Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 mai 2020

Burn Baby BURN!

Burn Baby BURN!

via Facebook

Sans parler d’écroulement et en sachant pertinemment que le monde de demain sera sans doute le même en pire, certains faits méritent tout de même d’être remarqués dans la société actuelle. C’est la première fois qu’un chef d’État lâche à ce point le guidon pour se retrouver en roue libre proche de la falaise : le mec se pointe manifestement plein de chnouffe pour expliquer aux Français comment Robinson allait chercher du fromage et du jambon dans la cale, ou encore raconter que « la bête de l’événement arrive »… Y en a qui se poudrent le nez pour s’amuser, lui manifestement est en train de craquer et je me surprends à avoir de la compassion pour lui. Il aurait dû rester à la banque Rothschild là où il pouvait foutre la merde sans que ça se voit ; pour la présidence, il n’a manifestement pas les épaules.

Rappelez-vous des professionnels de la politique du genre Sarkozy : quand un type comme ça te met une quenelle du genre traité de Lisbonne, il le fait avec aisance et discrétion. Le type reste d’aplomb quoi qu’il arrive, fier de ses accomplissements quels qu'ils soient. Au moins ce gouvernement a-t-il une certaine honnêteté en admettant à demi-mot le futur effondrement économique et le fait que tout le monde doit s’appauvrir à l’exception de l’hyper classe. L’effondrement de l’économie réelle et les dettes liées au Corona devront forcément être remboursées et ce sera avec les impôts.

La vie va se durcir pour tout le monde, pour les pauvres comme pour les bourges. Si les naïfs et les gauchistes se réjouissent de l’éventuel revenu universel, c’est oublier que les prochaines miettes qui seront jetées aux plus démunis serviront simplement à s’assurer qu’ils consomment un minimum, et faire tourner la machine. Naturellement tout cela se fera sous condition, surveillance et contrôle des déplacements, puisque le coronavirus aura aussi servi à nous conditionner pour nous faire accepter le futur contrôle social. Un de mes amis me reprochait récemment de ne pas tenir compte des capacités de résistance et de réveil du peuple : connerie.

Ce peuple n’a aucune capacité de résistance, ni d’ailleurs de volonté. Le peuple chie dans son froc quand on lui bricole une pandémie et si ce n’est pas suffisant (parce que super-grippe en juin juillet ça peut lasser) on lui refoule du moustique tigre sur les berges du Rhône qui transmet la dingue, le chikungunya, la malaria etc. On lui parle des frelons asiatiques qui envahissent le pays (mais jamais de l’économie chinetoque qui fait la même chose) ou d’enfants qui claquent à tour de bras suite au Kawasaki. Bref le peuple chie dans son froc et applaudit aux fenêtres, porte des masques en voitures et respecte la distance sociale.

La jeunesse, il ne faudra pas trop compter dessus. D’abord, les générations futures il y en aura de moins en moins puisque les jeunes hommes n’osent plus aborder les filles, et que ces dernières préfèrent toujours ceux qui parlent le plus, rigolent fort exhibant fièrement leur Q.I/corps de sous hommes tout en fumant un pétard… ça n’aide pas à la reproduction… la jeunesse c’est celle de la crainte, de l’éternelle indécision, de l’incapacité à concevoir ce qui est bon ou mauvais pour son développement et son épanouissement. C’est la jeunesse émotive qui n’est pas capable de foncer quand il le faut, d’affirmer sa puissance et de jouir du monde comme il se doit.

C’est aussi une jeunesse qui se refuse à penser par elle-même préférant toujours s’en remettre en définitive à YouTube, à la télé ou au groupe de copains. Ceux qui réfléchissent par eux-mêmes le font uniquement pour affirmer leurs « particularités » et choix qui selon eux en font des êtres uniques mais qui en réalité les transforment juste en pleureuses fragiles, du pain béni pour les millions de migrants importés par les gouvernements occidentaux (sachant que le Soudanais lui n’en a rien à foutre des droits de l’homme)… bref le monde de demain ce sera la France d’Hanouna en bas, et des malades mentaux complètement névrosés en haut pour diriger le tout. Mais comme l’a si justement affirmé un de mes frères récemment, en mêlant stoïcisme et humour, « le monde brûle mais nous, nous dansons ».

16171768.jpg

Écrire un commentaire