Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 12 mai 2024

Exaspérations touristiques

iticmage.jpg

Exaspérations touristiques

par Georges FELTIN-TRACOL

Dans la dernière semaine d’avril, de nombreux habitants des îles Canaries, cet archipel espagnol de l’Atlantique situé en face du Maroc, ont manifesté contre le surtourisme. Il menacerait leurs ressources naturelles, leurs paysages et leur cadre de vie. Les revendications des vingt à cinquante mille manifestants portaient aussi sur les mauvaises conditions de vie des travailleurs du secteur touristique, principal employeur de l'archipel (plus de 40% des emplois). Ils dénonçaient enfin le prix inabordable de l'immobilier qui empêche d’obtenir un logement décent.

Cette réaction aux méfaits du tourisme de masse aux Canaries (14 millions de touristes en 2023 pour une population de 2,2 millions d’habitants) n’est pas unique en Espagne. Un autre archipel, en Méditerranée, les Baléares, subit une situation semblable. La réaction y est plus ancienne. Les opposants au surtourisme montent des panneaux en anglais près des plages pour dissuader les touristes de s’y faire bronzer. Les prétextes avancés insistent sur des menaces inventées (présence de méduses dangereuses, risque de chutes de pierres ou bien baignades interdites).

Boat-Party-Ibiza.png

Île connue pour son ambiance exubérante, Ibiza a longtemps attiré des flots continus de touristes britanniques, néerlandais et allemands grâce aux compagnies aériennes à très bas coût pour des fins de semaine sur-alcoolisées, festives et débridées. Des centaines de touristes plus qu’éméchés vomissaient, urinaient et déféquaient partout. D’autres complètement ivres, mais pas toujours, se jetaient au péril de leur vie dans la piscine de leur hôtel depuis le balcon de leur chambre au dixième, quinzième ou vingtième étage.

En Italie, face à la marée croissante des touristes occasionnels, la mairie de Venise a instauré, le 25 avril dernier, une taxe de séjour journalière, qualifiée de « contribution d’accès », d’un montant unique de cinq euros. Elle concerne toutes les personnes étrangères à la Cité des Doges qui désirent visiter la vieille ville en une seule journée, de 8 h 30 à 16 h 00. Outre des dérogations prévues, cette contribution ne concerne pas ceux qui passent au moins une nuit à l’hôtel. Elle n’est pas non plus permanente. Elle n’est effective qu’une trentaine de jours au moment des très grandes affluences touristique, les jours fériés et tous les samedis et dimanches entre les mois de mai et de juillet.

wfvfw.jpg

Ce droit d’entrée – une première au monde – a suscité le mécontentement d’une partie des Vénitiens. Souvent militants de gauche et de l’écologie radicale, les manifestants se scandalisent de cette disposition qui ferait de leur ville le plus grand parc d’attraction de la planète. Ils préfèrent l’établissement de quotas d’accès quotidiens. Ils oublient que ce serait une discrimination répréhensible pour le droit dit européen. Parmi les protestataires, d’autres s’indignent que les parents et les amis des Vénitiens qui n’habitent pas la ville s’acquittent aussi de la taxe. Les réunions de famille ou amicales tenues à Venise deviennent ainsi payantes… Enfin, une faction des contestataires s’inquiète de l’infrastructure technique et numérique nécessaire à sa supervision. Tout visiteur doit passer par quelques points d’entrée contrôlés, ce qui revient dans les faits à l’établissement d’une douane intérieure ainsi qu’au retour de l’octroi. Cela n’irait-il pas à l’encontre de la libre circulation des personnes prévue dans les accords de Schengen ? D’habitude si sourcilleuse sur le respect des droits individuels les plus loufoques, la Commission pseudo-européenne garde un silence éloquent sur cette violation indéniable des traités dits européens.

La procédure d’inscription pour payer la taxe risque de donner de très mauvaises idées aux tristes sires que sont les commissaires européens. Avant de franchir les accès d’entrée filtrés, il faut au préalable se déclarer sur Internet, payer avec sa carte bancaire et s’enregistrer avec un QR-code. La police municipale réalise des contrôles inopinés et dressent des amendes de cinquante à trois cents euros… Mis en avant au moment de la mystification covidienne, le QR-code va avantageusement remplacer un possible puçage des êtres humains puisque ces derniers ne peuvent plus se passer de leurs téléphones super-connectés. Dans un Occident terminal toujours plus liberticide, cette inclination vers une servitude techno-numérique volontaire ravit la super-classe cosmopolite mondiale. Signalons qu’en Grèce, il faut désormais que les voyageurs réservent sur un site spécial leur envie de parcourir l’Acropole d’Athènes.  

what-to-know-before-visiting-the-acropolis-10-min.jpg

Les îles Canaries s’inspireront-elles de l’exemple vénitien ? Leur insularité modifie en partie la portée d’autant que l’activité touristique représente en 2022 35 % de leur PIB. L’absence de touristes plongerait l’archipel dans des difficultés économiques considérables. Le problème structurel de la surfréquentation touristique ne se limite pas aux îles Canaries, à Venise, à Athènes et aux Baléares. Tout lieu qui accueille maintenant des touristes en nombre rencontre d’inévitables inconvénients.

Observons par ailleurs que, si les habitants des Canaries s’élèvent contre l’afflux massif des touristes qui contribuent par leurs dépenses à faire tourner l’économie locale, les mêmes se taisent souvent à propos de l’arrivée sur les plages de l’archipel d’immigrés clandestins originaires d’Afrique. Les mêmes qui beuglent « Dégagez les touristes ! » ne réagissent pas devant le déferlement migratoire allogène. Certes, le tourisme est une forme de migration même si elle n’est que temporaire. Une réflexion similaire s’adresse aux musées. La réservation en ligne s’impose pour arpenter les couloirs du Louvre. Des bourgades au cachet historique conservé rencontrent la rançon du succès en attirant bien trop de monde.

Le tourisme de masse appartient à la Modernité. Il concrétise l’aspiration démente à une « société ouverte » qui tend dorénavant vers la plus grande inclusion possible. Son hypertrophie parasite l’activité économique et place le pays dans une mono-activité peut-être rentable, mais guère satisfaisante pour un essor plus global. Ce constat sert de moyen de pression pour tous ceux qui en vivent officiellement ou non.

A contrario, une société fermée, strictement cloisonnée, autarcique et autocentrée sur le plan socio-économique, n’a pas besoin de touristes. Avec le développement de la réalité virtuelle, ne serait-il pas temps de s’en servir ? En restant chez soi, il deviendrait possible de visiter des monuments lointains et/ou disparus. La consommation d’énergie nécessaire à cet usage compenserait-elle le gain obtenu en combustible non utilisé ? Plutôt que de recourir encore une fois à une technique envahissante et dépendante, un livre ne permet-il pas un meilleur dépaysement ? Et si on veut voyager, pourquoi ne pas l’entreprendre en vélo, à cheval ou à pied ? Le touriste symbolise la Modernité tardive chaotique. Pour paraphraser Guillaume Faye, il sera bientôt temps de remplacer les villages de vacances, les centres de loisirs formatés et les musées abscons par des pas de tir à missiles nucléaires.

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 114, mise en ligne le 7 mai 2024 sur Radio Méridien Zéro.

lundi, 22 avril 2024

Carlos X. Blanco : "Nous ne pourrions pas défendre les Canaries, Ceuta et Melilla contre le Maroc, même pendant 24 heures"

80e68122d592efa9e22448c4b74790bd.jpg

Carlos X. Blanco : "Nous ne pourrions pas défendre les Canaries, Ceuta et Melilla contre le Maroc, même pendant 24 heures"

Source: https://editorialsnd.com/carlos-x-blanco-no-podriamos-defender-las-canarias-ceuta-y-melilla-ante-marruecos-ni-siquiera-durante-24-horas/

Nous avons interviewé le philosophe et essayiste asturien Carlos X. Blanco. Blanco qui, avec José Costales, vient de présenter son dernier livre intitulé España : Historia de una demolición controlada (Espagne : Histoire d'une démolition contrôlée), publié par Letras Inquietas.

GKKr3mOXoAIpnr5.jpg

Vargas Llosa a déclaré : "Quand le Pérou est-il allé en enfer ?" -  Quand l'Espagne est-elle allée en enfer ?

L'Espagne en tant qu'entité n'a pas toujours été un sujet "national". C'est un organisme qui a subi des attaques, des dégradations et des avortements qui ont affecté son être, qui est un être historique et changeant. L'Hispanie germano-gothique a subi, dès le VIIIe siècle, la première d'entre elles : il s'agissait d'un État non national qui aurait pu connaître une évolution parallèle à celle des autres royaumes semi-barbares d'Occident après 476, mais ce ne fut pas le cas : la conquête musulmane a interrompu ses trajectoires "normales" (comme l'ont souligné Sánchez-Albornoz ou, plus récemment, Armando Besga).

La véritable Espagne naît de la Reconquête, elle est l'héritière du Royaume des Asturies et de sa continuation, la monarchie léonaise. Il en est de même dans l'orbite aragono-méditerranéenne, également redevable de l'idéal asturien, malgré sa relative marginalité par rapport au projet restaurateur des rois-caudillos. De l'Espagne "asturienne" (ou léonaise) découle directement l'Espagne impériale, celle qui a joui d'une plus grande validité, d'une plus grande continuité et d'un plus grand élan, une Espagne impériale, également pré-nationale, qui est née avec les Rois Catholiques, peut-être les meilleurs gouvernants de notre histoire. Elle a été appliquée avec la logique catholique (universaliste) pendant trois siècles.

Le nouvel épisode d'avortement politique a eu lieu avec le changement de dynastie, quand nous sommes passés des Habsbourg aux Bourbons. Ce changement, qui a lieu dans les années 1701-1713, est en fait le résultat d'une guerre mondiale intereuropéenne qui a pour conséquence de faire de l'Empire espagnol un empire subalterne. Les Français et les Anglais ont réussi à inculquer aux Espagnols le mépris de leur propre empire et de leur propre culture, un empire qu'ils ne pouvaient pas détruire d'un coup mais qu'ils pouvaient subordonner progressivement.

C'est avec les Bourbons (la famille étrangère qui occupait le trône à Madrid) que la dés-hispanisation a commencé, non seulement de ce que l'on appelle aujourd'hui l'Espagne (la péninsule), mais de toute l'Hispanité. Le créole américain, parfois blond et aux yeux bleus, se sent héritier de Montezuma, l'Andalou au patronyme galicien se veut descendant des Maures, le Castillan apprend à danser le flamenco et à remarquer qu'il a du sang gitan et maure dans les veines... Commence alors une distorsion identitaire que les loges étrangères, les monarques bourbons et leurs cliques encouragent. Pourtant, jusqu'à la fin du XVIIIe siècle, l'Empire espagnol ne cessera de s'étendre et de progresser dans sa mission civilisatrice. Mais le cancer, comme toujours, s'est niché dans la clique de Madrid elle-même.

carlistas-requete--644x362.jpg

L'Espagne était complètement foutue lorsque la guerre civile devint une habitude et que nous apprîmes à nous haïr les uns les autres. Les guerres carlistes répondaient à des visions inconciliables de ce que devait être une communauté politique organisée. Le libéralisme était essentiellement incompatible avec l'existence de l'Espagne. Cela ne veut pas dire que je défends les carlistes (ce serait anachronique), mais je considère que le libéralisme a été pour l'Espagne un virus d'origine étrangère qui a eu des effets dévastateurs sur notre société.

16c648f2-64a8-41fc-8ec5-ddf9233db252_892x1145.jpg

La guerre de 1936-1939 fut à nouveau une guerre entre la tradition et l'étranger, comme les guerres carlistes, mais insérée dans un contexte mondial de lutte entre le libéralisme, le bolchevisme et le fascisme, les trois premières théories politiques selon les termes d'Alexandre Douguine. Il y a longtemps que nous, Espagnols, sommes tariqués (que nous sommes devenus un ensemble de tarikas antagonistes). Tant qu'il y aura de l'ivraie (comme c'est encore le cas aujourd'hui), nous serons à genoux devant le monde. Même les Marocains finiront par nous tancer.

La dernière opération pour mettre l'Espagne à genoux et faire avorter une transition "propre", non contrôlée par l'hégémon yankee, a été l'assassinat de Carrero. C'est à ce moment-là que l'Espagne a été carrément foutue, avec les conséquences que nous vivons aujourd'hui.

Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire ce livre, à mi-chemin entre l'essai historique et l'analyse politique ?

L'amour pour une Espagne qui nous frustre, qui n'est pas à la hauteur de sa mission historique, son passé avec ses ombres, certes, mais aussi avec ses lumières glorieuses. Nous sommes ébranlés par la peur d'être impliqués dans une guerre nucléaire menée sur le sol européen. Nous sommes animés par l'indignation face à la mafia partitocratique, à commencer par le PSOE, mais qui s'étend à tous (et je dis bien tous !) les partis créés depuis le régime de 78 et qui disposent d'une représentation parlementaire. Nous y sommes conduits par la possibilité plus qu'évidente de devenir les esclaves de nos voisins (Maroc, France) et les cobayes et les idiots utiles de l'Anglosphère. Amour et rage de voir notre patrie à genoux. La haine et le dégoût de voir que le pays est rempli de traîtres, de rats d'égout et d'imbéciles, qui les suivent et les écoutent...

pelayo-covadonga-spain.jpg

santuario-covadonga-picos-europa-0366-d27.jpg

L'Espagne atlantique, alternative à l'Espagne méditerranéenne, est un thème récurrent de votre livre. Pourquoi notre géopolitique devrait-elle s'orienter vers l'Atlantique ?

Une unité politique importante a toujours un "centre de l'âme", un noyau qui rayonne d'énergie et de volonté. Il se trouve dans les Picos de Europa, dans la grotte de Covadonga : tout près, au nord, se trouve l'Atlantique, dont la mer Cantabrique est une province (maritime). C'est de là que partaient les navires "faustiens" (comme dirait Spengler) pour aller se battre dans les eaux de la Tamise elle-même à la fin du Moyen-Âge. C'est de là que nos meilleurs marins sont partis pour récupérer l'Andalousie, aux mains des Maures, et plus tard, pour conquérir les Amériques, en partie dominées par des empires génocidaires, cannibales et exploiteurs. La périphérie aragonaise-méditerranéenne (à l'époque périphérie) ne pouvait servir qu'à contenir l'agression berbéro-ottomane. La condition méditerranéenne de l'Espagne n'a fait que poser des problèmes à l'entité impériale dont nous sommes issus.

En revanche, "la lumière du nord", l'Espagne qui a conquis des mondes au nord et récupéré des steppes au sud (celles de la Castille) a toujours été grande, très grande. La géopolitique étrangère s'est obstinée à nous rendre "plus méditerranéens" que nous ne le sommes. Nous le sommes en partie, mais seulement en partie. Nous devons regagner l'amitié des Ibéro-Américains et des Portugais. En tant qu'"échangeur" entre l'Afrique et l'Europe ("l'Afrique commence dans les Pyrénées"), nous serons toujours méprisés par ceux qui nous appellent "nos partenaires et amis". Les Anglo-Saxons, les Gaulois et les Allemands seront toujours heureux de nous percevoir comme des Maghrébins.

Vous accusez l'Eglise catholique (ou plutôt la hiérarchie vaticane contemporaine) d'avoir été un acteur clé dans la démolition de l'Espagne...

Aujourd'hui, l'Église, en tant qu'institution composée de hiérarques et de fonctionnaires (en partie) corrompus, souhaite toujours être proche du pouvoir. L'Eglise doit beaucoup à l'Espagne: sa survie en tant que communauté (catholique) universelle et pas seulement en tant que secte romaine. Une idéologie mondialiste et protestante prédomine, une mentalité oenégiste. Ils collaborent avec les taxis-pateras et l'importation de main-d'œuvre bon marché en provenance d'Afrique. Ils ne s'opposent pas vraiment à l'idéologie du genre... Un désastre.

1200px-Luis_Carrero_Blanco.jpg

4.jpg

L'assassinat de Carrero Blanco par la CIA et ses conséquences sont-ils la poussière dont est issue la boue qui nous submerge aujourd'hui ?

Comme nous l'avons laissé entendre il y a un instant, du moins en ce qui concerne le régime de 78, c'est le cas. Partitocratie corrompue, élaboration d'un texte constitutionnel dysfonctionnel et volontairement ambigu, soumission à l'anglosphère et à sa franchise franco-allemande, mise à genoux devant notre ennemi objectif numéro un, le Maroc, pour que l'anglosphère puisse toujours contrôler le détroit de Gibraltar, dégradation morale de la population, perte d'identité. Nous étions la neuvième puissance économique du monde et maintenant nous sommes le paradis de la drogue et du sexe facile, un très grand bordel où la nationalité, le parachute et les putes s'acquièrent à prix d'or. Carrero savait que l'Espagne devait être à l'Ouest et qu'elle devait faire face à son hégémon, mais il n'avait pas le droit d'être un De Gaulle de la mer Cantabrique. Si Prada a appelé ISIS "la CIA en djellaba", ou quelque chose de similaire, il est juste de dire que l'ETA a toujours été la CIA (et le MI6) en txapela et en cagoule.

Quel est le rôle du Maroc dans la démolition de l'Espagne ?

Il est décisif. Le Maroc va finir par détruire la nation. N'oubliez pas que le Maroc n'est pas seulement un sultanat nord-africain, un despotisme honteux aux portes de l'Europe, choyé par Bruxelles et les Américains. Il en va du Maroc comme de l'entité sioniste appelée Israël: le sultanat en question représente la botte des Yankees et des sionistes placée sur notre tête.

Par l'intermédiaire du despote Mohammed VI, les Américains mènent une guerre commerciale contre l'Espagne et l'affaiblissent. Leurs espions collaborent sûrement avec la CIA pour détecter l'"islamophobie" alors qu'ils font venir des millions de sujets d'un sultan, sujets dont nous payons les factures et les études. Ces sujets du sultan conditionneront de plus en plus la politique nationale, la rendant de plus en plus soumise aux diktats de l'hégémon. Le niveau culturel baisse et la cohésion culturelle et ethnique de notre pays se fragmente, laissant notre souveraineté à jamais hors jeu. Toute l'Europe souffre de ce processus, mais l'invasion spécifique des sujets d'un sultan étranger est une invasion qui est spécifiquement marocaine dans notre cas.

Un cas particulier parce que nous avons des frontières directes avec ce pays alors que Sánchez a mis l'Espagne à genoux. Une grande partie de la gauche, mais aussi une partie de la droite, sont des suceurs de djellaba alors qu'on les appelait autrefois des tiralevites. Ils courent après les millions qui sentent la majzah. Ils sont pires que des putes, des femmes qui méritent bien plus de respect que ces politiciens.

spanish-legionnaire-parade-to-mark-the-spanish-armed-forces-news-photo-1584994773.jpg

L'armée a-t-elle un rôle à jouer dans l'Espagne d'aujourd'hui, au-delà de celui d'acolyte de l'OTAN ?

Aucun. Nous ne sommes pas capables de contrôler notre propre territoire. Nous ne pourrions pas défendre les Canaries, Ceuta et Melilla, même pendant 24 heures. Notre haut commandement n'aurait pas l'autorisation de Bruxelles et de Washington d'ouvrir le feu face à une nouvelle "marche verte". Si les acolytes de Puigdemont organisaient leur propre "marche verte" à Barcelone, ni l'armée ni la garde civile n'auraient l'autorisation de réprimer la haute trahison. On l'a déjà vu avec le bateau Tweety. Un mort, et l'Europe et l'"Occident" vous tombent dessus. C'est ce que signifie être une colonie. L'Espagne est une colonie des États-Unis, de l'Union européenne et du sultanat.

L'attentat du 23-F était-il une opération visant à liquider le contrepoids militaire de nos institutions ?

Nous pensons que c'est plus compliqué que cela. L'émérite était à la solde de la CIA bien avant de devenir roi. Il a joué un rôle clé dans le fait que nous sommes aujourd'hui à genoux, vivant comme une colonie où tout le monde peut s'installer, se droguer, avoir des relations sexuelles libres, prendre des bains de soleil et manger de la paella et du "pescaíto frito" (du poisson frit). Une partie de l'armée était déjà en contact avec les Américains du temps de Franco, lorsqu'il était âgé et qu'une "transition" se préparait. Les Américains, les franquistes opportunistes et le Campechano nous ont apporté le régime de 1978, et de nombreuses énigmes du 23-F seront résolues au fur et à mesure que l'agonie infectieuse du régime de 1978 lui-même se déroulera. Le temps finira par tout révéler.

1200x675_284646.jpg

Pourquoi les institutions de l'État ont-elles encouragé le nationalisme centrifuge ?

Sur cette question, nous pensons que cela remonte à loin. L'aberration de l'"État des autonomies" n'a rien à voir avec un véritable et sain régionalisme. Les caciques de Bilbao et de Barcelone font la pluie et le beau temps depuis des siècles, en tandem avec les plus grands caciques, ceux de Madrid. Les oligarchies, qu'elles soient centralistes ou périphériques, pillent l'Espagne. C'est ainsi depuis deux siècles. Il faudrait arrêter des centaines de personnes pour trahison et détournement de fonds, et abattre les institutions déloyales. Mais il n'y a pas de volonté. Regardez Madrid : c'est la fabrique des séparatistes.

Enfin, avons-nous encore le temps d'arrêter la démolition de notre nation ? Comment pouvons-nous l'arrêter ?

Le temps presse. Le peuple est en train de s'abrutir et de se dénaturer : un système éducatif défaillant et empoisonné, des frontières ouvertes. Il n'y a pas de ressources pour une "insoumission fondatrice" : il est de plus en plus difficile de reconstruire l'industrie nationale. Il faudrait des comités populaires pour prendre d'assaut les institutions et un conseil de sages sans idéologie, armés seulement de science et de patriotisme, pour faire office de gouvernement. Et puis, après un siècle ou un siècle et demi de reconstruction, revenir à ce que nous devrions être. Quelque chose en dehors de tout parti ou levier émanant du régime de 78.

José Costales et Carlos X. Blanco : España : Historia de una demolición controlada. Letras Inquietas (avril 2024)

vendredi, 12 avril 2024

La métamorphose de Macron, la crise de l'axe franco-allemand et la destruction de l'espace politique européen

7MHYLFBCNOAU2SVHU3BNPWLT4Q.jpg

La métamorphose de Macron, la crise de l'axe franco-allemand et la destruction de l'espace politique européen

Roberto Iannuzzi

Source: https://geoestrategia.es/noticia/42578/politica/la-metamorfosis-de-macron-la-crisis-del-eje-franco-aleman-y-la-destruccion-del-espacio-politico-europeo.html

Les déclarations belliqueuses du président français sont le symptôme d'une crise profonde du leadership européen, et non la réponse à une menace russe réelle.

Ce qui, à la fin du mois de février, semblait être une plaisanterie du président français Emmanuel Macron ("l'envoi de troupes occidentales en Ukraine n'est pas à exclure") est devenu, au fil des jours, le cheval de bataille du chef de l'Élysée.

Lors d'une interview télévisée à une heure de grande écoute, le 14 mars, M. Macron est allé plus loin. Décrivant à nouveau le conflit ukrainien en termes existentiels ("Si la Russie devait gagner, la vie des Français changerait", "Nous n'aurions plus de sécurité en Europe"), le président français a réaffirmé que l'Occident ne devait pas permettre à la Russie de GAGNER.

Expliquant que l'Occident avait franchi toutes les lignes rouges précédentes en Ukraine (en envoyant à Kiev des missiles et d'autres systèmes d'armes qu'il était initialement impensable de fournir), il a laissé entendre que l'envoi de soldats ne devrait pas non plus être considéré comme tabou (en effet, des militaires de l'OTAN se trouvent déjà en Ukraine).

thumemmMmartialbnail.png

Ambiguïté stratégique

En précisant que la France ne prendra jamais l'initiative militaire d'attaquer les Russes sur le territoire ukrainien, le président français a maintenu une ambiguïté délibérée sur la possibilité réelle d'envoyer des troupes et sur les objectifs possibles d'une telle mission, la définissant comme une "ambiguïté stratégique".

Il a de nouveau souligné ces concepts dans une interview accordée au journal Le Parisien, à son retour d'une réunion du "Triangle de Weimar" (regroupant l'Allemagne, la France et la Pologne) à Berlin.

"Notre devoir est de nous préparer à tous les scénarios", a déclaré M. Macron, précisant que "peut-être qu'à un moment donné - je ne le souhaite pas, je ne serai pas celui qui prendra l'initiative - il faudra mener des opérations sur le terrain, quelles qu'elles soient, pour contrer les forces russes. La force de la France, c'est que nous pouvons le faire".

general-d-armee-pierre-schill.jpeg

Quelques jours plus tard, Le Monde publiait un éditorial signé par le chef d'état-major des armées françaises, le général Pierre Schill (photo, ci-dessus), intitulé avec éloquence "L'armée française est prête".

Dans cet article, Schill écrit que "contrairement aux aspirations pacifiques des pays européens, les conflits qui se déroulent aux marges de notre continent témoignent non pas tant d'un retour de la guerre, mais de sa permanence en tant que mode accepté de résolution des conflits".

Sur la base de ce singulier axiome, le général a déclaré que la France a la capacité de déployer une division de 20.000 hommes en 30 jours et est capable de commander un corps d'armée de 60.000 hommes éventuellement fourni par des pays alliés.

Scénarios d'intervention

Ce que les forces françaises pourraient faire en Ukraine a été expliqué, toujours dans une émission de télévision, par le colonel Vincent Arbaretier. Elles pourraient s'aligner le long du fleuve Dniepr, qui sépare l'est et l'ouest de l'Ukraine, préfigurant une éventuelle tentative de partition du pays.

La deuxième hypothèse avancée est celle d'un déploiement de troupes le long de la frontière avec la Biélorussie, essentiellement pour défendre Kiev d'une éventuelle attaque par le nord. Une troisième possibilité, non évoquée par le colonel, est qu'elles soient destinées à défendre Odessa (la France a déjà des troupes et des chars Leclerc déployés en Roumanie).

Enfin, dernière option, peut-être la plus réaliste, les Français seraient utilisés pour des tâches logistiques à l'arrière, libérant un nombre équivalent de soldats ukrainiens qui pourraient alors aller se battre au front.

leclerc_tanks_romania_-_photo_ministerul_apararii_on_fb_by_etat-major_des_armees.jpeg

Dans tous ces scénarios, une intervention française (éventuellement même à la tête d'un contingent composé de soldats d'autres pays) semble loin d'être suffisante pour changer le cours du conflit, alors que le commandant de l'armée ukrainienne Valery Zaluzhny, récemment démis de ses fonctions, avait estimé à 500.000 hommes le besoin des forces armées de Kiev pour résister à la Russie.

Un tel déploiement promet également d'être extrêmement risqué. Les experts militaires français ont en effet prévenu qu'en raison de la pénurie d'équipements et de munitions, dans une éventuelle confrontation directe avec les Russes, ce contingent disposerait d'une autonomie de quelques mois au maximum, probablement moins.

Face à l'hypothèse avancée par Macron, un officier des forces armées françaises a commenté que "nous ne devons pas nous faire d'illusions, nous sommes une armée de majorettes face aux Russes".

Dissuasion nucléaire ?

Il est intéressant de noter qu'en évoquant l'hypothèse d'un déploiement de soldats en Ukraine, tant Macron que des commentateurs militaires comme Arbaretier ont insisté sur l'aspect "dissuasion", c'est-à-dire sur l'effet dissuasif qui serait substantiellement basé sur le fait que la France est une puissance nucléaire.

andr-beaufre-c4fd68a4-f964-46bd-9638-258457211a9-resize-750.jpeg

Ce constat est lié au concept d'"ambiguïté stratégique", ou d'incertitude, sur lequel le président français a délibérément mis l'accent. L'idée d'incertitude est à la base de la réflexion stratégique française sur la dissuasion, dont l'un des architectes est le général André Beaufre, qui a beaucoup écrit à ce sujet dans les années 1960.

En gros, selon cette théorie, pour un pays comme la France, qui ne dispose pas d'un vaste arsenal comme les États-Unis, il n'y a qu'un seul élément valable pour dissuader un adversaire: l'incertitude. C'est "le facteur essentiel de la dissuasion".

Bien entendu, Beaufre faisait référence à la dissuasion nucléaire, et non à la possibilité d'envoyer un contingent militaire dans un conflit à la périphérie de l'Europe. Mais le fait que la France soit une puissance nucléaire implique que le déploiement des forces françaises n'est pas, en principe, déconnecté de la dimension nucléaire.

Cependant, l'observation faite par le chef d'état-major Schill dans l'éditorial du Monde précité, selon laquelle la dissuasion nucléaire "n'est pas une garantie universelle" parce qu'elle ne protège pas contre les conflits qui se situent "en dessous du seuil des intérêts vitaux", est tout à fait pertinente à cet égard.

Un conflit inexistant

Quoi qu'en dise Macron, le conflit ukrainien n'a pas de dimension existentielle pour la France, alors que Moscou a déjà amplement démontré qu'il en avait une pour la Russie.

Si le Kremlin est prêt à risquer un conflit nucléaire pour empêcher l'OTAN de s'implanter (officieusement pour être précis) en Ukraine, aucun pays occidental ne prendrait un tel risque pour obtenir un résultat similaire, qui n'est évidemment pas existentiel pour l'Occident.

C'est pourquoi Kiev aurait dû négocier un statut de neutralité dès le départ, et devrait maintenant négocier avec Moscou dès que possible, afin de sauvegarder autant que possible l'intégrité territoriale qui lui reste.

Et c'est pourquoi une coalition de pays "désireux" de déployer un contingent en Ukraine n'aurait pas de véritable couverture au-delà de ses propres (petites) capacités de défense. Ni une force française ni une force de coalition en Ukraine ne seraient couvertes par l'article 5 de l'OTAN.

Et, en cas d'escalade des tensions en Europe à la suite d'un affrontement entre ces forces et les troupes russes en Ukraine, les Etats-Unis n'auraient aucune obligation d'intervenir, ni même de garantir leur parapluie nucléaire, même si les tensions devaient atteindre le seuil nucléaire en Europe.

Le conflit ukrainien a également montré que ni la France ni l'Occident en général ne sont préparés à une guerre d'usure. La doctrine stratégique occidentale, qui s'est concentrée sur un conflit rapide et décisif, a conduit nos pays à ne pas être préparés à une telle guerre, note une étude du Royal United Services Institute (RUSI) du Royaume-Uni.

En conséquence, l'industrie de guerre européenne ne peut rivaliser avec celle de la Russie en termes de capacité de production et ne sera pas en mesure de le faire dans les années à venir.

Il s'ensuit qu'une intervention telle que celle proposée par le président français n'aurait qu'un faible pouvoir de dissuasion à l'égard de Moscou, compte tenu des risques graves encourus par ceux qui souhaiteraient la mettre en œuvre.

La proposition française n'est donc qu'un bluff dangereux ou, plus probablement, cache d'autres motivations.

whatsapp_image_2024-02-27_a_17.49_57_36b72c2b.jpg

La transformation de Macron

Pour les comprendre, il sera utile de retracer rapidement les étapes de la "métamorphose" de Macron, qui est passé d'un dirigeant européen enclin au dialogue avec Moscou à un adversaire implacable du Kremlin, convaincu que la Russie représente une menace non seulement pour l'Ukraine, mais aussi pour la sécurité de l'Europe dans son ensemble.

Depuis son entrée à l'Élysée en 2017, le président français avait signalé son intention de forger un partenariat avec Moscou, invitant son homologue russe Vladimir Poutine au château de Versailles, l'ancienne résidence des rois de France.

Pour Macron, la Russie fait partie d'une Europe qui s'étend de Lisbonne à Vladivostok.

Même après le déclenchement du conflit ukrainien en février 2022, le dirigeant français avait soutenu la nécessité de maintenir ouvert un canal de dialogue avec Poutine, affirmant qu'il n'était pas nécessaire d'"humilier la Russie", et s'était entretenu à plusieurs reprises avec le chef du Kremlin.

La conversion de Macron a commencé le 1er juin 2023 lorsque, s'adressant au public du Forum GLOBSEC à Bratislava, en Slovaquie, il s'est prononcé en faveur de l'entrée rapide de l'Ukraine dans l'OTAN, un scénario auquel même Washington et Berlin étaient opposés.

1e7a5c2_5415484-01-06.jpg

À la même occasion, il a déclaré qu'il souhaitait accélérer l'élargissement de l'UE afin d'envoyer "un signal fort à Poutine". À l'époque, l'Ukraine et ses alliés occidentaux espéraient que la contre-offensive de l'été permettrait d'arracher au moins une partie des territoires occupés aux Russes. Mais l'entreprise est un échec.

Dès lors, les autorités françaises envisagent, dans le plus grand secret, la possibilité d'envoyer des troupes à terre. L'idée est examinée pour la première fois par le Conseil de défense le 12 juin 2023.

Lors d'une conférence de presse en janvier de cette année, Macron a parlé pour la première fois de "réarmer le pays". Le 17 du même mois, Moscou a accusé la France d'avoir envoyé des mercenaires combattre aux côtés des Ukrainiens, affirmant qu'une soixantaine d'entre eux avaient été tués lors d'une attaque russe contre un hôtel de Kharkov.

Enfin, le 22 février, le ministre français de la Défense, Sébastien Lecornu, affirme que les Russes ont menacé d'abattre un avion espion français survolant la mer Noire.

Le déclin de l'influence française en Afrique de l'Ouest, qui, après plusieurs coups d'État (au Mali, au Burkina Faso et au Niger), a conduit à la défaite de la France, a sans doute contribué à la détérioration des relations entre les deux pays au cours des derniers mois.

imevnigerage.jpg

Crise entre Paris et Berlin

Mais l'activisme français sans précédent a aussi une dimension purement européenne, essentiellement liée à la crise de l'axe dit franco-allemand. Les incompréhensions se multiplient entre Paris et Berlin sur la gestion de la crise ukrainienne et, plus généralement, des actifs stratégiques européens.

L'Allemagne est le deuxième fournisseur d'armes de l'Ukraine après les Etats-Unis, tandis que la France se situe au 14ème rang, mais le gouvernement du chancelier Olaf Scholz a souvent été critiqué par Paris, qui l'accuse d'adopter une ligne "trop prudente".

Berlin, pour sa part, ne cache pas son irritation face à la volonté de Macron de se poser en leader de l'Europe et à sa tentative de créer un axe privilégié avec les pays de l'Est à partir de son discours de Bratislava en juin 2023, avec une action unilatérale qui contourne l'Allemagne.

Malgré la contribution plus importante de cette dernière en termes quantitatifs à l'effort de guerre ukrainien, Paris a souligné à plusieurs reprises la décision de la France de fournir à Kiev ses missiles de croisière à longue portée Scalp, exhortant l'Allemagne à faire de même en envoyant ses missiles Taurus.

Scholz craint cependant que le lancement de ces missiles, d'une portée de 500 kilomètres et potentiellement capables de frapper Moscou, ne conduise à une escalade du conflit qui pourrait impliquer directement l'Allemagne. Cette dernière, contrairement à la France, ne dispose même pas d'une force de dissuasion nucléaire propre et a un passé beaucoup plus houleux avec Moscou qui a laissé des blessures non cicatrisées.

Quelle structure pour l'Europe ?

Mais le désaccord entre Berlin et Paris va au-delà de la simple gestion du conflit ukrainien et touche à la question plus profonde des équilibres stratégiques européens. Scholz et Macron ont tous deux reconnu le déclenchement de ce conflit en février 2022 comme un changement d'époque.

Le premier a jugé nécessaire de rétablir une relation privilégiée avec Washington, aspirant à devenir le principal garant de la sécurité en Europe au nom de son allié américain, et en étroite coordination avec l'OTAN.

Le second, en revanche, a réaffirmé la nécessité d'une "autonomie stratégique" de l'Europe. Cependant, il l'a articulée de manière quelque peu contradictoire lorsque, tout en voulant apparemment renoncer à une coordination directe avec Washington, il a tenté d'établir un axe avec les pays de l'Est (notoirement alignés sur les positions américaines les plus intransigeantes), toujours dans une clé anti-russe.

Le conflit ukrainien a mis en crise l'accord tacite à la base de l'axe franco-allemand, selon lequel, si Berlin était reconnu comme le leader économique en Europe, le leadership stratégico-militaire revenait à Paris.

Fpai3cSXgAMemah.jpg

En cherchant à réarmer son armée, le gouvernement allemand a jeté les bases d'une rupture de ce fragile équilibre. En lançant l'initiative "European Sky Shield", un bouclier anti-missiles impliquant 17 pays européens et basé sur des technologies américaines et israéliennes, Berlin a commis une nouvelle honte à l'égard de Paris.

En effet, l'Elysée aspire à créer une industrie européenne de la défense basée sur la technologie française (même l'Italie, qui partage avec la France le système de missiles SAMP-T, ne s'est pas jointe à l'initiative allemande).

Paris reproche donc à Berlin non seulement une "invasion de la campagne", mais aussi sa volonté de maintenir des liens étroits avec l'industrie de guerre américaine.

Après le Brexit, la France est restée le seul pays de l'UE à avoir un siège au Conseil de sécurité de l'ONU et le seul à posséder des armes nucléaires. Cependant, l'offre de Macron d'étendre la dissuasion nucléaire française au niveau européen s'est heurtée à la froideur de Scholz, qui semble vouloir rester lié au parapluie nucléaire américain.

Effets secondaires

D'où la tentative française d'assumer le leadership européen dans la gestion du conflit ukrainien, ce qui ressort également de la mise en exergue par Macron des différences entre la France et l'Allemagne.

De retour de Berlin, où s'est tenue la réunion du Triangle de Weimar, le président français a décrit M. Scholz comme étant encore attaché à la culture pacifiste de son parti, le SPD.

"L'Allemagne a une culture stratégique de grande prudence, de non-intervention, et reste à l'écart de l'énergie nucléaire", a déclaré M. Macron, soulignant qu'il s'agit d'un "modèle très différent de celui de la France, qui dispose d'armes nucléaires et qui a maintenu et renforcé une armée professionnelle".

Le dirigeant français a ajouté que "la Constitution de la Cinquième République fait du président le garant de la défense nationale". En Allemagne, en revanche, la chaîne de commandement doit tenir compte du système parlementaire".

Or, on le voit, la compétition franco-allemande a pour effet d'exacerber l'affrontement avec Moscou, aboutissant à l'appropriation totale par l'Europe du soutien militaire à Kiev, en l'absence de toute perspective de négociation.

Cela ne fait que répondre au plan stratégique américain de déléguer l'endiguement de la Russie aux Européens (avec toutes les responsabilités économiques et sécuritaires que cela implique) afin de déployer ses moyens militaires dans le Pacifique.

Réprimer les dissensions internes

Enfin, la "croisade" contre Moscou voulue par le président français a une dimension électorale évidente. Le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen disposerait de plus de 30% des voix et pourrait battre la coalition de Macron (Renaissance), qui disposerait d'environ 18% des voix, lors des prochaines élections européennes.

Une victoire aux élections européennes pourrait garantir à Mme Le Pen un tremplin pour sa prochaine ascension à l'Élysée, lorsque M. Macron aura atteint la limite qui est de deux mandats.

Gabriel Attal, premier ministre et successeur possible de Macron, a récemment accusé le RN d'être "l'infanterie" de Poutine en Europe. L'activisme de Macron sur le front ukrainien sert donc également à diaboliser l'opposition interne et à unir la nation contre la menace d'un "ennemi extérieur".

Jusqu'à présent, le succès n'est pas au rendez-vous, si l'on en juge par les sondages selon lesquels 68% des Français considèrent que la proposition du président de déployer des troupes en Ukraine est une "erreur".

Mais le cas français est emblématique d'un paradigme européen plus général, dans lequel une "menace extérieure" spécialement entretenue fournit un excellent prétexte pour étouffer la dissidence, imposer une logique d'urgence et empêcher tout débat sérieux sur la crise politique, économique, sociale et culturelle qui secoue l'Europe.

Cela conduit non seulement à une aggravation inévitable de cette crise, mais aussi - en raison du conflit avec la Russie - à une détérioration continue de la stabilité et de la sécurité du continent.

Cependant, l'alarmisme européen sur la "menace russe" masque à peine le mécontentement croissant qui se répand partout, y compris dans les pays de l'Est (de la Pologne à la Roumanie, en passant par la Bulgarie et la République tchèque), sur la façon dont la question ukrainienne a été gérée.

Dans sa folie, l'Europe se prépare à une mobilisation de grande ampleur.

Ces derniers jours, les dirigeants de l'UE et de l'OTAN parlent de plus en plus du retour de la conscription et de l'augmentation du financement de la défense. Le président letton Rinkēvičs a déclaré dans une interview au Financial Times qu'il était nécessaire de réintroduire la conscription en Europe en raison de la "menace" de la Russie. "Nous devrons revenir aux dépenses de la guerre froide", a-t-il ajouté. Le président estonien Karis a quant à lui évoqué la possibilité d'introduire une taxe spéciale pour financer les dépenses militaires croissantes des pays européens et les amener au niveau de celles des États-Unis. L'ancien commandant en chef de l'OTAN en Grande-Bretagne, le général Richard Sherriff, a suggéré dans une interview accordée à Sky News que "nous devrions penser à l'impensable". Aujourd'hui, cette question est également débattue en Pologne: la possibilité de réintroduire la conscription a été évoquée par le chef de l'Office national de sécurité polonais, Jacek Severa.

Les dirigeants de l'UE ne cachent plus leur intention de lutter contre la Russie. Dans ce contexte, les pays les plus proches géographiquement - la Pologne, la Moldavie et les trois pays baltes - se distinguent tout particulièrement. Le président de la Lettonie estime qu'il est nécessaire de ramener les dépenses militaires au niveau de la guerre froide (les États baltes faisaient partie de l'URSS pendant la guerre froide), le dirigeant de l'Estonie a proposé d'augmenter les dépenses à 3 % du PIB à l'avenir, tandis que Tallinn a donné 1% à l'Ukraine l'année dernière.

La machine de propagande en Europe est active: la Russie est toujours présentée sous un jour défavorable, on a même réussi à utiliser la tragédie du Crocus pour accuser le "régime de Poutine". Toute opinion alternative est immédiatement supprimée et ne peut être diffusée dans les médias. L'implication de l'Europe dans la guerre augmente déjà avec chaque nouvelle aide financière et matérielle à l'Ukraine, et il pourrait bientôt s'avérer que sur les fronts russes, ce ne sont pas les forces armées ukrainiennes qui affronteront la Russie, mais le personnel de l'OTAN.

La Pologne a suspendu le traité sur les forces armées conventionnelles en Europe.

L'objectif de ce traité était de réduire les armements conventionnels offensifs existants détenus par les États membres de l'OTAN et les anciens pays du Pacte de Varsovie, puis de les maintenir à un certain niveau. Les engagements concernent les chars, les blindés, l'artillerie, les avions de combat et les hélicoptères d'attaque.

WhatsApp-Image-2021-04-24-at-10.17.05.jpg

Le gouvernement espagnol cède le port de Mahón à l'OTAN pour qu'il serve de base.

La station navale de Mahón (photo) est l'une des bases espagnoles participant à l'opération Sea Guardian de l'Alliance atlantique (OTAN), qui met l'accent sur la connaissance de l'environnement maritime pour dissuader et combattre le terrorisme, ainsi que pour atténuer d'autres menaces.

Des sources du ministère de la défense ont confirmé à Europa Press que Minorque est l'une des multiples capacités que l'Espagne offre à l'OTAN. Il est donc courant que des navires de l'OTAN fassent escale dans ce port.

Selon la Défense, l'opération, active depuis 2016, "vise à développer une connaissance robuste de l'environnement maritime, en combinant des réseaux, basés sur des capteurs et des non-senseurs, avec un échange fiable d'informations et une connectivité entre les alliés et toutes les organisations liées à l'environnement maritime".

L'état-major de la défense indique que la mission de l'Espagne dans le cadre de l'opération comprend jusqu'à quatre sorties par mois d'un avion de patrouille maritime, un sous-marin sur une période de 35 jours, un navire de patrouille en mer prêt à prendre la mer dans les 48 heures sur demande et un navire de commandement avec un état-major embarqué disponible pour diriger en temps voulu.

DH5qQA6XcAACFIs.png

L'opération est placée sous le commandement opérationnel du Commandement maritime allié (MARCOM), à Northwood (Royaume-Uni). Le MARCOM sert de centre d'échange d'informations sur la sécurité maritime pour l'Alliance. Dans des déclarations à IB3 Ràdio, reprises par Europa Press, le maire de Mahón, Héctor Pons, a indiqué que les visites de navires dans le cadre des manœuvres de l'OTAN sont "récurrentes" et qu'il s'agit d'un "emplacement stratégique".

La station navale de Mahón, sur l'île de Minorque (Espagne), est devenue l'une des trois bases espagnoles de soutien logistique pour les navires de l'OTAN opérant en Méditerranée, ont indiqué des sources gouvernementales au journal El País.

Le journal précise qu'en avril 2023, les autorités espagnoles ont proposé Mahón à l'alliance en tant que "port avec autorisation diplomatique permanente" afin que les navires du bloc militaire participant à l'opération Sea Guardian puissent y accoster et y jeter l'ancre. Le journal souligne que le port de Mahón réunit les conditions nécessaires pour servir de point d'appui logistique à l'OTAN. 

mardi, 26 décembre 2023

A propos du livre Plus ultra: Géopolitique atlantique espagnole

4f23c81cc03e3fbf6b29988deec200b9.jpg

A propos du livre Plus ultra: Géopolitique atlantique espagnole

(Ediciones Ratzel, 2023).

Entretien avec l'auteur Carlos X. Blanco

Pourquoi un livre sur la géopolitique nationale dans un pays comme l'Espagne d'aujourd'hui, qui n'a pas de géopolitique propre ?

L'Espagne est une nation en faillite depuis que son empire s'est effondré et que des puissances étrangères ont imposé une dynastie tout aussi étrangère au début du XVIIIe siècle. Avec les Bourbons, au cours de ce même XVIIIe siècle, il y a eu une récupération de l'Empire et nous avons même atteint un maximum territorial, mais sous la nécessaire subordination à la France. Depuis la guerre de succession, nous étions, pour ainsi dire, la franchise d'un Empire et non un Imperium proprement dit. Le reste de notre histoire a été un désastre. L'invasion napoléonienne aurait pu être un vrai début "nationaliste": le peuple de toute l'Espagne a pris conscience de lui-même et pour lui-même en 1808, et s'est battu pour la souveraineté contre ses propres élites, toujours traîtresses. Mais l'indépendance acquise a coûté très cher. Les oligarchies, qu'elles aient été francisées ou anglophiles, par le biais de la franc-maçonnerie, ont bien compris que les dépouilles de l'Empire devaient être vendues à l'étranger, comme des reliques que l'on solde au marché aux puces. Le peuple espagnol n'a pas réussi à former une nation espagnole. La nation historique n'a pas fonctionné comme nation politique, et le modèle libéral ou francisé ne pouvait que supprimer la nation historique elle-même, en éliminant même sa base, le peuple. Le même peuple s'est soulevé dans les Asturies en 1808, comme l'avait fait auparavant Pelayo en 718, un soulèvement qui a conduit les Madrilènes à se soulever immédiatement en suivant l'exemple de la Junte souveraine de la Principauté; ce peuple est mort dans les guerres dites "carlistes", véritables tentatives de résistance populaire. Depuis longtemps, nous n'avons plus de souveraineté. Les oligarchies nous ont vendus à bas prix aux Français, aux Anglais et aux Yankees. Et ce, pour toutes les étapes de notre histoire: la guerre illégale de 1898 et la trahison du Tribunal de Madrid, les manœuvres des puissances en 1936, l'attentat contre Carrero Blanco, l'invasion du Sahara "arrangée" par Juan Carlos, 23-F, les bombes d'Atocha, le coup d'Etat de Puigdemont... tous ces épisodes révèlent la désactivation progressive de la souveraineté nationale de l'Espagne. Face à ce "vol" de la Nation et du Peuple lui-même (le Peuple espagnol cesse d'exister), j'ai voulu écrire un livre qui rappelle les possibilités objectives de l'Espagne en tant que puissance géopolitique, potentiel donné par sa propre histoire et sa propre géographie. Mais ce potentiel ne peut être réalisé que s'il y a un changement énergique de mentalité, de régime et d'économie.

GBu04RhXQAAS5cy.jpg

L'élite politique et dirigeante, ainsi que les milieux intellectuels, sont-ils conscients de l'importance de la géopolitique ?

Comme je l'ai déjà dit, notre élite politique et dirigeante est, depuis des temps immémoriaux, et pour faire une généralisation qui peut être injuste dans certains cas, elle est une bande de voleurs et d'indolents. Ils ont gagné leur propre statut en collaborant avec nos "partenaires et amis". Lorsque vous entendez un politicien, un économiste, un diplomate, un homme d'affaires, etc. parler de "partenaires et alliés", vous pensez tout de suite au Maroc, à la France, à l'Angleterre, aux États-Unis, à l'"Europe" (U.E.), etc. Nous devons alors faire une traduction immédiate: ce sont là les ennemis objectifs de l'Espagne. Cela s'est déjà traduit, au moment du changement dynastique, par une déformation de l'image de l'Espagne: l'Espagne maure, l'Espagne du flamenco, de la tauromachie, l'Espagne agitée, "méditerranéenne", qui est au goût des Français, la puissance dominante de l'époque, à laquelle nous étions subordonnés. Ils ont donné un visage et des vêtements à une nouvelle Espagne inventée, et l'Espagne plus authentique (celto-germanique) a été refoulée. Par la suite, l'aliénation (y compris l'aliénation culturelle et ethnique) a été gérée par les Anglos et les Yankees. Les puissances dominantes ont imposé leurs élites locales collaborationnistes et même les conceptions nationales qui leur plaisaient et leur convenaient. 

20110613 span-port. Weltreich 1580.jpg

L'Espagne atlantique, l'Espagne des Caravelles et des "Plus Ultra" ne convient pas aux Anglos, aux Français, aux Yankees... C'est une Espagne aux fortes racines celtiques et indo-européennes, pas celle "où cent peuples se sont déversés en toi d'Algésiras à Istanbul", comme le dit la chanson de Serrat. Une Espagne maritime née pour être un empire: un empire territorial d'abord, chassant les Maures de l'autre côté du détroit de Gibraltar, puis un empire océanique et universel.

Plus ultra : la géopolitique atlantique de l'Espagne, pourquoi ce livre, et que proposez-vous dans ses pages ?

Je dirai d'abord ce qui est entre les lignes, ou à peine formulé en passant. Je propose un changement de régime, à court et moyen terme, quelque peu utopique à l'heure actuelle, dans lequel les peuples d'Espagne enterrent les différences idéologiques importées de la sphère "occidentale" (libéralisme, essentiellement, qu'il soit de gauche ou de droite) et constituent une Autorité populaire et énergique qui permette une "insubordination fondatrice", au sens de Marcelo Gullo (réindustrialisation, revitalisation des campagnes, programmes natalistes et protectionnisme graduel et prudent). Renaître démographiquement et productivement, consolider une armée au service de la défense des frontières et de la souveraineté nationale, et non une armée conçue pour des parades ou des "Erasmus" de l'OTAN, comme c'est le cas aujourd'hui. Mais surtout, relancer la projection maritime (civile et militaire) qui a fait notre grandeur à l'âge d'or, et ainsi embrasser à nouveau toute l'Ibéro-Amérique. Je propose de créer les bases d'un pôle hispanique atlantique. Ce pôle ne s'appelle pas "Amérique latine" comme le dit Douguine, mais Hispanidad, et il est appelé à dominer l'Atlantique quand l'OTAN et l'engeance yankee déclineront. 

Pourquoi, alors que l'Espagne a développé sa géopolitique, nous sommes-nous concentrés sur le bassin méditerranéen et l'Afrique du Nord comme axes principaux ?

À la mort d'Isabelle la Catholique, ce dilemme s'est posé. La continuité de la Reconquête après la prise de Grenade, comment allait-elle se faire: se projeter vers l'Atlantique ou vers la Méditerranée? Hériter des intérêts de la couronne d'Aragon fut un fardeau pour l'Espagne. Le nid de frelons italien, les Berbères et les Ottomans ? Plus tard, dans cette même Couronne, la Catalogne a été (et continue d'être) un véritable fardeau parasitaire qu'il fallait supporter. 

Le Maghreb aurait pu être une "Nouvelle Andalousie", mais l'entreprise était démesurée sans l'alliance effective (une "Croisade") des royaumes chrétiens. L'action des Français et des Anglais est déjà désastreuse : ils complotent avec les Berbères et les Ottomans, et profitent du commerce de la chair humaine, des esclaves blancs capturés dans tout le Levant. L'Espagne a plutôt poursuivi sa reconquête dans les Amériques. La Méditerranée était, et est toujours, un foyer d'invasion. L'Espagne ne fait pas encore partie de l'Afrique grâce à un effort héroïque qui a commencé avec Pelayo. Au sud, nous ne pouvons que faire un travail vigoureux d'endiguement. Il n'en sortira rien de bon.

Spanish Navy 2017.jpg

Quels seraient les avantages de la géopolitique atlantique que vous proposez ?

Une construction navale intense, un chantier naval florissant, génèrent de nombreux emplois. Une marine prestigieuse peut être une école de discipline et de talent. Une organisation internationale hispanique qui permet aux forces armées ibéro-américaines de collaborer entre elles, une "OTAN" hispanique en dehors de l'OTAN proprement dite, qui s'efforcerait de se défaire du joug anglo-américain... n'aurait que des avantages: échanges éducatifs, technologiques, géostratégiques... La marine civile, quant à elle, serait un élément clé pour un véritable marché commun ibéro-américain, non soumis aux intérêts anglo-américains. Un grand marché et un grand pôle qui collabore sans entrave avec les Chinois, les Russes, les Arabes (distinguons bien sûr Arabes et Maghrébins)... Si l'Espagne se renforce sur sa côte atlantique, elle pourra aussi exercer son rôle de barrage, d'endiguement, en Méditerranée. Il s'agirait de se renforcer là où l'histoire et la géopolitique nous disent que nous l'avons toujours fait, soit dans l'Atlantique et dans le Golfe de Gascogne, pour résister là où nous ne pouvons que "tenir", sans jamais rien gagner de bon ni de nouveau (c'est-à-dire le Sud méditerranéen et le Levant).

C'est un fait que, géopolitiquement (et dans d'autres domaines), l'Espagne n'est pas une nation souveraine. Quelles mesures devrions-nous commencer à prendre pour récupérer notre souveraineté ?

Eh bien, l'ordre que je propose est le suivant : 1) Souveraineté économique dirigée par une force de "concentration nationale" (non partisane), et sans litiges démo-libéraux, 2) Insubordination fondatrice au sens de Gullo (protectionnisme graduel et sélectif, toujours croissant, réindustrialisation, recolonisation de l'agriculture), 3) Insubordination consolidée, politique atlantique (Iberosphère, marine puissante et marine civile, dominant l'Atlantique et se connectant avec la mer Boréale et les mers de Chine), 4) Consolidation du pôle ibérique, en bonnes relations avec les pôles eurasien, chinois, arabe, indien et africain. Surtout avec les trois premiers. 5) L'abandon progressif de l'"Occident collectif".

Ces derniers temps, le discours hispaniste récupéré et renouvelé est devenu un courant politique de plus en plus important. Est-il possible de récupérer l'idée d'hispanité, avec l'Espagne comme axe central ?

Il faut faire preuve de beaucoup de pédagogie. Tout d'abord, il ne faut pas y voir un projet "néo-impérial", nostalgique et phalangiste. L'Hispanidad n'est ni de gauche ni de droite, bien au contraire... C'est un pôle géopolitique nécessaire pour que les Eurasiens, les Chinois, les Arabes, etc. se libèrent du joug anglo-américain, et c'est un pôle qui garantit la survie non aliénée des peuples de langue portugaise et espagnole. C'est un pôle qui peut favoriser le développement autocentré d'une vaste région (au moins) bicontinentale. L'Espagne ne doit pas être considérée comme une "mère", mais comme un partenaire confédéré petit et/ou moyen: le potentiel démographique et naturel se trouve principalement en Argentine et au Brésil.

L61-Juan-Carlos-I-03.jpg

sailors-of-the-spanish-navy-stand-in-formation-on-the-pier-during-an-international-8b096a-1024.jpg

Dans votre livre, vous proposez l'union de l'Espagne et du Portugal: cette idée est-elle réalisable et quels en seraient les avantages pour les deux nations ?

Le Portugal est une nation sœur, fille directe de la reconquête espagnole, un exploit unique qui s'est déroulé dans les montagnes des Asturies au VIIIe siècle et qui a récupéré pour l'Europe les régions ou pays de Galice, de León, des Montagnes et aussi du Portugal. Le Portugal en tant que nation a les mêmes origines historico-politiques, culturelles et ethniques que le reste de l'Espagne et, bien entendu, le même ethnos y est préservé que dans tout le nord-ouest de l'Espagne.

61t5SxTOYqL._AC_UF894,1000_QL80_.jpg

Comme je l'ai montré dans un livre récent, Francisco Suárez, le grand philosophe, juriste et théologien de Philippe II et Philippe III, a porté un jugement rigoureux sur la nécessité d'une politique atlantique (Portugal, Angleterre) et d'une annexion du royaume portugais avant qu'il ne tombe sous l'emprise de la Perfide Albion. Peut-être aurait-on pu faire mieux, et les puissances étrangères ont toujours conspiré pour empêcher cette unité ibérique qui, avec celle des nations américaines, produit une panique chez l'hégémon anglo-américain. Les Portugais ont été, en réalité, une colonie anglaise pendant des siècles. Un empire "franchisé" bien plus inféodé que celui des Espagnols. Le Nord-Ouest espagnol a besoin d'être repeuplé par une population autochtone : à bien des égards, c'est la partie la plus originale de l'Europe, moins torturée par le soi-disant "melting-pot" méditerranéen, "où l'on a déversé sur vous cent villages d'Algésiras à Istanbul". La chanson de Serrat, d'où je tire ces paroles, est très belle, mais je reconnais que je ne suis pas né en Méditerranée et que je vois cette mer (berceau de la culture classique, bien sûr) comme un cimetière aquatique et une honte pour l'humanité. Les forces hispaniques doivent se retrouver ailleurs. L'élément "phénicien" et afro-sémite (je parle ici du mythe légitimant le séparatisme, et non pas d'une réalité anthropologique) des Catalans ou des Andalous nostalgiques d'Al-Andalus, est totalement étranger, honteux et est à rejeter. Rejoindre le Portugal, c'est gagner en puissance démographique et maritime, et le substrat ethnique atlantico-celtique, très affaibli par le dépeuplement de l'ancien royaume de León, y gagnerait en poids.

Informations sur le livre :
Plus ultra : la géopolitica atlantica espanola (Carlos X. Blanco): https://edicionesratzel.com/plus-ultra-la-geopolitica-atlantica-espanola-de-carlos-x-blanco/

dimanche, 10 décembre 2023

L'Espagne atlantique face au nationalisme des riches

95ec52fc12cabda284e5d6f652607bce13603eeeabdbdb1285fc2087b1017a16.jpg

L'Espagne atlantique face au nationalisme des riches

Carlos X. Blanco

En cette période de crise aiguë en Espagne, après des siècles de décadence, il est temps de regarder en arrière et de prendre un nouvel élan. C'est l'impulsion que je demande et que j'envisage pour l'Espagne atlantique.

L'Espagne était un empire. En tant que nation politique "bourgeoise", elle ne s'est pas réalisée. Le modèle jacobin français lui a toujours été étranger. D'une manière ou d'une autre, les esprits les plus vifs du pays l'ont senti. Quand on parle de problème territorial en Espagne, il ne s'agit pas d'une lutte entre "nations opprimées" au sein de l'Etat espagnol. Quand les indépendantistes basques ou catalans parlent en ces termes, ils ne font que se ridiculiser. Ils parlent de "leur" problème comme si ce problème était tout à fait similaire à d'autres problèmes beaucoup plus sérieux et authentiques: le problème palestinien, le problème sahraoui, ou même le problème des Écossais et des Bretons.

Les nationalistes basques et catalans parlent souvent, et le font avec sérieux et sans honte, de "forces d'occupation" ou de "prison des peuples", alors que les revendications séparatistes de l'Espagne ne visent qu'à préserver des privilèges.

Dans la lutte des peuples pour leur souveraineté, légitime sous d'autres latitudes, la décision morale qui nous conduit à décider qui a raison, qui est juste, a généralement trait à l'oppression. Il y a une victime et un bourreau : un "centre" riche et exploiteur sépare, exploite, opprime et réduit les possibilités d'une "périphérie" pauvre et objectivement colonisée. C'est le cas de l'exploitation du centre "occidental" sur le Sud mondial (Amérique latine, Afrique, grandes parties de l'Asie...). En Europe même, la politique féroce du "centre", entendu comme État-nation, à savoir la France et l'Angleterre en particulier, a sali à jamais la prétendue mission "civilisatrice" de ces États, qui ne sont pas exactement couverts de gloire lorsqu'il s'agit de traiter avec les nations voisines ou les nations internes plus faibles. Ce sont des États centralisateurs qui ont historiquement agi sur le territoire européen lui-même, et dans les pays adjacents à leur propre métropole, avec une cruauté similaire à celle dont ils ont eux-mêmes fait preuve à l'égard des Africains et des indigènes d'autres terres d'outre-mer.

52118129770_779cae83f3_b.jpg

black_and_tans_sinn_fein_war_of_independence_nov_1920___gett.jpg

10030D.JPG

La souffrance des Irlandais, des Bretons, des Provençaux, des Corses, etc. résultant de l'État centraliste jacobin fait partie de l'Europe et de son histoire. Une histoire sinistre, qui permet de parler d'un colonialisme intra-européen. La conscience de ces abus nous rappellera toujours que l'Europe doit être une Europe des peuples, pas des rois ou des républiques artificielles. Une Europe des peuples (le peuple, la nation, l'ethnos) et non des bureaucraties et des oligarchies. L'idée de l'oppression centre-périphérie (Samir Amin) s'applique parfaitement ici, tout comme celle de la multipolarité (Douguine), c'est-à-dire des peuples libres solidaires autour de véritables blocs de pouvoir qui servent de rempart contre les puissances intrusives et dominatrices.

Le nationalisme basque et catalan tel qu'il s'articule actuellement n'a rien à voir avec les autres luttes des "nations sans Etat". Il s'agit, dans le cas basque et catalan, d'une "rébellion des riches", qui s'articule sous la forme d'un vulgaire chantage à l'égard de l'État espagnol ; il s'agit d'un nationalisme suprématiste qui semble s'écarter du scénario habituel de l'Europe occidentale. En ce sens, ils sont à l'opposé des nationalismes asturien et galicien, qui se fondent sur l'existence d'entités politiques ayant réellement existé depuis le Moyen Âge, et sur une marginalisation injuste dans le présent.

Les périphéries basques et catalanes ne sont pas des périphéries comme l'Irlande pauvre, la Bretagne marginalisée, etc. Les périphéries qui réclament l'indépendance en recourant au chantage parlementaire et à la violence de rue sont, au contraire, les régions traditionnellement les plus riches d'Espagne.  C'est précisément au moment où la délocalisation des entreprises capitalistes basées dans les provinces basques et en Catalogne met en péril le statut des oligarchies périphériques et le système clientéliste qui a favorisé ces régions que l'État est remis en question, profitant de la médiocrité de la maison politique de Madrid et du capharnaüm constitutionnel, de plus en plus détesté par tous, appelé le "régime de 78".

asturien-map-lng.gif

bio-santander-header.jpg

La véritable périphérie oubliée, appauvrie par la dynamique centre-périphérie décrite par S. Amin, se trouve à l'extrême nord-ouest de l'Espagne. Cet extrême est précisément celui qui correspond à l'Espagne atlantique, l'Espagne dite - dans le langage populaire - "celtique". Galice, Asturies et "Cantabrie" (c'est-à-dire l'ancienne province de Santander, à l'origine asturienne, qui comprend en réalité, à proprement parler, les Asturies de Santillana et une région traditionnellement et imprécisément appelée "La Montaña", ainsi que le pays de León et d'autres provinces adjacentes qui constituaient le Royaume de León au Moyen Âge, avec la Galice et les Asturies).

L'Espagne atlantique est celle qui comprend des couches de population aux racines indo-européennes anciennes et une série de caractéristiques ethniques, folkloriques, sociétales, juridiques, linguistiques, etc. qui ne correspondent en rien au modèle castillan ou méditerranéen. C'est l'ancien domaine linguistique de la langue galicienne (dont l'un des fils est le portugais et l'un des frères est la langue éonavienne), ainsi que de l'asturléonais (improprement appelé "bable", conservé dans les deux Asturies qui, historiquement, se souviennent encore de son nom, les Asturies d'Oviedo - la "Principauté" - et celles de Santillana. Ces pays perdent de la population, sont coincés dans les politiques européennes perverses des "Eurorégions" et tombent de plus en plus dans l'oubli. C'est peut-être le moment où, puisque le peuple espagnol dans son ensemble ne sait pas défendre ce qui lui appartient (unité nationale, souveraineté), les peuples ibéro-atlantiques apprendront à s'unir, quoi qu'il reste de cette ruine qu'est l'Espagne. Les peuples atlantiques d'Espagne et du Portugal se réunissent à nouveau, comme ils l'ont fait dans le passé, à l'époque de l'Ancien Empire, lorsque l'européanité et le christianisme, partis de Cangas de Onís au VIIIe siècle, ont atteint la frontière du fleuve Duero, et de là, plus au sud, jusqu'au Tage. Le basculement méditerranéen de l'histoire de l'Espagne a pu s'avérer fatal.

La déloyauté d'une bonne partie des Catalans témoigne peut-être d'une origine "phénicienne" et africanisée qui sera toujours fatale à une Espagne unie. De même, le suprémacisme des Basques nationalistes, et de tous ceux qui n'abjurent pas ou ne maudissent pas publiquement les méthodes de l'ETA "tirées à l'arrière de la tête", rappelle excessivement la mentalité sioniste. Elle nous est étrangère et nous la répudions. Les suprémacistes basques sont nos nazis-sionistes ibériques.

S'il faut sauver des essences, c'est vers cet Atlantique ibérique, oublié et dépeuplé, qu'il faut se tourner.

lundi, 27 novembre 2023

Miguel Ángel Tirado Ramos: Pour des écoles qui enseignent

Main-image_9.jpg

Miguel Ángel Tirado Ramos: Pour des écoles qui enseignent

Recension: Escuelas que enseñan: El conocimiento sí importa. Editorial Círculo Rojo. Deuxième édition, 2022.

par Carlos X. Blanco

Miguel Ángel Tirado est un collègue professionnel. Avec son livre Escuelas que Enseñan, je peux dire sans équivoque qu'il est aussi un compagnon de lutte. La lutte quotidienne qui a pour objectif l'apprentissage des enfants et des adolescents. Je fais également référence à un autre combat : que l'école ne devienne pas un entrepôt de corps quasi-inertes, connectés à des écrans et plongés dans une ignorance morose, le tout bercé par la fausse sensation de bonheur. Miguel A. Tirado, professeur de lycée et actuellement inspecteur aux Baléares, sait de quoi il parle.

61pTts7cB5L._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

L'auteur lui-même résume sa thèse dans le sous-titre: "La connaissance est importante". Comme le dit Miguel Ángel, c'est aujourd'hui qu'il faut crier au secours : l'école d'aujourd'hui ne transmet pas la connaissance ! Une telle affirmation, lancée abruptement, surprendra les plus anciens, ceux qui sont déjà déconnectés du monde de l'éducation depuis leurs lointaines années d'école. Certains d'entre nous s'étonnent de la dérive actuelle. Avec tous ses défauts, l'école espagnole d'avant la L.O.G.S.E. (1990) était un instrument efficace de transmission du savoir et, quand il y avait de bons professeurs, elle transmettait aussi efficacement l'amour du savoir. Les lois qui ont suivi, de manière de plus en plus radicale, ont évacué le savoir de la vie scolaire pour le remplacer par des "compétences" (un terme que personne n'a défini précisément à ce jour), une éducation émotionnelle et sentimentale ainsi qu'un entraînement intense à la consommation numérique. Le coup de grâce à l'école a été porté par la L.O.M.L.O.E (2020), qui est de loin la loi espagnole sur l'éducation la plus inintelligible, la plus idéologisée et la plus injuste de toutes celles qui ont été adoptées par le régime de 1978.

Je me concentrerai ici sur le caractère injuste de la loi actuelle sur l'éducation. Miguel Ángel affirme, à juste titre, qu'une éducation de qualité, transmettant la connaissance et l'amour de la connaissance, est le moyen le plus efficace de parvenir à l'égalité des chances. Dans de nombreuses familles, la rareté des ressources économiques et la pauvreté culturelle de l'environnement sont des facteurs qui condamnent les enfants à reproduire la pauvreté, le manque de culture et le manque d'horizons.

dua.jpg

Dans notre passé récent - des années 60 du 20ème siècle jusqu'en 1990 - c'est surtout l'école (une bonne école, exigeante, avec beaucoup de bons professeurs) qui a été le grand ascenseur social dans un pays très injuste à bien d'autres égards. Beaucoup d'Espagnols d'origine ouvrière, paysanne, modeste, ont atteint un meilleur niveau de vie et un élargissement des horizons (par exemple, l'accès à l'enseignement supérieur et à des professions de meilleure qualité) uniquement et exclusivement grâce aux écoles de l'époque pré-LOGSE. Au-delà de la mise en place d'un système d'aide sociale, "charitable" par le biais de paiements et de subventions, la justice sociale a été et sera toujours atteinte en Espagne grâce à un bon système scolaire. Cette organisation exigeante en termes de contenu et de discipline, cette école où le savoir comptait, a pris fin en 1990.

La loi actuelle (Ley Celaá), aggrave la situation et accentue la voie ludique, "happyocratique", émotiviste et parasitaire déjà présente dans les lois précédentes. Bien qu'il s'agisse d'une loi promue par des forces se réclamant de la gauche, le cadre réglementaire imposé n'a fait que vider les écoles de leur contenu et condamner les futurs citoyens à l'ignorance. Les enfants et les jeunes sont privés d'un droit fondamental : l'accès rigoureux aux contenus de la culture. C'est une loi qui se focalise sur la méthode, alors qu'elle prétend hypocritement que l'essentiel est dans l'élève. De nouvelles méthodologies non testées semblent avoir des pouvoirs magiques pour créer de grands citoyens, idéaux pour l'Agenda 2030. C'est une absurdité. L'enseignant s'efface, réduit à un rôle sordide d'accompagnateur, de coach émotionnel et de promoteur des applications numériques que les tout-puissants GAFAM ont introduites dans l'enseignement public, sans aucune résistance ni examen critique.

El Viejo Topo, 2023.

12:17 Publié dans Ecole/Education | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : école, éducation, enseignement, espagne | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 16 novembre 2023

L'Espagne n'est pas une constitution, idiot !

spanien-proteste-100-1920x1080.jpg

L'Espagne n'est pas une constitution, idiot !

Par Hiperbola Janus

Source: https://www.hiperbolajanus.com/posts/espana-constitucion-idiota/

Chez Hipérbola Janus, nous avons toujours fait preuve d'une grande préoccupation et d'une grande sensibilité à l'égard des problèmes et des défis auxquels le monde d'aujourd'hui est confronté. À travers une multitude d'écrits dans notre blog et nos publications, nous avons essayé d'apporter notre vision particulière du monde à nos lecteurs, en invitant à tout moment à une analyse critique et combative de ces discours et récits qui sont nés en collusion avec le pouvoir.

Nous sommes parfaitement conscients de l'époque dans laquelle nous vivons, de la dérive actuelle des événements au niveau mondial, qui s'est accélérée depuis mars 2020 avec la pandémie et ses conséquences dévastatrices. Depuis, nous sommes en plein changement de paradigme, "les règles du jeu ont changé", et ceux qui tirent les ficelles n'ont plus intérêt à maintenir ce semblant de légalité qui faisait croire à beaucoup (aujourd'hui plus incrédules que jamais) que "le système fonctionne" et que "les institutions protègent nos droits", alors que cela, en revanche, n'a jamais été vrai. Aujourd'hui, l'Agenda 2030 cherche à accélérer les processus de décomposition qui affectent l'unité des nations, leur souveraineté et génèrent un chaos qui ne fait que préluder à la destruction et finalement à la soumission à une monstrueuse superstructure de pouvoir mondial soutenue par des puissances technocratiques et transnationales dont l'idéologie est le post-humanisme.

0516bca1-0001-0004-0000-000001207567_w1200_r1_fpx44.18_fpy50.jpg

Le mal n'est plus caché

Le citoyen ordinaire perçoit clairement que sa vie indépendante et la préservation de ses droits hypothétiques (s'ils ont jamais existé) sont érodées de jour en jour, ainsi que son pouvoir d'achat matériel, avec une hyperinflation galopante et, semble-t-il, entièrement planifiée pour générer la pauvreté, que les puissances de l'ombre croient être une voie rapide vers la soumission du peuple. La destruction de l'infrastructure économique, l'arbitraire du pouvoir politique, la liquidation des ordres juridiques et légaux dont on nous disait qu'ils jouissaient d'une autorité et d'une force incontestables, tombent, s'effondrent sans qu'aucun contre-pouvoir ne puisse s'y opposer. Les démocraties libérales se révèlent pour ce qu'elles sont, des épouvantails du pouvoir mondial, un mensonge et une illusion entretenus par les urnes, favorisant la création d'oligarchies partitocratiques au service de pouvoirs fallacieux, liés à cette toile d'ombre du pouvoir mondial qui nous a imposé de nouvelles lignes directrices à partir desquelles ils cherchent à détruire non seulement les nations, mais la condition humaine elle-même, ce sur quoi nous, les animateurs d'Hiperbola Janus, ne nous lasserons jamais d'insister.

C'est à partir de ces paramètres que nous devons analyser la situation actuelle de l'Espagne, sous la protection d'une constitution qui est le germe de tout l'arbitraire et de toute l'injustice dont souffre notre Patrie, plus divisée et polarisée que jamais entre la fiction de l'antithèse gauche contre droite, alors que les deux factions sont un sous-produit du Régime actuel, qui n'obéit pas au prétendu mandat de ses électeurs et n'a jamais cherché le bien commun ou le bénéfice de notre Nation.

Il est important de reconnaître l'ennemi afin d'adopter une stratégie valable pour le combattre.

media.media.c3e1fb00-a44a-4c09-8689-69605f05e9e6.16x9_1024.jpg

Dans ce sens, nous apprécions positivement que le peuple espagnol descende dans la rue, qu'il manifeste son rejet et son désaccord avec l'ordre actuel des choses, qu'il le fasse activement, et nous aimerions que ces actions aient une continuité dans le temps et conduisent à une prise de conscience des véritables ennemis et des dangers potentiels de destruction et de désintégration dont ils nous menacent : il s'agit bien sûr du régime constitutionnel de 1978, du système des partis, des syndicats, du roi et, en général, de toutes les entités parasites et désintégratrices qui détruisent l'unité de la Patrie, notre sens de la communauté organique et de la Nation politique forgée à l'aube du Moyen-Âge, déjà à l'époque des Conciles de Tolède sous le pouvoir wisigoth, et poursuivi par la suite avec le projet métahistorique de la Reconquête et de l'Empire catholique universel fondé sur l'action des Rois catholiques, symbole pérenne de Las Españas et du sens profond de l'ethos hispanique qui transcende les siècles et des générations entières.

"L'Espagne n'est pas une constitution".

Comme le dit cette proclamation de plus en plus entendue dans les rues, "l'Espagne n'est pas une constitution" et, de plus, nous affirmons que cette dernière représente son antithèse, son agonie et son anéantissement. Il est temps de faire appel à l'esprit du 2 mai 1808, au peuple espagnol en armes contre ses classes dirigeantes corrompues et francisées, qui ont défendu le libéralisme apporté par les envahisseurs français, même au prix de la soumission et de la destruction de l'Espagne de l'époque. C'est la même situation de trahison et de rupture entre le peuple et ses gouvernants que nous vivons aujourd'hui, ce sont aussi les Bourbons qui ont ensuite trahi le peuple (abdication de Bayonne), dans des situations parfaitement comparables, le peuple a été le seul à établir un front de résistance et de défense de la patrie face à l'inopérationnalité de l'armée régulière espagnole.

p070hh9g.jpg

L'esprit de ces années doit résonner dans le peuple espagnol d'aujourd'hui, nous devons nous y confier et défendre la véritable Espagne contre les manipulations fallacieuses des puissances transnationales occultes et de leurs acolytes. Le Bien, la Vérité et la Justice doivent prévaloir contre le Mal absolu, le chaos et la destruction annoncés et promus par les apôtres des agendas et théories post-humanistes.

Nous encourageons donc tous les Espagnols à faire en sorte que ces protestations ne s'arrêtent pas et qu'elles se cristallisent en actions concrètes qui renforcent l'unité des Espagnols et de la société civile au-delà des partis du système et de toute tentative d'appropriation par leurs sombres tentacules qui cherchent à conduire à une impasse et à neutraliser toute tentative de dissidence et de rébellion qui pourrait émerger spontanément et indépendamment parmi les membres de la Communauté nationale.

Pour ce faire, ils doivent se débarrasser de tout le politiquement correct et des pseudo-arguments qui cherchent à dénigrer ceux d'entre nous qui s'opposent à l'assujettissement, à l'esclavage et à la destruction de notre patrie en invoquant une légalité qui a toujours été arbitraire, autodestructrice et liberticide et qui, au fil des décennies, n'a fait que diminuer l'Espagne, l'avilir, l'écarteler et la prostituer, et l'a prostituée dans un marketing honteux et humiliant pour nourrir une caste (gauche et droite) qui, étant les pions de puissances transnationales et les ennemis de l'Espagne, a continuellement nourri sa perfidie et sa lâcheté, jusqu'à se considérer intouchable face à un peuple politiquement désactivé (en entendant "politiquement" dans son sens étymologique, de polis, de participation active à la communauté et au "bien commun").

-1x-spdem1.jpg

Conclusion et recommandations

Ne condamnez pas ceux qui font ce que vous n'osez pas faire. Ne vous soumettez pas au jugement de vos ennemis. Ne soyez pas idiot.

Enfin, de notre humble position, nous voudrions apporter quelques petites recommandations :

    - N'acceptez pas le jugement de vos ennemis : ne les laissez pas vous dire ce qui est valable et ce qui ne l'est pas, car ceux qui cherchent votre destruction ne cherchent pas la justice.

    - En corollaire du point précédent, ne condamnez pas les "têtes brûlées". La violence n'est pas souhaitable et nous ne l'encourageons pas, mais la condamner est une erreur qui découle du conditionnement psychologique autodestructeur auquel nous avons tous été soumis. Les attitudes complaisantes doivent être combattues.

    - Soyez intègres, défendez vos principes et vos idéaux, défendez l'héritage de ceux qui vous ont précédés, défendez la justice et la vérité contre toutes sortes de propagandes et d'iniquités. L'esprit prime sur la matière. L'action plutôt que le compromis et l'indifférence.

    - Utilisez la technologie et votre réseau de contacts pour préserver votre liberté et votre souveraineté économique. Étudiez le bitcoin. Faites-vous des amis.

Des tours plus hautes sont tombées. Vive l'Espagne.

    - Nous n'aimons pas utiliser le mot "élite" pour désigner ceux qui se trouvent au sommet de la pyramide du pouvoir et de la pyramide socio-économique, car il s'agit généralement de personnes médiocres et de vendus à d'autres intérêts supérieurs. Le mot "élite" devrait être réservé à ceux qui sont effectivement les meilleurs dans un domaine donné.

Novembre national : un changement culturel de la droite espagnole ?

10022019_madrid_manifestation.jpg

Novembre national : un changement culturel de la droite espagnole ?

La droite espagnole a fait un virage à 180 degrés et descend dans la rue pour crier contre le roi, la Constitution, la monarchie, la laïcité à la française, la police et même l'Union européenne.

Norberto Lanzas

Source: https://www.vozpopuli.com/altavoz/cultura/noviembre-nacional-cambio-cultural-derecha-espanola.html

Lors des journées de Ferraz, ainsi que sur les réseaux sociaux, un nouveau drapeau avec deux N couronnés par la croix chrétienne a attiré l'attention. Que symbolise ce logo, porté par tant de manifestants ?

Beaucoup ont comparé les dernières manifestations à Ferraz au 15-M ou à une simple réponse espagnole au processisme. En réalité, ils ne sont pas comparables et il convient de donner quelques indices pour mieux comprendre ce mouvement spontané.

Noviembre Nacional, expression inventée par l'ingénieux twitteur Españabola, a une sonorité à la hauteur des grands slogans de l'histoire des révolutions. Pensez au Printemps des peuples de 1848, à l'Octobre rouge de 1917 ou, dans notre pays, à la révolution des Asturies de 1934 et aux journées de mai 1937. Pourquoi ? Parce que pour qu'une insurrection réussisse, il faut non seulement qu'elle maintienne un niveau permanent de mobilisation ou qu'elle ait des effets politiques perceptibles, mais aussi qu'elle installe un nouveau langage démocratique, qu'elle remette en cause l'ordre des choses existant et qu'elle crée une mythologie révolutionnaire. Elle doit balayer toutes les logiques du passé. Elle doit "septembriser" - selon la terminologie bakouniniste - les institutions du régime contre lequel elle s'élève (en l'occurrence novembrizar). Car, comme le suggère Enzo Traverso dans son livre Melancolía de izquierda (2019), "tous les grands événements politiques modifient la perception du passé et génèrent un nouvel imaginaire historique".

Mais en quoi consiste ce "nouvel imaginaire historique" ? Il consiste en ce que le sujet révolutionnaire ou rebelle soit composé de Cayetanos qui vont "puto-défendre l'Espagne", de dirigeants politiques qui finissent gazés par la police nationale, d'ouvriers, d'ex-militants du "parti de la trahison" (le PSOE), de jeunes et de vieux, d'hommes et de femmes, de personnes politisées et apolitiques, de lumpen-prolétaire et de dames poupées du quartier de Salamanca, entre autres groupes.

phpcKEQTa_1.jpg

Quand, en Espagne, avons-nous été témoins d'une telle transversalité ? Chaque nuit, les villes en révolte rassemblent les groupes les plus divers, les twittos les plus "à droite" et les gens ordinaires. La confluence de Bastión Frontal, Democracia Nacional, Hacer Nación, Falange, Comunión Tradicionalista Carlista, Revuelta, Solidaridad, Frente Obrero et Vanguardia Española est la preuve vivante qu'au-delà des différences idéologiques et des batailles virtuelles, il existe une défense acharnée de la continuité historique de l'Espagne en tant que communauté politique.

De plus, en termes générationnels, les jeunes qui manifestent n'ont jamais couru devant la police, ils ne viennent pas du campus de Somosaguas, ni de l'activisme antifa (contrairement à leurs grands-parents et à leurs parents, qui ont dû courir devant les gris ou les bruns). La vérité est que, parmi la droite conservatrice, la défiance envers le système est morte avec Blas Piñar et Fuerza Nueva. Ce qui a suivi, ce sont les tribus urbaines... La fraîcheur des chants et des slogans est le souffle d'une vitalité débordante. Pour le dire avec Marx : si "l'État espagnol était mort, la société espagnole était pleine de vie et remplie, dans toutes ses parties, de la force de la résistance".

Novembre national contre Sánchez

Comme je l'ai dit, c'est la première fois dans notre histoire récente que des forces vives osent remettre en cause le credo du "liberalismo". La droite espagnole a fait volte-face et descend dans la rue pour crier contre le roi, la Constitution, la monarchie, la laïcité à la française, la police et même l'Union européenne. Et, bien sûr, tous ces éléments sont ceux qui ont été les verrous qui, pendant plus de 40 ans, ont protégé le cœur du système démolibéral. 

5edf42681c26c_manif_barcelone-3300637.jpg

Prenons quelques exemples : contre le roi, les manifestants disent : "Felipe, maçon, défends ta nation" ; contre la Constitution : "La Constitution détruit la nation" ; contre la monarchie : "Les Bourbons aux requins" ; contre la neutralité religieuse : "L'Espagne chrétienne et non musulmane"  ; contre le système politique;  contre la police : "Ces laitières à la frontière" ; contre l'UE : nous avons vu des images où certains, dans le feu de l'action, brandissaient les drapeaux de l'Union européenne et où d'autres manifestants les leur arrachaient des mains.

Où est donc la "droite bipartisane et vendeuse de pays" ? Au vu des deux semaines de manifestations, il est difficile de croire qu'Elizabeth Duval avait vu juste dans son roman Madrid será la tumba (2021). Elle aurait aimé que la droite alternative, la droite sociale, se taise, reste muette face aux outrances de leurs camarades progressistes. Mais Madrid (en tant que point central du soulèvement) s'est avéré être le défibrillateur d'une Espagne comateuse.

    Le Novembre national est un mouvement national-populaire né dans la rue et diffusé par les réseaux, de la base au sommet.

Il va sans dire que des drapeaux ad hoc se sont répandus, comme le drapeau officiel avec les armoiries de 81 découpées ou le drapeau de Novembre National (avec une esthétique de runes nordiques et la croix chrétienne présidant aux initiales NN). Cela ouvre-t-il la possibilité d'une droite républicaine dans notre pays ? Cela dépasse le cadre de notre article, mais je voudrais terminer par quelques réflexions.

Tout d'abord, je crois qu'il s'agit d'un véritable sursaut national. Le début de la réconciliation des deux Espagnes par les actes. Deux Espagnes qui ne sont pas, comme on le dit souvent, la gauche (rouge) et la droite (bleue), mais celle qui était endormie et celle qui, bien qu'éveillée, était narcotisée.

2b0468c84ee139115f0a67a00660595720171011153338.jpg

Deuxièmement, on a beau essayer de faire croire que le tumulte est contrôlé par les partis politiques, il s'agit d'un mouvement spontané qui échappe totalement au contrôle du politburo de l'époque. Novembre national est un mouvement national-populaire qui naît dans la rue et se propage à travers les réseaux, de bas en haut. En revanche, le mouvement 15-M et le processisme sont des stratégies élitistes. L'une de "fermeture" et l'autre de "remplacement". Avec le recul, le 15-M s'est avéré être davantage une stratégie des élites européennes pour domestiquer le mécontentement provoqué par la crise financière de 2008. À tel point que l'un des architectes et idéologues de cette vague de protestations (dont le germe était Occupy Wall Street), Yanis Varoufakis, a cessé d'oser "défier" les "hommes en noir" de la Troïka pour promouvoir DiEM25, un mouvement politique paneuropéen et technocratique. Ce "moment populiste" s'est avéré être un bluff et, après l'éclatement des "révolutions de couleur" dans le monde entier, des partis similaires à Podemos sont apparus comme des champignons.

D'autre part, le processus catalan depuis Artur Mas est clairement une tentative de remplacer une élite centrale par une élite périphérique. Et le remplacement des élites ne remet pas en question le statu quo existant, mais préfère les noms de famille Cambó, Saramanch, Pujol et Grifols à García ou Rodríguez. Par conséquent, le but ultime de l'indépendance catalane est de "ressembler à l'Europe" et de devenir un État parfaitement comparable à ses voisins, avec sa constitution, son système judiciaire et son trésor. Le mandat du peuple catalan n'est autre que le plus "normatif". Quoi qu'il en soit, le NN n'est ni le réveil facha du 15-M, ni un simple retour de bâton de l'indépendantisme, il va au-delà.

Enfin, on peut se demander si nous sommes face à un moment populiste qui, contrairement aux simulacres précédents, peut dépasser le paradigme libéral. Et, par conséquent, si nous sommes face au dernier grand événement (en termes de rupture) de la longue histoire de l'insurrection dans l'Espagne moderne. Pour l'instant, nous pouvons penser que les manifestations de novembre 2023 sont les prolégomènes d'un réveil patriotique.

mercredi, 18 octobre 2023

Les enseignants s'expriment: la réforme espagnole de l'éducation est une expérience et les enfants sont des cobayes

1200x680_sc_gettyimages-528821976-jpg-prof.jpg

Les enseignants s'expriment: la réforme espagnole de l'éducation est une expérience et les enfants sont des cobayes

C'est la fureur qui s'exprime ici dès la première ligne mais elle est canalisée de manière rationnelle. Une analyse terre à terre de l'état de l'éducation

Xavier Massó, professeur de philosophie et membre de la Fondation Episteme, et Irene Murcia, professeur de mathématiques et membre de l'OCRE.

Propos recueillis par Juan Soto Ivars

La presse parle beaucoup du désastre de la réforme de l'éducation et, avant cela, de l'état général d'appauvrissement de l'éducation. Certains enseignants publient des livres, donnent des interviews et crient dans le désert. Mais les enseignants protestent-ils collectivement ? Ou plutôt : des groupes d'enseignants s'organisent-ils et élèvent-ils leur voix de manière audible auprès du grand public ? Le sujet le mérite. Il s'agit de l'éducation de générations futures. Cela devrait nous concerner, que nous ayons des enfants ou non.

[...]

La conférence La Necesidad Social del Conocimiento s'est tenue à Barcelone le 26 novembre 2022 à la Residencia de Investigadores - la Résidence des Chercheurs du CSIC. Elle était ouverte aux enseignants, mais pas seulement à eux, et se veut la force unificatrice qui convertit le mécontentement, on pourrait presque dire le désarroi des enseignants, face à une nouvelle loi sur l'éducation qui provoque l'étonnement. Ce sera peut-être le début d'un mouvement d'en bas pour sauver les élèves des expérimentations et des absurdités du gouvernement, des communautés autonomes et des gourous de la pédagogie.

Nous nous sommes entretenus avec les organisateurs: Xavier Massó, professeur de philosophie et membre de la Fondation Episteme, et Irene Murcia, professeur de mathématiques et membre de l'OCRE (Observatori Critic de la Realitat Educativa). Toutes deux travaillent dans les écoles secondaires depuis des décennies et les ont observées sous toutes les coutures.

QUESTION : Comment se fait-il que les enseignants et les pédagogues ne soient pas dans la même équipe ?

Xavier Massó: Ils devraient l'être. La pédagogie est l'auxiliaire de l'enseignant, elle cherche des techniques, elle écoute et parle aux équipes enseignantes. Mais ce que nous avons, c'est du pédagogisme: une idée du travail des pédagogues comme l'alpha et l'oméga de l'éducation, avec des enseignants au service de leurs croisades, et qui les dérangent le moins possible. C'est une aberration conceptuelle.

prof-750x499.jpg

Les pédagogues sont-ils aux commandes ?

XM: Oui, ce sont les pédagogues qui dirigent, ce sont eux qui sont au sommet, avec les gouvernements et les ministères régionaux. Je suis désolé de le dire ainsi, et je ne veux pas paraître agressif non plus, mais un pédagogue ne peut pas dire à un professeur de mathématiques comment expliquer les mathématiques, ou ce qu'il faut expliquer en mathématiques.

Et si je comprends bien, c'est ce qui se passe...

XM: Vous dites, par exemple, que 50% des lycéens ne sont pas capables de comprendre certains types d'équations. Alors les autorités éducatives interrogent les pédagogues, et on espère qu'ils donneront une solution et qu'on pourra passer à 70% ou 80% ou 100%, mais que s'est-il passé historiquement ? La réponse peut être résumée comme suit: si les systèmes d'équations sont un problème, alors, ont statué les pédagogues, nous éliminons les systèmes d'équations.

Irene Murcia: La pédagogie propose des solutions apparemment scientifiques qui n'ont aucun fondement scientifique. C'est frappant dans la dernière réforme de l'éducation mais cela ne s'arrête pas là. La formation continue des enseignants est assurée par des pédagogues. J'ai assisté à de nombreux cours et ils sont absolument décevants. Je le répète: ce sont des gens qui parlent comme s'ils avaient une méthode scientifique d'apprentissage et qui disent des choses sans la plus élémentaire caution scientifique. Ils font des propositions impossibles à mettre en pratique, et le problème est alors le vôtre, celui du professeur, qui est inutile et réactionnaire.

Vous en avez marre, d'après ce que je vois.

XM: Bien sûr que nous en avons marre. Des expériences sont lancées d'en haut. Des expériences appelées "réforme de l'éducation" et "approches pédagogiques" qui ne fonctionnent pas, au vu des résultats, mais avec lesquelles on persévère, encore et encore. Eh bien: dans ces expériences, les élèves sont des cobayes. C'est effectivement ce qu'ils sont devenus.

IM: C'est ce que je veux dire par l'absence de fondement scientifique de toutes ces théories. Si vous menez un projet et qu'il ne marche pas, en termes de résultats, il est clair que vous avez un problème si vous persévérez.

Il y a une chose que l'on entend dire par les professeurs et qui semble incroyable. Est-ce vrai ou est-ce une impression extemporanée ?

XM: Bien sûr. Et maintenant, on fait autre chose, avec la nouvelle loi en particulier: on change les critères d'évaluation pour qu'un enseignant ne sache pas si l'élève doit réussir ou échouer.

Comment ?

IM: Ce n'est pas une plaisanterie. En théorie, on introduit de plus en plus de mécanismes d'évaluation qualitatifs et totalement subjectifs, pour évaluer l'élève en fonction de facteurs plus nombreux que les connaissances auxquelles on peut répondre dans un examen, pour aller jusqu'à évaluer des aspects du caractère de l'élève, éléments factuels que nous ne pouvons évidemment pas enseigner. En pratique, nous, enseignants, sommes confrontés cette année, avec la loi dite "LOMLOE", à un labyrinthe incompréhensible dans lequel il est impossible d'évaluer, car il est impossible de relier les critères d'évaluation aux connaissances de base ou aux compétences spécifiques. Tout est conçu pour qu'il soit pratiquement impossible d'échouer.

erreurs-profs.jpg

XM. Et au bout du compte, un élève passe une année pleine en trimbalant ses lacunes. Au final, on se retrouve avec le même échec scolaire au total, mais avec beaucoup de réussites en apparence. On nous oblige à introduire dans l'évaluation des facteurs qui ne sont pas évaluables, qui ne sont pas évalués, qui ne sont pas objectifs. On fait passer la prétendue morale des intentions avant l'éducation elle-même. Face à des résultats décevants, les gourous les attribuent au fait que nous, enseignants, sommes réfractaires aux nouvelles méthodes.

Il ne leur vient pas à l'esprit que leurs méthodes, propres de ceux et celles qui n'ont jamais mis les pieds dans une salle de classe de toute leur vie, sont inefficaces.

XM: C'est exact. Elles sont inexactes à la base: quelles sont les compétences de base d'un élève qui obtient une mauvaise note à un test de compétences de base? Regardez l'adjectif "basique". Un cinq signifie que l'élève se situe au milieu des compétences de base. En d'autres termes, il s'agit de déficiences flagrantes. Le système est donc vicié dès le départ.

IM: Je suis tout à fait d'accord avec Xavier. Les critères d'évaluation actuels sont comme du gruyère. Les enseignants ont commencé l'année scolaire dans l'angoisse, parce qu'ils ne voient pas comment mettre leur travail en conformité avec la loi, avec ces critères ambigus. Ils ne peuvent pas déterminer ce qui est une réussite ou un échec. Nous allons avoir une première évaluation dévastatrice pour les enseignants et les étudiants. Plus d'un finira par donner une note globale pour s'épargner des ennuis. Les enseignants définissent des critères de notation grotesques dans leurs programmes, avec des variables comprenant des pourcentages absurdes. C'est un charabia insurmontable qui n'a ni sens ni rigueur.

Les soi-disant compétences ont-elles une valeur inestimable ?

XM: Tout d'abord, elles ne sont pas définies. Le congrès accueillera l'ancien ministre portugais de l'éducation, Nuno Crato, qui a récemment dit quelque chose de très vrai: personne n'a été capable de définir ce que sont les compétences. Ce qui me vient à l'esprit, c'est une définition un peu sarcastique: on vous apprend à faire un "o" avec un spliff sans savoir ce qu'est un "o" ni ce qu'est un spliff.

Pas de définition des compétences ?

XM:  L'OCDE définit les compétences comme une combinaison de connaissances, d'aptitudes, d'attitudes et de valeurs. Ça sonne bien, non? Mais ce n'est pas concret. Mais en plus, si on regarde la définition des compétences qu'ils prétendent appliquer dans nos lois sur l'éducation, on s'aperçoit que les connaissances disparaissent. On commence à parler de "savoir-faire", etc. Cette mise en avant de l'enseignement par compétences consiste à faire de l'école un centre de distraction jusqu'à l'âge du travail, à 16 ans. Et, au passage, à falsifier les critères d'évaluation pour faire croire qu'ils ont beaucoup appris, et faire bonne figure dans les classements.

Full1.jpg

Dans l'un des règlements régionaux, celui de La Rioja, il y a un article qui demande aux enseignants d'éviter l'utilisation répétée de la même méthodologie. Comme si l'expérience de l'enseignant était totalement redondante.

IM: C'est la tendance générale. Le "livre du maître" est une lettre morte pour les pédagogues. Regardez, les domaines de l'éducation en sont un exemple. En gros, il s'agit de regrouper plusieurs matières, deux, trois, voire quatre, et de les enseigner de manière globalisée avec des projets interdisciplinaires par un seul enseignant qui, dans l'immense majorité des cas, n'est spécialiste que d'une seule des matières qui composent le domaine, ce qui provoque un désastre, surtout pour les élèves défavorisés dont les familles ne peuvent pas compenser cette carence de contenu. Cela peut être utile pour certains groupes, mais la loi et les communautés autonomes, s'appuyant sur des mantras pédagogiques, l'imposent comme une panacée. Et c'est un désastre.

XM: Le dogme qui sous-tend tout cela est le constructivisme social, dont l'affirmation fondamentale est que le savoir ne se transmet pas, mais qu'il est construit par chacun dans sa propre psyché. Dans ce paradigme, l'enseignant est un "coach", un conseiller, un médiateur.

Les choses ont-elles commencé à se gâter avec la LOGSE (la première loi sur l'éducation des socialistes espagnols en 1990), comme on dit ?

XM: Exactement. Les programmes imposés par la LOGSE n'ont pas changé. C'est l'une des raisons fondamentales de la détérioration progressive des écoles. Chaque parti apporte sa petite réforme mais la LOGSE reste la mère de toutes ces aberrations. La réduction progressive et scandaleuse des contenus depuis lors est scandaleuse. Maintenant, voyant que le désastre est énorme, ils changent les critères d'évaluation pour qu'il soit impossible d'évaluer. Et vous verrez comment les notes augmenteront. Certains passeront devant tout le monde pour ne pas avoir d'ennuis.

Irene, vous êtes mathématicienne. On a dit que la "perspective de genre" allait être appliquée aux mathématiques. Est-ce vrai, au niveau de la classe ?

IM: Oui. C'est l'une des nombreuses choses ridicules et insupportables. Encore une fois, il s'agit d'éléments totalement inqualifiables.

Parlez-moi un peu de cela en pratique. Parce que c'est difficile à comprendre.

IM: C'est difficile à comprendre pour les non-enseignants mais impossible à comprendre pour les enseignants eux-mêmes. La plupart des professeurs de mathématiques ne savent pas comment mettre cela en pratique. C'est totalement ouvert, c'est un brouillard idéologique, des intentions morales, sans concrétisation possible. Ce sont tous des mots qui se vendent très bien au public, comme de dire qu'il est bon que les élèves apprennent par eux-mêmes. Qu'on m'explique, après 25 ans d'enseignement, comment j'applique l'approche socio-affective aux équations du CE2, s'il vous plaît.

unterrichtssituation_930.jpg

L'"approche socio-affective" semble nouvelle et positive, comme l'"apprentissage par la découverte".

IM: C'est un bon exemple. L'apprentissage par la découverte ou l'apprentissage par projet est né en médecine pour des groupes de haut niveau académique, et cela fonctionne. Mais, bien sûr, vous l'imposez à des lycéens, sans outils ni préparation, et sans les connaissances appropriées, et c'est forcément le chaos. Eh bien, on continue à vous vendre cela comme le nec plus ultra. Pour apprendre en découvrant, il faut être intéressé par le sujet, et pour être intéressé par le sujet, il faut avoir des connaissances préalables et structurées. En d'autres termes, du "contenu". Un historien se rend dans des archives et y découvre des histoires. Un profane y trouve un enchevêtrement de dates, un fouillis de paperasse et ressent aussitôt l'envie de partir.

Avez-vous essayé ces techniques ?

IM: Depuis 25 ans. On innove. Ici, les enseignants sont présentés comme des gens qui font toujours la même chose, et oui, il y en a qui sont comme ça, épuisés, mais en général ce n'est pas comme ça. J'ai été chef de département et j'ai tenu à organiser des réunions avec les départements de physique ou de technologie afin de coordonner les activités et d'enseigner les matières dans un ordre susceptible d'intéresser les autres départements. Cette interdisciplinarité, nous l'avons recherchée et nous continuons à la rechercher avec de nombreux exemples de situations proches de l'élève. Ce qui nous met en colère, nous les enseignants, c'est que l'on vend maintenant le vélo et que l'on impose des actions comme si elles étaient valables dans tous les contextes.

L'accent est-il trop mis sur l'instruction morale des élèves ?

XM: C'est la conséquence logique du processus. Si l'on vide l'école du savoir, il ne reste que l'endoctrinement, l'idéologie. Une éducation civique aux valeurs, dont il faudrait aussi voir ce qu'elles sont, aboutit à l'endoctrinement typique du modèle totalitaire. Je n'exagère pas. Si vous prenez les prémisses éducatives du fascisme italien, celles du ministre Gentile, vous obtenez cela: quatre petites choses pour que l'enfant sache comment faire fonctionner l'installation sur la chaîne de production de l'usine Fiat et tout un modèle idéologique de justification d'un système qui a été imprégné en vous. C'est ce que disait Aldous Huxley: la dictature parfaite est celle que les citoyens ne conçoivent pas comme telle. Et cela commence à l'école.

img_3636-scaled.jpg

J'ai écrit un article disant que mon enfant ne devait pas être mieux éduqué qu'un enfant d'une famille ayant moins de ressources et on m'a traité de classiste. J'allais dans le sens inverse: je pense que cette façon de réduire les contenus est classiste. Ai-je tort ?

IM: Beaucoup d'enseignants ont lu et ont apprécié votre article. Vous avez dit que nous devions lutter contre cette situation, qui est une conséquence du vide des contenus dans les écoles. Et c'est la vérité, oui, nous devons nous battre pour que votre enfant n'ait pas plus de chances de réussir que celui d'un autre. La plupart des familles ne sont pas comme la vôtre. Elles n'ont pas les ressources ni parfois l'intérêt pour inverser ce processus d'inégalité. Elles font confiance, la plupart d'entre elles font confiance à l'école. Moi-même, il y a des décennies, je faisais confiance aux hommes politiques et je pensais qu'ils adopteraient des lois pour notre bien. Mais bien sûr, après de nombreuses années, on se rend compte que ce n'est pas le cas. Aujourd'hui, de nombreuses personnes dorment encore, non seulement les familles, mais aussi de nombreux enseignants. Ils vendent un discours selon lequel il y a de la place pour les deux choses à l'école, l'éducation civique et le savoir, mais ici l'accent est mis sur l'éducation civique et l'école est vidée d'un savoir de bonne ampleur.

[...]

Mais n'y a-t-il pas beaucoup d'enseignants favorables à ce système ? Ma femme, qui est enseignante, m'a parlé d'une sorte de lutte des générations au sein des écoles parce que de jeunes enseignants, forgés dans ce modèle et enthousiastes à ce sujet, sont arrivés.

IM: C'est ce qui se passe, de fait. Les universités où les enseignants sont formés sont également séparées de l'expérience des enseignants du secondaire. On leur enseigne des choses selon le modèle pédagogique, sans aucun lien avec la réalité des écoles et beaucoup d'entre eux arrivent dans les écoles avec une idée abstraite de l'éducation. Nous avons besoin de réunions de transition, nous devons entrer en contact avec les futurs enseignants. Mais ce n'est pas le cas: ils sortent de l'université avec un master en enseignement, ce qui est une véritable arnaque, et beaucoup de gens finissent par y croire.

La fabrique de nouveaux enseignants appartient donc aux mêmes personnes qui détruisent le rôle de l'enseignant à l'école ?

XM: C'est exact. J'ajouterais à ce que dit Irene qu'aujourd'hui, l'idée de spécialisation dans l'enseignement est en train de se disperser. On peut parler de son sujet. On est spécialiste de son sujet. Vous êtes censé avoir été à l'université, etc. L'autre jour, un professeur relativement jeune se plaignait du programme des examens de mathématiques. C'est un économiste, et il se plaignait du programme parce qu'il le trouvait trop large. Savez-vous quel est le problème? Il a dû enseigner très peu de mathématiques en économie, et une partie de ce qu'il va devoir enseigner à l'école, il ne l'a pas vu depuis le lycée. Et que proposerait cet enseignant? Eh bien, d'abaisser le niveau des mathématiques, bien sûr. De l'adapter à ses lacunes à lui. Et là, c'est le nœud gordien. Le manque de connaissances que nous attribuons au système d'en bas a déjà commencé à corrompre le système d'en haut. Des écrits très puissants sont en train de voir le jour : Andreu Navarra, Gregorio Luri, Pascual Gil Gutiérrez, etc.

191009-1506-247513077.jpg

Les enseignants font-ils partie du problème ?

XM: Pour faire l'autocritique des enseignants, on a introduit dans les concours de recrutement des enseignants une épreuve préliminaire éliminatoire de culture générale. Soixante-dix pour cent ont échoué. Il y avait des réponses telles que le poulet est un mammifère, ou que l'Ebre et le Guadalquivir traversent la province de Madrid. Il s'agit de personnes qui passent le concours pour devenir enseignant. C'est très grave.

IM: Il est important de souligner que dans notre diagnostic, il y a beaucoup d'autocritique. Nous devons d'une manière ou d'une autre canaliser le mécontentement qui nous consume. Nous devons poser des exigences au ministère, à nos administrations régionales, aux universités, aux familles, aux étudiants, mais surtout à nous-mêmes. Le Congrès veut rendre l'éducation pertinente pour la société: nous ne parlons pas d'une crise qui approche, mais d'une crise persistante dans laquelle nous sommes tous impliqués et qui gâche l'éducation de générations entières. Nous devons agir maintenant. Nous avons la capacité de changer.

Entretien complet en langue espagnole:

https://www.elconfidencial.com/cultura/2022-11-14/lomloe-...

 

vendredi, 06 octobre 2023

Russophobie et hispanophobie: des histoires presque parallèles

A-House-of-Cards-Puck-January-20-1904.jpg

Russophobie et hispanophobie: des histoires presque parallèles

Luis Fraga

Source: https://geoestrategia.es/noticia/41544/opinion/rusofobia-e-hispanofobia:-historias-casi-paralelas.html

Les visiteurs de la bibliothèque du monastère de l'Escorial peuvent voir, près du portrait de la belle Isabelle du Portugal, plusieurs cartes de l'Eurasie datant du 16ème siècle voire d'avant. L'Espagne dominait le monde à cette époque et il est compréhensible que la plus riche bibliothèque de l'Empire contienne les meilleures cartes de ce qui était alors le monde cartographié. Quiconque veut chercher la Russie sur ces cartes de l'Escorial ne la trouvera pas. De fait, vous ne la trouverez pas. À la place, vous verrez "Tartarie". Les Russes qui visitent la bibliothèque s'en amusent beaucoup.

Russophobie ? Non. Il n'y avait pas de russophobie au 16ème siècle parce que ce que nous appelons aujourd'hui la Russie n'existait pas. En revanche, il y avait une très forte hispanophobie encouragée par les Hollandais, les Anglais et les Français, alors ennemis de l'Espagne. L'hispanophobie avait le vent en poupe. Une Légende Noire créée pour une seule raison : l'Espagne était la puissance dominante du monde et, de plus, elle défendait la foi de Rome contre les hérésies dogmatiques anglo-teutoniques contre Rome qui avaient surgi en particulier dans le Nord de l'Europe (un Nord plus tard dominateur).

Il est bien connu que la Légende Noire de l'Espagne est sans aucun doute la première et la plus intense et longue opération de propagande orchestrée au niveau international contre une grande nation. C'est une campagne qui a duré plusieurs siècles et qui se poursuit encore aujourd'hui, poussée par Hollywood et les médias anglo-saxons, contre tout ce qui est hispanique en Amérique espagnole, héritière de l'Espagne. Mais cette hispanophobie, cette guerre culturelle séculaire contre tout ce qui est hispanique, a été couronnée de succès. Et, pire que tout, même certains Espagnols sans cervelle (et même certains Russes ou Ukrainiens sans cervelle, ou divers imbéciles dans d'autres pays) ont fini par croire tous les mensonges contre l'Espagne et tout ce qui est hispanique.

Des mensonges en effet. "L'Espagne était brutale, sanguinaire et génocidaire", disent les propagandistes. Faux à l'extrême. L'Espagne a construit son empire sur l'idée du respect des habitants des terres conquises. Un génocide ? Nous, Espagnols, avons su nous mélanger, dans un métissage exemplaire et sur un pied d'égalité, avec les habitants locaux. En revanche, le génocide américain des Indiens d'Amérique a été réel. Ou le génocide anglais en Inde et en Asie. Ou encore le génocide le plus cruel de tous : celui de la Belgique au Congo.

Pendant ce temps, l'Espagne créait des universités, des hôpitaux et des institutions de justice dans les Amériques, qui n'étaient jamais des colonies (comme celles des Belges, des Néerlandais, des Britanniques ou des Français), mais de véritables vice-royautés, dans le style noble et solide de la Rome exemplaire, avec des droits de citoyenneté égaux partagés avec les nouveaux Espagnols. Pendant ce temps, dans la métropole de la péninsule, de grandes controverses intellectuelles (l'embryon de ce que l'on appellera plus tard les "droits de l'homme") se développent sur le traitement des nouveaux Espagnols de l'autre côté de l'océan. Et chaque vice-roi, gouverneur ou maire revenant d'Amérique était soumis à un rigoureux "juicio de residencia" à son arrivée dans la péninsule, afin de vérifier sa droiture à l'égard des habitants de sa vice-royauté respective. Foutaises et mensonges : voilà en quoi consiste l'intense campagne d'hispanophobie menée depuis des siècles par les ennemis de l'Espagne, en particulier les Anglo-Saxons.

Aujourd'hui, c'est au tour de la Russie. Depuis la légende noire contre l'Espagne, jamais dans l'histoire autant de mensonges, de diffamations et de faussetés n'ont été déversés contre une grande nation que de nos jours contre la Russie. Avec au moins une différence: tout est accéléré par l'importance décisive des nouvelles technologies de l'information, le cinéma, la télévision et la presse écrite étant contrôlés par les grands groupes anglo-saxons d'aujourd'hui. À Hollywood, la manipulation est constante: ce sont toujours les Russes (ou les Hispaniques) qui sont les méchants. Dans les réseaux sociaux, c'est un peu la même chose, même si la Russie (et aussi l'Espagne) s'y défend un peu mieux. Et mieux vaut ne pas parler des grands médias: il est gênant d'avoir honte de l'immense manipulation des imbéciles qu'ils exercent sans vergogne, avec leurs messages et leur propagande constamment vomis.

1806_Cary_Map_of_Tartary_or_Central_Asia_-_Geographicus_-_Tartary-cary-1806.jpg

Les origines de la russophobie

Mais d'où vient tant de russophobie ? Revenons un instant à la bibliothèque de l'Escorial. On y lit "Tartarie" pour désigner la situation géographique occupée aujourd'hui par la Russie. Mais pendant que Philippe II construisait son monumental monastère et son palais, la Russie (elle ne s'appelait pas ainsi à l'époque, mais la Principauté de Moscou) envahissait la véritable Tartarie musulmane des Tartares. Elle le fait sous Ivan IV, le Terrible. Terrible, cruel et brutal, certes, mais l'un des plus grands tsars que la Russie ait jamais eus. Un tsar qui, comme nous, Espagnols, lors de la reconquête contre l'Islam, a vaincu les Tartares musulmans (ceux de Kazan, mais aussi ceux de Crimée), a commencé à s'étendre en Sibérie et a construit la magnifique cathédrale Saint-Basile, symbole de Moscou que l'on voit sur les cartes postales de la Place Rouge.

0127d5b64d1af2595d185a554b54cad0.jpg

Est-ce le début de la russophobie? Peut-être oui, mais seulement à l'état embryonnaire, et non pas parce qu'Ivan était terrible, mais parce que la Russie commençait à devenir grande. Ivan le Terrible était cruel, excessif, déséquilibré et brutal; il a assassiné ou emprisonné la plupart de ses nombreuses épouses, battu à mort son propre fils et héritier, et il avait pour habitude de décapiter, empaler ou torturer à mort ses ennemis intérieurs et ses prisonniers de guerre. Mais à l'exception de quelques chroniques antirusses sur les pays ou les groupes ethniques que la Russie avait vaincus au combat, il n'y a guère eu d'opération de propagande majeure contre la Russie à l'époque. Pourquoi ? Parce que la Russie compte peu en Europe. Elle s'étendait en Asie. Cela n'avait pas d'importance en Europe.

Pendant ce temps, l'Espagne se développe et consolide sa position en Amérique et dans le Pacifique (en concurrence avec les Anglais, les Français, les Néerlandais et les Portugais), défend ses territoires européens et se bat dans les Flandres. Cela inquiète beaucoup les Anglais, les Néerlandais et les Français, qui concoctent l'immense propagande anti-espagnole à travers la Légende noire. L'Espagne, contrairement à la Russie, a compté. Et elle dominait le monde. Il fallait s'en débarrasser.

Si la véritable russophobie trouve son embryon avec les triomphes militaires du terrible Ivan, la véritable campagne de propagande commence à être orchestrée un siècle et demi plus tard. Il s'agit donc d'un processus beaucoup plus récent. Et voici que ses principaux instigateurs sont les mêmes que ceux qui ont perpétré les calomnies à l'encontre de l'Espagne. D'abord, l'Angleterre et la France. Au 20ème siècle, ils ont été rejoints par les continuateurs et alliés des Britanniques : les États-Unis.

635872453d9bf9960aa5407044eecdb3.jpg

Quand commence la véritable russophobie ? Lorsque la Russie a commencé à se tourner vers l'Europe. C'est-à-dire au 18ème siècle, un siècle et demi après le terrible Ivan. Pierre Ier le Grand, le grand réformateur et le véritable père de la Russie d'aujourd'hui, régnait alors. C'est d'ailleurs ce tsar qui rebaptise la Principauté de Moscou et ressuscite la "Russie" de la Kievan Rus du 9ème siècle, qui modernise la Russie, l'européanise, fonde et construit Pétersbourg et déplace la capitale de Moscou vers sa nouvelle ville. Plus proche de l'Europe occidentale.

Le tsar Pierre n'est pas moins terrible que son maître Ivan: il exécute tous ceux qui s'opposent à ses réformes et met à mort son propre fils, non plus à coups de bâton mais à coups de fouet. Mais là encore, la campagne de russophobie que les Britanniques et les Français entamaient à l'époque n'était pas due à la force de caractère du tsar, mais à ses exploits militaires, notamment lorsqu'il a vaincu la Suède, alors puissante, à Poltava.

Soulignons à nouveau le parallèle avec l'Espagne. Nos ennemis séculaires étaient la France et la perfide Albion. Ce sont elles qui avaient lancé, deux siècles plus tôt, la campagne d'hispanophobie. Et c'est notre défensive néfaste, ainsi que les trahisons (de l'Angleterre, d'une part, et de la France et des abjects Bourbons Charles IV et Ferdinand VII, d'autre part) qui ont détruit l'Espagne et son Empire suite aux guerres napoléoniennes au début du 19ème siècle. Mais la campagne anti-espagnole se poursuit, implacable, dans un monde déjà dominé par les Français et les Britanniques. Il leur restait à s'emparer de Cuba, de Porto Rico, des Philippines et de nos îles du Pacifique. C'est ce que feront, près d'un siècle plus tard, les successeurs transatlantiques des Britanniques.

7ea4d797eb3ed11ae78c8f3d3a1d0cdf.jpg

L'Espagne étant presque épuisée, les Français et les Britanniques unissent leurs forces contre le nouvel ennemi: la Russie. Sous Napoléon, ce dernier publie en France l'une des premières "fake news" de l'histoire moderne: un testament de Pierre le Grand dans lequel il fait référence de manière propagandiste à un prétendu plan russe d'invasion de l'Europe. Le document était un faux. Russophobie. Sans parler des efforts puérils des très intelligents propagandistes des Lumières à la Diderot, qui qualifiaient les Espagnols et les Russes de peuples "barbares et vulgaires" alors qu'eux, pompeux détenteurs de la vérité, étaient les Lumières qui avaient apparemment éclairé le monde.

La russophobie s'intensifie

À partir du 19ème siècle, tout s'est intensifié contre la Russie. La raison: la Russie comptait déjà beaucoup en Europe. Ne nous attardons pas (ce serait trop long) sur la guerre de Crimée. Le 19ème siècle. Grande trahison de l'Europe par les Français et les Britanniques. Ils s'allient aux Ottomans musulmans pour vaincre la Russie. Ils y parviennent, tant sur le plan militaire que sur celui de la propagande.

Le 20ème siècle, le plus atroce de tous les temps en termes de millions de morts, est essentiel pour comprendre la russophobie d'aujourd'hui. Outre les Français (déjà sur le déclin), les Britanniques et les Américains (en pleine ascension après avoir vaincu l'Espagne en 1898 et nous avoir volé le reste de l'Empire), il y a un nouvel ennemi de la Russie: l'Allemagne. L'Allemagne facilite en effet le retour du malheureux Lénine en Russie. Le communisme est né. L'URSS émerge. Guerre mondiale. L'Allemagne envahit la Russie. Des millions et des millions de morts. C'est la guerre froide. Plus de russophobie. Romans et films américains ou anglais propagandistes sur les espions et conspirateurs russes (les "méchants", toujours) qui voulaient apparemment mettre fin au monde. Peur de la catastrophe nucléaire. Prolifération des abris antiatomiques. Peurs. Russophobie multipliée par mille.

6241f.jpg

Implosion de l'URSS à partir de 1989, tout simplement parce que le communisme ne fonctionnait pas. Convulsions dans la Russie d'Eltsine qui ont fait chanter victoire aux ennemis de la Russie.

Mais non. Arrive Poutine, aujourd'hui diabolisé. Il prend les rênes. Et c'est là que le bât blesse: le monde a changé. Après l'effondrement de l'URSS, il est dominé par une seule puissance: les États-Unis. Mais la Russie a également changé. Et le type de russophobie aussi. Car si, auparavant, la russophobie, en particulier à l'égard de l'URSS, était due à la crainte, fondée ou non, que la Russie nous envahisse tous, les raisons sont désormais différentes, et peut-être beaucoup plus fortes et très différentes, et sans aucun doute aussi beaucoup plus profondes.

Que s'est-il passé ? Voyons ce qu'il en est. L'hégémonie des États-Unis après l'effondrement de l'URSS nous a conduits à un monde unipolaire et homogène, qui fonctionne avec soumission selon les valeurs et les principes des États-Unis. Des valeurs et des principes hypocritement utilisés comme une arme pour assurer non pas la domination militaire, mais la plus importante : la domination mentale. Et c'est cela qui est nouveau.

La Russie refuse donc de sauter dans les cerceaux. Ni l'idéologie trans, ni la doctrine LGTBIQ+, ni le mariage homosexuel, ni les portes ouvertes aux immigrants (ils en ont déjà assez avec les citoyens des autres nations de l'ex-URSS), ni le wokisme, ni les autres inventions et puritanismes des idéologies prédominantes aux États-Unis, qui soutiennent avec tant de moyens des individus super-riches comme Soros, Gates, l'inquiétant Forum de Davos ou ses cousins Bilderberg et un groupe similaire de marchands opulents qui ne cherchent qu'à accroître leur fortune dans un monde nouveau, celui de la "Big Reset", à laquelle ces magnats aspirent afin d'augmenter leur pouvoir tandis que les inégalités sociales se creusent. Mais la Russie tient bon. Elle renonce à ces nouvelles idéologies. Elle ne les avale pas.

Et la Russie abhorre toutes ces histoires dont on ne sait pas où elles mènent. Et elle suit une autre voie : la tradition. Révolution conservatrice. Reconstruction des églises, qui sont pleines le dimanche. Familles traditionnelles. Valeurs traditionnelles. Une autre voie. Inacceptable pour le "nouvel ordre mondial" que les États-Unis et leurs magnats tentaient d'imposer. Inacceptable pour les groupes médiatiques anglo-saxons de ce qu'on appelle l'"Occident". C'est pourquoi la russophobie est plus forte que jamais. Sans parler de l'invasion de l'Ukraine. La Russie est désormais l'ennemi à abattre.

f0e49108dd590ce8be2473c2386cf348.jpg

Une situation complexe, qui s'accompagne d'une terrible guerre qui fait rage en Ukraine. Une guerre très dangereuse - à cause des armes nucléaires - qui sera très longue. Une guerre qui, par l'usure à long terme et pour aucune autre raison, aboutira à la défaite de l'ennemi de la Russie (l'OTAN, pas l'Ukraine) et à la possible partition du pays.

Et la russophobie, insistons-y, à des niveaux jamais connus auparavant, pas même pendant l'URSS et la guerre froide.

Tout ce qui est russe est annulé. Sa musique. Sa littérature. Statues démolies. Sanctions le matin et le soir. Listes noires. Censure en Europe des médias russes, désormais fermés par décret. Vols annulés. Interdiction de faire du commerce et d'exporter. Des médias grand public en Europe et aux États-Unis qui, jour après jour, débitent des mensonges que personne de sensé ne peut croire. La discrimination à l'encontre des Russes est à l'ordre du jour. Des centaines de citoyens russes voient leurs comptes bancaires en Europe annulés ou bloqués pour la seule raison qu'ils sont russes. Un désastre.

Les responsabilités de la Russie

Or, la Russie a aussi sa part de responsabilité dans ce désastre. Pourquoi ? Parce qu'elle manque de ce que les Espagnols appellent "mano izquierda" (main gauche) et les Italiens "finezza" (finesse). La Russie n'a pas su ni voulu montrer son bon côté. Sa population, un excellent peuple qui n'a rien d'anti-européen, a du mal à comprendre que le Kremlin se soit refermé sur lui-même. Un héritage de l'époque soviétique.

Revenons à la comparaison avec l'Espagne. Après les bouleversements du 20ème siècle, l'Espagne, avec la démocratie, a su développer une ingénieuse politique de soft power (facteur que la Russie est incapable de comprendre) dans un monde qui oublie peu à peu la Légende Noire. Notre politique au sein de l'UE, notre coopération au développement et notre renforcement institutionnel, les sommets ibéro-américains et le "Secrétariat général ibéro-américain" (SEGIB), qu'Aznar a proposé et mis en œuvre, se distinguent à cet égard. Jusqu'à Aznar, l'Espagne maîtrisait la bonne carte de visite et une image raisonnable dans le monde. Et aussi vis-à-vis de la Russie, d'ailleurs: aucun pays de l'UE n'a été plus favorable à l'assouplissement et même à la suppression des exigences en matière de visa pour les citoyens russes, pour donner un exemple de geste amical à l'égard de la Russie. Un geste que Moscou n'a pas rendu aux Espagnols, soit dit en passant. Montrer un visage amical. C'est la clé. C'est aussi simple que cela. La Russie, elle, n'a pas envie de le faire. C'est son talon d'Achille. Sa principale erreur.

Malgré d'excellents diplomates, elle fait semblant d'être inamicale. Comme s'ils étaient fiers de jouer les mauvais garçons dans la cour d'école.

"Si vous ne pouvez pas vous faire aimer, faites-vous au moins craindre", semble être leur maxime. Un énorme non-sens. Les exemples ne manquent pas. Souvenez-vous d'Ivan le Terrible et du cruel Pierre le Grand. La Russie n'arrive pas à se débarrasser de l'air de brutalité qui l'accompagne depuis ses débuts. Regardez ses déclarations publiques aujourd'hui: intelligentes, mais inutilement agressives. Voyez sa politique de visas pour les Européens: hostile, paranoïaque et sans queue ni tête. Regardez sa réaction institutionnelle aux médias d'État russes cinglants contre l'Espagne à propos du coup d'État indépendantiste en Catalogne: des platitudes mielleuses, prétendument neutres, émises froidement depuis le Kremlin. De faibles déclarations qui ne leur ont pas valu la sympathie de l'Espagne. Berlin, Paris et même Washington se sont montrés plus fermes à l'égard du séparatisme catalan.

Moscou ne comprend pas le soft power. La projection de ses vertus dans le monde semble se limiter à de coûteux spectacles cosaques, à des balalaïkas, à des chœurs de moines, à des ballets et à tout cet attirail. Un bel attirail, sans aucun doute, mais qui n'a que peu de valeur publicitaire. Ils ont fait plus pour leur image dans le monde avec la Coupe du monde ou les Jeux olympiques de Sotchi. Mais le soft power, c'est autre chose. Finezza, répétons-le, est le mot italien qui le définit. Savoir qui vous soutient et qui ne vous soutient pas, et prendre davantage soin de ceux qui sont avec vous. Mieux expliquer les choses. Et de bonnes campagnes dans les médias et dans les pays étrangers.

Bref, la Russie a sa part de responsabilité dans la russophobie qui sévit aujourd'hui partout. La Russie apprendra-t-elle de ses erreurs? Leur espoir est de gagner cette guerre. Et celui qui gagne, semble-t-il, convainc. Mais la question de savoir s'ils apprendront ou non reste ouverte.

Luis Fraga a été sénateur du PP pendant 21 ans, entre 1989 et 2011. Il a publié plusieurs articles en Russie, où il a également été conférencier en langue russe.

Source : El Manifiesto

vendredi, 25 août 2023

Trois leçons pour l'Europe suite aux élections en Espagne

e376140c6051b589d2136550d3b0c78f.jpg

Trois leçons pour l'Europe suite aux élections en Espagne

Par Andrea Muratore

Source: https://osservatorioglobalizzazione.it/osservatorio/tre-lezioni-per-leuropa-dal-voto-in-spagna/

Le scrutin en Espagne s'est achevé et ni les Populaires ni les Socialistes n'ont remporté la majorité absolue des sièges. La Droite populaire, dirigée par Alberto Nunez Feijoo, a fait un retour en force et est désormais le premier parti. Le Parti socialiste ouvrier espagnol (PSOE), dirigé par le Premier ministre Pedro Sanchez, s'est toutefois maintenu et, bien que dépassé par ses rivaux, a conservé un rôle décisif au sein du Parlement ibérique.

L'élection espagnole avait été présentée comme un scrutin pouvant décider de nombreux équilibres d'ici les élections européennes de 2024. En particulier, le thème de la potentielle nouvelle bipolarité européenne avait émergé dans toute sa grandeur, puisque tant les Populaires que les Socialistes comptaient pouvoir entrer au gouvernement avec le soutien des ailes politiques situées aux extrêmes de leurs formations. Cela a renforcé l'idée d'une Espagne comme laboratoire de l'Europe, compte tenu des nouveaux équilibres qui pourraient être créés sur diverses questions, de la transition verte aux questions de genre, de l'avenir de l'austérité à la question de la politique industrielle dans l'hémicycle strasbourgeois à venir.

Fondamentalement, le résultat parle d'un contexte tout à fait différent où des questions politiquement polarisantes mais résolument locales ont prévalu dans l'analyse du vote, comme le problème de la sécheresse qui a dévasté le centre de l'Espagne au cours des derniers mois, punissant Sanchez et l'environnementalisme de gauche dans la Rioja, La crainte des régionalistes d'une victoire de la droite qui a sauvé le PSOE en Catalogne et au Pays basque, le conflit intergénérationnel entre une jeunesse qui a récompensé les socialistes et leurs réformes du travail et une génération plus âgée qui a principalement voté pour le centre-droit. Les deux leaders ont voulu faire de l'élection un véritable derby entre eux et, d'une certaine manière, ils y sont parvenus en l'emportant nettement sur les composantes radicales, respectivement la gauche de Sumar et la droite nationaliste de Vox.

Si l'on veut donner une perspective européenne au vote espagnol, on peut difficilement, avec le recul, le considérer comme un référendum susceptible de dire si le virage à droite de l'Europe s'est consolidé ou si une gauche moderne a encore la possibilité de jouer ses cartes. Certes, on a l'impression que la large coalition du deuxième gouvernement Sanchez est peut-être vouée à l'échec. Mais il n'y a pas de majorité alternative et le risque d'un Parlement-Vietnam est susceptible d'amener le modèle actuel de Strasbourg à Madrid, et non l'inverse.

Cependant, plusieurs interprétations peuvent être données sur le poids européen de ce vote. Tout d'abord, les élections espagnoles sont apparues comme les plus idéologisées depuis des décennies. Et une volonté croissante de lier la vision de l'avenir des grands partis à des systèmes de valeurs précis s'est manifestée. Sans aucune ambiguïté. D'une certaine manière, cela contribue certainement à clarifier la vision politique des partis en présence, mais cela ouvre aussi la perspective d'une confrontation brutale. Comme celle qui est destinée à s'ouvrir sur des positions idéologiques différentes au sein même du prochain parlement européen. Et si l'on peut dire que la gauche espagnole est beaucoup plus radicale que celle de l'Allemagne, de l'Italie, de la France et d'autres pays, dans le même temps, les Populaires espagnols se consolident comme l'emblème de la formation conservatrice typique en Europe. Ainsi, Sanchez et Feijoo dirigent des partis qui sont destinés à jouer un rôle prédominant dans les futurs accords de coalition de l'UE, caractérisant leurs Euro-groupes respectifs.

imelespj23age.jpg

Deuxièmement, un thème fondamental est apparu: dans cette nouvelle bipolarité, ce sont les formations traditionnelles qui peuvent encore avoir les cartes en main. En d'autres termes, la vague de protestation populiste et souverainiste, qui s'est manifestée en Espagne tant à droite qu'à gauche avec la montée de nouvelles coalitions, a été progressivement réabsorbée par les centres de pouvoir traditionnels. Cela consolide ce qui s'est déjà produit dans d'autres pays, en éloignant les formations majoritaires du centre. Mais en même temps, précisément en raison de leur différence de taille politique, cela renforce le rôle potentiellement décisif des radicaux. Sumar et Vox n'ont plus le consensus qu'ils avaient autrefois, mais ils restent indispensables aux principaux alliés. Ainsi, si l'on regarde l'Europe, on peut imaginer un contexte dans lequel les Populaires et les Socialistes, bien qu'alignés sur des positions plus radicales, devront nécessairement rallier les autres groupes de l'espace européen à leur cause pour compléter la majorité au sein du futur Parlement de l'UE. Si l'on regarde l'Italie, cela ne peut que suggérer ceci: un rôle décisif pourrait être joué par l'exécutif de Giorgia Meloni dans un contexte où, par ailleurs, Fratelli d'Italia est de plus en plus majoritaire parmi les conservateurs européens, peut-être aussi en raison de l'échec de Vox lors de ce vote.

Le troisième point est lié à la dynamique de la présidence espagnole de l'Union européenne. Celle-ci se montre potentiellement capable de paralysie décisionnelle au moment où Madrid devra prendre en charge la question des priorités à donner à l'Europe. Dans cette optique, un trou peut accentuer les différences entre les camps. Par exemple, l'Espagne partage avec l'Italie l'idée d'accélérer la réforme du Pacte de stabilité dans un sens anti-régime. Mais entre les Socialistes et les Populaires, les différences sont considérables sur le sujet des réformes, allant des maisons vertes à la réforme de l'immigration, la Gauche se concentrant surtout sur la transition énergétique et les Populaires sur le sujet d'une Europe plus sûre sur le plan politique et sur le plan des valeurs. Le Vietnam espagnol au Parlement peut-il nuire au processus décisionnel de l'Europe à la fin de l'année 2023 ? Difficile à dire. Ce qui est certain, c'est que même en Espagne, la politique, avec ses confrontations d'idées et de valeurs, est de retour. Et dans une Europe où les impulsions technocratiques de Bruxelles sont de plus en plus indigestes, c'est un nouveau signal à ne pas sous-estimer.

dimanche, 06 août 2023

Entretien avec Manuel Quesada sur les élections nationales en Espagne (2023)

DSC00169-1-1024x683.jpg

Entretien avec Manuel Quesada sur les élections nationales en Espagne (2023)

Propos recueillis par le diplomate et écrivain croate Tomislav Sunic (1)

Cher Manuel, merci d'avoir accepté l'interview que je souhaite réaliser avec vous sur les prochaines élections générales en Espagne; en guise d'introduction, pourriez-vous me donner quelques brèves références sur VOX et le PP dans le cadre des prochaines élections ? Sont-ils dans le juste ou dans le faux ou veulent-ils vraiment jouer une carte véritablement nationaliste ? Qu'en est-il des autres groupes nationalistes de droite ? des franquistes ? et de la Catalogne ? Donnez-moi une idée des flots d'immigrants en Espagne aujourd'hui... Quelle est la position de VOX sur le "grand remplacement" ?

Cher Tom, merci beaucoup de m'avoir accordé cette interview pour vous informer sur la situation politique actuelle en Espagne. Si vous le souhaitez, et en guise d'introduction, je vais vous expliquer la situation en plusieurs parties pour ne pas faire un long texte et répondre ainsi aux questions que vous avez soulevées :

    - VOX et le PP ne sont pas de véritables alternatives nationalistes. Le PP est un parti de droite libéral mondialiste, VOX est une scission du PP et est un parti de droite ultra-libéral et il est aussi le parti le plus atlantiste d'Espagne, se positionnant en faveur de l'immigration des indigènes (sud)américains, en termes d'immigration il ne s'oppose qu'à l'Islam, mais avec sa politique d'immigration amérindienne il promeut le grand remplacement. Santiago Abascal, président de VOX, a déclaré publiquement: "Je ne crois pas que les races existent".

    - VOX défend des positions réactionnaires et libérales-conservatrices dans le style du thatchérisme.

    - Les partis nationalistes classiques en Espagne, tels que Falange, Democracia Nacional, Pueblo (ancien MSR), España 2000, Hacer Nación..., ne totaliseraient pas 15.000 voix dans le meilleur des cas lors des prochaines élections et encore, à condition qu'ils se présentaient tous.

    - Les votes franquistes sont actuellement recueillis par VOX, qui tient un discours très patriotique. En ce sens, ils ont réussi à canaliser le vote de l'extrême droite espagnole.

    - La croissance de l'immigration musulmane en Espagne au cours des dernières décennies a été très importante. Jusqu'en 1996, le pourcentage d'immigration en Espagne était pratiquement nul. Le gouvernement du PP au temps d'Aznar a ouvert les portes à l'immigration et aujourd'hui, selon les derniers chiffres de l'ONU, il y a environ 7.000.000 d'immigrants en Espagne, soit 14,5 % de la population, sans tenir compte de toutes les nationalisations qui ont eu lieu au cours des dernières décennies, ainsi que de leurs enfants.

    - Lors des prochaines élections, il n'est pas certain que la droite (PP - VOX) soit en mesure de former un gouvernement, les élections inattendues convoquées par le premier ministre Sánchez servant de campagne électorale défensive en faveur des socialistes or il faut savoir que l'approche du PSOE est la suivante: "soit vous votez pour moi pour gouverner avec une majorité, soit l'extrême droite de VOX gouvernera avec le PP", essayant ainsi de mobiliser toutes les voix de la gauche des mécontents en leur faveur, tandis que le leader de l'opposition du PP, Feijó, joue un rôle similaire en essayant de prendre des voix à VOX pour tenter d'obtenir une majorité sans avoir besoin de conclure un pacte avec VOX. Les deux partis, le PP et le PSOE, recherchent le vote utile sur la base de la loi D'hont, revenant ainsi à la stratégie bipartisane. En ce moment, il y a beaucoup d'incertitude, et il n'est donc pas certain de savoir qui gagnera les prochaines élections. En tout cas, que le PSOE gagne avec le soutien des progressistes de SUMAR ou que le PP gagne avec le soutien de VOX ou de certains partis minoritaires tels le PNV, le CC ou l'UPN, ce qui est clair, c'est que le mondialisme et l'Agenda 2030 gagneront avec leur programme dictatorial et de substitution démographique.

    - Sur la question de la Catalogne, les partis nationalistes (JxC et ERC) se sont positionnés très largement en faveur de l'immigration de masse et à leur tour, ayant menti sur l'indépendance de la Catalogne, on s'attend à ce qu'ils subissent une baisse significative lors des prochaines élections.

    - La réalité est qu'en Espagne, il n'y a pas d'alternative nationaliste ou identitaire comme dans beaucoup d'autres pays européens, malheureusement.

IMG_20230530_083120_748-1024x684.jpg

Manuel Quesada avec des députés et des eurodéputés de Pologne, de Flandre, d'Allemagne, de République tchèque, de Roumanie et de Slovaquie, au sein du NÁRODNÁ RADA (Conseil national de la République slovaque), lors de la Conférence contre le mondialisme, Bratislava, Slovaquie, mai 2023.

VOX et le PP sont donc des partis de l'establishment, même si les grands médias étrangers les qualifient de "partis d'extrême droite". Qu'est-ce qui les rend si "extrêmes" pour le jargon débité habituellement par l'UE ?

Le PP fait partie du Parti populaire européen, un parti de droite libérale comme la CDU allemande, le parti emblématique de l'establishment. VOX est qualifié de nationaliste et d'extrême droite pour trois raisons: sa position contre l'idéologie woke, sa position contre l'Islam et son patriotisme catholique, en outre, il se positionne contre l'Agenda 2030 soi-disant sur les questions de migration et de climat, mais la réalité est qu'il a un discours qui se contredit manifestement, puisqu'il est vraiment le parti le plus pro-immigration en Espagne, puisqu'il fait allusion à l'appel lancé à tous les peuples amérindiens pour qu'ils viennent repeupler ce que l'on appelle l'Espagne vide (les régions de Castilla y León, de Castilla la Mancha et de l'Estrémadure), les partis de l'establishment encouragent l'immigration mais ne lancent pas d'appel public à la venue d'immigrants, ce que fait uniquement VOX. On pourrait dire qu'il a un discours ambigu, il parle d'une certaine manière à ses électeurs dans les médias et promeut une autre série de politiques contraires à ce qu'il essaie de vendre, et le plus curieux, c'est qu'il ne se cache pas derrière ce discours ambigu. L'autre parti qui a le plus promu l'immigration de masse en Espagne dans le style de VOX est PODEMOS.

Qu'est-ce qui rend VOX et le PP populaires aujourd'hui et pourquoi semblent-ils gagner les élections en Espagne ?

C'est simple, le gouvernement du PSOE avec PODEMOS et le soutien de partis nationalistes comme ERC et pro-Etharras comme BILDU ont généré un climat d'instabilité politique, économique et sociale sans précédent dans l'histoire récente de notre pays. D'autre part, en Espagne, on ne vote pas pour le parti que l'on aime le plus, on vote contre le parti que l'on aime le moins, dès lors la façon de punir le PSOE et le PODEMOS est de voter pour le PP et VOX. Il est vrai que VOX est aussi un nouveau parti et qu'il a réussi à capter les votes de la classe ouvrière que PODEMOS et le PSOE n'ont pas pu conserver. Le discours migratoire aide VOX dans ce sens. Malgré cela, il est à prévoir qu'aux prochaines élections, VOX obtiendra moins de voix que la dernière fois et que ces voix iront au PP.

Qu'en est-il de sa politique anti-LGTB et de sa critique de l'islam ?

Je pense avoir déjà répondu à cette question. VOX fait une bonne critique de l'idéologie de la guerre et sa position contre l'idéologie du genre est bonne. Leur critique de l'Islam est bonne, mais ce n'est qu'un écran de fumée pour promouvoir l'immigration amérindienne. Gardez à l'esprit que les problèmes avec les gangs latinos en Espagne ne cessent d'augmenter, en particulier dans la Communauté de Madrid, et VOX fait campagne pour qu'ils viennent en plus grand nombre.

En ce qui concerne le PP, il est pro-LGBTBI et est le parti politique espagnol qui compte le plus grand nombre d'affiliés homosexuels. Quant à l'islam, il ne le considère pas comme un problème.

Il convient de noter qu'actuellement, la communauté autonome qui connaît la plus forte immigration musulmane est la Catalogne, où il existe des villages où la population autochtone est inférieure en nombre par rapport à la population musulmane.

Quelle est leur position sur la nouvelle droite, sur la Phalange et sur l'héritage de Franco?

VOX et PP ignorent complètement les approches de la Nouvelle Droite européenne, qu'ils considèrent comme païenne et européiste. VOX, quant à lui, maintient un nationalisme espagnol ouvert aux éléments hispano-américains et est par ailleurs totalement anti-européen.

L'extrême droite classique en Espagne est inexistante dans le paysage politique actuel, elle est désormais limitée à des groupes d'amis qui se réunissent pour manifester, organiser des événements culturels et des conférences.

L'héritage de Franco a été trahi dans les années 70 et 80 et a donné naissance au PP et à VOX.

VOX a-t-il des contacts avec l'AfD allemande, le RN français ou le VB flamand ?

Je sais qu'il y a eu des réunions entre des membres des partis européens inscrits dans les groupes ID et ECR, y compris VOX, mais les lignes programmatiques et idéologiques sont opposées, de sorte qu'il n'y a pas de relation directe entre les partis susmentionnés, à l'exception de réunions occasionnelles qui ont bien eu lieu. Le RN de Marine Le Pen est toujours accusé d'avoir des lignes bien profilées en politique sociale alors que VOX maintient une position ultra-libérale, et le RN est également considéré comme pro-russe alors que VOX est ouvertement pro-américain. Avec l'AfD, ils n'ont pas de contact direct et les considèrent comme très radicaux, quant au VB, ils les ont attaqués parce qu'ils étaient en faveur de la cause catalane.

Font-ils des pèlerinages de mea culpa à Yad Vashem ?

Les deux partis, PP et VOX, sont ouvertement pro-sionistes et pro-israéliens, avec des candidats juifs bien placés dans leurs rangs. Des membres éminents de VOX comme Rocío Monasterio appartiennent à des associations d'amitié avec Israël, sans aller plus loin, VOX, par exemple, a Maxo Benalal comme député pour les îles Baléares, qui est le numéro 2 dans la communauté juive espagnole.

Le PP est également sioniste, les lois les plus favorables à Israël et celles condamnant l'antisémitisme, qui ont été élaborées en Espagne, l'ont toujours été par des gouvernements du PP.

Quelle est leur position sur les conflits russo-ukrainiens et sur les autres partis nationalistes "extrémistes" de l'UE ?

Les deux partis défendent une position atlantiste et anti-russe.

Quelle est la position de VOX sur le conflit entre le Maroc et l'Algérie au sujet du Sahara occidental - compte tenu du grand nombre de Marocains en Espagne ?

Sur ce point, VOX ne prend pas position, il parle seulement d'essayer d'inverser la politique de Sánchez à l'égard de l'Algérie et du Maroc pour tenter de sauver le gazoduc algérien.

Pourquoi VOX compte-t-il des Noirs et des métis dans ses rangs ?

Parce que c'est un parti qui ne reconnaît pas l'existence des races. Son nationalisme est favorable aux hispano-américains et est  philosophiquement universaliste, il considère que toute personne ayant historiquement appartenu à un territoire espagnol, à l'empire espagnol, est espagnole. Par conséquent, la Guinée, ainsi que les régions d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud où il y a des métis, des noirs et des indigènes ou des Amérindiens, ils les considèrent comme "espagnols". Non seulement dans leurs noyaux locaux de base il y a des noirs, des métis ou des Amérindiens, mais le candidat à la Généralité de Catalogne est un Guinéen mulâtre et comme je vous l'ai montré sur les photos, ils ont de nombreux candidats aux mairies qui sont noirs, métis ou indigènes américains.

Quel genre d'homme est Abascal? Est-il un vrai patriote ou un simple clown?

Ce n'est pas un clown, c'est le leader d'un parti espagnol qui pense ainsi, c'est un intégrationniste, un hispano-américaniste, un patriote dans son propre style de patriotisme et qui défend une identité basée sur un sentiment et non sur une réalité ethnico-culturelle, un anti-européen et un atlantiste, un anti-islamiste et un pro-immigrationniste culturel, un anti-ethnique qui ne voit pas d'inconvénient à ce que l'Espagne devienne un amalgame d'ethnies indigènes tant qu'elles parlent espagnol et sont culturellement catholiques. Il défend un nationalisme profondément centraliste et jacobin qui tente d'éliminer par tous les moyens les expressions culturelles et historiques de la Catalogne, du Pays basque et de la Galice, ainsi que leurs langues.

[1] Cette interview a été diffusée le 16/07/2023 par l'intervieweur Tomislav Sunic sur la télévision croate HTV4.

IMG861-1024x768.jpg

Tomislav Sunic et Manuel Quesada lors de leur première rencontre à Londres, 2012.

mercredi, 26 juillet 2023

Espagne : élections 2023. Pourquoi la droite n'a-t-elle pas gagné ?

e7d0b0f7e2bdf494e28aba7e5d7b1a20.jpg

Espagne: élections 2023. Pourquoi la droite n'a-t-elle pas gagné?

Enric Ravello Barber

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2023/07/espana-elecciones-2023-por-que-no-ha.html

La nuit des élections locales et régionales en Espagne a donné de bons résultats à la droite, en particulier au PP, ainsi qu'à VOX, qui partait de bas et dont le saut qualitatif était évident.

Les médias européens ont parlé d'un avant-goût de ce qui se passerait lors des prochaines élections générales, et la droite a commencé à se réjouir des résultats. L'apparition de Pedro Sánchez à la télévision a soudainement coupé court à toute célébration, le président du gouvernement et secrétaire général du PSOE, un parti qui a été clairement battu dans cette élection - pires encore étaient les résultats de son partenaire gouvernemental PODEMOS - a annoncé la dissolution immédiate des Cortes et la convocation d'élections générales pour la date la plus proche que le calendrier permettait : le 23 juillet.

Cette date était très inhabituelle en Espagne, où un week-end à la fin du mois de juillet correspond aux vacances d'été et où les habitants des grandes villes ont tendance à quitter leur lieu de résidence habituel.

Sánchez, égocentrique machiavélique - avec la charge négative et positive du terme - et joueur d'échecs froid, a résolu plusieurs problèmes à la fois :

Il a évité les critiques internes à son parti pour les mauvais résultats.

Il a profité de la mauvaise situation de PODEMOS pour forcer son inclusion dans SUMAR, un nouveau parti de gauche beaucoup plus docile envers le PSOE, et aussi pour agglutiner le vote de gauche au sein du PSOE.

Et surtout, il a forcé la mise en place des pactes régionaux PP-VOX peu de temps avant les élections. Il a ainsi obtenu l'image qu'il souhaitait pour la campagne : "Le PP et VOX sont une seule et même meute", et a appelé à la mobilisation pour mettre un terme à leur ascension.

fotonoticia_20230723224759-3071570259_9999.jpg

Résultats des élections générales du 23 juillet 2023, statistiques, données et graphiques

Feijóo, qui ne manque pas de vision stratégique, autorisait les pactes régionaux entre le PP et VOX avec toutefois une certaine réticence, mais en sachant qu'il n'y avait pas d'alternative. Logiquement, la relation PP-VOX s'en est trouvée érodée.

Les sondages indiquaient toujours une majorité absolue pour le PP-VOX, le seul doute, qui subsistait, était de savoir quel serait le poids de VOX au Congrès et donc s'il exigerait ou non de faire partie du gouvernement.

Dans ce contexte, VOX a présenté son programme électoral, un parti qui parle de moins en moins d'immigration et qui encourage avec insistance l'immigration hispano-américaine, en basant son programme - comme il est logique - sur ce qui est son point fondateur et essentiel : la recentralisation de l'Espagne. Les mesures qu'il propose sont d'une ampleur considérable : recentralisation de l'éducation, c'est-à-dire suppression des compétences des gouvernements basque et catalan en matière d'éducation, suppression de l'Erzaintza (police basque) et des Mossos (police catalane) pour redéployer la police espagnole. Ces mesures sont totalement déconnectées de la réalité, irréalisables et pourraient susciter une réaction des Catalans et des Basques d'une ampleur difficilement prévisible.

Quelques jours plus tard, Feijóo a déclaré que VOX était un partenaire inconfortable, provoquant des tensions inutiles; en même temps, il a demandé au PSOE de le laisser gouverner si le PP était le parti engrangeant le plus de voix, afin d'éviter de devoir dépendre de VOX.

Les sondages continuent de donner la victoire à la droite - il est encore difficile de parler d'un ensemble PP-VOX - mais la gauche progresse.

Le jour de l'élection, les résultats montrent une situation à laquelle peu s'attendaient. Le PP et VOX n'ont pas la majorité absolue. Le PP est devenu le parti ayant récolté le plus de voix en Espagne et a obtenu 136 députés ; VOX a chuté de 3 % et a perdu 19 des 52 députés qu'il avait.

Le plus dramatique pour le PP est que, étant le parti le plus doté en voix, il n'avait personne avec qui négocier. Pourquoi ? Parce que les deux partis possibles: JxC (centre catalan) et PNV (centre-droit basque) ne le feraient jamais tant que le PP serait en contact avec VOX et son objectif de vider les régions autonomes de leur contenu et de supprimer le système éducatif basque et catalan. Le PP était bloqué.

Et maintenant ?

La situation est compliquée et il n'y a pas d'issue facile à court terme.

Feijóo (PP), le candidat du parti disposant du plus grand nombre de voix - sachant que VOX doit voter pour lui sans condition - a appelé le PNV à négocier, la réponse des Basques a été catégorique: ils refusent toute négociation. Il est vraiment frappant que Feijóo puisse penser que le PNV va soutenir un candidat allié à quelqu'un qui a l'intention de détruire l'autonomie basque.

Après le refus du PNV, il fait appel à "quelques députés" du PSOE pour qu'ils votent en faveur de son investiture. Curieusement, VOX se dit prêt à soutenir cette option, c'est-à-dire à joindre ses voix à celles des "transfuges" du PSOE, parti qu'il a accusé d'être tout simplement criminel et complice de la branche politique de l'ETA.

Sánchez a plus de possibilités de pactes, mais il a besoin du vote indispensable d'au moins trois députés de JxC, le parti dirigé par Puigdemont depuis son exil à Bruxelles. Il est difficile de prévoir ce que Puigdemont - normalement très éloigné de la sagesse politique - pourrait demander. Mais il est encore plus difficile de savoir si tous ses députés le suivront - car ils sont beaucoup plus "pragmatiques", pour ne pas dire plus.  Accepteront-ils de donner leur voix à Sánchez?

Nous suivrons de près les négociations et les sondages qui seront publiés sur l'évolution du vote. Le site Electomanía - qui a été assez précis dans ses prévisions - publie le premier aujourd'hui, annonçant une hausse du PSOE - qui dépasserait le PP - et de SUMAR, et une baisse du PP et de VOX.

Comprendre et assumer le pays que l'on veut gouverner est la première condition pour pouvoir le faire.

samedi, 20 mai 2023

Mondialisme ou souveraineté

e62a7c6c0ca0667602fb89c4c158b033.jpg

Mondialisme ou souveraineté

Carlos Javier Blanco

Source: https://www.aporrea.org/ideologia/a321713.html

Tous les pays d'Europe occidentale sont pris dans la toile mondialiste. Depuis 1945, date de l'occupation américaine, les pays de cette partie du monde, dont fait partie l'Espagne, perdent de plus en plus d'autonomie dans leurs décisions régaliennes, qu'il s'agisse de défense et de sécurité collective, de planification économique ou de souveraineté territoriale.

Toute tentative de création d'une armée européenne réellement autonome (pas nécessairement détachée de l'OTAN) a été systématiquement entravée par le Pentagone. Tout virage électoral dans les pays d'Europe, visant à s'émanciper de la main de fer de l'OTAN, est, aujourd'hui et depuis toujours, étroitement surveillé et contrôlé. Le maître de l'OTAN, le financier du réseau (près des trois quarts de son financement sont américains) ne laissera pas tranquille un hypothétique gouvernement européen qui, dans l'exercice de son autodétermination et de sa souveraineté, proposerait de quitter l'organisation atlantiste ou, au moins, de renégocier son statut.

L'expression "laisser seul" est trop légère. Le fait est qu'une telle situation est impensable, qu'elle ne sera jamais atteinte tant que c'est l'enchevêtrement médiatique et financier mondialiste qui décidera de qui pourra se placer sur la grille de départ électorale du pays. C'est ce réseau opaque d'intérêts économiques (fondations privées, groupes d'investissement, ONG et emporiums médiatiques, etc.) qui va promouvoir les candidats les plus fidèles à l'atlantisme, ceux que l'on soupçonne le moins d'être frondeurs ou d'avoir un "agenda caché" quant à la souveraineté européenne.

Bien entendu, aucun des candidats et des formations électorales susceptibles de conditionner la vie publique dans les pays colonisés par les Américains n'est suspecté d'avoir un tel agenda. En fait, ceux qui sont "éligibles" sont déjà là, sur la grille de départ électorale, parce que la toile de l'argent mondial en a déjà décidé ainsi.

mfutizqaxresdefault.jpg

Le slogan pour cette élection et toutes les suivantes doit être très clair de notre part : le mondialisme oui, ou le mondialisme non. Il est clair que la distinction entre "gauche" et "droite" est devenue obsolète à la lumière des événements actuels. Il existe une gauche otaniste, qui, sur le plan intellectuel, est représentée par un ancien mentor du parti espagnol "Podemos" et par le site web de gauche rebelión.org. Il s'agit de Santiago Alba Rico. Ceci, tant sur le plan intellectuel que sur le plan public. Au niveau des organisations politiques en lice pour les élections, il est clair que Podemos et ses différentes mutations, franchises et reconversions (Sumar, Más País, Compromís, divers nationalistes régionaux, etc.), sont tous des partis clairement otanistes, qui soutiennent Sánchez dans le gouvernement de Moncloa. Ils soutiennent l'un des gouvernements les plus "fans" de Zelensky, les plus bellicistes et les plus exaltés des "mariachis" membres de l'OTAN. Si cette fausse gauche, plus préoccupée par les droits des minorités sexuelles que par ceux de la majorité des travailleurs, avait un minimum de décence et de réflexion géostratégique globale, elle aurait depuis longtemps fait pression sur Sánchez afin de contrer son attitude belliciste et otaniste, en menaçant de retirer son soutien et, depuis l'extérieur du gouvernement, d'œuvrer en faveur de la paix en Ukraine. Mais non : ce sont des OTANistes honteux.

La droite espagnole (PP, VOX) ne mérite pas de mots, car son discours a toujours été otaniste, mondialiste, néolibéral. Elle se présente comme le parti "du changement", de "l'alternance". Lorsque l'aile gauche otaniste s'épuisera, l'aile droite - tout aussi otaniste - viendra renouveler la foi dans le système en dépit du "changement", la foi dans un monde parlementaire démolibéral qui, en fait, n'existe plus, qui n'est plus ancré dans le réel. Les combats de coqs dans les talk-shows et dans les parlements ont déjà perdu tout leur sens, et les gens sont dégoûtés de voir que la séparation des pouvoirs et la fameuse "volonté du peuple" ne correspondent à plus rien. Il s'agit de voter entre le Maître au masque bleu ou le même Maître au masque rouge. Le Maître sera toujours là : le gardien de l'Occident qui ne laissera jamais une brebis quitter le bercail.

Au-delà de la mascarade électorale, au-delà de la couleur rouge ou bleue avec laquelle le Maître de l'argent se déguise, il y a place pour l'action. Les peuples peuvent à nouveau s'organiser autour de canaux d'information gratuits, et en assemblées, où les agents de l'enchevêtrement mondialiste n'ont aucune influence. Lorsque ces canaux libres ne sont pas subventionnés, ne dépendent pas d'un financement extérieur ou de la publicité, et ont un nombre même modeste d'adeptes, alors la peur d'entrer en dissidence disparaît.

573f3manmon4733d458.jpg

81XHktkWKRL.jpg

000070550_1_Pedro_Banos_1_@Alberto_Ortega_2020_web_202011261218.jpg

91WTNoBWGHL.jpg

1562_captura-de-pantalla-2019-05-19-a-las-183232.png

714HjLTbvNL.jpg

Car il est vrai que la peur s'est installée. On assiste à une certaine forme de terrorisme médiatique qui se lance allègrement dans l'établissement de listes "noires", énumérant les partisans de la négociation avec la Russie, les personnes et les organisations favorables au neutralisme et au pacifisme, les géopolitologues tournés vers l'eurasisme plutôt que vers l'atlantisme... Ces voix, qui existent, sont harcelées, amoindries, vilipendées. Il s'agit d'intellectuels, d'experts ou d'écrivains d'orientations idéologiques diverses, mais unis dans leur critique du mondialisme et, ce qui va de pair, dans leur défense d'une vision souverainiste, selon des critères nationaux. En Espagne, nous avons, entre autres voix, celles de Manolo Monereo, Pedro Baños, Juan Antonio de Castro... Et je m'excuse à l'avance d'en omettre un bon nombre...

Dans ces voix antimondialistes, nous entendons le même message. L'État, le Royaume d'Espagne, doit reconsidérer énergiquement son adhésion aux organisations supranationales, en particulier sur les questions qui concernent directement la préservation (nous devrions maintenant parler de "récupération") de sa souveraineté. L'Espagne a perdu, de manière déchirante et dangereuse, d'importants pans de sa souveraineté, des pans et des marges auxquels elle a droit en vertu de son statut d'État. La perte de souveraineté, et l'étape finale de ce processus, la conversion d'un pays libre en colonie, est un crime lorsque les étapes décisives ont été franchies avec le consentement, la négligence et la collaboration active de ses élites dirigeantes. Et cette trahison est exactement celle qui a été consommée tout au long du régime de 1978, la prétendue démocratie formelle qui a succédé à Franco.

Les élites dirigeantes espagnoles, depuis 1974, mais de manière accélérée depuis le début du millénaire, ont mis en danger l'intégrité territoriale de l'État et la sécurité du peuple espagnol, en collusion avec les États-Unis et leurs alliés d'Europe occidentale. Quant à l'intégrité du territoire national, ils ont abandonné leurs responsabilités au Sahara occidental, ancienne province espagnole, cédée au Royaume du Maroc.

Ils ont également négocié secrètement la future cession des villes espagnoles d'Afrique du Nord, Ceuta et Melilla, ainsi que des îles Canaries. Dans un second temps, les élites politiques espagnoles sont entrées en contact avec des entités mondialistes, menées par des lobbies américains et européens, pour une éventuelle cession de la Catalogne aux mafias "républicaines" qui y sont présentes, ainsi que pour une reconfiguration "confédérale" de l'État afin que, dans leur nouvelle condition de taifas, ces nouvelles unités - petites et dépendantes - n'offrent aucun problème à la puissance prétendument monopolaire de l'Occident collectif. Ceci, territorialement parlant. Venons-en maintenant à la sécurité.

Dans le domaine de la sécurité nationale, il est clair que les peuples de la planète doivent être vigilants et détecter les trahisons de leurs élites dirigeantes. L'Espagne, avec le bellicisme de son gouvernement actuel, est impliquée jusqu'au cou dans la guerre en Ukraine, malgré son insignifiance militaire et sa capacité stratégique limitée au cours de cette guerre. Mais sa seule implication officielle - dans l'indifférence et l'ignorance des masses - la met en grave danger: nous sommes au bord de l'escalade nucléaire, et des conflits belliqueux, apparemment éloignés, deviennent des conflits de proximité en raison de la portée des armes modernes. Servir des munitions au "démocrate" Zelensky et servir de plate-forme aux agressions des Yankees, c'est déjà placer l'ensemble du peuple espagnol sous la menace d'une riposte militaire russe. Le comportement irresponsable de Sánchez, de son parti et des "mariachis" de la gauche otaniste (rappelez-vous toujours que "Unidas-Podemos" sont les alliés et les co-gouvernants avec Sánchez) devrait avoir des conséquences criminelles. L'Espagne est entrée en guerre sans que le Parlement en ait décidé ainsi, sans que le peuple ait été consulté. Elle est entrée dans une guerre qui ne coïncide en rien avec ses intérêts défensifs, des intérêts qui se trouvent ailleurs. Au sud.

Il devrait y avoir des conséquences pénales si nos élites consentent à l'invasion intermittente de notre intégrité territoriale, avec des pénétrations massives telles que celles subies par nos villes d'Afrique du Nord, des villes qui - rappelons-le - sont aussi l'Espagne. Que l'Espagne se laisse envahir, par inaction ou collusion de nos élites avec les élites marocaines, est une question d'une extrême gravité, à laquelle l'OTAN n'offrira ni parapluie, ni parapet, ni aide, ni même un soutien logistique discret. Au contraire: entre un "allié" faible et insignifiant, partenaire de l'OTAN comme l'Espagne, et un allié doté d'une capacité de commandement et de contrôle entre les deux mers (l'Atlantique et la Méditerranée), qui domine de l'Andalousie (où se trouvent des centaines de milliers de sujets du sultan maghrébin) au Sahel, qui préfèrera-t-il ? Le Maroc, évidemment.

Il est temps de choisir : le mondialisme ou la souveraineté. Il y a beaucoup à faire pour construire le souverainisme espagnol. Cela commence par faire cause commune avec tous les peuples libres qui résistent à l'impérialisme américain. Nous mettons de côté les différences idéologiques mineures et obsolètes et optons pour une puissante réindustrialisation nationale: un processus d'Insubordination fondatrice (selon les termes forgés par Marcelo Gullo). Ensuite viendra la protection de la production nationale et le désengagement de l'OTAN et de l'UE, l'Espagne jouant son rôle dans la construction d'une autre Europe, souveraine, et d'une Amérique latine unie et prospère.

mercredi, 10 mai 2023

La fatwa contre Fusaro

915bb40c46dc6d3e5ec58448b1e65dd7.jpg

La fatwa contre Fusaro

Par Carlos X. Blanco

Source: https://ntvespana.com/06/05/2023/la-fatwa-contra-fusaro-por-carlos-x-blanco/

A Barcelone, plusieurs muftis ou oulémas de la gauche "radicale" ont pris leur décision. Fusaro doit être "canceld", éliminé de l'horizon ("fatwa"). Et avec cette élimination, par voie de conséquence, tous ceux qui éditent, traduisent, commentent, étudient, diffusent et disent "bonjour" au penseur italien.

La gauche espagnole a réussi, après la mort de Franco, à associer deux concepts dans l'esprit des masses, comme s'ils étaient nécessairement soudés: "censure" et "franquisme". Il est évident pour tout lecteur versé dans les sciences politiques que la censure est inextricablement liée au pouvoir, même au pouvoir démo-libéral. Penser l'Etat et le réalisme politique sans une théorie et une pratique de la censure, c'est vivre dans un monde irréel, dans une utopie infantile. Il y a toujours censure s'il y a pouvoir, s'il y a État, quel que soit son signe. Ce qui est décisif, c'est qui l'exerce, sur quels sujets, de quelle manière et par quels moyens, dans quelle mesure et sur quelles questions. Récemment, le philosophe russe Alexandre Douguine a publié une réflexion intéressante sur la censure et sa portée ontologique.

La portée ontologique de la censure n'est pas un sujet qui plaît aux libéraux, qu'ils soient de gauche ou de droite, mais le traditionaliste russe touche les plaies, et sait très bien où ses plaies s'ouvrent et où les contradictions s'enveniment : chaque jour, le libéralisme global et omniprésent nous les montre.

83429bb86c74904eb2bc5d8a5ad14a9d.jpg

Le fait est évident. Il n'y a pas que Franco, il n'y a pas que le "fascisme" : la deuxième République espagnole a aussi été un censeur. Tout régime, qu'il s'agisse d'un régime démolisseur ou d'un régime autoproclamé "socialiste", "communiste", "démocratique-populaire", était un régime de censure. La censure fait partie des pouvoirs que se réserve un Etat, et le "droit à une information libre et véridique" doit toujours côtoyer les pouvoirs - légaux et autres - que se réserve un pouvoir pour se perpétuer et se défendre ou défendre des valeurs suprêmes. Certains de ces pouvoirs peuvent être parfaitement constitutionnels (ordre public, prévention de la trahison, unité nationale, protection des secrets d'État). Être censeur dans l'intérêt politique suprême et avoir besoin d'une "censure juste" est un prius, une donnée essentielle du réalisme politique. Peu importe que l'on soit de gauche ou de droite. Les choses doivent toujours être vues "en lutte" et sans utopie.

Les partis, les journaux, les entités - publiques ou privées - qui "gèrent une coterie", c'est-à-dire un groupe de personnes dans lequel - tel est l'homme - il n'y a pas et il ne peut pas y avoir d'uniformité, censurent également. Il y a aussi l'autocensure, et d'autres pratiques qui se glissent entre la circonspection, la conspiration du silence, le "ninguneo", etc. En parlant de cette autre censure, une censure non étatique, je dois parler de la récente "affaire Fusaro".

Elle s'est produite cette semaine. Une maison d'édition de gauche "de toujours", El Viejo Topo, marxiste à part entière, a été interdite (ou censurée) lors d'une foire du livre à Barcelone. Il semble que cette foire s'appelle "Literal" et qu'elle soit fréquentée par au moins une centaine d'éditeurs "spécialisés dans la pensée radicale". Elle prétend être une foire non seulement de livres, mais aussi d'"idées". El Viejo Topo, selon son directeur Miguel Riera dans un communiqué de presse, s'est vu opposer un veto soudain par un appel téléphonique. La raison ? L'éditeur a publié des livres du philosophe italien Diego Fusaro.

Je me sens obligé d'écrire ces lignes. J'ai une opinion sur le veto de la "Fira Literal", non pas parce que je sais quelque chose à leur sujet, mais à cause des victimes de la censure ou du veto, dont je me sens très proche. J'ai collaboré avec Fusaro à de nombreuses reprises. La dernière fois, j'ai édité et préfacé le livre de ses éditeurs SND "Karl Marx et l'esclavage".

viejo_topo_el.jpg

1509094957.0.x.jpg

portadas-356-septiembre.jpg

J'ai également collaboré avec El Viejo Topo, dans la revue duquel certains de mes articles ont été publiés. Je dois surtout exprimer ma solidarité avec cette maison d'édition, que j'apprécie, ainsi qu'avec Diego Fusaro, avec qui je suis uni par l'affection et l'admiration.

Il ne s'agit pas d'une censure de l'Etat, dans l'intérêt de la survie du Pouvoir, de l'Ordre Public, de l'intégrité nationale, etc. C'est la censure de quelques misérables tâcherons, incapables de reconnaître où se trouve le vrai radicalisme.

Le vrai radicalisme ne réside pas en quelques farceurs qui organisent une foire du livre, mais dans un philosophe à l'œuvre très vaste (malgré son jeune âge) qui connaît Marx comme très peu de gens dans le monde le connaissent aujourd'hui. C'est pourquoi j'ai travaillé à l'édition de son dernier livre, en collaboration avec SND, une maison d'édition qui sait reconnaître la "racine" (et le radical vient de la racine) des maux du monde moderne, et qui a un grand flair pour repérer un grand penseur et publier l'une de ses œuvres. Fusaro est un grand penseur, et sa très large projection rappelle à tous ces faux "radicaux" ce qu'ils sont vraiment. Une gauche au service du Grand Capital, au service du Nouvel Ordre Mondial. Les gardiens du système, voilà ce qu'ils sont. Un système néolibéral qui repose sur deux piliers, les néolibéraux de l'argent et de la droite, et les gauchistes néolibéraux de l'"empowerment", du séparatisme et de la culture de l'annulation.

Ils essaient d'annuler Fusaro et ce qu'ils obtiennent, à proprement parler, c'est l'auto-annulation. Ils s'enferment dans la négation de leurs propres discours, qui promettaient d'être si émancipateurs: étant si antifascistes, ils distillent eux-mêmes, chaque jour davantage, un totalitarisme nu et honteux. Ils sont les censeurs à la solde du Système, ses garçons de course. Ils font un sale boulot pour pas cher: laver la face d'une pseudo-démocratie et d'une ploutocratie. Bientôt, une forte pluie balaiera cette poussière de nullités. Dans les poubelles de l'histoire, la poussière que sont ces "radicaux" se déposera à jamais. Mais Fusaro, et les courageux éditeurs qui diffusent ses livres, brilleront toujours au milieu de cette poussière d'insignifiance et de cette crasse pseudo-idéologique.

15:47 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, censure, espagne, el viejo topo, diego fusaro | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

lundi, 08 mai 2023

La gauche otaniste

st,small,507x507-pad,600x600,f8f8f8.jpg

La gauche otaniste

Carlos X. Blanco

L'OTAN est une organisation militaire dotée de nombreuses "ailes", extensions et franchises. Nous avons vu l'Union européenne se mettre à son service, surtout après l'intervention militaire spéciale de la Russie en Ukraine. Les meneurs et les fonctionnaires "pro-européens", même sans uniforme, se plient volontiers aux exigences du haut commandement, exécutent les ordres - très obligeamment - et se tiennent à la disposition de Washington. Josep Borrell est déjà un "général civil", un porte-parole du bellicisme américain, un homme "pentagonal" et otaniste.

Une "aile" de l'OTAN dont on parle moins est la gauche révisionniste (représentée en Espagne par Podemos, Más País et la nouvelle entité "Sumar"). Il est tout à fait possible de parler désormais d'une gauche otaniste. Il s'agit d'une gauche très répandue en Occident, et en particulier en Espagne, une gauche qui rejette ses origines idéologiques: "L'OTAN n'est pas faite pour desdébutants". Vous en souvenez-vous ? Moi, pour des raisons d'âge, je m'en souviens parfaitement. Je me souviens de l'arnaque du référendum. Il y avait, dans cette soi-disant "transition", une refus tranché et majoritaire au sein du peuple espagnol contre une organisation guerrière et belliciste dont la raison d'être et l'utilité pour la défense nationale étaient plus que discutables.

Avec une certaine dose de terrorisme médiatique et les manigances typiques du PSOE, l'Espagne a rejoint une telle organisation, signant des chèques en blanc et laissant son dos méridional à découvert : ce dos à découvert reste un danger, par lequel pénètrent les maux les plus nocifs pour l'Espagne: il a un nom. Il s'agit du Royaume du Maroc. L'OTAN a lavé le visage des Espagnols avec le soi-disant européanisme et a délivré un prétendu certificat d'occidentalisme: avec un visage lavé et une coiffure fraîchement peignée... mais avec l'arrière-train à découvert.

santiago_alba_.jpg

Les décennies passent et, au-delà du PSOE, dont la praxis néolibérale ne fait plus aucun doute, dans ce pays qui est le nôtre, si usé par les menteurs et les bonimenteurs, les "penseurs de la gauche otaniste" ont émergé. L'un d'entre eux, digne d'intérêt, est Santiago Alba (photo). Ce monsieur est l'un des fondateurs du site web rebelión.org, et l'inspirateur du parti politique Podemos depuis ses tout débuts.

Dans le quotidien Público [https://blogs.publico.es/dominiopublico/46548/no-a-la-otan-si-a-que/], Don Santiago s'étonne du fait qu'il puisse y avoir des gauchistes qui ne soutiennent pas l'OTAN. En tant que philosophe, il connaît le pouvoir de l'utilisation des mots, du choix des termes et de l'appropriation d'un "récit". Cet auteur représente parfaitement la gauche otaniste : cette étrange position de ceux qui affirment que le capitalisme est certes mauvais mais qu'il n'y a pas d'alternative à la puissance abusive et hégémonique de son gendarme, les Etats-Unis. Les gendarmes du monde ont créé l'OTAN, vient nous dire la gauche otaniste, et, ma foi, nous n'aimons pas beaucoup cette organisation. Mais quelle est l'alternative, l'"autocratie" de Poutine ? D'une manière ou d'une autre, Don Santiago parle ainsi.

Nous devons parler la langue du gendarme Biden, selon le conseil de M. Alba: ne parlons pas de "guerre en Ukraine", mais d'"invasion russe" (je cite M. Alba: "donner l'illusion que c'est l'Alliance qui assiège et menace les villes ukrainiennes"). L'article de M. Alba ne tient pas compte de l'ensemble du contexte - manifestement agressif - qui conduit l'OTAN à outrepasser ses compétences dans tous les sens du terme : au-delà des limites territoriales pour lesquelles elle a été conçue, au-delà de la limite stratégique de sécurité convenue avec la Russie il y a des années, au-delà des besoins défensifs des pays membres.... En dehors de la prudence et du bon sens. L'OTAN a déclaré la guerre à la Russie par procuration. Officiellement, l'OTAN aide un pays envahi. Le pays envahi, partie intégrante de la civilisation russe depuis des siècles, est cependant un territoire où l'Occident collectif a - précédemment - forcé un changement de régime, au profit des ultra-nationalistes et des nazis anti-russes, ce qui l'arrange bien pour compléter l'"encerclement" de la Russie.

Le langage de la gauche "correcte", alignée sur le gendarme mondial, M. Biden, et sur les autres "pentagonaux", doit insister sur la dénonciation de la volonté néo-impériale de Poutine. Santiago Alba a peur d'une volonté néo-impériale, celle de la "Troisième Rome" moscovite, et il s'est plutôt habitué à l'autre volonté d'empire, celle de Biden et du Pentagone. C'est celle devant laquelle l'auteur otaniste dit que nous devons nous incliner. C'est du moins celle que nous connaissons en Occident et qui nous guide. C'est aussi celui de la gauche. Alba demande : "Que fait la Russie, par exemple, en Syrie, au Mozambique, au Mali, en Libye, pour se défendre contre l'OTAN ?

Il s'avère que certains empires ont le droit d'être omniprésents. Mais les interventions ponctuelles d'autres empires, la Russie ou la Chine, doivent être immédiatement remises en cause. Faut-il chercher des chiffres pour comparer le nombre de porte-avions, de bases militaires dans le monde, de troupes déployées à l'étranger ? La différence est écrasante : les États-Unis l'emportent dans toutes les statistiques. C'est l'empire interventionniste et omniprésent : ils sont sur toutes les mers, sur tous les continents. La présence extérieure de la Russie, au-delà des pays satellites rattachés ou territorialement contigus à la Fédération, est rare, ponctuelle, limitée. De son côté, la présence militaire de la Chine, au-delà de la défense de ses eaux et frontières juridictionnelles, est très limitée. Dans cet article, Don Santiago maintient une équidistance inacceptable. Cette équidistance rappelle les années de plomb, des années où un camp tue et tire, et où l'autre tombe sous les coups en entendant, de la bouche de son propre bourreau, le refrain : "asseyons-nous et négocions !"

Don Santiago, avec sa gauche otaniste, condamne à mort toute une trajectoire idéologique d'opposition à l'empire yankee, de lutte contre le cadre agressif et belliciste de l'OTAN, de pacifisme conscient et réaliste, de défense active de la multipolarité, de lutte au nom des peuples, des nations qui ne veulent pas continuer à être des colonies des États-Unis ou les acolytes d'une armée omniprésente et génocidaire. Il ne s'agit pas d'aimer Poutine, ni d'adhérer à son "récit". Il s'agit pour nous de dénoncer clairement l'existence d'une gauche otaniste, l'une des "jambes" sur lesquelles repose l'empire du néolibéralisme.

mardi, 25 avril 2023

A gauche les musulmans, à droite le reste des immigrés

058c3342e6c0ced40fa60d5816bc133f.jpg

A gauche les musulmans, à droite le reste des immigrés

Enric Ravello Barber

Source: https://euro-sinergias.blogspot.com/2023/04/con-la-izquierda-los-musulmanes-con-la.html

Le 31 mars, la communauté islamique de Valence a célébré le Ramadan sur la place principale de la ville. Elle l'a fait en compagnie et avec la complicité du maire, Joan Ribó. Le 9 octobre 1238 est la date de l'entrée de Jaume Ier dans la capitale valencienne, ville qu'il a reconquise. Des siècles plus tard, les descendants des expulsés ont fait étalage de leur présence et sont montés en puissance avec l'implication, toute de soumission, de la plus haute autorité municipale, qui a déclaré avec une fierté incompréhensible : "Nous sommes la première ville européenne à célébrer un itfar".

riboo.jpg

Cette profanation coïncide avec la présentation par l'ERC - l'un des partis les plus islamo-soumis d'Europe - de candidats musulmans sur ses listes municipales pour lesquelles il fera campagne en arabe - et dans n'importe quelle langue extra-européenne qui sera nécessaire pour assurer la plus grande gloire de l'auto-humiliation et de la haine de soi, la marque de fabrique de cette formation politique détestable. Elles coïncident également avec la nomination à la tête du SNP (Scottish Nationalist Party, ils ont le culot de garder le nom) de Humza Yousaf, un musulman d'origine pakistanaise qui sort habituellement vêtu d'un kilt, qu'il a forcément usurpé, et qui a déclaré qu'"il y a trop de Blancs en Écosse".

Depuis les années 1970, la gauche est la porte d'entrée de l'invasion islamique en Europe. Elle le démontre chaque jour avec plus de force et d'insistance.

Non seulement la droite n'est pas une alternative, mais elle est le complément nécessaire à la stratégie mondialiste de remplacement démographique de la population européenne. La droite, comme toujours, triche pour cacher sa lâcheté et réduit le problème de l'immigration à l'islamisation et se fait le chantre de toutes les autres immigrations en provenance de n'importe quel endroit de la planète, pourvu qu'elles ne soient pas islamiques. Comme si les millions d'Indiens, de Noirs, de Zambiens ou d'Hindous n'étaient pas également des immigrés.

La droite espagnole a pleinement assumé le rôle de joueur de flûte de l'immigration amérindienne et caribéenne. Elle se bat férocement entre ses factions pour obtenir ces votes et devenir le principal "parti sudaca d'Espagne" (ndt: le terme "sudaca" désigne, sur un ton péjoratif, les Sud-Américains).  Coïncidant avec ce qui précède, le PP de Madrid a organisé un événement préélectoral au cours duquel les hauts responsables du parti à Madrid ont dansé au rythme d'un groupe de Reagetton, et l'ineffable Isabel Ayuso - la muse des imbéciles - a été photographiée avec la dame "pasteur" évangélique colombienne Yadira Maestra (photo, ci-dessous) "gagné à la cause du PP", selon ses propres termes.

maxymresdefault.jpg

Pendant ce temps, la candidate au poste de maire de Madrid, Villacís (photo, ci-dessous), s'est déguisée en rappeuse - casquette comprise - et s'est entourée d'un public mêlant les costumes folkloriques des Caraïbes au look des "maras" d'Amérique centrale, afin de "capter le vote dominicain". 

Driz3.jpg

De son côté, VOX, qui s'est prononcé à plusieurs reprises en faveur de l'immigration sud-américaine pour "repeupler" l'intérieur de l'Espagne et faire face à la dénatalité, a tenu une réunion à Barcelone avec des représentants des communautés sud-américaines (photo, ci-dessous) au cours de laquelle la représentation du parti a plaidé pour une "immigration contrôlée", c'est-à-dire pour la poursuite de l'accélération du processus de substitution démographique.

Driz6.jpg

A noter que le Parti conservateur britannique a le douteux honneur d'être le premier à avoir placé un non-blanc comme Premier ministre du Royaume-Uni, l'hindou Rishi Sunak, tandis que le Parti travailliste a le non moins douteux honneur d'avoir placé le premier non-blanc comme maire de Londres, Sadiq Khan.

Droite et gauche : deux discours complémentaires pour assurer la mort démographique de l'Europe.

dimanche, 19 février 2023

Joaquim Bochaca: laudatio funebris

IMG_4710.jpg

Joaquim Bochaca: laudatio funebris

Enric Ravello Barber

Source: https://www.enricravellobarber.eu/2023/02/joaquim-bochaca-laudatio-funebris.html#.Y--LXq2ZOUl

Le 16 décembre dernier, Joaquim Bochaca est décédé dans sa ville natale et bien-aimée, à Barcelone, à l'âge de 91 ans, après une vie intense. Maître d'une génération, Joaquim Bochaca est directement responsable de l'existence, aujourd'hui, d'un large courant de pensée sociale, nationale et européenne, issu du militantisme qui s'est formé idéologiquement grâce à son œuvre et à son travail au CEDADE. Diplômé en droit et en commerce et doté de vastes connaissances en histoire, il parlait couramment le catalan - sa langue maternelle - et l'espagnol, ainsi que l'italien, le français et l'anglais, à une époque où la connaissance des langues européennes était pratiquement inexistante.

Bochaca a travaillé dans le département international d'une entreprise, ce qui lui a permis de voyager et d'apprendre de première main la réalité de nombreux pays européens et de l'Afrique du Sud, un pays qu'il a visité assez fréquemment, ainsi que de la Nouvelle-Zélande, un pays sur lequel il a écrit le seul article publié en espagnol sur la colonisation blanche et l'héritage européen. Avec une agitation intellectuelle aiguë et motivante, son érudition et sa fine capacité d'analyse ont su transmettre la réalité du monde à ses lecteurs, et les tendances fixées par ce qu'il paraphrasait comme "le vent de l'histoire" se sont réalisées pratiquement à la lettre.

FTrAx-iWUAE_nbM.jpg

Infatigable combattant pour l'Europe, il a été un militant de la première heure du CEDADE, il a également été membre du NOE, et à la fin de sa vie, il a participé et promu Devenir Europeo, une organisation inspirée de l'ancien CEDADE, avec son camarade Ramón Bau.

Je me souviens qu'à l'âge de 12 ans, j'ai commencé à distribuer le magazine du CEDADE dans mon école, et c'est aussi à cette époque que le premier numéro a été mis en vente publique, alors j'ai acheté tous les numéros. Dès ce premier numéro, la première chose que j'ai faite a été de lire tout de suite les articles de Bochaca, c'étaient des articles d'histoire, qui me passionnaient.

71air47nv1L._AC_UF1000,1000_QL80_.jpg

Deux ans plus tard, j'ai rejoint l'organisation et c'est à ce moment-là que j'ai lu La historia de los vencidos, le livre qui m'a tout appris. En réalité, tout ce que j'ai lu par la suite dans le domaine idéologique et historique n'est qu'une extension de ce que j'ai appris dans le livre de Bochaca. C'est pourquoi des années plus tard, lorsque je l'ai rencontré personnellement, je lui ai dit et répété plusieurs fois: "Bochaca, tout ce que je sais, je le sais grâce à toi".

injbfpdex.jpgAvec son ouvrage La finanza y el poder (La finance et le pouvoir), Bochaca a fourni au public national-révolutionnaire des années 70 et 80 toutes les clés pour interpréter le monde d'aujourd'hui. Il a également été le fondateur du révisionnisme historique en langue espagnole avec son El Mito de los 6 millones (Le mythe des 6 millions) et il a mis au jour une réalité dramatique de la guerre qui restait cachée dans Los crímenes de los buenos (Les crimes des bons), dans lequel il explique l'infâme nature humaine des dirigeants des "puissances démocratiques".

Bochaca nous a appris comment fonctionnait le capitalisme, quel est le pouvoir de la finance dans un environnement politique - le nôtre - souvent dépourvu de connaissances réelles sur le fonctionnement économique et financier, dans ses livres L'énigme capitaliste, La crise : qui la provoque et qui en profite ?

Bochaca a traduit Imperium de Parker Yockey, comme un exemple de l'Européen en Amérique et comme une œuvre qui fait appel à la construction de l'Europe-Nation, un sujet qu'il considère comme vital. Dans ce sens, Bochaca a publié de nombreux articles pour défendre l'unité européenne, en tant que patrie de l'homo europeaus, dont je voudrais souligner celui publié dans le numéro monographique de CEDADE consacré à l'Europe, insistant toujours sur l'idée de l'Europe-Nation au-delà de ce qu'il appelait très justement les "nationalismes de clocher de village".

portada-democracia-show1.png

Avec le livre Democracia Show, Bochaca nous a fait rire par son érudition et son sens de l'humour toujours fin.

Homme d'une culture infinie, ses articles sur la musique et, surtout, sur la littérature européenne étaient fréquents dans toutes les publications auxquelles il participait, mais surtout dans Escritos Políticos, la magnifique revue qu'il dirigeait avec Jordi Mota.

9789567210299-uk.jpg

En 2004, Bochaca se rend au Chili, où il rencontre Miguel Serrano, et, entre les deux hommes, se développe une importante amitié, imprégnée d'admiration mutuelle. Le résultat de la visite de Bochaca au Chili a été la publication de son œuvre El descrédito de la Realidad o la dimensión de lo desconocido par la maison d'édition Cerro Manquehue de Santiago.

Bochaca, en tant que Catalan et qu'Européen, a toujours été un fervent défenseur de l'"Europe des ethnies" qui - comme il aimait à le rappeler - était "le but de guerre officiel du Troisième Reich". Fidèle à son idéologie et à sa qualité de Catalan, il s'est toujours rangé du côté des droits historiques de sa "patrie charnelle", comme l'appelait Saint-Loup, qu'il admirait.

Le prestige de Bochaca a dépassé les Pyrénées - ses œuvres ont été traduites dans plusieurs langues européennes, notamment en italien, où ses écrits ont été publiés.

The Barnes Review - Joaquin Bochaca.jpg

Mario Borghezio, député européen de la LEGA pendant dix-huit ans, me demandait toujours de saluer Bochaca en son nom et de lui exprimer son admiration. Borghezio répétait que ses deux références idéologiques étaient Jean Thriart et Joaquín Bochaca. Bochaca a également contribué à de nombreux magazines européens tels que L'Europe Réelle, The Barnes Review, Identità, The Spotlight et bien d'autres.

europa_web.jpg

En 2020 est paru son dernier ouvrage, L'Europe, alternative au chaos, qui condense toutes les idées exprimées dans ses précédents livres et insiste sur le fait que seule une Europe puissante sera en mesure d'arrêter le chaos auquel le mondialisme veut condamner notre civilisation millénaire. D'une certaine manière, cet ouvrage est aussi son testament politique (commandes: https://editorialeas.com/producto/europa/ ).

la-viviseccion-crimen-inutil.jpg

Pour ceux d'entre nous qui ont eu la chance de le connaître, les conversations dans sa maison, avec la présence de ses chiens adorés, Pelut et Floquet, qui insistaient toujours pour y assister en personne, resteront à jamais dans notre mémoire. Dans La vivisección crimen inútil, Bochaca exprime son amour pour les animaux et son rejet de toute forme de mauvais traitement ou d'expérimentation sur eux. Sa culture, son érudition, sa sympathie, sa cordialité, sa proximité et son sens de l'humour très aigu feront que ces rencontres resteront à jamais dans nos mémoires pour le restant de nos jours.

Bochaca nous a transmis une connaissance et une attitude vitale envers le monde que nous assumons avec honneur et responsabilité comme un héritage à maintenir et à transmettre à ceux qui nous aiment et peuvent nous suivre dans cette lutte éternelle pour ce pour quoi lui et nous sommes ici, pour - et je cite ses mots - "L'Europe des ethnies, la seule Europe possible".

mardi, 07 février 2023

Vivre n'est pas nécessaire, naviguer est une nécessité !

96ef4daf9098d56e5cb77182a8b3d723.jpg

Vivre n'est pas nécessaire, naviguer est une nécessité !

Ernesto Milà

Source: https://info-krisis.blogspot.com/2018/09/365-quejios-151-vivir-no-es-necesario.html

Je me plains toujours que nous ne voyageons pas assez et que nombreux sont ceux qui tentent de reconstruire le mode de vie de leur propre pays au cours de leurs rares voyages. J'ai vécu en Bolivie avec des Italiens. Nous étions un groupe sympathique de Français, d'Italiens et d'un Espagnol, moi. Les Italiens insistaient chaque jour pour manger des pâtes, des pâtes, rien que des pâtes et toujours des pâtes. Un jour, alors que je leur reprochais que ce régime était trop monotone, ils ont introduit une variante : l'antipasto, c'est-à-dire ce qui précède les pâtes... une simple salade insipide et sans grand éclat. Or à La Paz, il y avait une excellente viande (bien que mal coupée) et des plats absolument délicieux (à commencer par le "pique macho" ou les "salteñas"). La même chose m'était arrivée avec les mêmes entreprises dans différentes parties du monde. Au Venezuela, par exemple, la seule chose que mes compagnons de voyage acceptaient était de manger une grande variété de fruits tropicaux pour le dessert. Je ne me plains pas de cela, que je considère comme un souvenir du temps où la camaraderie était vécue avec une intensité que je n'avais jamais connue auparavant (comme si le risque augmentait la fraternité entre égaux), mais du fait que maintenant, lorsque je ne voyage que pour le plaisir de faire connaissance, je rencontre les mêmes attitudes.

c9f3dddbaf7f9b7e19a32d6972b68c8a.jpg

Pompée, nous dit Plutarque, a donné un slogan à ses marins lorsqu'ils hésitaient à mettre le cap sur Rome à cause de la tempête : "Navigare necesse est, vivere non est necesse", une phrase qui peut avoir quelques variantes mais qui se traduit toujours par "Naviguer est une nécessité, vivre n'est pas nécessaire". Vivre peut être synonyme de végéter. La voile est synonyme de connaissance du monde. Le monde - même si nous le réduisons au monde digne d'être connu - est grand, riche et diversifié. Il ne s'agit pas de "multiculturalisme", auquel un "noble voyageur" peut aspirer, car, en fin de compte, il ne s'agit pas d'adopter une forme de "relativisme" (indiquant qu'il n'y a pas de culture supérieure à une autre) et d'égalitarisme (indiquant que toutes les cultures sont égales), mais une manière de confirmer ses propres racines.

Foto+LoggaWiggler+por+Pixabay+-+Mat_C3_A9ria+Bel_C3_A9m+de+Lisboa+-+BLOG+LUGARES+DE+MEM_C3_93RIA.jpg

Lorsque je voyage, je me souviens que je suis un fils de la péninsule ibérique, d'un État qui s'appelle aujourd'hui le Royaume d'Espagne, hier il s'appelait la Couronne d'Aragon et avant cela Hispaniae Gotorum et même avant cela Hispaniae et bien avant cela Iberia, le pays du grand fleuve, l'Ebero (l'Ebre). Lorsque je voyage, je me rappelle que j'appartiens à la culture gréco-latine, que je suis le fils et l'héritier d'une longue tradition culturelle présente dans toute l'Europe et que dans chaque pays, dans chaque région, elle revêt des caractères différents. Du centre de Lisbonne à la tour Belém, il y a un monument érigé à l'époque de l'Estado Novo en l'honneur des bandeirantes (équivalent de nos conquérants). Face à l'Atlantique, c'est l'un des monuments les plus puissants que je connaisse, et il synthétise les valeurs de notre race (ou va-t-il désormais s'avérer que la race ne peut être mentionnée ?). C'est une incitation au voyage, une invitation à abandonner notre vie sédentaire, à prendre notre équipement et à partir sur n'importe quel itinéraire. Il rappelle qu'un beau jour, après la Reconquête, les peuples ibériques ont pris la mer. Le Portugal est allé plus loin que quiconque et a été clair, dès le premier instant, sur sa vocation maritime.  

La phrase de Plutarque, attribuée à Gnaeus Pompée, serait probablement restée le patrimoine des latinistes si Gabriele D'Anunzio - "il poeta" - ne l'avait récupérée en 1919 pour une entreprise héroïque : la conquête de Fiume, et si Mussolini n'avait intitulé ainsi son célèbre article dans Il Popolo d'Italia du 1er juin 1920. Dans les deux cas, elle a été prise pour indiquer le mépris des petits besoins quotidiens et l'exaltation des grands idéaux et des modes de vie héroïques. Caetano Veloso et Pessoa, puisque nous sommes au Portugal, l'ont également fait leur.

b4b402033b8a83287408cc5d26889324.jpg

Interviewé par la télévision portugaise, M. Pérez Reverte a déclaré hier qu'il ressentait la nostalgie des années 30, lorsque les gens croyaient en ce qu'ils défendaient. Il a cité des communistes, des fascistes et des nationaux-socialistes, à tort ou à raison, qui croyaient qu'il était possible d'instaurer un monde nouveau dans lequel les gens ne mourraient ni de faim ni d'ennui, mais consumaient leur vie pour un idéal. Moi aussi, je suis nostalgique de cette époque. La nostalgie est cette blessure que Jünger a évoquée en se rappelant qu'il avait vécu, ajoutant que seule la mort pouvait guérir la cicatrice. Je me soigne moi-même, en voyageant.

J'ai évoqué plus haut les "nobles voyageurs", personnages mystérieux de l'antiquité classique, on ne savait pas d'où ils venaient ni où ils allaient, mais ils se distinguaient toujours par le "style" et la valeur de leurs enseignements. Dans l'Antiquité, ils étaient synonymes d'"initiés" (un concept que l'on pourrait traduire par "ceux qui ont appris à voir le monde tel qu'il est"). Dans mon ancien blog infokrisis, vous trouverez un article sur les "nobles voyageurs". Il a été écrit en 1982, alors que je vivais encore dans la clandestinité et que j'étais rentré en Espagne pour retourner en Ibéro-Amérique : LES NOBLES VOYAGEURS D'AUTRE TEMPS. Peut-être pouvez-vous comprendre pourquoi nous avons presque tous un besoin irrépressible de voyager et pourquoi ceux d'entre nous qui ressentent ce besoin ressentent la voix de la course.

453.JPG

Don Quichotte était l'un de ces "nobles voyageurs" :

"Je suis un chevalier. En tant que tel, je vivrai et mourrai si cela plaît au Très Haut. Je marche sur le chemin étroit de la chevalerie, méprisant les richesses, mais pas l'honneur. J'ai vengé des torts, redressé des torts et puni l'insolence. Je n'ai d'autre intention que celle d'être juste, et je ne cherche qu'à faire du bien au monde entier. Un homme qui pense, un homme qui agit de cette manière, mérite-t-il d'être appelé un fou ? Je demande Vos Miséricordes".

Pour lui, la voile était bien plus importante que la vie. Je me plains que dans le pays de Don Quichotte, ce style a été abandonné: soit on est un touriste, soit on vit du tourisme.

mardi, 17 janvier 2023

Les objectifs du Maroc pour sa nouvelle démarcation maritime

63237714-45633500.png

Les objectifs du Maroc pour sa nouvelle démarcation maritime

Ali El Aallaoui

Analyste et chercheur en géopolitique

Source: https://masticadoresdeletrasfocus.wordpress.com/2020/09/05/los-objetivos-marroquies-de-su-nueva-delimitacion-maritima-by-ali-el-aallaoui/

L'objectif des autorités marocaines est de redessiner à nouveau le paysage politique du Sahara occidental, et de faire croire qu'il s'agit d'une étape dans le conflit territorial issu d'une mauvaise gestion des relations hispano-marocaines.

C'est la première fois dans l'histoire de l'humanité que toutes les régions du monde ont une forte présence dans les mers en même temps. Comme par le passé, la mer reste un vecteur de puissance, un espace nécessaire et essentiel pour développer des ambitions économiques et politiques.

La possession de matières premières, qu'elles soient agricoles ou minérales, a toujours été un élément fondamental de la puissance. C'est la volonté de les acquérir qui est à l'origine des grandes découvertes de la fin du 15ème et du début du 16ème siècle. Au début du 20ème siècle, dix des douze plus grandes entreprises américaines exploitaient des ressources naturelles. Tous les pays riches du 19ème et du début du 20ème siècle disposaient d'importantes ressources naturelles.

Partant de ce constat, le Maroc veut à tout prix faire pression sur l'Espagne pour qu'elle accepte le fait accompli principalement au Sahara occidental, sachant que la situation dans ce territoire, qualifié de territoire non autonome par les Nations Unies en 1963, est dans l'impasse depuis des années.

Contexte et objectif géopolitique

En d'autres termes, d'un point de vue contextuel, le Maroc profite de la période de non paix et de non guerre au Sahara Occidental. Elle considère également l'actuel gouvernement espagnol comme plus faible et veut donc le pousser à négocier l'espace maritime du Sahara occidental afin de lui accorder une certaine souveraineté territoriale de facto. Cependant, il doit savoir que l'Espagne est la puissance administrante au Sahara Occidental en vertu du droit international et que le Maroc est la puissance occupante.

Les nouvelles lois marocaines définissant son nouveau domaine maritime fixent ses eaux territoriales à 12 miles, délimitent sa zone économique exclusive à 200 miles et décident d'étendre son plateau continental à 350 miles. Avec les règlements adoptés, le Maroc étend sa tutelle légale sur l'espace maritime qui comprend le Sahara occidental jusqu'à la ville de Lagüera et au nord-est jusqu'à Saidia, à la frontière avec l'Algérie.

1-68.jpg

Dans cette perspective, l'objectif du Maroc est de retarder et de bloquer l'exécution de l'arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) du 21 décembre 2016 qui a séparé le Sahara de la sphère de compétence des relations entre le royaume alaouite et l'UE. Car la question de la souveraineté sur le Sahara est le défi le plus important auquel sont confrontés les futurs accords entre le Maroc et l'UE. Dans ce sens, l'intégration des produits du territoire sahraoui dans les accords d'association avec l'UE présentera bientôt au Maroc un nouveau défi en termes de souveraineté sur le Sahara occidental.

Objectif économique

Les intérêts économiques et stratégiques et l'épuisement des ressources naturelles sur terre conduisent les États à poursuivre cette tentative de monopolisation des espaces maritimes au-delà des mers territoriales, dans les limites du plateau continental, avec la volonté de contrôler non seulement la surface, mais aussi les ressources halieutiques et minérales des fonds marins et du sous-sol.

En outre, les ressources naturelles sont considérées comme augmentant l'intervention des États dans les affaires des autres. Les deux guerres du Golfe sont perçues comme étant largement liées à la priorité donnée à l'accès aux réserves de pétrole.

Les ressources naturelles du Sahara occidental sont abondantes et jouent un rôle important pour influencer la diplomatie marocaine envers ses partenaires principalement européens. Ce qui explique , l'importance géostratégique et économique du Sahara occidental pour le Maroc, et aussi pour l'Union européenne en termes de ressources, ceci explique l'accord signé entre l'UE et le Maroc en 2019 sans aucun respect des décisions de la Cour de justice de l'Union européenne en 2016.

L'objectif stratégique du Maroc: maintenir le statu quo au Sahara occidental avec l'aide de l'Espagne

Le Maroc veut à tout prix rester sur le territoire sahraoui car il estime que le temps joue pour lui, que le développement de la région et l'évolution de la composition de la population rendront irréversible le rapport de force en sa faveur. C'est dans cette perspective que s'inscrit la nouvelle politique marocaine de délimitation maritime unilatérale.

Le principal intérêt du Maroc dans cette nouvelle approche est de prolonger le conflit au Sahara occidental sur le long terme, ou du moins de ne pas le résoudre avant longtemps. Ainsi, sans la coopération espagnole à cet égard, le Maroc ne peut pas appliquer sa politique coloniale au Sahara occidental car ses voisins, l'Algérie et la Mauritanie, s'opposent à ses revendications territoriales, sans parler du peuple sahraoui.

L'objectif des autorités marocaines est de redessiner à nouveau le paysage politique du Sahara occidental, et de faire croire qu'il s'agit d'une phase dans le conflit territorial et d'une mauvaise gestion des relations hispano-marocaines.

lundi, 16 janvier 2023

Analyse: L'immigration clandestine en Espagne

1000x563_cmsv2_52560e17-27c2-51a9-8a3e-d104cf4c3e00-3257580.jpg

Analyse (mai 2021):

L'immigration clandestine en Espagne

La perception persistante de la migration comme une menace est allée de pair avec l'incapacité des États membres de l'UE à faire face à l'augmentation des arrivées en faisant preuve de solidarité entre eux.

Par Ali Ahamed Haiba

Analyste géopolitique : Sahara occidental  

Source: https://www.tradicionviva.es/2021/05/19/la-inmigracion-ilegal-en-espana/       

Depuis plusieurs mois, l'Espagne est confrontée à un phénomène migratoire d'une ampleur sans précédent. Au moment où nous écrivons ces lignes, une vague incontrôlée de migrants déferle vers la ville autonome de Ceuta. C'est une nouvelle version de la Marche verte qui a forcé l'abandon d'Ifni et du Sahara occidental au Maroc en 1975. Nous ne savons pas comment cette nouvelle stratégie de pression basée sur les boucliers humains, y compris les mineurs d'âge, va se terminer.

De par sa nature même, il est clair que le flux migratoire qui arrive en Espagne depuis quelques mois est sans précédent dans l'histoire. En effet, au cours du premier trimestre 2021, le nombre d'arrivées par voie maritime via la route de l'océan Atlantique a augmenté, tout comme le nombre de victimes et de personnes disparues.

Dans ce contexte, les îles Canaries vivent un présent infecté par la pandémie, mais aussi par l'immigration clandestine, et les deux ravages sociaux sont presque identiques, car ce sont des maux qui rongent et ruinent le système social et économique des îles Canaries.

Par conséquent, les îles Canaries font l'objet de flux migratoires sans précédent en raison de leur voisinage immédiat et de la capacité des réseaux mafieux qui considèrent les îles Canaries comme une route plus facile et moins risquée malgré l'océan Atlantique.

Cette nouvelle vague d'immigration au moment de la pandémie a des conséquences négatives sur le secteur du tourisme, qui est le poumon de l'économie des îles Canaries. Cette situation s'explique par la concurrence du Maroc voisin, qui veut à tout prix être la principale destination touristique d'Afrique du Nord. C'est pourquoi l'immigration sera un outil important pour détrôner les îles Canaries en termes de nombre de nuitées et de population touristique. Cette raison d'être trouve son origine dans les faiblesses successives des gouvernements espagnols, tant de droite que de gauche, dans leur comportement vis-à-vis du Royaume du Maroc.

L'influence directe de l'immigration sur le secteur du tourisme dans les îles Canaries

En déclarant que l'Allemagne accueillerait tous les réfugiés syriens, Angela Merkel a créé un effet d'attraction, accentuant la prolifération de la tendance africaine à chercher par tous les moyens à s'installer sur les côtes du voisinage immédiat de l'Europe, qui n'est autre que les îles Canaries.

La menace de la crise migratoire dans les îles Canaries représente un échec général des politiques migratoires du gouvernement espagnol. Cette situation profitera au Maroc et à son projet touristique, car l'effondrement des îles Canaries en tant que point de référence touristique profitera sans aucun doute au Maroc.

En effet, en 2013, le roi du Maroc a présenté à Marrakech la "Vision 2020", qui visait à doubler la taille du secteur du tourisme au Maroc.

Dans cette perspective, le Maroc va utiliser la même stratégie que Fidel Castro pour faire de son pays une destination touristique. Fidel a commencé par envoyer, parmi les immigrants, les pires criminels de son île vers son plus grand concurrent, Miami. Cette stratégie a été copiée par le Maroc, comme l'exode Mariel de 1980 de Cuba à Miami, qui était une tromperie de Fidel Castro pour envoyer les 25.000 criminels les plus dangereux qu'il avait sous la main avant de commencer sa phase touristique.

Le phénomène de l'émigration exprime fondamentalement les disparités économiques qui caractérisent les deux continents d'Europe et d'Afrique. Le revenu national par habitant des pays africains est trop faible par rapport aux principaux pays de destination des flux migratoires, inférieur à 10% du revenu européen par habitant.

La situation de la migration irrégulière est "extrêmement préoccupante" à l'heure actuelle car les routes qui existaient il y a un an ont changé et se dirigent désormais vers l'archipel. C'est Alfred Sauvy qui a dit "si les richesses ne vont pas là où sont les hommes, les hommes vont naturellement là où sont les richesses".

La raison de ce phénomène peut se résumer à l'absence de sécurité économique, sociale et politique, ainsi qu'au déficit de gouvernance, qui sont des moteurs essentiels de la migration, et peuvent donc affecter et influencer la relation entre sécurité et migration. Une équation géopolitique très rentable aujourd'hui pour les gouvernements d'origine de l'émigration, afin de faire plier les Etats soumis à l'immigration.

Le Maroc et l'arme géopolitique de l'immigration

En 2001, le Sénégal, le Maroc et la Mauritanie ont signé un accord tripartite pour la construction de la route reliant Nouadhibou à Nouakchott. La frontière entre les deux pays a été rouverte en février 2002. La construction de la route reliant la capitale mauritanienne à la frontière entre le Sahara occidental et le Maroc à Algargarate a permis d'accroître les échanges commerciaux entre les deux pays et l'Afrique de l'Ouest.

Cette réouverture de la route maritime a été favorable aux transmigrants qui peuvent désormais franchir la frontière officiellement s'ils sont en possession des documents adéquats. Les transmigrants sont ensuite transportés sur les plages du Sahara occidental d'où ils attendent leur départ pour les îles Canaries.

En réalité, le Maroc utilise ces flux migratoires en provenance d'Afrique subsaharienne et du Maroc lui-même pour faire pression sur l'Espagne, et plus tard sur l'UE.

L'utilisation de l'immigration comme arme stratégique contre l'Espagne n'est plus un secret. Derrière le flux de petits bateaux et de cayucos qui continuent d'arriver aux îles Canaries depuis 2020 jusqu'à aujourd'hui, il y a une raison simple de faire plier l'Espagne pour qu'elle suive la politique du Maroc au Sahara occidental (un territoire qui attend toujours une décolonisation inachevée).

0f60e00b3e8272a4012a01d14f837510c884d78f.jpg

D'autres raisons sous-jacentes sont d'accepter le fait accompli de l'annexion par le Maroc des frontières maritimes du Sahara occidental, et de mettre en danger les frontières maritimes des îles Canaries et leurs ressources marines, d'être courtisés et subventionnés par Madrid et l'Union européenne pour freiner les sorties illégales de migrants.

Depuis plusieurs années, le Maroc tente d'étendre ses eaux ZEE jusqu'à la limite des 200m/n à laquelle il a droit en vertu du droit de la mer, mais qu'il devra partager avec les îles Canaries, l'Espagne et les îles Madère du Portugal. 

Sur le plan géopolitique, le Maroc a trouvé dans la carte d'immigration massive un outil de lobbying très facile et utile, avec un bénéfice rapide et direct. En effet, pendant des années, les relations bilatérales entre le Maroc et l'Espagne ont présenté un modèle de comportement dans lequel des négociations tendues ont conduit à une augmentation des départs de bateaux transportant des immigrants illégaux.

Tout ceci témoigne de la faiblesse de l'Espagne vis-à-vis de son voisin immédiat au sud.

L'immigration et la culture de la peur

Les gouvernements successifs en Espagne sont soumis à une pression politique constante sur la question de l'immigration. D'une part, certains employeurs espagnols réclament davantage de travailleurs immigrés et les groupes de défense des droits de l'homme réclament un niveau plus élevé de droits et de libertés pour les immigrés.

D'un autre côté, cependant, les électeurs sanctionnent les partis politiques considérés comme "mous" en matière d'immigration, et de nombreux électeurs se tournent vers les partis de droite radicale, qui défendent ouvertement de fortes positions anti-immigration. Quoi qu'il en soit, les pressions anti-immigrants sont devenues une motivation incroyablement puissante pour les politiciens espagnols.

En nous concentrant sur nos émotions et nos instincts, nous avons souvent tendance à perdre de vue la vue d'ensemble. Nous parlons de la protection de nos frontières, mais nous ne nous demandons pas s'il existe des voies légales alternatives pour ceux qui pourraient finalement avoir recours à la migration irrégulière. Et nous avons tendance à regarder l'avenir avec incertitude et malaise, plutôt que de planifier ce qui nous attend, ou même ce qui nous attend au coin de la rue. En outre, le public espagnol ne semble pas disposé à considérer la crise comme faisant partie du passé.

Cela s'explique en partie par le fait que les gens viennent avec des "cordes à leur arc" : lorsqu'ils déménagent, ils apportent avec eux leur culture, leur éducation et leurs croyances. Il est donc beaucoup plus difficile de peser rationnellement les coûts et les avantages et d'éviter les réactions de peur face à l'immigration.

La perception persistante de la migration comme une menace est allée de pair avec l'incapacité des États membres de l'UE à faire face à l'augmentation des arrivées en faisant preuve de solidarité les uns envers les autres. En effet, l'inaction et les réponses ratées ont probablement ancré un "état de crise perpétuelle".

Si nous ajoutons ce sentiment aux contradictions de l'actuel gouvernement espagnol, qui comprend des partis qui se sont expressément déclarés en faveur du "retour au Maroc" de Ceuta et Melilla et espèrent augmenter leur base électorale avec les apports démographiques irréguliers des flux migratoires, nous approcherons des proportions de cette crise dont les conséquences nous échappent encore.

jeudi, 29 décembre 2022

Souveraineté espagnole et avenir géopolitique

thumb2-spanish-flag-fabric-flags-europe-national-symbols-flag-of-spain.jpg

Souveraineté espagnole et avenir géopolitique

Carlos X. Blanco

Source: https://decadenciadeeuropa.blogspot.com/2022/12/soberania-espanola-y-futuro-geopolitico.html

Ceux d'entre nous qui vivent en Occident sont comme des prisonniers avec un bandeau sur les yeux. Bien que nous ayons les coudées franches pour nous débarrasser de ce voile, le peuple n'a même plus envie de faire ce geste libérateur. Pour compléter le tableau, nous, les habitants de cette partie du monde, sommes tranquillement couchés sur un baril de poudre en attendant que quelqu'un allume la mèche. Une puissance non-européenne, la puissance nord-américaine, semble l'avoir déjà allumée. Le problème est que nous n'avons pas réellement de poudre à canon ou d'autres substances combustibles conventionnelles sous nos sièges, ce qui serait déjà à craindre. Nous parlons d'armes nucléaires.

Pourquoi sommes-nous, Européens et Espagnols, les coupables ? Les pays qui ont renoncé à leur souveraineté, ou qui l'ont perdue suite à des coups bas, sont comme des personnes condamnées à mort. Alors que leur fin, déjà décrétée, arrive, ils sont comme des prisonniers qui ne peuvent faire un pas sans être soumis à la surveillance la plus étroite. Comme j'écris depuis l'Espagne, je peux parler de ces processus de première main. Sans avoir besoin de rassembler une documentation abondante sur les affaires des autres, mais plutôt en parlant de mon expérience personnelle, je peux témoigner de ce qui s'est passé depuis ma lointaine enfance: une perte de souveraineté. Ce n'est pas là la pseudo-histoire (la "mémoire démocratique") qui est expliquée dans les écoles espagnoles: c'est l'histoire réelle et vécue dans la plupart des foyers. Officiellement, nous sommes passés de la Dictature à la Démocratie libérale, avec une pluralité de partis. Nous serions passés du bâillon et de la peur au paradis des libertés. En réalité, charnellement, ce que nous avons vu, c'est l'avortement d'autres modes de transition possibles et la perte - par enlèvement et usurpation - de la souveraineté nationale.

Le processus était analogue à celui de nombreuses autres républiques hispaniques. La longue main américaine est visible à chaque étape : coups d'État, création de groupes d'insurgés, cooptation de dirigeants et d'élites... Il s'agit toujours de diriger les processus de changement de l'extérieur et de loin, des processus qui ne doivent pas prendre une situation idyllique comme point de départ : l'Espagne de la fin de la période franquiste n'était pas une Espagne idyllique, loin de là. La clé de ce bref essai n'est pas de faire l'éloge abstrait de n'importe quel type de régime, ni de les comparer dans l'abstrait : régime autoritaire et régime démo-libéral, avant et après 1978. Loin de là, la clé de nos réflexions se trouve dans le continuum "plus de souveraineté - moins de souveraineté". En partant d'une situation de souveraineté maximale, c'est-à-dire lorsqu'une nation et une partie importante du peuple ont le pouvoir sur les décisions ultimes (déclarer la paix ou la guerre, sécuriser et protéger les frontières et les peuples, prendre les grandes décisions du destin sans contrainte), un État peut ensuite se restructurer afin de gagner en libertés et en prospérité. C'est ce que l'Espagne de la fin de la période franquiste n'était pas autorisée à faire. De l'extérieur, avec pas mal de sales manœuvres, dont le terrorisme et les "coups de sabre" déformés et amplifiés, on a poussé une Espagne franquiste qui avait entrepris (avec beaucoup de sacrifices et peu de libertés civiques) de se forger une "insoumission fondatrice" partielle (selon la terminologie du professeur Gullo).

1200px-Luis_Carrero_Blanco.jpg

9271070_Original.jpg

Cette situation a été parfaitement représentée par plusieurs étapes, dans l'ordre chronologique : l'assassinat de l'amiral Carrero, l'imposition d'un Bourbon traître sur le trône, l'introduction de la partitocratie et du modèle centrifuge de l'État ("État des autonomies" et Régime de 78), la (ré)invention du PSOE dans une perspective néolibérale, c'est-à-dire le socialisme de Felipe González, qui a initié l'ère de la subordination (privatisation et destruction du tissu agro-industriel et éducatif du pays). Tout ça pour quoi ? Pour empêcher qu'une Espagne sur la voie de l'"insoumission fondatrice" soit suffisamment puissante pour que, depuis le propre bloc anticommuniste de l'Occident, elle puisse s'imposer de sa propre voix et comme une note discordante devant les franchisés inféodés aux yankees du Vieux Continent - lire l'Allemagne - et de la Méditerranée - lire la France et le Maroc.

En 1973, le 20 décembre, l'Espagne a vu son Premier ministre, l'amiral Luis Carrero Blanco, se faire exploser, ainsi que deux compagnons : un policier et son chauffeur. Le pays a été choqué de voir les images de ce désastre à la télévision. L'impunité de l'ETA, l'organisation terroriste soi-disant liée à l'indépendance basque, est devenue de plus en plus visible. Cet attentat n'était pas le premier du gang, mais le magnicide, commis avec la bénédiction de l'Oncle Sam, qui préfigurait des décennies de meurtres pendant les années de plomb, au cours desquelles les assassins de l'ETA ont même acquis du prestige parmi la gauche. Les partisans du régime de Franco, alors que le Caudillo était déjà vieux et malade, ont vu dès lors que la "transition" commençait à être pilotée de l'extérieur. L'implication des services secrets américains, et leur connivence avec le séparatisme basque et les groupes violents de toutes sortes, susceptibles d'être utilisés pour déstabiliser le pays, devenait palpable. Il est clair que quelqu'un n'a pas réussi à protéger l'amiral. Les hauts fonctionnaires le savaient et ont acquiescé. Des documents déclassifiés ultérieurement par la CIA indiquent clairement qu'il fallait se débarrasser de Carrero. Et c'est ce qu'ils ont fait. Le fait que les exécutants matériels étaient des membres du groupe terroriste séparatiste basque ne fait pas obstacle aux spéculations plus que raisonnables sur les véritables instigateurs intellectuels, et ces spéculations sont les suivantes :

a) Que les instigateurs, promoteurs, collaborateurs nécessaires, etc. étaient les services secrets yankees, intéressés à bloquer toutes autres formes de transition politique après la mort du Caudillo et désireux de mettre en œuvre "leur" modèle démo-libéral qui, par essence, est le modèle instituant la subordination coloniale aux intérêts des États-Unis.

b) Que les exécutants matériels eux-mêmes, les membres de l'ETA, n'ont pas seulement reçu l'aide, le soutien, la collaboration nécessaire, etc. des Yankees pour cet assassinat spécifique, mais que l'existence même du réseau terroriste, et ses extensions ultérieures sous forme de "combats de rue" et de "socialisation" généralisée de la violence au Pays basque et en Navarre, principalement, étaient le résultat de plans et de fonds étrangers, élaborés aux États-Unis et dans d'autres pays européens (Allemagne, France).

Les spéculations, décrites en a) et b), ne sont peut-être pas faciles à prouver, mais elles sont très rationnelles si nous nous en tenons au moins à la logique des précédents. La logique du précédent est la suivante: si un ennemi traditionnel de l'Espagne (ou de tout autre nation étudiée) a déjà fait son œuvre par le biais de la technique "X", et qu'il a bien réussi, il y a de fortes chances que la technique "X" ait ensuite été utilisée à une époque ultérieure. La politique internationale de l'empire américain est célèbre pour son utilisation des attentats et des sabotages, car ce sont ses techniques "X" préférées. Le naufrage du Maine était l'acte de terreur et de sabotage idéal pour que l'empire yankee arrache à l'Espagne ses précieuses possessions de Cuba, Porto Rico, les Philippines, etc. Par la suite, les Américains ont essayé des tactiques terroristes analogues pour fabriquer le casus belli nécessaire à leurs conquêtes, agressions et déprédations : contre le Japon, le Vietnam, l'Afghanistan, l'Irak, la Syrie, la Libye... D'autre part, l'entraînement, l'armement et la formation de groupes armés (guérillas, "contras", insurgés, djihadistes, "cellules islamistes", ETA et divers groupes "anticapitalistes") est quelque chose de facile à réaliser par des services secrets aussi répandus sur la planète, aussi bien entraînés et arrosés d'argent, et plus que suffisamment formés technologiquement, que le sont les Américains.

iiif-service_gmd_gmd4_g4901_g4901s_ct000349-full-pct_25-0-default.jpg

L'empire prédateur yankee est devenu grand, un véritable empire continental, aux dépens de l'Hispanidad. Avec une Hispanidad intacte, la nation yankee ne serait qu'une petite mosaïque de territoires sur la côte atlantique de l'Amérique du Nord. Sans leurs exactions et leurs destructions en Amérique latine, ils seraient restés une extension provinciale de l'anglosphère de l'autre côté de la "grande mare". Et sans l'acquiescement des puissances européennes en 1898, la nation yankee n'aurait pas commencé son escalade planétaire d'agression qui a débuté par l'assaut des derniers vestiges transcontinentaux de la monarchie espagnole.

Les similitudes entre le "tournant" de la politique espagnole après 1973 et les révolutions de couleur actuelles ou relativement récentes, principalement dans les pays arabes, ou le Maidan en Ukraine, sont évidentes. Il s'agit d'activer des éléments locaux mécontents pour une raison quelconque (la raison est la chose la moins importante, et n'est prise en compte que comme carburant humain pour allumer et faire exploser un conflit que l'Empire prédateur a intérêt à exacerber). Le conflit religieux, ethnique, idéologique, séparatiste, etc. est inventé, s'il n'existait pas déjà. Et elle est conçue depuis les bureaux sombres et lointains des services secrets américains.

Lorsque le Premier ministre espagnol et successeur de Franco a été assassiné, peut-être à cause de l'inaction et de la trahison de hauts fonctionnaires franquistes qui s'occupaient déjà de plaire aux Yankees, l'Espagne était loin d'être une nation sans problèmes. Malgré la crise pétrolière de l'époque, le pays avait surmonté la faim de l'après-guerre et l'isolement d'une dictature comme celle de Franco, qui, même si c'était une dictature, n'en était pas plus une que d'autres dans le monde de l'après-1945, chères à Washington. D'autres régimes, parfois plus féroces dans leur despotisme, ont été épargnés par les blocus et l'isolement international, puisque tout cela dépend toujours, finalement, des intérêts géopolitiques et commerciaux du gendarme anglo-saxon. Néanmoins, les Espagnols avaient réussi, par leurs propres efforts et grâce à une gestion technocratique très efficace, à placer leur pays à la neuvième place des puissances économiques mondiales.

En 1973, l'Espagne était un pays industrialisé (aujourd'hui, c'est un simple parc touristique, où l'hôtellerie, le tourisme de plage et la prostitution sont les principales activités). Son système éducatif était exigeant et rigoureux, et les enfants d'ouvriers et de paysans avaient pu accéder en masse au baccalauréat et à l'université. Il y avait des problèmes en suspens: Carrero a été chargé d'une transition non démo-libérale, en direction d'une "démocratie organique" qui aurait intégré les mécontents. Cette tâche, dans une société civile plus saine que celle d'aujourd'hui mais politiquement inexpérimentée, était difficile. Mais la souveraineté économique du pays était, à l'époque, un fait indiscutable, un atout. Pas comme maintenant: l'Espagne démocratique, pro-européenne et pro-ottomane est un pays où l'Union européenne intervient. L'Union européenne, cette monstruosité qui "sauve" en échange de l'obéissance aux diktats de l'institution supranationale. L'UE n'est rien d'autre qu'une machine inventée par le néolibéralisme: elle sert à réduire à néant la souveraineté des États faibles ayant de graves problèmes (corruption, dette, violence, instabilité) pour mieux les piller.

d2cd8e1_m9u8do7yVi5a5XAFPOY_LRH-.jpg

Cette tentative d'assassinat de l'amiral, lieutenant de Franco et successeur prévisible, n'a pas ouvert la porte à la démocratie, comme les libéraux et les gauchistes ont tendance à le penser, et comme l'ont pensé tous ceux qui ont témoigné leur gratitude aux membres de l'ETA (car, aussi incroyable que cela puisse paraître, cela s'est produit). Cet assassinat de trois personnes, dont l'une était essentielle pour diriger le destin du pays sans renoncer à la souveraineté, a été la clé de tout ce qui a suivi. Puis sont arrivés des gouvernements dirigés par un Bourbon insensé et perfide, qui est maintenant en fuite dans les déserts arabes, entouré de cheikhs identiques à lui en termes d'arrogance et de mépris de l'éthique et de la dignité du peuple. Ce Bourbon, qui, selon la plupart des témoignages, s'est assis sur un trône en papier mâché par la volonté (malavisée et peu judicieuse) de Franco lui-même, était en réalité une marionnette de la CIA et de la Maison Blanche. Avant d'être roi, il vendait déjà des secrets de la patrie à une puissance étrangère, ce qui serait un motif suffisant pour qu'il soit jugé pour haute trahison. En vendant des secrets pour assurer son accession au trône, Juan Carlos Ier a trahi les Sahraouis et a entamé le processus de collusion avec le roi du Maroc qui a marqué la politique étrangère prostituée de l'Espagne depuis lors. La situation actuelle du Royaume d'Espagne est exactement la même que celle créée il y a près de 50 ans par l'actuel "roi émérite": un État qui a cédé une province de son territoire (une ancienne "colonie") comme le Sahara occidental, abandonnant son peuple (le peuple sahraoui, doté du droit à l'autodétermination, un droit qui continue d'être nié), qui a subi et subit une situation de génocide (notamment des bombes au napalm). L'Espagne est toujours une colonie du Maroc après la trahison des Bourbonistes. L'Espagne est une nation à genoux face à un État comme celui du Maroc qui ne cesse de

a) le faire chanter avec la "bombe humaine" de l'immigration illégale,

b) faire entrer la drogue (la principale source de revenus du roi maure et de sa clique) dans ses villes et détruit ainsi la jeunesse espagnole en la dégradant,

c) demander aux caisses publiques espagnoles, avec les impôts prélevés sur le peuple, de payer les études d'une énorme partie, pas encore bien comptabilisée, des enfants et des jeunes maghrébins, tant en Espagne qu'au Maroc,

d) d'établir en Espagne, héritière de la Reconquête, tout le réseau de ses mosquées spécifiquement alaouites en concurrence avec les mosquées saoudiennes et celles des différents émirats,

e) de menacer directement la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Espagne en insinuant de nouvelles "marches vertes" sur les îles Canaries, Ceuta, Melilla et l'Andalousie, afin de "récupérer ce qui était autrefois à eux", avec une grave insolence,

f) de favoriser le remplacement ethnique du peuple espagnol avec le plan avoué d'expansion vers le nord.

ansturm-auf-melilla.JPG

Avec tous ces rappels, je souhaite seulement attirer l'attention du lecteur sur la situation géopolitique très fragile de l'Espagne.

L'heure est grave car l'Espagne est une triple colonie. Une colonie des États-Unis et de ses deux franchisés, l'européen et le nord-africain. Cela signifie que l'Espagne pourrait disparaître dans un avenir pas trop lointain et déstabiliser l'ensemble de l'Europe du Sud.

Certaines des clés ont déjà été signalées plus haut, mais je voudrais les énumérer, en retraçant le contexte et les éléments déclencheurs de la "perte de l'Espagne" depuis 1973 et, officiellement avec le R78 (Régime constitutionnel de 1978), c'est-à-dire l'évaporation de sa souveraineté et sa transformation en un pays "PIG" (cochon, terme par lequel l'État hérité du régime de Juan Carlos a été littéralement décrit par l'Allemagne et la France et par la finance internationale): un pays très endetté, désindustrialisé et soumis à un triple colonialisme yankee, marocain et franco-allemand.

1) Ses problèmes liés aux tendances centrifuges. Nous émettons l'hypothèse qu'une idéologie raciste et rétrograde comme celle de Sabino Arana, le leader du nationalisme basque, n'a gagné en force que grâce au terrorisme, et que depuis les années 1960, elle a reçu une aide extérieure inestimable. Aujourd'hui, le feu séparatiste se propage en Catalogne: un essaim de petits partis corrompus animés par des illettrés, comme les partis basques, comme les partis nationalistes catalans, mal à l'aise entre eux et mal à l'aise avec leur propre terre et leur histoire, ne serait jamais dangereux pour l'État sans un fort soutien extérieur, mondialiste et "européiste".

000_DV1863988_1.jpg

2) La colonisation culturelle : l'européanisme et l'anglosphère sont sans cesse propagés par le système éducatif et les médias. La véritable tradition hispanique, l'origine de l'hispanité après la victoire de Don Pelayo à Covadonga (722) et son expansion vers le sud pour récupérer les terres des Goths tombées aux mains des musulmans, ainsi que vers les Amériques et l'Asie, sont des processus qui sont ignorés et déformés dans notre système éducatif par l'action de l'idéologie anglo-saxonne et européiste. Il y a un grave problème d'endophobie en Espagne, une phobie de ce qui est propre et interne ou essentiel.

3) L'acceptation à la manière d'un chien des idéologies étrangères les plus folles: l'idéologie du genre et des LGTBI+, l'animalisme, le multiculturalisme, le relativisme culturel et moral... Tout cela fait partie du mécanisme de la domination "occidentale".

4) La destruction de la culture du travail. Cela va de pair avec le processus de privatisation et de désertification agro-industrielle. La gauche post-moderne embrasse les idéologies énumérées au point 3), ainsi que d'autres narcotiques idéologiques, tout en soutenant fermement les idées d'un "salaire universel" et du "droit à la paresse" et du parasitisme comme mode de vie.

5) La destruction du taux de natalité et de la famille, qui est inextricablement liée aux mécanismes 1-4 ci-dessus. De cette façon, l'homogénéité d'un peuple multiséculaire, l'un des plus anciens et des plus définis au monde, est détruite afin d'assurer le remplacement ethnique et le changement de frontières qui en découle. Quand une nation n'est pas envahie par des baïonnettes, elle l'est par des permis de migration gratuits et la fécondité des utérus étrangers.

Il est clair que l'avenir de cette Espagne triplement colonisée est très sombre à moins d'un tournant souverainiste (en termes de direction politique) et d'une "insoumission fondatrice" (en termes de souveraineté économique). Ce changement devrait être complété par un renforcement des forces armées, à intégrer dans les alliances militaires hispano-américaines plutôt que dans les alliances atlantistes, et surtout dans les domaines naval et nucléaire (comme semblait l'envisager Carrero Blanco). Un tel changement semble peu probable maintenant, mais s'il ne se produit pas dans les prochaines années, on peut prévoir:

- La disparition de l'Espagne avec la multiplication des "taifas" qui ne feront que créer plus d'instabilité en Méditerranée.

- L'expansion du Royaume du Maroc vers les îles Canaries et le continent, c'est-à-dire l'Europe. Ainsi, l'État du Maghreb atteindrait des proportions et une force similaires à celles de la Turquie, et obtiendrait une situation analogue à celle de la Turquie, avec des territoires sur deux continents, dont l'Europe.

- L'extension vers le nord de la frontière musulmane. Cela sera également une source d'instabilité.

- Les mouvements de population, toujours indésirables et source de conflits lorsqu'ils sont incontrôlés, massifs et motivés par une "fuite" hors de l'État d'origine. Si l'État espagnol a déjà abandonné une de ses provinces il y a un demi-siècle, il pourrait le faire à nouveau dans d'autres.

- La réduction substantielle du territoire européen d'une UE de plus en plus soumise à l'impérialisme américain et à ses alliés extra-européens qui semblent prêts à étendre leurs propres impérialismes: le Maroc, la Turquie, l'Arabie Saoudite ou Israël seront ravis de voir de nouvelles terres et de nouvelles masses humaines à exploiter.

Il est tout à fait clair que le rôle de l'Espagne est essentiel, malgré sa prostration et sa faiblesse actuelles. Ce que j'ai appelé dans cet essai la "logique des antécédents" ou des "précédents" permet d'anticiper les prochains mouvements du cycle historique. Ce qui s'est déjà produit peut se reproduire, et de manière plus grave et irréversible. Nous, les Espagnols, devons être les premiers à réagir, en devinant les futurs mouvements de l'ennemi, en détectant qui il est et en n'oubliant jamais que c'est un monde dans lequel la vraie paix n'a jamais été déclarée. Malheureusement, c'est comme ça.

mercredi, 23 novembre 2022

L'Ecole de Sagesse du Comte Keyserling - Une leçon d'influence culturelle

als-ganzes-ist-dies-buch-das.jpg

L'Ecole de Sagesse du Comte Keyserling

Une leçon d'influence culturelle

Par Manuel Fernández Espinosa

Ex : http://movimientoraigambre.blogspot.com

Les généalogistes disent qu'il avait Genghis Khan comme ancêtre par l'intermédiaire d'une grand-mère et on sait qu'il était marié à la petite-fille d'Otto von Bismarck. Hermann Alexander Comte Keyserling (1880-1946) était un philosophe plutôt populaire selon les normes de sa profession ; aujourd'hui, on se souvient à peine de lui. Avec la révolution bolchevique, il a été contraint d'émigrer en Allemagne, abandonnant ses domaines dans la Livonie balte dont il était originaire. Sa curiosité philosophique l'a conduit à entreprendre une série de voyages, faisant de lui un véritable homme du monde. Son intérêt pour les philosophies et les religions d'Extrême-Orient et la connaissance qu'il a acquise de ces traditions au cours de ses voyages et de ses études lui ont valu le rôle d'interlocuteur européen en Asie, à tel point qu'Antonio Machado a pu écrire à son sujet : "il porte l'Orient dans son sac de voyage, prêt à ce que le soleil se lève là où on l'attend le moins" ("Juan de Mairena", Antonio Machado).

En 1920, le comte Keyserling fonde son "École de la sagesse" (Schule der Weisheit) à Darmstadt, sous le patronage du grand-duc Ernst Ludwig de Hesse. Avec la Schule der Weisheit, un centre de haute culture a été créé, qui avait deux dimensions : une dimension publique, en tant que centre d'éducation indépendant des églises et de l'université, organisant des conférences, et une autre dimension, moins connue, de nature occulte. Nous ne devrions pas être choqués par le fait de son "occultisme", puisque l'Allemagne de l'entre-deux-guerres (comme Thomas Mann et Ernst Jünger nous le relatent dans leurs romans...) était un terrain favorable aux sociétés secrètes et à leurs prétendues doctrines de salut.

000358938.jpg

Les intellectuels les plus remarquables de l'Allemagne de l'entre-deux-guerres sont passés par l'École de la Sagesse dans leurs activités publiques: le philosophe Max Scheler, le père de la psychologie des profondeurs Carl Gustav Jung, le sinologue Richard Wilhelm, le philosophe Leopold Ziegler, etc. Des scientifiques et des industriels allemands ont également été invités à donner des cours ou à assister à des conférences. L'École de la Sagesse a imprimé deux périodiques qui sont devenus ses organes de presse : Der Weg zur Vollendung. Mitteilungen der Schule der Weisheit ("Le chemin de la perfection. Communications de l'école de la sagesse") et Der Leuchter. Weltanschauung und Lebensgestaltung. Jahrbuch der Schule der Weisheit ("Le luminaire. Vision du monde et formation à la vie. Annuaire de l'école de la sagesse"). En 1920, la Keyserling-Gesellschaft für freie Philosophie (Société de Keyserling pour la philosophie libre) a également été fondée, qui a été relancée à Wiesbaden en 1948.

Les intellectuels les plus engagés dans le projet du comte Keyserling étaient tenus à une stricte observance de la philosophie keyserlingienne particulière et étaient sous la direction du comte ou de ses disciples de confiance. Parmi eux, le comte Kuno von Hardenberg (1871-1938), orientaliste et critique d'art, spécialiste de la franc-maçonnerie. Le scientifique qui, comme le comte von Keyserling lui-même, était d'origine balte : Karl Julius Richard Happich (1863-1923) (photo), l'un des pionniers du contrôle hygiénique, bactériologiste et vétérinaire, également oncologue.

indexhappich.jpg

Kuno von Hardenberg et Karl Happich écriront, avec Hermann von Keyserling, un livre au titre éloquent Das Okkulte (L'occulte) ; ce n'est pas pour rien que Federico Sciacca affirme que Keyserling "s'est donné à la magie et à l'occultisme dans une conception du génie comme véhicule de Dieu sur terre". Le psychologue Georg Groddeck (1866-1934), considéré comme l'un des pionniers de la médecine psychosomatique, a également joué un rôle dans l'École de la sagesse.

Mais quelle était la philosophie de Keyserling ? La philosophie de Keyserling est une cristallisation supplémentaire du pessimisme qui a suivi la Première Guerre mondiale, à l'instar du relativisme de Simmel, de la philosophie de l'histoire d'Oswald Spengler et d'autres courants contemporains : rien moins que les fondements de la civilisation occidentale étaient en jeu. Keyserling revendique le "Sens" et fait une critique grossière du rationalisme et de la civilisation technique dans lesquels l'Occident a sombré. "L'Occidental est un fanatique de l'exactitude. D'autre part, il ignore presque tout de la signification. Si jamais il pouvait la saisir, il l'aiderait à trouver son expression parfaite et à établir une harmonie complète entre l'essence des choses et les phénomènes" - nous dit le comte Keyserling dans Journal de voyage d'un philosophe (1919).

Pour Keyserling, il s'avère que le "sens", qui est - précisément - ce que l'Occidental ignore, est ce que l'Oriental n'a pas perdu. Le sens ne peut être découvert que par une intuition particulière et par l'interprétation des symboles et des mythes. C'est en tenant compte de cet élément que l'on peut comprendre que Keyserling tourne son regard vers l'Est, où le comte balte croit avoir trouvé la clé qui, convenablement greffée à l'Ouest, peut permettre à l'homme de découvrir sa véritable personnalité, falsifiée par la civilisation de la mesure et des machines. L'école de la sagesse n'était pas un centre conventionnel de philosophie académique, mais un chemin de connaissance dans un but précis : la plénitude. La rencontre avec le Sens - pour Keyserling - n'est pas seulement la rencontre avec la réalité qu'il y a, mais plutôt l'ouverture à la réalité qu'il peut y avoir. La philosophie de Keyserling était une autre expression de l'irrationalisme romantique allemand et son École de la Sagesse un retour aux approches anciennes d'une philosophie qui prétendait offrir une doctrine de salut, comme le pythagorisme et l'Académie de Platon.

006368203.jpg

Keyserling était très populaire en Espagne. L'intelligentsia espagnole et les classes sociales supérieures de l'époque étaient ravies de le recevoir et l'entretenaient avec des banquets, et attendaient la prédication du comte mystagogue avec intérêt et scepticisme. Indépendamment de leurs tendances, qui à l'époque ne s'étaient pas radicalisées jusqu'à la confrontation civile, José Ortega y Gasset, Eugenio d'Ors, les Machados, les Barojas, Ernesto Giménez Caballero, Rafael Alberti, Ramiro Ledesma Ramos, Ramón Menéndez Pidal, Américo Castro... ont partagé d'agréables soirées en Espagne avec le sage balte. Mais il y avait d'autres motivations pour les voyages du comte Keyserling en Espagne, en plus de son harmonie avec le monde hispanique. Keyserling avait envisagé la possibilité de créer une branche de son École de la Sagesse dans les Îles Baléares. Les journaux de l'époque ont rapporté que cette entreprise culturelle voulait créer un centre de formation pour les élites castillanes et catalanes avec l'intention de propager le pangermanisme.

Mais l'hebdomadaire La Conquista del Estado de Ledesma Ramos réagit à ces prétentions germaniques, comprenant les allées et venues du comte Keyserling comme une ingérence étrangère dans les affaires hispaniques. Il est plus que probable que La Conquista del Estado avait raison : Keyserling exerçait son influence sur l'Espagne, mais avec l'idée de l'exercer ensuite sur l'Amérique latine : c'est ce que lui reproche l'hebdomadaire de Ledesma Ramos : "D'une part, il recherche l'amitié espagnole pour donner à la pauvre petite France matière à réflexion. Et d'autre part, il veut s'assurer le marché hispano-américain en cultivant les agents les plus autorisés de la métropole hispanique" ("Keyserling en España o el comercio alemán de ideas", LA CONQUISTA DEL ESTADO, 14 mars 1931).

2-84100-047-8.jpg

L'Espagne était alors, comme elle l'est aujourd'hui, une terre où le poids des puissances en présence se décidait dans les rencontres de la société et de la culture.

Nous pouvons en conclure que l'École de la Sagesse de Keyserling a pu être, en même temps qu'un centre de philosophie, un laboratoire d'idées d'un certain pangermanisme de l'entre-deux-guerres qui expérimentait des stratagèmes pour réaliser des alliances avec de grands blocs géopolitiques, comme celui constitué par l'Hispanidad. Le triomphe du national-socialisme hitlérien a conduit à la persécution et à l'extinction de nombreuses organisations similaires à celle de Keyserling (rappelez-vous le harcèlement auquel le hiérophante Rudolf Steiner et son anthroposophie ont également été soumis par les nazis). En Espagne, après la guerre civile espagnole, la philosophie de Keyserling a décliné et son étoile a pâli..... Elle est restée un souvenir fané des temps d'avant le massacre dans lequel nous étions impliqués.

La leçon du cas de Keyserling se résume peut-être à l'intérêt que toutes les puissances mondiales ont manifesté pour exercer leur influence culturelle sur l'Espagne, avec l'intention de l'exercer à leur tour sur les pays frères d'Amérique latine : Français, Anglais, Allemands, Russes se sont partagé les sympathies des Espagnols. Certains Espagnols, comme Valle-Inclán, ont travaillé pour les Alliés pendant la Première Guerre mondiale, d'autres Espagnols ont professé une évidente germanophilie, et même au milieu des fusillades de la guerre civile, on pouvait entendre des acclamations pour la Russie. D'une manière très différente, les pays qui se sont disputés l'hégémonie mondiale ont réussi à nous rallier à leur cause.

N'est-il pas temps de créer nos propres centres culturels dans le but précis de mener à bien une grande politique hispanique ? Oui, je pense que c'est le cas. Et pour de simples raisons de survie. J'espère pouvoir répondre à cette question très bientôt.

BIBLIOGRAPHIE :

Plusieurs livres de Hermann Comte de Keyserling.

Plusieurs livres d'Eugenio d'Ors.

Federico Sciacca, "La philosophie aujourd'hui".

Emile Bréhier, "Histoire de la philosophie", vol. 2.

Antonio Machado, "Juan de Mairena".

dimanche, 11 septembre 2022

Art et métapolitique dans l'Espagne du 20ème siècle: le rapport Dali/Franco

Salvador-dali-equestrian-portrait-of-carmen-bordiu-franco.Jpg

Art et métapolitique dans l'Espagne du 20ème siècle: le rapport Dali/Franco

Juan Montis-Christus

Source: https://septentrionis.wordpress.com/2022/09/10/arte-y-metapolitica-en-la-espana-del-siglo-xx-dali-franco/

"La révolution russe est la révolution française arrivée en retard, à cause du froid".

Salvador Dalí

"N'insistez pas pour être moderne. Malheureusement, quoi que vous fassiez, c'est la seule chose que vous ne pouvez pas vous empêcher d'être".

Salvador Dalí

"Franco et Dalí, Dalí et Franco : non pas une sympathie extravagante pour cacher ou déformer, mais une relation complexe pleine de recoins fascinants et contenant peut-être plus d'une clé décisive pour notre propre avenir".

Antonio Martínez, "El Manifiesto".

Le monde de l'art a donné à l'Espagne deux figures exceptionnelles de renommée mondiale au milieu du 20e siècle : Antonio Gaudí et Salvador Dalí; le premier a excellé dans le monde de l'architecture, le second dans la peinture. Les œuvres que les deux artistes ont produites tout au long de leur vie étaient d'une grande richesse symbolique et beaucoup d'entre elles avaient une grande charge mythique, précisément dans un monde horriblement désacralisé, profane et matérialiste, ainsi qu'anti-mythique et anti-symbolique par définition; et tous deux ont suivi, chacun à sa manière, une "voie mystique" particulière. Cette dernière était plus évidente chez Gaudí, un fondamentaliste catholique dévot et pratiquant ; dans le cas de Dalí, son mysticisme sui generis présentait des caractéristiques plutôt problématiques... Ce qui chez l'un était une religiosité dévotionnelle (extérieurement, bien sûr...), une introspection, un abandon de la "voie mystique", l'abandon du "bruit du monde", l'austérité véritablement spartiate, le dédain du luxe, du faste et de l'apparat, le détachement, surtout dans la dernière phase de sa vie ; d'autre part, chez l'autre, chez Dali, malgré son catholicisme théorique - voire national - étroitement lié aux grands mythes légendaires et patriotiques (l'apôtre Santiago, Covadonga, Don Pelayo, la Reconquête, le Cid, la Découverte de l'Amérique, la Vierge du Pilar, Philippe II, etc. ), c'était tout le contraire : excentricité, exhibitionnisme, extravagance, goût du scandale, de la provocation et une apparente superficialité ; et nous disons apparente, car Salvador Dalí a été très clair à ce sujet dans des propos qu'il a tenus tout au long de sa vie, tels que : "Les sociétés démocratiques ne sont pas adaptées à la publication de révélations tonitruantes comme celles que j'ai l'habitude de faire".

