Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 26 avril 2022

La guerre hybride de l'argent

monnaiesdr_0.jpg

La guerre hybride de l'argent

par Roberto Pecchioli

Source : Ereticamente & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/la-guerra-ibrida-del-denaro

La guerre en Ukraine est un désastre. Nous devons respecter la souffrance de la population et le sacrifice des soldats des deux côtés. Il faut cependant sortir d'un récit de guerre déséquilibré, manichéen, propagandiste, qui a généré une forme d'hyperréalité dans laquelle l'opinion publique est plongée dans un climat de mensonge, de distorsion, de tension permanente dont le but est de faire accepter de nouveaux sacrifices, de nouvelles privations de liberté. Une approche testée avec succès lors de la pandémie et appliquée selon un scénario de guerre.

Il est essentiel de regarder l'ensemble du tableau pour tenter de comprendre les événements d'un point de vue politique, économique, financier et géopolitique, c'est-à-dire d'analyser le véritable pouvoir, le "grand jeu" contemporain qui se moque des peuples, de la vie humaine et de la destruction. Suivre l'argent est un excellent critère pour observer les événements comme des mouvements sur un échiquier aussi grand que la planète. L'un des premiers effets de l'affrontement entre l'Occident - les États-Unis, l'Anglosphère et les vassaux européens - et le reste du monde est l'émergence probable d'un système financier alternatif, soutenu par une monnaie numérique basée sur un panier mixte de monnaies nationales et de ressources naturelles. L'objectif sous-jacent est de vaincre l'unipolarité occidentale et le pouvoir du dollar, monnaie de référence du commerce international.

Les signes de cet affrontement - non moins titanesque que celui des armes - sont déjà visibles: l'expulsion de la Russie du système interbancaire Swift, l'autoroute numérique sur laquelle fonctionnent les échanges et les paiements liés aux importations, aux exportations et aux services internationaux; le blocage des fonds russes en Occident (un vol déguisé en sanction) et la réponse de Moscou, avec la demande de paiements en roubles. Dans le même temps, la création de systèmes financiers et monétaires et d'instruments techniques détachés de l'hégémonie américaine progresse. Ce sont les enjeux d'un jeu dans lequel la guerre n'est qu'un des champs de bataille.

Sergey_Glazyev,_2016.jpg

L'opération, selon ses inspirateurs, permettra de libérer le Sud du monde de la dette occidentale et de l'austérité imposée par le Fonds monétaire international. L'un des protagonistes de la tempête géopolitique et géoéconomique est Sergey Glazyev (photo), un Russe, l'un des économistes les plus influents du monde, responsable de l'intégration macroéconomique de l'Union économique eurasienne, l'espace économique financier formé par la Russie, le Belarus, l'Arménie, le Kazakhstan et le Kirghizstan. Le défi consiste à concevoir un système monétaire/financier grâce à un partenariat entre l'UEE et la Chine, en contournant le dollar américain. Le projet est une sorte de Bretton Woods de l'Est du monde alternatif au Consensus de Washington libéral et dominé par le dollar. Selon Glazyev, l'oligarchie dirigeante américaine joue son dernier atout dans la guerre hybride contre la Russie. Le gel des réserves de change de la Russie pourrait toutefois avoir sapé le statut du dollar, de l'euro et de la livre en tant que monnaies de réserve, accélérant ainsi la fin de l'ordre mondial basé sur le dollar.

Des travaux sont en cours pour passer à un système alternatif fondé sur un échange de devises virtuelles basé sur un indice des devises des pays participants. Le panier de devises est complété par la valeur d'au moins vingt matières premières négociées en bourse, afin de maintenir un haut degré de résilience et de stabilité. Dans le même temps, les gouvernements d'Eurasie et la Chine ont entamé des pourparlers pour créer une coalition internationale de contre-attaque dans la guerre hybride pour la domination mondiale déclenchée par l'élite dirigeante américaine contre les pays qui échappent à son contrôle impérial. Glazyev a expliqué la nature de cette guerre dans un livre publié en 2016 (The Last World War : The United States to Move and Lose) et a fait valoir son caractère inévitable, fondé, selon lui, sur les lois objectives du développement économique à long terme, qui entraînerait la défaite de l'ancien pouvoir en place.

indexlgla.jpgLes États-Unis luttent pour maintenir leur hégémonie, mais comme la Grande-Bretagne avant eux, qui a provoqué deux guerres mondiales mais n'a pu maintenir son empire et sa position dominante en raison de l'obsolescence de son système économique colonial, ils sont voués à l'échec. Le système colonial britannique basé sur l'exploitation massive et directe a été supplanté par les États-Unis et l'URSS, qui ont été plus efficaces dans la gestion du capital économique et humain au sein de systèmes intégrés verticalement qui ont divisé le monde en zones d'influence. Après la désintégration de l'URSS, une longue transition a commencé, qui touche à sa fin avec la défaite imminente du système basé sur le dollar, le linteau de la domination mondiale des États-Unis.

Le nouveau système économique convergent qui émerge entre la Chine, la Russie et l'Inde est pour Glazyev la prochaine phase inévitable. Elle combine les avantages de la planification stratégique centralisée avec l'économie de marché et le contrôle par l'État de l'économie monétaire et physique, des infrastructures et de l'esprit d'entreprise. Le nouveau paradigme vise à unir ces sociétés en augmentant la prospérité au-delà du modèle occidental.  Ce succès est la principale raison pour laquelle Washington ne serait pas en mesure de gagner la guerre hybride qu'il a déclenchée. Le système financier centré sur le dollar sera remplacé par un nouveau mécanisme fondé sur le consensus entre les pays qui y adhèrent.

Dans la première phase de la transition, ces pays se contenteront d'utiliser les monnaies nationales et leurs mécanismes de compensation, soutenus par des échanges bilatéraux de devises. La formation des prix sera toujours déterminée principalement par les performances des bourses, qui sont libellées en dollars. Cette phase toucherait à sa fin: après le gel des réserves russes en dollars, euros, livres et yens, il est peu probable qu'un pays souverain continue à accumuler des réserves dans ces monnaies, remplacées par l'or et les monnaies nationales.

La deuxième phase de la transition impliquera des mécanismes de tarification qui ne se réfèrent pas au dollar. La fixation des prix en monnaies nationales pose des problèmes considérables, mais peut être plus attrayante que le risque politique des monnaies devenues traîtresses comme le dollar, la livre sterling, l'euro et le yen. L'autre monnaie mondiale, le yuan chinois, ne les remplacera pas en raison de son inconvertibilité et de son accès externe limité aux marchés de capitaux chinois. L'utilisation de l'or comme référence de prix est limitée par les inconvénients des paiements et le contrôle exercé par l'anglosphère (galaxie Rothschild).

La troisième étape de la transition vers le nouvel ordre économique impliquera la création d'une monnaie numérique résultant d'un accord international fondé sur des principes de transparence, d'équité, de bonne volonté et d'efficacité. Cette monnaie pourrait être émise par un panier de réserves monétaires des pays BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud), que d'autres pays pourraient rejoindre. Le poids de chaque devise serait proportionnel au PIB de chaque pays (pondéré à la parité de pouvoir d'achat), à la part dans le commerce international, à la population et au territoire des participants. Il contiendrait également un indice des prix des principales matières premières négociées à la bourse: or, métaux précieux et industriels, hydrocarbures, céréales, sucre, eau et autres ressources naturelles. Pour soutenir la monnaie, d'importantes réserves de ressources internationales seraient créées. La nouvelle monnaie serait utilisée exclusivement pour les paiements transfrontaliers et émise sur la base d'une formule prédéfinie. Les pays participants utiliseraient leurs monnaies nationales pour la création de crédits, pour financer les investissements et l'industrie nationale, et pour les réserves de richesse souveraine. Les flux de capitaux transfrontaliers resteraient soumis aux réglementations nationales.

Un projet d'une énorme ambition, destiné à modifier la carte du pouvoir sur la planète: il y a une vie au-delà de l'Occident. La transition vers le nouvel ordre économique mondial, selon ses architectes, s'accompagnera peut-être d'un refus d'honorer les obligations en dollars, euros, livres et yens. Cela n'est pas sans rappeler l'exemple des pays occidentaux qui ont confisqué les réserves monétaires de l'Irak, de l'Iran, du Venezuela, de l'Afghanistan et de la Russie, une véritable confiscation de la richesse d'autrui.

monnaies.jpg

Le système vise à rester flexible, en accueillant ses membres indépendamment de leurs dettes en dollars, euros, livres et yens, dont le défaut éventuel n'affecterait pas leur notation dans le nouveau système financier. La nationalisation de l'industrie extractive est recommandée, un changement de paradigme par rapport au modèle de privatisation qui a dominé après la fin de l'Union soviétique. Les pays qui utilisent une partie de leurs ressources naturelles pour soutenir le nouveau système augmenteraient leur poids dans le panier de devises de la nouvelle unité monétaire, accumuleraient des réserves et obtiendraient une plus grande solvabilité. En outre, les lignes d'échange bilatérales avec les partenaires fourniraient un financement adéquat pour les co-investissements et les initiatives commerciales. Il s'agirait d'une architecture extrêmement importante, déplaçant l'axe du pouvoir et de la prospérité vers l'est et le sud et orientant le nouvel ordre financier et le système de règlement des paiements dans une direction bipolaire: l'Ouest contre le Sud-Est du monde.

Pour M. Glazyev, la Russie ne peut plus jouer selon les règles du système du dollar "après que les réserves monétaires de la Russie ont été capturées par l'Occident. Les agents d'influence occidentaux contrôlent les banques centrales de la plupart des pays, les forçant à appliquer les politiques prescrites par le FMI, qui sont manifestement contraires aux intérêts nationaux de ces nations". "Au sein des groupes de direction de la Banque centrale russe, il y a un affrontement permanent entre les partisans du consensus de Washington et les partisans du nouveau système. Entre-temps, la BCR a dû faire face à la réalité et créer un système interbancaire national indépendant du réseau Swift, ouvert aux banques étrangères. Des lignes d'échange intermédiaires ont été mises en place avec les principales nations participantes. La plupart des transactions entre les États membres de l'Union eurasienne sont désormais libellées en monnaies nationales.

indian-rupee-russian-ruble-are-better-bets-than-euro-yen-or-gold.jpg

Une transition similaire est en cours dans le commerce avec la Chine, l'Iran et la Turquie. L'Inde a également manifesté son intérêt. De nombreux efforts ont déjà été faits, accélérés ces derniers mois, pour développer des mécanismes de compensation pour les paiements en monnaies nationales. Parallèlement, des tentatives sont faites pour développer un système de règlement numérique non bancaire lié à l'or et à d'autres matières premières négociées en bourse (stablecoin).

La BCR a longtemps conseillé aux producteurs d'or russes de vendre sur le marché de Londres pour obtenir un prix plus élevé que celui que le gouvernement ou la banque centrale elle-même paierait, en suivant les recommandations du FMI. Le résultat a été dévastateur, le gel de près de 400 milliards de dollars de réserves de change. Les soi-disant oligarques russes auraient détourné des sommes incalculables vers des destinations offshore. Suivant les indications du grand public, la BCR a cessé d'acheter de l'or ces dernières années, obligeant l'industrie minière à exporter la totalité de sa production de 500 tonnes par an. L'erreur et les dégâts sont évidents. Aujourd'hui, la BCR a repris ses achats d'or et les dirigeants politiques exigent des politiques plus conformes à l'intérêt national, plutôt qu'un contrôle strict de l'inflation au profit des spéculateurs internationaux, comme cela a été le cas au cours de la dernière décennie.

Le gel des réserves russes en réponse à la guerre est une mesure gouvernementale qui a pris les banques centrales au dépourvu, un retour de la politique qui a surpris les autorités monétaires, qui sont perplexes et irritées. Sergei Glazyev est favorable au remplacement des dollars, des euros, des livres et des yens dans les réserves monétaires par de l'or, qui est produit en abondance en Russie. Cependant, seul le scénario de guerre semble mettre à l'ordre du jour ses suggestions, qui ont jusqu'à présent été rejetées par Elvira Nabiullina, qui a récemment été confirmée à la tête de l'institut d'émission.

Le partenariat stratégique russo-chinois se renforce de jour en jour comme moyen de contrer l'unipolarité américaine et la domination du dollar. Les analystes indépendants se rallient à l'idée que l'élite américaine a lancé une guerre hybride mondiale pour défendre sa position hégémonique dans le monde, en ciblant la Chine comme principal concurrent économique et la Russie comme principale force de contrepoids. Au départ, les efforts géopolitiques américains visaient à créer un conflit entre la Russie et la Chine. Cependant, les intérêts souverains de la Russie et de la Chine ont conduit à une coopération stratégique croissante pour faire face aux menaces de Washington.

La guerre tarifaire américaine contre la Chine et l'ampleur des sanctions financières contre la Russie ont accru les inquiétudes et démontré le danger tant du point de vue chinois que russe. Rien n'unit plus qu'un ennemi commun. Guerre mise à part, nous verrons bientôt si l'axe tiendra sur le long terme et si le processus de dédollarisation façonnera l'histoire économique et financière du 21e siècle. Les précédents historiques ne manquent pas: c'est l'URSS qui a soutenu la Chine contre l'occupation japonaise et dans la première industrialisation d'après-guerre, avant qu'émergent les divergences entre les deux puissances communistes. Le présent parle aussi de la Route de la Soie, le grand projet chinois de pénétration vers l'Occident par le biais de gigantesques infrastructures routières, portuaires et ferroviaires, et aussi de la tentative russe de construire des navires capables de suivre la route de l'Arctique, en contournant les voies du commerce international.

Le conflit en Ukraine n'est qu'un des scénarios d'une confrontation planétaire à multiples facettes, dont l'Europe reste étrangère, tout simplement parce qu'elle n'existe pas. Colonie des États-Unis, incapable de mener une politique commune et de défendre ses propres intérêts concrets, elle vit la dernière phase d'un déclin qui a commencé avec le carnage de la Première Guerre mondiale. Au retour de la grande politique - dont la guerre est parfois la continuation par d'autres moyens - nous sommes spectateurs et victimes d'un choc financier, économique, culturel et civilisationnel. Les absents ont toujours tort.

 

Écrire un commentaire