Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 05 octobre 2022

La controverse eurasienne dans l'opposition en Russie aujourd'hui [1ère partie]

russland-propaganda-schueler-putin.jpg

La controverse eurasienne dans l'opposition en Russie aujourd'hui [1ère partie]

par Aleksandr Douguine

Source: https://www.ideeazione.com/la-polemica-eurasiatica-nellopposizione-1/

L'opposition et le système

Ces derniers temps, l'équilibre délicat perceptible dans le domaine de l'opposition politique et idéologique en Russie a commencé à être perturbé par une polémique croissante entre les "ethnocentristes" et les "Eurasiens", les "rouges" et les "blancs", etc. D'une part, cette polémique a clarifié les principes doctrinaux de ces diverses tendances, mouvements et partis qui étaient auparavant trop souvent vagues et seulement inconsciemment formulés. C'est un aspect positif. D'autre part, ce processus est le signe de l'entrée de l'opposition dans un schéma préparé par le Système, c'est-à-dire sa "conventionnalisation", sa domestication et sa "castration" dans des "jeux" parlementaires et partisans stériles. Il convient de noter que ce processus d'élimination de l'opposition non pas par la répression, mais par la domestication, la corruption progressive et la "stérilisation" a été brillamment élaboré dans l'Occident mondialiste. Selon les mots de Jean Thiriart : "Il y a deux façons de détruire une idéologie révolutionnaire (en particulier le communisme) : la bureaucratie et le parlementarisme".

Il est assez significatif que dans les sociétés mondialistes développées, il n'existe pas d'opposition qui remette réellement en cause les principes mêmes du système. La droite et la gauche ne sont que des éléments d'un jeu délibérément fabriqué et fallacieux. En revanche, notre opposition, à nous en Russie, qui a pris forme après août 1991, est une véritable opposition qui incarne le profond rejet de certains segments de la société, non seulement des actions spécifiques du groupe au pouvoir, mais aussi des principes mêmes de la vision du monde qui a triomphé dans le pays après la défaite du coup d'État.

L'émergence de polémiques aussi amples au sein de l'opposition pourrait conduire à sa fragmentation et à son intégration ultérieure dans des niches politiques spécialement préparées par le régime lui-même. Pour cette raison, il est très important de clarifier ici et maintenant les différences de perspective qui émergent au sein de l'opposition et d'émettre des hypothèses sur la logique de leur développement potentiel.

Le début de la polémique : Eurasianistes et ethno-centristes

La ligne principale de la division qui se dessine dans l'opposition oppose les "eurasistes", les "étatistes" et les "nationaux-communistes" d'une part, et les "nationalistes", les "panslavistes" et les "monarchistes" d'autre part. Le critère principal et le motif central de ce débat est la question de notre approche de l'État et de l'ethnos. C'est précisément cette conception qui divise l'opposition aujourd'hui, et non la question de l'attitude envers le communisme, la religion, le marxisme, etc.

Des deux côtés, on trouve une extrême droite (composée d'antimarxistes, d'orthodoxes, de fascistes, etc.) et une extrême gauche (composée d'anciens membres de l'appareil du parti, de communistes, de socialistes, etc.). Les Eurasiens et les "étatistes" affirment la supériorité de l'État sur l'ethnie. Leur nationalisme est ouvertement impérial, supra-ethnique et géopolitique et est souvent couplé au messianisme traditionnellement russe, orthodoxe et étatique, propre du peuple porteur de Dieu (théophore). Pour cette aile, le démembrement de l'URSS est un Mal absolu, et les auteurs de cette aberration doivent être clairement identifiés comme des criminels nationaux avec lesquels aucun dialogue, conciliation ou compromis constructif n'est possible. Il s'agit là d'une "opposition radicale et irréconciliable", dotée d'une forte détermination politique à combattre le Système jusqu'au bout. Dans ce combat, les Eurasiens sont prêts à s'allier à toutes les forces religieuses, nationales et géopolitiques, tant à l'Est qu'à l'Ouest, qui peuvent aider à la lutte contre le mondialisme et contribuer à la reconstitution de l'Empire. En termes géopolitiques, les "étatistes" considèrent le mondialisme et les États-Unis thalassocratiques comme l'ennemi principal.

Les "nationalistes slavophiles", quant à eux, affirment la primauté du facteur ethnique. Ce nationalisme se limite à l'ethnos de la Grande Russie ou à la défense d'une union pan-slave. Ce camp abrite deux pôles : le pôle "ethnique minimaliste", incarné par les projets de l'organisation ROD basée à Pétersbourg, qui propose d'établir un État mono-ethnique de la Grande Russie, et le pôle "ethnique maximaliste", qui propose même parfois de restaurer l'URSS, mais uniquement dans le contexte et au cours de l'expansion militaire et économique nationale de la Russie dans les républiques sécessionnistes (par exemple sous le prétexte de défendre la population russe). Les nationalistes slavophiles n'excluent pas la possibilité d'un dialogue et d'une coopération avec le gouvernement à condition de limiter l'influence des russophobes ouverts et haineux et des peuples non-russes. En tout cas, pour eux, l'ennemi principal est les autres peuples, les Juifs, etc. Pour eux, les facteurs géopolitiques sont secondaires et ont une valeur purement pratique.

meeting-patriotic-citizens-november-moscow-russia-representatives-national-liberation-movement-nod-flags-icons-117444661.jpg

Reproches mutuels

Les deux pôles de l'opposition ont un certain nombre de revendications fondamentales contre l'autre, qui sont facilement distinguables.

