Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 08 janvier 2021

L'Espagne va s'effondrer. Préparons-nous à l'insubordination

defuncion_nacional.jpg

L'Espagne va s'effondrer. Préparons-nous à l'insubordination

Sur l'état de l'Espagne aujourd'hui

Carlos X. Blanco

Forger une unité politique de taille suffisante en termes de territoire, de population, de ressources et d'armée constitue la base pour devenir un État capable de prendre part à des actions efficaces pour ses intérêts et sa défense, aussi pour écarter la possibilité que cette unité politique ne devienne plus qu'un sujet passif, par exemple une colonie (formelle ou informelle) d'autres Etas plus puissants.

Notre unité politique, soit la monarchie hispanique fondée par les Rois catholiques, Isabel et Ferdinand, au 15ème siècle, a empêché d'autres royaumes étrangers de soumettre les domaines ibériques, et surtout a empêché les musulmans d'Afrique du Nord de reprendre leur expansion dans le sud de l'Europe.

Les petits et puissants États italiens avaient à cette même époque atteint des niveaux très élevés de puissance maritime et commerciale, mais le manque d'unité entre eux allait les déclasser politiquement pendant des siècles. Ils allaient devenir les jouets de la politique espagnole ou française. L'Italie a connu, en général, un plus profond développement capitaliste que l'Espagne ou la France, mais les micro-États italiens, appelés à diriger une éventuelle unification – qui fut impossible jusqu'au 19ème siècle - n'ont pas été animés par vision vaste et généreuse que, dans une autre péninsule, la péninsule ibérique, Leurs Majestés catholiques possédaient.

Rendición de Granada.jpg

La vision vaste et généreuse d'Isabel et Ferdinand était à la fois politique et spirituelle.

Une vision politique, puisque la Castille meurtrie, à cause des affres subies pendant des guerres civiles incessantes pendant toute la période précédente, plongée dans un processus de décomposition féodale, est devenue, malgré ses déboires, la matrice d'une union hispanique, embrassant par le mariage un royaume d'Aragon non moins décomposé, avec une politique et un commerce méditerranéens soumis à de dangereuses turbulences et en plei déclin, et avec un arrière-pays, dont la force productive était brisée et marquée par le dépeuplement et le localisme.

L'union des deux royaumes, jusqu'alors blessés et meurtris, fut scellée par l'idée spécifiquement hispanique de l'impérialité (née au cours du Haut Moyen-Âge dans la zone de la monarchie asturienne-léonaise) qui devait marquer l'aboutissement de la Reconquête (avec la récupération de Grenade en 1492). Ces processus qui ont pris une énorme épaisseur et atteint un haut niveau spirituel.

Evoquons la vision spirituelle. Le catholicisme signifie l'universalité, la rupture avec le localisme, la fin de l'étroitesse d'esprit et de l'égoïsme féodal et provincial. La création d'une unité politique de taille suffisante et l'unité fondée sur une seule foi furent les deux conditions pour que la souveraineté soit garantie et que cette unité devienne une puissance et non, a contrario, dans un scénario passif, l’objet d’une déprédation par d'autres puissances.

Ce type de processus (création d'unités politiques équipées pour être des pouvoirs subordonnés et non des États subordonnés), est magistralement expliqué à notre époque par le professeur argentin Marcelo Gullo. Des cas analogues, jamais identiques, peuvent être observés dans l'Histoire. Les colonies américaines, dans leur insubordination fondatrice contre la Grande-Bretagne, et la Grande-Bretagne elle-même dans son processus - fondateur et pionnier - de conversion en une puissance capitaliste industrielle après Elizabeth I, sont des cas paradigmatiques.

13859728-20077427.jpg

De toute évidence, l'histoire nous enseigne des exemples d'insubordination réussie et des exemples d'insubordination ratée. En Amérique latine et dans l'Espagne péninsulaire elle-même, ces modes d’insubordination ratée abondent et nous concernent intimement. L'étude de ces cas d'insubordination ratée devrait nous éclairer sur la voie à suivre pour en sortir et pour récupérer de la souveraineté, sans tomber dans les vieux pièges, en tirant les leçons du passé. La géopolitique et les relations internationales sont généralement étudiées aujourd'hui avec un vice particulier (un vice largement étendu dans les universités américaines qui, jusqu'à aujourd'hui, étaient les centres intellectuels de la métropole dominante) : le vice de l'absentéisme. Mais la géopolitique et les relations internationales sont à comprendre sur le plan historique sinon on ne les comprend pas du tout.

L'Espagne a connu un exemple tronqué d'insubordination fondatrice récente, tronquée par la mort du Caudillo. L'Espagne "développementaliste" de Franco, malgré toutes les erreurs qu'elle a commises, et sans entrer dans le débat sur le "péché originel" de sa légitimité (ce qui n'est pas notre problème ici), est l'exemple d'une prodigieuse augmentation du niveau de productivité, des revenus, de l'éducation publique et de l'autosuffisance agro-industrielle entre 1960, disons, et 1975. La mort du Caudillo a interrompu ce processus d'accumulation capitaliste autocentré, un processus qui était d'ailleurs la condition sine qua non pour avoir une voix propre sur la scène internationale.

Déjà dans les années de vieillesse du Généralissime, les politiques libérales en matière économique proliféraient dans le Régime, des politiques désireuses de subordonner l'Espagne pour satisfaire leur propre profit. L'arrivée au pouvoir de Felipe González (1982) a accéléré et étendu la vision néolibérale et a marqué un tournant : l'Espagne a cessé d'être l'une des grandes puissances économiques du soi-disant "premier monde" par le biais d'un processus de "reconversion" industrielle et agricole qui impliquait, en fait, la vente des grandes entreprises qui étaient patrimoine de l'État, et leur mise aux enchères au profit des amis du régime (aujourd'hui bourbono-socialiste au lieu de franquiste) et au profit principalement de spéculateurs étrangers. Les paysans, quant à eux, étaient pieds et poings liés, et c'était presque un crime de produire tant que cette production n'était pas adaptée à ce que "l'Europe" exigeait de nous.

unnamedINI.jpg

10621372.jpg

Votre serviteur se souvient parfaitement comment, dans les Asturies, c'est devenu presque un crime de posséder une ou deux vaches pour compléter la maigre pension d'un couple de personnes âgées vivant à la campagne, alors qu'avant notre "européanisation", les laiteries collectaient le lait de chaque producteur, petit ou grand, en échange d'un revenu fondamental pour le maintien de la vie rurale. Aujourd'hui, depuis que nous nous sommes "européanisés", les campagnes d'une grande partie de l'Espagne se dépeuplent, ce qui est le premier symptôme de la mort d'une nation. De même, les grandes industries du capital de l'État, qui auraient pu être facilement relancées avec des investissements publics (je me souviens du cas d'ENSIDESA, des chantiers navals, et de tant d'autres), si utiles pour maintenir l'État en autarcie et conserver des milliers d'emplois, ont été liquidées par les ministres successifs de la "pelote basque" (Solchaga, Boyer, Solbes...). Un investissement industriel aussi énorme et aussi bien autocentré, mené par l'INI de Franco, a été liquidé et vendu, plongeant des régions entières dans le chômage chronique et la retraite anticipée, ouvrant la porte à la toxicomanie des jeunes et à la paresse subventionnée, contraires à l'éthique imposée par les socialistes.

Le PSOE, paradoxalement, a été l'un des instruments les plus importants du néolibéralisme. Le néo-libéralisme, quant à lui, n'est rien d'autre qu'une interprétation fondamentaliste du capitalisme qui consiste à liquider toute nation souveraine dans la sphère économique (et donc ayant sa propre voix dans la sphère politique), qui s'oppose à son projet : cela signifie l'accumulation et la concentration du capital en très peu de mains. L'Espagne du défunt Franco a été, pendant de nombreuses décennies, à nouveau souveraine dans la sphère européenne et donc concurrente de nos "partenaires". Elle a dû être détruite. Ils ne s'arrêteront pas tant qu'ils n'y seront pas parvenus totalement.

