Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 22 septembre 2022

En avant vers la guerre civile?

Beeld-Duitsland-stadsoorlog.jpg

En avant vers la guerre civile?

par Klaus Kunze

Bron: http://klauskunze.com/blog/2022/09/20/vorwaerts-in-den-bu...

"Les guerres civiles sont inévitables": ce n'est nul autre que Ray Dalio, l'un des hommes les plus riches de la planète et propriétaire du plus grand fonds spéculatif, qui écrit cela. Sur Wikipedia, je lis qu'il est également philanthrope.

Pour un philanthrope, sa déclaration semble quelque peu surprenante, mais le grand capitaliste ne laisse planer aucun doute sur le fait qu'il craint et déteste la guerre civile.

    Les guerres civiles sont incroyablement violentes parce qu'on s'y bat jusqu'à la mort. Tout le monde devient extrémiste parce qu'on doit prendre parti et se battre - et les modérés ont tendance à perdre dans les combats au couteau.

   Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.240.

Dans mon article intitulé "Le déclin de l'empire" ( http://euro-synergies.hautetfort.com/archive/2022/09/20/le-delcin-de-l-empire.html ), j'ai présenté en détail le livre de Dalio et sa théorie cyclique de l'histoire. Selon cette théorie, tous les pays passent par des phases d'ascension, de puissance maximale et de déclin. Ce dernier se traduit par une décadence, une dette publique élevée, l'impression d'une masse monétaire inflationniste et des conflits internes dus à l'élargissement du fossé entre les riches et les pauvres. La société se désagrège selon de nombreuses lignes de fracture. Cette phase, la cinquième selon Dalio, est suivie d'une sixième, au cours de laquelle les conflits ont souvent dégénéré en guerre civile.

61R4llNQbkL.jpg

Dalio consacre un grand chapitre à ce scénario, dont le contenu devrait être connu de tout Allemand politiquement actif. Il est plus pertinent pour nous que l'intention réelle de Dalio, qui est de donner de bons conseils à ses lecteurs sur les endroits où mettre leur fortune à l'abri en temps voulu ("En Europe, vous ne récupérerez probablement jamais votre capital actuellement, compte tenu des taux d'intérêt nominaux négatifs," p. 298). Nous ne sommes pas si riches que cela. Mais peut-être pouvons-nous sauver notre peau, et même, de préférence, notre peuple.

Les analyses de Dalio sur les scénarios d'effondrement, observés dans le passé et dans certains pays, nous permettent de faire des pronostics essentiels à cet égard. L'éternel endormi allemand n'est que trop heureux d'occulter la réalité qui nous entoure. Les médias d'État l'aident volontiers à s'endormir. Mais c'est Dalio qui devrait le réveiller :

    Les guerres civiles sont inévitables. Ainsi, au lieu de supposer que "cela n'arrivera pas chez nous", comme le font la plupart des gens dans la plupart des pays lorsqu'il s'est écoulé suffisamment de temps sans guerre civile, il vaut mieux être sur ses gardes et guetter les signes indiquant combien de temps elle peut encore se faire attendre.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.232.

Les signes avant-coureurs

Des conflits avec un potentiel de guerre civile menacent à moyen terme de deux côtés : du côté des Allemands appauvris et du côté des étrangers qui veulent bénéficier des avantages matériels.

Dans les années à venir, des millions de travailleurs de la génération d'après-guerre partiront à la retraite. Beaucoup d'entre eux ont travaillé dur pour acquérir un patrimoine: des biens immobiliers, certains des actions ou des économies et presque tous des droits quelconques à la retraite et à la pension. Ils possèdent des actifs réels et des actifs financiers, c'est-à-dire des droits garantis par des obligations.

5db7f064b1b74d0da4cc859c_800x0xcover_6SF4Sj4N.jpg

La question de savoir si et dans quelle mesure ces droits pourront être satisfaits dans les années à venir dépend de la performance de notre économie réelle. "Les retraites sont sûres ?". Il n'y a jamais de sécurité pour l'avenir ! Pendant des décennies, les Allemands ont refusé d'assurer leur propre reproduction. Nous nous réduisons de moitié de génération en génération.  Quelqu'un pense-t-il sérieusement que les millions et les millions d'immigrés de ces dernières années sont capables ou désireux d'assurer notre prospérité à la retraite ? Quelle naïveté !

Au lieu de cela, il se passe deux choses à la fois: premièrement, notre gouvernement redistribue énormément d'argent par le biais de transferts sociaux et, deuxièmement, et c'est le plus grave, il ne possède pas ces sommes colossales d'argent, mais les emprunte sur le marché des capitaux et les jette en pâture aux gens. De ce fait, l'inflation ne cesse d'augmenter, avec pour conséquence une baisse constante de la valeur de l'épargne allemande à hauteur de ce même taux d'inflation. Nous devenons de plus en plus pauvres, alors que les bénéficiaires consomment l'argent. Dalio estime qu'il est juste de s'endetter pour des investissements innovants, mais qu'il est désastreux de les utiliser pour la consommation.

Le gouvernement n'a cependant pas d'autre choix, car si l'écart entre les riches et les pauvres s'élargit trop, des luttes pour la répartition des richesses risquent d'éclater et la guerre civile est alors d'emblée à notre porte. Or, le gâteau à partager ne cesse de se réduire en raison d'erreurs gouvernementales lourdes de conséquences. Depuis 2021, cela a été l'étouffement généralisé de notre économie par des confinements qui, comme chacun sait, devaient nous sauver la vie à tous, mais qui ont en fait ruiné la vie et l'existence économique de beaucoup. La spirale des prestations sociales ruineuses et de l'étranglement de l'économie est en train de descendre vertigineusement vers le bas. Nous faisons de moins en moins d'efforts et vivons à crédit - pour Dalio, c'est un signe infaillible de déclin.

Une guerre au mauvais moment

Et c'est justement dans cette situation de crise que nous faisons la guerre. Selon Ray Dalio, le déclin d'un pays s'accompagne généralement d'une chute de la valeur de la monnaie et de conflits internes et externes.

    Un conflit militaire est généralement précédé d'une guerre économique.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De la montée et de la chute des nations, 2022, p.262

Ne nous faisons pas d'illusions : nous sommes déjà dans le conflit. Dalio distingue

    - les guerres de capitaux : conflits réglés à l'aide d'instruments financiers tels que les sanctions (par exemple, en interrompant les flux monétaires et de crédit, en pénalisant les instituts et les États qui les proposent) ou en limitant l'accès d'autres pays aux marchés de capitaux [par rapport à].

    - les guerres militaires : conflits dans lesquels des tirs à munitions réelles sont effectués et des forces armées sont utilisées.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De la montée et de la chute des nations, 2022, p.245.

ray-dalio-hat-ein-kultbuch.jpg

Nos rouges-verts, qui ne sont apparemment plus du tout pacifistes, se sont associés à une guerre économique classique (menée par les États-Unis) avec leur politique de "sanctions" et ont répandu, par le biais des médias d'État qu'ils tiennent entre leurs mains, l'impression lénifiante qu'il ne s'agissait que de mesures hautement humaines, pacifiques et civilisées, un "toi, toi ! aggravé" en quelque sorte. Comme le montre Dalio à l'aide de nombreux exemples historiques, ces guerres de capitaux ne constituent généralement qu'une phase d'un processus de guerre au cours duquel, finalement, des coups de feu sont tirés à un moment donné.

    Les guerres ouvertes éclatent généralement lorsque des questions existentielles sont en jeu et qu'elles sont si importantes pour la survie d'un pays que les gens sont prêts à se battre et à mourir pour elles. Les guerres qui en résultent permettent de déterminer quel camp s'imposera et aura ensuite la suprématie. Cette clarté sur qui fait les règles devient alors la base d'un nouvel ordre international".

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.245 et suivantes.

Nous savons tous aujourd'hui à quel point nos dépenses dans la guerre économique contre la Russie et la guerre militaire en faveur de l'Ukraine nuisent à notre économie. Nous ne savons pas encore si et quand les lumières et le chauffage seront éteints. En tout cas, le gouvernement semble faire de son mieux pour aboutir à cela.

Faillite de l'État

En théorie, un État ne peut pas faire faillite. Quant à savoir si l'argent qu'il imprime a encore un quelconque pouvoir d'achat, c'est une autre histoire. Mais notre chute pourrait bien être d'ores et déjà annoncée. Les signes avant-coureurs sont déjà écrits en grosses lettres sur les murs, et leur dernier mot est : guerre civile.

Les personnes rassasiées et satisfaites restent tranquillement chez elles. Tous les Allemands n'ont plus une maison à eux. Les foyers d'accueil de nuit, les soupes populaires, les repas pour les pauvres, tout cela existe déjà. Il y a des conflits sociaux dans l'air. Dès que la classe moyenne sombrera elle aussi dans une pauvreté relative, les signes de la tempête se feront sentir. Il pourrait y avoir un effondrement.

    Il est fort probable que cet effondrement se produise lorsque le crédit et l'argent sont déjà si infiltrés qu'ils ne peuvent plus être convertis en valeurs réelles, car il n'y a pas assez de biens et de services auxquels ils donnent droit.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.245 et suivantes.

Grâce au travail acharné de plusieurs générations, nos crédits et notre argent sont encore en grande partie entre les mains des Allemands, tout comme nos biens matériels. Pendant ce temps, les immigrés et leurs descendants constituent essentiellement le tiers inférieur de la population sur le plan économique. Notre gouvernement en importe sans cesse davantage. Le conflit social est dès lors inévitable. Il est humain que ces gens finissent par réclamer une plus grande part du gâteau, mais celle-ci sera réduite par le déclin économique et la dette.

D'un autre côté, l'expérience historique montre que les Allemands restants ne sont pas disposés à partager ou à abandonner leur pays et leur prospérité sans se battre.

Selon l'analyse de Ray Dalio, ce sont des conditions suffisantes pour une guerre civile.

PH009859.jpg

La question du système

Les guerres civiles répondent à la question du pouvoir.

    Le pouvoir est détenu par celui qui fixe les règles. Ce n'est pas le pouvoir qui prime sur le droit ; mais : celui qui a le pouvoir fait le droit.

    Klaus Kunze, Mut zur Freiheit, 1ère édition 1995, p.61.

Ces règles sont les règles sociales et constitutionnelles qui régissent le fonctionnement d'un État. Elles ne tombent pas du ciel, mais sont établies par les personnes qui en ont le pouvoir. Les nôtres ont établi la règle selon laquelle leur constitution doit être éternelle :

    Art. 79 Toute modification de la présente Loi fondamentale qui affecterait la division de la Fédération en Länder, la participation fondamentale des Länder à la législation ou les principes énoncés aux articles 1 et 20 est interdite.

La clause d'éternité protège donc les principes suivants:

    Art. 20 (1) La République fédérale d'Allemagne est un État fédéral démocratique et social.

    (2) Tout le pouvoir d'État émane du peuple. Il est exercé par le peuple lors d'élections et de votations et par des organes spéciaux de la législation, du pouvoir exécutif et de l'administration de la justice.

    (3) Le pouvoir législatif est lié à l'ordre constitutionnel, le pouvoir exécutif et le pouvoir judiciaire sont liés à la loi et au droit.

    (4) Tous les Allemands ont le droit de résister à quiconque entreprend de supprimer cet ordre, si aucun autre remède n'est possible.

Tout cela me plaît, sans ambigüité. Et tout d'abord, bien sûr

    l'Art. 1 (1) La dignité (Würde) de l'homme est inviolable. Le respect et la protection de la dignité humaine sont une obligation pour tous les pouvoirs publics.

    (2) Le peuple allemand reconnaît donc les droits inviolables et inaliénables de l'homme comme fondement de toute communauté humaine, de la paix et de la justice dans le monde.

    (3) Les droits fondamentaux suivants lient le pouvoir législatif, le pouvoir exécutif et la jurisprudence en tant que droit directement applicable.

Ray Dalio ne croit pas à l'immuabilité, mais aux changements permanents. Ceux-ci concernent toujours aussi la constitution d'un pays. Les combattants des guerres civiles et les révolutionnaires n'ont jamais tenu compte des règles existantes. Il sait aussi pourquoi il en est ainsi: pour eux, d'autres questions sont plus importantes que le système existant :

    Si les causes pour lesquelles les gens se passionnent sont plus importantes pour eux que le système de prise de décision, alors le système est en danger.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.227.

Qu'est-ce qui vaut la peine d'être conservé dans un système qui nous conduit vers une disparition prévisible, par exemple parce que nous n'existerons plus du tout en tant que peuple à l'avenir ? Qu'est-ce qui nous lie à un système de décision qui ne nous protège pas ?

FEAwW5WXMAMf8_5.jpg

Le 3 septembre, j'ai écrit ici :

"Il existe un lien toujours valable et nécessaire entre la protection et l'obéissance. Nous sommes fidèles à la loi parce que la loi nous protège. Nous sommes fidèles à l'État parce que l'État nous protège. Dans un pays démocratique, c'est la majorité qui décide qui est ce "nous". L'acceptation de notre système politique pourrait être dévastée si une majorité n'avait plus l'impression qu'il s'agit de "notre" système et que ce système protège le peuple allemand. En excluant les démocrates fidèles et les amis de la Constitution et en les déclarant ennemis de la Constitution parce qu'ils souhaitent maintenir l'existence ethnique de notre peuple, et en justifiant justement ce jugement par la dignité humaine de tous ceux qui veulent aussi venir ici, notre Cour constitutionnelle met en danger notre ordre fondamental démocratique et libéral et mine notre État".

Notre État protège-t-il donc notre peuple ? Cela dépend justement de ce que l'on entend par "peuple allemand". Or, il est difficile pour les citoyens qui n'ont pas de connaissances spécifiques en droit constitutionnel de comprendre qu'un Congolais possédant un passeport allemand puisse faire partie du peuple allemand, alors qu'un Tyrolien du Sud possédant un passeport italien n'en fait pas partie. En Allemagne, être allemand et avoir notre nationalité ont toujours été deux choses différentes. La Cour constitutionnelle fédérale a décidé qu'il était suspect de réclamer politiquement la préservation de l'allemand. Bien sûr, cela ne figure dans aucune loi.

    Les règles et les lois ne sont efficaces que si elles sont claires et si la plupart des gens tiennent suffisamment à leur préservation pour se montrer prêts à faire des compromis. Si les parties rivales ne sont pas prêtes à se parler raisonnablement et à prendre des décisions civilisées pour obtenir ce qu'il y a de mieux pour tous - des décisions qui exigent d'elles qu'elles renoncent volontairement alors qu'elles auraient des chances de succès dans la bataille -, une sorte de guerre civile éclate.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.227 et suivantes.

Armes politiques

De telles tensions ne se déclencheront en aucun cas à cause de querelles idéologiques ou juridiques, la plupart des gens sont trop paresseux et rétives au risque pour cela. Mais si la misère est à la porte et que des couches sociales allemandes encore plutôt fortunées se retrouvent face à des immigrés et à leurs descendants en nombre égal mais non fortunés, il en résultera inévitablement des conflits de répartition dans lesquels ceux-ci défendront leur pays et leur fortune, tandis que ceux-là exigeront une "juste" part des deux.

