Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 février 2019

Le droit à la société fermée

andaman.jpg

Le droit à la société fermée

par Georges FELTIN-TRACOL

Ex: http://www.europemaxima.com

Le fait-divers est presque passé inaperçu en France à l’automne dernier. Le 16 novembre 2018, un Étatsunien de 27 ans se faisait tuer sur l’île North Sentinel appartenant aux îles Andaman dans le Golfe du Bengale.

D’une étendue de 72 km² et sous la juridiction de l’Union indienne, cet endroit est strictement interdit d’accès. Y vit en effet une tribu paléolithique de chasseurs – pêcheurs – cueilleurs appelée par les ethnologues les « Sentinelles ». Le gouvernement indien justifie l’interdiction par son refus que de possibles maladies mortelles contaminent des indigènes non immunisés. L’Inde sait aussi que les Sentinelles ne s’ouvrent pas au monde et rejettent tout contact avec l’extérieur. En 2004, un hélicoptère reçut une volée de flèches de leur part. Pendant son voyage de retour, Marco Polo les décrivait avec effroi en redoutables coupeurs de tête anthropophages…

La tribu n’hésite pas à exprimer sa préférence pour un mode de vie autarcique en éliminant tout intrus. Le 16 novembre dernier, le dénommé John Chau violait l’interdiction de débarquer sur l’île. Il n’agissait pas en n’importe quel touriste inconscient. Missionnaire aux ordres d’une secte évangélique yankee, l’une de ces trop nombreuses purulences pseudo-spirituelles qui prolifèrent outre-Atlantique (et hélas ! aussi dans les banlieues françaises), ce John Chau voulait convertir les habitants de cette île préservée des horreurs du monothéisme. Cet évangélique considérait l’île comme l’« ultime bastion de Satan ». Il savait parfaitement ce qu’il faisait. Son intrusion déclencha une saine et juste réaction de légitime défense.

Sa mort valut à Chau d’être élevé au rang de « martyr de la foi (et du dollar) » par quelques demeurés des méga-churches télévisées américaines. Des pasteurs de son obédience sectaire voudraient maintenant que l’armée indienne récupère la dépouille, arrête et juge les auteurs de cet acte d’auto-défense. Leur réaction est symptomatique de l’outrecuidance occidentale ultra-moderne qui croit que tout leur est dû.

Les bien-nommés Sentinelles prouvent par leur exemple qu’ils sont un grain de sable à l’éradication mondiale des cultures enracinées. Ils veulent plus que jamais rester entre eux, conserver leur entre-soi communautaire organique, gage de cohésion tribale élevée. Ces individus sortis de la Préhistoire nous administrent une fort belle leçon en faveur des sociétés fermées, voire dans ce cas précis, strictement closes.

andaman2.jpg

Le combat pour toutes les identités charnelles passe par la défense intransigeante de ces communautés dites primitives face à l’hydre évangélique monstrueuse venue d’Amérique du Nord.

Georges Feltin-Tracol

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 110, mise en ligne sur TV Libertés, le 4 février 2019.

09:47 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : îles andaman, actualité, sociétés fermées | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire