Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 15 janvier 2018

Robert STEUCKERS: EUROPA - Volume I, II & III

europagoettin.jpg

EUROPA - Volume I, II & III

(10 janvier 2018)

I : VALEURS ET RACINES PROFONDES DE L'EUROPE

Les valeurs qui nous déterminent ou devraient encore et toujours nous déterminer sont nées aux périodes axiales de l’histoire, nous expliquait Karl Jaspers. Pour l’Europe et pour les peuples de souche européenne, Jaspers situait cette émergence de valeurs dans l’antiquité, aux époques de Zoroastre ou de Socrate.

Pour la Grèce, nous situerions cette émergence à l’ère homérique. D’autres filons philosophiques voient la naissance de valeurs fondatrices en Europe à d’autres époques, portée par d’autres figures individuelles ou collectives : Marc-Aurèle, Maître Eckhart, Sohrawârdî, Nietzsche…

Il s’agit désormais, à une époque de nihilisme profond, de vide, de ressusciter ces valeurs fondamentales et traditionnelles par un combat métapolitique permanent et vigilant, créant tout à la fois une rétivité sociale, politique et militante, dirigée contre les vecteurs du nihilisme délétère, et, chez chacun des combattants politiques ou métapolitiques, du plus humble au plus prestigieux, une force intérieure tranquille, inaccessible aux séductions perverses de la modernité dévoyée.

Europa1-RS.jpg

II : DE L'EURASIE AUX PÉRIPHÉRIES, UNE GÉOPOLITIQUE CONTINENTALE

Les deux guerres mondiales du XXème siècle nous ont appris que seuls comptaient sur l’échiquier planétaire les grands espaces, théorisés par les écoles géopolitiques et par le juriste Carl Schmitt.

Pour l’Europe, il s’agit de s’insérer dans un espace eurasien qui englobe la Sibérie russe, comme au temps de l’alliance tacite entre Louis XVI, Marie-Thérèse et Catherine II ou comme au temps, trop bref, de la Sainte-Alliance post-napoléonienne.

Cette convergence eurasienne implique un regard bienveillant sur les espaces perse, indien ou chinois (confucéen), de façon à créer un monde multipolaire où le politique repose sur des assises éthiques traditionnelles et solides, sur les longues mémoires, sur la plus grande profondeur temporelle possible.

Europa2-RS.jpg

III : L'EUROPE, UN BALCON SUR LE MONDE

L’Europe, c’est d’abord une identité anthropologique. Mais c’est aussi une réalité géographique : une presqu’île à l’ouest d’une masse continentale eurasienne, perpétuellement assiégée, depuis les Huns, les Avars ou les Ottomans jusqu’aux faux réfugiés économiques arrivant aujourd’hui à Lampedusa ou à Lesbos.

Une Europe réveillée doit connaître son passé tragique, son passé de sous-continent et d’humanité assiégée, doit se remémorer la volonté de combattre de ses générations antérieures et les ressorts religieux et idéologiques de ses voisins, amis ou ennemis. Il n’y a pas de politique cohérente possible, pas d’avenir stable, sans longue mémoire.

Ce livre entend surtout, et de manière didactique, fournir les éléments de cette mémoire qu’il faudra impérativement, impérialement, retrouver, sous peine de mort, de disparition dans la honte et la misère.

Europatest-3vol.png

Editions BIOS

Directeur: Laurent Hocq

Retrouvez nous sur :

+33 7 70 27 00 46
https://fr-fr.facebook.com/editionsbios.fr/videos/1336055553207365/

laurent.hocq@editionsbios.fr

Janvier 2018

Trois volumes d'un total de 996 pages

ISBN : 979-10-94233-01-6

75.00 €

Commentaires

75€ pour un bouquin faisant l'apologie d'une pseudo Europe blanche et cubenis qui serait la réponse à tous les problèmes ! oh merveilleux quand on vois le résultat de son délire mégalo à travers les colonisations au cours de l'histoire et l'impact qu'elles ont eux et qui perdurent encore de nos jours , en voulant forcer le monde a avoir qu'une seule religion (bien pourri) , nos ancêtres ont commis des erreurs qui ne seront jamais cicatriser et n'oublions pas que l'homme blanc détruit tout ce qu'il touche , ces frères musulmans , hindous , bouddhistes mais aussi la faune , la flore , dans son ensemble l'animal humain est la pire des création de mère nature et l'homme blanc si trouve en haut de l'affiche a travers sa politique , sa façon de voir le monde et de se voir lui-même , les blancs cubenis et juifs mènent l'humanité à son autodestruction ...

Écrit par : antifas | lundi, 15 janvier 2018

Et bien l'antifa! Votre réaction trahit une inculture drôlatique insoupçonnée qui ne peut provoquer que la risée générale - tant de candeur dans un si minuscule encéphale -; généralement les antifas sont réputés plus cultivés, ils lisent Popeye, mais, vous, vous atteignez l'abysse asthénosphérique et il n'y a que moi pour imaginer en corollaire une secousse sismique, mais dans les zigomatiques. Une bonne idée de cadeau pour le prochain Noël : Le précis de Maurice Grevisse. Mais je suis sûr que vous arriveriez à le revendre à vos frères pour vous payer le bâton de réglisse. Connaissez-vous Bonhommet et Tilapin, et le marchand de sable avec Pimprenelle ? Allez ronflez dans votre antre aux chimères et ne dérangez plus ceux qui veillent.

Écrit par : MBM | lundi, 15 janvier 2018

Vous êtes une belle bande de petits rigolos en phase de dépression et d'auto-dénigrement.
Mon diagnostic pour vous guérir:
1) Douche glacée le matin;
2) Camomille et tilleul + valium pour calmer les nerfs;
3) Acheter une grammaire française et la potasser en trouvant un vieil instituteur capable de manier la férule ou la règle (sur les doigts) quand l'étude n'a pas donné de fruits;
4) Essayer, si vous en êtes capables, de lire ces trois livres (996 pages) qui prouvent que vos accusations sont stériles.

Votre camp politique est devenu le refuge des bas-de-plafond. Nous avions prévu la déchéance qui est la vôtre. mais nous n'imaginions pas qu'elle allait avoir cette ampleur.

Je laisse vos commentaires intacts. Ils font rigoler tous les copains. Nous avons un banquet prochainement. Merci de contribuer à l'égayer.

Bonne soirée.

Écrit par : steuckers | lundi, 15 janvier 2018

M. Steuckers.
Me mettriez-vous sur le même banc que l'antifa? Ou le choix de la "bande" ne concerne que les antifas? J'aimerais connaître votre perception exacte sur ma réaction - qui concernait les antifas - avant de commander vos ouvrages. Je possède dans ma bibliothèque "La Révolution Conservatrice Allemande". Ou bien, tout bêtement, le timing de nos envois, se croisant, m'aura leurré. Personnellement je ne me sens aucunement atteint, mais c'est la surprise d'être éventuellement assimilé aux "antifas" qui m'impose cette réaction-ci.
N.B. : vous oubliez la valériane pour adoucir l'humeur des brachicéphales.

Écrit par : MBM | mardi, 16 janvier 2018

Oui, je répondais à l'espèce d'analphabète à la graisse de cabestan qui se proclame "antifas", et m'engueule, mais qui pourrait bien être issu d'un milieu glauque que j'ai très bien connu jadis et qui ne se décrit pas précisément comme "antifa". Il y a des mabouls dans tous les milieux. Dans ce cas, les fautes d'orthographe seraient un "fake" (pour faire croire que...). Soit. Ne perdons pas notre précieux temps avec de tels bachi-bouzouks. Dites-moi, pour revenir à des choses plus sérieuses, n'étiez-vous pas l'animateur d'un site que je consultais jadis chaque jour et qui s'appelait justement MBM?

Écrit par : steuckers | mardi, 16 janvier 2018

Euh!... en effet. Je ne peux pas dire que ce fut ma plus brillante entrée dans le monde du net, mais ce fut une expérience, et comme telle je fus satisfait un moment, puis aussi d'y mettre un terme. Depuis, j'ai préféré les forums que j'ai également abandonnés, car j'avais l'impression étourdissante d'être le pédicure qui soignait incessamment le même étourdi qui se cognait chaque jour et blessait un gros orteil endolori par un ongle incarné. Beaucoup trop de médiocrité sur la toile comme dans la société. C'est désolant. On tourne en rond sur le net et l'unique intérêt réside dans le choix de lectures de qualité appréciable même s'il reste restreint et le commerce en ligne qui ne peut qu'intéresser le bougre à la bourse craintive.

Écrit par : MBM | mardi, 16 janvier 2018

Écrire un commentaire