Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 19 mai 2022

George F. Kennan ou Leo Strauss?

fsj2015julyAugust_gkodaap_img01.jpg

Matteo Luca Andriola:

George F. Kennan ou Leo Strauss?

Source: https://novaresistencia.org/2022/05/16/george-f-kennan-ou-leo-strauss/

Des années 1950 à 1997, les États-Unis ont pratiqué une politique d'endiguement à l'encontre de l'URSS et de son successeur, la Russie. La stratégie consistait à limiter l'influence de l'adversaire sans l'affronter directement. C'était la prescription de George F. Kennan. À partir des années 1990, cependant, l'influence néo-conservatrice au sein du département d'État américain a commencé à croître, lorsque des disciples de Leo Strauss ont accédé à des postes importants, favorisant l'expansion de l'OTAN et un encerclement de plus en plus serré contre la Russie.

    "...l'expansion de l'OTAN serait l'erreur la plus fatale de la politique américaine de toute la période de l'après-guerre froide. On peut s'attendre à ce qu'une telle décision enflamme les tendances nationalistes, anti-occidentales et militaristes de l'opinion publique russe ; à ce qu'elle ait un effet négatif sur le développement de la démocratie russe ; à ce qu'elle ramène l'atmosphère de guerre froide dans les relations Est-Ouest ; et à ce qu'elle pousse la politique étrangère russe dans des directions résolument contraires à notre sensibilité..."

    [Extrait de George F. Kennan, "A Fateful Error", New York Times, 5 février 1997].

La personne qui dit ces choses est George F. Kennan (1904-2005), connu comme "le père de la politique d'endiguement", une figure clé de la période émergente de la guerre froide, dont les écrits ont inspiré la doctrine Truman et la politique étrangère américaine visant à "contenir" l'Union soviétique. En effet, en 1947, c'est lui qui a dit :

    "...l'élément principal de la politique américaine à l'égard de l'Union soviétique doit être un long, patient, mais ferme et vigilant endiguement des tendances expansionnistes russes... La pression soviétique contre les institutions libres du monde occidental est quelque chose qui peut être contenu par l'application habile et vigilante de contre-mesures qui répondent aux manœuvres politiques des Soviétiques." [George F. Kennan, "The Sources of Soviet Conduct", Foreign Affairs, XXV, juillet 1947, pp. 575, 576].

Qu'est-ce qui a changé depuis 1997 ? Pourquoi les propos d'un spécialiste aussi respecté de la géopolitique et de la géostratégie militaire américaines, au même titre que Zbigniew Brzezinski et Henry Kissinger, ont-ils été ignorés ? Car entre-temps, un lobby, celui des "straussiens", a prévalu dans l'establishment américain. Qui sont-ils ?

Le philosophe allemand d'origine juive, Leo Strauss, qui s'est réfugié aux États-Unis à l'arrivée des nazis au pouvoir, est devenu professeur de philosophie à l'université de Chicago et, à partir de réflexions platoniciennes et d'une conception hobbesienne du droit naturel, a donné naissance à une école de pensée qui est encore aujourd'hui hégémonique dans la politique américaine, chez les républicains et les démocrates, qui est l'école néo-con. Un grand groupe de disciples se forme autour de Strauss, d'abord tous de gauche.

Strauss.jpg

Le groupe politique, une sorte de lobby, a été fondé en 1972, un an avant la mort du philosophe. Ils faisaient tous partie de l'équipe du sénateur démocrate Henry "Scoop" Jackson, en particulier Elliott Abrams, Richard Perle et Paul Wolfowitz. Ils étaient tous liés à un groupe de journalistes trotskystes, également juifs, qui se sont rencontrés au City College de New York et ont publié le magazine Commentary. On les appelait "les intellectuels de New York". Tant les straussiens que les intellectuels new-yorkais étaient étroitement liés à la CIA, mais aussi, grâce au beau-père de Perle, Albert Wohlstetter (un stratège militaire américain), à la Rand Corporation, le think tank du complexe militaro-industriel (celui dénoncé par Manlio Dinucci avant d'être censuré par Il Manifesto). Beaucoup de ces jeunes gens se sont mariés, jusqu'à former un groupe compact d'une centaine de personnes, toutes issues de la classe moyenne supérieure libérale juive américaine.

En plein scandale du Watergate (1974), le clan rédige et adopte l'"amendement Jackson-Vanik", qui oblige l'Union soviétique à autoriser l'émigration de la population juive vers Israël sous la menace de sanctions économiques. C'était son acte fondateur. En 1976, Wolfowitz est l'un des architectes de l'équipe B, chargée par le président Gerald Ford d'évaluer la menace soviétique. Le résultat serait d'accuser l'URSS de vouloir acquérir une "hégémonie mondiale", ce qui conduirait l'establishment américain à mettre en veilleuse la politique élaborée par George F. Kennan sur l'endiguement, mais à affronter Moscou, à l'épuiser et à sauver le "monde libre", comme ils l'ont fait, en l'occurrence, avec la guerre en Afghanistan.

Les "Straussiens" et les intellectuels new-yorkais, tous de gauche, se sont mis au service des présidents de droite Ronald Reagan et Bush père, pour être momentanément évincés du pouvoir pendant le mandat de Bill Clinton, et ont ainsi commencé à envahir les think tanks de Washington, pour consolider progressivement une hégémonie visant à donner aux États-Unis une vision belliciste des relations internationales.

Kristol-Kagan-1024x647.jpg

En effet, c'est en 1992 que William Kristol et Robert Kagan (photo) (le mari de Victoria Nuland) publient un article dans Foreign Affairs dans lequel ils déplorent la politique étrangère timide du président Clinton et appellent à un renouveau de "l'hégémonie désintéressée des Etats-Unis" ; c'est en 1993 que l'American Enterprise Institute, dirigé par les "straussiens" Schmitt, Shulsky et Wolfowitz, avec lesquels Francis Fukuyama sera lié, publie le Project for a New American Century. Ce sera le "straussien" Richard Perle qui servira de conseiller en 1994 au leader islamiste Alija Izetbebovič en Bosnie-Herzégovine pour faciliter l'entrée de militants djihadistes d'Afghanistan liés au réseau Al-Qaeda pour combattre la République fédérale de Yougoslavie du leader du Parti socialiste de Serbie Slobodan Milošević. En 1996, les exposants "straussiens" du Projet pour un nouveau siècle américain, tels que Richard Perle, Douglas Feith et David Wurmser, ont rédigé une étude au sein de l'Institute for Advanced Strategic and Policy Studies pour le compte du nouveau Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu du Likoud, qui recommandait l'élimination du leader palestinien Yasser Arafat, l'annexion des territoires palestiniens et une guerre contre l'Irak pour déplacer ensuite les Palestiniens.

Le groupe s'est également appuyé sur les réflexions de Ze'ev Jabotinsky, fondateur du "sionisme révisionniste", une variante nationaliste du sionisme, dont le père de Netanyahu était le secrétaire spécial et qui a été formé en Italie par l'armée mussolinienne, évidemment dans un but anti-britannique. Le même groupe a dépensé de l'argent pour la candidature de George W. Bush, publiant un célèbre rapport, Rebuilding America's Defences, qui appelait à une catastrophe de type Pearl Harbor, devant servir de prétexte pour pousser les États-Unis dans une guerre pour l'hégémonie mondiale: exactement les termes utilisés le 11 septembre 2001 par le secrétaire à la Défense Donald Rumsfeld, lui-même un "straussien" et membre du Project for a New American Century.

New-American-century-pnac.png

Comme nous le disions, le lobby "straussien" ne cherche que le pouvoir, et s'est tourné vers les démocrates pour favoriser d'abord Barack Obama - avec Hillary Clinton comme principal représentant des faucons - et aujourd'hui Joe Biden. On comprend pourquoi les propos de George F. Kennan, durs dans les années 1940 mais modérés et sensés dans les années 1990, étaient dictés par la Realpolitik: il était logique, dans une perspective atlantiste et libérale, de s'opposer à l'Union soviétique et de la contenir, l'un des objectifs de la géopolitique américaine depuis l'époque de Nicholas J. Spykman, mais quel était l'intérêt d'étendre l'OTAN vers l'est et de provoquer les Russes, au risque d'enflammer leur chauvinisme ? N'ont-ils pas été battus en 1989/1991 ?

Eh bien, on peut constater que le lobby néocon "straussien", qui a aujourd'hui l'hégémonie de l'establishment américain - et je dirais européen - est d'un avis différent. Ce qui prévaut aujourd'hui au sein de l'establishment, ce n'est pas la Realpolitik et le réalisme à la George J. Kennan, mais le projet unipolaire américain, esquissé dans les années 1970, hégémonique dans les années 1990, mais qui est entré en crise avec l'avènement de nouvelles puissances émergentes, de la Russie de Vladimir Poutine à la Chine populaire de Xi Jinping, et qui voudrait s'affirmer à tout prix, même avec une troisième guerre mondiale.

Écrire un commentaire