Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 22 juin 2022

La farce du nouveau progressisme

Amsterdam_Gay_Pride_2013_De_Kringen_boat_pic3.JPG

La farce du nouveau progressisme

Par Felipe Quintas

Source: https://jornalpurosangue.com/2022/06/22/a-farsa-do-novo-progressismo/

Dans un monde qui se rapproche de plus en plus des États-Unis, ces derniers cherchent à renforcer leur influence sur l'Amérique latine et l'Europe occidentale, leurs dernières zones d'influence. Si, par le passé, l'élite du pouvoir américain utilisait le libéralisme néo-conservateur comme vecteur de ses intérêts dans d'autres pays, elle utilise aujourd'hui le progressisme post-moderne, formulé par le système financier transnational et élevé au rang d'idéologie officielle américaine, étant défendu par tous ses organes de pouvoir directs et indirects. Boric, Petro, Macron et Scholz sont quelques-uns de ses principaux représentants aujourd'hui, sans oublier Biden, qui fait office de pape.

Des mots à la mode comme "changement climatique"/"décarbonisation"/"Green New Deal", "Black Lives Matter", la reconnaissance des nations indigènes et les droits reproductifs et LGBTQIAP+, constituent aujourd'hui le noyau idéologique de l'impérialisme américain et du système spéculatif centré sur Davos. Ils visent non seulement à affirmer les gouvernements et les politiques favorables au programme de la Grande Réinitialisation, mais aussi à s'opposer aux pays et aux blocs civilisationnels qui ne se plient pas à leurs objectifs, jugés "fascistes" en bloc, sans nuances, et cela va de la Chine marxiste-léniniste-confucéenne à l'Iran islamique, du social-conservatisme de Poutine au réformisme social-démocrate à l'ancienne d'Andrés López Obrador, président du Mexique.

Les représentants de cette nouvelle tendance progressiste postmoderne n'ont pas besoin et ne devraient pas être populaires, car ils ne sont pas choisis pour diriger des gouvernements charismatiques, mais pour rendre opérationnels les ordres de la technocratie financière de l'Atlantique Nord, et peuvent être tranquillement remplacés quand cette technocratie le souhaite. Ils sont donc une version actualisée de la "Troisième voie" (de Blair, ndt) des années 1990, une version néolibérale de la social-démocratie qui a fait élire plusieurs gouvernants dans la zone d'influence des États-Unis, tels que FHC au Brésil, Ricardo Lagos au Chili, Tony Blair au Royaume-Uni et Gerhard Schroeder en Allemagne. Ces dirigeants fantoches qui, à l'époque, ont également suscité l'espoir d'une ère post-néolibérale, dans un contexte où le néolibéralisme était associé au néoconservatisme de Thatcher et Reagan, mais qui ont quitté le gouvernement sans laisser de trace, et dont l'héritage n'a pas été dépassé par les gouvernements suivants.

Comme la Troisième Voie des années 1990, et contrairement aux attentes de leurs électeurs de la vieille gauche et aux craintes de leurs détracteurs de la droite libérale/libertaire, les politiciens progressistes postmodernes n'ont pas l'intention de s'opposer aux précédentes réformes néolibérales, qu'ils acceptent comme un fait accompli, mais de les reformuler selon leurs propres critères. Les idées de la vieille gauche, celle du "régime du prolétariat" (dans le cas de la gauche révolutionnaire) ou celle de "l'État-providence" (dans le cas de la gauche réformiste) leur sont totalement étrangères, et avaient des présupposés qui sont inexistants aujourd'hui, tels que des partis léninistes, des sociétés industrielles et/ou des États nationaux solides et centenaires. Ainsi, la nouvelle gauche cherche à ouvrir des espaces de "représentativité" sur le "marché" pour les minorités identitaires, à produire des transformations comportementales qui soumettent les êtres humains à "Big Tech" et "Big Pharma", à rendre la production et la consommation d'énergie (déjà privatisées) plus coûteuses sous prétexte d'environnementaliser la matrice énergétique, et à approfondir le processus de désintégration territoriale des pays afin, soi-disant, de corriger de supposées "dettes historiques". Il ne s'agit donc pas d'une négation ou d'un dépassement du néolibéralisme, mais de sa substitution en tant que stratégie de contrôle financiaro-impérialiste de la population et des ressources stratégiques des pays liés à la zone d'influence américaine.

queer_10koln0-1024x670.jpg

Comme le disait le vieux mais pas dépassé Marx, les idées dominantes d'une époque sont les idées de la classe dominante, et les idées de la classe dominante aujourd'hui sont celles du progressisme postmoderne, qui trouve une plus grande acceptation dans la nouvelle gauche que dans la droite populiste. Cette dernière est encore bloquée dans l'"économisme" de la droite néo-conservatrice des années 1980 et n'a pas compris que l'objectif de l'élite du pouvoir et de la finance américaine n'est plus la privatisation et la déréglementation en soi, puisque pratiquement tout a déjà été remis au sommet de la pyramide capitaliste, mais le changement du modèle de civilisation occidentale, d'une société individualiste de consommation de masse au transhumanisme et au post-matérialisme, que la nouvelle gauche embrasse avec la même ferveur que ses patrons à Washington et Davos.

index.jpg

Pour donner un exemple, la "transition énergétique", l'un des éléments centraux de la doctrine ESG (Environmental, Social, and Corporate Governance) et du Great Reset, est un stratagème des élites financières de Wall Street et de Davos pour rendre l'énergie plus chère et détruire la capacité de production et de consommation des pays, comme cela s'est récemment produit en Allemagne. C'est l'engagement de Gustavo Petro, loué par Miriam Leitão sur CBN. Détail : 77% de la matrice énergétique colombienne est composée de pétrole et de charbon.

Au Brésil, ce processus avance de manière significative avec la privatisation d'Eletrobrás et de Petrobras aux mêmes fonds spéculatifs qui ont créé et sponsorisent ce programme. Une fois que Bolsonaro aura fait sa part du marché, à savoir tout privatiser, ce sera au tour de Lula de poursuivre le programme en faisant ici ce que Petro veut faire en Colombie.

Au nom de la modernité, de la démocratie et du climat, ils feront manger des sauterelles et des vers à la population. Quiconque se plaindra sera condamné par la Cour suprême pour diffusion de fake news et génocide environnemental. Le pire, c'est qu'il ne manquera pas de personnes pour se lécher les doigts après avoir ingurgité des insectes et pour dénoncer ceux qui ne l'aimeront pas.

Écrire un commentaire