2gaudi.jpg

gaudi-barcelona-titelbild.jpg

0e528ba1b4843d3a5e68cd92506dfd2c.jpg

Salvador+Dali+-+Lugubrious+Game+.JPG

Le mépris de Dalí pour les sociétés bourgeoises et libérales, qui le divertissent sans même le comprendre, est absolu ; il est révulsé par la démocratie et les sociétés de masse, qu'il considère - à juste titre - comme de la pure camelote ; "le clown, ce n'est pas moi, mais cette société, si monstrueusement cynique et inconsciemment naïve, qui joue un rôle sérieux pour masquer sa folie". Salvador Dalí, symboliquement "chevauchant le tigre" au milieu d'un monde en ruines, un tigre qui finira par le dévorer ; voilà ce que c'est que de suivre un chemin très personnel et autonome vers la transcendance, en dehors d'une véritable doctrine sapientielle traditionnelle et orthodoxe ; comme nous l'avons dit plus haut, son catholicisme national a toujours été très particulier, même dans la période dite "mystique" où il a produit - à notre avis - la meilleure et la plus florissante de son oeuvre picturale... 

22617505.jpg

Ernesto Milá, dans son merveilleux livre sur le génie de l'Empordà (1), avance une théorie très intéressante. Au sein des deux voies autonomes vers la transcendance et la réalisation du soi indiquées par la tradition sapientielle, à savoir la "Voie de la Main Droite" et la "Voie de la Main Gauche", selon la thèse très suggestive de Milá, Antonio Gaudí incarnerait spécifiquement la première, tandis que Salvador Dalí incarnerait la seconde ; alors que la première était toute de retenue et de recueillement, la seconde était son contraire, fait d'excès et de débridage : "La voie de Gaudí peut être considérée, du point de vue de l'ésotérisme traditionnel comme la 'Voie de la main droite', celle qui consiste en une forte ascèse intérieure de caractère purificateur. Si nous l'avons appelé "voie autonome", c'est parce qu'elle a été construite spontanément par Gaudí, accumulant des expériences intérieures... il ne fait aucun doute que Gaudí était catholique, mais il ne fait aucun doute non plus qu'il a dépassé le simple catholicisme de dévotion" ; en ce sens, il n'y a rien de plus à voir et à étudier que ses fabuleuses constructions, toutes empreintes de symbolisme traditionnel, préchrétien et chrétien, même dans la version la plus ésotérique de ce dernier (le Graal, le Pélican, la Croix des Six Directions, la Croix du Tau, la Rose+Croix, etc.)

sagrada-familia-fachada.jpg

Sagrada_Familia_nave_roof_detail.jpg

Quant au peintre de l'Empordà, il incarnerait la Voie de la Main Gauche (2), une voie beaucoup plus dangereuse à suivre, surtout dans les périodes de dégradation et de dissolution du monde comme celle que nous vivons actuellement ; dans l'ésotérisme extrême-oriental, cette voie de réalisation de soi est symboliquement connue sous le nom de "Chevaucher le Tigre". À cet égard, Ernesto Milá dit de Dalí que "son catholicisme - très sui generis, d'ailleurs - est loin d'être de la même nature que celui du grand architecte (Gaudí). Les deux personnalités sont, par essence, différentes.

Dalí est un esprit mondain qui méprise la bourgeoisie et les "daliniens", mais partage sa vie avec eux car, au fond, il en vit. Il est repoussé par la plupart de ses admirateurs et a tendance à les traiter avec plus que quelques mots durs et blessants qui, dans de nombreux cas, sont moqués par les intéressés comme s'il s'agissait d'une originalité de plus. La mondanité, en revanche, est impensable chez Gaudí...". En Occident, et plus précisément en Grèce, nous avons une doctrine analogue à la voie tantrique extrême-orientale, qui a fini par exercer une certaine influence à la fin de l'époque romaine ; nous parlons de l'épicurisme (3), une école philosophique qui est née à Athènes à la fin du IVe siècle avant Jésus-Christ ; cette doctrine prônait l'absence - évidemment pour l'homme vraiment différencié - de soucis et la jouissance de tous les plaisirs de la vie (bonheur, félicité, bien-être, fortune, richesse), mais tout cela sans perdre l'Axe ou le Centre, en suivant toujours et malgré tout un Nord et un Guide existentiels, vivre et errer sans fuir le "bruit mondain", mais sans se laisser entraîner par le courant général de la subversion et de la désintégration, "vivre à l'intérieur de soi, et non décentré et détaché" (Antonio Medrano), en cherchant toujours, même dans le chaos et la dégradation - dans les enfers - un principe d'Ordre, de détachement et de déconditionnement. Comme le dirait Julius Évola, "se tenir droit au milieu d'un monde en ruines".

epicure2.jpg

De nombreux modernes et postmodernes, poussés par une imbécillité et une ignorance vraiment suprêmes, ont interprété de manière erronée la doctrine de cette école philosophique, comme une simple voie vers l'hédonisme le plus absolu, une erreur grossière ; à cet égard, le fondateur de cette école a écrit : "Lorsque nous disons que le plaisir est la fin, nous n'entendons pas les plaisirs lascifs et licencieux, comme le disent certains ignorants de notre doctrine ou contraires à celle-ci ; mais nous unissons l'absence de douleur du corps à la tranquillité de l'esprit. Ce ne sont pas les festins et les banquets, ni les plaisirs des garçons et des femmes, ni les poissons et autres délices que l'on peut donner à une table somptueuse qui rendent la vie douce, mais un raisonnement sobre qui étudie parfaitement les motifs de tout choix et de tout refus... l'homme lucide et prudent sait discriminer, et cette opération le rend heureux.

La douleur provient d'appétits désordonnés qui ne sont pas discriminés selon l'intelligence, c'est-à-dire vivre de façon irrationnelle dévoré par des passions et des appétits tordus. L'homme intelligent, au contraire, s'abstrait de toute perturbation possible en se réfugiant dans l'autarcie, le contrôle de soi, la maîtrise de soi. L'autarcie, quant à elle, mène à l'ataraxie, l'imperturbabilité, la sérénité intérieure" (Épicure de Samos). Il est clair que Dalí s'inscrit beaucoup plus dans cette conception du monde que Gaudí, mais seulement en partie, car il finira par être vitalement brisé, déséquilibré et désaxé (perte de l'"autarcie intérieure", de la "maîtrise de soi"), comme tous ceux qui marchent sur le fil du rasoir ou qui "chevauchent le tigre" (4), sans points d'appui spirituels et métaphysiques solides, comme c'était son cas.

Dali_Allan_Warren.jpg

Le Dali métapolitique

Pendant une grande partie de sa vie, Salvador Dalí a toujours ressenti un certain détachement et une certaine distance par rapport à la politique du monde - apoliteia - mais pas par rapport à une certaine métapolitique - au-delà de la politique - son admiration pour les grandes figures politiques du 20ème siècle telles que Hitler, Mussolini, Franco, José Antonio Primo de Rivera, voire Lénine et Mao Tse Tung, était due à la "dimension mythique" qu'il entrevoyait derrière ces personnages historiques, qu'ils soient "bons" ou "mauvais". À son retour en Espagne en 1948, alors qu'il s'imprègne - à sa manière, bien sûr - de la mystique nationale-catholique affichée par l'État du 18 juillet et personnifiée dans la figure "mythique" de Francisco Franco, ainsi que du riche symbolisme et du rituel qui l'accompagnent à travers les organisations du Mouvement officiel, il s'attache progressivement à une certaine "droite" traditionnelle et métapolitique, abandonnant totalement ses idéaux révolutionnaires de jeunesse, prônant une véritable Monarchie, condamnant la démocratie, le libéralisme, l'égalitarisme, le machinisme, la standardisation, la médecine moderne et toutes sortes d'aberrations collectivistes, et se prononçant en faveur de la hiérarchie, d'une Aristocratie de l'Esprit (par opposition à celle du blason), de l'autorité, de l'esthétique, de la diversité, des valeurs de la personnalité par opposition à la massification, de la métaphysique, d'une "vraie Renaissance", de la Magie et de la Tradition; "Je ne crois qu'en la réalité suprême de la Tradition", disait Dalí. Il affirmait vivre au milieu d'une époque vulgaire, et que la vulgarité devait être vaincue "verticalement", tandis qu'en même temps la société devait être complètement déprolétarisée (précisément aujourd'hui le démonisme mondialiste cherche exactement le contraire) ; il parlait aussi d'une véritable "révolution culturelle" et "mystique" qui dissoudrait les fondations sur lesquelles les sociétés bourgeoises et démocratiques pourries étaient construites, et restaurerait ainsi la Tradition : "Ce n'est pas la vraie révolution mais celle qui retrouve la Tradition cachée sous la poussière de la fausse tradition". Re-volvere, remettre, revenir à la restauration de la Norme, au Centre, à l'Origine, à la Vérité, aux valeurs éternelles de l'Esprit ?

PORTADA-1.jpg

326bf8bac6124427bdf407fe07d5751e.jpg

Monumento_del_Ángel,_Santa_Cruz_de_Tenerife,_Canarias.JPG

Juan de Ávalos, fils du célèbre sculpteur de la Basilique de la Vallee de los Caidos, l'œuvre suprême - et extraordinaire - du national-catholicisme franquiste, nous raconte un épisode curieux ; nous savons que Salvador Dalí a été l'un des premiers intellectuels espagnols à rejoindre avec enthousiasme le Mouvement national en 1937 ; il s'avère que juste après la fin de la Croisade en 1939, il a présenté à la Phalange un projet monumental qualifié de "macabre" : "Il a même proposé un monument commémoratif plutôt extravagant à la Phalange. L'idée était de fondre ensemble, tous les os de tous les morts de la guerre. Ensuite, tous les kilomètres entre Madrid et l'Escorial, une cinquantaine de piédestaux seront érigés sur lesquels seront placés des squelettes fabriqués à partir des vrais os. Ces squelettes seraient de plus en plus grands. Le premier, au départ de Madrid, ne ferait que quelques centimètres de haut. Le dernier, en arrivant à El Escorial, aurait trois ou quatre mètres de haut. Il semble que le projet n'ait pas du tout plu à Franco et qu'il ait été finalement rejeté, mais c'est là qu'a commencé une relation d'amitié et même d'admiration mutuelle entre les deux génies de l'Espagne du 20ème siècle (5) ; à une occasion, il est même allé jusqu'à dire que les deux grands inspirateurs de son œuvre étaient la Santina (la Vierge de Covadonga) et le Caudillo, ce qui horrifierait n'importe quel nabot progressiste ou politiquement correct d'aujourd'hui.

Virxe_de_Cuadonga_(la_Santina).jpg

De toute évidence, Salvador Dalí, comme le souligne Ernesto Milá, était l'un des très rares artistes "modernes" pour qui les symboles n'étaient pas simplement des signes muets et vides, mais des porteurs potentiels d'idées suprasensibles et métaphysiques. D'où sa fascination pour le symbolisme et l'attirail qui accompagnaient les monarchies sacrées d'antan, ainsi que les États modernes et les grands dirigeants totalitaires du XXe siècle, face à la mentalité anti-symbolique et à la médiocrité répugnante et mesquine de la bourgeoisie libérale, caractérisée par sa crasse, sa bassesse et sa pauvreté symbolique-doctrinale sans limites. 

"Dans la monarchie, une autorité maximale coexiste avec des possibilités maximales pour l'individu. Hétérogénéité en bas et unité en haut... J'ai toujours été anarchiste et monarchiste. Monarchiste dans l'ordre. Ainsi, cette anarchie est de nous, ceux d'en bas, et elle est à protéger par l'ordre d'en haut. Et la monarchie est l'ordre parfait". C'est ainsi que Dalí concevait sa "Monarchie-anarchie" ; une hiérarchie, une aristocratie, une totalité et une autorité maximales au sommet de l'État et de la société, et une liberté et un pluriformisme maximaux à la base - "La liberté dans l'ordre", comme le disait José Antonio Primo de Rivera, un leader qu'il admirait aussi profondément ; c'était le genre de monarchie sacrée dont Dalí (et très probablement Franco lui-même) rêvait et qu'il idéalisait, mais qui était totalement incompatible avec la vision du monde moderne ou postmoderne, à savoir qu'une monarchie libérale, démocratique et parlementaire - parodique et caricaturale en somme- n'est rien d'autre qu'un charlatanisme et une farce, une sorte de République couronnée où la figure du roi est celle d'une simple marionnette qui ne règne ni ne gouverne, une simple marionnette au service de la partitocratie et de la ploutocratie ("El Augusto Cero", comme le grand Juan Vázquez de Mella décrivait les monarques libéraux), raison pour laquelle la "Monarchie du 18 juillet" ou la "Monarchie du Mouvement national" instaurée par Franco - et à laquelle Dalí s'identifiait - est mort-née le 22 novembre 1975 (6).

Deux génies qui s'admirent mutuellement

"Un saint, un mystique, un être extraordinaire".

Salvador Dalí sur Francisco Franco

"Dalí n'a pas seulement sympathisé avec un certain franquisme, mais a également connu personnellement le dictateur et partagé des moments intimes avec lui. Il a peint un portrait de sa petite-fille et a dédié un poème au prince d'Espagne de l'époque, le successeur de Franco. Soyons clairs : Dalí a séduit Franco et la sympathie était réciproque. Sur quoi était-elle basée ? En effet, l'admiration et la sympathie étaient réciproques ; en 1964, le gouvernement de Franco lui décerna la Grand-Croix d'Isabelle la Catholique et en 1972, Dalí fit don de toute son œuvre à l'État espagnol (au grand dam de la foule séparatiste ; curieusement, aucune rue ne lui est dédiée à Barcelone...), ainsi que le financement de son Théâtre-Musée de Figueras, inauguré en 1974. À partir du moment où il s'installe définitivement en Espagne en 1948, plus précisément à Port Lligat, il ne cesse de louer la figure du Caudillo, qu'il considère comme un Mythe vivant ou comme une figure sacrée et métahistorique, au grand scandale de la poubelle intellectuelle et politicienne du monde démolibéral et ploutocratique.

895da6b7-4747-426e-bfe8-75d5d185ef05.jpg

L'admiration de Dalí pour la figure du Caudillo était si grande que sa mort, le 20 novembre 1975, le surprit lors d'une réunion à New York ; lorsqu'on lui annonça la nouvelle de la mort de Franco, Dalí demanda à être laissé seul et pleura, pressentant peut-être ce qui allait arriver à l'Espagne avec la disparition de sa dernière pierre d'achoppement avant qu'elle tombe comme un fruit mûr, proie et victime de la domination de la subversion mondiale qui l'emporta en 1945 après la Seconde Guerre mondiale, comme elle finit par l'être ; le penseur traditionaliste Álvaro d'Ors, ami de Carl Schmitt, a dit à juste titre que Franco avait gagné la guerre de 1936-39 mais qu'il avait néanmoins perdu la guerre de 1939-45, même sans y avoir participé directement, puisque les vainqueurs de cette dernière étaient les ennemis "éternels" -physiques et métaphysiques- de l'Espagne, et qu'ils n'allaient en aucun cas permettre une survie d'un post-franquisme solide en Espagne après la mort du Caudillo ; les trente années entre la fin de la Seconde Guerre mondiale et la mort du Caudillo ont été une sorte d'ajournement, comme nous le verrons plus loin...

AOrs.jpg

Statue d'Alvaro d'Ors.

Il faut rappeler qu'une petite indication de cela a été l'avalanche de protestations internationales et de manifestations délirantes de haine anti-espagnole émanant du monde ploutocratique (avec des attaques et des agressions contre nos ambassades, des menaces d'expulsion de certaines organisations internationales, etc.), y compris le Vatican maudit, anti-espagnol et traître, qui a eu lieu en octobre 1975 après l'exécution par fusillade, plus que justifiée, de trois criminels de l'ETA et de deux autres du FRAP ; Dalí a non seulement soutenu pleinement les politiques du Caudillo, mais aussi ses décisions antiterroristes, au grand scandale et à l'embarras des répugnants progressistes bien pensants qui grouillent dans les démocraties occidentales décadentes ; lors de la dernière apparition publique de Franco sur la Plaza de Oriente, le 1er octobre 1975, à l'occasion du XXXIXe anniversaire de son exaltation en tant que chef d'État, et également en tant que démonstration de répulsion contre l'ingérence étrangère dans les affaires nationales, devant des centaines de milliers de partisans, Dalí a déclaré avec émotion que le Caudillo était "le plus grand héros d'Espagne" ; de sorte que plus tard, divers imbéciles qui cherchent une certaine "homologation systémique" de l'artiste, disent que le franquisme de Dalí était imposture, mensonge ou pure apparence. Après tout, comme l'a dit Salvador Dalí lui-même, "la télévision est le plus grand instrument de crétinisation du monde d'aujourd'hui", comme le sont tous les médias d'"information" de masse du système démocratique délétère (il disait avec dérision qu'il lisait toujours les nouvelles dans les journaux à l'envers pour mieux les comprendre), même si le trash télévisuel remporte la palme et est aujourd'hui le meilleur moyen de diffuser le satanisme mondialiste et sous-humain ; nous savons déjà que quelque chose d'aussi démocratique que l'information et la propagande systémiques (le lavage de cerveau écrasant et destructeur), sont finalement la contre-figure parodique et sinistre -diabolique- de la vraie Culture, ainsi que de la formation intégrale de l'individu. Art, Mysticisme, Spiritualité, Métaphysique, Métapolitique face aux forces dissolues et désintégratrices de la Modernité, tel était en substance le véritable sens que Dalí donnait au concept qu'il avait de la véritable "Révolution culturelle" (7).       .

9cff8e6f2a4a34a833acde054af391f7-1-p1nygy7jdp058l80yj8vobo6i811jdnvdn3x36c2g4.jpg

"Depuis la Révolution française, il s'est développé une tendance vicieuse et crétine à considérer le génie comme un être humain égal en tout point à tous les autres". Salvador Dalí, génie et figure jusqu'à la tombe ; Franco, quant à lui, a un jour prononcé en privé une phrase qui est aujourd'hui aussi ridiculisée qu'incomprise, et qui suscite habituellement la dérision des "terroristes de la plume", comme Onésimo Redondo avait l'habitude d'appeler les déchets journalistiques : "Faites comme moi, ne vous mêlez jamais de politique" ; de toute évidence, lorsque le Caudillo a fait une telle déclaration, il faisait référence à la "petite politique", à la politique étroite, myope et à courte vue, si consubstantielle à la démence démocratique, bourgeoise et libérale ; au contraire, le Caudillo a toujours parlé d'une autre politique éminemment supérieure, la politique comme "acte de service", comme Milice, la politique exécutée de manière sacrée, solaire, ouranique-virile -vraiment royale-, comme un acte de Service et de Sacrifice à la tête de la Communauté Populaire, la politique comme une fonction "presque divine" (José Antonio), la politique qui regarde plus les générations futures que les prochaines élections. C'est ainsi que Franco et Dalí ont tous deux compris la vraie politique, comme un véritable Art ; la Grande Politique : Métapolitique, "au-delà de la politique", Métaphysique de la politique... 

1989-DALI.jpg

Enfin, le grand Dalí est mort d'une crise cardiaque le 23 janvier 1989 à l'âge de presque 85 ans. Il est mort en écoutant son opéra préféré "Tristan et Isolde", de son compositeur allemand admiré, Richard Wagner. Il a été enterré dans la crypte de son Théâtre-Musée à Figueras, en face de l'église Sant Pere (photo), où il avait été baptisé et où il avait fait sa première communion.

l-eglise-sant-pere-a-figueres-visoterra-44839.jpg

L'alpha et l'oméga d'une vie certainement fascinante, folle en de nombreuses occasions, mais aussi pleine d'épisodes sombres et de figures sinistres et orageuses, une vie de fortes contradictions et aussi d'"affirmations souveraines", d'intuitions brillantes et de comportements autodestructeurs, comme tous ceux qui, au cours de leur vie, ont marché "sur le fil du rasoir", toujours au bord de l'abîme, ou qui ont vécu - ou plutôt ont choisi de vivre - existentiellement et volontairement dans "les régions les plus sombres et les plus souterraines de l'enfer". 

"Le vrai peintre est celui qui est capable de peindre des scènes extraordinaires au milieu d'un désert vide. Le vrai peintre est celui qui est capable de peindre patiemment une poire entourée des tumultes de l'Histoire" (Dalí). Il en va de même pour un véritable artiste en politique, comme pour la Grande Politique.....

                                                                                           SALVADOR DALÍ PRESENT !!!!!
FORCE, HONNEUR ET TRADITION!

Juan Montis-Christus

NOTES :

      (1)  "Dalí entre Dieu et le diable. Le magique et le paranormal dans sa vie et son œuvre". Ernesto Milá, 2002. Un livre extraordinaire et hautement recommandé. Les chapitres VII ("Politique hermétique") et IX principalement, à encadrer, très intéressants du point de vue métapolitique et qui nous donnent un aperçu de la vision du monde de Dalí.

9788427019300-es-300.jpg

(2) Ernesto Milá, dans son livre "Le mystère Gaudí" - également brillant - pointe du doigt une autre figure au sein de ce que nous pourrions appeler "un chemin très particulier vers la transcendance" : Adolf Hitler. Il est curieux qu'Hitler, fondateur d'abord du Parti national-socialiste des travailleurs allemands, puis du Troisième Reich, se soit toujours considéré comme un "artiste" plutôt que comme un homme politique. Amateur de peinture et d'architecture, il a toujours rêvé de transformer l'État qu'il a fondé et dirigé en un "État artistique". Ernesto Milá attribue également à Adolf Hitler la "Voie de la Main Gauche", mais le Caudillo allemand, en agissant ainsi - comme Dalí - en marge d'une doctrine véritablement traditionnelle, orthodoxe et sapientielle, a fini par sombrer dans le titanisme le plus absolu et une "volonté de puissance" exaspérante, véritablement démoniaque, qui l'a conduit à sa propre catastrophe et à celle de tout le gigantesque Mouvement qu'il dirigeait et qui tournait autour de sa figure véritablement énigmatique. D'autre part, Dalí éprouvait également une fascination particulière pour la figure d'Hitler, auquel il a même consacré trois tableaux, le premier en 1939, peu avant le début de la Seconde Guerre mondiale : "L'énigme d'Hitler" (illustration, ci-dessous), presque comme une prémonition de ce qui allait arriver ; curieusement, l'un des peintres qui a le plus influencé Salvador Dalí était précisément Arnold Böcklin, un peintre suisse du XIXe siècle qui appartenait au mouvement artistique du symbolisme et était également très admiré par Adolf Hitler. Tous deux ont trouvé l'œuvre de ce peintre, aujourd'hui oublié, fascinante et très mystique. "Le Führer a acheté son œuvre la plus célèbre, L'île des morts, dont il existait cinq versions différentes. Mais bien qu'étant un grand peintre, Böcklin a été oublié. Chaque trait classique nous rappelle le monde moderne dans lequel le peintre ne semblait pas non plus s'intégrer, mais dont la manière de peindre a tout changé" (Pola Sierra). Les œuvres de ce peintre, fortement influencé par le romantisme et le symbolisme, sont chargées d'une atmosphère mythique, souvent sinistre, "ses œuvres esquissent des figures fantastiques et mythologiques sous des constructions issues de l'architecture classique (révélant souvent une obsession de la mort), créant un monde étrange et fantastique" (Alfred Heinrich Schmid) ; des œuvres qui ont grandement influencé Dalí et sa méthode "paranoïaque-critique".

0475.jpg

1280px-Arnold_Boecklin_-_Island_of_the_Dead,_Third_Version.JPG

"L'énigme Hitler" de Dali et "L'Ile des morts" de Böcklin.

    (3) Épicure de Samos, (341 avant J.-C., né à Samos, mort à Athènes en 271/270 avant J.-C.).

     (4) Dans le symbolisme extrême-oriental, le tigre représente les forces du chaos et de la dissolution, de la subversion. Symboliquement, le monter signifie dominer, contrôler ces forces en restant fermement en selle sans tomber, jusqu'à ce que ces forces tombent de leur propre poids, abandonnées par épuisement. En Europe, plus précisément dans le mithraïsme, la figure du taureau et son sacrifice avaient un symbolisme analogue, et le rite de la tauromachie des temps modernes est comme un écho dégradé de ce mythe sacré, un symbolisme de la tauromachie qui a également toujours fasciné Salvador Dalí.

       (5)  "En réalité, Dalí admirait Franco politiquement et humainement pour des raisons très proches de cette préférence qu'il avait pour la forme monarchique. Il définit Franco comme "le summum du calme" et affirme qu'en tant que Galicien, il possède un caractère très approprié pour gouverner l'anarchisme du peuple espagnol. Cependant, il ne s'agit pas seulement ici d'une aptitude psychologique particulière, du silence proverbial de Franco, de son flegme celtique, de sa réserve et de sa circonspection, si adaptées à l'homme d'État obligé de prendre des décisions sérieuses en permanence. Dalí, à la fois ultramoderne et ultraconservateur à sa manière très personnelle, a compris que Franco, bien plus que dans le domaine du fascisme pur, se situait dans la tradition spirituelle de Philippe II : un Philippe II qui a construit le monastère catholique-hermétique de l'Escorial et qui, de manière très significative, admirait Jérôme Bosch - dont il possédait de nombreuses œuvres - de la même manière que Franco l'a fait avec Dalí. Philippe II, un grand roi qui a dû faire face à des circonstances tragiques, a bien compris la vocation universelle et le destin méta-historique de l'Espagne. Franco aussi, même si l'on s'est beaucoup moqué - aussi sarcastiquement que superficiellement - du cliché de la "réserve spirituelle de l'Occident" et d'autres notions similaires, si chères pendant des décennies aux intellectuels du Régime" (Antonio Martínez). À une occasion, Dalí a exprimé sa surprise lorsqu'il a découvert que l'un des peintres préférés de Franco était précisément l'un des peintres qui le fascinait également le plus : le peintre baroque néerlandais Johannes Vermeer van Delft (1632-75). Il convient de souligner que Franco était également passionné de peinture et d'architecture, et qu'il a toujours voulu établir une certaine éthique et esthétique à cet égard dans le Mouvement qu'il a fondé et dirigé, bien que la régression - dans tous les sens, y compris les aspects culturels et artistiques - que l'État du 18 juillet a subie à partir des années 1956-59 allait faire échouer de manière spectaculaire cette initiative véritablement révolutionnaire ; de l'Espagne missionnaire de la Croisade, nous sommes passés à l'Espagne de la "stabilisation", du "développement", de la "technocratie" et de la folie consumériste, bref ce fut "la mort de l'esprit du 18 juillet", comme le dénonçaient déjà de nombreuses figures de proue du Régime dans les années 1960. Cependant, pour Salvador Dalí, tout cela n'avait aucune importance ; ce qui était fondamental pour ses conceptions métapolitiques, c'était la richesse des grands symboles - dont beaucoup étaient mythiques -, l'attirail rituel et cultuel qui accompagnait la figure du Caudillo et le système qu'il fondait et dirigeait, des symboles qui reliaient l'Espagne dans laquelle il vivait à la Grande Espagne des meilleurs temps, à l'Espagne de Covadonga, de la Reconquête, des Rois Catholiques, de l'Âge d'Or. Il existe quelques livres d'un certain intérêt, puisqu'il n'y a pas grand-chose à ce sujet, qui abordent le sujet de l'art en général et de la culture pendant le régime franquiste, en dehors de l'idéologie et des commentaires biaisés de leurs auteurs, bien sûr : "Art et idéologie dans le franquisme (1936-51)" et "Esthétique dans le franquisme" ; dans les deux livres, on conclut plus ou moins qu'il y a bien eu une éthique et une esthétique spécifiques pendant le soi-disant "premier franquisme" (1936-59), ou plutôt, une application ou une manifestation cosmovisionnelle de "l'esprit du 18 juillet" dans les expressions et les déclarations artistico-culturelles de l'État nouveau. Aujourd'hui, il est normal dans cette Espagne apocryphe, démente et ultra-dégradée que toutes ces manifestations du franquisme soient considérées par une masse imbécile, empoisonnée, sans âme et illettrée comme "carcasses", "anachroniques", "obscures", "rétrogrades", "mégalomanes", "impérialistes", "totalitaires", etc, etc.....

     (6)   Le 22 novembre 1975, le Prince Juan Carlos de Borbón est proclamé Roi d'Espagne par les Cortes Orgánicas et le Conseil National du Mouvement inclus dans celles-ci, après avoir juré sur les Saints Evangiles d'être fidèle à l'héritage reçu (le franquisme, l'Etat du 18 juillet), et de garder et faire respecter les Lois Fondamentales du Royaume et autres Principes qui informaient le Mouvement National. À peine un an plus tard (18-XI-1976, "La trahison de novembre"), ces mêmes Cortes organiques et ce même Conseil national du mouvement approuveront massivement une "loi de réforme politique" qui ne réformera absolument rien, mais détruira complètement tout le système juridico-politique et institutionnel franquiste, ouvrant à nouveau l'Espagne à la démocratie bourgeoise et libérale, ce que Franco et Dalí détestaient tout autant. C'est pourquoi nous avons dit que la rêvée "Monarchie du Mouvement National" établie par Franco, était déjà mort-née après le "couronnement" du Parjure... 

15626769636005.jpg

reflexiones-sobre-espana-jose-antonio-giron-de-velasco.jpg

(7)    C'est précisément l'homme qui a été ministre du Travail pendant la plus grande partie de ce qu'on appelle le "premier franquisme", le Falangiste de la vieille garde José Antonio Girón de Velasco (photo ci-dessus), qui a dit que le franquisme avait finalement échoué parce qu'il n'avait pas réalisé, ou n'avait pas abordé, ou n'avait pas su réaliser, la seule révolution qui lui manquait, ayant réalisé avec plus ou moins de succès - comme il le disait, bien sûr - les révolutions politique, sociale, agraire et industrielle : la Révolution culturelle...

lundi, 04 juillet 2022

Sommet de l'OTAN ... aux frais des contribuables espagnols

220628-sg-pm.jpeg

Sommet de l'OTAN ... aux frais des contribuables espagnols

Eduardo Núñez

Veuillez trouver ci-joint l'accord entre le Royaume d'Espagne et l'OTAN concernant le sommet qui s'est tenu récemment à Madrid les 28, 29 et 30 juin 2022.

Comme il est évident, ce Sommet a un coût, que, bien sûr, nous, la société civile, payons, et ce par l'imposition d'un pouvoir exécutif qui n'a pas de limites ou de contrôle, et qui ne peut pas non plus être tenu responsable ou redevable. C'est la conséquence d'un régime d'État-parti, une partitocratie, où le pouvoir politique contrôle les citoyens et non les citoyens qui contrôlent le pouvoir politique.

Ainsi, on peut le voir dans les clauses de l'accord :

Clause 3.

Locaux, équipements, fournitures publiques et autres services.

"Le Royaume d'Espagne fournira, sans frais pour l'OTAN et sous réserve d'un accord préalable, l'espace, les installations, l'équipement, les services publics et les services nécessaires pour les réunions de pré-sommet et de sommet".

Clause 4.

Services médicaux.

"Le Royaume d'Espagne veillera à la disponibilité de services médicaux adéquats sur le lieu du Sommet, avec du personnel qualifié pour fournir les premiers soins et s'occuper des urgences, et garantira l'accès et l'admission à un hôpital, si nécessaire, pour les participants qui assistent aux réunions préalables et aux réunions du Sommet, conformément à la clause 2".

C'est-à-dire aux citoyens espagnols, punis par des listes d'attente interminables et des attentes épuisantes en cas d'urgence.

Clause 5.

Hébergement et transport.

Le Royaume d'Espagne fournira, à ses propres frais :

(a) un logement adéquat et facilement accessible pour le Secrétaire général de l'OTAN et son équipe immédiate (onze personnes au maximum) ;

(b) des moyens de transport adéquats pour le Sommet pour tous les délégués officiels ; et

(c) des véhicules avec chauffeur à l'usage du personnel et des représentants de l'OTAN participant à l'événement.

Clause 8.

Protection policière et mesures de sécurité.

Le Royaume d'Espagne sera chargé de fournir et de payer la protection policière et les mesures de sécurité requises pour assurer le bon déroulement des réunions de pré-sommet et de sommet sans interférence d'aucune sorte.

Comme vous pouvez le constater, tout sera payé exclusivement par la société civile espagnole, sans que l'OTAN ne fournisse un seul centime. Et ce, pour le prix modique de: 29.312.827,40 euros, comme l'indique le portail des marchés publics, l'objet de l'appel d'offres est le contrat susmentionné pour le transfert temporaire d'espaces et la prestation de services et de fournitures nécessaires au sommet de l'OTAN qui se tiendra à Madrid en juin 2022. Et, bien sûr, comme il ne pouvait en être autrement dans l'état actuel des partis, dans le cadre d'une procédure contractuelle: négociée sans publicité. Attribué "fingerocratiquement". Le procédé typique de la partitocratie du régime de 78.

Je vous laisse le lien vers le portail référencé :

https://contrataciondelestado.es/wps/portal/!ut/p/b0/04_Sj9CPykssy0xPLMnMz0vMAfIjU1JTC3Iy87KtUlJLEnNyUuNzMpMzSxKTgQr0w_Wj9KMyU1zLcvQjzcMSQ_yKDHycvcwyXb2KwoIKc_IrHW1t9Qtycx0BPIeJGw!!/!/ !

Nous vivons une situation d'appauvrissement massif de la population espagnole, causée par les mauvaises décisions de la classe politique qui nous endette depuis au moins trois générations, nous subissons une inflation à la croissance galopante, et par conséquent, les prix des produits les plus élémentaires, tels que les aliments, l'essence ou le diesel et l'électricité, augmentent beaucoup plus que nos salaires (bien sûr, à condition d'avoir un emploi), sans oublier la hausse de la prime de risque et des taux d'intérêt, avec leurs répercussions sur les emprunteurs de prêts hypothécaires à taux variable, qui augmentent à pas de géant, et malgré cela, on nous impose ces dépenses pour accueillir un sommet d'une organisation belliciste et impérialiste sur laquelle nous ne sommes pas consultés et que nous ne pouvons pas nous permettre, sans oublier la grande erreur que cela représente pour l'Espagne d'un point de vue géopolitique, étant donné la situation de conflit militaire en Ukraine en pleine guerre de l'OTAN contre la Russie.

Tout ceci est une conséquence logique du régime des partis que nous subissons, où la société civile n'est pas représentée dans les institutions, mais au contraire, celles-ci sont dominées par des groupes oligarchiques qui sont à la tête des partis politiques, afin de garantir leur part respective de pouvoir dans un État incontrôlé et incontrôlable.

Dans une démocratie, les citoyens sont censés élire personnellement et directement leurs représentants au parlement (Principe de représentativité), instituant ainsi un collège de législateurs, concentrés sur leur travail législatif de défense des intérêts de leurs électeurs et contrôlant le pouvoir exécutif, élus dans des élections séparées par rapport au législatif (Principe de séparation des pouvoirs), comme conséquence directe de la liberté politique, comme la capacité de nommer et de déposer leurs représentants et leurs gouvernants.

Il est nécessaire de prendre conscience du grand mensonge dans lequel nous vivons et, par conséquent, d'agir pour inverser le régime corrompu et partitocratique que nous subissons. Notre survie est en jeu.