Les Eurasiens ont formulé un certain nombre de revendications à l'encontre des ethnocentristes. Ils accusent ces derniers:

    - d'avoir facilité l'effondrement de l'URSS en exigeant la souveraineté de la Russie et la création de bases étatiques au sein de la RSFSR (ce qui n'a fait que faire le jeu des démocrates et des mondialistes) ;

    - de provoquer des tensions au sein de la population russe dans les républiques (puisque limiter la nation russe à un cadre ethnique étroit ne peut que conduire à l'aliéner des autres peuples de l'empire) ;

    - de priver le mouvement patriotique de la conscience géopolitique de la stratégie américaine de conquête de l'Eurasie (dont les Américains profitent pour étendre leurs mains sur les régions que les Russes laissent sans surveillance en décidant de "se concentrer sur leurs propres problèmes") ;

    - d'avoir réduit le nationalisme "universel", "impérial" et "messianique" des Russes au niveau des frontières purement ethniques (rendant ainsi le nationalisme russe impuissant, passif et incapable de remplir sa mission d'État);

    - d'avoir favorisé l'engagement conformiste dans le dialogue avec le gouvernement russe anti-national, mondialiste et pro-américain chaque fois qu'il fait des gestes hypocrites envers les traditions russes (folklore national-religieux archaïque et inoffensif) ;

    - d'avoir idiotisé les traditions russes en prônant la restauration des aspects archaïques et lugubres de la Russie prérévolutionnaire et en renonçant aux réalisations technologiques, stratégiques et industrielles de la période soviétique ;

    - d'avoir trop souvent prôné la propriété privée (le capitalisme national), qui est en contradiction avec les traditions sociales de la Russie ;

    - enfin, en étant les principaux artisans de la scission dans l'opposition, d'avoir rejeté l'alliance qui leur était constamment proposée par les Eurasiens, conformément à l'ouverture et au pragmatisme de leur idéologie, qui se fixait comme objectifs principaux la reconquête de l'État et la restauration de l'Empire.

Dans ce cadre: Qui sont les bolcheviks ? Qui sont les Mensheviks ?

Ce sont là les raisons fondamentales de la controverse croissante au sein de l'opposition, qui peut difficilement être arrêtée au niveau des leaders autoritaires qui appellent à la concorde et à l'unité et offrent des admonitions et des sympathies personnelles. Sur cette question, cependant, ces contradictions sont de nature fondamentale et peuvent être comparées de manière circonstancielle à la dispute entre les bolcheviks et les mencheviks. Les Eurasiens sont les bolcheviks qui refusent tout compromis avec le gouvernement mondialiste corrompu, s'abaissent à la démagogie parlementaire, recherchent la conciliation avec le système et ne sont pas disposés à opter pour des compromis limités et ambigus. Les ethnocentristes sont les mencheviks qui se contentent de poursuivre des réformes graduelles au niveau national et d'abandonner la révolution nationale planétaire en échange de petites concessions de la part des mondialistes, qui sont prêts à présenter aux Russes un "être national" folklorique dans les réserves eurasiennes.

En outre, il est extrêmement important que le camp eurasien soit engagé dans un processus de créativité idéologique qui conduit à la formation de nouveaux concepts, tels que le "futurisme slavophile" et la grande idée de l'"Empire eurasien", qui, à l'avenir, sera en mesure non seulement de récupérer la puissance géopolitique perdue de la Russie, mais aussi de devenir un centre de doctrine anti-mondialiste capable de stimuler le processus planétaire de libération idéologique et géopolitique de la domination bancocratique américaine. Cette idéologie est offensive, virulente et universellement applicable, tant en Europe que dans le tiers monde.

Les "nationalistes" se concentrent uniquement sur la résistance passive et défensive. Ils regardent en arrière avec une nostalgie passionnée et une nostalgie sentimentale du passé. Ils sont fidèles non pas tant à l'esprit et à l'essence de la Tradition russe qu'à ses formes extérieures. Cependant, le modèle mono-ethnique de la Russie est sans aucun doute une idée entièrement "moderniste", car rien de semblable n'a jamais existé en Russie dans toute son histoire.

Toutefois, il serait erroné d'associer les "bolcheviks" de l'opposition (les Eurasiens) au "modernisme" et les "mencheviks" à l'"archaïsme". En réalité, les deux pôles contiennent des éléments modernes et traditionnels, bien que combinés de différentes manières. L'orientation impériale, l'ouverture aux groupes ethniques non russes, l'élitisme et les traditions économiques communautaires constituent les aspects profondément traditionnels du côté eurasien. Cependant, les Eurasiens sont des modernistes en termes de projets industriels, technologiques et militaro-industriels et en soutenant la création de systèmes informatiques mondiaux et de systèmes de communication modernes. Les "nationalistes" purs sont des modernistes dans leur "mono-ethnisme", dans leur aversion pour les élites (ce qui est une preuve d'individualisme et d'égalitarisme) et dans leur sympathie pour le capital national. D'autre part, leur rejet de l'industrialisation et du développement technologique est une caractéristique purement archaïque.

Commentaires

Du resucé.

Les utérus artificiels peupleront la Sibérie de bébés OGM au QI de 200 tous clones, et le nouvel ethnos sera formé dans un égalitarisme spartiate du mépris de l'Avoir. L'empire archaïque sera réinventé futuriste, et non copié à la Don Quichotte par des hallucinés du Passé.

Écrit par : le sith rouge | jeudi, 06 octobre 2022

Écrire un commentaire