Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 17 août 2020

La puissance de l’ingérence

intrusion-iStock_000018668165_Small.jpg

La puissance de l’ingérence

L’occidentalisme comme religion de la mondialisation heureuse périclite. L’idée même d’un modèle remportant une compétition planétaire a trouvé ses limites : il y a d’autres visions du monde qui s’implantent chacune dans leur aire géographique, culturelle ou spirituelle. L’idéologie de la fin des idéologie, plus qu’à des rhétoriques efficaces, s’est heurtée à la pluralité indéracinable des identités et des croyances.

Plus d’élection sans interférence ? Il y a quelques jours, le chef de la diplomatie américaine M. Pompeo offrait une prime de 10 millions de dollars pour qui permettrait d’arrêter un agent étranger intervenant dans les élections de novembre. Pour le NCSC (National Counterintelligence and Security Comitee), il faudrait craindre que la Chine, la Russie et l’Iran, cherchent à fausser l’élection présidentielle. Mais avec des stratégies différentes, les Chinois pour faire tomber l’actuel président (trop imprévisible), les Russes, Biden (trop bellicistes). Il y a quelques mois, d’ailleurs, le New York Times révélait que les Russes allaient secrètement jouer de leur influence pour favoriser Trump, mais qu’ils appuieraient aussi Sanders (alors candidat à l’investiture) pour créer un maximum de chaos. Dans tous les cas, quel que soit l’élu, on pourra fantasmer des manipulations numériques de puissances étrangères.

Si l’on remonte à 2016, la dénonciation des ingérences russes pro-Trump forment un leitmotiv de la vie politique américaine. Et même si la commission Mueller a conclu qu’elle ne pouvait établir de collusion avec Moscou dans l’affaire du Russiagate, une part de la classe politique n’arrive pas à s’expliquer l’échec d’Hillary autrement que vous par une opération d’infox et de déstabilisation menées depuis le Kremlin. Idem pour le Brexit. Et ne parlons pas de supposées ingérence russes dans l’élection française de 2017 (Macrongate). La « main de Moscou », qui faisait si peur du temps de la Guerre froide, va-t-elle fausser tout scrutin à venir ?

Qui ne s’ingère pas ?

Si l ‘on va par là, peut-on soupçonner que la France soit intervenue dans les élections de quelque pays africain, ou les USA dans les élections de quelque pays tout court (ce qui se serait produit 89 fois, selon des sources universitaires) ? Tout dépend évidemment de ce que l’on entend par ingérence d’un puissance étrangère.

Qu’un gouvernement manifeste une préférence dans un scrutin étranger, le fasse savoir (Hollande soutenant Clinton en 2016 p.e.) n’a rien de scandaleux. Où commence la manipulation ? Quand un chef d’État (cf. Macron au Liban) appelle un pays à chasser sa classe politique ? Quand on applaudit à une révolte locale (des printemps arabes aux révoltes de Hong Kong en passant par les révolutions de couleur) ? Quand on leur fournit des moyens de communication et d’action ? Quand on aide un guérilla ? Quand il y a un « parti de l’étranger » dans un pays ou un « parti frère » tout dévoué à Moscou ? Quand, comme les États-Unis pendant la guerre froide, on pratique la diplomatie publique (par des médias, des réseaux humains, des organisations internationales..) : défendre le modèle occidental et lutter contre l’influence communiste ? Quand un modèle s’impose par le soft power, l’influence culturelle et les alliances, par l’assistance et la formation au modèle du marché et de la démocratie ?

soros.jpg

Peut-on considérer que Russia Today est un « média affilié à un État » comme le fait Twitter et que BBC, F24 ou Radio Vatican ne le sont point et partant n’exercent aucune influence sur leur public international ? Que des organisations comme Open Society ou la Albert Einstein Foundation, ou autres ONG qui expliquent « comment faire tomber un dictateur… » n’aident pas, au moins techniquement, des mouvements politiques étrangers ?

L’interférence peut donc se faire sous forme de parole d’État (équivalent peu ou prou à des menaces, exhortations ou promesses) ou par les canaux non officiels, en s’adressant directement aux populations (propagande, appels au soulèvement, apprentissage des méthodes du soulèvement, instructions et facilités).

De telles opérations sont plus ou moins ouvertes, dans la mesure, par exemple où personne ne doute que CCTV ne soit favorable aux intérêts chinois, ni les ONG de la galaxie Soros hostiles à Poutine. Ni que leur logique soit binaire : aider un courant idéologique, critiquer un pouvoir… Si l’on remonte plus haut, on trouvera des recettes pour influencer des populations étrangères chez Énée le tacticien (quatre siècles avant notre ère) ou chez Sun Tzu.

Mais désormais le phénomène a pris une dimension de haute technologie. Et se joue sur les réseaux sociaux, par écrans interposés :

  • l’utilisation de faux comptes (qui se présentent comme ceux de citoyens du pays visé),
  • les techniques dites d’astro–turfing (consistant à créer un faux mouvement d’opinion en ligne),
  • la mobilisation de trolls répétant inlassablement le même message,
  • celle de hackers informatiques,
  • la diffusion de fakes contagieux et de théories complotistes,
  • l’infodémie, terme inventé par l’OMS pour désigner la diffusion de fausses nouvelles et accusations mensongères à propos de la pandémie,
  • le vol de mails confidentiels et leur propagation sur la place publique pour compromettre un candidat ou un parti (hack & leak)…

41y26i78eAL.jpgL’anonymat, la possibilité de placer de « faux drapeaux » pour faire accuser d’autres, la technicité du trucage informatique (bientôt les deep fakes), la difficulté d’attribuer une attaque, la facilité de recueillir des données sur les citoyens pour leur délivrer exactement le message qui les fera pencher d’un côté (voir l’affaire Cambridge Analytica), les techniques numériques dites de « guerre de l’attention » pour attirer les réseaux sociaux sur un thème et le rendre viral, l’économie de moyens, … tout cela facilite les actions d’influence politique par écrans interposés.

Du reste, jamais en panne de néologismes, les think tanks ont produit des concepts sensés décrire ce changement:

  • la guerre hybride (hybrid warfare), un mélange d’interventions militaires classiques, de soutien à des mouvements de rébellion armée et de propagande internationale que mènerait la Russie
  • la weaponization de l’information, c’est-à-dire sa transformation en arme de déstabilisation que ce soit sous la forme de cyberattaque ou de désinformation et intoxication
  • le sharp power (pouvoir « aigu » qu’exerceraient la Chine et surtout la Russie) équivalents négatifs ou nihilistes du soft power occidental
  • etc.

Tout un vocabulaire, qu’il serait trop long d’analyser ici, se met en place, en particulier dans les milieux proches de l’Otan pour décrire des périls inédits qui constituent autant d’explications à la marche déplorable du monde. On théorise un mystérieux pouvoir d’agir sur les esprits qu’auraient développé les puissances révisionnistes (comprenez illibérales, qui veulent réviser l’ordre mondial occidental).

On rentre alors dans une logique de causalité diabolique : les Russes et les Chinois détournent la puissance bénéfique d’Internet pour influencer nos braves populations, les faire mal voter et saboter les fondements mêmes de la confiance en la démocratie. Explication quelque peu complotiste, même si elle consiste à qualifier les théories adverses de complotistes.

On expliquera ainsi

  • le Brexit, l’élection de Trump, voire le referendum catalan…
  • l’action déstabilisatrice des réseaux populistes, écosystème des fantasmes et des rumeurs, rançon d’un technologie qui permet à chacun de s’enfermer dans sa « bulle de confirmation » en ligne avec ceux qui pensent comme lui.

Bref, on oscille entre le machiavélisme d’une intervention déloyale 2.0 et une sorte d’abaissement de l’esprit critique de la population, désormais prête à croire n’importe quoi (bullshit), entre l’inexplicable efficacité du message des méchants et la scandaleuse niaiserie du public. Un peut court.

La perte d’attractivité de nos « valeurs » d’ouverture, de libéralisme et de progrès est assimilée à une panne de la vérité (voir le thème de l’ère de la « post-vérité ») ; le faux serait devenu convaincant et le vrai ne saurait plus se faire reconnaître (en dépit du soutien des gouvernements, des experts, des élites, des médias classiques, des fact-chekers etc.). La crise du soft power ou de l’idéologie dominante ne peuvent s’expliquer ni par une manipulation d’un service fort en informatique, ni par les désordres psychiques des classes inférieures.

ni.af_.jpg

Il faut repenser le nouvel équilibre international des croyances. Il y d’abord concurrence de modèles et d’influence. La Chine combine offensives de charme et de prestige avec des discours plus rassurants sur le multilatéralisme. On parle de plus en plus de soft power indien, coréen, qatari, etc., tant ces politiques d’influence se sont banalisées. Mais la conversion à des valeurs ou à des idées (à supposer que la Chine ou la Russie veuillent vraiment nous convertir à une quelconque doctrine) n’est pas seulement affaire de télévisions internationales, de trolls, de journalistes sympathisants ou d’algorithmes. Ni de bonne conduite à l’ONU. Il y a aussi des facteurs objectifs : les États-Unis ne sont plus l’hyperpuissance matérielle et « spirituelle » à la fois. L’occidentalisme comme religion de la mondialisation heureuse périclite. L’idée même d’un modèle remportant une compétition planétaire a trouvé ses limites : il y a d’autres visions du monde qui s’implantent chacune dans leur aire géographique, culturelle ou spirituelle. L’idéologie de la fin des idéologie, plus qu’à des rhétoriques efficaces, s’est heurtée à la pluralité indéracinable des identités et des croyances.

Écrire un commentaire