Pour éviter un tel scénario dès le départ, l'Allemagne avait autrefois adopté une politique d'intégration : celui qui voulait un passeport allemand devait devenir ethniquement "allemand", en tout cas s'intégrer socialement. Cette situation est révolue depuis longtemps. C'est devenu impossible en raison de la masse des nouveaux arrivants qui ne peuvent pas s'intégrer. Pour que les Allemands restent calmes, l'État et nos gouvernants ont donc pris le parti d'étouffer toute opposition possible par des lois pénales plus strictes, par exemple en codifiant des lois pour punir l'"incitation à la haine", et pour "protéger" la Constitution et son orchestration par les médias d'État.

    Dans les derniers stades de la phase 5, les systèmes juridiques et policiers sont généralement utilisés comme des armes politiques par ceux qui peuvent les influencer. [...] A la fin de la phase 5, les manifestations se multiplient et deviennent de plus en plus violentes. Comme la frontière entre les protestations saines et les prémices d'une révolution est parfois floue, c'est souvent un exercice d'équilibre délicat pour les dirigeants que d'autoriser les manifestations sans pour autant permettre la prétendue liberté de se révolter contre le système.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.228 et suivantes.

Nous savons maintenant pourquoi les ministres affirment déjà que les manifestations de protestation de personnes appauvries, qui auront indubitablement lieu l'hiver prochain, seront qualifiées "d'extrême droite et d'anticonstitutionnelles".

Perspectives

Dalio ne cesse de souligner qu'il n'y a jamais de fatalité dans l'histoire. Parfois, les systèmes peuvent s'adapter. Parfois, ils doivent le faire s'ils ne veulent pas disparaître. Les systèmes sont faits pour les hommes et non les hommes pour les systèmes. Ceux-ci sont toujours "en danger" lorsque d'autres préoccupations sont plus importantes pour les gens que leur système (p.227).

    La roue de l'histoire continue de tourner inexorablement. Les peuples vont et viennent - les systèmes vont et viennent.

    Klaus Kunze, Der totale Parteienstaat, 1994, p.98.

Klaus-Kunze+Der-totale-Parteienstaat.jpg

C'est une erreur...

    ... c'est donc une erreur de croire strictement qu'un système économique ou politique est fondamentalement le meilleur, car il y aura certainement des moments où ce système ne sera pas optimal pour les circonstances du moment. Si une société ne s'adapte pas, elle disparaît.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, L'ascension et la chute des nations, 2022, p.241.

Notre système peut-il être réformé de telle sorte qu'il n'y ait pas de conflits violents ? Nous, les bons citoyens, nous l'espérons. Car nous avons beaucoup à perdre.

    Les guerres civiles et les révolutions ont inévitablement lieu pour changer radicalement l'ordre politique intérieur. Elles impliquent une restructuration complète de la richesse et du pouvoir politique, y compris une restructuration complète de la dette, de la propriété financière et des processus de décision politique. Ces changements sont la conséquence naturelle de la nécessité d'opérer des changements majeurs qui ne sont pas possibles dans le cadre du système actuel.

    Ray Dalio, L'ordre mondial en mutation, De l'ascension et de la chute des nations, 2022, p.234.

C'est ce que nous dit Ray Dalio, le philanthrope.

Commentaires

« En avant vers la guerre civile ? »
Ne jamais prendre à la légère ou plaisanter avec ce type de conflit des plus dramatique et meurtrier.
Conséquences d'un ferment de lutte (désaccords d’intérêts, ethniques ou religieux) dans les nations, souvent généré (diviser pour régner) par nos marionnettes gouvernementales corrompues, systématiquement entretenu par elles, et quelques fois même amplifié pour répondre aux impératifs d'un agenda oligarchique, il permet surtout d'empêcher un peuple de s'allier pour une défense commune contre ses tyrans.

Écrit par : Annwn | vendredi, 23 septembre 2022

Écrire un commentaire