Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 28 avril 2021

Corne de l'Afrique, comment la Turquie a pris le relais de l'Italie

fecc8b324e7c01cec0112f3965a06e0c.jpg

Corne de l'Afrique, comment la Turquie a pris le relais de l'Italie

Emanuel Pietrobon

Ex: https://it.insideover.com/

Les Ottomans sont (une fois de plus) entrés dans le continent noir, où ils ont construit et/ou construisent des avant-postes depuis les ports arabes bordant la Méditerranée jusqu'au Sahel et depuis les terres ensanglantées de la Corne de l'Afrique jusqu'au Cap de Bonne Espérance, et ils y sont arrivés avec un objectif précis: rester et éventuellement prospérer et s'étendre aux dépens des autres, ou plutôt aux dépens des puissances usées, épuisées et séniles comme l'Italie et le Portugal.

Rares sont les nations d'Afrique subsaharienne qui n'ont pas été touchées par le nouveau pivot géostratégique du programme étranger de la présidence Erdogan qui, minutieusement étudié et mis en œuvre avec le même soin, a permis à la Turquie de pénétrer dans la zone à accès restreint connue sous le nom de ‘’Françafrique’’, d'atterrir à l'extrémité sud du continent, de s'étendre dans l'ancien espace colonial portugais et de prendre le relais de l'Italie dans la Corne de l'Afrique.

La Turquie en Somalie

L'opinion publique italienne, mais aussi une bonne partie de notre classe politique, ont réalisé qu'ils avaient "perdu" l'Afrique de l'Est au moment de l'enlèvement de la coopérante Silvia Romano, libérée après dix-huit mois d'emprisonnement grâce à l'intervention in extremis des services secrets turcs - qui ont profité (à juste titre) de l'occasion pour maximiser le profit en termes d'image. En réalité, ce territoire de l'Afrique orientale qui parle italien n'a pas été "perdu", il a été cédé, c'est-à-dire qu'il a fait l'objet d'un transfert de propriété en faveur de la Turquie.

somaliaturkey.jpg

Nos services secrets ont directement testé la caducité de leur réseau d'espionnage dans la Corne de l'Afrique, car ils ont été contraints de déléguer la question Romano à leurs homologues turcs, car ils étaient dans l'impossibilité d'établir un dialogue constructif avec les ravisseurs de l'organisation terroriste Al Shabaab, mais les secteurs dans lesquels l'Italie a subi un sérieux revers sont innombrables et variés.

Les destins de l'Italie et de la Somalie semblent s'être séparés après une union qui a débuté à la fin du 19ème siècle. Les raisons de la fin de ce long mariage sont doubles: la négligence avec laquelle nous avons traité cette nation africaine dans l'ère de l'après-guerre froide et le dynamisme concomitant de la Turquie, dont l’adrénaline est boostée. Une combinaison mortelle, même silencieuse, qui, en moins de trente ans, a conduit à la quasi-expulsion du Bel Paese de la Corne de l'Afrique, témoin impuissant d'événements similaires entre l'Éthiopie et l'Érythrée.

La Somalie est une nation que l'Italie a littéralement baptisée - le nom lui a été donné par l'explorateur Luigi Robecchi Bricchetti - et pour laquelle elle a dépensé 270 millions d'euros au cours des vingt dernières années en coopération pour le développement et le renforcement des institutions, sur fond d'engagement constant en termes de présence militaire à des fins humanitaires. En Somalie donc, la Turquie a incroyablement réussi l'entreprise de se faire une place au détriment de l’ancienne forteresse italienne consolidée et préexistante.

Ici, dans ce poumon de la Corne de l'Afrique et extrême périphérie de la Méditerranée élargie, la Turquie a commencé à investir massivement et intensivement depuis 2011, année d'une grave famine, érodant en une décennie plus d'un siècle de primauté italienne. Les chiffres et les faits, illustrés précédemment par notre analyste Paolo Mauri, peuvent expliquer ce que les mots ne réussissent que partiellement: plus de deux millions de dollars par mois investis dans la reconstruction rien qu'en 2016, l'aéroport de Mogadiscio construit avec de l'argent turc, la capitale devenant le siège de la "plus grande ambassade turque sur le continent africain" et l'ouverture de la base militaire et de l'académie de Turksom en 2017 - la plus grande installation de ce type d'Ankara à l'étranger, couvrant une superficie de 400 hectares et abritant en permanence un millier de personnes, y compris des soldats et des étudiants.

Turkish-Embassy-in-Mogadishu.jpg

Les points ci-dessus doivent être flanqués, à titre informatif, de données sur les échanges commerciaux - passés de 187,3 millions de dollars à près de 251 millions de 2018 à 2019 -, les investissements - plus de cent millions de dollars au cours de la dernière décennie - et la pénétration dans les infrastructures stratégiques - l'aéroport international et le port de Mogadiscio sont gérés par des entreprises turques.

EEfM1nTXoAAOkth.jpg

Enfin, et ce n'est pas le moins important, la Sublime Porte exploite ici aussi les instrumenta regni testés avec succès ailleurs, notamment entre les Balkans et l'Asie centrale, tels que la coopération humanitaire, la religion (construction de mosquées), la culture, la télévision (exportation de feuilletons) et les bourses d'études. Pour la seule année universitaire 2019-20, par exemple, quatre-vingt-dix-huit bourses ont été accordées pour permettre à des jeunes méritants d'origine somalienne d'étudier dans une université turque. Et puis l'année dernière, un dynamisme absolu du côté turc en termes d'envoi d'aide humanitaire et sanitaire sur le terrain dans le but de contrer et de contenir la pandémie.

En Éthiopie et en Érythrée

La Turquie est liée à l'Éthiopie par une association aussi importante que celle qui la lie à la Somalie. Présent sur place avec un montant total d'investissements de deux milliards et cinq cents millions de dollars, Ankara est le deuxième investisseur étranger à Addis-Abeba - Pékin est en première position - et tente de profiter des tensions avec Asmara et Juba pour se faire accréditer comme médiateur de la paix dans la Corne de l'Afrique.

13424-.jpg

Les chiffres, encore une fois, sont la meilleure façon de comprendre la profondeur, l'étendue et la taille de la présence turque en Éthiopie: sur les six milliards de dollars investis par les entreprises turques en Afrique subsaharienne ces dernières années, deux milliards cinq cents millions ont été localisés ici, et les entreprises anatoliennes qui y opèrent sont passées de trois en 2005 à deux cents en 2021.

Le destin de l'Italie est-il scellé dans la Corne de l'Afrique? Peut-être. Beaucoup dépendra de la manière dont notre classe politique décidera d'agir, soit en continuant à s'appuyer sur des outils dont elle ne peut tirer profit, comme la coopération au développement, les missions humanitaires et le commerce, soit en optant pour le début d'un jeu à risque dans lequel il faudra jouer aux côtés de toutes ces puissances, comme l'Égypte, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui voient et perçoivent avec une hostilité ouverte la transformation de la Corne en une province de la Turquie.

Écrire un commentaire