors de la dernière crise ayant eu des répercussions médiatiques, la nouvelle s'est répandue dans les médias qu'il y avait une pénurie de médicaments dans le pays des Caraïbes. À l'époque, une grande partie de la soi-disant "communauté internationale" a dénoncé cette prétendue pénurie, la posant comme une émanation du régime chaviste. Cependant, ces boosters médiacratiques cachaient soigneusement les camions de médicaments achetés par le gouvernement vénézuélien à des sociétés PRIVÉES colombiennes: ils étaient bloqués à la frontière en raison des embargos commerciaux.

Actuellement, en Russie, nous avons assisté à la maximisation complète de la puissance que peut détenir un blocus contre un pays. L'ordre unipolaire décadent des États-Unis a mobilisé plusieurs autres pays et entreprises pour boycotter complètement la Russie et son économie. Les entreprises quittent le pays, les mécanismes d'intégration commerciale excluent la plus grande nation slave de leurs opérations et les organisations sportives bannissent les athlètes et les équipes russes des compétitions internationales. La tentative d'isoler et de détériorer l'économie russe suit le même exemple que celui appliqué contre Cuba : provoquer des pénuries pour provoquer la révolte. Mais il est intéressant de se demander : qui ces mesures affectent-elles ? Il est notoire dans d'autres cas que les embargos économiques affaiblissent les couches les plus pauvres de la société. Un embargo agit comme une "bombe de la faim", provoquant divers problèmes sociaux. Après tout, nous nous demandons à nouveau, quelle est la différence entre tuer avec un missile ou affamer un peuple à mort ?

La fragilité des économies internationalement intégrées démontre une conséquence claire et catastrophique de la mondialisation des marchés : la destruction en termes réels du concept de toute souveraineté politique. Aucun État ne peut suivre sa propre voie sans devoir subir des conséquences graves, car il dépend directement ou indirectement de toute une communauté internationale dans un contexte économique désormais global. Les États sont devenus les otages de l'unipolarité occidentale qui définit ce qui est bien et ce qui est mal. Être en dehors de l'alignement imposé au contexte international occidental signifie signer une condamnation à mort si l'on n'a pas la capacité d'autosuffisance stratégique de son économie.

La guerre des sanctions contre la Russie démontre clairement le besoin latent de lutter pour des États plus autonomes et indépendants. Un État qui n'est pas capable de maintenir les bases de son économie sans participation extérieure est condamné à être une colonie moderne, avec une indépendance de jure et un couteau sur la gorge en pratique. L'exemple russe, ainsi que les autres exemples que nous venons de citer, nous enseignent que si nous voulons avoir un Brésil véritablement souverain, indépendant et aligné sur ses propres intérêts, nous devons tenir en mains propres la gestion et le contrôle de notre économie. La vraie souveraineté est celle qui peut être garantie par elle-même ! Il n'y a pas de souveraineté au-delà des frontières de l'empire dans l'unipolarité ! Il n'y aura de véritable souveraineté pour nous que dans le monde multipolaire !

Défendre les ennemis de l'unipolarité, c'est défendre le monde multipolaire ! La victoire de la Russie est aussi la victoire du Brésil !

11:05 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, souveraineté, multipolarité | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

samedi, 26 février 2022

La Russie entre dans une nouvelle phase de confrontation avec l'Occident

2111-06-2d25a.jpg

La Russie entre dans une nouvelle phase de confrontation avec l'Occident

Leonid Savin

Source: https://katehon.com/ru/article/rossiya-vstupaet-v-novuyu-fazu-protivostoyaniya-s-zapadom

La reconnaissance de la DPR et de la LPR, ainsi que l'opération de maintien de la paix en Ukraine, était nécessaire pour un certain nombre de raisons

La décision des dirigeants russes de reconnaître la DPR et la LPR était une mesure forcée et prévisible. Bien que près de huit ans se soient écoulés depuis les référendums organisés dans les anciens oblasts ukrainiens de Donetsk et de Louhansk, cette reconnaissance par Moscou a suscité un soutien public non seulement dans les républiques déjà légitimées, mais aussi en Russie, au Belarus, en Serbie et dans plusieurs autres pays.

Kiev s'est rendu coupable non seulement d'une planification de génocide contre le peuple russe en Ukraine au fil des ans, mais aussi d'une glorification irrationnelle et stupide du nazisme et d'une politique étrangère clairement destructrice qui a inclus une militarisation outrancière avec l'aide des pays occidentaux, assortie de tentatives actives d'adhésion à l'OTAN.

Ces facteurs ont été fondamentaux dans la décision, bien que Moscou ait espéré jusqu'au dernier moment que l'Ukraine applique correctement les accords de Minsk. Cela ne s'est malheureusement pas produit, de sorte qu'un retournement contre l'Ukraine, comme celui de ces derniers jours, était tout simplement nécessaire. Principalement pour des raisons humanitaires.

Il faut également prêter attention à la situation stratégique qui s'est installée autour de l'Ukraine. Après le coup d'État de 2014, les dirigeants biélorusses, notamment, ont été fidèles au régime de Petro Porochenko, puis à celui de Vladimir Zelenski. Ce n'est qu'après une tentative de coup d'État similaire au Belarus même qu'Alexandre Loukachenko a commencé à mener une politique clairement pro-russe. Et à la veille de la reconnaissance de la DNR et de la LNR, un exercice militaire conjoint avec la Russie s'est tenu sur le territoire du Belarus. Les dirigeants biélorusses ont également annoncé leur intention d'acheter un certain nombre de systèmes d'armes de fabrication russe, notamment des avions de combat et des systèmes de défense aérienne.

Par conséquent, le rôle du Belarus dans l'opération conjointe de maintien de la paix est désormais très important. Kiev ne s'est pas seulement retrouvé sous un blocus économique de la part de la Russie et du Belarus. L'une des directions d'avancée vers Kiev a été choisie à partir de cette position stratégique.

medium_2022-01-24-3944e9ecc7.jpg

Il est maintenant nécessaire d'examiner la procédure de reconnaissance de la RPD et de la RPL du point de vue du droit international. Déjà le 21 février, et même avant, alors que les politiciens occidentaux étaient hystériques à propos de l'"invasion" imminente de la Russie, les représentants du cartel néolibéral de l'OTAN parlaient d'une seule voix de la violation du droit international. Mais l'ont-ils fait ? Et qu'entendent-ils par droit international ?

Il suffit de rappeler que le bombardement de la Yougoslavie en 1999 et la reconnaissance de l'indépendance du Kosovo ont violé les accords d'Helsinki sur l'inviolabilité des frontières politiques en Europe. Mais l'Occident n'y a pas prêté attention. Comme le droit de précédent s'applique en Occident, ces événements ont effectivement ouvert la voie à de telles actions.

Mais encore plus tôt, en 1994, les États-Unis ont envahi Haïti sous des prétextes fallacieux, alors qu'ils avaient reçu l'approbation des Nations unies. Cela a été relativement facile à faire dans le sillage immédiat de l'effondrement de l'URSS, surtout si l'on considère qu'à l'époque Andrei Kozyrev était ministre des Affaires étrangères et écoutait les instructions de Washington. L'administration de Bill Clinton a motivé sa décision d'occuper Haïti par la nécessité de protéger les citoyens américains dans ce pays.

Ces deux cas, et plus tard le bombardement de la Libye en 2011, sont connus sous le nom de doctrine de la responsabilité de protéger (R2P). Cette doctrine a été développée directement en Occident. Entre-temps, elle a été mise en œuvre à l'ONU en 2005 à la demande du Canada, qui l'avait rédigée en 2001 [i]. L'implication est que la souveraineté n'est pas seulement un droit, mais aussi une obligation. Et si certains gouvernements manquent à leur devoir de respecter les droits et libertés de leurs citoyens, ils doivent être punis.

R2P.png

Une autre association apparaît avec la partition du Soudan. Le Sud-Soudan a obtenu son indépendance par un référendum en juillet 2011, qui faisait suite à un accord entre le gouvernement et les rebelles du sud [ii]. Le processus a été directement supervisé par des politiciens américains de haut rang, qui voyaient dans la partition un intérêt pour les États-Unis, notamment l'accès aux ressources pétrolières. De manière révélatrice, cette préoccupation de Washington n'a pas sauvé le Sud-Soudan - il a plongé dans une nouvelle guerre civile en 2013.

640px-A_young_girl_hangs_the_South_Sudan_flag_5925619011-1.jpg

Une question légitime se pose : le gouvernement ukrainien a-t-il réussi à garantir les droits de la population russophone sur le territoire ukrainien depuis le coup d'État de février 2014 ?

Tout d'abord, le gouvernement lui-même peut difficilement être qualifié de légitime, car après le coup d'État, une alliance de néonazis et d'Occidentaux s'est lancée dans une politique d'intimidation et de chantage. Et les décisions prises par le parlement ukrainien après le 22 février 2014 ne peuvent être considérées comme des actes juridiques.

Deuxièmement, lorsque la polarisation politique a clairement mis en évidence les deux camps opposés, des tentatives ont-elles été faites pour résoudre pacifiquement les différends par le biais de négociations ? Non, la junte de Kiev a envoyé non seulement des unités des forces de l'ordre et des services spéciaux, mais aussi des formations militaires dans les régions qui défendaient leurs droits (notamment en parlant leur langue maternelle). Donetsk et Luhansk ont subi des raids aériens et des tirs d'artillerie.

Par conséquent, l'Ukraine, en tant qu'État, a perdu son droit à la souveraineté. Et lorsque la Russie vient protéger les civils dans un pays voisin dont la population est liée historiquement, culturellement et spirituellement par des traditions séculaires, elle a bien plus le droit de parler de "responsabilité de protéger" que les États-Unis et les pays de l'OTAN, qui ont envahi d'autres pays sous des prétextes farfelus. Enfin, ni la Yougoslavie, ni Haïti, ni l'Irak, ni la Libye, ne représentaient une menace existentielle pour les États-Unis. Mais l'Ukraine, transformée par l'Occident en un pays carrément hostile à la Russie, représente certainement une telle menace.

Nous avons donc affaire à deux poids, deux mesures. Et si l'on prête attention au fait que c'est à la Russie que l'Occident refuse de prendre la défense (on se souvient de la réaction à l'opération visant à contraindre la Géorgie à la paix en août 2008), alors cela suggère une certaine forme de racisme.

Après tout, il s'avère que ce sont les Russes qui ne sont pas autorisés à venir en aide à leurs compatriotes ou à d'autres peuples. C'est presque comme Orwell, où dans son œuvre "La Ferme des animaux", les cochons qui ont pris le pouvoir ont déclaré que tous les animaux sont égaux, mais que certains sont plus égaux que d'autres. Cela n'est pas explicitement indiqué, mais clairement sous-entendu.

De plus, les États-Unis refusent le droit non seulement de prendre la défense de ces populations harcelées, mais aussi de critiquer, de signaler les violations et d'établir des comparaisons - tout cela est déclaré faux par le département d'État américain, tandis que les satellites de Washington s'emploient activement à informer et à laver psychologiquement le cerveau de leur propre population et de la population russe par le biais d'agents étrangers, des médias sociaux et de divers programmes de subventions par le biais de missions diplomatiques.

La médisance des politiciens occidentaux à l'égard des pays non-occidentaux relève également clairement du double standard. Prenez, par exemple, le président turc Recep Tayyip Erdogan, qui a déclaré que la décision de Moscou de reconnaître la LNR et la DNR était inacceptable. "Nous appelons les parties à se laisser guider par le bon sens et à respecter le droit international", a déclaré le président turc [iii].

La présence de l'armée turque en Syrie et en Irak ne viole-t-elle pas le droit international? Ont-ils reçu une invitation des autorités de ces pays? Bien sûr que non. Et la situation en Chypre du Nord ne correspond clairement pas aux normes dont parle Erdogan.

À propos, pendant des décennies, la République de Chypre du Nord n'a été reconnue que par la Turquie pour des raisons évidentes. Et la DNR et la LNR ont déjà été reconnues non seulement par la Russie, mais aussi par la RCA. La Syrie, qui a déjà soutenu la décision du président Poutine, est la prochaine [iv]. Des reconnaissances officielles suivront sûrement de la part de la Biélorussie, du Venezuela et du Nicaragua, dont les dirigeants ont soutenu la décision de Moscou. Et aussi d'Abkhazie et d'Ossétie du Sud.

Bien sûr, Erdogan est préoccupé par la question kurde, car la population kurde de Turquie augmente chaque année, ce qui entraînera inévitablement des déséquilibres politiques à terme. Mais Erdoğan lui-même mène plutôt dans son pays une politique répressive sous couvert de lutte contre le terrorisme, puisque le Parti des travailleurs du Kurdistan y est reconnu comme une organisation terroriste.

Toutefois, le rôle de la Turquie pourrait être plus destructeur en direction de l'Ukraine - où des drones de combat Bayraktar ont déjà été livrés, qui pourraient être utilisés contre les habitants du Donbass [v]. Et les combattants sans scrupules utilisés par la Turquie à Idlib en Syrie ou en Libye pourraient également se déployer après les Bayraktars [vi]. Au moins, la possibilité d'un tel scénario doit être envisagée. D'autant plus qu'il a déjà été fait état du recrutement de combattants de Bosnie-Herzégovine, d'Albanie et du Kosovo pour les envoyer en Ukraine [vii].

En résumé, on peut conclure clairement que la Russie est du bon côté de l'histoire. Il sera difficile de briser le blocus de l'information et de faire connaître la vérité aux citoyens d'autres pays, notamment ceux de la communauté euro-atlantique. Bien qu'il y ait là aussi des médias et des politiciens adéquats. Il sera également difficile de surmonter les nouvelles mesures de sanctions qui concernent la dette souveraine de la Russie et sa capacité à opérer sur les marchés occidentaux.

Mais, d'un autre côté, cela nous oblige à continuer à développer notre propre stratégie mondiale, où il n'y aura pas de place pour le totalitarisme occidental. Par conséquent, la reconnaissance de la DNR et de la LNR est un autre pas vers la multipolarité émergente [viii].

Sources:

[i] https://www.un.org/en/genocideprevention/about-responsibility-to-protect.shtml

[ii] https://ria.ru/20210109/sudan-1591607931.html

[iii] https://www.forbes.ru/society/456553-erdogan-nazval-nepriemlemym-resenie-putina-priznat-dnr-i-lnr

[iv] https://ria.ru/20220221/siriya-1774191571.html

[v] https://www.mk.ru/politics/2022/02/21/eksperty-ocenili-ugrozu-ot-tureckikh-bayraktarov-na-donbasse.html

[vi] https://ru.armeniasputnik.am/20200122/Idlib-kak-zhertva-voenno-politicheskoy-avantyury-Turtsii-pochemu-Erdogan-zhaluetsya-Putinu-21797766.html

[vii] https://rg.ru/2022/02/21/zapadnye-specsluzhby-verbuiut-boevikov-dlia-otpravki-na-ukrainu.html

[viii] https://katehon.com/ru/article/liberalizm-umiraet-priblizhaetsya-mnogopolyarnost

mardi, 15 février 2022

Alexander Dugin : Alors que les libéraux échouent, un nouveau monde dirigé par la Russie et la Chine a émergé

TABAEO4XQ5ATTNPBZE5SJMITEU.jpg

Alexander Dugin : Alors que les libéraux échouent, un nouveau monde dirigé par la Russie et la Chine émerge

亚历山大·杜金:自由主义者功败垂成,中俄引领的新世界已经出现了

Source : http://www.4pt.su/zh-hant/content/ya-li-shan-da-du-jin-zi-you-zhu-yi-zhe-gong-bai-chui-cheng-zhong-e-yin-ling-de-xin-shi-jie?fbclid=IwAR0yqNA0ZiutSxwwrO-dTLuUfIGHOgYboYcnO1ghUGKHWZPpHOAWMyiSrn4

La crise actuelle des relations de la Russie avec l'Occident n'a rien à voir avec le gaz, le pétrole, l'énergie ou l'économie en général. Les tentatives d'expliquer la politique en termes de théorie des "prix", comme le fait Daniel Yergin, sont futiles et superficielles. (Note : Daniel Yergin est un auteur américain qui a écrit un livre sur la relation entre le pétrole et le pouvoir et la richesse intitulé The Prize (= "Le Prix"). Nous avons affaire à des processus civilisationnels et géopolitiques dans lesquels les questions économiques et énergétiques sont secondaires, ce sont simplement des outils à emprunter.

71aL30AIHQL.jpg

D'un point de vue civilisationnel, tout est question d'idéologie, surtout sous l'administration démocrate de Biden. L'administration américaine actuelle est composée de mondialistes extrémistes, de néoconservateurs et de faucons libéraux. Ils observent que le monde unipolaire, l'idéologie libérale mondiale et l'hégémonie occidentale sont en train de s'effondrer, et ils sont prêts à tout - même à déclencher une troisième guerre mondiale - pour empêcher que cela ne se produise.

Les mondialistes ont de nombreux ennemis - l'islam, le populisme (y compris Trump), le conservatisme, l'islam politisé, etc. Mais seules deux puissances ont un réel potentiel pour défier cette hégémonie - la Russie et la Chine. La Russie est une puissance militaire, tandis que la Chine est une puissance économique.

Cela laisse de la place pour des manœuvres géopolitiques. Pour Biden, il était important de couper la Russie d'une Europe qui voulait son indépendance. Le problème de l'Ukraine est donc apparu et la crise du Donbass s'est aggravée. La Russie et Poutine ont été diabolisés et accusés de vouloir envahir un pays voisin. Bien que l'invasion n'ait pas vraiment eu lieu, Washington a agi comme si c'était le cas.

Il s'en est suivi des sanctions et même la possibilité de mesures militaires préventives dans la région du Donbass. Puisque tous les Occidentaux croient que la Russie va envahir le pays, toute action militaire des Ukrainiens dans le Donbass, soutenue par l'OTAN, sera considérée comme une "légitime défense". Dans le même temps, on estime également qu'une campagne médiatique contre la Russie empêchera toute réponse appropriée de la part de Moscou. Le conflit sur le gaz et Nord Stream 2 n'est qu'un outil technique pour une guerre de classement.

ba26753_794034011-pns-5719959.jpg

La situation est la même pour la Chine. Biden a déjà créé une coalition anti-chinoise avec l'accord AUKUS des pays anglo-saxons (Australie, Royaume-Uni) et le mécanisme QUAD des pays asiatiques (Japon, Inde). La pierre d'achoppement préparée pour la Chine cette fois-ci est Taïwan (comme l'Ukraine l'est pour la Russie). L'objectif ultime est de saper et d'empêcher l'"expansion économique" de la Chine qui y procède par le biais de l'initiative Belt and Road.

