Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 08 octobre 2022

La guerre de l'OTAN, la crise énergétique et la menace nucléaire creuseront-elles la tombe de l'Europe?

https __static.nieuwsblad.be_Assets_Images_Upload_2022_09_28_54af9eef-a1e2-4e84-bad7-f0ceb428fe3d.jpg

La guerre de l'OTAN, la crise énergétique et la menace nucléaire creuseront-elles la tombe de l'Europe?

Par Luigi Tedeschi 

Source: https://www.centroitalicum.com/la-guerra-della-nato-la-crisi-energetica-e-la-minaccia-nucleare-saranno-la-tomba-delleuropa/

L'Europe sera déstabilisée par la crise économico-énergétique et subira un déclassement majeur dans la géopolitique mondiale. Les classes politiques européennes seront fustigées pour leurs responsabilités à s'être montrées incapables d'empêcher le déclenchement de cette guerre en Europe et pour les choix pro-atlantiques peu judicieux de leurs gouvernements.

Le sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2 dans la mer Baltique s'inscrit dans l'escalade du conflit en cours entre les États-Unis et la Russie dans le cadre de la guerre d'Ukraine. Ces sabotages ont eu lieu après les référendums qui ont sanctionné l'annexion à la Russie des régions de Zaporizhzhia, Kherson, et des républiques autoproclamées de Luhansk et Donetsk. Le courant dominant occidental les a qualifiés de "référendums de sotie" et d'illégaux, car ils se sont tenus dans des territoires sous occupation russe et où des opérations de guerre sont toujours en cours. Ces référendums sont donc illégitimes car ils ont été menés en violation flagrante de la Charte des Nations Unies. Il convient toutefois de noter que la Charte des Nations unies prévoit également le principe de l'autodétermination des peuples, qui a été invoqué pour légitimer la sécession armée du Kosovo contre la Serbie et, avec elle, le bombardement de Belgrade par l'OTAN qui a fait environ 2500 morts. Cependant, le principe d'autodétermination n'est pas considéré comme légitime dans le cas du Donbass, une région peuplée majoritairement de Russes. Sans parler des droits toujours ignorés de peuples tels que les Palestiniens et les Kurdes, dont les terres ont été soumises à des siècles d'occupation et dont les populations subissent une répression violente cyclique. Quant aux "référendums de sotie", les précédents historiques d'annexions territoriales sont innombrables, y compris le référendum qui a sanctionné l'unification de l'Italie, qui s'est déroulé d'une manière assez semblable.

Suite aux succès de la contre-offensive ukrainienne, la Russie avait l'intention de répondre par l'annexion des régions occupées et donc toute attaque contre ces territoires serait désormais considérée comme une agression directe contre la Russie.

C'est dans ce contexte de guerre qu'a eu lieu le sabotage des gazoducs reliant la Russie à l'Europe. Les dommages économiques sont incalculables et peut-être irréversibles d'un point de vue environnemental. Il a fallu de nombreuses années pour construire ces gazoducs, qui ont coûté environ 20 milliards de dollars. Nous assistons toujours à un va-et-vient des accusations entre la Russie et l'Occident. Les tensions de ce conflit sont exacerbées par les menaces nucléaires, les sanctions, les troubles internes et les appels de plus en plus répandus des pays occidentaux pour que leurs citoyens quittent la Russie.

Si la Russie était responsable de ces sabotages, cela pourrait être interprété comme un casus belli susceptible de provoquer un conflit direct entre la Russie et les États-Unis, puisque les attaques ont été menées dans les eaux territoriales des États membres de l'OTAN. Toutefois, ces actes de sabotage ne semblent pas compatibles avec la stratégie de Poutine consistant à exercer une pression sur une Europe qui, menacée par une crise énergétique dévastatrice pour son économie, serait poussée à lever les sanctions contre la Russie. En effet, Poutine pouvait exercer un chantage énergétique sur l'Europe simplement en coupant les approvisionnements. Ajoutez à cela le fait que ces attaques ne profitent ni à la Russie ni à l'Europe, puisque Gazprom possède 51 % des pipelines Nord Stream et que des entreprises allemandes, néerlandaises et françaises possèdent les 49 % restants. Parler alors de représailles contre l'Occident est totalement infondé, puisque le gazoduc qui traverse l'Ukraine pour transporter du gaz vers l'Europe est toujours en service.

aux-1664015401-333.png

Ce n'est pas vraiment une étrange coïncidence si, au même moment que les attentats, le nouveau gazoduc Baltic Pipe est entré en service en Pologne, par lequel le gaz norvégien sera importé en Pologne même, puis redistribué en Europe. La construction de ce gazoduc a pour objectif évident de couper l'approvisionnement en gaz russe de l'Europe. Mais surtout, le principal effet de cette diversification des approvisionnements énergétiques est de dévaloriser le rôle de l'Allemagne en Europe. Une fois que les relations économiques et énergétiques entre la Russie et l'Allemagne seront rompues, cette dernière perdra sa primauté européenne. En effet, l'Allemagne, par la construction des gazoducs Nord Stream, qui contournent la Pologne et l'Europe de l'Est, a été un importateur direct de gaz russe bon marché, qui a ensuite été redistribué en Europe. Cette crise entraînera donc une débâcle politique majeure pour l'Allemagne en Europe, étant donné sa nouvelle dépendance énergétique vis-à-vis de la Pologne, par les territoires de laquelle passe déjà l'oléoduc Druzhba qui fournit du pétrole aux Länder orientaux de l'Allemagne.

