Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 28 septembre 2020

Convergence des dilemmes

1 y-pxWV7vKM9rSjUvgMN6rA.jpeg

Convergence des dilemmes

Par James Howard Kunstler

Source ClusterFuck Nation

Et alors, l’Amérique a une nouvelle crise fabriquée, une « ElectionGate », comme si tous les autres troubles s’accumulant comme des dépressions tropicales défilant sur les mers de septembre ne suffisaient pas. Laissez-moi vous rappeler ce qui se passe en plus. La pandémie dite de Wuhan est toujours d’actualité, l’économie s’effondre, une guerre raciale domestique s’intensifie, toute la côte ouest brûle, au sens propre, et la production pétrolière américaine s’effondre. Oh … et la tempête tropicale Sally, qui se déplace lentement, devrait se transformer en ouragan sur la côte du Golfe du Mexique aujourd’hui, déversant ses 600 mm de pluie.

L’Amérique a besoin d’une crise constitutionnelle autant que d’un trou dans le crâne, et c’est exactement ce qui est prévu pour la saison des vacances par les têtes pensantes du lobby Lawfare [guerilla juridique], l’auxiliaire du parti Démocrate. Voici comment cela fonctionne : les journaux et les chaînes d’information câblées complices publient des sondages montrant que Joe Biden est en tête dans plusieurs États en balance pour l’élection, même si ce n’est pas vrai. Facebook et Twitter amplifient les attentes d’une victoire de Biden. Cela prépare le terrain pour la fureur qui suivra lorsqu’il s’avérera qu’il a perdu le soir de l’élection. Au moment opportun, les Antifa et BLM vont commencer à s’ébranler dans tout le pays. Pendant ce temps, une énorme récolte de votes par correspondance se déversera dans des circonscriptions électorales totalement dépourvues d’équipements pour les valider.

Les cadres du lobby Lawfare vont s’agiter dans les assemblées législatives des États contestés pour envoyer des listes électorales dévoyées au collège électoral. Le conflit se terminera au Congrès, qui attend que les représentants nouvellement élus se réunissent le 4 janvier, en espérant que les cadres du lobby Lawfare, pour la plupart Démocrates, puissent s’y asseoir. Oups ! Il s’avérera que les Démocrates ont perdu leur majorité, là aussi. Les combats dans les rues s’intensifieront et accableront les forces de police désarmées dans les villes dirigées par les Démocrates. Le 20 janvier, jour de l’inauguration, les Démocrates demanderont à l’armée de faire sortir Trump de la Maison Blanche « manu military ! », comme l’a si bien dit M. Biden lui-même cet été. L’armée américaine devrait se scinder en deux factions, avec pour résultat une seconde guerre civile.

Vous n’avez pas lu ça ici pour la première fois, bien sûr. C’est partout sur le web depuis des semaines, depuis que le Transition Integrity ProjectProjet pour l’intégrité de la transition – tonton, pourquoi tu tousses ?! – parrainé par le parti Démocrate, a lancé son « jeu de guerre » de l’été, avec l’intention de démontrer que toute victoire aux élections de Trump serait une preuve de trahison et nécessiterait une correction par tous les moyens nécessaires, y compris la sédition, qu’ils avaient déjà essayé plusieurs fois de manière organisée depuis 2016, … et bâclée. Les Démocrates sont assez fous maintenant pour vouloir cela. Ils se sont rendus fous depuis des années, avec une volonté mortifère d’éradiquer la civilisation occidentale – et eux-mêmes avec. Il existe de nombreuses exégèses de ce phénomène, la plupart dérivées des théories marxistes de la révolution, mais ma propre explication s’en écarte.

L’orgie d’hystérie politique, de folie et de violence est une réaction psychotique à l’effondrement de l’économie techno-industrielle [la technosphère] – une caractéristique de celle-ci, en fait. Lorsque tous les arrangements sociaux et économiques familiers sont menacés, les gens deviennent fous. Il est intéressant de noter que la folie a en fait commencé dans les collèges et les universités où les idées, les produits de la pensée, sont censées être un stock de valeurs. Plus les questions pratiques de la vie quotidienne devenaient pressantes, moins les intellectuels voulaient y faire face. Ils ont donc désespérément généré un champ idéologique de contre-idées folles pour repousser la menace, un programme de vœux pieux, de contes utopiques enfantins et d’exercices de pulvérisation des limites. Lorsque toutes ces têtes formatées ont quitté les campus, à la remise des diplômes, elles ont infecté tous les autres secteurs de l’activité américaine, les institutions, les entreprises, les médias, le sport, Hollywood, etc. Le pays a maintenant perdu la tête. Des échos de la France de 1793 ? … plutôt une rime, pas une reprise.

L’économie américaine a commencé un effondrement lent et insidieux parce que sa base énergétique pétrolière est devenue inabordable. La réalité a été occultée par des apparences paradoxales : le miracle du pétrole de schiste a fait passer la production pétrolière américaine de moins de cinq millions de barils par jour en 2007, à treize millions de barils par jour en 2019. Plutôt impressionnant. Il semblait que nous étions inondés de pétrole. Le problème était que les compagnies qui produisaient le pétrole de schiste ne pouvaient pas gagner d’argent, et les prêts qui ont servi à mettre en scène le « miracle » du pétrole de schiste ne sont pas honorés … donc les compagnies n’ont pas pu obtenir de nouveaux prêts… et ont fait faillite. Ainsi, l’effondrement de la production pétrolière américaine est une boucle de rétroaction qui se renforce d’elle-même et qui va certainement continuer et aggraver les choses. Aujourd’hui, moins d’un an après avoir atteint le chiffre majestueux de 13 millions de barils par jour, la production est tombée à environ 10 millions – une baisse vraiment nette. Pour masquer davantage la dynamique en jeu, le prix de l’essence à la pompe est assez bas – moins de 2,50 dollars le gallon là où je vis, contre plus de 4 dollars il y a quelques années – et la plupart des citoyens considèrent le prix de l’essence comme leur seul indice de la façon dont les choses se passent dans l’industrie pétrolière.

chart.jpg

 

La pandémie de Covid-19 a aggravé et accéléré les dégâts en fermant une grande partie des petites entreprises américaines depuis mars. Celles-ci et les personnes qui les possédaient ont terriblement souffert. Cette situation et les fermetures publiques ont considérablement réduit la demande de produits pétroliers, faisant baisser le prix du baril et réduisant les liquidités des compagnies pétrolières. Cela a également aggravé la détérioration des relations avec notre principal partenaire commercial, la Chine, dont l’effet net menace la chaîne d’approvisionnement pour toutes sortes de pièces et de produits critiques nécessaires au fonctionnement de nos systèmes complexes.

La question de savoir si M. Trump, ou quiconque, peut répondre intelligemment à cette longue urgence est une question essentielle. En ce qui concerne la politique électorale, M. Trump n’est que marginalement mieux placé car il n’est pas favorable à la destruction des institutions existantes de la république comme le sont ses adversaires. Il y a moins de raisons de croire qu’il est capable de faire face à l’effondrement des rouages de l’économie, qui l’attend après le déroulement de la dramaturgie électorale. Pour M. Trump, beaucoup dépend d’une performance illusoire des marchés financiers. C’est la saison des krachs boursiers, tout comme celle des cyclones dans l’Atlantique, et ces marchés se sont comportés ces derniers temps de manière extravagante, prêts pour un crash historique.

Pendant ce temps, le chaos lié au mouvement BLM se poursuit pendant la nuit, cette fois dans la bonne vieille ville de Lancaster, PA, où un hispanique armé d’un couteau a été abattu par les flics. C’est fou comme cela semble injustifié. L’incident et la réaction qui a provoqué émeutes, incendies … a été suivie par une tentative d’assassinat de deux adjoints du shérif du comté de Los Angeles dans leur voiture samedi soir par ce qui semble être un enfant noir ou un nain. Par la suite, des « manifestants » BLM se sont présentés à l’hôpital où les adjoints étaient opérés, en criant « J’espère qu’ils vont mourir ». J’ai hâte d’entendre Rachel Maddow et Lawrence O’Donnell essayer d’expliquer cela à leurs fidèles fans sur MSNBC

James Howard Kunstler

Pour lui, les choses sont claires, le monde actuel se termine et un nouveau arrive. Il ne dépend que de nous de le construire ou de le subir mais il faut d’abord faire notre deuil de ces pensées magiques qui font monter les statistiques jusqu’au ciel.

Traduit par Hervé, relu par jj pour le Saker Francophone

Écrire un commentaire