L'alliance entre la Russie et la Chine, combinée aux tentatives de la Russie de faire revivre la "Grande Profondeur" en associant l'initiative "Grande Eurasie" à l'initiative Belt and Road (comme annoncé par les dirigeants russes et chinois il y a quelques années). Une nouvelle "Grande Profondeur" signifierait la fin irréversible de l'hégémonie occidentale. La récente rencontre entre Vladimir Poutine et Xi Jinping montre sans aucun doute que le projet de "Grande Eurasie" est sérieux et poursuivi avec détermination. En conséquence, l'ultra-libéral et mondialiste Soros a lancé une attaque féroce contre la Chine.

0_9471e_c5a34360_orig.jpg

Tout ceci est un cas classique de géopolitique, répétant le projet atlantiste qui va de Mackinder à Brzezinski, c'est-à-dire qu'il y a un duel entre la puissance maritime (libéraux, mondialistes) et la puissance terrestre (Eurasie).

Dans le même temps, la Russie et la Chine pourraient accueillir dans leur giron d'autres Etats prétendants participer à l'émergence d'un monde multipolaire.

- l'Amérique latine (comme l'a souligné le président argentin Albert Fernandez lors de sa visite à Moscou, et comme l'évoquera certainement le président brésilien Bolsonaro lors de sa visite en Russie).

- le monde islamique (qui rêve de se libérer du contrôle occidental - avec l'Iran, la Turquie et le Pakistan à l'avant-garde), et

- l'Afrique (où la Russie et la Chine ont commencé à purger les régimes fantoches mis en place et consolidés jusqu'ici par les Français),

- et, enfin, le continent européen lui-même (qui est de plus en plus fatigué de subir l'atlantisme et rêve de devenir lui-même un pôle - bien que l'élite libérale atlantiste soit toujours au pouvoir en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne, ces idées sont de plus en plus populaires dans ces pays).

Seuls l'Inde (en raison de ses conflits avec la Chine et le Pakistan), le Japon (toujours sous le contrôle étroit des États-Unis) et certains États fantoches mondialistes restent du côté des perdants de toute évidence. C'est devenu une véritable honte d'être du côté des perdants.

make_soros_greta_again__nem.jpg

Cela affecte également l'idéologie. Tous ceux qui s'opposent à l'hégémonie américaine et se désintéressent des tentatives de sauvetage du monde unipolaire par Biden (dans l'esprit de la "Ligue des démocraties") commencent également à prendre leurs distances avec les dogmes libéraux - surtout lorsqu'ils apparaissent sous leur forme actuelle, dégoûtante et pathologique (la légalisation de l'homosexualité, de la bisexualité, du transsexualisme, du mariage homosexuel et d'autres perversions, voire l'application totalitaire radicale de ces lois ; et l'autonomisation de l'intelligence artificielle conduisant à l'émergence des menaces très réelles que la promotion agressive du "post-humanisme" par les grandes entreprises technologiques a engendrées).

1370018291-D2a.jpg

Si l'on ajoute à cela l'échec des politiques de prévention des épidémies, les vaccinations douteuses (dont l'épidémie Omicron a prouvé la totale inefficacité), les confinements irrationnels et mal organisés dans les villes, les nouvelles obligations de porter sur soi un passeport sanitaire et quasi biométrique selon les modèles totalitaires des dystopies, le tout assorti d'un système de surveillance totale, il est clair que l'effondrement du libéralisme est plus imminent que jamais. Le succès du groupe rebelle canadien des "Freedom Trucks", qui a forcé le mondialiste libéral Justin Trudeau à aller se cacher, et la popularité des candidats anti-Macron en France (de Zemmour et Marine Le Pen à Mélenchon, qui sont tous du côté anti-libéral et anti-OTAN) ne sont que quelques-uns des symptômes du processus de mondialisation. Ce ne sont là que quelques-uns des symptômes du processus de mondialisation qui annonce la fin de l'hégémonie atlantique.

Tensions à la frontière russo-ukrainienne

La Russie est maintenant confrontée directement à l'atlantisme, et la Russie devrait donc:

- opposer le globalisme à la multipolarité dans la perspective de la géopolitique eurasienne.

- s'opposer au libéralisme en poussant en avant des valeurs civilisationnelles traditionnelles, véritables alternatives constructives ; refuser les dérives LGBT et affirmer l'excellence et la préséance de la famille traditionnelle (inscrite dans la constitution) ; refuser l'individualisme méthodologique du néolibéralisme et affirmer l'État porteur d'une identité historique, etc.

La Chine soutient généralement cette approche tout comme Moscou. Pékin s'oppose également au mondialisme et à l'hégémonie occidentale, tout en défendant les valeurs traditionnelles chinoises.

60132699_101.jpg

Ces points de vue ont été clairement exprimés par Poutine et Xi Jinping lors de leur dernière rencontre.

- Moscou et Pékin entendent s'opposer à toute tentative de violation de leur souveraineté (et combattre jusqu'au bout l'hégémonie et le mondialisme).

- La Chine et la Russie ont pris en compte le fait que Biden veut créer un bloc anti-chinois et activer les mécanismes de l'OTAN en Europe de l'Est, et ont l'intention de s'opposer (ensemble) à ces actions.

- Les dirigeants des deux pays ont fait allusion au bioterrorisme américain (une menace connue sous le nom de "biologie militaire américaine"), ce qui signifie en fait que les deux pays pensent que c'est l'Occident (les États-Unis et le Royaume-Uni) qui a déclenché la pandémie du nouveau coronavirus.

- Pékin soutient Moscou en Europe orientale, Moscou soutient Pékin dans l'océan Indien et le Pacifique, et Poutine a explicitement déclaré que "Taïwan est aux Chinois".

- Les deux pays condamnent l'"Union des démocraties" (l'alliance visant à maintenir l'unipolarité) et s'engagent à préserver l'ordre mondial multipolaire (ce qui doit être interprété comme une déclaration visant à préserver le système de Yalta et l'ONU).

Le bloc eurasien russo-chinois a pris forme. Tous les autres pays doivent choisir - quel côté prendre.

- Se placer du côté de l'hégémonie américaine agressive et devenue complètement folle.

- ou travailler avec le groupe des pays visant l'avènement d'une réelle multipolarité (dont la Russie, la Chine, l'Iran, le Pakistan, le Belarus, la Corée du Nord, le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, la Syrie, le Mali, la République centrafricaine, le Burkina Faso, la Guinée, et, pas encore totalement rejoints, la Turquie, l'Argentine et le Brésil) qui s'opposent aux États-Unis afin de préserver leur souveraineté nationale et leur identité culturelle.

L'avenir est définitivement multipolaire et le bloc eurasien doit donc l'emporter. Après l'effondrement de l'Union soviétique, le dernier effort pour construire un empire mondial a échoué parce que les libéraux n'ont pas été capables de consolider et de conserver leur succès, et un nouveau monde a émergé.

Cet article est une exclusivité de l'Observer. Le contenu de cet article est purement l'opinion personnelle de l'auteur et ne représente pas les vues de la plateforme. Suivez l'Observateur sur WeChat guanchacn pour lire quotidiennement des articles intéressants.

Hola

dimanche, 06 février 2022

La Russie et la Chine à l'avant-garde de la multipolarité

flaggen-russland-china-101~_v-original.jpg

La Russie et la Chine à l'avant-garde de la multipolarité

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/en/article/russia-and-china-vanguard-multipolarity?fbclid=IwAR3WuHuvEpE1vSunkZcrBw38kFSzsEPFhZPcC_YQiRZhw8k6xcEVpgbZzro

La crise que connaissent aujourd'hui les relations entre la Russie et l'Occident n'a rien à voir avec le gaz, le pétrole, les ressources énergétiques ou l'économie. Les tentatives d'expliquer la politique comme une sorte de compétition pour un certain "Prix" matériel, comme le fait Daniel Yerguine, sont assez superficielles et vaines. Ce qui se passe fait partie des luttes entre civilisations et des conflits géopolitiques où les questions économiques sont secondaires et instrumentales.

Les processus de civilisation tournent autour de l'idéologie et c'est précisément ce qui explique en grande partie ce qui se passe avec l'administration Biden. Les États-Unis sont aujourd'hui dirigés par une alliance ultra-mondialiste qui unit les néoconservateurs aux faucons libéraux. Ils savent tous que l'unipolarité, le libéralisme mondial et l'hégémonie occidentale sont en train de s'effondrer et ils sont prêts à tout - même à déclencher une troisième guerre mondiale - pour empêcher que cela ne se produise.

Les mondialistes font face à de nombreux ennemis, notamment l'islam, le populisme (dont Trump), le conservatisme, l'islam politique, etc. Cependant, il n'y a que deux puissances capables de contester efficacement son hégémonie : la Russie et la Chine. La Russie est une puissance militaire et la Chine est une puissance économique.

C'est là que la géopolitique devient pertinente. Biden veut éloigner la Russie de l'Europe, qui aspire à devenir indépendante. C'est pourquoi les feux de la guerre sont attisés en Ukraine et dans le Donbass en particulier. La Russie et Poutine sont diabolisés par les médias et accusés d'envahir leurs voisins. Bien qu'il n'y ait pas d'invasion, Washington se comporte comme si elle avait eu lieu. Ainsi, toutes sortes de sanctions sont imposées et il est même proposé de mener des opérations militaires dans le Donbass. Et comme tout le monde à l'Ouest considère qu'une invasion russe va de soi, toute opération militaire menée par les Ukrainiens dans le Donbass sera certainement soutenue par l'OTAN comme une guerre d'"autodéfense". En outre, la campagne médiatique contre la Russie devrait permettre d'éviter toute réponse symétrique de notre part, car sinon l'Europe romprait toutes ses relations diplomatiques avec Moscou.

263887-3x2-article620.jpg

Pendant ce temps, les différends sur le gaz et le Nord Stream-2 ne sont rien d'autre qu'une guerre de position.

Il en va de même pour la Chine. Biden a encouragé la création de deux alliances anti-chinoises : une formée par les Anglo-Saxons (Australie, Grande-Bretagne) qui est connue sous le nom d'AUKUS et une autre formée par une coalition de pays asiatiques, notamment le Japon et l'Inde, qui est appelée QUAD. La Chine fait face à Taïwan à une situation très similaire à celle de la Russie par rapport à l'Ukraine et l'objectif reste le même : empêcher l'expansion économique chinoise à travers le projet Belt and Road.

L'alliance russo-chinoise est un premier pas vers la restauration du "Grand Espace" chinois et la création d'un projet eurasien global, tel que formulé par les dirigeants de ces pays il y a plusieurs années. Un tel projet implique la fin définitive de l'hégémonie occidentale. Les réunions actuelles que Poutine et Xi Jinping tiennent ne laissent aucun doute sur le fait que ce projet est sérieux et que rien ne peut l'arrêter, explique la sortie hystérique de l'ultra-libéral et mondialiste Soros. Jusqu'à présent, l'Occident répète mot pour mot toutes les maximes de la géopolitique atlantiste depuis ses débuts chez Mackinder jusqu'à ses dernières formulations chez Brzezinski. Le temps est venu de la confrontation entre la puissance de la mer (libérale, mondialiste) et la puissance de la terre (Eurasie).

Or, la Russie et la Chine sont favorables à la naissance d'autres pôles autonomes et favorisent leur développement. Il s'agirait de :

1. L'Amérique latine (la visite d'Alberto Fernández, président de l'Argentine, à Moscou l'a bien montré et la prochaine visite du président du Brésil, Jair Bolsonaro, confirmera sans doute ces aspirations).

21275410_0 157 3083 1891_1920x0_80_0_0_a78efc3cc54c8970d52fe9d4b92610ce.jpg


2. Le monde islamique (qui a toujours rêvé de se débarrasser de l'hégémonie occidentale, des pays comme l'Iran, la Turquie et le Pakistan étant à l'avant-garde de ce mouvement).   

3. L'Afrique (où la Russie et la Chine contribuent à renverser les gouvernements fantoches qui dominent cette région).

4. Et la même Europe continentale (qui s'éloigne de plus en plus de l'atlantisme, cherchant à devenir un pôle autonome et souverain, une idée très populaire en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne, malgré le maintien au pouvoir des élites libérales atlantistes).

Malheureusement, l'Inde (qui a des conflits historiques avec la Chine et le Pakistan) et le Japon (qui est sous occupation américaine), ainsi que d'autres États au service du mondialisme, se sont rangés du côté des perdants. Cependant, continuer à s'accrocher à ce monde en train de sombrer peut devenir une grande honte par la suite.

Ces problèmes ont également des répercussions idéologiques, car tous ceux qui s'opposent à l'hégémonie américaine et aux tentatives maladroites de Biden de sauvegarder l'unipolarité par le biais de la "Ligue démocratique" ont commencé à prendre leurs distances avec les dogmes libéraux, notamment tout ce qu'il y a de répugnant ou de pathologique comme la légalisation ou l'imposition totalitaire des idées LGBT+, du mariage gay et d'autres perversions, ainsi que la cession de nos décisions à l'intelligence artificielle ou aux projets post-humanistes financés par Big Tech. La pandémie du Covid-19, les vaccins peu fiables (qui ont fini par expirer avant Omicron) et les confinements injustifiés et horribles promus par les autorités publiques ou l'établissement de passeports de vaccination et de systèmes orwelliens de surveillance totale, de sorte que nous pouvons dire que maintenant nous sommes plus proches que jamais de l'effondrement du libéralisme. Le succès de la marche des camionneurs au Canada (le convoi de la Liberté), qui a contraint le mondialiste et libéral Trudeau à se cacher, ou la montée en popularité de tous les candidats anti-Macron en France (tant Zemmour que Marine Le Pen et Mélenchon défendent des positions anti-libérales et anti-OTAN) ne sont rien d'autre que des symptômes de la fin de l'hégémonie atlantiste.

canada-truckers-protest-16438740314x3.jpg

De son côté, la Russie défie l'Occident de manière symétrique :

a)  Géopolitiquement, l'eurasisme s'oppose à l'unipolarité et au globalisme;

b) Le rejet du libéralisme et la promotion des valeurs traditionnelles de notre civilisation; Au lieu des idées LGBT, la Russie promeut la famille traditionnelle (inscrite dans la Constitution) et, au lieu de l'individualisme, on défend la nation et l'identité historique, etc.

La Chine suit largement les idées de Moscou. Pékin s'oppose également au mondialisme et à l'hégémonie occidentale en promouvant ses propres valeurs traditionnelles, mais dans une version chinoise.

Cela clarifie beaucoup la rencontre entre Poutine et Xi Jinping, qui a tourné autour des sujets suivants:

1. Moscou et Pékin ne soutiendront aucune tentative de limiter leur souveraineté (c'est-à-dire que l'hégémonie occidentale et le mondialisme seront combattus jusqu'au bout);

2. La Russie et la Chine savent que Biden a créé une série d'associations anti-chinoises et que l'OTAN étend ses opérations en Europe de l'Est, elles ont donc décidé d'agir (ensemble !) contre lui;

3. Les deux dirigeants ont indirectement accusé les États-Unis de pratiquer le terrorisme biologique (ils l'appellent "activités biologico-militaires américaines"), déclarant que l'Occident (États-Unis et Grande-Bretagne) est responsable du déclenchement de la pandémie du Covid-19 ;

4. Pékin soutiendra Moscou en Europe orientale et Moscou soutiendra Pékin dans les océans Indien et Pacifique. Poutine a explicitement déclaré que "Taïwan est à lui" (Xi Jinping, à son tour, a murmuré "donc l'Ukraine est à lui") ;

5. Les deux pays rejettent la "Ligue démocratique" (unipolarité) et ont juré de préserver l'ordre mondial polycentrique (ceci doit être compris comme une défense des traités de Yalta et de l'ONU).

Enfin, un bloc russo-chinois - eurasien ! - et cela signifie que chaque pays doit prendre une décision :

    - Soutenir l'hégémonie occidentale agressive et insensée qui s'effondre aujourd'hui,
    - Ou rejoindre le bloc de nations (dont la Russie, la Chine, l'Iran, le Pakistan, la Biélorussie, la Corée du Nord, le Venezuela, Cuba, le Nicaragua, la Syrie, le Mali, la RCA, le Burkina Faso, la Guinée, et en partie la Turquie, l'Argentine et le Brésil) qui sont en faveur de la préservation de la souveraineté des États et de l'identité civilisationnelle.
    - Sans aucun doute, l'avenir est du côté de la multipolarité et, par conséquent, de l'Eurasie. Le libéralisme s'est avéré être victime de son propre succès et a été incapable de maintenir et de protéger l'ordre issu de l'effondrement de l'URSS. Cette tentative de créer un empire mondial a échoué et un nouveau monde a commencé.

samedi, 05 février 2022

José Martí et la théorie de l'équilibre des forces

jorge-arche-jose-marti-1943.jpg

José Martí et la théorie de l'équilibre des forces

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/hose-marti-i-teoriya-balansa-sil

Texte du discours de Leonid Savin, prononcé lors de la célébration du 169e anniversaire de la naissance de José Martí, Maison Centrale des Scientifiques, 28 janvier 2022.

L'environnement international actuel rappelle quelque peu la fin du 19e siècle: l'ordre européen précédent changeait rapidement et, à l'époque des empires et du colonialisme, cela avait un effet mondial et des conséquences imprévisibles.

L'héritage intellectuel de José Martí est d'un intérêt considérable à cet égard, car sa vision des processus en cours démontre son acuité géopolitique. Sa formulation du besoin d'équilibre peut être considérée comme une anticipation de la multipolarité et s'inscrit bien dans le paradigme de la théorie du réalisme politique (qui a émergé plus tard).

Après avoir été élevé à la tête du parti révolutionnaire cubain en avril 1892, José Martí a dû faire face à une situation internationale extrêmement difficile. D'une part, Cuba, ainsi que les autres Antilles, pouvaient difficilement obtenir l'indépendance de l'Espagne sans le soutien des États-Unis. Et une telle expansion de l'influence directe et prépondérante de Washington était alors déjà activement discutée dans les cercles politiques américains.

9789681661458.jpgD'autre part, il était nécessaire d'assurer l'unité et le soutien à Cuba de la part de l'Amérique latine, où il y avait aussi pas mal de turbulences. En particulier, l'Argentine et le Brésil luttaient pour la suprématie dans la région, tandis que ce dernier était économiquement dépendant des États-Unis. Depuis 1880, la politique étrangère du Brésil était fondée sur une alliance stratégique avec les États-Unis, qui furent le principal marché pour ses exportations, notamment le café. Le Brésil justifiait ce besoin par la crainte de l'émergence d'une alliance hispano-américaine dans le Cône Sud, dirigée par l'Argentine, qui pourrait être dirigée contre ses propres intérêts.

Il y avait donc un risque sérieux tant pour l'unité latino-américaine que pour l'affirmation de l'hégémonie nord-américaine sur la région. Après le coup d'État du général Deodoro de Fonseca, Martí avait l'espoir d'un changement possible de la politique étrangère brésilienne, ce qui ne s'est toutefois pas produit. Dans l'ensemble, José Martí a fait peu de références au Brésil. En outre, il a cessé d'utiliser le terme "Amérique latine" et l'expression "unité latino-américaine". Au lieu de cela, Martí a présenté "l'Amérique hispanique" ou a parlé de "l'Amérique espagnole". Ou, bien sûr, a introduit le désormais célèbre concept de "Notre Amérique".