Les effets des attaques étaient prévisibles et immédiats. Le prix du gaz sur les marchés financiers a grimpé en flèche et les États-Unis ont saisi cette occasion propice pour augmenter leurs exportations de gaz liquéfié américain. Ce n'est pas une coïncidence si le secrétaire d'État américain Blinken a réaffirmé la nécessité de "mettre fin à la dépendance de l'Europe vis-à-vis du gaz russe". Cette position américaine est d'ailleurs corroborée par le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, qui, en rejetant comme absurdes les accusations portées contre la Russie, a déclaré : "Nous constatons une augmentation significative des bénéfices des compagnies énergétiques américaines qui fournissent du gaz à l'Europe.

Le prodige de qui concernant un tel sabotage est évident: la stratégie américaine dans cette guerre est de perturber l'approvisionnement en gaz russe et de déstabiliser ainsi l'UE. Les déclarations de l'ancien ministre polonais des affaires étrangères, M. Sikorsky, qui, outre l'impromptu "Tank you, USA" apparu sur Twitter, s'inscrivent parfaitement dans cette stratégie: "Tous les États baltes et l'Ukraine s'opposent à la construction de Nord Stream depuis vingt ans. Désormais, 20 milliards de dollars de ferraille gisent au fond de la mer, un autre coût pour la Russie et sa décision criminelle d'envahir l'Ukraine".  

nord-stream-explosion.png

L'hostilité des États-Unis à l'égard de la politique énergétique allemande trouve ses origines loin dans le temps. Tant Obama que Trump avaient déjà exprimé à plusieurs reprises l'aversion des États-Unis pour la construction de Nord Stream 2, menaçant de sanctions l'Allemagne. En effet, les États-Unis se sont toujours opposés à toute tentative d'émancipation de l'Europe vis-à-vis de l'Ouest américain. D'autre part, les accords économiques et énergétiques entre l'Allemagne et la Russie étaient un élément fondamental pour consolider l'autonomie allemande et européenne par rapport à la géopolitique de l'OTAN. Les États-Unis ont toujours craint que l'Allemagne ne passe du statut de géant économique à celui de puissance géopolitique autonome. Et la guerre en Ukraine s'est avérée être une occasion propice pour déstabiliser l'Europe et tuer dans l'œuf toute ambition autonomiste.

Ces sabotages étaient en tout cas prévus. Le 7 février 2022, Biden avait ouvertement déclaré lors d'une réunion avec Scholz : "Si la Russie envahit l'Ukraine, il n'y aura plus de Nord Stream"... "L'OTAN et nous sommes prêts à intervenir". En juin, des expériences de drones sous-marins ont eu lieu sur l'île de Bornholm (emplacement proche des sites de bombardement), du côté américain. La CIA elle-même avait récemment averti l'Allemagne d'éventuelles attaques contre les gazoducs de la Baltique. Le 13 septembre, des avions de guerre américains sont aperçus dans la zone baltique. De plus, il y a quelques jours, les navires américains se trouvaient à quelques kilomètres seulement de la zone de sabotage. Il semble donc y avoir suffisamment de faits et d'arguments pour comprendre comment la logique de ces attaques est parfaitement cohérente avec la stratégie de l'OTAN consistant à couper tous les liens entre l'Europe et la Russie.

L'Europe, déstabilisée par la crise économico-énergétique, l'escalade de la guerre et les menaces nucléaires, subira un déclassement majeur dans la géopolitique mondiale. L'Occident de l'OTAN sera la tombe de l'Europe. En outre, ce sont les prêts usuraires de la Norvège en matière d'énergie, la rapacité financière des Pays-Bas et surtout l'égoïsme nationaliste de l'Allemagne de Scholz, qui a opposé son veto à une politique énergétique commune en ce qui concerne la fixation du plafond des prix et la création d'une nouvelle relance énergétique, qui feront imploser la structure de l'UE de l'intérieur.

Ce qui est certain, c'est que les classes politiques européennes seront très prochainement tenues responsables de ce désastre vu leur incapacité à empêcher le déclenchement de cette guerre en Europe et vu les choix pro-atlantiques peu judicieux de leurs gouvernements.

Par l'économie de l'urgence (d'abord la pandémie puis la crise énergétique), et les virages politiques autoritaires qui se profilent avec la quatrième révolution industrielle, le modèle néolibéral occidental, associé à la primauté mondiale américaine, veut se perpétuer dans le temps et survivre à ses crises structurelles devenues cycliques et irréversibles. Cette crise va cependant entraîner de profondes transformations dans la géopolitique mondiale. Mais quel sera le coût en termes de vies humaines et de destruction irréversible des ressources naturelles et économiques du déclin progressif du néolibéralisme et donc de la primauté américaine et occidentale ?

Écrire un commentaire