Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 04 novembre 2020

Impasse républicaine aux antipodes

france_kanaky_drapeaux-607537.jpg

Impasse républicaine aux antipodes

par Georges FELTIN-TRACOL

Ex: http://www.europemaxima.com

Le verdict des urnes sonne comme un avertissement solennel. Marqué par une participation en hausse de 4,68 points par rapport à la précédente consultation du 4 novembre 2018, le deuxième référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie, le 4 octobre dernier, a vu la victoire étriquée du « non » (53,26 % contre 56,67 % en 2018) et la progression notable du « oui » de 3,41 points ! Prévu en 2022, la troisième et dernière échéance référendaire pourrait mettre fin à la présence française sur le « Caillou ».

Toujours emprisonnée dans sa nostalgie stérile de l’Algérie française, la droite conservatrice hexagonale rêve de rejouer une saynète pathétique au nom de la Nouvelle-Calédonie tricolore dans laquelle les Caldoches (les Néo-Calédoniens d’origine européenne) y seraient considérés en variante océanienne des Pieds-Noirs. Ce cas précis démontre que le courant national n’applique pas le sage principe d’« une terre, un peuple ». Les Kanak ne sont-ils pas chez eux en Nouvelle-Calédonie ? En dépit des ravages collectifs de l’alcoolisme, du chômage de masse et de la modernité occidentale, le peuple kanak dans toute sa diversité tribale conserve cahin-caha son caractère communautaire et ses traditions ancestrales. Ne sont-ils pas un exemple à suivre d’autant que les mariages mixtes, et donc le métissage, restent rares ? La nomination d’Emmanuel Kasarhérou, de père kanak et de mère française, à la présidence du musée Jacques-Chirac des arts premiers, quai Branly à Paris, est l’exception qui confirme la règle. En 2014, un recensement particulier indiquait que 39 % de la population de l’archipel néo-calédonien étaient kanak, 27 % d’origine européenne, 11 % océanienne, c’est-à-dire provenant de l’aire Pacifique, 11 % autres et 3 % asiatiques. La société calédonienne garde ainsi son aspect de mosaïque communautaire propice à l’épanouissement séparé des groupes ethno-culturels.

nouvelle-caledonie-independance-referendum-abonne.jpg

Cet épanouissement parallèle est rendu possible par les accords de Matignon de 1988 et de Nouméa de 1998 qui fondent l’originalité institutionnelle de la Nouvelle-Calédonie élevée au rang de « Pays d’outre-mer ». L’archipel dispose d’un gouvernement autonome, d’un Congrès local et d’un Sénat coutumier dispensé de toute exigence paritaire sexuée. Les deux accords conclus entre l’État, les indépendantistes et les loyalistes entérinent en outre une citoyenneté territoriale et une préférence locale en matière d’embauche et de droits sociaux. Ces deux textes reconnaissent enfin une réelle discrimination civique. Le métropolitain français fraîchement installé à Nouméa ne peut voter ni aux élections territoriales, ni pour les trois referenda d’autodétermination. Ainsi, ce qui est impossible à Paris, à Lille, à Strasbourg, à Brest, à Bordeaux, à Lyon, à Nice, à Carcassonne se réalise-t-il à vingt-cinq heures d’avion de Roissy – Charles-De-Gaulle… Plutôt que de pleurnicher, les nationaux devraient au contraire en profiter et s’appuyer sur ce précédent validé par le Conseil constitutionnel pour faire avancer leur projet indiscutable de traitement préférentiel pour les seuls citoyens français.

Mieux, le monopole du FLNKS (Front de libération nationale kanak socialiste) sur le mouvement indépendantiste n’existe plus depuis longtemps. Les frictions entre indépendantistes de diverses tendances rivales sont courantes. En 2009, à l’occasion des élections provinciales dans les Îles Loyautés, le mouvement indépendantiste Libération kanak socialiste présentait une liste appelée « Dynamique autochtone ou la terre en partage ». Un tel intitulé serait-il concevable en Métropole ? Émanation politique de l’Union syndicale des travailleurs kanak et des exploités (USTKE), le Parti travailliste rappelle régulièrement son attachement à la protection de l’emploi local, à la préférence kanak donc, et réclame une limitation draconienne de l’immigration massive de peuplement non-kanak. En France métropolitaine, de tels propos vaudraient à leurs auteurs l’accusation de répéter Éric Zemmour et Renaud Camus… Or le Parti travailliste et l’USTKE se prévalent du soutien officiel de José Bové et du NPA d’Olivier Besancenot. L’internationalisme et l’altermondialisme atteignent ici leurs limites conceptuelles. Par ailleurs, que font les ligues de petite vertu anti-racistes ? À croire que la distance épargnerait la société néo-calédonienne des injonctions du politiquement correct en vigueur en Europe…

pt43647.1253781.jpg

Les Caldoches vivent pour la plupart d’entre-eux en Nouvelle-Calédonie depuis au moins la seconde moitié du XIXe siècle. Connaissant les calamités politiques de l’indépendance au Vanuatu voisin (les anciennes Nouvelles-Hébrides) ainsi que sur l’île de Nauru ou en Papouasie – Nouvelle-Guinée, ils ne cachent pas leurs réticences envers tout gouvernement mélanésien. Cependant, vouloir assimiler les Kanak au modèle hexagonal serait un désastre supplémentaire. Si le « oui » progresse autant, c’est parce que la société française ne fait plus sens. Mondialisé, américanisé, sur-occidentalisé, cosmopolitisé, féminisé, « grand-remplacé », l’Hexagone agit en repoussoir et en contre-exemple pour tous ceux qui, outre-mer, veulent sauvegarder leur identité culturelle. Ils ne veulent pas sortir de l’histoire. Le modèle unitaire et indivisible français d’assimilation des individus hors de toute dimension communautaire tant célébré par la droite la plus nulle de l’Univers conduit à des ethnocides fréquents. Basques, Bretons, Alsaciens, Flamands, Gascons, Normands, Lorrains, Occitans, Picards, Auvergnats, Savoisiens, Francs-Comtois, Bourguignons, Nissarts, Corses, Catalans en sont les pertinentes illustrations de l’entreprise républicaine d’effacement des peuples. Les Kanak ne souhaitent pas le même sort.

La République française a empêché la France d’assumer son destin de « petite Europe » et nié son dessein d’organiser un ensemble fédéral de races, d’ethnies, de peuples et de patries autour d’un polythéisme assumé des valeurs. Centralisée et hyper-parisianisée, elle asphyxie toutes les forces vives de ses contrées provinciales, des terroirs périphériques et maintenant des territoires ultra-marins. Les Kanak, les Polynésiens, les Wallisiens n’assistent plus passifs à ce long processus génocidaire. Les autochtones de Wallis-et-Futuna expriment toute leur attachement à leurs rois coutumiers reconnus par le régime républicain français.

I-Grande-133070-n-865-timbre-wallis-et-futuna-poste.net.jpg

Uniforme et homogène tant en Europe qu’à La Réunion, en Guyane et aux Antilles, la République française tolère un bien timide traitement ethno-différencialiste en Océanie. Il est toutefois trop tard pour qu’elle change ses intentions mortifères pour les ethnies. Son idéologie individualiste, sa soumission aux futiles droits de l’homme, sa centralisation administrative excessive, sa politique éducative concertée d’extermination des cultures vernaculaires à la suite de l’héritage criminel des « hussards noirs » annulent toute velléité rénovatrice. En tant que peuple conscient de son avenir, les Kanak de Nouvelle-Calédonie ne veulent pas subir le même sort. On les comprend pleinement. À demain donc la Kanaky – Nouvelle-Calédonie !

Georges Feltin-Tracol.

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n° 188, mise en ligne sur TVLibertés, le 27 octobre 2020.

Écrire un commentaire