À la même époque, le célèbre historien et officier de marine américain Alfred Thayer Mahan publiait son ouvrage classique, The Importance of Naval Power in History. Il y affirme que le contrôle des mers est la clé de l'expansion prévue des Etats-Unis. Et la croissance subséquente du commerce américain avec le monde, en particulier l'Asie, comme il l'a expliqué dans des articles ultérieurs, assurerait un avenir heureux au peuple américain, libéré des crises de surproduction, de faim et de chômage qui ravageaient régulièrement l'économie américaine.

Le thème central du document était l'exemple de la Grande-Bretagne, considérée à l'époque, selon Mahan, comme l'ennemi potentiel le plus dangereux des États-Unis.

En 1890, il publie dans le magazine américain Atlantic Monthly un article révélateur intitulé The United States looking outward, dans lequel il analyse l'importance stratégique des Antilles.

612kzkMZCnL.jpg

Avec une franchise extraordinaire, il estime que les Grandes Antilles, notamment Cuba, doivent nécessairement passer sous le contrôle des États-Unis, afin de protéger un canal interocéanique, dont la construction est alors prévue au Panama ou au Nicaragua.

Mahan mentionne spécifiquement le passage du vent, la route la plus courte vers le canal prévu, dont la construction, selon lui, ne peut commencer sans le contrôle des zones proches du rivage, grâce à un système de bases navales sur les deux rives dudit canal. La clé de sa politique antillaise était Cuba. Ses idées bénéficient d'un large soutien au Congrès, sous la pression de l'homme politique républicain Henry Cabot Lodge et de son ami, le vice-président puis président Theodore Roosevelt.

Le gouvernement américain n'a pas perdu de temps pour proposer d'acheter l'île au gouvernement espagnol. L'Espagne, furieuse de cette offre, a refusé de vendre. Marti, en revanche, pensait qu'il fallait hâter l'action révolutionnaire pour obtenir l'indépendance de Cuba par une guerre soudaine et foudroyante contre l'Espagne, ce qui lui permettrait, après la victoire, d'établir un équilibre dans les Antilles espagnoles. L'idée était de stopper pour un temps ou pour toujours l'expansion des Etats-Unis dans les Caraïbes grâce à l'unité de Cuba, Porto Rico, Saint-Domingue et même Haïti, soutenue par des pays sensibles aux intérêts de la libération des Antilles espagnoles. Il s'agit de l'Argentine, du Mexique, de plusieurs pays d'Amérique centrale et des deux puissances européennes que sont l'Angleterre et l'Allemagne, qui sont alors en conflit avec l'empire américain naissant.

On peut se faire une idée plus précise du projet stratégique révolutionnaire de Marti dans ses réflexions, qu'il a consignées dans son carnet alors qu'il travaillait pour la firme française Lyon and Company à New York en 1887. Marti faisait référence aux déclarations du vice-consul français selon lesquelles, moyennant un investissement minime, un passage interocéanique pourrait être construit pour relier le Pacifique à l'Atlantique. La société britannique a alors immédiatement déclaré son intention d'acquérir les droits de construction du canal, ce dont la presse s'est fait l'écho et qui a incité Marti à formuler sa vision stratégique : "Ce que d'autres voient comme un danger, je le vois comme une garantie : alors que nous devenons assez forts pour nous défendre, notre salut et la garantie de notre indépendance sont dans la balance de puissances étrangères concurrentes. Là, à l'avenir, au moment où nous serons pleinement déployés, nous courrons le risque d'unir contre nous des pays concurrents mais apparentés - (Angleterre, USA) : d'où la politique étrangère centraméricaine et nous devons chercher à créer des intérêts divers dans nos différents pays, sans permettre une prédominance claire et accidentelle, d'une quelconque puissance."

En adhérant à ce critère, Martí développait une stratégie d'équilibre face à l'expansion américaine.

152920._SY475_.jpg

Il convient de noter que le chef de la délégation argentine à la conférence internationale américaine de Washington, Roque Saenz Peña, partageait les idées de Jose Marti. Ensuite, alors que Saenz Peña était à la tête du ministère des affaires étrangères pour une courte période d'un peu plus d'un mois, il a présenté la candidature de José Martí au poste de consul à New York.

La nouvelle de sa nomination en octobre 1890, et en provenance du Paraguay (il était consul en Uruguay depuis 1887) soulignait que l'Argentine était susceptible de soutenir la lutte cubaine pour l'indépendance, une perspective désagréable pour le gouvernement espagnol mais aussi pour le gouvernement américain.

Après sa nomination, sa première apparition politique a eu lieu au Twilight Club de New York lors d'un dîner spécial consacré à Cuba. Marti a accepté une invitation à rejoindre les rangs du club, qui était alors une sorte de groupe national hors de contrôle, dont les rangs comprenaient des intellectuels tels que Walt Whitman, Mark Twain, Mark Durkham, le magnat de l'acier et milliardaire Andrew Carnegie et dont le président était le général Carl Friedrich Wingate.

Le message de Marti lors de la réunion du club était directement lié au débat croissant sur le "contrôle" de Cuba et d'autres pays des Caraïbes et d'Amérique continentale.  Le discours avait des connotations anti-impérialistes et constituait une réponse au projet annexionniste de Mahan et du groupe de congressistes républicains conservateurs qui le soutenaient.

Marty a traité Mahan et les politiciens conservateurs américains cherchant à intervenir dans les pays d'Amérique latine de fous et d'ignorants, ce qui était en fait une déclaration politique au nom des trois pays d'Amérique du Sud qu'il représentait aux États-Unis. Les membres du Twilight Club ont ensuite salué le discours de José Martí par des applaudissements et ont soutenu les droits du peuple cubain dans sa lutte pour l'indépendance.

Quant aux pays européens, la première priorité de José Martí est l'Angleterre, à l'époque la puissance européenne la plus présente et la plus puissante en Amérique latine, qui, pendant la lutte de Simón Bolívar contre l'Espagne, a soutenu le libérateur en envoyant la légion britannique.

imanamges.jpgEn 1887, Marti a également rédigé une note adressée au Parti libéral du Mexique, dans laquelle il critiquait les préjugés du journaliste et promoteur américain David Ames Welk sur le Mexique, dans un article publié dans le Popular Science Monthly, Dans cette discussion, il faisait remarquer: "La République d'Argentine connaît une croissance plus rapide que celle des États-Unis. Et celui qui a aidé l'Argentine est intéressé à aider toute l'Amérique: l'Angleterre".

En deuxième position, on trouve l'Allemagne sous la direction du fondateur de l'unité allemande, Otto von Bismarck, qui, du début des années 80 jusqu'à son départ du pouvoir en 1890, a soutenu les fortes aspirations maritimes de l'Allemagne.

À cette époque, l'Allemagne possède des bastions sur plusieurs îles stratégiques du Pacifique, mais au-delà, Bismarck a même imaginé d'organiser l'émigration allemande vers Cuba et a même demandé à l'Espagne un port sur l'île pour une base navale allemande.

On sait que Marti a envoyé des lettres aux vice-consuls des deux pays depuis les environs de Guantanamo quelques jours avant sa mort, ce qui a suscité l'intérêt des deux bureaux. Selon des chercheurs contemporains (l'Allemand Martin Franzbach et l'Anglais Christopher Hall) qui ont pu retrouver les messages de Marti, les vice-consuls ont pris note des informations de José Martí et les lettres ont suscité une réaction officielle positive.

Tout cela montre une construction systématique du concept d'équilibre international autour des Grandes Antilles, c'est-à-dire Cuba, Porto Rico, Saint-Domingue et Haïti.

Enfin, il convient de rappeler qu'il existait un autre projet défendu par les patriotes portoricains Eugenio Maria de Ostos, Ramon Emeterio Betances. Il s'agit de l'idée d'une Confédération des Caraïbes, dont il est question dans des articles datant des années 80, et même avant, mais surtout dans le journal Fatherland, en 1894-95, c'est-à-dire à la veille du déclenchement des hostilités à Cuba. Marti ne s'opposait pas à ces objectifs révolutionnaires, mais ils semblaient inopportuns à l'époque. La priorité aurait dû être l'indépendance des Antilles hispanophones.

La Confédération des Caraïbes pourrait distancer les puissances européennes, qui étaient en train de régler leurs graves différends avec les États-Unis au sujet d'un éventuel soutien à la révolution cubaine, que Marti jugeait nécessaire pour assurer l'indépendance des Antilles hispanophones.

Mais José Martí explorait la possibilité d'une Union latino-américaine. Avant 1881, il a écrit sur le sujet dans son carnet la façon dont il l'imaginait : la Grande Confédération des Peuples d'Amérique Latine ne devrait pas être à Cuba mais en Colombie (pour éviter le danger d'une annexion violente de l'île).

L'idée de base était que l'unité continentale serait créée par une confédération hispano-américaine, pour laquelle aucune ressource ne serait épargnée. Et chaque État aurait une liberté totale pour les alliances et les actions défensives.

Ainsi, nous pouvons voir que les idées de José Martí ont préfiguré l'émergence de la multipolarité et de la théorie de l'équilibre des forces sur lesquelles les réalistes et les néo-réalistes ont construit leurs concepts. Il convient donc d'étudier son héritage et, si nécessaire, de l'adapter à la réalité contemporaine.

samedi, 29 janvier 2022

Entretien avec Leonid Savin: "Lorsque les Européens auront retrouvé une identité forte, personne ne pourra les dominer spirituellement et culturellement"

maLsavdefault.jpg

Entretien avec Leonid Savin: "Lorsque les Européens auront retrouvé une identité forte, personne ne pourra les dominer spirituellement et culturellement"

Entretien avec le journal Deutsche Stimme réalisé par Alexander Markovics

Cher Monsieur Savin ! Actuellement, les relations diplomatiques entre l'Occident et la Russie sont tendues. L'UE accuse la Russie et la Biélorussie de mener une guerre hybride. L'Occident déclare craindre une intervention militaire russe en Ukraine et accuse la Russie de vouloir déclencher une guerre alors qu'elle a elle-même rompu les accords de Minsk. La ministre allemande des Affaires étrangères Annalena Baerbock appelle même à l'arrêt du Nord Stream 2.  La Russie mène-t-elle une guerre hybride contre l'UE et les Etats-Unis ou les politiques occidentaux accusent-ils le président Poutine de crimes dont ils sont eux-mêmes responsables ?

En fait, l'UE et les Etats-Unis affirment depuis six ans déjà que Moscou mène une guerre hybride et que la Russie est intéressée par la division de la société occidentale. En réalité, les gouvernements occidentaux jouent ce jeu de manière bien plus efficace, en raison des erreurs politiques et idéologiques qu'ils commettent chaque jour et de l'état actuel de la démocratie dans leurs pays (n'oublions pas que les bureaucrates de la Commission européenne ne sont même pas élus par leurs propres peuples). Le coup d'État de 2014 en Ukraine a été organisé par l'Occident (notamment avec le soutien financier et diplomatique des États-Unis) et, lors de la "révolution orange" précédente, en 2004, les pays européens et les États-Unis ont également soutenu des politiciens qu'ils ont choisis dans ce pays. Où est donc ici la "guerre hybride de la Russie" ?

image_0991366_20210415_ob_4c53da_crimee.jpg

Après le référendum en Crimée qui a conduit à la réunification avec la Russie, l'Occident a affirmé qu'il s'agissait d'une "annexion", mais les pays occidentaux oublient la sécession du Kosovo en 1999, qui a été soutenue par l'OTAN. Lorsque 100 personnes ont été brûlées vives par des néonazis à Odessa et que les autorités ne les ont pas empêchées, l'Occident n'a pas daigné jeter le moindre regard. La Russie ne pouvait pas rester les bras croisés et attendre que le même scénario se produise en Crimée (et c'est en fait ce qui a été préparé par les forces qui ont mené à bien le putsch de février 2014).

Le terme de "guerre hybride" a été inventé à l'origine par la marine américaine pour décrire des situations de combat complexes impliquant différents acteurs. Plus tard, c'est devenu une marque d'infamie politique, qui a été utilisée pour stigmatiser toute forme d'activité russe (économique, politique, diplomatique, etc.). Si Moscou fait un pas quelconque dans ses relations économiques ou initie de nouveaux contacts, l'Occident le qualifie immédiatement de "guerre hybride". Mais je suis tout à fait certain que toute inactivité serait également qualifiée de "guerre hybride". L'Occident affirmerait immédiatement que la Russie est en train d'ériger un nouveau rideau de fer. Nous nous trouvons dans une situation étrange, ne pensez-vous pas ? 

546x840.jpg

Depuis la fin de la guerre froide, l'Occident dirigé par les États-Unis a pris plusieurs mesures unilatérales et a fait la guerre à la Yougoslavie, à l'Irak, à l'Afghanistan et à la Libye. Ce "moment unipolaire" a provoqué le chaos, une violence massive et des mouvements de réfugiés aux quatre coins du globe. Dans votre livre récemment paru Ordo Pluriversalis. The End of Pax Americana & the Rise of Multipolarity, vous vous prononcez en faveur d'un monde multipolaire avec plusieurs centres de pouvoir au lieu de la domination occidentale. Les détracteurs occidentaux de ce concept affirment qu'un ordre mondial multipolaire entraînerait davantage de conflits et une plus grande instabilité dans le monde. Quels sont les avantages d'un système multipolaire par rapport à l'hégémonie occidentale, notamment pour les Européens ? 

Du point de vue de l'Occident, la multipolarité sera toujours présentée comme un désordre instable et semi-anarchique, car la vision occidentale de la multipolarité est basée sur l'époque multipolaire précédente, qui était eurocentriste et colonialiste. Aujourd'hui, la situation a changé et le centre de l'économie mondiale s'est déplacé vers l'Asie. Toutefois, la multipolarité n'est pas seulement une question d'équilibre des forces, mais aussi et surtout une question de restauration prudente de l'histoire elle-même, des traditions et du développement du potentiel culturel des groupes ethniques et des peuples du monde entier. Il existe de nombreuses formes uniques de gouvernance, de juridiction et de droits, enracinées dans une expérience millénaire.

Le néolibéralisme (même s'il a malheureusement connu un grand succès dans les années 1990 et jusqu'à récemment) ne peut pas prétendre à une validité mondiale (ce qui vaut bien sûr aussi pour d'autres types d'idéologies politiques). Un seul système peut être valable pour le monde entier, et c'est le pluriversalisme. Celui-ci peut contenir des éléments controversés, mais c'est normal parce que c'est naturel. Regardez la carte du monde et vous verrez que l'Occident politique (l'alliance transatlantique) n'est qu'une partie du monde, et même pas la plus grande ! Jusqu'à présent, il a eu une influence énorme sur le monde entier, mais celle-ci est aujourd'hui en déclin.

ccsavin_cover_0.jpg

Du point de vue européen, la multipolarité signifie davantage de souveraineté et d'indépendance vis-à-vis des États-Unis. Il existe déjà des initiatives pour une autonomie européenne, soutenues par l'Allemagne et la France, mais elles ne sont pas réalisables dans le futur proche tant que l'on ne se sépare pas de Washington. Les Etats-Unis poursuivent leur propre agenda au sein de l'UE et diffusent ainsi une propagande anti-chinoise et anti-russe afin d'attiser diverses craintes chez les Européens. Mais l'Europe est destinée à coopérer avec la Russie (et, dans une moindre mesure, avec la Chine) parce que nous sommes voisins et que nous vivons ensemble sur le continent eurasien. C'est un fait évident.

Dans ce contexte, il est tragique de voir la cancel culture se répandre en Europe et une nouvelle forme de décadence entraîner de nombreux pays vers l'abîme. La reconfiguration du monde dans le cadre de la multipolarité aurait le pouvoir de guérir l'Europe et de l'aider à trouver sa propre place et sa propre voie dans la politique mondiale. 

L'avenir des relations internationales et de la géopolitique est un sujet très discuté par les experts. Alors que Samuel Huntington a avancé la thèse du "choc des civilisations", Mohammad Khatami parle d'un "dialogue des civilisations". Selon vous, quelle prédiction est la plus probable et que peuvent faire les militants et partis politiques à tendance antimondialiste pour permettre une coexistence pacifique des civilisations ?

Huntington a parlé du "choc des civilisations" non pas dans le sens d'une fatalité inéluctable, mais comme un avertissement. Beaucoup ne lisent pas correctement son œuvre, voire pas du tout, tout comme beaucoup de libéraux de notre époque ne lisent pas Adam Smith. Mais ce qui est important dans son œuvre, c'est la constatation claire qu'il existe plusieurs civilisations ! Pas une seule, comme l'ont suggéré de nombreux érudits occidentaux auparavant, mais plusieurs ! Une multitude de civilisations signifie à son tour qu'il existe automatiquement une multitude de systèmes politiques différents.

Cibergeopolitica_organizaciones_y_alma_rusa_Leonid_Savin.png

Le problème de nombreux antimondialistes est qu'ils voient la culture politique des autres peuples à travers la lentille de leurs propres modèles d'ennemis.  Il s'agit d'une nouvelle forme d'exclusivité. Nous devons oublier le principe de l'ethnocentrisme, qui repose sur le double codage du "groupe du nous" et du "groupe des autres", et commencer à penser à partir d'un point d'inclusion approfondi. Je suis conscient que tout cela n'est pas facile. Mais nous devons enfin commencer ! Si nous avons l'intention de construire un pont entre les civilisations, il est plus sage de parler dans les langues de ces civilisations et de ne pas utiliser le langage de la pseudo-"civilisation" représentée par la société mondiale actuelle de la consommation et du capitalisme financier.   

En raison du matérialisme dominant, du chaos social, de l'individualisme et de l'aliénation dans l'Occident moderne, le nombre d'Européens qui cherchent à revenir à la forme traditionnelle de leur civilisation augmente. Dans votre livre Ordo Pluriversalis, vous proposez le concept de pluriversalité pour prouver qu'une alternative à la société capitaliste et moderne de l'Occident est possible. Veuillez expliquer le concept de pluriversité/pluralité et sa signification pour un futur monde multipolaire !   

La société capitaliste et moderne est fondée sur l'uniformisation et le nivellement de tout vers un standard unique. D'où le sentiment de supériorité et le racisme profondément enracinés dans la société occidentale. Paradoxalement, cet état d'esprit se développe également dans les sociétés non occidentales. Des phénomènes tels que les traitements médicaux visant à éclaircir la peau dans certains pays arabes sont le résultat de la domination occidentale imposée à cette région (car il existe aussi des personnes à la peau blanche en Yakoutie, au nord-ouest de la Russie, mais elles n'ont jamais conquis le Moyen-Orient).

md30507010240.jpg

Lorsque nous parlons de plurivers, nous entendons par là la multiplicité des visions du monde. Dans la région andine de l'Amérique latine et dans l'Afrique profonde, les gens suivent leurs propres traditions ancestrales. Certains éléments ressemblent à la tradition indo-européenne (parce que nous vivons sur la même planète et voyons le même soleil et la même lune), mais d'autres non. Nous pouvons y trouver des systèmes de débat public et des modèles d'auto-organisation politiques et économiques très uniques - tous doivent être préservés et développés. L'expérience d'autres peuples peut également être instructive et utile pour les sociétés "avancées".

1511292432_5.jpg

Tout d'abord, nous devons considérer les autres peuples comme des entités similaires. Le géographe russe Nikolaï Miklukho-Maklay (photo, ci-dessus) a probablement été le premier anthropologue culturel à contester l'existence d'une hiérarchie raciale et à affirmer que les peuples "primitifs" d'autres régions du monde sont égaux aux Européens. Aujourd'hui, sous l'égide de l'idéologie néolibérale, nous entendons des slogans similaires en Occident, mais dans la pratique, ils ne se manifestent que par des actions telles que "Refugees welcome !", le "Cancel Culture", etc. En fin de compte, nous n'avons pas un seul système politique mondial, car la Terre n'est pas un disque, mais un système composé de nombreux systèmes avec différentes couches d'organisation.

De nombreux détracteurs du mondialisme en Occident ont d'une part une opinion très positive de la résistance russe à l'impérialisme américain, mais sont d'autre part sceptiques quant à une coopération avec la Chine et l'Iran en raison de leurs systèmes politiques et de leurs convictions religieuses divergents. En cas d'alliance, ils craignent une exportation de systèmes comme celle que les Européens ont connue avec l'américanisation. En tant qu'expert en géopolitique et connaisseur des pays musulmans d'Asie, pensez-vous que ces craintes sont justifiées ? 

Outre l'Iran et la Chine, l'Asie compte de nombreux autres pays et cultures. Le soufisme se distingue de l'islam sunnite d'inspiration saoudienne. L'islam chiite n'est pas seulement présent en Iran, mais aussi en Azerbaïdjan (où les gens boivent de l'alcool), ainsi que sous des formes spécifiques en Syrie et au Liban, mais aussi en Afghanistan et au Pakistan. Il serait particulièrement simpliste de considérer les pays musulmans d'Asie comme un bloc musulman unique, car il existe en leur sein de nombreuses coutumes et traditions culturelles, qui possèdent à leur tour différents marqueurs en tant que nomades, clans, groupes ethniques et tribus. Chacun d'entre eux a une signification.

Même si nous considérons le monde musulman du point de vue de la multipolarité, il ne se compose pas d'un seul pôle, mais de plusieurs. En Afrique du Nord et en Asie occidentale, nous trouvons un mélange très intéressant de traditions soufies, de culture berbère et de vestiges des empires byzantin et ottoman. En Asie centrale, nous trouvons de très fortes influences d'éléments nomades et de nostalgie postsoviétique, et en Asie du Sud-Ouest, un melting-pot d'éléments indigènes, de nouvelles écoles de renaissance islamique, qui ont vu le jour dans le cadre d'une matrice postcoloniale/anticoloniale. Mais ce qui est important dans tout cela, c'est que toutes les régions mentionnées se trouvent en Eurasie (l'Afrique du Nord y est historiquement et géographiquement liée, c'est pour cette raison que Halford Mackinder a considéré l'Eurasie et l'Afrique comme une unité appelée l'île mondiale).

La Russie se trouve au centre de l'Eurasie. Un mur mythique a été construit par Alexandre le Grand pour se protéger de Gog et Magog sur la côte caspienne près de la ville de Derbent - il s'agit de la ville la plus au sud de la Russie, dans l'actuelle République du Daghestan (en fait, il a emprunté un autre chemin lors de sa campagne en Bactriane et en Inde). C'est la raison pour laquelle la Chine est si intéressée par la construction d'infrastructures dans le cadre de la Nouvelle route de la soie via la Russie, afin d'établir une connexion avec l'Europe.

Le corridor nord-sud relie l'Iran et donne à la Russie un accès à des ports libres de glace. Un corridor similaire sera également créé via le Pakistan.  C'est la question de la géopolitique eurasienne et elle ouvre de formidables perspectives. Pour les Européens, tout cela peut sembler un peu suspect. D'un point de vue pragmatique, vous pouvez poser la question suivante : "Qu'allons-nous accomplir dans ces circonstances ?" Le moteur économique du monde n'est plus l'Occident, mais l'Asie.

Enfin, toute exportation de valeurs culturelles et religieuses n'est pas possible si vous la refusez. Par exemple, après l'effondrement de l'Union soviétique, il y avait en Russie beaucoup d'émissaires de sectes occidentales et de religions orientales, mais ils n'ont pas réussi. Les Russes sont en effet retournés à leurs propres racines, le christianisme orthodoxe (il y a bien sûr aussi des adeptes du bouddhisme, de l'islam et du judaïsme chez nous). La Russie est d'ailleurs l'un des pays où l'on trouve des adeptes d'un paganisme traditionnel tel qu'il existait en Europe. Lorsque les Européens auront retrouvé une identité forte, personne ne pourra les dominer spirituellement et culturellement. Vous pouvez étudier l'expérience russe en ce qui concerne la reconquête de sa propre souveraineté spirituelle et nous serons heureux de vous aider !  

    Merci beaucoup pour cet entretien !  

Leonid Savin est chef de l'administration du Mouvement eurasien international, membre de la Société des sciences militaires du ministère de la Défense de la Fédération de Russie et membre du comité directeur du Forum international de lutte contre le terrorisme à Islamabad. Il est l'auteur de nombreux livres, publications scientifiques et études spéciales sur les relations internationales, la philosophie politique, la géopolitique et les conflits internationaux. 

samedi, 15 janvier 2022

Le dernier ouvrage d'Irnerio Seminatore sur la multipolarité!

mailISm.jpg

Le dernier ouvrage d'Irnerio Seminatore sur la multipolarité!
 
Chers Amis et Collègues,

Je tiens à vous faire part de la parution de mon ouvrage "La Multipolarité au XXIème siècle" (Editions VA presses.Fr), avec une préface du spécialiste des relations internationales, l'ancien Recteur des Universités,Charles Zorgbibe, Professeur émérite de la Sorbonne.
 
Ci-joint un formulaire de commande:
 
 
La Multipolarité au XXIème siècle
 
de Irnério Seminatore
 
Cet ouvrage présente une lecture des formes diverses de la multipolarité : la configuration du système, la distribution des souverainetés et des pouvoirs, les buts des pôles de puissance, la toile de fond de l’ambiance internationale et les risques d’affrontement entre pôles.
 
Il brosse les traits essentiels de notre époque, l’âge balistico-nucléaire et spatiale, celle d’un monde fini et en devenir, hors de ses limites. Il s’interroge sur les différents types de paix et de guerres et sur l’hétérogénéité du système planétaire actuel.
 
Quant à l’Europe, il souhaite qu’elle devienne une puissance d’équilibre entre l’Amérique et la Russie et il précise les antinomies de l’action diplomatico-stratégique et les trois logiques de la dissuasion, de la subversion et de la persuasion.
 
Enfin, face au « Piège de Thucydide » et au duel du siècle entre la Chine montante et les États-Unis, il pousse à réfléchir au dilemme de notre temps, pris entre l’alternance hégémonique dans le système, au moyen d’une « guerre limitée », ou la « rupture tectonique"  du système, comportant une inversion du rapport de prééminence  ente la Démocratie Impériale et l’Empire du Milieu et  un changement d’ensemble de  la civilisation, de l’idée de société  et de la figure de l’homme, selon le modèle d’un collapse sociétal et d’un conflit global, qui rappellent le concept de « guerres en chaînes » et de  « révolutions systémiques » de Strausz-Hupé.
 
1 vol. 16 x 24
586 pages
Novembre 2021
 
Cet ouvrage sera suivi du tome II: "La multipolarité et l'Europe".

jeudi, 18 novembre 2021

Un ordre mondial multipolaire, contre-projet au "one world"

ob_f9fe6e_multipolarite-chine.jpg

Un ordre mondial multipolaire, contre-projet au "one world"

par Andreas Mölzer

Ex: https://andreasmoelzer.wordpress.com/2021/11/11/eine-multipolare-weltordnung/

Que le monde était simple, que la politique mondiale était claire, lorsqu'il y avait encore les deux grands blocs de puissance, l'OTAN dominée par les Etats-Unis et le Pacte de Varsovie dominé par les Soviétiques. Lorsque l'Ouest libre et le bloc communiste de l'Est s'affrontaient. Rien d'autre n'avait d'importance, le reste était le tiers monde et la Chine communiste, etce reste somnolait dans un strict isolement. Avec l'effondrement du socialisme réellement existant, donc celui du bloc soviétique, certains observateurs politiques pensaient que la victoire de la démocratie occidentale à l'échelle mondiale était désormais imminente, qu'il n'y aurait donc qu'une seule superpuissance, à savoir les États-Unis et leurs alliés en Europe, et donc la domination de la démocratie occidentale. On pensait que cette démocratie occidentale devait s'imposer dans le monde entier et que la religion civile des droits de l'homme devait planer au-dessus d'elle, en quelque sorte comme une maxime morale et éthique ultime à vocation humaine globale. L'ensemble de la communauté internationale, des anciennes républiques communistes soviétiques aux pays en développement, des pays émergents aux États islamiques, tous, absolument tous devraient se plier à ce modèle occidental de société et d'État, le néolibéralisme en tant que modèle d'ordre, le libre-échange, l'économie de marché libre en tant que système économique l'emportant sur tous autres régimes et toutes autres considérations. "One world", un monde uniformisé au sens du politiquement correct, deviendrait ainsi en quelque sorte le telos final de l'histoire de l'humanité.

Cette conception d'un nouvel ordre mondial, entièrement développée dans l'esprit du néolibéralisme et du capitalisme tardif, n'était curieusement pas très éloignée des concepts culturels communistes 1) de l'homme nouveau dans une société sans classes et 2) du dépassement des différences ethniques et culturelles. Les deux conceptions, tant la conception néolibérale de l'uniformisation globale des nations que la conception communiste culturelle du nivellement de l'individu en soi, ignoraient la différence et la diversité des êtres humains, de leur évolution sociale et de leurs spécificités culturelles. Et c'est pour cette raison que ces deux concepts ont échoué.

Au cours des deux premières décennies du nouveau siècle, un monde multipolaire s'est en effet développé, caractérisé par plusieurs centres de pouvoir politique, par une multitude d'"acteurs" mondiaux et par des valeurs étatiques totalement différentes. Dernièrement, l'échec des conceptions néolibérales du "monde unique" a été mis en évidence par le fiasco désastreux de la politique américaine en Afghanistan. C'est ainsi qu'à côté des pays industrialisés occidentaux, de la superpuissance traditionnelle et mondiale que sont les Etats-Unis, de l'Etat nord-américain qu'est le Canada et de l'Europe en voie d'intégration, nous trouvons toute une série d'autres centres de politique de puissance sur cette planète. La Russie de Vladimir Poutine, qui a pu se consolider après la chute et l'éclatement de l'Etat multiethnique soviétique, joue ici un rôle politique mondial, tout comme la Chine, en plein essor économique. Le monde islamique joue également un rôle, tout comme les pays émergents d'Amérique du Sud autour du Brésil, mais aussi l'Inde et le continent australien.

Certains modèles d'organisation, traditionnels et dépassés, tels que le Commonwealth britannique, seraient ici réduits à une simple enveloppe historique et la domination existante, telle que celle que les Etats-Unis ont réussi à exercer avec l'OTAN, serait relativisée. Bien sûr, les Américains restent la plus grande puissance militaire de la planète, mais les déchirements internes, le déclin structurel et économique relativisent considérablement cette puissance militaire. Quant aux Européens, qui pourraient encore être le centre économique de la planète, ils deviennent, en raison d'une décadence sociale croissante et d'un manque de courage politique, un "acteur" de second plan dans la politique mondiale.

Restent la Russie de Vladimir Poutine et la Chine communiste avec son système économique capitaliste d'État. Après l'intermède de Boris Eltsine, la Russie est revenue depuis longtemps sur la scène politique mondiale et y joue un rôle important et tout à fait mesuré. Comparé aux aventures militaires des Etats-Unis, qui se soldent généralement par des fiascos, l'engagement militaire de Poutine en Syrie, par exemple, est limité mais efficace. Le dirigeant syrien Assad n'a pu s'imposer qu'avec l'aide de la Russie. Quant à la Chine, le régime du PC a réussi à garantir une certaine prospérité à ses citoyens tout en devenant le rival économique des puissances occidentales dans le monde. Depuis longtemps, la puissance économique chinoise a un statut d'égal à égal avec les États-Unis et l'Union européenne.

Cette multipolarité de l'ordre mondial actuel est également liée à une pluralité des systèmes sociaux et économiques, des valeurs qui sous-tendent les différentes puissances. Il s'agit d'une part des démocraties de type occidental, où l'on observe déjà, aux États-Unis, des signes de dissolution démocratique ou des divisions entre deux camps antagonistes, qui ne peuvent plus être surmontés par la voie du consensus démocratique.

41eUHm9dYcL._AC_SY780_.jpg

Les démocraties dirigées, telles qu'elles existent par exemple dans la Russie de Poutine, n'en sont pas si éloignées du point de vue qualitatif. Et les systèmes autoritaires, comme la dictature du PC en Chine ou l'État islamique et théocratique en Iran, ou encore diverses oligarchies dans les pays émergents, montrent qu'il existe ici une diversité de systèmes d'ordre politique qui ne peuvent pas être mesurés à l'aune des critères occidentaux ou européens. C'est probablement une conséquence de l'ancienne vision euro-centrique du monde que les Européens, et à leur suite les Américains, ont cru que les valeurs et les conceptions de l'État européennes ou occidentales devaient s'imposer dans le monde entier. Dans un monde multipolaire, il faut renoncer à cette idée. Et même les droits de l'homme prétendument universels ne sont que partiellement valables et applicables dans ce contexte. Dans la société des castes en Inde, dans les États d'Afrique noire avec des structures tribales traditionnelles, mais aussi dans des pays comme le Cuba communiste, d'autres critères sont appliqués. La question de savoir qui s'imposera dans cet ordre mondial multipolaire et qui occupera la position de leader reste ouverte. L'hégémonie mondiale des Etats-Unis appartient en tout cas à l'histoire, la Pax Americana est du passé. Cela ne signifie pas pour autant qu'un ordre mondial chinois doive s'imposer, mais plutôt qu'un concert de puissances mondiales pourrait voir le jour. Et de nouvelles puissances mondiales pourraient également émerger. Les puissances régionales actuelles comme l'Inde, l'Iran, le Brésil et la Turquie affichent clairement leurs ambitions de dépasser leurs sphères d'influence régionales actuelles.

Pour nous, Européens, la question se pose de savoir si nous avons encore un rôle à jouer dans ce concert de puissances mondiales, tel qu'il semble caractériser le 21ème siècle. Les grandes puissances traditionnelles comme la France et le Royaume-Uni sont livrées à elles-mêmes face aux nouvelles échelles, trop faibles aussi pour cela. L'Allemagne, première puissance économique de l'Union européenne, évite jusqu'à présent de mener une politique de puissance, quelle qu'elle soit. L'Union dans son ensemble va de crise en crise et ne parvient pas vraiment à s'imposer comme un "acteur" de la politique mondiale et de la politique de puissance. Et jusqu'à présent, il n'y a guère de tendances contraires. Les forces centrifuges entre les puissances européennes deviennent plutôt plus efficaces, et le Brexit n'a peut-être été qu'une première étape. Et pourtant, il faut le constater : la seule chance des nations européennes de s'affirmer à l'avenir sur la scène politique mondiale réside dans l'union.

dimanche, 10 octobre 2021

La rêverie impériale de Bernard-Henri Lévy : une reconnaissance implicite de la multipolarité ?

bhl-2011.jpg

La rêverie impériale de Bernard-Henri Lévy: une reconnaissance implicite de la multipolarité?

Alexander Bovdunov

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/imperskie-gryozy-bernara-anri-levi-priznanie-fakta-mnogopolyarnosti

Le philosophe mondialiste Bernard-Henri Lévy rapporte que le président de la République française et son homologue italien annonceront dans les prochaines semaines un "pacte du Quirinal", qui serait calqué sur le traité de l'Élysée, lequel fixe le cadre des relations franco-allemandes. Le pacte entre l'Italie et la France est évoqué depuis des années. Cependant, selon le philosophe libéral, c'est maintenant le bon moment pour conclure un tel traité. Bernard Henri Lévy cite le texte "L'Empire latin" de 1945, écrit par Alexandre Kojève, un philosophe français néo-hégélien d'origine russe. Kojève l'a écrit pour le général de Gaulle. Lévy considère le concept d'"Empire latin" comme une chance pour la France de Macron.

Les empires comme report/préparation de la fin de l'histoire

La signification de l'"Empire latin" est la suivante: après 1945, l'ère des États-nations a pris fin et le monde est façonné en empires post-nationaux. Kojève pensait que l'un de ces empires mondiaux était l'Union soviétique, l'autre le bloc anglo-saxon des États-Unis et de la Grande-Bretagne. L'Allemagne est déchirée entre ces empires. Cependant, selon le philosophe, un autre pôle pourrait s'affirmer: la France, ainsi que l'Italie, l'Espagne et le Portugal, les pays du "monde latin" unis non pas par le protestantisme et l'éthique du travail (comme l'empire anglo-saxon), mais par les racines catholiques, la capacité à vivre de manière esthétique (style commun) et l'héritage romain.

Kojève.jpg

Impero_Latino_edito421ok.jpg

Sur le plan géopolitique, Kojève propose une union supranationale d'un "empire latin" basé sur le contrôle exclusif de la Méditerranée et des possessions coloniales en Afrique. Dans le domaine religieux, cet empire devait s'appuyer sur l'Église catholique (Kojève a même suggéré qu'un tel empire pourrait réaliser l'unification avec l'Église orthodoxe dans les relations avec l'URSS). En outre, en raison de son caractère universel, le catholicisme était considéré par Kojève comme un moyen important pour l'empire de ne pas se fermer, un rappel que l'empire n'était qu'une "étape" sur la voie de l'unification finale de l'humanité.

Pour Kojève, la fin hégélienne de l'histoire s'incarnerait alors dans le triomphe du "catholicisme chrétien" plutôt que de l'humanisme irréligieux.

La France: secousse impériale ou oubli ?

A première vue, l'invocation de l'idée impériale sous une forme catholique semble étrange pour le Lévy ultra-libéral et mondialiste. Pourtant, c'est Lévy qui a publié ce texte de Kojève, jusque-là oublié, en 1991. Aujourd'hui, de l'avis du philosophe, elle est encore plus pertinente.

"Je demande si Emmanuel Macron a lu Kojève, parce qu'il arrive la même chose aux grands textes qu'aux événements historiques ; parce qu'il faut du temps, souvent toute une vie, pour qu'ils trouvent leur sens plein et entier ; et parce que 75 ans après la première publication de ces pages légendaires, le monde semble être exactement dans la situation que Kojève avait prédite", écrit Lévy.

"Voilà donc l'Empire russe qui, avec d'autres dont personne n'attendait une telle embellie, se réaffirme sur la scène internationale. Voici les États-Unis.... L'Allemagne d'Angela Merkel, et celle qui lui succédera, confirme sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie et, en même temps, son statut stratégique de satellite des États-Unis."

"L'idée est qu'il existe une communauté de valeurs, de civilisation et de métaphysique entre les peuples de l'Europe du Sud qui, si elle est soulignée et réalisée, permettra de lutter contre l'appauvrissement croissant des capacités humaines".

Ainsi, les discussions, les frottements égoïstes entre les cultures et les petits comptes laisseront place à une véritable vision ; cette richesse commune aura l'occasion de s'affirmer ; et certainement sans remettre en cause les acquis historiques de l'axe franco-allemand, l'occasion se transformera en succès, et l'événement prendra une signification métapolitique maximale.

Ce sera la dernière occasion pour la France de ne pas courir vers l'abîme : vers la rétrogradation, vers le statut de puissance naine, vers la disparition de la grande politique sous une clameur souveraine et populiste".

La dernière affirmation est extrêmement importante. Le fait est que Lévy n'est pas le seul à s'inquiéter du déclin de l'influence de la France. La conclusion de l'alliance anglo-saxonne AUKUS, le coup porté à la réputation sous la forme du rejet par l'Australie du contrat de construction de sous-marins de plusieurs milliards de dollars de la France en faveur des États-Unis, la controverse frontalière post-Brexit en cours avec le Royaume-Uni montrent que, quelle que soit la proximité idéologique entre Macron et Biden, les libéraux et les mondialistes, la logique géopolitique des événements pousse leurs pays dans des coins différents. Le mondialiste Macron est de plus en plus contraint de jouer le rôle de souverain européen, prônant une armée européenne unique et une plus grande autonomie de l'Europe au sein de l'OTAN.

MALI_RUSSIE.jpg

D'autre part, la France de Macron est confrontée à de nouveaux défis dans sa sphère d'influence traditionnelle, l'Afrique, dont les Français sont évincés par la Russie, la Chine et la Turquie. L'arrivée d'experts militaires russes au Mali et les déclarations anti-françaises des autorités maliennes qui ont récemment accusé Paris de soutenir le terrorisme montrent que l'influence de la France au Sahel est remise en question. La France n'a pas pu ou voulu faire face à la menace terroriste dans la région et le retrait de la France du Mali a été comparé au désastre américain en Afghanistan. La Russie se renforce aussi activement en RCA. La Turquie, est devenue le deuxième partenaire économique de l'Algérie et a pris pied en Libye. La Chine devient un acteur majeur dans toute l'Afrique ex-française et la population locale déteste les Français et attend de dire adieu à Paris et à ses mandataires.

henri-roure.jpg

Paris est confronté au problème de la réévaluation de sa stratégie géopolitique et de son adaptation au monde multipolaire émergent. Que devrait être la France ? Un pôle indépendant, un allié des États-Unis, une partie du noyau franco-allemand d'une Europe unie et indépendante ? Différentes réponses sont proposées. Par exemple, le général Henri Roure (photo, ci-dessus) suggère que la France soit considérée comme une puissance mondiale (une sorte de pendant à la "Global Britain" post-Brexit) et se développe en s'appuyant sur des possessions d'outre-mer :

"La France n'est pas un pays européen, c'est un pays de tous les continents. Son vaste territoire n'est pas le seul atout de la France en tant que grande puissance. Une armée puissante, une dissuasion nucléaire, le deuxième plus grand réseau diplomatique du monde, un siège permanent au Conseil de sécurité et un monde francophone contribuent à sa puissance potentielle. Ces vecteurs doivent être développés et améliorés. Bien sûr, la France est forte d'une économie prospère, mais le PIB n'a jamais été un facteur mondial exceptionnel. Les Français sont aveuglés par le système capitaliste ultra-libéral imposé par les États-Unis, qui classe les pays en fonction de leur production, en dollars bien sûr".

La Nouvelle Droite (Alain de Benoist et autres), n'est pas moins patriotique, mais positionne la France comme faisant partie d'un futur pôle européen souverain, dans un monde multipolaire, orienté vers l'amitié avec la Russie sur le plan géopolitique et vers le maintien de la tradition et de l'identité dans le gris de la politique intérieure. Il y a de tels souverainistes européens en Italie aussi. Il est intéressant de noter que non seulement les philosophes de droite mais aussi ceux de gauche plaident pour une plus grande souveraineté européenne ou une réévaluation de la structure de l'UE. Ainsi, le philosophe italien de gauche Giorgio Agamben a également fait référence à l'idée de Kojève d'un "Empire latin" :

"Aujourd'hui, alors que l'Union européenne s'est constituée en ignorant les liens culturels concrets qui existent entre les nations, il serait utile - et pertinent - de faire revivre la proposition de Kojève. Ce qu'il avait prédit s'est avéré vrai. Cette Europe, qui cherche à exister sur une base strictement économique, en abandonnant toutes les affinités authentiques entre mode de vie, culture et religion, a démontré à plusieurs reprises ses faiblesses, notamment sur le plan économique."

La géopolitique de "l'empire latin"

Dans le domaine de la géopolitique pratique, une évolution vers un "empire latin" signifierait une alliance entre Rome et Paris pour résoudre les problèmes en Méditerranée. L'enjeu est la richesse pétrolière et gazière de Chypre, sur laquelle l'italien ENI et le français Total ont des vues. Le problème pour les deux pays est la Turquie, qui revendique des parties importantes du plateau, à la fois en son nom et au nom de la République turque de Chypre du Nord non reconnue.

Ces dernières années, l'Italie a été en désaccord avec la Turquie sur la question de la coopération avec les gouvernements de Tripoli, qui ciblent les mêmes forces qui ont le dessus dans l'ouest du pays. Toutefois, si le rapprochement franco-italien se poursuit, Paris et Rome pourraient tenter de mettre la pression sur chacun de leurs "alliés" en Libye - l'Italie à la Turquie et la France à la Russie (car Paris et Moscou sont plus favorables au maréchal Khalifa Haftar dans le conflit libyen).

Enfin, l'Italie et la France peuvent essayer d'équilibrer leur influence en Afrique en attirant également l'Espagne et le Portugal. Au sein de l'UE, un bloc transalpin pourrait faire contrepoids à l'Allemagne en confiant à Paris le rôle de tenir la balance.

Rêves impériaux

L'orientation de Lévy, mondialiste, en direction de l'hégélianisme, également mondialiste dans la version de Kojève, qui vise à unir l'humanité par le passage et le dépassement ultérieur de la dimension impériale, est très intéressant. Plus récemment, il s'est exprimé au nom d'un seul empire libéral qui est contesté par cinq rois : cinq pôles de pouvoir indépendants. Il affirme aujourd'hui que cet empire n'existe pas et que la France pourrait devenir le centre d'un des nombreux empires qui se partageront le monde, empires fondés sur une "communauté de valeurs, de civilisation et de métaphysique". Oui, la référence de Kojève aux "empires post-nationaux" signifie que l'objectif de créer à terme une humanité unique persiste. Cependant, comme Kojève, Lévy est obligé de reconnaître que la fin de l'histoire sous la forme d'une humanité libérale commune est reportée. Le temps des empires arrive. Et le fait qu'il (et même lui) ne soit pas le seul à envisager l'empire en France est très révélateur pour la compréhension de la situation dans laquelle nous nous trouvons. C'est un peu comme le passage de Francis Fukuyama de l'optimisme libéral de la "fin de l'histoire" à l'affirmation de la nécessité de renforcer l'État-nation moderne.

Plus intéressant encore, les mondialistes reconnaissent que le projet d'une humanité unifiée s'est effondré, le monde devient multipolaire (sans toutefois perdre l'espoir que cette multipolarité puisse être dialectiquement dépassée).

lundi, 27 septembre 2021

L'Amérique est en recul. Il est temps de passer à l'offensive

20210522_USbidenD000_0.jpg

L'Amérique est en recul. Il est temps de passer à l'offensive

Alexander Douguine

L'hégémon se ratatine et recule partout!

Les élections en Russie sont terminées. Et c'est une bonne chose. Nous pouvons maintenant revenir aux affaires étrangères. C'est la politique étrangère qui compte vraiment. Et dans cette politique étrangère, un changement extrêmement significatif et important est en plein essor.

Le monde unipolaire s'effondre sous nos yeux. Il est sur une trajectoire descendante depuis un certain temps (depuis le 11 septembre), mais c'est en cette année clé 2021, au milieu de l'interminable crise sanitaire du Covid, que se sont produits certains événements symboliques, rendant irréversible la fin de l'unipolarité.

Déjà, Trump acceptait implicitement un ordre multipolaire, en insistant uniquement sur un statut spécial pour les États-Unis. C'était un programme parfaitement rationnel et responsable. Mais Trump a été renversé. Et cela a été perpétré par des partisans fanatiques du même mondialisme que celui que Trump combattait chez lui.

Avec le soutien des mondialistes, Biden est parvenu au pouvoir et a annoncé la grande réinitialisation. Il faisait référence à un retour aux années 90, années "dorées" (pour les mondialistes et les libéraux). La mondialisation a eu quelques problèmes, ont-ils dit, mais nous allons maintenant les régler rapidement, remettre à leur place tous les prétendants à la multipolarité et continuer à régner sur l'humanité, en l'entraînant de plus en plus profondément dans un programme insensé - presque ouvertement satanique.

Biden est intervenu et Kiev a envoyé des troupes dans le Donbass, démontrant ainsi sa détermination à "assiéger les Russes". Mais dès que Moscou a effectué des manœuvres innocentes sur son propre territoire, Washington a fait marche arrière. Nous ne parlons pas de Kiev, ce n'est pas un sujet. La grande réinitialisation a été reportée.

611e57c37b7de.image.jpg

Et puis vient la fuite honteuse des États-Unis d'Afghanistan, alors qu'après 20 ans d'occupation brutale, les Américains n'ont même pas eu le temps d'emballer correctement leurs affaires (y compris leurs équipements militaires) et de renvoyer décemment leurs collaborateurs. Vers la fin, Biden tire un missile sur une voiture avec des enfants et s'en vante encore. Même Psaki a pâli devant les absurdités qu'elle a dû exprimer. L'Afghanistan est un embarras total pour l'Amérique.

Et dans la foulée, pour montrer qu'il est encore "wow", le pathétique et sénile Joe proclame l'axe anglo-saxon AUKUS, en scellant des traités avec l'Australie et en rayant d'un trait de plume les fournitures militaires françaises et italiennes (d'ailleurs, on l'oublie souvent) sur lesquelles Paris et Rome comptaient beaucoup, il détruit ainsi la cohésion de l'OTAN.  En réponse, le rappel sans précédent de l'ambassadeur de France à Washington s'ensuivit. Si l'UE comprend l'enjeu de tout cela, c'est que les autorités américaines ont tout simplement perdu la tête.

Voyons maintenant ce qui se passe aux États-Unis mêmes.

Tout d'abord, Biden agit dans un contexte où l'on sait que la moitié de la population le déteste (pour une élection volée et une dictature libérale intolérante) et que tout ce qu'il fait est accueilli avec hostilité. Et dès qu'il commet une erreur - comme en Afghanistan et en Australie, sans parler de la situation totalement foireuse avec les migrants à la frontière sud des États-Unis, non seulement il commet une faute, mais il se fourvoie de manière répétée et démontrable - ses adversaires s'en emparent immédiatement, la font exploser, et commencent déjà à préparer la destitution.

Mais c'est la moitié du problème. Les mondialistes eux-mêmes qui soutiennent Biden sont divisés en droitiers et gauchistes, en faucons néoconservateurs et en ultra-démocrates avec un programme d'idéologie LGBT et de "marxisme culturel". Les néoconservateurs sont furieux du retrait de l'Afghanistan et des promesses de M. Biden de retirer les troupes du Moyen-Orient, en particulier de la Syrie et de l'Irak.  En plus de sa lâcheté flagrante en Ukraine, Biden a déjà fait de son mieux pour s'aliéner la moitié de l'élite qui le soutient - les faucons.

Il semblerait que ce soit la gauche mondialiste qui devrait se réjouir. Oui, ils ont été globalement indulgents envers le retrait des troupes d'Afghanistan, mais personne aux États-Unis n'ose justifier la manière dont cela a été fait.

Mais Biden s'est ensuite souvenu des néoconservateurs et a créé, pour les amadouer, une nouvelle alliance stratégique anglo-saxonne, AUKUS (Australie, Royaume-Uni, États-Unis), écartant sans ménagement l'Europe. Il le fait sous l'égide de la guerre imminente avec la Chine dans le Pacifique. C'est là que les mondialistes de gauche se sont indignés. L'UE n'a rien contre la Chine du tout, et les mondialistes de gauche aux États-Unis essaient même d'utiliser le décollage économique de la Chine dans leurs stratégies. Pourtant, Biden l'ignore et crée AUKUS. Un tel coup porté à l'OTAN, avec en toile de fond le renforcement de la souveraineté de la Russie et du même Cathay, l'indépendance croissante de la Turquie, de l'Iran, du Pakistan, ainsi que de certains pays arabes et africains (une série de coups d'État en Afrique est également un phénomène très intéressant, nécessitant une évaluation géopolitique) - n'aboutit qu'à un affaiblissement brutal de l'élite libérale mondiale, divisée sous leurs yeux le long de la ligne - Anglo-Saxons/Européens et autres "alliés" oubliés.

20210821_usd000.jpg

Biden a déjà réussi à frustrer la droite et la gauche mondialistes de cette manière, au milieu d'un bras de fer incessant avec les Trumpistes, qui se sont retrouvés dans une position d'opposition fermement réprimée. Lorsque Biden joue les faucons et se rapproche des néocons, il porte un coup au CFR (les mondialistes de gauche). Quand, au contraire, il essaie d'être une colombe, les mondialistes de droite entrent dans une colère noire. Si Joe Biden n'est pas un parfait perdant dans cette situation, alors qu'est-il ?

Cette situation est unique. Jamais, au cours des dernières décennies, la politique américaine n'a été aussi contradictoire, incohérente et carrément vouée à l'échec. C'est la chose la plus importante à retenir. L'Amérique est plus faible que jamais. Et c'est ce dont nous devons tirer parti. Trump s'est attelé à retirer la mondialisation de l'ordre du jour et à se concentrer sur les questions américaines, de manière consciente et responsable. Et il a négocié durement sur chaque question avec les représentants de la multipolarité croissante. Biden, paradoxalement, s'est révélé encore plus utile aux pôles multipolaires - il est tout simplement en train de détruire rapidement l'Amérique, et plus le mondialisme agonise, plus l'humanité voit clairement la faiblesse de quelqu'un qui prétendait encore récemment être le leader incontesté. Pour être réaliste (c'est-à-dire un peu cynique), mieux vaut un ennemi faible et impuissant comme Biden qu'un partenaire rationnel et conscient de lui-même comme Trump. Bien sûr, Biden est le mal absolu et un échec épique pour les États-Unis. Mais pour tous les autres... eh bien, eh bien, eh bien. Il y a quelque chose que nous commençons à aimer chez le vieux Joe...

6_123.jpg

C'est ce dont la Russie devrait profiter activement en ce moment. Le déclin rapide de l'hégémonie mondiale américaine libère de vastes possibilités dans le monde entier - des territoires, des pays, des nations, des civilisations entières. Par inertie, certains pourraient craindre l'alliance anglo-saxonne, en disant que la Grande-Bretagne revient, qu'ils vont maintenant s'allier aux États-Unis et aux pays du Commonwealth et restaurer leur emprise coloniale. (Nous parlerons du projet QUAD, plus sérieux, dans un autre article.) Qui va le restaurer ? La Grande-Bretagne n'est plus un véritable sujet de l'historie en cours depuis longtemps. Il n'y a pas grand-chose à dire sur l'Australie. D'ailleurs, la présence financière et même démographique de la Chine dans le Pacifique est déjà un facteur gigantesque aujourd'hui. L'hégémonie se réduit et recule partout. Il y a là une chance pour un grand projet continental de Lisbonne à Vladivostok (dans l'esprit de Thiriart et de Poutine), pour une alliance eurasienne russo-chinoise, pour un nouveau cycle dans les relations entre la Russie et le monde islamique, et pour une avancée en Afrique et en Amérique latine.

    L'Amérique est en recul. Nous devons passer à l'offensive.

Cela nécessite une stratégie, une détermination, une volonté, une concentration des forces. Et ce qui est essentiel, c'est que cela nécessite une idéologie. La grande géopolitique exige de grandes idées. À l'heure actuelle - tant qu'il y aura un idiot au pouvoir aux États-Unis - la Russie a une chance historique non seulement de rendre la multipolarité irréversible, mais aussi d'étendre de manière spectaculaire son influence à l'échelle mondiale. L'hégémonie disparaît. Oui, c'est un dragon blessé, et il peut encore frapper fort et douloureusement. Mais il est à l'agonie. Nous devons donc faire attention aux douleurs fantômes de l'impérialisme, mais nous devons aussi garder la tête haute. Nous devons nous préparer à une contre-offensive. Tant que les choses sont telles qu'elles sont, c'est notre chance historique. Ce serait un crime de le manquer. Notre Empire est tombé en 1991. Aujourd'hui, c'est leur tour. Et il est de notre devoir de revenir dans l'histoire en tant qu'entité géopolitique pleinement souveraine et indépendante.

tg-Nezigar (@russica2)

vendredi, 03 septembre 2021

La fin du monde unipolaire plutôt que la fin de l'histoire

838_000_app2002102179305.jpg

La fin du monde unipolaire plutôt que la fin de l'histoire

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/konec-odnopolyarnogo-mira-vmesto-konca-istorii

Francis Fukuyama a récemment écrit un article assez objectif et équilibré sur la fin de l'hégémonie américaine. 

Au début des années 90, Fukuyama s'est empressé d'annoncer la victoire mondiale du libéralisme et la fin de l'histoire. Il a ensuite corrigé sa position. Au cours de mes conversations personnelles avec lui, j'ai acquis la conviction qu'il comprend de nombreux processus mondiaux de manière assez réaliste et qu'il peut admettre des erreurs dans ses prévisions - un trait rare chez les politologues, généralement narcissiques, qui se trompent tous les jours et sont encore plus arrogants à cause de cela.

Maintenant, ce que Fukuyama dit est ceci. Le retrait d'Afghanistan n'est pas seulement la cause de l'effondrement de l'hégémonie américaine, mais seulement son point final. Cette hégémonie a commencé à s'effilocher il y a dix ans, lorsqu'il est devenu évident que la stratégie américaine au Moyen-Orient, mise en oeuvre au début des années 2000, avait échoué, et que la crise financière a sapé la confiance dans la stabilité de l'économie américaine.

Mais la chose la plus effrayante pour les États-Unis, ces derniers temps, a été le profond clivage public sur la politique intérieure, et surtout sur Trump. Cette fois, non seulement le transfert pacifique du pouvoir des républicains aux démocrates n'a pas eu lieu, mais la polarisation des partisans et des opposants de Trump a amené le pays au bord de la guerre civile. Par conséquent, selon Fukuyama, ce qui fait peur, ce n'est pas le retrait des troupes d'Afghanistan, qui était attendu depuis longtemps, mais la situation dans laquelle il s'est produit sur fond de processus politiques intérieurs aux États-Unis.

41OgU3ua9xL._SX302_BO1,204,203,200_.jpgBiden, qui, à l'origine, n'était pas considéré comme un président légitime par les républicains, apparaît désormais comme un parfait perdant et un idiot impuissant. À cela s'ajoutent les critiques des néoconservateurs, qui fondaient de grands espoirs sur Biden, critiques suivies de celles formulées par les alliés britanniques. Aujourd'hui, il est considéré, même par ses partisans, comme un vieil homme dément à qui tout échappe - mêmes les Afghans cachés dans les trains d'atterrissage des avions américains.

    Fukuyama déclare : les Etats-Unis ne sont plus l'hégémon de la politique mondiale. La multipolarité est un fait accompli.

Cependant, Fukuyama propose de ne pas peindre le tableau en des tons trop criards. Les États-Unis sont toujours la plus grande puissance mondiale. Mais désormais, elle doit chercher des alliés et compter avec d'autres puissances.

Il convient d'examiner ce que le conseiller de l'administration Fukuyama conseille à l'administration Biden en matière de politique étrangère. Le tableau est le suivant: le monde unipolaire est passé entre 1989 à 2008 à une nouvelle bipolarité, et maintenant le déclin de l'unipolarité en direction de la multipolarité a commencé. 

Et maintenant, les principaux adversaires de l'Occident ne sont pas tant les extrémistes islamiques (bien que Fukuyama lui-même, au moment de la montée de l'unipolarité, ait formulé une thèse plutôt idiote sur l'islamo-fascisme comme principal ennemi), mais les nouveaux pôles que sont la Russie et la Chine. Pour les combattre - c'est nous ! - Fukuyama invite à se concentrer sur ces deux môles de puissance tellurique. Tout est de retour à la case départ, mais dans de nouvelles conditions et de nouvelles proportions.

Et par conséquent, comprend Fukuyama, sans la finaliser, nous devrions revenir à la pratique consistant à opposer les radicaux islamiques à la Russie et à la Chine. Par conséquent, il ne considère pas le fait même du retrait de l'Afghanistan comme une grande tragédie. Elle libère les mains de Washington pour retourner l'agression des talibans (hors-la-loi en Russie) contre la Russie et la Chine. 

9782070304431_1_75.jpgLes militants pachtounes ne seraient pas vraiment intéressés par la construction d'une nation (par un "nation building"). Cela ne fait pas partie de leurs objectifs historiques. Les Pachtounes sont un peuple de guerriers. Presque personne ne les a jamais maîtrisés, sauf brièvement. D'ailleurs, nos Cosaques russes nous rappellent cela: campagnes militaires, attaques, avancées et retraites rapides, utilisation parfaite du paysage pour la guérilla - voilà la vie des Cosaques russes. La guerre comme vocation. Un travail paisible pour les autres.

    Les Pachtounes sont les cosaques afghans, mais multipliés par un million. Et si oui, quel genre d'état...

C'est sur cela que Fukuyama et apparemment Biden comptent. S'ils réussissent à nouveau, comme à l'époque du monde bipolaire, à opposer les radicaux islamiques à la Russie et à la Chine, les États-Unis auront encore un peu de temps pour exister historiquement. Ils espèrent se reconstruire pendant cette période, consolider leurs positions et panser leurs plaies.

La conclusion est simple : l'essentiel pour la Russie est de ne pas laisser cela se produire. Et ici - parce que c'est une question de vie ou de mort - tous les moyens sont bons. Si Moscou et Pékin élaborent une stratégie efficace pour faire face à la nouvelle réalité de l'Afghanistan et du monde islamique en général, nous pourrions non seulement garantir nos intérêts, mais rendre irréversible l'effondrement de l'hégémonie occidentale.

Fukuyama lui-même n'écrit rien sur ce sujet, bien sûr, espérant que nous ne lisons pas assez attentivement son texte qui s'adresse aux stratèges de la Maison Blanche. Mais nous l'avons lu assez attentivement. Et nous sommes d'accord avec lui : l'Occident s'effondre. Ce qui signifie qu'il faut pousser ce qui tombe (Nietzsche: "Was fällt soll man noch stossen"). Et mettre en exergue certaines des faiblesses que Fukuyama lui-même nous a suggérées.

samedi, 14 août 2021

Sur la guerre de demain et sur l'ordre mondial post-occidental

Caucasian-soldier-using-holographs-in-co.jpg

Sur la guerre de demain et sur l'ordre mondial post-occidental

Irnerio Seminatore

Source: http://www.ieri.be/fr/publications/wp/2021/ao-t/sur-la-gu...

***

TABLE DES MATIÈRES

Paix et guerre, une coexistence historique

Gouverner la guerre?

T. Hobbes, de "l'état de nature" ou de l'insociabilité de l'homme

La "Loi contre le Séparatisme" en France et la "Guerre Civile" menaçante

Hobbes, la société sans maître et la dictature consulaire

L'impérialité mutipolaire et ses guerres

Diplomatie et guerre. Sur les grandes rivalités hégémoniques

Le "Mémorandum Crowe" et la rivalité anglo-allemande

La "Déclaration Stoltenberg" et la rivalité sino-américaine

La prise de conscience historique et la subordination de la démocratie à l'hégémonie

La dés-occidentalisation du monde et l'asymétrie des volontés

L'amplification des dangers et la guerre de demain

Hétérogénéité du système et multipolarité

Fin de la stabilité hégémonique et monde post-occidental

"Conflits en chaîne" ou "révolution systémique"?

***

f5bc2531720d06b568ec714d35ce6e1c.jpg

Paix et guerre, une coexistence historique

Scruter les signes c'est maîtriser l'avenir, car tout est signe et indice dans les plus hautes combinaisons stratégiques! Dans le domaine de la menace et du défi de la mort imminente, toute mutation exige déchiffrement et interprétation, car le réel est instable et s'habille de configurations transitoires en mutation permanente. Agir c'est non seulement prévoir, mais interpréter les formes, à partir de manifestations infimes. En effet on peut passer soudainement de la prééminence stabilisatrice d'une politique sans combat, la dissuasion réciproque, à une stratégie de frappe en premier. Ce qui est constant dans l'affrontement belliqueux, c'est la destruction sanglante et la mort à grande échelle. Les pays faibles ou affaiblis deviennent des proies pour leurs rivaux prédateurs, car dans la guerre la violence est originelle et comporte, comme idée maîtresse, le principe d'anéantissement. En tant qu'action guerrière elle conjugue stratégie et politique et oppose l'affrontement à l'évitement du combat. Elle doit porter un préjudice à l'ennemi et pas seulement le tromper par la ruse. Pour les réalistes, une fois déchaînée, la guerre s'érige en sujet et refuse tout modèle et toute maîtrise à son encontre,car elle se commue en royaume de l'incertitude et en brouillard. Elle devient un pari, pris sur la décision et une affaire aventureuse et aléatoire. Puisque la guerre, en tant que conflit de grands intérêts reglé par le sang, est un acte de violence poussé à ses limites extrêmes et destiné à contraindre l'adversaire à exécuter notre volonté, quelle est sa nouvelle nature et quel sont les signes avant coureurs de la guerre de demain? Une ambition, une nécessité politique, une rupture? Si le centre de gravité de la guerre repose sur la psychologie des duellistes et sur leurs volontés de se battre, le fondement de leur nature est dans l'homme lui même. La concrète historicité du conflit repose sur les moyens, les modalités et les techniques, mais le principe de la guerre est an-historique. Ce principe est ancré dans l'inimitié et l'hostilité radicales, constamment renouvelés par la politique. Il est enraciné dans la nature imparfaite de l'homme et de la société, ainsi que dans le prix du sang à payer pour la course improbable vers le principe de coopération et la métaphysique de la paix. La guerre n'est pas une arène de la raison, même si l'histoire mondiale est un tribunal qui a pour mission de gouverner le monde. L'aphorisme d’Héraclite selon lequel "Polemos, pater panton" (la guerre est le père de toutes choses), exprime l'idée selon laquelle la loi plus générale, inexorable et immuable de la nature exige un gouvernement par l'homme des instincts fondamentaux et primaires, la bellicosité et la "jealous emulation", qui mènent irréversiblement à la guerre. Celle-ci cependant a un but constant, de créer de nouvelles relations de coopération, bref une paix plus sûre et meilleure. Gouverner au même temps la paix et la guerre est la tâche suprême de la politique mondiale, car la paix et la guerre, qui coexistent dans le monde, constituent les deux revers d'une même médaille, l'expression de l'autonomie de l'hommes des conditionnements de la vie sur terre, naturels et sociaux, surnaturels et physiques, coercitifs et libres.

Gouverner la guerre?

Gouverner la guerre! C'était l'ambition de la grandeur, de César à Napoléon, à Hitler! Gouverner le conflit c'est l'ambition du politique; bref de la politique et de l’État, ou de l'ubiquité du culturel et du social, par la contrainte du stratégique et du militaire. Les théories de la guerre et les philosophies de l'histoire constituent les deux revers de l'être et du devoir être, comme contradiction du réel et de l'idéal, sous la législation de l'intention hostile et de l'Histoire turbulente, autrement dit, d'une idée pessimiste de l'homme, gouverné par la chute, par le Mal et par la nature insociable de l'homme (Hobbes). L'homme gouverné par le fanatisme du Bien ne peut être conduit que par l'idée d'une croisade ou par une inspiration faible, celle de la paix, de la seule coopération et d'un multilatéralisme de groupe, bref, par une "gouvernance civile" et a-stratégique (Union européenne) ou par une "défense collective" (OTAN), menées sous la houlette d'un tutorat brutal (américain).

Le prix de la mort et de la destruction inhérent à la guerre exige une qualité civique, la citoyenneté et une légitimité incontestable, celle d'un pouvoir souverain, maître de la décision d'exception, l'ouverture des hostilités, du commandement politique, l'ordre de mourir, et de l'insatiable volonté de nuire et de détruire, plier la volonté de l'autre ou des autres.

La guerre commence, s’affirme et se termine par la destruction de tout système dogmatique de pensée. Elle résulte à chaque fois et d'abord d’une percée intellectuelle. Or, le système dogmatique de nous jours, en Europe, consiste à émousser par le droit, l’économie, le scientisme et l’humanitaire, l’effet brutal de l’épée, du sang, de la destruction et de la mort. En effet c’est l’élément culturel qui constitue le concept d’ennemi et avec lui tout concept de guerre.

hobbesthomas.jpg

T. Hobbes, l'état de nature ou l'insociabilité de l'homme

Thomas Hobbes, lorsqu’il s'exprime sur la guerre avait été précédé par Machiavel, Grotius et Pufendorf et ces deux derniers par la prééminence philosophique d'Aristote et de Cicéron. Leurs postulats implicites vont commander aux spéculations sur la guerre de demain, en distinguant ce qui est variable, l'historicité des moyens et des modes de combat, soient-ils stratégiques ou tactiques, de leurs traits invariants et marquants, le caractère politique de la guerre et l'occurrence an-historique de l'affrontement belliqueux. Les occasions infiniment renouvelées d'hostilités entre les hommes et entre les États imposent la distinction sur les différents usages de la violence brute, puisque la guerre implique la mise un œuvre planifiée et à long terme d'une politique de défense et de sécurité, à caractère proprement géopolitique et stratégique. La politique de défense est fondée sur la taille de l'ennemi, la passionalité du peuple, l'espérance politico-stratégique de gain, les prévisions des buts, le calcul des moyens, les renseignements disponibles, l'état de la société et l'univers de la parole et des images, qui sont des pouvoirs puissants et inséparables de la pratique de la guerre. Il s'agit des aspects tactiques et opérationnels, ceux de la bataille, des duels et de la conquête des cœurs. Tout autre est par contre l'importance, pour la transformation du champ diplomatique et par les acteurs aux prises, de la constitution de coalitions et d'alliances, afin d'équilibrer ou déstabiliser le jeu adverse et maintenir ou consolider la cohésion entre les alliés, autour de principes communs. Le débat actuel sur la guerre de demain, robotisée, numérisée, atomique et spatiale appartient au domaine du combat et du terrain, tandis que l'état d'insécurité appartient à l'ordre dominant des États, à la condition hiérarchique et au même temps chaotique des unités politiques, à leurs équilibres et rapports de forces, ou en d'autres termes, à l'état de nature perpétuelle "des monstres froids". Cependant l'expérience de la guerre entre les États, qui a été lourdement oubliée par les européens, n'ajoute rien à la guerre civile entre citoyens et non citoyens, à l'intérieur des différents pays-membres (entre croyants en la valeur de l'autorité établie et opposants de toute nature au principe d'autorité et de leadership, principalement étrangers). La guerre entre puissances souveraines est en effet de même nature que celle entre races, ethnies et peuples, décolonisés, insurgés, anarchistes, LGBT, wokistes et black-matters, qui vivent dans les entrailles des sociétés et pullulent dans le désordre de ses ruines. Il s'agit d'assemblages chaotiques de masses sans "surmoi", encore endormies dans l'esclavage intellectuelle de l'humanité, qui n'a jamais cessé d'exister et qui perdure dans l'illusoire robotisation des esprits, sous le vernis hideux de l'égalité et de la civilité apparente.

loi-separatisme-8.png

La "Loi contre le Séparatisme" en France et la "Guerre Civile" menaçante

Tout vaux mieux, pour Hobbes, que la guerre civile. La France voudrait l'éviter, tardivement, par la "loi contre le séparatisme" et pour le "Respect des principes de la République", votée à l'Assemblée Nationale le 23 juillet 2021. A propos de la guerre civile,dont le risque est cachée sous le terme de "séparatisme", une analogie s'impose. En situant "l'état de nature" qui caractérise las rapports inter-étatiques au même niveau que celui des rapports internes, Hobbes donne tout son sens aux relations d'hostilités qui assimilent en profondeur les deux types de guerre, la crainte permanente de la mort violente, ou encore la désagrégation des États. Ainsi "l'état de société" ressemble à "l'état de nature", et celui-ci est déjà la guerre de demain, mais de l'intérieur. Or, puisque "l'état de nature" est identifié à l'hostilité et au chaos, l'état d'insécurité qui en résulte est une condition de déchirement, où le pouvoir commun cesse d'assurer l'ordre et la sécurité et chacun reprend en main son droit de se défendre par lui même (Jus gladii privati). Cette condition de dissolution et de calamité, si semblable aux "zones de non droit" des banlieues françaises, soumises à une loi incompatible avec celle de l’État en place, la Charia, fait naître le besoin d'un maître, car n'importe quel régime ou quelle tyrannie vaux mieux, dit Hobbes, qu'une société sans maître et sans lois. Sans un gouvernement "d'arbitrage", au sens de l'équilibrage des forces et de gouvernement des affaires courantes, les hommes et les groupes vivraient dans un état de "guerre civile permanente".

Hobbes, la société sans maître et la dictature consulaire

Là où les regroupements sociaux ont de surcroît des appartenances culturelles et civilisations antagonistes et étrangères, comme en beaucoup de pays occidentaux, la fonction d'arbitrage du pouvoir doit s'imposer comme autorité inconditionnelle et, si nécessaire, comme "dictature consulaire" ou dictature transitoire, appuyée sur les légions, plutôt que sur le Sénat, sur la décision plutôt que sur la délibération sans fin. La dictature consulaire n'est guère à confondre avec la tyrannie, qui est l'abus de pouvoir de gouvernants qui se placent eux mêmes en état de guerre contre le consensus des dominés, suscitant une "rébellion". Un tel recours à l'arbitraire de la part des gouvernants, typique de l'état de nature et de l'absence de lois qui le caractérise, provoquerait, chez les individus, d'après Locke, le droit naturel de se défendre. Le but d'éviter une rechute dans le chaos et d'éviter la dissolution de la société, qu'elle puisse s'appeler, France, Allemagne ou Europe, rend plausible, suivant les classiques, un recours à un gouvernement, qui embrasse à la fois les deux concepts, de paix et de guerre,afin de préserver la cohésion sociale De paix, puisque la paix n'existe pas en nature et elle est l’œuvre de la politique et de l’État et de guerre, sanglante et brutale, car la guerre, en vue de la paix civile est un moyen en vue de sa fin,autrement dit, la pacification durable des hommes. En réalité, si la paix a pour cadre général et artificiel la société civile, elle s'accomplit dans la cité et dans la nation. En Europe, selon le modèle augustinien de la séparation des deux cités, de Dieu et de César, en Islam, selon la loi divine, supérieure et unique du Coran. Guerre de religions et guerre des dieux ? C'est l’enjeu de la guerre de demain sur le plan intérieur. La guerre, comme gouvernement de la coexistence entre les États, implique une coexistence complexe de la paix et de la guerre et donc un difficile gouvernement du système-monde. Le désordre chaotique des États et de leurs regroupements géopolitiques doivent en somme cohabiter avec "l'insociable sociabilité" des sociétés civiles de Hobbes. Dans ce cas, l'idée de paix fait figure d'ultime rationalité de l'espoir humain.

9383b68212722000.jpg

L'impérialité mutipolaire et ses guerres

La guerre inter-étatique de demain sera dictée, comme toujours, par un cumul de crises sans issues. La recherche d'un espace de liberté de la part des unités politiques majeures sera portée par la logique de prééminence ou de suprématie, qui ne coïncidera pas toujours avec le concept d'impérialité hégémonique et sa vision. La naissance de celle-ci a précédé la naissance de l'Europe et a comporté une série séculaire d'affrontements sanglants. Quant à l'Europe d'aujourd'hui, structurellement allergique à tout projet de prise de souveraineté et à toute culture agonistique, ses guerres seront dictées et presque imposées par son avenir eurasien et euro-atlantique, une posture inconfortable qui la lie, par l'histoire à son passé civilisationnel et par la géopolitique à sa dimension euro-continentale. Les formes politiques de ces enchevêtrement de conflits ne serons plus celles menées par les démocraties parlementaires des États nationaux, mais celles autocratiques ou présidentialistes des empires continentaux de jadis.

L'Europe des nations, issue du reflux de la mondialisation (2015-2021), n'est plus celle des nationalismes offensifs et rivaux des entre deux guerres, mais celle de la sauvegarde de leurs identités menacées. Le contenu de l'idée nationale est autre aujourd'hui que par le passé. La politique de dissociation nationale (Brexit) et d'intégration impériale (atlantisme), répugne à la France, isolée et déclinante, mais séduit l'Allemagne montante, dépourvue de la vieille conscience historique et passée de la doctrine du "peuple-maître" à celle du "peuple-partenaire", mal cousue dans les habits d'un fédéralisme administratif et d'un européanisme exsangue. La France, minée de l'intérieur par l'effondrement de l'autorité est à l'aube d'une "surprise stratégique" venant de l'intérieur, par la remise en cause, qui lui sera fatale, de son unité constitutive, le peuple-nation.

Quelle que soit la part de l'Europe dans les batailles pour la suprématie du système, la victoire militaire, au plan historique, sera t-elle encore, celle des puissances maritimes, auxquelles elle appartient? Dans une conjoncture totalement inédite, les guerres majeures de demain seront des guerres d'une impérialité multipolaire, à échiquier systémique, à projection planétaire et au choc violent et rapide, dévalorisant le principe de l'équilibre des forces. Les acteurs mineurs, européens et asiatiques, joueront leur partition robo-numérique, en vassales de chaque pôle, sous la coordination autoritaire des trois maîtres dominants de bloc (États-Unis, Chine et Russie), et les buts de guerre assignés, excluront toute paix de compromis.

Il s'agira de guerres d'anéantissement ou de soumission, car la violence paroxystique de leurs concepts stratégiques excluront toute coexistence civilisationnelle. L'enjeu sera, dès le début, une impérialité sans partage et celle-ci aura une dominance, scientifique, cognitive et intellectuelle, qui soumettra l'affrontement global, aux ambitions et aux projets de leurs maîtres.

unnamultimed.jpg

Le monde des Impérialités établies sera soumis à une sorte de "soft balancing" de la part des puissances régionales existantes, réagissant, en contre-tendance, à toute politique de primauté. Cette évolution n’infirme pas la considération de fond que la solution des problèmes majeurs exigera toujours une intervention ou un soutien de la part des puissances majeures. L’avenir du multilatéralisme, asservi à la logique des grandes puissances sera un multilatéralisme de groupe, qui pourra jouer un rôle influent, à la condition qu'il y soient inclus les grands acteurs du système.

Quoi donc de la future distribution des pouvoirs intermédiaires, ou encore de la démographie et des ressources? Quoi de la justification et de la légitimité des nouvelles hiérarchies et des nouveaux souverains-gouverneurs? Dans ce nouveau Moyen-Age post-moderne de l'affrontement, nous assisterons à l'émergence d'une nouvelle sacralité du pouvoir,ritualisé avec des liturgies modernisés, à la manière des anciens royaumes, légitimant, aux jeux des opinions, la victoire de la robotique guerrière et de la puissance numérique. Entre l’Égypte des Pharaons et la ruche des abeilles, l'architecture des souverainetés impériales choisira les formes de soumission du travail planétaire et le nouveau servage des continents, où des lutte pour la liberté, marginales et rebelles, rappellerons l'ancien mythe de Sisyphe.

Les masses dépolitisées des ingénieurs, scientifiques, business-man et financiers, apporterons leurs savoirs et compétences aux plate-formes systémiques des États majeurs, jusqu'à la surveillance semi-permanente des données sensibles. La géopolitique des données constituera le reflet et la substance de cette rupture culturelle et scientifique .

In fine, dans ce tournant décisif du procès historique, l'opprobre impérial tombera sur la démocratie, l'égalité et l'histoire sociale du progrès et la nouvelle ère sera inégalitaire, positiviste, post-humaniste et post-hégélienne, dessinée par la force de transformation des rivalités de la triade (Chine, États-Unis et Russie) et par la montée des périphéries du monde.

A partir d'ici, l'histoire du futur engendrera une nouvelle guerre contre la renaissance de la dialectique de la raison, philosophiquement iconoclaste et l'Impérialité s'en défendra avec acharnement. Le rêve même de la grande Harmonie se désagrégera alors de l'intérieur et tombera en ruine, enfermé par la grande muraille de l'oubli et des utopies.

Un débat se fait jour dans l'immédiat sur la guerre inter-étatique de demain, s'interrogeant sur la forme que prendra le conflit, de haute intensité, de "guerre sans limites", ou encore de "guerre invisible", secrète et souterraine? La conjoncture que nous vivons, par sa réticence dans l'emploi de la force militaire de la part des acteurs majeurs de la scène internationale et de de l'extension visible des domaines de l'affrontement, impliquera "un changement de la grammaire stratégique, mais pas de la logique de la guerre" (Clausewitz). Il en résultera un nouveau visage de la guerre, profondément modelé par la révolution technétronique et par le complexe militaro-numérique, qui affecte la stratégie des moyens et le champ de bataille, provoquant une inversion de l'innovation qui va désormais du civil au militaire et du stratégique au politique.

L'impérialité, comme tendance à la suprématie et à l'empire découle d'une vision moniste de l'histoire, à la différence de la multipolarité, fondée sur l'hétérogénéité et le pluralisme des États, unifiés par l'unicité du système et distincts par la race, par la culture et l'histoire.

51s5tOl4y-L._SX355_BO1,204,203,200_.jpg

Diplomatie et guerre. Sur les grandes rivalités Hégémoniques

Le "Mémorandum Crowe" et la rivalité anglo-allemande

Dans le contexte des théories sur la "montée pacifique" de la Chine et sur l'avènement d'un "monde harmonieux", le niveau d'assurance de ces déclarations dépend du niveau de crédibilité de la diplomatie et du degré de confiance, induit par la stabilité régionale. Ces deux référents peuvent être compromis par le développement de la technologie et des systèmes d'armes, conçus en vue d'acquérir une avancée stratégique significative et cet impact amène en retour à une course aux armements et à des risques de conflits. C'est au sujet d'une analyse comparée des équilibres internationaux du concert européen du XIXème et des perturbations dans le calcul des rapports de force, successifs à l'unification de l'Empire allemand en 1871, que le débat sur le destin national de la Chine (2007-2010), a suscité une quête sur les sources de la confiance d'un pays millénaire, la tradition, l'idéologie et l'esprit national. L'analyse historique semble avoir démontré que les causes du conflit de la première guerre mondiale en Europe furent moins les structure des rapports de forces issus de l'unification allemande, que les enjeux et les ambitions des élites de l'Empire et, parmi d'autres importants facteurs, le plus influents de tous, le nationalisme et les irrédentismes diffus. La rivalité anglo-allemande, qui se greffait sur cette tension permanente, domina la politique européenne de la fin du XIXème, lorsque le monde se résumait à l'Europe et fut caractérisée par les difficultés d"une diplomatie rigide et sans flexibilité, limitant le champ d'action des principaux pays du concert européen. En effet, compte tenu de l'unification de l'Allemagne montante, qui se sentait entourée d'hostilité et de limites à son influence, poussa le Foreign Office britannique à s'interroger sur la menace objective de l'Empire allemand, pour sa survie et pour la compatibilité de la montée en puissance, surtout navale, d'un pays continental, avec l'existence même de l'Empire britannique.

03-2-4.jpg

Aujourd'hui comme hier la compétition est devenue stratégique et la limitation des espaces de manœuvre consentis, a provoqué la lente création de deux blocs d'alliances rivales, auxquelles le nationalisme ou le souverainisme renaissants fournissent l'aliment idéologique pour les futurs belligérants. En ce qui concerne l'analogie historique, toujours imprécise, entre la situation européenne du XIXème et celle eurasienne du XXIème, la question de fond,qui préoccupait la Grande Bretagne de l'époque et les États-Unis d'aujourd'hui, était de savoir si la crise d'hégémonie et le problème de l'alternance qui iraient se manifester, étaient dus à la structure générale de la configuration du système ou à une politique spécifique de l'un ou de l'autre des deux "compétitors" et si, in fine, l'existence même de l'empire américain serait menacée et avec elle, celle de l'Occident et de la civilisation occidentale, jusqu'à sa variante russo-orthodoxe. Le "Mémorandum Crowe", dans le cas de l'Allemagne montante et dans le cadre d'une analyse de la structure de la puissance, concluait pour l'incompatibilité entre les deux pouvoirs, britannique et allemand, et excluait la confiance et la coopération de la part de la Grande Bretagne. Ainsi l'importance des enjeux, interdisait à celle-ci d'assumer des risques et l'obligeait à prévoir le pire. Ce qui arrivera avec la première et deuxième guerre mondiales.

La "déclaration Stoltenberg" et la rivalité sino-américaine

Y t-il quelque chose d'équivalent du "Mémorandum Crowe" dans la crise d'hégémonie des États-Unis et dans la montée en puissance de la Chine, comparable à celle des deux pouvoirs anglo-allemand du XIX /XXème siècle et, dans notre cas à l'existence même de l'Occident?

Partie et juge de ce "Grand-Jeu" d'alternance historique, l'Alliance Atlantique, devenue une alliance de sécurité à perspective globale, par la voix de son Secrétaire Général, Jens Stoltenberg, a souligné l'importance du "moment charnière" de l'OTAN, dans le but de relever la gravité de l' inversion de prééminence entre États-Unis et Chine et l'exigence, pour les puissances occidentales, d'en relever le défi.

53141633_401.jpg

L'hégémonie chinoise paraît inacceptable à l'Amérique impériale, comme l'allemande à la Grande Bretagne du XIXème siècle et, par l'intermédiaire de l'OTAN en Europe et de l'Anzus en Extrême Orient, elle doit apparaître comme telle, à une grande partie de ces pays.

Ainsi le Sommet du 15 juin 2021 à Bruxelles pourra-t-il avoir la même signification et portée pour les États-Unis que le "Mémorandum Crowe" pour l'empire britannique du XIXème? L’ambiguïté des interprétations n'exclut pas le risque du pire. Donner la priorité à l'isolement de la Chine et à la désescalade avec la Russie, en a été la lecture plus optimiste pour le destin de l'Occident L'idée de créer une alliance mondiale des démocraties à deux pôles, l'OTAN, pour le théâtre européen et le Quad (Usa, Japon Australie et Inde) pour l'Asie-Pacifique, a justifié, en arrière fond, deux projets concordants, une indépendance politique et une autonomie stratégique de l'Europe vis à vis des États-Unis et simultanément la recherche d'un apaisement vis à vis de la Russie. Face à la résilience de l'Alliance atlantique et à l'influence grandissante de la Chine, la menace immédiate est apparue cependant celle de la Russie (Ukraine, Bélarus et Pays Baltes), restaurant la confiance contradictoire des élites asservies à l'Amérique déclinante.

La prise de conscience historique et la subordination de la démocratie à l'hégémonie

Ainsi, sommes nous étonnés qu'une alliance politique et militaire (l'OTAN), à un "moment charnière" de son histoire, fonde, par une déclaration de son Secrétaire général, sa prise de conscience historique sur un tournant décisif dans l'évolution du monde comme géopolitique accomplie et qu'elle présente ce moment comme une leçon pour l'avenir et comme une liaison du présent et du passé? Moment éclairant ou paradoxe sans précédents? Que signifie-t-elle cette conscience, si non l'inscription de notre futur proche dans les déterminismes des grandes forces historiques, autrement dit dans les traits originaux d'une conjoncture planétaire, où une seule question est essentielle: "Le "Grand Jeu" du XXIème siècle se passera-t-il à l'intérieur du système ou sera-t-il une remise en cause de ce dernier, remettant en question la structure et la hiérarchie de celui-ci et renversant la civilisation de l'Occident?" Dans cette perspective le dilemme de la paix et de la guerre n'est plus une pure hypothèse, mais un alignement nécessaire à Hégémon, dont la portée transcende le conjoncture et concerne l'histoire de l'humanité toute entière. Avoir l'idée d'être engagés dans l'histoire suppose, pour une collectivité donnée,d'avoir une vision plus large de la simple connaissance, incluant un choix d'action, comme un engagement "libre" et à haut risque.

Concrètement et stratégiquement l'antagonisme sino-américain au Sommet de Bruxelles, a pris le dessus sur le rapprochement russo-chinois, de telle sorte que la logique de la contingence transforme la nature traditionnelle des concepts et que la démocratie devient un instrument de l'hégémonie (et pas le contraire); une modalité pour garder ou pour atteindre le pouvoir global, puisque la protection et la sécurité sont conditionnées par l'obéissance (Hobbes).

liuMGf.jpgDès lors le débat sur le "destin national" (Liu Mingfu), qui s'est tenu en Chine dans les années 2010, a quitté le terrain du politique pour devenir le mode de penser d'une civilisation en marche et d'un puissant univers qui ré-émerge et s'affirme (Chine) à l'échelle mondiale.

La menace régionale est devenue systémique et elle n'est plus seulement d'ordre militaire mais repose sur l'unité organique d'un "sens", qui mobilise les esprits et les forces de toute une époque et trouve sa forme accomplie non pas dans un régime politique précaire et abstrait (la démocratie et l'universalisme politique régnant et contingent), mais dans l'empire, la forme "perfectissima" du gouvernement des hommes, transcendant la politique et les changements séculaires des équilibres des pouvoirs.

Pouvons nous dire avec certitude qu'une hégémonie politico-culturelle sur l'Eurasie, plus encore qu'une supériorité politico-stratégique menace l'indépendance des autres États du monde et l'existence même de leur souveraineté?

La logique du doute est de méthode, car le critère de l'ami et de l'ennemi reste latent dans la politique intérieure et sert à briser toute opposition (Navalny, Hong-Kong, Taïwan, Xinjiang), remettant en cause la distinction traditionnelle de légalité et de légitimité, poussée à son extrême dans la politique internationale. L'ennemi devient une puissance objective et hostile et c'est là, dans les "moments charnière" de Stoltenberg, que la tension latente devient active et maintient l'histoire du monde en mouvement

La confiance stratégique et la coopération authentique d'un Sommet de l'OTAN pourront elles interdire, freiner ou retarder la confrontation ou le "duel du siècle"? De la part de qui et sous quelle forme viendra-t-elle la décision? Sera-t-elle individuelle ou collective, proche ou à long terme, vue l'énormité des enjeux et la rupture de la digue, fissurée par l'antagonisme des mondes, qui retient l’Himalaya et le Tibet de leur glissement tectonique vers les deux Océans, Indien et Pacifique, eux mêmes périclitants.

La désoccidentalisation du monde et l'asymétrie des volontés

Les formes de antagonisme dans les différentes régions de la planète est l'un des thèmes majeurs du "Rapport de la CIA sur l’État du monde en 2020", publié en 2005, au titre significatif: "La désoccidentalisation du monde". Celle-ci peut être résumée à une augmentation des dépenses militaires, bien supérieures à celles de l'Europe et donc à une inversion de l'asymétrie des moyens, comme preuve d'une asymétrie des volontés.

Dilemme global, dans un cadre géopolitique planétaire et contraignant, celui d'un système international en pleine transformation, dont les principes constitutifs, la hiérarchie et les interdépendances, sont contestés et remises en cause politiquement.

Le concept-clé de cette remise en discussion est celui de monde multipolaire et le cadre dominant celui de sa triade, États-Unis, Russie et Chine. L'Europe en revanche est entrée à nouveau dans un processus d'instabilité et de désagrégation (Brexit, fissuration est-ouest, tensions euro-turques, crises migratoires etc). Le terme extrême et radical de cette transformation s'appelle "guerre" et celle ci concerne la configuration système lui même, sa hiérarchie et sa philosophie, bref, son pouvoir et son impérialité historique.

L'amplification des dangers et la guerre de demain

Scruter les signes de cette évolution c'est maîtriser l'avenir, car tout est signe et indice dans les plus hautes combinaisons stratégiques! En effet on ne combat pas les accidents mais les vagues montantes et irrésistibles. Or, la guerre de demain c'est la menace d'aujourd'hui, qui grandit sous un nouveau visage et au cœur des défis les plus grands. La guerre de demain n'est pas seulement limitée à la modification du visage apparent de la guerre ou à sa "grammaire", mais, et encore plus, à l'extension de sa "logique" profonde, politique et systémique.

Cette logique s'appelle direction de l'histoire, ou, en d'autres termes, inversion d'une hégémonie montante, que nous appelons une 'impérialité, élevée à la sommité des événements par le sentiment métaphysique de l’homme. Or dans les guerres s'affrontent les peuples qui partagent les mêmes métaphysiques ou les mêmes dieux et toutes les divinités de la lutte, même endormies, sont réveillés par les passionalités des peuples en situation de danger.

dd3r8zs-f1ff40be-104c-4ce4-8b06-158e8258f948.jpg

Ainsi nous pouvons dire, par une sorte d'analogie hasardeuse, que la perte de l'unité stratégique de l'Occident, la crise des démocraties, l'émergence des régimes autoritaires et l'ère de la démondialisation actuelle, coïncident avec une période d'amplification des dangers, représentés par des ruptures de la rationalité dissuasive et, au niveau conventionnel, par des combats déréglés, hybrides et hors limites.

Hétérogénéité du système et multipolarité

Enfin, compte tenu de l'hétérogénéité du système, cette situation engendre une stratégie défensive de la part d'Hégémon, consistant à anticiper la dissidence de membres importants de la communauté d'appartenance (sortie de la Grande Bretagne de l'UE et l'éloignement de l'UE des États-Unis), en maintenant au même temps la cohésion des alliances (OTAN/ANZUS).

Au niveau des nouvelles incertitudes et des nouveaux défis, l'Europe aura des difficultés à établir une connexion entre la diplomatie multilatéraliste, pratiquée jusqu'ici et la diplomatie multipolariste dominante dans la scène planétaire. Le multipolarisme s'affirme comme tendance à la régularité classique des regroupements politiques dans l'organisation des relations internationales et la compréhension de cette évolution exige, aux vues de la puissance dominante du système (les États-Unis), de faire recours à deux grandes interrogations :

- Quelle stratégie adopter vis à vis d'une grande coalition eurasienne et anti-hégémonique, Russie-Chine-Iran ?

- Quelles hypothèses de conflits ouverts entre pôles et quels scénarios de belligérance entre pôles continentaux et pôles insulaires.

Fin de la stabilité hégémonique et monde post-ioccidental

La question qui émerge du débat sur le rôle des États-Unis, dans la conjoncture actuelle, en Europe et dans le monde, est de savoir si la "stabilité hégémonique" (R. Gilpin), qui a été assurée pendant soixante dix ans par l'Amérique, est en train de disparaître, entraînant le déclin d'Hégémon et de la civilisation occidentale, ou si nous sommes confrontés à une alternance hégémonique et à un monde post-occidental. La transition de la fin de la guerre froide au système unipolaire à intégration hiérarchique incomplète s'est précisé comme une évolution vers un pouvoir partagé et un leadership relatif.

258229._SY475_.jpg

41IwqeyZSiL._SX312_BO1,204,203,200_.jpg

La transition nouvelle (celle de la nouvelle guerre froide), s'est manifestée comme :

- l'incapacité d'Hégémon d'imposer un ordre planétaire contraignant et comme lente décomposition du moment américain (déclin progressif de l'unipolarisme capacitaire et de l'unilatéralisme décisionnel).

Cela s'est traduit:

- par le passage de la "global dominance" de la période unipolaire au "global leadership", qui définit une série d'équilibres de réseaux et une fonction d'arbitrage que la puissance dominante (USA) exerce au sein de ses équilibres de réseaux.

En ce sens, le "leadership global" des États-Unis, face a la Russie et à la Chine, dispose d'un large éventail d'options, lui permettant de faire recours à une panoplie des moyens politiques plus différenciés :

*un réseau mondial inégalé d’alliances militaires; des partenariats stratégiques de choix, à l’extrémité ouest du Heartland (Europe), ou dans la jonction intercontinentale du plateau turc et sur la façade littorale de Moyen Orient (Israël), ainsi qu'une constellation insulaire et péninsulaire des "pays pivots", tout au long du Rimland (Japon, Inde, Golfe)

* in fine, un multilatéralisme institutionnel et informel, alternatif et de convenance.

Au passif des États-Unis, ces atouts ne peuvent cacher les déconvenues et les échecs, dont le plus retentissant a été l'Afghanistan. Ici les leçons apparaissent en toute lumière: la reconquête du pouvoir par les taliban, la poursuite et l'extension de l’instabilité en Asie centrale au détriment de l’Ouzbékistan, du Tadjikistan et du Pakistan, et, indirectement de la Russie, mais à l'avantage de la Chine. La poursuite du conflit n'a d'autre but que de déstabiliser l'Iran.

En termes plus imaginatifs on pourrait traduire cette situation comme celle des souverains des trois empires qui, dans la "Grande salle du Millenium", enfouie au cœur du Karakorum, se disputent le monde, le billiard à côté du cercueil, le Groenland contre la Terre du feu et l’Arctique contre l'Antarctique aux confins des Océans, et sous le regard perçant de la Force, de la Justice et de la Morale.

Conflits en chaîne ou "révolution systémique"?

L'interrogation qui s'accompagne à ce déclin et à la transition vers un système multipolaire articulé, est également centrale et peut être formulée ainsi: "Quelle forme prendra-t-elle cette transition?"

La forme, déjà connue, d'une série de conflits en chaîne, selon le modèle de Raymond Aron calqué sur le XXème siècle, ou la forme plus profonde, d'un changement bouleversant de la civilisation, de l'idée de société et de la figure de l'homme, selon le modèle des "révolutions systémiques", de Stausz-Hupé, embrassant l'univers des relations socio-politiques du monde occidental et couvrant les grandes aires de civilisations connues? Dans ce cas, il apparaît évident que cette transition ne marquera pas un accord sur des principes de légitimité, pouvant assurer la stabilité du monde, comme aux temps du Congrès de Vienne de 1815, mais la concordance fatale d'un condominium sur le monde entre les États-Unis et la Chine, ou une guerre générale et totale pour la prééminence impériale, comme dans la guerre du Péloponnèse. Concordance inexorable, inhérente à la dimension contingente de l'histoire humaine et à la fatalité des destins politiques, selon l'interprétation globale du devenir et selon les modèles stylisés de "rupture", qui n'ont épargné aucune grande civilisation. Hier, comme aujourd'hui, la réflexion sur la guerre est à la base de toute philosophie de la paix, car la ruine d'un système est aussi la naissance d'un autre, lié à une autre idée constitutive, ou à une autre civilisation.

Bruxelles, le 11 Août 2021

***

VIDEOS

***

Les vidéos ci jointes ébauchent une réflexion sur une pédagogie européenne et internationale alternative et préludent à cinq réalisations thématiques, produites il y a cinq ans (2017).

Ces deux premières vidéos portent les titres:

"Changer d'Europe, sans changer de civilisation"

https://www.youtube.com/watch?v=BX72peB9Mm0


"La révolution des patriotes et la Reconquista de l'Europe"

https://www.youtube.com/watch?v=4u3k4gnfT7M

mardi, 27 juillet 2021

Alexandre Douguine: La souveraineté idéologique dans un monde multipolaire

822_992_vignette_Athena-statue.jpg

La souveraineté idéologique dans un monde multipolaire

Alexandre Douguine

Ex: https://www.geopolitica.ru/article/ideologicheskiy-suverenitet-v-mnogopolyarnom-mire

Un modèle multipolaire est clairement en train d'émerger - presque de prendre forme - dans le monde d'aujourd'hui. Il a remplacé l'unipolarité qui a émergé après l'effondrement du Pacte de Varsovie et surtout de l'URSS. Le monde unipolaire, quant à lui, a remplacé un monde bipolaire dans lequel le camp soviétique était géopolitiquement et idéologiquement opposé à l'Occident capitaliste. Ces transitions entre différents types d'ordre mondial ne se sont pas produites du jour au lendemain. Certains aspects ont changé, tandis que d'autres sont restés les mêmes par inertie.

La nature idéologique de tous les acteurs ou pôles mondiaux a été façonnée par les changements survenus dans l'image globale de la planète.

Une analyse plus approfondie de ces transformations idéologiques - passées, présentes et futures - est essentielle pour la planification stratégique.

Bien que les autorités russes aient la fâcheuse tradition de ne s'attaquer aux problèmes que lorsqu'ils se présentent et de n'accorder la priorité qu'aux réponses à donner aux défis immédiats (comme on dit aujourd'hui: "agir dans l'instant"), nul n'est à l'abri des changements idéologiques mondiaux. De même que l'ignorance de la loi ne dispense pas de la responsabilité, le refus de comprendre les fondements idéologiques de l'ordre mondial et de ses changements ne dispense pas les autorités politiques régaliennes - etla Russie dans son ensemble - de connaitre l'action des lois profondes, inhérentes à la sphère de l'idéologie. Toute tentative de remplacer l'idéologie par un pur pragmatisme ne peut avoir qu'un effet - relatif et toujours réversible - à court terme.

Dans un monde bipolaire, par conséquent, il y avait deux idéologies mondiales:

- Le libéralisme (la démocratie bourgeoise) a structuré le camp capitaliste, l'Occident mondial(iste);

- Le communisme était l'idée d'un Est socialiste alternatif.

Il existait un lien inextricable entre, d'une part, les pôles géopolitiques Est-Ouest et le zonage militaro-stratégique correspondant dans le monde (sur terre, sur mer, dans les airs, et enfin dans l'espace) et, d'autre part, les idéologies. Ce lien a tout influencé, y compris les inventions techniques, l'économie, la culture, l'éducation, la science, etc. L'idéologie a capturé non seulement la conscience mais aussi les choses elles-mêmes. Il y a longtemps qu'elle est passée du stade de la polémique sur les problèmes mondiaux à celui de la compétition au niveau des choses, des produits, des goûts, etc. Mais l'idéologie a néanmoins tout prédéterminé - jusque dans les moindres détails.

2ada3eeb5fbef785277425aa989b1ebe.jpg

Pour l'avenir, il convient de préciser que la Chine n'était pas un pôle à part entière dans le monde bipolaire. Au départ, le maoïsme faisait partie du camp de l'Est. Et après la mort de Staline, une période de refroidissement a commencé entre l'URSS, ainsi que ses satellites, et la Chine, mais ces réticences demeuraient strictement à l'intérieur du bloc communiste. Ce n'est qu'avec Deng Xiaoping que la Chine a finalement commencé à suivre une ligne géopolitique indépendante, lorsque Pékin est entré dans une ère de réforme et que l'URSS a entamé, elle, un processus de dégradation massive. La Chine n'a pas joué un rôle global - et encore moins décisif ! -- La Chine ne jouait pas de rôle à cette époque. 

Il est important de noter que ce n'était pas seulement le cas en URSS et dans les pays socialistes. C'était exactement la même chose à l'Ouest. Le libéralisme y était l'idéologie dominante. En même temps, l'approche bourgeoise, flexible, ne cherchait pas seulement à supprimer et à exclure son contraire, mais à le transformer. Ainsi, à côté des partis marginaux, principalement communistes et pro-soviétiques, il y avait la gauche "apprivoisée" - les sociaux-démocrates, qui acceptaient les principes de base du capitalisme mais espéraient les corriger à l'avenir par des réformes graduelles dans une veine socialiste. En Europe, la gauche était plus forte. Aux États-Unis - la citadelle de l'Occident - les forces de gauche ont subi de fortes pressions idéologiques et administratives de la part du gouvernement. Pour des raisons idéologiques.

Lorsque le Pacte de Varsovie a été dissous et que l'URSS s'est effondrée, un modèle unipolaire (américano-centré) a émergé. Au niveau géopolitique, il correspondait à la seule domination de l'Occident, à l'obtention d'une supériorité incontestée et d'un leadership total sur tous les adversaires potentiels (en premier lieu sur les vestiges du bloc de l'Est représenté par la Russie dans les années 1990). Cela se reflète dans les documents stratégiques les plus importants émis par les États-Unis dans les années 1990 : la doctrine militaire de la "domination à spectre complet" et la prévention de toute apparition potentielle, en Eurasie, d'une entité géopolitique capable de limiter de quelque manière que ce soit l'intégralité du contrôle planétaire américain. C'est ce qu'on a appelé le "moment unipolaire" (Ch. Krauthammer).

81wiL+h2ReL.jpg

La domination idéologique correspondait à l'unipolarité géopolitique. 

Dans les années 30, le communiste italien Antonio Gramsci a proposé d'utiliser le terme "hégémonie" principalement comme une expansion mondiale de l'idéologie capitaliste. Après la chute de l'URSS, il est devenu évident que l'hégémonie militaire, économique et technologique de l'Occident s'accompagnait d'une autre forme d'hégémonie - idéologique - à savoir la diffusion planétaire et totale du libéralisme. Ainsi, une seule idéologie - l'idéologie libérale - a commencé à dominer presque partout dans le monde. Elle était construite sur des principes de base, que l'hégémonie considérait et imposait comme des normes universelles :

- individualisme, atomisation sociale,

- l'économie de marché,

- l'unification du système financier mondial,

- démocratie parlementaire, système multipartite,

- la société civile,

- l'évolution technologique, et surtout la "numérisation",

- la mondialisation.

A tout cela s'ajoute le transfert de plus en plus de pouvoirs des États nationaux vers des organismes supranationaux tels que le Fonds monétaire international, la Banque mondiale, l'Organisation mondiale de la santé, l'Union européenne, la Cour européenne des droits de l'homme et le Tribunal de La Haye.

Cette idéologie est devenue dans le monde unipolaire non seulement une idéologie occidentale, mais la seule en vigueur.  La Chine l'a adoptée en termes d'économie et de mondialisation. La Russie de l'ère Eltsine l'a adoptée dans son intégralité.

unnaathena.jpg

Et là encore, comme dans le monde bipolaire, le champ de l'idéologie ne se limitait pas aux hautes sphères de la politique, il imprégnait tout - éducation, culture, technologie. Les objets et les dispositifs techniques mêmes du monde unipolaire étaient une sorte de "preuve" du triomphe idéologique du libéralisme. Les concepts mêmes de "modernisation", de "progrès" sont devenus synonymes de "libéralisation" et de "démocratisation". Par conséquent, l'Occident, renforçant son pouvoir idéologique, a renforcé son contrôle politique et militaro-stratégique direct. 

La Russie d'Eltsine était une illustration classique de cette unipolarité : impuissance en politique internationale, adhésion aveugle aux manipulateurs occidentaux dans l'économie, dé-souverainisation et tentative des élites compradores de s'intégrer au capitalisme mondial à tout prix. La Fédération de Russie a été créée sur les décombres de l'URSS dans le cadre du monde unipolaire, en ne jurant plus que sur les principes fondamentaux du libéralisme dans la Constitution de 1993. Dans un monde unipolaire, le libéralisme a encore progressé dans son individualisme et sa technocratie. Une nouvelle phase s'est ouverte lorsque la politique du gendérisme, la théorie raciale critique et l'horizon du futur proche - la transition de l'écologie profonde au posthumanisme, l'ère des robots, des cyborgs, des mutants et de l'intelligence artificielle - sont passés au premier plan de l'idéologie. Les ambassades américaines ou les bases militaires de l'OTAN dans le monde sont devenues des représentations idéologiques du mouvement LGBT mondial. Les LGBT ne sont rien d'autre qu'une nouvelle édition du libéralisme avancé.

    Mais la "fin de l'histoire", c'est-à-dire le triomphe du libéralisme mondial tel que l'espéraient les mondialistes (par exemple Fukuyama), n'a pas eu lieu.

L'hégémonisme (unipolaire) a commencé à vaciller. En Russie, Poutine est arrivé au pouvoir et, d'une main de fer, a entrepris de restaurer la souveraineté, sans tenir compte de l'agression idéologique des agents hégémoniques externes et internes (en principe, les deux font partie d'un même ensemble - la structure globale du libéralisme mondial). La Chine a émergé en tant que leader mondial, tout en maintenant la seule autorité du parti communiste et en préservant soigneusement la société chinoise des aspects les plus destructeurs du mondialisme - l'hyperindividualisme, le gendérisme, etc.

6df2ec9278176457c99cdc969bcfa67b.jpg

C'est ainsi que le prochain modèle d'ordre mondial multipolaire a commencé à prendre forme.

Et c'est là que la question de l'idéologie devient extrêmement aiguë. Aujourd'hui - conformément à l'inertie du monde unipolaire (qui hérite à son tour de l'idéologie d'un des pôles de l'Occident capitaliste bipolaire) - le libéralisme mondial conserve, sous une forme ou une autre, la fonction d'un système de pensée opérationnel. Jusqu'à présent, aucun des pôles complets émergents - c'est-à-dire ni la Chine ni la Russie - n'a remis en question le libéralisme en général, bien que la Chine rejette nettement la démocratie parlementaire, l'interprétation occidentale des droits de l'homme, la politique de genre et l'individualisme culturel.

La Russie, en revanche, insiste avant tout sur la souveraineté géopolitique, place le droit national au-dessus du droit international et est de plus en plus encline à un conservatisme (encore vague et non articulé). Cela dit, la Russie et la Chine (surtout en agissant ensemble) sont capables de garantir leur souveraineté en pratique au niveau stratégique et géopolitique. Il ne reste plus qu'une chose à faire : passer enfin à une véritable multipolarité idéologique, et opposer l'idée libérale à l'idée russe et à l'idée chinoise (ndt: et, en Europe, à l'idée impériale katékhonique de notre Empereur Charles, alliant, impérialité romaine, hispanité, germanité et magyarité).

Il convient de noter que certains pays et mouvements islamiques - en premier lieu l'Iran, mais aussi le Pakistan et même certaines organisations radicales comme les Talibans (interdits en Russie) - sont allés beaucoup plus loin dans leur opposition idéologique à l'Occident. La Turquie, l'Égypte et même en partie les pays du Golfe vont également dans le sens de la souveraineté. Mais jusqu'à présent, aucun pays du monde islamique n'est un pôle à part entière. C'est-à-dire que dans leur cas, l'opposition idéologique à l'hégémonie est en avance sur l'opposition géopolitique. L'idée chinoise n'est pas difficile à corriger. Elle est exprimée:

- Tout d'abord, dans la version chinoise, il y a le communisme et le monopole complet du pouvoir par le PCC (et le PCC est précisément une force idéologique);

- Deuxièmement, il y a l'idéologie confucéenne que les autorités chinoises adoptent de plus en plus ouvertement (notamment sous Xi Jinping);

- Troisièmement, il y a la solidarité profonde et organique de la société chinoise.

L'identité chinoise est très forte et flexible à la fois, faisant de tout Chinois, où qu'il vive et quel que soit le pays dont il est citoyen, un porteur naturel de la tradition, de la civilisation et des structures idéologico-mentales chinoises.

Traditions-et-coutumes-chinoises.jpg

En Russie, la situation est bien pire. Les attitudes, valeurs et directives libérales continuent de prévaloir dans la société en raison de l'inertie des années 1990. Cela vaut pour l'économie capitaliste, la démocratie parlementaire, la structure de l'éducation, de l'information et de la culture. L'objectif est la modernisation et la "numérisation". Pratiquement toutes les évaluations de l'efficience, de l'efficacité et des objectifs mêmes de toute transformation sont directement copiées de l'Occident. Ce n'est qu'en ce qui concerne la limitation du gendérisme et de l'ultra-individualisme qu'il y a quelques différences. L'Occident libéral lui-même les hypertrophie et les gonfle délibérément. Mais, cette stratégie est articulée afin d'attaquer la Russie de plus en plus intensément. C'est une guerre idéologique. Dans le cas de la Russie, il s'agit d'une lutte du libéralisme contre l'"illibéralisme".

En Russie, tout est tenu personnellement par Poutine. S'il relâche son emprise ou, ce qu'à Dieu ne plaise, s'il nomme une personnalité faible et peu claire pour lui succéder, tout retombera instantanément dans le marasme des années 90. La Russie en est sortie, grâce à Poutine, mais en raison de l'absence d'une idéologie russe indépendante et d'une contre-hégémonie à part entière, le résultat ne peut être considéré comme irréversible. 

    La Russie d'aujourd'hui est un pôle militaro-stratégique et politique, mais ce n'est pas un pôle idéologique. 

Et c'est là que les problèmes commencent. Un retour inertiel à l'idéologie soviétique n'est pas possible. La justice sociale et la grandeur impériale (surtout à l'époque de Staline) ne sont pas simplement des valeurs et des points de référence soviétiques, mais historiquement russes. 

La Russie a besoin d'une nouvelle forme d'antilibéralisme, d'une idéologie civilisationnelle à part entière qui fera d'elle, de manière irréversible et définitive, un véritable pôle et sujet dans le nouvel ordre mondial. C'est exactement le défi numéro un pour la Russie. La stratégie, et pas seulement la tactique, détermine à la fois l'avenir et le transfert du pouvoir, ainsi que les réformes nécessaires, attendues depuis longtemps, du pouvoir, de l'administration, de l'économie, de l'éducation, de la culture et de la sphère sociale. Aucune réforme patriotique et souveraine n'est possible sans une idéologie à part entière dans un monde multipolaire. Mais cette voie n'est en aucun cas compatible avec le libéralisme - ni dans les conditions préalables, ni dans les derniers défis post-humanistes et LGBT.

    Pour qu'il y ait une Russie toujours forte dans l'avenir, il ne doit plus y avoir de libéralisme en Russie.

C'est ici que se trouve la clé de ce dont nous avons parlé dans les publications précédentes de Nezigar : la transition vers le troisième pôle de l'idéologie russe ! - l'avenir idéologique : du libéralisme pro-occidental des années 1990 (le passé) aux compromis et à la stérilité idéologique (à la limite du cynisme) du présent. Nous poursuivrons ce thème dans les prochains documents de cette série.

Source: 

НЕЗЫГАРЬ
335 021 subscribers
Первый политический в Telegram.
nzgnzg@protonmail.com

Предупреждение: информация требует дополнительной верификации.