61IMVjyR75L.jpg

Parlons de l’accumulation et de la concentration du capital dans quelques mains. Ces mains ne sont plus des « mains d'individus » : leurs propriétaires sont des conglomérats complexes de fonds d'investissement qui, de plus en plus, ne sont pas identifiables à des États spécifiques, comme l'étaient autrefois la Grande-Bretagne et les États-Unis, de manière canonique. Aujourd'hui, les différentes puissances occidentales sur la scène mondiale sont à leur tour des instruments de ces fonds spéculatifs. Mais à part l'Occident, le gouvernail de l'État national est bien présent dans le développement capitaliste autocentré. Un gouvernement souverainiste et protectionniste, gouvernant l'économie nationale et une banque nationale peuvent être les instruments de ce "retour des pouvoirs" dans une région du monde à vocation expansive. Aujourd'hui, la Chine et la Fédération de Russie dépassent largement leur rôle de puissances régionales et, compte tenu de leurs importantes dimensions territoriales et démographiques, elles sont appelées à remplacer l'Occident en déclin. Le rôle prépondérant de leurs États, aussi autocratiques qu'ils le souhaitent, reste fondamental.

Nous comprenons que l'Occident est plongé dans la plus sombre décadence non plus à cause d'une sorte de besoin inexorable, correspondant à son "cycle de vie". Ce naturalisme, parfois interprété par le point de vue morpho-historique de Spengler, n'a pas fonctionné dans le cas des anciennes civilisations, beaucoup plus anciennes que l'Occident, comme c'est le cas du monde chinois. Et cela contredit l'idée "pseudo-naturaliste" selon laquelle une civilisation ancienne doit nécessairement être décadente.

Il y a encore un siècle, en Occident, les Chinois étaient méprisés, non sans une dose de racisme explicite, selon des clichés éculés. Dans cette optique, on parlait d'une civilisation orientale si ancienne, avec une longue histoire d'oppression du peuple, une oppression d'un tel degré et d'une telle efficacité que les Chinois ne seraient, peut-être inévitablement, que des esclaves nés. Une tare ethnique, supposée acquise à la manière lamarckienne, par une sorte d'exercice répété de soumission à une pseudomorphose de la domination, ferait de l'Empire chinois une sorte de carcasse éventrée prête à être dévorée par les vautours occidentaux et le Japon.

L'histoire nous a montré que rien de tout cela ne s’est avéré vrai, que les Chinois ont depuis longtemps retrouvé toute leur fierté nationale et sont en fait aujourd'hui la première puissance économique du monde.

confucius-1124611_1920.jpg

Après plusieurs décennies de croissance économique soutenue, et avec une combinatoire idéologico-pragmatique surprenante (sous nos yeux, formée par le néolibéralisme et l'ethnocentrisme occidentaux), mêlant l’idée d’un "État fort" et d’une "communauté forte" (idéologie communiste et confucianiste) d'une part, et de capitalisme avancé d'autre part, les Chinois ont généré leur propre insubordination fondatrice. D'exportateur de bibelots de mauvaise qualité, ils sont devenus un fer de lance de la technologie du plus haut niveau, sachant que cette technologie du plus haut niveau est la dernière étape d'une pyramide qui doit être soutenue par un secteur industriel moyen fort (qui n’est pas, lui, leader en technologie ou en marge des plus-values), qui fournira plusieurs millions d'emplois, des emplois qui généreront une importante classe moyenne instruite, d'où émergeront des élites technologiques et de toutes sortes, des élites capables de diriger le monde.

Au contraire, les politiques occidentales, y compris espagnoles, commettent l'erreur de délocaliser et de privatiser toutes les industries, comme si nous jetions notre propre mobilier par la fenêtre, dans le but de nous abandonner, d'une part, à une production technologique avancée minoritaire, sans socle moyen, et, d'autre part, à un secteur des services vaporeux et précaire, un secteur qui, au vu de la maudite pandémie de Covid-19, est comme un château de cartes. Nous le savons désormais.

L'Espagne est maintenant dans le peloton de queue de l'Europe. Et tous ceux qui se trouvent en dehors de nos frontières le savent. C'était - et c'est encore ! - un pays incapable de produire ses propres masques. Aujourd'hui, l'Espagne n'est qu'un pays plein de fous, comme dans la nef des fous, qui abrite une caste d'hommes (im)politiques incompétents qui ne cherchent que le vote à court terme et qui - depuis l'époque où Franco vieillissait - n'aspirent qu'à des sièges ou des sinécures, des prébendes, et ne songent qu’à vendre la patrie aux étrangers. L'Espagne est aujourd'hui un pays qui manque de la moindre souveraineté. Qu'est-ce que j'entends par souveraineté ? L’autonomie dans ses décisions. Une fois la plus grande et la meilleure de ses industries liquidée, l'Espagne ne sera plus qu’un site ouvert aux spéculateurs internationaux et au dumping de main-d'œuvre. En fait, elle est actuellement un sujet passif, qui subit une véritable "marche verte" devant laquelle les médias se taisent et devant laquelle les "partis du système" maintiennent le pacte secret de ne pas le mentionner au peuple.

Mapa-Marruecos.jpg

Le pays est rempli d'agents marocains qui, secrètement, de manière réitérée, avec arrogance et sans aucune dissimulation, diffusent un message hispanophobe dans tous les domaines possibles (journalistique, universitaire, culturel) afin de castrer le peuple espagnol face à l'imminence des marches vertes. Si le peuple espagnol ne se reconnaît plus comme une entité unie, cela entraînera l'impuissance de l’État, qui doit demeurer une entité politique unie. Cette impuissance de l’Etat nous met à nu, nous désarme, face à la menace venant du sud. Il est très symptomatique que de nos jours se déroule une campagne idéologique contre la célébration ou le souvenir de la prise de Grenade, que nous assistons au réveil féroce de la Légende noire, que nous observons un rejet mental de la Reconquête et des exploits des anciens royaumes hispaniques (Covadonga, Las Navas de Tolosa, Grenade, la Découverte des Amériques...). Les agents marocains sont très présents dans les rangs de la gauche et des groupes séparatistes, mais en réalité ils sont présents dans tous les partis ayant une représentation électorale.

Si le peuple restait uni, l'État, dirigé par les "vendus" de la partitocratie, n'aurait absolument rien à faire. Mais ce n’est pas le cas. Alors lorsque la nouvelle "marche verte" pénétrera (elle le fait déjà) dans les îles Canaries, à Ceuta et à Melilla, et en général sur les côtes méridionales et méditerranéennes, les "nouveaux Sahraouis" (apatrides, dépossédés de leur propre pays) seront les Espagnols d'aujourd'hui qui comprendront trop tard (comme ce fut le cas en 711, après la défaite de Don Rodrigo), qu'ils n'ont rien fait pour empêcher leur acculturation, leur conversion en peuple mozarabe, diminué en droits et en liberté, à peine tolérés par les nouveaux maîtres.

Il est clair que la véritable Espagne, celle qui, potentiellement, a un avenir, est l'Espagne guerrière, re-née jadis dans les montagnes de Covadonga, et non l'Espagne mozarabe, qui s’était déjà vendue, qui avait ouvert les portes à l'envahisseur. Mais avant cela, bien avant de se permettre toute bravade face aux provocations constantes, l'Espagne doit revenir à un "seuil de pouvoir" qui lui permette de se doter d'une puissance économique, en protégeant nos industries et nos campagnes, en donnant à l'État central le rôle de leader et d'investisseur dans l'économie. Redevenir un pays producteur, c’est aussi remettre sur pied, entre autres choses, une armée efficace capable de défendre les frontières. Les frontières de l'Espagne, ne l'oubliez jamais, sont aussi celles de notre civilisation. Les "partenaires européens", après des siècles d'histoire moderne, nous ont appris qu'ils préfèrent désormais devenir des musulmans, ou autre chose d’exotique et de fumeux, que des alliés fiables pour défendre les valeurs de notre civilisation. Nous devons également nous méfier d'eux, de leurs "lignes directrices" et de leurs schémas supranationaux. L'Europe est le problème, et le monde hispanique est la solution.

Écrire un commentaire