Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 25 janvier 2021

La crise sociale américaine

merlin_167461311_c9a5c2cb-1b70-4bf8-9d55-f4c1258c9387-superJumbo.jpg

La crise sociale américaine

Par Ali Reza Jalali

Ex : https://www.eurasia-rivista.com

Depuis plusieurs années, de nombreux analystes parlent de la crise de la démocratie et du système politique américains, notamment depuis l'arrivée au pouvoir de Donald Trump en 2016 ; ils nous exposent les contradictions de la société nord-américaine. "The Donald" était probablement la partie émergée d'un iceberg qui, sans son élection il y a quatre ans, ne se serait pas manifesté aussi rapidement ; Trump n'a fait qu'accélérer le cours des événements, rien de plus. En ce sens, la crise des prêts hypothécaires à risque entre 2007 et 2008 a été le début d'un cauchemar et la fin du "rêve américain" ; le mouvement "Occupy Wall-Street" en 2011 a été un nouvel élément de la dérive politique et sociale des États-Unis ; et la montée au pouvoir de Donald Trump ces dernières années a été la dernière étape en date pour confirmer la crise qui dure depuis au moins une quinzaine d'années.

2.2.0.jpg

En d'autres termes, si le XXe siècle a été celui du "rêve américain", du "pays leader du monde libre", le nouveau siècle a représenté jusqu'à présent et représentera également à l'avenir l'ère de la réduction progressive du système américain du point de vue de la politique intérieure. À vrai dire, la crise américaine ne manque pas de matière à réflexion en ce qui concerne la politique étrangère et l'hégémonie américaine dans le monde. De l'ascension de la Chine comme première économie mondiale, un problème qui selon les dernières études et grâce à la crise Covid-19 se matérialisera encore plus tôt que prévu, à l'incapacité de résoudre les différends régionaux dans certains points chauds du monde comme le Moyen-Orient - où le rôle des puissances "alternatives" à l'hégémonie mondiale des États-Unis ne cesse de croître (pensez surtout au rôle fondamental de la Russie dans cette région, inconnu jusqu'il y a quelques années), le déclin de l'empire américain dans le monde est au centre de l'attention depuis un certain temps.

imagespoorusa.jpg

Peu de gens, cependant, ont sérieusement discuté de la crise que traverse la société américaine sur le plan interne : la forte lacération sociale entre les riches et les pauvres, entre la haute bourgeoisie cosmopolite et la petite bourgeoisie et le prolétariat nationaliste, la réduction du rôle des partis au profit de nouvelles entités sociales et de dirigeants charismatiques, le contraste racial entre la composante WASP et "les autres", la crise industrielle qui a désertifié les villes et les zones économiquement développées sont autant de symptômes de la décadence impériale, même à l'intérieur des frontières nationales. On pourrait répondre que tous ces phénomènes ont existé dans le passé et ne sont pas des nouveautés absolues du XXIe siècle aux États-Unis. Ils le sont certainement : l'opposition entre le nord industriel (classe moyenne supérieure) et le sud agricole (classe moyenne inférieure) existe depuis l'époque d'Autant en emporte le vent, le KKK n'est pas une invention de Trump, la crise industrielle ne date pas d'il y a quelques années, les problèmes liés à l'immigration dans une nation fondée par des immigrés clandestins ont toujours existé. Après tout, la guerre d'indépendance n'était-elle pas une lutte entre les immigrants, les anciens et les nouveaux colons pour la domination de terres appartenant à des tiers (les Amérindiens) ?

Mais dans tout cela, il y a une vérité perturbatrice entièrement nouvelle concernant les années de l'administration Trump, à savoir une spécificité de notre époque qui ne se retrouve pas dans d'autres périodes de l'histoire américaine. Cet événement confirme sans équivoque la crise du système américain : l'agressivité sans précédent des mouvements d'"extrême droite" (une galaxie variée et hétérogène, allant des racistes purs et durs aux sectes évangéliques). Dans le passé, ces groupes étaient actifs au niveau local dans les bastions traditionnels de l'extrémisme ultra-conservateur, les régions du sud-est. Le KKK classique et ses ramifications ou imitations se "contentaient" d'attaquer les appareils d'État, les "communistes", les immigrants et les Noirs dans les landes reculées du Sud profond, loin des centres du pouvoir politique et économique dans le Nord riche, progressiste et opulent (New York et Washington). Même lorsque cela allait plus loin que cela, nous étions confrontés à des "fous" individuels qui, par des actions démonstratives importantes mais isolées, cherchaient à impressionner l'opinion publique (voir l'attentat d'Oklahoma City en 1995). Grâce à la montée de Trump et à sa dialectique "alternative" par rapport aux canons traditionnels de la politique américaine (Républicains contre Démocrates), les impulsions les plus sauvages de "l'extrême droite" ont explosé sans retenue. De plus, alors que dans le passé ces groupes étaient soutenus par une minorité de Sudistes, aujourd'hui une partie importante du prolétariat du Nord (majoritairement blanc, mais il y a aussi des exceptions) s'est alliée aux héritiers des Chevaliers Blancs et assimilés, créant ainsi un groupe important et actif dans tout le pays.

virginia-gun-rally.jpg

Les événements de ces jours et l'attaque contre le cœur du système américain par les partisans de Trump montrent que la crise sociale et politique nord-américaine ne concerne pas seulement l'hégémonie mondiale de Washington. C'est une réalité interne au pays, de l'autre côté de l'océan ; il sera difficile pour Biden de faire taire les âmes agitées de ce mouvement de protestation qui, contrairement au mouvement américain classique, ne vient pas des bons salons (on sait que beaucoup de soixante-huitards avaient leurs "parents" ou "amis" au "Palais"), mais trouve ses racines dans le malaise historique de certaines classes sociales qui ont encore les blessures du passé sur elles et se sentent volées par ce qu'on appelle à tort ou à raison les "lobbies maçonniques" de New York et de Washington. La différence est que dans le passé, cette vision se limitait aux cercles les plus exaltés de quelques petites villes et villages du Tennessee et de l'Alabama, alors qu'aujourd'hui, la base sociale des partisans maximalistes du président sortant est beaucoup plus large et plus hétérogène, avec une remarquable capacité paramilitaire et la volonté de mener à bien leurs projets anti-système à tout prix.

Peut-être, avant de se concentrer sur les exercices militaires en mer de Chine, en mer Baltique et dans le golfe Persique, le centre du pouvoir politique américain (qui va bien au-delà de Trump ou de Biden) devrait-il sérieusement s'inquiéter de ce qui se passe à Washington en raison de l'alliance sui generis entre les restes de l'extrême droite américaine, le prolétariat blanc (et d'autres) et Donald Trump, l'ami ultra-capitaliste (ou l'ami présumé) des marginaux (peut-être un WASP).

 

19:19 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, états-unis, crise américaine | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire