Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 09 mai 2022

L'Occident : le non-être de l'Europe

drapeau-union-europeenne.png

L'Occident : le non-être de l'Europe

par Luigi Tedeschi

Source : Italicum & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/occidente-il-non-essere-dell-europa

Une Europe toujours identique à elle-même

L'Europe s'est-elle retrouvée dans son unité, c'est-à-dire dans l'OTAN ? L'Europe, déjà embaumée et amorphe, s'est-elle transformée en un sujet géopolitique avec le choix atlantiste du terrain ? Non, la subordination soumise et consensuelle de l'Europe à l'OTAN est la manifestation claire et évidente de son aptitude génétique au non-choix. L'Europe reste en hibernation dans son non-être, en tant que territoire continental enchâssé dans l'Ouest atlantique. L'Europe reste subordonnée à la puissance américaine et, qui plus est, éloignée d'un contexte géopolitique mondial qui subit de profondes transformations.

L'UE, désormais en parfaite symbiose avec l'OTAN, ne veut que se préserver, avec sa structure technocratico-financière, son modèle économique néo-libéral, et sa stratification sociale éminemment fondée sur les classes. L'UE est en fait une entité supranationale immobile, qui s'est révélée irréformable dans ses équilibres oligarchiques. L'Europe est, et reste, toujours la même ; ni la crise pandémique ni la guerre en son sein n'ont affecté son manque d'identité. Les urgences récurrentes n'ont pas non plus amené les peuples d'Europe à se repenser et à repenser le rôle de l'Europe dans le monde.

La crise énergétique, déjà présente pendant la phase post-pandémique, a été encore aggravée par le conflit russo-ukrainien. Les propositions d'un accord entre les membres de l'UE sur les achats et les stocks communs d'énergie et l'établissement d'un plafond sur les prix de l'énergie se sont heurtées à un mur d'hostilité de la part des pays frugaux. Les prix de l'énergie sont négociés à la bourse d'Amsterdam. En fait, les prix de l'énergie sont le résultat de la spéculation financière, pas de la guerre. Ont également été rejetés les appels à un nouveau PNR pour faire face à la récession économique naissante et les propositions de partage de la dette contractée par les États pendant la crise de la pandémie. Il convient également de noter la rigidité dont font preuve les pays économes à l'égard d'une éventuelle réforme du pacte de stabilité, dont les faucons de l'austérité réclament le rétablissement en 2023. Ni la pandémie ni la guerre n'ont détourné les élites européennes des projets liés à la révolution numérique et à la transition environnementale. Avec quelles ressources de telles transformations structurelles à grande échelle peuvent être réalisées, nous ne le savons pas. Enfin, la question se pose de savoir quelle part des fonds du PNR sera détournée des investissements structurels pour être utilisée pour l'armement en soutien à la guerre américaine en Ukraine !

L'expansion de l'OTAN à l'est aurait signifié l'exportation vers l'Ukraine du modèle occidental, américaniste dans sa culture et néo-libéral dans son économie. Une Ukraine déracinée de son identité historico-culturelle et intégrée dans la zone d'influence russe, aurait l'américanisme comme seule valeur unificatrice, conformément à sa fonction géopolitique d'avant-poste de l'OTAN en Eurasie. L'Europe de l'OTAN a ainsi été transformée en un terrain intermédiaire fonctionnel pour l'expansion vers l'est du modèle d'entreprise néolibéral. Avec la propagande assourdissante de la guerre médiatique, le courant dominant induit les masses à croire qu'elles vivent dans le meilleur des mondes possibles, à concevoir l'Occident comme une civilisation supérieure, identifiable aux valeurs de la démocratie libérale, de l'égalité et du bien-être généralisé. Mais sans tenir compte du fait que le modèle libéral-démocratique se trouve aujourd'hui à un stade avancé de décomposition en Occident même, puisque l'avènement du néolibéralisme économique a généré une société de plus en plus élitiste et technocratique, avec la disparition progressive de l'aide sociale et du bien-être généralisé.

L'Europe du bien-être consumériste ne pouvait en aucun cas se transformer en une puissance géopolitique. Une puissance mondiale place ses propres objectifs politiques et stratégiques avant la croissance économique et le bien-être de ses citoyens. Cette confrontation/clash entre l'Occident et la Russie entraînera de profonds traumatismes pour l'Europe. L'occidentalisation économique a depuis longtemps conduit l'Europe à sortir de l'histoire. La Russie, quant à elle, affirme son rôle de puissance mondiale en s'appuyant sur des valeurs identitaires. Cette fracture irrémédiable entre l'Occident et la Russie est bien décrite par Pierangelo Buttafuoco dans une récente interview : "Pour l'Occident, la Russie est un ennemi plus hostile même que l'Union soviétique, car des décennies de matérialisme scientifique n'ont pas réussi à égratigner son identité et son esprit. La Russie est la première puissance chrétienne du continent européen, elle a de solides traditions, les Russes croient vraiment en Dieu. Tout ceci est inquiétant et détestable pour ceux qui regardent le monde à travers les yeux de la laïcité et du scientisme occidental.

L'UE : un échec qui se fait attendre

La guerre russo-ukrainienne se déroule depuis 2014 et a connu diverses évolutions. Dans un premier temps, la Russie a occupé la Crimée et le Donbass, suite au coup d'État pro-occidental de la place Maidan en Ukraine. Puis, dans une deuxième phase, l'invasion russe a eu lieu, contrée par la résistance ukrainienne.  Une troisième phase est en cours, dans laquelle les États-Unis et la Russie sont indirectement montés l'un contre l'autre par le biais du soutien de l'OTAN à l'Ukraine.

Au-delà de l'unité monolithique actuelle entre l'UE et l'OTAN, compte tenu de la crise économique et énergétique qui va frapper l'Europe et de l'évidente divergence d'objectifs entre les Etats-Unis et l'Europe (éviction de Poutine et déstabilisation de la Russie pour les Américains - négociation avec la Russie et fin du conflit du côté européen), il ne peut y avoir que de profondes dissensions entre l'OTAN et l'Europe et au sein même de l'UE. Cette guerre a conduit à la mobilisation de l'Europe par les États-Unis, qui veulent protéger leurs intérêts stratégiques par l'action de l'OTAN. Cependant, les charges résultant de la guerre, des représailles russes aux sanctions économiques, ainsi que les coûts de la diversification énergétique, les dépenses d'armement et les conséquences de la crise économique, retombent sur les Européens. La stratégie américaine d'étranglement de la Russie, par le biais de sanctions et d'usure de la guerre, ne peut que conduire à la rupture des relations entre l'UE et la Russie et, par la suite, à l'inclusion (ou l'emprisonnement ?) de l'Europe dans l'espace géopolitique anglo-saxon-atlantique.

En fait, une réorientation géopolitique au sein de l'Europe est en cours. Le centre de gravité de l'Europe s'est déplacé vers l'est. Il faut dire que l'adhésion des pays d'Europe de l'Est à l'UE était conditionnée à leur adhésion à l'OTAN dans une fonction anti-russe. Ce n'est pas une coïncidence si aujourd'hui les pays d'Europe de l'Est, ainsi que les pays du Nord et les pays baltes, avec le soutien de la Grande-Bretagne, sont de fervents partisans d'une confrontation directe entre les États-Unis et la Russie (contrairement aux autres pays européens). Et comme le théâtre du conflit est l'Europe, il est clair que les USA veulent, en exacerbant leur politique de sanctions et leur conflit avec la Russie, provoquer l'éclatement de l'Europe. Si Poutine n'a pas réussi à diviser l'Europe, Biden réussira à la déstabiliser.

L'expansion de l'OTAN en Europe de l'Est est la cause profonde du conflit russo-ukrainien. Poutine a exigé des garanties écrites que l'Ukraine ne rejoindrait pas l'OTAN. Mais Biden a refusé toute négociation avec Poutine. Il convient également de noter que l'expansion de l'OTAN en Europe de l'Est s'est faite en violation ouverte du Traité atlantique et de la Charte des Nations Unies. En effet, le Traité de l'Atlantique prévoit le règlement pacifique des différends internationaux (Art. 1), la défense mutuelle des Etats membres (Art. 5/6), - mais l'Ukraine ne l'est pas - et surtout (Art. 7), que le Traité ne peut affecter les droits et obligations établis par le Statut de l'ONU à l'égard des Etats membres de l'ONU. Il est donc clair que l'expansion de l'OTAN vers l'est constitue une violation ouverte du traité de l'Atlantique et du statut de l'ONU, car elle empiète sur le droit de la Russie à la sécurité, c'est-à-dire celui d'un État membre. L'action de l'OTAN constitue donc une violation flagrante du droit international, comme le souligne Fabio Mini dans un article publié dans Limes n° 2/2022 intitulé "La route du désastre" : "La Russie fait partie des Nations unies et la politique de l'OTAN a porté atteinte à ses droits, compromettant la paix et la sécurité dans le monde entier. La réaction russe est basée sur cette blessure et il est surprenant qu'elle n'ait pas été déclenchée plus tôt.

L'article 10 stipule que les parties <peuvent>, par accord unanime, inviter tout autre État européen capable de favoriser le développement des principes du traité et <contribuer à la sécurité de la région de l'Atlantique Nord> à adhérer au traité.  Lors du sommet de l'OTAN à Bucarest en 2008, le président américain G.W. Bush, malgré l'avis contraire de ses propres services de renseignement, a parlé explicitement de l'admission de la Géorgie et de l'Ukraine dans l'OTAN. Des pays qui ne pourraient pas contribuer à la sécurité de l'Alliance, voire l'aggraver".

gruziya_ukraina_nato.jpeg

Les effets de la politique de sanctions de Biden contre la Russie seront dévastateurs pour l'Europe, dont le rôle économique dans le monde sera considérablement réduit. Les sanctions n'entraîneront pas le défaut de paiement de la Russie, et encore moins l'implosion du système politique russe, qui s'en trouvera renforcé. Ils n'affecteront pas l'économie américaine, mais l'économie européenne sera détruite. La perte des capitaux européens investis en Russie s'élève à 310 milliards de dollars, tandis que les capitaux américains ne représentent que 14 milliards de dollars. Mais surtout, la hausse des prix de l'énergie provoquera une inflation et une récession économique en Europe, alors que les États-Unis sont autosuffisants en énergie. Les États-Unis visent à remplacer la dépendance énergétique européenne vis-à-vis de la Russie par une dépendance énergétique américaine. La diversification énergétique européenne impliquera l'importation de gaz de schiste américain et la nécessité d'importants investissements dans des usines de regazéification. Le coût du gaz de schiste importé des États-Unis (dont l'impact environnemental est dévastateur) est environ deux fois plus élevé que celui du gaz russe. Sur le sujet des sanctions contre la Russie, cependant, il existe un clivage important entre les pays européens. Giacomo Gabellini déclare dans son livre "Ukraine : le monde à la croisée des chemins" : "Au sein du camp euro-atlantique, cependant, une scission manifeste est apparue, séparant le groupe "extrémiste" formé par les États-Unis, la Grande-Bretagne, la Pologne et les pays baltes, du groupe aspirant à la mise en œuvre d'une désescalade, qui comprend la France, l'Allemagne et - dans une position plus éloignée - l'Italie. Pour eux, au-delà des proclamations grandiloquentes et des déclarations solennelles d'engagement, le rétablissement d'une relation moins conflictuelle avec la Russie est une nécessité économique vitale. En témoignent les déclarations retentissantes du PDG de Basf, l'une des plus grandes entreprises chimiques du monde, qui affirme que l'interruption de l'approvisionnement en gaz russe mettrait en péril la survie des petites et moyennes entreprises allemandes et provoquerait "la pire crise économique en Allemagne depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, capable de détruire notre prospérité".

L'impact décisif sur l'économie européenne de l'arrêt des importations de grains et céréales russes et ukrainiens est également noté. Entre autres choses, les importations alimentaires américaines vont-elles ouvrir les portes de l'Europe aux OGM ? Ainsi, les sanctions contre la Russie ouvriront de nouveaux marchés aux États-Unis, mais, dans le même temps, elles entraîneront la déconstruction de l'économie européenne. En outre, si le conflit devait se poursuivre, il y aurait une fuite inévitable des capitaux de la zone euro instable vers la zone dollar. Un phénomène qui s'est déjà produit plusieurs fois dans le passé se répéterait ainsi : les États-Unis ont souvent stimulé leur propre économie au détriment des pays en crise.

L'UE est un organisme construit sur la base d'un projet d'ingénierie financière totalement artificiel et révèle son incapacité à faire face aux crises récurrentes de la géopolitique mondiale. Pour survivre, l'Europe devra donc, au prix d'affronter des crises et des conflits, se réintégrer dans le contexte historico-politique contemporain, étant donné que cette crise représente pour l'UE un échec annoncé depuis trop longtemps. Gennaro Scala, à propos de la genèse de l'UE, a effectivement déclaré : "On ne peut pas penser à créer artificiellement ce que l'histoire n'a pas créé".

L'Allemagne, entre déclassement économique et réarmement

Cette guerre aura pour effet de bouleverser l'équilibre interne de l'Europe. En effet, outre la déstabilisation de la Russie, les objectifs américains incluent la rupture du lien historique entre Berlin et Moscou. En d'autres termes, les États-Unis visent à détruire la zone d'influence de la puissance économique allemande en Eurasie en mettant sous embargo le gaz et le pétrole russes et en faisant la guerre. Une attaque conjointe des États-Unis et de la Grande-Bretagne contre la suprématie économique de l'Allemagne au nom de la domination européenne est en cours. Les États-Unis veulent frapper le modèle économique allemand, qui s'est construit pendant 20 ans grâce à des relations privilégiées avec la Russie, à l'accès à des approvisionnements bon marché en matières premières et en énergie, et à la délocalisation industrielle vers les pays d'Europe de l'Est. Mais ce sont surtout les exportations allemandes et l'excédent commercial allemand, obtenu grâce à l'adoption de l'euro comme monnaie sous-évaluée par rapport au mark, un facteur qui a largement contribué à accroître la compétitivité des exportations allemandes sur les marchés américains, qui sont attaqués par les États-Unis. Avec cette guerre, Biden entend compléter la stratégie d'affaiblissement de l'économie européenne déjà initiée par Trump avec sa politique tarifaire.

20170624_EUD000_0.jpg

Cette guerre entraînera le déclassement de la puissance allemande et européenne dans le monde. Le rôle géopolitique central joué par l'Allemagne en Europe dans le contexte de l'évolution de la stratégie géopolitique de l'Amérique va disparaître. Le rideau de fer a été déplacé vers l'est avec le renforcement de la présence de l'OTAN dans les pays baltes et dans les pays du Trimarium (une zone s'étendant de la Pologne à la mer Noire). La stratégie d'endiguement de l'OTAN à l'est de la Russie implique donc la dissolution de la sphère d'influence allemande en Europe orientale, la fin de l'interdépendance énergétique russo-allemande et la fracture des liens géopolitiques entre l'Allemagne et l'Eurasie. Dans le cadre de ce nouvel expansionnisme de l'OTAN, toute aspiration à l'autonomie européenne est écrasée.

Dans cette phase de transformation de la géopolitique européenne, les perspectives du réarmement allemand sont particulièrement importantes. Scholz a annoncé que 100 milliards d'euros, soit plus de 2% du PIB allemand, seront investis dans l'armement au cours des prochaines années. Le réarmement allemand représente-t-il donc un tournant décisif ? L'Allemagne passera-t-elle du statut de puissance économique mercantile à celui de puissance géopolitique ? Dans tous les cas, il s'agit d'un changement politique qui a eu lieu sur une base nationale, et donc certainement pas en vue de créer une armée européenne commune. Le réarmement allemand n'a pas été conçu pour répondre aux besoins de sécurité de l'Allemagne, mais plutôt dans le cadre de la stratégie de l'OTAN visant à contenir la Russie. La nouvelle Allemagne armée devient une puissance continentale, mais dans le cadre de la stratégie américaine de dévolution à l'Europe des coûts de défense du nouveau rideau de fer érigé par l'OTAN à la frontière avec la Russie.

La perspective du réarmement allemand est pleine d'inconnues. L'Allemagne est au bord d'une grave crise économique causée par la hausse des prix de l'énergie, les difficultés d'approvisionnement en semi-conducteurs pour la production industrielle et l'inefficacité de la chaîne de production suite à la pandémie. En outre, le spectre de l'inflation est réapparu, ce qui pourrait avoir un impact traumatisant sur la population allemande, compte tenu de son contexte historique. Dans ce contexte, comment le peuple allemand réagira-t-il à un gouvernement qui décide de consacrer des ressources importantes à l'armement, qui seraient autrement utilisées pour soutenir l'économie et les dépenses sociales afin de faire face à la crise post-pandémique ? Le réarmement allemand s'accompagne d'un déclassement économique et politique de l'Allemagne. Quel impact aura la perspective d'un réarmement allemand en termes anti-russes sur une population qui a vécu pendant des générations dans un climat de pacifisme post-historique et qui comprend des secteurs significatifs de l'opinion publique pro-russe, notamment dans les Länder de l'Est ? Quelqu'un a ironiquement dit, à propos de l'atlantisme servile du gouvernement Draghi, que l'Italie est le Belarus de l'Occident. Mais alors, l'Allemagne du réarmement ne deviendra-t-elle pas la DDR des USA ?

L'Occident : le non-être de l'Europe

La guerre russo-ukrainienne marque la fin de l'ère de la domination américaine globale et unilatérale qui a commencé avec la dissolution de l'URSS. L'échec de l'Union européenne, ainsi que les perspectives d'une future désintégration de l'UE, étaient déjà implicites dans sa genèse même, en tant qu'organe économique et financier supranational enchâssé dans le contexte atlantiste de l'OTAN.

L'Europe n'est pas un sujet géopolitique en tant que partie intégrante de l'Occident atlantique. L'identification entre l'Europe et l'Occident s'est avérée être une contradiction irrémédiable. L'affiliation de l'Europe à l'Occident a signifié une occupation militaire américaine et une souveraineté limitée pour l'Europe. L'Occident représente aujourd'hui le non-être de l'Europe. Toute perspective de souveraineté géopolitique européenne implique la séparation de l'Europe de la zone atlantique occidentale. Il est donc nécessaire d'identifier d'abord l'Occident comme l'ennemi irréductible de l'Europe. Franco Cardini déclare dans son essai "La guerre en Ukraine et l'Europe contre l'Eurasie" : "Ce qui est certain, c'est que les anciennes oppositions sociopolitiques et socioculturelles n'existent plus. Le processus de mondialisation, qui a commencé il y a un demi-millénaire, est presque terminé"... "Face à tout cela, un choix doit être fait : pas immédiatement peut-être, progressivement et sagement sans doute, mais avec une rigueur qui n'est pas encore claire pour tout le monde mais qui le deviendra. Maintenant que l'unanimité artificielle et forcée "pro-Ukraine" (c'est-à-dire pro-OTAN) commence à montrer des signes de métabolisation, alors qu'il devient de plus en plus clair que nous, Européens, paierons une grande partie du fardeau des sanctions insensées contre la Russie, qui sont directement ou indirectement dirigées contre nous aussi, et de celles du réarmement d'une armée qui est "la nôtre" et que nous ne commandons pas et qui n'agit pas sous nos ordres, la décision fondamentale reste la nôtre et uniquement la nôtre : si nous acceptons en tant qu'Européens d'être désormais "ameuropéens" (rappelez-vous l'Amérique amère d'Emmanuel Emmanuel) ou si nous acceptons d'être "ameuropéens" (rappelez-vous l'Amérique amère d'Emmanuel). (vous souvenez-vous de l'America amara d'Emilio Cecchi ?) ou reprendre une voie millénaire qui est la nôtre depuis l'Antiquité et, avec une conscience de plus en plus sévère, se dire "eurasien"... "Aujourd'hui, chacun de nous, Européens, est appelé à choisir s'il préfère vivre dans la périphérie occidentale de l'Eurasie ou dans la périphérie orientale de l'AmEurope. Le soleil s'est toujours levé à l'Est, il est toujours mort à l'Ouest. Laissez-nous décider."

