Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 04 septembre 2022

Quelques souvenirs de Jack Marchal et deux textes quasi inconnus de sa plume !

6921134.jpg

Quelques souvenirs de Jack Marchal et deux textes quasi inconnus de sa plume !

Par Robert Steuckers

J’ai bien peu de souvenirs de Jack Marchal, mon aîné de dix ans. J’ai dû le voir une ou deux fois à Paris, en coup de vent, à l’occasion d’un colloque ou d’une causerie. Un jour, cependant, il est venu à Bruxelles, accompagné de l’une de ses filles, qui devait alors avoir neuf ou dix ans. Ils ont dormi sur un matelas de fortune, dans un coin de mon salon, avec, à côté d'eux, Pascal Junod qui campait aussi chez moi. Ce furent d’interminables conversations à bâtons rompus sur d’innombrables sujets, très peu politiques au demeurant. Jusqu’aux petites heures et aussi à une table du célèbre estaminet saint-gillois, le Moeder Lambiek qui servait, à l’époque, jusqu’à 1200 bières différentes, aux soiffards de tous horizons. J’ai cependant été stupéfait de constater qu’il était un parfait polyglotte, maîtrisant le néerlandais, féru d’ethnologie et de morphologie ethnique, connaisseur de la nomenclature de nos dialectes bas-franciques. Il devait être unique parmi ses compatriotes, universitaires néerlandistes exceptés mais, ceux-là, on peut les compter sur les doigts de la main. Plus tard, il a dû m'héberger à Paris et, à cette occasion, m'a offert ses deux disques (Science et violence). Même discussion interminable jusqu'à trois heures du matin.

2017-08-15.jpg

Plus tard, une polémique franco-wallonne éclate suite à la traduction d’un entretien que le philologue wallingant (mais non francophile) Roger Viroux avait accordé à la revue étudiante flamande Ons Leven (déc. 1999/Janv. 2000). Cet entretien revêt rétrospectivement un caractère historique vu le décès du Prof. Viroux et la promotion des deux étudiants devenus journalistes en vue (Michael Vandamme et Wouter van der Meersch). Viroux, selon sa bonne habitude, tenait des propos vigoureux, et son fils a pris le relais désormais, pour fustiger la disparition du vernaculaire wallon au profit du français de Paris et pour dénoncer la mainmise française sur certains secteurs économiques belges (flamands et wallons confondus). J’envoie cet entretien à mes correspondants de l’époque. Jack Marchal, qui le reçoit, adresse alors une réponse à Viroux, qui ne répondra pas, mais à laquelle, en revanche rétorque l’un de ses bouillants partisans, Lothaire Demambourg, habitué à tremper sa plume dans le vitriol ! Ce débat, qui montre l’intérêt de Marchal, notamment pour les langues vernaculaires, pour les parlers français hors Hexagone, peut se lire ici : http://www.archiveseroe.eu/wallonie-a48744616 . Que les amis de notre cher ami, qui vient de mourir, prennent donc connaissance de ce texte peu connu de Jack. Cette polémique a sans doute mis un peu de brouille dans nos relations et je n’ai plus entendu parler de Marchal depuis lors : les rapports entre Wallons impériaux comme Demambourg, d’une part, et le microcosme, dont Marchal est une figure historique comme l’a bien montré l’émission que lui a consacré Martial Bild sur TV Libertés, d’autre part, sont loin d’être cordiaux et ne sont certes pas prêts de s’arranger…

c2Bx8V4N0A5CKp4FKMUbFMSvfIs.jpg

Le numéro de "Nouvelles de Synergies Européennes" où figure le débat franco-wallon, auquel participa Jack Marchal.

Jack Marchal s’est, de manière très fugace, rappelé à mon bon souvenir le 10 juin 2017 en commentant mes photos de la ville d’Orléans, prise fin juillet 2014 (cf. http://robertsteuckers.blogspot.com/2017/06/orleans-juill... ). Le texte que Jack Marchal a rédigé à cette occasion est particulièrement beau et mérite amplement d’être soumis, en ces tristes jours qui suivent son décès, à ses amis et admirateurs, d'autant plus qu'il donne des détails sur la géopolitique fluviale de la France, plus particulièrement de la Loire. Le voici :

« Bien que la ville soit au cœur de la France et de son histoire, Orléans m'a toujours stupéfié par son caractère d'absolue étrangeté. La vieille ville me donne la sensation d'une sorte de poste-frontière hors du temps — comme confirme la cathédrale, cette invraisemblable anomalie, un sanctuaire gothique construit en pleines ères baroque et néo-classique, aux 17-18e siècles, en un temps où le gothique était totalement oublié, ignoré, dédaigné, c'est unique, incroyable...

L'environnement naturel d'Orléans, caractérisé par ses très faibles densités de population, rend compte un peu de cette perception : les immenses solitudes céréalières de Beauce au Nord-Ouest, l'opaque forêt d'Orléans au Nord-Est, et au Sud les landes et marais autrefois inhabités de Sologne. Orléans reste inscrit au milieu d'un no man's land.

IMG_2625.JPG

Certes, je n'ignore pas que la fortune d'Orléans a été basée autrefois sur le fait que la ville concentrait les échanges commerciaux entre la région parisienne et le Sud du pays, au temps où la batellerie se contentait (avant 1840) de faibles tirants d'eau compatibles avec le cours peu fiable de la Loire. Les mariniers remontaient depuis Nantes, portés par les vents dominants d'Ouest, où descendaient le courant depuis Roanne, pas loin de Lyon, et à Orléans avait lieu la rupture de charge, les rouliers prenaient le relais pour le charroi vers ou depuis Paris. D'où vient qu'à la fin du Moyen-Âge, Orléans était une des principales villes du pays, seulement dépassée par Paris, Rouen et Lyon.

Le vieil Orléans est aujourd'hui au centre d'une grosse agglomération, avec d'immenses zones industrielles et résidentielles, centres commerciaux, campus universitaire etc., tous d'une fastidieuse banalité style années 60-70, quoique pas désagréables à habiter. Il reste que le noyau ancien est étrangement mal connecté avec cette périphérie. Le vieil Orléans central restera toujours pour moi une énigme insoluble. Et cette cathédrale...

J'aime bien les souvenirs photographiques de voyage dont Robert nous gratifie régulièrement ; que n'y ajoute-t-il des commentaires historiques, culturels, géopolitiques, il saurait très bien faire. Bah, que, concernant Orléans, ce qui précède en tienne lieu.

Jack M. ».

Et voici mes réponses :

« Merci, cher ami, pour ces belles précisions quant à l'histoire et la géographie d'Orléans. Ce qui m'a frappé, outre le cours lent de la Loire, ce sont 1) le modèle romain en damier de la ville; 2) la plaque commémorative, discrète, dans la rue qui descend de la cathédrale vers les berges de la Loire, en l'honneur des chevaliers écossais qui ont combattu aux côtés de Jeanne d'Arc, dont les ressortissants d'un clan "Kennedy". Le pont qui enjambe la Loire recèle un certain charme et l'île au milieu du fleuve abrite de jolis échassiers blancs.
Bien à vous,
L'Oncle Bob.

J'oublie: le contraste entre la Beauce et la Sologne est remarquable, très apaisant quand on vient d'une région à trop haute densité démographique et que l'on emprunte les petites routes (et non les autoroutes). La route qui va de la Ferté-Saint-Aubin à Vierzon est une ritournelle dont je ne me lasse jamais. J'y ai mon boulanger, mon marchand de journaux, mes étapes. Merci d'avoir ajouté cette comparaison. Elle mérite sa place, toute sa place dans un commentaire sur Orléans ».

Nos chemins se sont alors définitivement séparés il y a six ans. Je ne savais pas où joindre Marchal. Je n’avais plus aucune de ses coordonnées mais j’ai été ému de savoir qu’il parcourait si attentivement les blogs que j’abreuvais chaque jour. Une complicité tacite, bien que critique. De celles qui, j’espère, touchent un maximum de personnes qui utilisent les textes subrepticement pour émailler leurs conversations, épicer leurs articles, éduquer leurs enfants, informer leurs amis. C’est ainsi que se construit, à pas de colombe, le pôle de rétivité que Jack et moi-même, chacun à notre manière (et Dieu sait si elles sont différentes), ont toujours voulu édifier. A Martial Bild, il déclarait qu’en fin de compte nous aurions raison. Je n’en doute pas un instant. Vaarwel, beste vriend !

16:19 Publié dans Hommages | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : jack marchal, hommage | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire