Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 octobre 2022

SCO : un cadre de travail pour la mise en œuvre des politiques de bon voisinage

0 _28CCJL-7zGG0KBD.jpg

SCO : un cadre de travail pour la mise en œuvre des politiques de bon voisinage

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitika.ru/article/shos-rabochaya-struktura-dlya-provedeniya-v-zhizn-politiki-dobrososedstva

Le sommet de l'OCS qui s'est déroulé à Samarkand à la mi-septembre 2022 a démontré que le processus en cours de renforcement du monde multipolaire avançait bon train et que l'intérêt croissant d'autres pays pour l'organisation se manifestait nettement. Les dernières étapes avec l'admission de la République islamique d'Iran dans l'organisation élargissent considérablement la portée géographique et démontrent la nature inclusive de l'organisation. Et les candidatures de pays comme l'Argentine démontrent le potentiel d'un engagement mondial au-delà de l'Eurasie.

Il est important de noter qu'il existe un certain nombre d'autres structures similaires, comme l'OTSC, dont les objectifs stratégiques coïncident avec ceux de l'OCS et dont les activités se chevauchent grâce à l'adhésion des États de la zone de responsabilité géopolitique.

Les observateurs étrangers se sont rapidement concentrés sur le sommet, mais peu d'entre eux ont pris la mesure de l'événement, ainsi que de la transformation de l'organisation elle-même. L'Institut allemand pour les affaires internationales et pour la sécurité, qui élabore la stratégie de la politique étrangère de l'Allemagne, a noté que "la fonction la plus importante de l'OCS a toujours été d'assurer un équilibre des intérêts entre ses principaux membres. Ceci est plus pertinent que jamais dans le contexte des confrontations géopolitiques en cours" (i).

En effet, la Russie et la Chine avaient des points de vue quelque peu différents sur les fonctions et l'importance de l'OCS. Pour la Chine, l'intention initiale était d'établir la paix et l'harmonie autour de ses frontières, de résoudre tous les différends avec ses voisins et de gagner un soutien sur les questions de sécurité intérieure. Aujourd'hui, Pékin se positionne comme un acteur important en Eurasie et, dans le cadre de l'initiative "One Belt, One Road", veut étendre son influence en Asie centrale et dans d'autres régions. L'Asie centrale est cependant la sphère d'influence traditionnelle de la Russie. L'OCS, en fait, est une structure stabilisatrice pour les intérêts des deux puissances et des États d'Asie centrale eux-mêmes, qui sont satisfaits de ce format.

RTX68CZUgaehahh.jpg

A l'Ouest, la réunion de Samarcande a été perçue comme un fait de plus confirmant le non isolement de la Russie. Toutefois, il convient de souligner que bon nombre des chefs d'État qui ont participé au sommet entretiennent des relations tendues avec l'Occident, de sorte que la réunion s'est déroulée dans une atmosphère favorisant la critique des politiques occidentales en général et insistant sur l'importance de l'OCS en tant que modèle alternatif de gouvernance dans les relations internationales.

Certains représentants de l'OTAN craignent que l'OCS ne se transforme en une alliance anti-occidentale qui deviendrait une sorte d'antithèse de l'hégémonie occidentale, y compris dans les démonstrations de hard power. Toutefois, la valeur de l'OCS est inhérente à son statut de non-alignement, ce qu'a souligné le président de l'Ouzbékistan à l'approche du sommet. C'est pourquoi l'élargissement de l'OCS à des pays comme l'Iran et potentiellement la Turquie, et certains États arabes, est une option extrêmement attrayante pour les pays d'Asie centrale. Ils y voient une occasion d'établir des liens multilatéraux tout en restant dans le cadre géopolitique de l'organisation. Chaque participant conserve à la fois sa souveraineté et gagne un élément supplémentaire, celui de la diversité. Ceci, d'une part, limite les ambitions des membres individuels, mais, d'autre part, montre la différence avec les modèles occidentaux typiques, qui sont construits sur une gestion rigide et la suppression de la volonté des membres subordonnés par le chef-patron.

Examinons les erreurs typiques commises par les experts occidentaux à l'égard de l'OCS. L'Institute for Foreign Policy Studies, basé aux États-Unis, a précédemment souligné qu'il était peu probable que l'OCS s'engage activement en Afghanistan (ii). Il a noté que l'OCS ne pouvait pas combler le vide laissé par le retrait américain car les interventions militaires ne font pas partie du mandat de l'organisation. Il a également été souligné que l'OCS n'a jusqu'à présent pas reconnu officiellement le régime des Talibans et ne les a pas invités au sommet de Douchanbé à la mi-septembre 2021. Les talibans n'étaient pas non plus présents au dernier sommet, bien que la sécurité en Afghanistan ait été l'un des principaux sujets à l'ordre du jour (iii). D'autre part, plusieurs États de l'OCS ont des contacts directs avec les talibans. La Russie est activement engagée dans des pourparlers sur un certain nombre de fronts. Le Pakistan dispose également de mécanismes et de canaux de communication fiables avec les talibans. Il est clair que l'OCS a décidé de ne pas exercer de pression comme le fait l'Occident, mais de trouver des moyens plus délicats de travailler avec l'Afghanistan. Cela montre également la différence d'approche entre les types de projection politique orientaux et occidentaux.

SCO-Summit-2019.jpg

Il est intéressant de noter que Walter Russell Mead, expert ès-relations internationales et politique publique américaine, a au contraire noté qu'au milieu d'autres événements, tels que la visite de la présidente de la Chambre des représentants Nancy Pelosi en Arménie et la déclaration du président Biden selon laquelle les États-Unis défendraient Taïwan avec des troupes américaines si Pékin lançait une invasion, "la nouvelle la plus importante de la semaine n'est pas venue de Washington". Elle est venue de Samarkand, en Ouzbékistan, la légendaire ville de la route de la soie où les huit pays qui composent l'Organisation de coopération de Shanghai ont tenu leur sommet annuel" (iv).

Bien que son style de déclaration soit assez émotif et plein de récits agressifs.

Selon Asia Times, le message principal de Mead semble être double: premièrement, "l'équilibre des forces en Eurasie est en train de changer", affirme-t-il, c'est-à-dire que le soutien de la Chine à son amie et collègue membre de l'OCS, la Russie, s'amenuise. Pour illustrer cela, il établit une comparaison frappante entre les présidents Xi et Poutine d'une part, et Hitler et Mussolini d'autre part. Deuxièmement, il condamne l'OCS en faisant des éloges, notant qu'avec l'inclusion de l'Inde et du Pakistan "l'organisation est devenue plus importante" ; mais il explique ensuite pourquoi le contraire est vrai : "La Russie, la Chine et l'Iran cherchent un nouveau système mondial, mais ne proposent pas d'agenda positif" (v).

Cette contradiction s'explique par le fait qu'un "agenda positif" peut être compris de différentes manières. L'Occident et l'Orient ont des valeurs différentes, ainsi que des positions différentes sur l'ordre mondial actuel. Alors que les États-Unis tentent par tous les moyens de maintenir une hégémonie unipolaire, les pays de l'OCS considèrent le statu quo comme une continuation du néocolonialisme et de l'oppression avec diverses formes de discrimination (exclusivité raciale, asservissement économique, menaces de force, etc.)

Alors pourquoi des politologues de si haut niveau commettent-ils de telles erreurs et formulations incorrectes ? Mahammadbagher Forugh souligne à juste titre que tous les grands médias et groupes de réflexion occidentaux présentent l'organisation sous un faux jour. Ils ont tendance à utiliser des termes tels que "anti-occidental", "anti-américain", "anti-OTAN", "bloc autoritaire", etc. pour décrire l'OCS. Et cela conduit à une compréhension déformée et aux conclusions correspondantes qui influencent les décisions politiques.

Selon lui, "le problème découle des différentes conceptualisations de la "sécurité". Les références occidentales à l'OCS réduisent la sécurité à la notion conventionnelle de géopolitique en tant que puissance "dure" ou militaire (d'où les comparaisons avec l'OTAN). Mais le concept de sécurité qui sous-tend la mission de l'OCS est beaucoup plus large. Stimulé par le discours de sécurité à multiples facettes de la Chine, ce concept englobe non seulement la sécurité géopolitique dure mais aussi le développement géoéconomique. Cette dernière représente une stratégie à long terme que l'on pourrait appeler 'la sécurité par le développement', qui touche aux stratégies mondiales et régionales de tous les États membres de l'OCS" (vi).

Et c'est là un point très pertinent. Comme on l'a déjà noté à propos de l'OTSC et du Projet Belt & Road de la Chine, il existe une grande variété d'initiatives dans la région qui, d'une manière ou d'une autre, se rapportent ou se chevauchent avec l'OCS. Il y a le "Corridor de transport international Nord-Sud", qui est progressivement développé par l'Iran, la Russie, l'Inde et l'Azerbaïdjan.

modi-bishkek-1560517828.jpg

Il y a l'Union économique eurasienne, qui est dirigée de facto par Moscou, bien que toutes les décisions des organes directeurs de l'UEEA soient basées sur le consensus. Il existe des corridors de transport régionaux reliant le Pakistan et les États d'Asie centrale, ainsi que la Turquie. Il existe également des associations professionnelles locales. Et l'OCS devient de plus en plus une plate-forme pour promouvoir ces initiatives et d'autres similaires.

Incidemment, le club international des BRICS comprend trois membres de l'OCS, ce qui doit également être gardé à l'esprit dans le contexte du mouvement du monde vers la multipolarité.

M. Forugh a également souligné avec perspicacité l'existence de deux types de processus qui rapprochent les pays de l'OCS : le premier est un lien négatif à court terme basé sur des griefs géopolitiques communs (tels que les sanctions ou les craintes liées à l'OTAN) contre l'Occident, principalement les États-Unis. Ce lien se situe à un niveau superficiel et bénéficie d'une couverture médiatique importante en Occident. Deuxièmement, et c'est plus important, il y a un lien géo-économique positif à long terme qui est établi grâce aux initiatives d'infrastructure. L'infrastructure cimente les relations, au sens propre comme au sens figuré, entre tous les participants de l'OCS, y compris les États membres, les États observateurs et les États partenaires du dialogue.

Enfin, il convient de rappeler aux sceptiques occidentaux que l'OCS est la plus grande organisation régionale du monde, avec huit membres permanents, dont la Russie, la Chine, le Pakistan et l'Inde, représentant environ 40 % de la population mondiale sur plus de 50 % de la surface du globe, et avec 30 % du PIB mondial. Et ces quatre puissances possèdent des armes nucléaires. Par ailleurs, l'OCS est également un lieu d'aplanissement des contradictions, puisqu'elle comprend des rivaux comme le Pakistan et l'Inde, et que cette dernière a quelques différends avec la Chine. Apparemment, certains de ces pays sont intéressés à rejoindre l'OCS dans l'espoir de trouver un compromis et d'éliminer les griefs historiques. Car il y a encore suffisamment de tensions entre les pays de la région. L'Arménie et l'Ouzbékistan, l'Iran et l'Arabie saoudite, l'Iran et les Émirats arabes unis, la Turquie et l'Irak sont les seuls à être sur l'écran radar. Bien que les perspectives de résolution des différends ne soient pas encore claires, il est peu probable qu'elles soient résolues par des acteurs externes qui agissent habituellement comme des provocateurs et des bellicistes. Pour l'instant, l'OCS reste donc la seule structure opérationnelle pour mettre en œuvre des politiques de bon voisinage.

Notes:

i) I https://www.swp-berlin.org/en/publication/sco-summit-in-samarkand-alliance-politics-in-the-eurasian-region

ii) II https://www.fpri.org/article/2021/09/the-shanghai-cooperation-organization-will-not-fill-any-vacuum-in-afghanistan/

iii) III https://afghanistan.ru/doc/150095.html

iv) IV https://www.hudson.org/research/18228-the-sco-s-clumsy-push-to-disrupt-the-world-order

v) V https://asiatimes.com/2022/09/wsj-pundit-too-easily-dismisses-eastern-led-world-order/

vi) VI https://nationalinterest.org/feature/what-west-gets-wrong-about-sco-204951

 

Écrire un commentaire