Il y a une guerre en cours entre les États-Unis et la Russie qui transcende la crise ukrainienne. Nous assistons à un affrontement entre deux modèles géopolitiques alternatifs, dont l'issue déterminera des transformations importantes dans le cours de l'histoire des décennies à venir. On oppose la mondialisation néolibérale aux États et aux identités des peuples. Ce n'est pas une coïncidence si les États opposés à la domination américaine sont définis comme des "États voyous". A l'universalisme unilatéraliste américain s'oppose le pluriversalisme multilatéraliste des différentes cultures continentales. Comme le dit Pierangelo Buttafuoco, "D'un côté, il y a l''imperium', les puissances impériales, y compris les États-Unis : comme le dit Dario Fabbri, ce sont les peuples qui ne prennent pas d'apéritifs, qui ont un esprit combatif et des identités plurielles. D'autre part, il y a le "dominium" des Européens, la tentative de réunifier le monde avec une seule identité, un seul projet. Au lieu de perdre du temps avec la propagande, nous devrions réfléchir à une guerre qui défie la mondialisation. Nous, les Occidentaux, sommes convaincus d'avoir le dernier mot sur les événements de l'histoire, mais il existe un dessein mondial où des puissances spirituellement fortes se sont réunies : la Chine, la Russie, l'Inde, le Pakistan". L'horizon immanentiste de la post-histoire de l'idéologie libérale est contré par le retour de l'histoire comme dimension naturelle de la vie de l'homme et des peuples.

Ces contrastes réapparaîtront au-delà du conflit actuel. Les conflits entre parties opposées font partie intégrante de la dialectique de l'histoire. Les régimes, les idéologies et les doctrines politiques sont destinés à se dissoudre au cours de l'histoire. Mais les peuples et leurs identités demeurent. Il est donc nécessaire de prendre parti sur la base de ses propres motivations idéales et géopolitiques, indépendamment de l'orientation politique et idéologique des classes dirigeantes des deux puissances en conflit. On ne peut pas être un fan de Poutine ou de Biden. Il est nécessaire de prendre parti parce que la transformation de l'ordre géopolitique mondial est en cours, parce que notre être dans l'histoire est en jeu. Parce que non seulement Poutine est tombé dans le "piège atlantique", mais surtout l'Europe. Nous devons prendre parti, car sinon les États-Unis prendront parti pour nous, en tant que sujets de l'empire mondial atlantique.

Quelle pourrait être la valeur unificatrice d'une alliance entre les peuples d'Europe ? Le rejet de l'américanisme, entendu comme matérialisme consumériste, économisme totalisant, infection mortelle de l'esprit, destruction de l'éthique des communautés humaines, expansionnisme armé de guerres sans fin. Il faut mettre en place un front européen du refus, c'est-à-dire une coalition transversale des peuples, transcendant les États et même les continents. De nouvelles identités et de nouveaux mouvements politiques émergeront de ce rejet, issus de la lutte pour la souveraineté des peuples et des États européens.

L'histoire a subi une accélération soudaine, ce qui implique des choix existentiels avant les choix politiques. L'éloignement de l'histoire conduirait à la dissolution fatale de l'Europe dans le nihilisme de la post-histoire. 

Écrire un commentaire