Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 26 novembre 2021

Comment fonctionne la diplomatie africaine d'Israël

d-israel-est-devenu-membre-observateur-a-lunion-africaine-62f71.jpg

Comment fonctionne la diplomatie africaine d'Israël

Marco Valle

Source : https://it.insideover.com/guerra/come-funziona-la-diplomazia-africana-di-israele.html?fbclid=IwAR0zZXykgsxgEyyyulrjC13Ez9kT-3cQ8ONXQFPRlLjAvMOSAat0l_bLlUY

Pour Israël, l'Afrique est une vieille passion. Dès 1957, Jérusalem ouvre sa première ambassade dans le Ghana nouvellement indépendant ; en 1962, Félix Houphouet-Boigny, premier président de la Côte d'Ivoire et pilier de France Afrique, s'envole vers la terre de David où il noue une solide alliance avec Ben Gourion et Golda Meir, la brillante architecte de la politique étrangère israélienne. Dans les années qui suivent, elle noue des relations fructueuses avec le président kenyan Jomo Kenyatta, avec le Sénégal de Léopold Senghor, l'Éthiopie d'Haïlé Sélassié et le Congo de Mobutu. Une stratégie gagnante et, bien que s'inscrivant dans le contexte de la guerre froide, suffisamment autonome par rapport aux politiques américaines et éloignée (sinon parfois opposée) aux intérêts anglo-français.

La guerre de 1973 marque un recul dans les relations afro-israéliennes. Sous la pression de l'Arabie saoudite et de l'Organisation de l'unité africaine, les pays subsahariens (à l'exception de l'Afrique du Sud de l'apartheid) ont été contraints de rompre leurs relations (du moins formellement). Le fossé a commencé à se refermer avec les accords de Camp David de 1979 entre l'Égypte et Israël, puis les accords de paix d'Oslo signés en 1993 par Rabin et Arafat. À la lumière de ces événements, de plus en plus de capitales africaines (à commencer par Abidjan, Kinshasa et Yaoundé) ont commencé à normaliser leurs relations avec Jérusalem. Au cours de la dernière décennie, ce processus a été accéléré par l'activisme panafricain de Benjamin Netanyahu. Au cours de son long mandat (2009-2020), l'ancien Premier ministre s'est rendu à plusieurs reprises sur le continent, établissant des relations diplomatiques avec 39 des 54 pays africains. Il y a actuellement 13 ambassades israéliennes en Afrique : Kenya, Éthiopie, Angola, Afrique du Sud, Cameroun, Côte d'Ivoire, Égypte, Érythrée, Ghana, Nigeria, Rwanda, Sénégal et Sud-Soudan (le Soudan et l'Ouganda devraient bientôt s'ajouter à la liste, si les troubles internes le permettent). À son tour, le Maroc, après l'accord de décembre 2020, se prépare à établir des relations diplomatiques "complètes" d'ici 2022.

Capture-d%u2019écran-2018-12-17-à-10.51.04.png

Capture-d%u2019écran-2018-12-17-à-10.51.16.png

Le théâtre privilégié de l'expansion israélienne est la Corne de l'Afrique. Pas par hasard. Pour l'État juif, il est fondamental - compte tenu du caractère invasif de l'Iran en mer Rouge et dans l'océan Indien - de préserver la sécurité de la route maritime entre le détroit de Bab el Mandeb et Eilat et Suez. D'où son soutien discret mais substantiel à l'Éthiopie, à l'Érythrée et au Kenya et son intérêt marqué pour le Soudan. Les Israéliens sont également bien présents dans le quadrant ouest-africain (Sénégal, Côte d'Ivoire, Ghana, Togo, Nigeria, Cameroun) ainsi qu'au Rwanda et en Afrique du Sud, avec de nombreuses entreprises actives dans l'agriculture, dans le domaine de l'énergie (l'énergie solaire en particulier), dans le secteur des technologies avancées et dans le commerce des pierres précieuses, principalement des diamants.

En plus des activités commerciales normales, il y a aussi le secteur militaire. Un réseau d'hommes d'affaires, de consultants de toutes sortes et d'entreprises a travaillé avec une détermination tranquille. Leurs noms ? Gaby Peretz, Didier Sabag, Orland Barak, Hubert Haddad, Eran Romano ou Igal Cohen, tous bien introduits dans les palais présidentiels africains et évidemment liés aux forces armées et aux services israéliens. Comme le confirme la participation toujours plus importante des entreprises à l'exposition Shield Africa d'Abidjan, Jérusalem offre aux différents pays du continent toutes sortes d'armes, des armes légères aux missiles et navires sophistiqués, mais surtout du renseignement, de l'écoute, de la cybersécurité et des blitz numériques. Les guerres du futur.

israel-maroc-afrique1-678x381.jpg

Ce secteur est dominé par Nso, fondé par Shalev Hulio, producteur des redoutables systèmes Pegasus et Verint, puis il y a le groupe Mer et le système Elibit, Sapne Ltd et (peut-être sous des pavillons de complaisance) une myriade de petites entreprises. Le personnel est composé de vétérans de l'Unité 8200, l'équivalent de l'Agence nationale de sécurité américaine, tels que Yair Coehen, ancien commandant de l'unité qui est maintenant à la tête d'Elibit System, ou Aharon Zeevi Farkas, également ancien chef de l'Unité 8200. Une activité extrêmement rentable, mais pas seulement. Les seniors du 8200 - une véritable usine de millionnaires de la haute technologie - sont présents en force, surtout en Côte d'Ivoire, en tant que consultants du ministère de la Défense : en plus d'assurer la sécurité interne de la république africaine, les "grandes oreilles" contrôlent, grâce à un accord officieux entre les gouvernements, également l'importante communauté libanaise, avec une attention particulière pour les sympathisants du Hezbollah, l'ennemi juré d'Israël. Les cyber-guerriers ne se retirent jamais....

lundi, 22 novembre 2021

Entre l'Algérie et le Maroc : le différend franco-espagnol en Méditerranée occidentale

112466_e5e8534c7af77f95bb60a3fa078e29f920210718195019_thumb_565.jpg

Entre l'Algérie et le Maroc : le différend franco-espagnol en Méditerranée occidentale

Par Vincenzo D'Esposito

Ex: http://osservatorioglobalizzazione.it/dossier/il-triangolo-mediterraneo/tra-algeria-e-marocco-la-contesa-franco-spagnola-nel-mediterraneo-occidentale/

Son rôle de porte de l'Atlantique a fait du Maghreb l'une des zones les plus intéressantes pour les puissances méditerranéennes. Cette zone a été subjuguée à plusieurs reprises par l'Empire ottoman, la France et l'Espagne. Ces deux derniers ont déployé leur concurrence politique et économique dans deux États en particulier : l'Algérie et le Maroc.

Le Maghreb et la France coloniale

L'État dont l'influence est la plus importante au Maghreb est la France qui a pénétré en Algérie dès la première moitié du 19ème siècle; les raisons qui ont poussé Paris à s'ingérer dans les affaires du Maghreb sont principalement des questions de sécurité. Les pirates barbaresques présents dans la région représentaient un danger constant pour le commerce dans la zone et, d'autre part, pour détourner les tensions internes à la monarchie française de l'époque, il fut décidé de prendre possession de la rive sud de la Méditerranée, en face de la Provence.

La-prise-Mascara-estampe-1836..jpg

17899a5d61_50162985_carte-conquete-lalgerie-1830-1870.jpg

Depuis le 19ème siècle, Paris déplace de plus en plus de colons sur ce territoire dans le but d'assurer son contrôle et de pénétrer à l'intérieur des terres. Cela a conduit la France à la nécessité de consolider les frontières de la colonie tant à l'est, avec l'occupation de la Tunisie, qu'à l'ouest, avec l'entrée du Maroc. La décolonisation après la Seconde Guerre mondiale, qui s'est déroulée de manière traumatisante en raison de la volonté française d'intégrer les territoires coloniaux d'Afrique du Nord à la France métropolitaine, a laissé des traces dans les relations entre Paris et l'État nord-africain. Celles-ci sont restées volatiles en raison d'une amertume remontant au passé colonial et à la guerre d'Algérie. L'ancienne colonie voit Paris comme un ennemi historique auquel il ne faut pas se soumettre, tandis qu'Alger est perçu par l'Elysée comme un partenaire qui n'est pas totalement fiable.

La France a un intérêt pour l'Algérie en tant que jonction fondamentale pour atteindre le Sahel, qui est devenu central dans l'agenda français en raison des routes de migrants qui le traversent. Le maintien de bonnes relations avec l'État maghrébin permet à Paris de prendre des mesures plus fermes pour lutter contre le terrorisme et la traite des êtres humains. En outre, les énormes gisements d'hydrocarbures et de gaz d'Alger ont historiquement attiré l'attention de la plus grande compagnie pétrolière française, Total. Si l'on ajoute à cela le fait qu'une proportion importante de citoyens français a des liens directs avec les colons rapatriés après l'indépendance de l'Algérie, l'importance des relations avec cet État pour Paris apparaît très clairement.

Dans le cas du Maroc, les relations avec la France sont sensiblement différentes. Tout d'abord, par rapport à son voisin oriental, elle n'a jamais complètement perdu son administration locale, étant un protectorat avec son propre souverain pendant toute la période de la colonisation française. La colonisation française a également été beaucoup plus courte que celle de l'Algérie, laissant des cicatrices moins évidentes.

Bien que moins important économiquement que l'Algérie, reposant principalement sur le commerce du phosphate, le Maroc possède une base manufacturière croissante qui a attiré des entreprises françaises telles que Renault. Le rôle majeur que la France attribue au Maroc est de contribuer à la stabilité du Sahel et d'éviter un renforcement excessif de l'Algérie. Le soutien indirect apporté par la France à Rabat dans le dossier de l'annexion par le Maroc du Sahara occidental, dont le gouvernement, représenté par le Front Polisario, est en exil en Algérie, en est une illustration.

Maroc-protectorat.png

Mouvements espagnols au Maroc et en Algérie

De l'autre côté, on trouve l'Espagne, qui est entrée très tôt dans cette partie de l'Afrique, mais qui n'a commencé à la contrôler sérieusement qu'à partir de la seconde moitié du 19ème siècle, pour éviter un renforcement excessif de la France. Concentrant son contrôle au nord-ouest, dans la région du Rif marocain et du Sahara occidental, l'Espagne a des liens historiques avec le Maroc actuel.

Les relations entre Madrid et Rabat sont de première importance pour l'Espagne, qui contrôle toujours un certain nombre d'enclaves sur le sol africain, Ceuta et Melilla étant les plus connues. Ces liens ne sont toutefois pas facilités par la question des migrants et de la souveraineté espagnole sur ses enclaves nord-africaines, qui voit souvent les deux gouvernements s'opposer, bien que l'attitude de base soit la coopération.

1200px-Ceuta_(neutral).PNG

Une autre question qui rend les relations entre les deux États difficiles est l'occupation marocaine du Sahara occidental, une ancienne colonie espagnole, alors que l'Espagne continue d'avoir des contacts avec les membres du Front Polisario. En témoigne, par exemple, le fait que le leader de ce mouvement, Brahim Ghali, s'est récemment rendu dans un hôpital espagnol pour y être soigné après avoir contracté le Covid-19, ce qui a suscité des protestations officielles de Rabat. Néanmoins, Madrid reste le principal partenaire économique du Maroc et son principal interlocuteur en Europe.

Contrairement à son voisin occidental, l'Algérie ne partage pas de liens coloniaux avec l'Espagne. Ce qui a poussé Alger et Madrid à collaborer, c'est la nécessité pour l'Espagne de diversifier ses sources d'approvisionnement en énergie, ainsi que la lutte contre l'immigration clandestine. Depuis le siècle dernier, des contacts commerciaux ont été établis entre les principales villes espagnoles de la côte méditerranéenne et l'Algérie, et l'Espagne est actuellement, avec la France, le principal pays de référence de l'État nord-africain dans l'Union européenne. Le rôle de l'Algérie, selon l'Espagne, n'est pas seulement d'approvisionner Madrid en combustibles fossiles et de repousser les migrants irréguliers, mais aussi de maintenir l'équilibre géopolitique en Afrique du Nord, en évitant un renforcement excessif du Maroc.

Quand la géographie l'emporte sur l'histoire

Sur la rive africaine de la Méditerranée occidentale, la France et l'Espagne sont les deux principales puissances européennes qui se disputent l'influence. Alors que Paris a longtemps pu compter sur les liens historiques et coloniaux qui unissent encore Alger et Rabat, Madrid a mené une politique fondée sur une lente pénétration commerciale.

La volonté française d'une plus grande présence au Maghreb est liée d'une part à l'affirmation du rôle prestigieux du pays, membre du G7 et du Conseil de sécurité de l'ONU, et d'autre part à la sécurisation du contrôle des routes migratoires et à la lutte contre les flux. Les objectifs de Paris comprennent également une présence significative dans les secteurs stratégiques de la région. Le poids du passé colonial limite toutefois considérablement la marge de manœuvre française en Algérie, tandis que le Maroc, bien que faisant partie de l'Afrique francophone, gravite depuis des années fermement dans la sphère d'influence espagnole. Par ailleurs, la laïcité excessive et délirante de la France et le droit d'asile accordé à de nombreux dissidents maghrébins constituent un obstacle dans les relations entre Paris, Alger et Rabat.

L'Espagne, pour sa part, entend profiter des tensions entre le Maroc et l'Algérie pour gagner des parts de marché dans ces deux États. Cela se fait d'une part en maintenant des relations très étroites avec le Maroc pour des raisons de sécurité intérieure, en bordant physiquement le pays par les enclaves espagnoles sur la côte africaine. D'autre part, Madrid soutient indirectement l'Algérie dans la question du Sahara occidental, bien que ces dernières années, l'orientation espagnole se tourne de plus en plus vers une solution politique de la question et non vers un référendum.

L'érosion de l'influence française dans cette zone est plus évidente que jamais, tandis que l'importance de l'Espagne dans les affaires politiques, économiques et de sécurité de la région s'accroît en raison de sa proximité avec le Maghreb. La géographie bat l'histoire.

A propos de l'auteur / Vincenzo D'Esposito

Diplômé en études internationales à l'université "L'Orientale" de Naples avec une thèse sur l'hydrohégémonie dans le bassin du Syr Darya. Il est actuellement inscrit au programme de maîtrise en développement durable, géopolitique des ressources et études arctiques au SIOI. Il a étudié et travaillé en Allemagne après avoir obtenu deux bourses Erasmus, qui l'ont conduit d'abord à étudier à Fribourg-en-Brisgau, puis à effectuer un stage à la Chambre de commerce italienne pour l'Allemagne. Passionné par l'Asie centrale et l'énergie, il collabore avec plusieurs groupes de réflexion en tant qu'analyste géopolitique.

samedi, 20 novembre 2021

La prochaine guerre des sables

Sans-titre-1.jpg

La prochaine guerre des sables

par Georges FELTIN-TRACOL

Le 17 février 1989 à Marrakech, Hassan II du Maroc, le Guide libyen Kadhafi et les présidents algérien Chadli Bendjedid, tunisien Ben Ali et mauritanien Sid'Ahmed Taya lançaient l’Union du Maghreb arabe (UMA). Cette nouvelle organisation internationale à vocation régionale entendait favoriser un espace économique commun, une union douanière et une zone de libre circulation des biens et des personnes. Cette imitation maghrébine du processus européen resta néanmoins inachevée, car ce projet ambitieux fut très tôt miné par la vieille rivalité entre le Maroc et l’Algérie.

Cinq ans plus tard, le 24 août 1994, suite à un attentat commis contre l’hôtel Atlas - Asni à Marrakech, le Maroc imposait le visa pour les Algériens. Soutien indéfectible du Front Polisario, l’Algérie répondait par la fermeture de sa frontière terrestre avec son voisin occidental. Les contentieux ne manquent plus entre Alger et Rabat.

Outre la question du Sahara occidental annexé par le Maroc, l’Algérie se méfie depuis soixante ans des revendications territoriales de son voisin. Dès la fin du protectorat français en 1956, l’Istiqlal, le parti indépendantiste, évoque un « Grand Maroc », soit un royaume qui engloberait non seulement le Sahara occidental à l’époque espagnol, mais aussi toute la Mauritanie, l’Ouest sahélien du Mali jusqu’aux portes de Tombouctou et l’Ouest algérien avec les régions de Tindouf, de Béchar, d’In Salah et de Figuig.

17416saharafemmes_soldat_copy3.jpg

Ces dissensions frontalières suscitent d’ailleurs entre septembre 1963 et février 1964 un conflit armé entre le jeune État algérien et le royaume alaouite : la « Guerre des Sables ». Ni l’Égyptien Gamal Abdel Nasser, ni le président tunisien Habib Bourguiba ne parviennent à arrêter les combats. Le cessez-le-feu entre les belligérants revient finalement à la médiation conjointe de l’empereur éthiopien Hailé Sélassié et du président malien Modibo Keïta. Sur le terrain, l’armée royale marocaine a nettement triomphé de l’Armée de libération nationale. La victoire de Rabat contribue à affaiblir Ahmed Ben Bella et permet en 1965 le coup d’État de Houari Boumédiène. En janvier 1976, soldats algériens et marocains s’affrontent encore pendant deux jours à Amgala. Le 13 novembre 2020, l’armée marocaine intervient en force contre le Polisario afin de débloquer un axe routier près de Guerguerat. Il en découle une reprise d’intenses combats entre les Marocains et la rébellion sahraouie.

Depuis cet été 2021, on assiste à une escalade entre les deux États. Fragilisé par le Hirak, la forte contestation de la société civile lasse de subir la corruption et l’incompétence du FLN, de ses avatars politiciens et d’une clique militaire, ainsi que par les revendications autonomistes croissantes de la Kabylie, le gouvernement algérien rompt, le 24 août 2021, ses relations diplomatiques avec le Maroc. La mort, le 1er novembre dernier, de trois chauffeurs routiers qui effectuaient le trajet entre la Mauritanie et l’Algérie par des drones marocains crispent encore plus les relations bilatérales.

Les griefs de l’Algérie contre le Maroc sont variés. Alger dénonce la mainmise marocaine sur le Sahara occidental. Le ministre algérien des Affaires étrangères, Ramtane Lamamra, désigne le représentant du Maroc à l’ONU, Omar Hilale, comme un soutien actif au Mouvement pour l’autonomie de la Kabylie interdit, clandestin et classé comme terroriste. Les incendies de cet été qui ont ravagé les forêts algériennes seraient des actions subversives marocaines. Enfin, l’Algérie n’apprécie pas que son voisin ait rallié les « accords d’Abraham » et établi des relations diplomatiques avec l’État d’Israël. En septembre dernier, l’Algérie a aussi fermé son espace aérien à tout aéronef entrant et sortant du Maroc…

western-sahara-war-740980bd-9326-4d1b-968f-5e6217cff16-resize-750.jpeg

L’accord entre Israël et le Maroc n’est pas une surprise. En échange de cette reconnaissance, les États-Unis de Donald Trump valident les droits légitimes de Rabat sur le Sahara occidental. Une importante communauté juive a longtemps vécu au Maroc. Sous le protectorat français, le drapeau marocain portait parfois en son centre une étoile à six branches. Descendant du prophète Mahomet et  « Commandeur des croyants », le roi du Maroc, apte à contenir les poussées islamistes, peut se permettre de telles initiatives. À la fin des années 1970, Hassan II fit condamner par ses oulémas et ses cadis les écrits de l’ayatollah Khomeiny jugés « hérétiques ». La dynastie marocaine entretient enfin de nombreux liens familiaux avec les principales tribus berbères si bien que le Maroc est un royaume de langue arabe avec un fort substrat ethnique berbérophone.

Tous ces faits agacent l’Algérie, adepte depuis l’indépendance d’un centralisme arabo-musulman à l’encontre des Kabyles et des Touaregs. Incapable de résoudre les crises économique et sociale, le gouvernement a interdit à compter du 1er novembre dernier l’usage du français dans les administrations et dans l’enseignement. Si le pouvoir algérien avait utilisé au cours des précédentes décennies une partie de l’argent des hydrocarbures à constituer un corps d’enseignants du premier degré dévoué à l’«algérianité» à l’instar des tristement célèbres «Hussards noirs» de la IIIe République française, une « assimilation » au modèle stato-national algérien aurait peut-être pu se réaliser. Mais c’était sans compter sur l’avidité matérielle illimitée de la caste et de ses factions.

Une nouvelle « guerre des sables » pourrait survenir dans les prochaines semaines, sinon dans les prochains mois. Fortement appuyée par la Russie et la Turquie, l’Algérie dispose dorénavant, avec l’Afrique du Sud et le Rwanda, de l’armée la plus puissante du continent africain. Une guerre à la fois cybernétique et conventionnelle telle qu’elle vient d’être pratiquée par l’Azerbaïdjan contre l’Artsakh et l’Arménie, montrerait sa supériorité technique et tactique sur les troupes marocaines. On a oublié qu’au début de ce siècle, des cénacles néo-conservateurs étatsuniens envisageaient l’adhésion de l’Algérie à l’OTAN…

Il faut par conséquent suivre avec la plus grande attention tout ce qui se trame au Maghreb. Plusieurs foyers d’instabilité (la Tunisie, la Libye, le Sahel malien et nigérien, et maintenant le Maroc) entourent l’Algérie. Une guerre entre l’Algérie et le Maroc aurait de graves répercussions en France, en Belgique et en Allemagne où vivent des communautés immigrées originaires de ces États. Rien n’empêcherait qu’elles y importent une violence exacerbée.

Plus que jamais, en proie à des turbulences historiques, la rive Sud de la Méditerranée est à surveiller avec la plus grande attention possible.

GF-T

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 10, mise en ligne sur Radio Méridien Zéro du 16 novembre 2021.

dimanche, 07 novembre 2021

Erdogan continue de jeter de l'huile sur le feu du conflit libyen

erdoganarmee_600x354.jpg

Erdogan continue de jeter de l'huile sur le feu du conflit libyen

par Alessandro Sansoni

Ex: https://www.lavocedelpatriota.it/erdogan-continua-a-gettare-benzina-sul-fuoco-del-conflitto-libico/?fbclid=IwAR1eql9a2imoe7z0Pg2UZdKtsmv0T4YC7N6wHrH2SHZB18VPSJavJUz4JSc

Les reportages triomphalistes des médias nous ont empêchés d'y prêter toute l'attention nécessaire, mais un développement dangereux a émergé du G20 à Rome. Au cours du sommet, en effet, le président turc Recep Erdogan a déclaré officiellement, et en termes non équivoques, qu'Ankara refuse de retirer ses troupes de Libye. Cette déclaration intervient alors que l'ONU s'est engagée à organiser et à mener à bien le retrait de toutes les troupes étrangères présentes dans le pays, condition préalable indispensable à la célébration des élections censées ramener la paix dans le pays.

Par sa position, la Turquie jette de l'huile sur le feu et menace de porter à un niveau très élevé le conflit entre les factions qui se disputent le pouvoir en Libye, mettant ainsi en péril le processus électoral. Une situation qui aurait des répercussions graves et dangereuses pour l'Italie et l'ensemble de l'Union européenne.

Premier problème : le retrait des mercenaires

La Libye devrait organiser ses élections présidentielles tant attendues le 24 décembre, tandis que les élections législatives sont prévues pour le début de 2022.

L'espoir est de mettre ainsi fin à la longue période d'anarchie et de guerre civile dans laquelle le pays a plongé depuis la fin du régime de Mouammar Kadhafi en 2011, en sauvegardant éventuellement l'unité du territoire libyen, aujourd'hui effectivement divisé en une partie occidentale sous le contrôle du gouvernement de Tripoli et une partie orientale aux mains du général Khalifa Haftar et de son Armée nationale libyenne (ANL), engagés depuis des années dans un dur conflit non seulement avec les milices tripolitaines, mais aussi avec des groupes islamistes, alliés des Turcs. La situation est encore compliquée par le nombre élevé de mercenaires et de forces étrangères présents sur le terrain pour soutenir les deux prétendants.

C'est précisément pour cette raison que la feuille de route élaborée par les Nations unies prévoit, avant tout, l'élimination des groupes armés étrangers, qui doit être définie dans le cadre d'un format de négociation "5+5", dans lequel toutes les factions belligérantes sont présentes à la table des négociations, sous les auspices des Nations unies. Le 8 octobre, le Comité militaire conjoint "5+5" s'est réuni pendant trois jours au Palais des Nations à Genève et s'est conclu par la signature d'un plan d'action prévoyant un retrait progressif, équitable et coordonné de tous les mercenaires et forces étrangères de Libye.

La réunion de Genève s'est tenue conformément aux pistes définies dans l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020 et aux résolutions connexes émises par le Conseil de sécurité des Nations unies. La réunion faisait partie intégrante des diverses négociations intra-libyennes promues par l'ONU, ainsi que des efforts déployés par la communauté internationale à travers la conférence de Berlin.

Carte-controle-territoires-Libye-6-fevrier-2019_1_1399_1538.jpg

Début novembre, le Comité 5+5 a tenu une autre réunion, cette fois au Caire, toujours organisée par l'ONU, à laquelle ont également participé des représentants du Soudan, du Tchad et du Niger. À cette occasion, tous les pays voisins de la Libye ont exprimé leur volonté de coopérer au processus d'expulsion des combattants étrangers et des mercenaires, tandis que les délégués du Soudan, du Tchad et du Niger se sont engagés à coopérer pour assurer le retrait des hommes armés de leurs pays, en coordonnant leurs actions pour éviter qu'ils ne reviennent en Libye et ne déstabilisent les États voisins.

Cependant, le refus de la Turquie de s'aligner sur les accords généraux ouvre un problème gigantesque. En fait, près de la moitié des forces étrangères présentes en Libye sont liées à Ankara : selon le SOHR (Observatoire syrien des droits de l'homme), le nombre total de mercenaires syriens soutenus par la Turquie dans le pays d'Afrique du Nord est d'environ 7000, tandis que les Nations unies ont estimé la présence de 20.000 combattants étrangers sur le territoire libyen. Les sources de SOHR ont également confirmé qu'en dépit des tentatives de négociation de leur retrait début octobre, des miliciens islamistes vétérans du conflit syrien continuent d'être stationnés dans des bases turques en Libye, tandis qu'un nouveau contingent de 90 personnes en provenance de Syrie est arrivé en Libye transporté par des avions turcs.

G20 : la diplomatie à la turque

Lors du G20, Erdogan a non seulement confirmé son intention de ne pas démobiliser ses troupes en Libye, mais a également réaffirmé au président français Emmanuel Macron que la présence turque est légitimée par un accord de coopération militaire signé avec le gouvernement libyen.

"Nos soldats sont là en tant qu'instructeurs", a-t-il réitéré, niant que leurs activités puissent être assimilées à celles de mercenaires illégaux.

Or, ce n'est pas exactement le cas. Tout d'abord, ses propos peuvent s'appliquer au contingent militaire officiellement envoyé par l'armée turque début janvier 2020, et certainement pas aux mercenaires syriens qui continuent à être stationnés dans les bases militaires d'Ankara.

Par ailleurs, les accords conclus lors du sommet du 8 octobre à Genève font explicitement référence au retrait des "mercenaires, combattants étrangers et forces étrangères", les "forces étrangères" étant comprises comme incluant les troupes régulières et les instructeurs.

Enfin, les "instructeurs" turcs ont débarqué en Libye dans le cadre d'un accord signé par Ankara en novembre 2019 avec le gouvernement d'entente nationale (GNA) dirigé par Fayez al-Sarraj, un gouvernement intérimaire auquel a succédé en mars dernier le nouveau gouvernement d'union nationale dirigé par Abdul Hamid Dbeibah. Le point crucial, cependant, est qu'au moment où le traité a été signé, le mandat du GNA avait déjà expiré et donc, en tant que gouvernement intérimaire, il n'avait pas le droit de signer un tel traité de coopération militaire. C'est pour la même raison que tous les voisins de la Libye et de la Turquie ont désavoué le traité sur les frontières maritimes (et les zones économiques exclusives correspondantes) signé par Tripoli et Ankara au même moment. Ce dernier accord a considérablement étendu les revendications turques sur la Méditerranée et ses riches gisements de pétrole et de gaz.

C'est pour ces raisons que la présence militaire turque en Libye doit être considérée comme illégale au regard du droit international, car elle constitue un avant-poste des ambitions néo-impérialistes d'Erdogan. Ce n'est pas une coïncidence si Erdogan, pendant le G20, a annoncé son refus de participer au sommet sur la Libye à Paris (ce qui l'a fait couler), confirmant ainsi qu'il n'a aucune intention de soutenir les efforts internationaux visant à stabiliser le pays.

Nous avons notifié au président Macron, a déclaré Erdogan, notre refus de participer à une conférence à Paris à laquelle participent la Grèce, Israël et l'administration chypriote grecque. Pour nous, il s'agit d'une condition absolue. Si ces pays sont présents, cela n'a aucun sens pour nous d'envoyer des délégués".

À Rome, Erdogan a également eu une réunion séparée avec le Premier ministre Mario Draghi, mais celle-ci n'a donné aucun résultat concret. Aucun progrès n'a été enregistré dans les relations italo-turques, y compris en ce qui concerne le système de défense antimissile italo-français SAMP-T, pour lequel la Turquie avait précédemment manifesté son intérêt. Malgré l'annonce générale de développements futurs à cet égard, il est peu probable que la Turquie reprenne ce projet, à moins que ses relations avec Paris ne s'améliorent. Et Erdogan ne semble avoir aucune envie de poursuivre dans cette direction.

Tensions en Libye

Entre-temps, la situation politique en Libye devient de plus en plus précaire, surtout depuis que la Chambre des représentants (le parlement de Tobrouk) a remis en cause en septembre dernier, à l'instigation de Haftar, le gouvernement d'unité nationale.

D'un point de vue militaire, les tensions augmentent également, à tel point que ces derniers jours, les chefs de deux milices tripolines - Muammar Davi, chef de la Brigade 55, et Ahmad Sahab - ont été victimes d'attaques visant à les tuer.

À ce stade, il est difficile d'être sûr que les élections présidentielles auront lieu en décembre, tandis que les élections parlementaires ont déjà été reportées à 2022.

Le chantage d'Erdogan : géopolitique, énergie, flux migratoires

Si la Turquie a pu renforcer considérablement son influence en Libye, une part considérable de la responsabilité doit être attribuée aux gouvernements dirigés par Giuseppe Conte (surtout le second), caractérisés par un manque d'incisivité sur la question libyenne. Bénéficiant de facto d'une carte blanche, Ankara a pu, en quelques années seulement, débarquer des centaines de "conseillers militaires" dans le pays d'Afrique du Nord.

Avec le traité sur les frontières maritimes et la délimitation des zones économiques exclusives respectives, la Turquie a pris le contrôle du littoral de la Tripolitaine ainsi qu'une sorte de patronage sur les gisements de gaz et de pétrole de la Méditerranée centrale. Son influence politique sur le gouvernement d'accord national, puis sur le gouvernement d'unité nationale, est énorme.

La guerre civile entre Tripoli et Benghazi a permis à Ankara de fournir des troupes et des armes au camp ouest-libyen, de redéployer ses milices mercenaires précédemment actives en Syrie et d'obtenir la gestion du port et de l'aéroport de Misurata pour les 99 prochaines années.

Aujourd'hui, Erdogan, grâce à la forte influence qu'il est en mesure d'exercer sur l'un des plus grands producteurs de pétrole au monde, dispose d'une arme supplémentaire pour faire pression sur l'Europe, celle de l'approvisionnement énergétique, en plus de l'arme déjà largement utilisée du contrôle des flux migratoires, qu'il est désormais en mesure de réguler non seulement sur la route des Balkans, mais aussi sur celle de la Méditerranée centrale. La route la plus empruntée par les trafiquants d'êtres humains, selon les chiffres officiels, selon lesquels, au 22 octobre, 51.568 migrants sont déjà arrivés en Italie cette année, contre 26.683 en 2020.

syrian_refugee_camp_in_turkey.jpeg

Les demandes de Draghi à l'Union européenne d'allouer des fonds pour protéger "toutes les routes" sont du miel aux oreilles turques. Ils font en effet référence aux 6 milliards que Bruxelles a déjà versés à la Turquie pour gérer la route des Balkans et à ceux qu'elle versera encore. Il y a actuellement 3,7 millions de Syriens vivant sur le sol turc, auxquels il faut ajouter 300.000 Afghans. Une bombe à retardement qu'Ankara menace de faire exploser à tout moment si ses exigences ne sont pas satisfaites.

En bref, les crises humanitaires - de l'Afghanistan à la Syrie, auxquelles s'ajoute désormais la crise libyenne - sont devenues une occasion extraordinaire pour la Turquie d'obtenir des ressources de l'Europe et de la maintenir sous pression. C'est pourquoi le maintien d'un gouvernement pro-turc à Tripoli est si important pour Erdogan : il lui permet de jouer un jeu géopolitique complexe contre l'UE qui combine énergie et flux migratoires.

Reconstruire un équilibre en Méditerranée et redimensionner les ambitions turques en adoptant une attitude plus ferme à l'égard du nouveau sultan est le véritable défi que l'Italie doit relever, plutôt que de s'aventurer dans des aspirations improbables et irréalistes à diriger l'UE ou à renforcer les relations transatlantiques.

Alessandro Sansoni
Directeur du magazine mensuel CulturaIdentità

samedi, 23 octobre 2021

Une Libye disparue et divisée

maxresdeflibdivault.jpg

Une Libye disparue et divisée

par Alberto Negri

Source : Il quotidiano del sud & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/una-libia-sparita-e-spartita

La Libye a disparu et elle a été divisée. En ce dixième anniversaire de l'assassinat de Kadhafi à Syrte, la Libye n'a plus guère d'importance. Si ce n'est pour lancer des appels plus ou moins crédibles à la "stabilité", dont il a également été question hier lors de la conférence internationale de Tripoli.

Dans le vide politique qui a résulté de l'attaque occidentale en 2011, la Libye a disparu et elle a été divisée. En ce dixième anniversaire de l'assassinat de Kadhafi à Syrte, la Libye importe peu désormais. Si ce n'est pour lancer des appels plus ou moins crédibles à la "stabilité", dont il a également été question hier lors de la conférence internationale de Tripoli, la première du genre organisée en Libye, seule note positive de l'événement. La stabilité et la sécurité en Libye ne signifient en fait pas grand-chose pour nous: d'abord l'arrêt des vagues migratoires, le reste vient plus tard, des élections au retrait des troupes mercenaires dont la présence a été qualifiée hier d'"inquiétante" par le Premier ministre Dabaiba. Mais aucune conclusion n'a été tirée à Tripoli, ni sur les soldats et mercenaires turcs et russes, ni sur les élections présidentielles et législatives.
Pas un mot n'a été gaspillé sur les milliers d'êtres humains réduits en esclavage dans les camps libyens. Pourtant, les juges d'Agrigente qui ont porté plainte contre le navire de l'ONG Mediterranea - qui a refusé de remettre les migrants aux Libyens - ont été explicites: non seulement il est juste de ne pas communiquer avec les "garde-côtes libyens", mais une contradiction flagrante se dégage des conclusions de la justice. Quiconque finance et forme les "garde-côtes libyens", c'est-à-dire l'Italie, viole le droit international et se rend complice d'un comportement criminel.

La stabilité de la Libye n'a jamais vraiment été souhaitée par quiconque au cours de cette décennie, depuis le lynchage et l'assassinat de Mouhammar Kadhafi le 20 octobre à Syrte. Avec l'intervention aérienne de mars 2011, après la chute des raïs Ben Ali et Moubarak, la France et la Grande-Bretagne, avec le soutien des États-Unis, n'avaient pas l'intention d'exporter la démocratie mais de remplacer le régime de Tripoli par un gouvernement plus malléable et proche des intérêts de Paris et de Londres. M. Sarkozy, qui avait reçu de l'argent libyen pour sa campagne électorale de 2007, en voulait amèrement à M. Kadhafi, qui avait refusé d'acheter ses centrales nucléaires, tandis que le raïs libyen poursuivait ses accords énergétiques avec l'Italie et ENI.

berluscoi-khadafi-italie-libye_383613.jpg

La Grande-Bretagne et la France n'ont pas toléré le retour de la Libye, quoique d'une manière totalement différente de son passé colonial, dans la Quatrième Banque italienne, un événement sanctionné par le défilé pompeux du rais libyen à Rome le 30 août 2010. Des accords avaient été mis sur la table pour 55 milliards d'euros: plus du double de la loi budgétaire actuelle de Draghi.

gencajucci.jpgCes éléments apparaissent également dans l'intéressant documentaire de la RAI intitulé "Il était une fois Kadhafi" (qui sera diffusé dans quelques semaines) où le général des services Roberto Jucci (tableau, ci-contre) témoigne abondamment de la manière dont il a bloqué les ordres d'Aldo Moro de renverser Kadhafi par un coup d'État en 1971. Le documentaire raconte également comment Jucci, inspiré par Andreotti, a répondu aux demandes de fournitures militaires de Kadhafi. Comme on le sait, ce sont Craxi et Andreotti qui ont sauvé le colonel libyen des sanctions américaines, y compris les raids aériens de 1986 ordonnés par Reagan.

C'est pourquoi la décision de l'Italie de se joindre aux raids de l'OTAN contre Kadhafi n'a pas été prise pour des raisons humanitaires mais simplement parce que les États-Unis, la Grande-Bretagne et la France nous faisaient du chantage et menaçaient même de bombarder les usines ENI. L'Italie subit alors sa plus grande défaite depuis la Seconde Guerre mondiale et perd toute crédibilité résiduelle sur la rive sud. La décennie qui vient de s'écouler depuis l'explosion du printemps arabe n'a pas été suffisante pour retrouver un rôle en Méditerranée, un rôle qu'Aldo Moro avait déjà fortement défendu dans les années 1960 et 1970. L'Italie ne peut qu'espérer que les puissances se battent entre elles et se heurtent dans les espaces restants. C'est ce qui se passe, par exemple, dans le cas de la Turquie: après l'accord militaire du 30 septembre entre la France et la Grèce, Rome cherche le soutien d'Ankara dans l'exploration offshore des zones économiques spéciales qui coupent désormais la Méditerranée en tranches.

Nous gardons un profil bas dans le jeu libyen, sous la pression de Paris et face à la tentative française de convoquer une autre conférence libyenne le 12 novembre. Et espérer un candidat présidentiel proche des intérêts italiens. Aux noms controversés de Seif Islam Gaddafi et Khalifa Haftar, on peut préférer l'actuel premier ministre Dabaiba, qui a rencontré Di Maio hier.

Mais le plus déconcertant en ce dixième anniversaire de la mort de Kadhafi, c'est la réévaluation historique larvée de ce dernier par les mêmes médias et journaux qui ont applaudi les raids occidentaux qui ont plongé le pays dans le chaos. En Libye, les Américains ont vu l'assassinat d'un ambassadeur envoyé pour traiter avec la guérilla islamique à Benghazi par Hillary Clinton et sa "stratégie du chaos" démentielle (11 septembre 2012). La France a imprudemment manœuvré avec Haftar contre le gouvernement Sarraj, soutenue par l'Italie et l'ONU, la Grande-Bretagne a systématiquement saboté les tentatives de stabilisation, avec pour résultat qu'aujourd'hui nous avons la Turquie en Tripolitaine et des mercenaires et pilotes russes en Cyrénaïque. Et la liste des erreurs tragiques commises en Libye, que nous dressons ici, est suffisante pour aujourd'hui.

lundi, 11 octobre 2021

L'Alliance turco-libyenne, un défi pour la sécurité de l'Italie et de l'Europe

thumbs_b_c_2db763fd79c441ba2118157aefd07348.jpg

L'Alliance turco-libyenne, un défi pour la sécurité de l'Italie et de l'Europe

par Alessandro Sansoni

SOURCE : https://www.lavocedelpatriota.it/lalleanza-turco-libica-una-sfida-alla-sicurezza-dellitalia-e-delleuropa/

L'évolution du cadre politique libyen risque de faire de l'Italie (et de l'Union européenne) l'otage des jeux de pouvoir à Tripoli. Le pays d'Afrique du Nord est en proie à une nouvelle crise politique, dont l'issue pourrait encore renforcer l'influence turque, et Ankara a déjà démontré sa capacité à tenir l'Europe en échec avec la menace de lâcher des migrants. Cette situation pourrait bientôt être aggravée par une crise énergétique.

La Libye à nouveau en proie au chaos (politique) : le gouvernement d'unité nationale contesté

À l'heure actuelle, en Libye, malgré les récentes négociations épuisantes, aucun accord réel n'a encore été conclu entre les factions belligérantes et les institutions qui les représentent. Début 2021, les autorités de Tripoli (le gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez al-Sarraj) et le Parlement de Tobrouk (présidé par Abdullah al-Thani et soutenu par le général Khalifa Haftar) avaient officiellement remis le pouvoir à une institution intérimaire, le gouvernement d'unité nationale (GUN), créée dans le but d'organiser enfin les élections tant attendues. Abdul Hamid Dbeibeh est élu Premier ministre du GUN, tandis que Mohammed al-Manfi se voit confier la direction du Conseil présidentiel.

Malheureusement, malgré ce qui a été convenu à Genève, le Forum pour le dialogue politique libyen, promu par les Nations unies, n'a pas réussi à obtenir des résultats significatifs et à stabiliser le pays. Le choix d'une ville suisse, et non libyenne, pour mener les négociations et la forte intervention de puissances étrangères dans les négociations avaient dès le départ mis à rude épreuve la légitimité du nouveau gouvernement.

En théorie, les élections parlementaires et présidentielles devaient se tenir en décembre, mais la confrontation politique entre les différentes factions s'est intensifiée au fil des mois, tandis qu'un climat général de méfiance entoure le gouvernement intérimaire. En conséquence, les élections, prévues pour le 24 décembre, ont déjà été reportées à janvier.

Le 21 septembre, la Chambre des représentants, la plus haute instance législative de Libye, présidée par Aguila Saleh, a contesté le gouvernement de Dbeibeh. Abdullah Bliheg, porte-parole de la Chambre des représentants, a déclaré que 89 des 113 députés présents ont voté en faveur de la motion de censure contre le gouvernement d'unité nationale lors d'une session à huis clos, en présence de Saleh et de ses deux députés.

Le Parlement a notamment justifié le vote de défiance en accusant le GNU d'effectuer des opérations financières douteuses et de conclure des contrats qui entraînent une augmentation considérable de la dette publique au point de mettre en danger la souveraineté même du pays. Les députés ont accusé les membres du gouvernement de détournement de fonds et de préjudice fiscal et d'avoir dépassé les limites de leur mandat.

Le président de la Chambre des représentants, Aguila Saleh, a souligné que l'exécutif dépensait des sommes importantes, alors que le budget n'a pas encore été approuvé. Selon ses calculs, le Premier ministre Dbeibeh a déjà dépensé entre 40 et 50 milliards de dinars.

En outre, la loi électorale présidentielle approuvée par le Parlement de Tobrouk a été rejetée par le Haut Conseil d'État, qui siège à Tripoli. En fait, le pays continue d'être divisé entre l'est et l'ouest, de sorte que si la Cyrénaïque, toujours sous le contrôle de l'Armée nationale libyenne de Khalifa Haftar, se prépare à organiser des élections selon ses propres règles, la Tripolitaine, toujours aux mains de divers groupes militaires, dont certains sont clairement islamistes, se prépare à faire de même. Même les candidatures officielles proposées à l'organisme électoral sont différentes et, en fait, la partie occidentale a déclaré Haftar inéligible.

Le contraste entre les différentes institutions libyennes et les dépenses financières douteuses du GUN alimentent la confusion, entravent la préparation des élections et compliquent les relations économiques et politiques avec l'Italie. La tension est désormais si forte que la possibilité d'un retour à la confrontation militaire et d'une nouvelle vague de migrants vers l'Europe qui en résulterait se concrétise de plus en plus.

Une Libye pro-turque

Un autre facteur de déstabilisation de la Libye est l'influence croissante de la Turquie dans les sphères politiques et militaires.

L'un des objectifs déclarés du Forum inter-libyen était le retrait des troupes étrangères du pays avant les élections. Ces derniers jours (6-8 octobre), le "Comité militaire conjoint 5+5", qui comprend des délégués des deux parties belligérantes, s'est réuni à Genève pour discuter de cette question : une clause de l'accord de cessez-le-feu du 23 octobre 2020 prévoyait le retrait des combattants étrangers dans un délai de 90 jours, mais il en reste environ 20.000 dans le pays.

D'autre part, malgré les engagements officiels pris par tous les principaux acteurs étrangers présents en Libye, le ministère turc de la défense a officiellement annoncé qu'il continuerait à coopérer militairement avec le gouvernement. De cette manière, Ankara sape le processus de paix et met concrètement en danger la consultation électorale.

En novembre 2019, le gouvernement d'entente nationale (GNA) d'al-Sarraj, alors en place, avait signé deux protocoles d'accord sur la coopération sécuritaire et militaire avec le président turc Recep Tayyip Erdogan, en vertu desquels Ankara a pu justifier le renforcement de sa présence dans l'État nord-africain.

68687_TUR191010TurkisharmedforcesAA_1577607293725.jpg

Il est intéressant de noter que la coopération avec la Turquie a été favorisée par le passé, et est actuellement poursuivie, par les institutions les plus fortement influencées par les Frères musulmans de par leur composition : à l'époque le GNA, aujourd'hui le GUN et le Haut Conseil d'État de Libye, clairement en faveur de l'osmanisation du pays.

Ce n'est pas un hasard si le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, a récemment affirmé que l'accord avec la Libye avait été conclu à la demande explicite du précédent gouvernement d'entente nationale dirigé par Fayez al-Sarraj, raison pour laquelle la Turquie a l'intention de rester dans le pays.

Deux jours avant de faire cette déclaration, Çavuşoğlu avait accueilli à Ankara Khalid Almishri, président du Haut Conseil d'État libyen, un organe qui joue un rôle consultatif.

Almishri, de son propre aveu, représente les Frères musulmans au sein du Haut Conseil. En mai 2018, lors d'une interview avec la chaîne française arabophone France-24, il a explicitement déclaré qu'il était membre des Frères musulmans, qui sont classés comme organisation terroriste par plusieurs pays.

Le point est délicat. En pratique, l'une des plus hautes autorités libyennes serait officiellement un djihadiste à part entière. En tout cas, Almishri est parmi ceux qui ont le plus encouragé l'intervention turque en Libye.

En l'état actuel des choses, la présence des forces turques viole les dispositions des Nations unies et la feuille de route pour une solution pacifique au conflit libyen et est, en principe, incompatible avec les dispositions générales en matière de sécurité.

Cependant, la question est encore plus grave. La présence turque représente un grave danger. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme, plusieurs milliers de mercenaires syriens sont encore stationnés dans les bases turques en Libye. Il y a quelques jours à peine, un groupe de 90 combattants appartenant à des groupes liés à la Turquie et opérant à Afrin, dans la zone contrôlée par Ankara, a été envoyé en Tripolitaine, pour être rejoint par un groupe de même taille retournant en Syrie.

Si, par une quelconque hypothèse, qui semble aujourd'hui franchement improbable, les factions et institutions opposées à l'est et à l'ouest du pays parvenaient à une sorte d'accord, formalisant une liste unique de candidats à la présidence et organisant des élections ensemble, avec un résultat accepté par tous, le vainqueur aurait les mains et les pieds liés à la Turquie, dont les troupes resteraient dans le pays. Même Haftar devrait s'entendre avec les Turcs pour gouverner l'ensemble du territoire et pas seulement la partie orientale.

Dans un tel cadre, le prochain gouvernement libyen sera nécessairement pro-turc. Il sera également pro-turc même si les élections n'ont pas lieu et que l'expérience du GUN reconnu internationalement se poursuit.

La crise migratoire

La Turquie a longtemps persisté dans ses attitudes provocatrices, faisant du chantage à l'Union européenne par le biais de la gestion des flux migratoires. Un comportement évident sur la route des Balkans, qu'Ankara répète également en Méditerranée centrale depuis qu'elle a intensifié sa présence en Libye.

1490257431-gommone-migranti.jpg

Selon le Viminale, au cours des quatre premiers jours d'octobre seulement, 1430 migrants sont arrivés en Italie. En 2021, il y a eu 47.750 arrivées, soit environ le double des 24.333 arrivées de 2020. Par rapport à 2019, les débarquements ont été multipliés par six.

Ces chiffres sont appelés à augmenter en raison de la crise politique, économique et sociale qui touche non seulement la Libye, mais aussi la Tunisie, et qui pousse les gens à émigrer, encourageant ainsi la traite des êtres humains.

De même, le nombre de naufrages et de victimes est appelé à augmenter.

Il y a quelques jours, à Lampedusa, on comptait plus d'un millier de migrants illégaux dans un hotspot qui ne peut en accueillir que 250, après le débarquement record de 686 personnes en provenance de Libye sur un bateau de pêche de 15 mètres.

Selon l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), plus de 25.200 personnes ont été interceptées en Méditerranée centrale cette année, soit deux fois plus que l'année dernière.

Dans un contexte qui risque de devenir complètement incontrôlable, l'insuffisance de l'action de la ministre de l'Intérieur, Luciana Lamorgese, qui a vu une augmentation anormale des débarquements depuis sa prise de fonction, est encore plus grave.

La question de l'énergie

Comme on le sait, la Libye est le principal fournisseur d'énergie de l'Italie (gaz et pétrole). ENI opère dans tout le pays d'Afrique du Nord et est l'acteur le plus important de l'industrie énergétique libyenne. Si Tripoli devait accroître sa dépendance politique vis-à-vis d'Ankara, le flux d'hydrocarbures entre les deux rives de la Méditerranée pourrait devenir une arme supplémentaire de chantage entre les mains de la Turquie.

EnLYUZeXcAAauxH.jpg

La même alternative représentée par le gazoduc transadriatique (TAP), dont le terminal des Pouilles est en service depuis un an et qui a déjà fourni à l'Italie et à l'Europe du Sud les 5 premiers milliards de mètres cubes de gaz naturel en provenance d'Azerbaïdjan, traverse toute l'Anatolie. Étant donné que Bakou est un proche allié d'Ankara, nous pouvons affirmer sans risque qu'une partie substantielle des sources d'énergie de l'Italie passe sous contrôle turc.

L'augmentation vertigineuse des prix des produits énergétiques au cours des dernières semaines rend le scénario encore plus inquiétant. Que se passerait-il si, de façon absurde, cet hiver, Erdogan menaçait l'Italie et l'UE, pour quelque raison que ce soit, de couper les approvisionnements en gaz ?

Et l'Italie ?

La résolution de la crise libyenne est d'un intérêt stratégique vital pour l'Italie.

Premièrement, les hostilités représentent un facteur de grave incertitude pour les intérêts économiques et énergétiques italiens en Libye.

Deuxièmement, la pacification de la Libye et un gouvernement solide et légitime sont indispensables à la gestion des flux migratoires.

Troisièmement, et enfin, la perte d'influence en Libye compromet le rôle géopolitique de l'Italie en Méditerranée, que l'orientation néo-ottomane de l'expansionnisme turc tend à supplanter, subvertissant le poids stratégique des deux pays.

Le temps est venu pour l'Italie de reconnaître la Turquie comme son concurrent le plus dangereux et non comme un allié potentiel à ménager.

En attendant, les relations entre Rome et Tripoli se poursuivent par des canaux parallèles plus ou moins productifs. Dans certains cas, elles laissent franchement perplexe.

Compte tenu du passé récent et des rebuffades que Paris subit depuis quelques mois en Afrique, les initiatives en tandem avec la France ne sont pas très efficaces. Ces derniers jours, le Premier ministre Mario Draghi et le président français Emmanuel Macron se sont rencontrés en marge du sommet européen de Brno, en Slovénie, et ont discuté de la situation en Libye.

A l'issue de la réunion, le gouvernement italien a publié une déclaration réitérant la "coordination étroite" entre l'Italie, la France et l'Allemagne pour la tenue d'une conférence sur la crise libyenne le 12 novembre à Paris. Le sommet a été décidé par Macron qui, cette fois-ci, contrairement au passé, a au moins pensé à consulter Rome avant de procéder à la convocation.

Quelques semaines auparavant, le ministre Lamorgese avait rencontré le vice-président du Conseil présidentiel libyen, Abdullah al-Lafi, pour discuter de la manière de développer la coopération et la coordination entre l'Italie et la Libye sur le dossier des migrants, mais sans grand résultat.

La rencontre à Tripoli entre Almishri, l'ambassadeur italien Giuseppe Buccino et l'envoyé spécial de la Farnesina pour la Libye, Nicola Orlando, qui a confirmé la volonté de maintenir un interlocuteur avec les Frères musulmans, a laissé perplexe.

Enfin, une rencontre bilatérale a eu lieu en septembre entre le ministre du Développement économique Giancarlo Giorgetti et le vice-président du Conseil présidentiel libyen Al-Lafi, en visite à Rome, au cours de laquelle les deux hommes ont abordé les questions liées à la coopération économique et industrielle, à commencer par les infrastructures et l'énergie. M. Giorgetti a souligné que l'Italie s'est engagée à promouvoir le processus de stabilisation et de réconciliation nationale en Libye et le redressement économique du pays, dans lequel les entreprises italiennes ont toujours joué un rôle de premier plan. Dans ce cas, la confrontation sur des questions concrètes et pragmatiques pourrait avoir des effets positifs.

Conclusions

Ces derniers jours, de nombreux commentateurs autorisés ont insisté sur la thèse selon laquelle l'Italie, grâce à la stature internationale de Mario Draghi et compte tenu des difficultés françaises et de la vacance du pouvoir dans l'Allemagne post-Merkel, pourrait être le grand protagoniste de la relance de l'Alliance transatlantique, qui est en crise évidente après le retrait d'Afghanistan et le lourd manque de respect diplomatique américain à l'égard de Paris à l'occasion de la fourniture de sous-marins à l'Australie. Le provincialisme de certains experts est déconcertant, d'autant plus qu'il ne semble pas être lié uniquement à des attitudes propagandistes en faveur de l'exécutif actuel, mais le résultat d'une véritable conviction. C'est un symptôme du manque de culture stratégique qui traverse les classes dirigeantes et l'opinion publique italiennes, qui oscillent craintivement entre la sous-estimation et la surestimation du potentiel de l'Italie. Il est vrai que l'Italie est un grand pays, mais elle devrait apprendre à concentrer ses efforts - et l'autorité (éventuelle) de l'actuel Premier ministre - pour qu'ils soient rentables, dans le scénario dans lequel elle joue effectivement un rôle et sur les pays étrangers voisins : la Méditerranée et l'Afrique du Nord. Ici, la Turquie est désormais un problème évident, et une confrontation étroite avec elle est nécessaire sur tous les fronts. C'est une folie que l'UE continue à financer Ankara, cédant à son chantage, pour pouvoir ensuite armer illégalement la situation déjà difficile en Libye.

Concentrons-nous sur ce point, l'Atlantique est loin.....

Alessandro Sansoni.

vendredi, 08 octobre 2021

Décisionnisme tunisien

thumbs_b_c_832f8dc0f0b8715dab8b32251db3535a.jpg

Décisionnisme tunisien

par Georges FELTIN-TRACOL

Où va la Tunisie depuis le 25 juillet 2021 ? Ce jour-là, fête nationale du pays, le président de la République Kaïs Saïed annonce à la télévision la mise en œuvre immédiate de l’article 80 de la Constitution de 2014. Il décrète l’état d’exception, suspend les séances du Parlement et limoge le gouvernement de Hichem Mechichi dont il désapprouvait la politique.

Le président tunisien a pris cette mesure d’urgence alors que la Cour constitutionnelle chargée d’en valider l’application n’existe toujours pas. La nomination de ses membres s’empêtre depuis six ans dans les méandres des chicaneries politiciennes. Outre l’impéritie gouvernementale en matière sanitaire et le naufrage consécutif du système de santé, le chef de l’État veut nettoyer les écuries d’Augias.

Par la « Révolution de jasmin » qui chassa le président Ben Ali en 2011, la Tunisie serait devenue le parangon arabe, africain du nord et proche-oriental de la démocratie aux critères occidentaux cosmopolites. La décision présidentielle suscite la grande inquiétude de l’Allemagne et des États-Unis toujours prêts à défendre le pouvoir législatif, y compris vérolé par l’islamisme. Or, en une décennie presque perdue, le peuple tunisien a vécu une nette dégradation du niveau de vie, l’augmentation massive du chômage et l’explosion de la corruption. La partitocratie (plus de soixante-dix partis !) favorise cette dernière qui transforme le Parlement en bac à sable pour garnements indisciplinés et en carrefour idoine pour de juteux profits. Le président Saïed a ordonné la levée de l’immunité parlementaire de certains députés et lancé des poursuites contre plusieurs magistrats.

Par son choix audacieux salué par la rue tunisienne exaspérée, le chef d’État n’hésite pas à heurter le principal parti politique du pays, les islamistes conservateurs d’Ennahda (« Renaissance » en français). Créée en 1981 et légalisée en 2011, cette formation issue des Frères musulmans de Tunisie a longtemps été le fer de lance de l’opposition à Ben Ali. Son chef, Rached Ghannouchi jusqu’à présent président de l’Assemblée des représentants du peuple, a vécu de nombreuses années en Grande-Bretagne. Il y bénéficiait du statut de réfugié politique. Ghannouchi serait-il un agent d’influence de la « Global Britain » dans une région habituellement convoitée par la France, l’Italie, l’Égypte et la Turquie ?

Âgé de 63 ans, Kaïs Saïed accède à la présidence avec 72,71 % des voix au second tour en 2019 face à l’homme d’affaires Nabil Karoui. Ce juriste rigoureux, par ailleurs enseignant universitaire, dirige de 1995 à 2019 l’Association tunisienne de droit constitutionnel. Il se fait connaître du public au moment de la rédaction de la Constitution de 2014 en étant un invité régulier à la télévision et à la radio. S’exprimant en arabe classique et non en dialecte tunisien, il attire la curiosité, puis la sympathie du public qui apprécie ses critiques contre les politiciens corrompus. Libre de tout engagement partisan, le futur président mène une campagne électorale modique, seulement aidé par des volontaires motivés et ses anciens étudiants. Ses manières rigides et son mode de vie ascétique plaisent beaucoup aux électeurs.

Sa volonté de contenir les petits jeux politiciens agace ses détracteurs. Certains l’accusent d’islamo-conservatisme. Favorable à la peine de mort, Kaïs Saïed n’apprécie pas l’idéologie LGBTQA+++. Ce non-islamiste estime néanmoins que l’islam informe la société et les mentalités tunisiennes. Ainsi se montre-t-il hostile à toute égalité entre les hommes et les femmes en matière d’héritage. Très influencé par le récit panarabe nassérien, il tient en politique étrangère des positions souverainistes. Cet anti-sioniste refuse toute relation diplomatique avec l’État d’Israël.

imago-9716~_v-1600x1600_c-1622450711453.jpg

D’autres contradicteurs le décrivent cependant en gauchiste masqué. Kaïs Saïed n’apprécie pas l’actuel texte constitutionnel qui établit un régime semi-présidentiel à forte prépondérance parlementaire. Pendant la campagne présidentielle, il propose une démocratie directe avec le recours fréquent au référendum. Cette mesure a aussi été défendue par les « Gilets jaunes » en France avec le RIC (référendum d’initiative citoyenne) et par un nouveau parti en Allemagne, Die Basis ou Basisdemokratische Partei Deutschland, soit le « Parti de la démocratie de base d’Allemagne ». Sur l’une de ses affiches pour les législatives de septembre 2021, on peut lire : « Pour le référendum. Trouver avec les autres la meilleure voie. »

À la démocratie directe, le président tunisien prône aussi la possibilité de révoquer les élus à tout moment, et un parlement élu au suffrage universel indirect dans des circonscriptions régionales. Les députés proviendraient des conseils régionaux eux-mêmes constitués de délégués extraits des conseils locaux (ou communaux). Dans ce système politique révolutionnaire, seul le chef de l’État, impartial car détaché de toute coterie partisane, serait élu au suffrage universel direct.

Cette conception institutionnelle serait-elle une référence implicite à Carl Schmitt ? Signant un article mis en ligne le 20 novembre 2019 sur un blogue hébergé par Médiapart et intitulé « Tunisie. Puissions-nous, de la Révolution culturelle de Kaïs Saïed, être préservés ! », Salah Horchani accuse Kaïs Saïed de « schmittisme ». Il dégaine même l’argument ultime : « Carl Schmitt et Kaïs Saïed, écrit-il, ont les mêmes initiales, à peu près. Tout cela donne une origine nazie à la refonte constitutionnelle que Kaïs Saïed nous a projetée. » Dans une réponse en date du 11 décembre 2019 sur le site Leaders.com.tn « Non, Kaïs Saïed n’est pas schmittien », Mohamed Chérif Ferjani considère au contraire le président tunisien comme un redoutable populiste.

Ces deux auteurs oublient que plutôt que suivre les leçons du rédacteur de la Théorie de la Constitution guère connu dans le monde arabe, Kaïs Saïed s’inspire du voisin libyen et du Livre vert de Mouammar Kadhafi qui développe la « troisième théorie universelle ». Dans le cadre de la Jamahiriya arabe libyenne populaire et socialiste, le Congrès général du peuple repose en principe sur des milliers de Congrès populaires de base avec une révocation possible des délégués. Souvent traduit en français par « État des masses », Jamahiriya correspond surtout à l’ochlocratie.

Depuis deux mois, la Tunisie semble suspendue. Aucun chef de gouvernement n’a été nommé. Les responsables des ministères régaliens exercent à titre provisoire. Kaïs Saïed paraît abasourdi devant l’ampleur de la tâche. Il tarde à donner des orientations claires. Il envisagerait de dissoudre le Parlement, de convoquer des élections générales et de modifier la constitution dans un sens plus présidentialiste. Sous sa férule, la Tunisie passerait-elle progressivement de la démocratie représentative des partis, paravent commode aux compromis ploutocratiques, à une « démarchie » participative charismatique ? Les chancelleries occidentales n’ont pas fini de se faire du souci.

 GF-T

  • Entre l’enregistrement de cette chronique et sa diffusion, le président tunisien a enfin nommé, le 29 septembre dernier, au poste de chef du gouvernement Najla Bouden, une géologue spécialiste des questions pétrolières. C’est la première fois qu’une femme occupe cette fonction au Maghreb et dans le monde arabe.

    jad20211001-mmo-tunisie-najlabouden-592x296-1633099599.jpg

  • « Vigie d’un monde en ébullition », n° 4, mise en ligne sur Radio Méridien Zéro, le 5 octobre 2021.

mardi, 28 septembre 2021

Le port de Hambourg devient chinois. Le dernier cadeau de Frau Merkel à Pékin

DSC_0352.jpg

Le port de Hambourg devient chinois. Le dernier cadeau de Frau Merkel à Pékin

Marco Valle

Ex: https://blog.ilgiornale.it/valle/2021/09/27/il-porto-damburgo-diventa-cinese-lultimo-regalo-di-frau-merkel-a-pechino/#disqus_thread

La République populaire de Chine a résisté à la pandémie mondiale sans trop de dommages (du moins en apparence) et poursuit son expansion économique, politique et militaire. Partout, vraiment partout. Même sur les mers. Pour la première fois de sa longue histoire - à l'exception de l'intermède du quinzième siècle avec les expéditions de l'amiral Zheng Hen - elle a créé une grande marine militaire et marchande, se transformant ainsi en une puissance maritime. Un objectif ambitieux et sans précédent, comme le rappelle Edward Sing Yue Chan, qui fait "partie intégrante du 'rêve chinois' de renouveau national". C'est l'un des principaux objectifs du président depuis son arrivée au pouvoir, comme il l'a réitéré en 2017 dans un discours aux commandants de la marine" (Limes, n° 10/ 2020).

L'essor thalassocratique et naval de la Chine repose sur un réseau efficace d'alliances et d'influence étendu de l'Asie du Sud à l'océan Indien.  C'est la stratégie du "collier de perles", un long cordon de comptoirs et de relais dans lequel Pékin a englobé le Sri Lanka, la Birmanie, le Bangladesh, les Maldives, le Pakistan et, depuis 2017, Djibouti en Afrique, la première base militaire du Dragon hors du territoire national. Officiellement, cette installation (la première garnison militaire permanente de la République à l'étranger) est un point d'appui pour les navires et les équipages engagés dans des missions de lutte contre la piraterie.

593401-gardes-honneur-marine-formation-pont.jpg

Depuis 2008, Pékin a déplacé plus de 70 unités, dont des destroyers, des frégates et des navires de ravitaillement, et maintient une force opérationnelle navale permanente devant Aden. En réalité, la base répond à des logiques plus larges. L'installation a une capacité d'accueil de dix mille personnes et représente une porte d'entrée sécurisée au cœur du continent ainsi qu'un bouclier efficace pour les innombrables intérêts chinois dans la petite république.

En 2018, les Chinois, juste devant leur base, ont inauguré un port multifonctionnel, le terminal à conteneurs de Doraleh, et une usine pétrolière (tous deux gérés par l'entreprise publique China Merchants Group) ; un an plus tard, le Djibouti Damerjog Industrial Development (DDID), une zone franche de 43 kilomètres carrés gérée exclusivement par trois entreprises chinoises (coût de 3,5 milliards de dollars), a été créé. Sous la direction de la Chine en janvier 2021 (virus ou pas...), Djibouti a clôturé l'accord entre Air Djibouti, Ethiopian Airlines et l'autorité portuaire nationale (DPFZA) pour la construction d'un nouvel aéroport, futur hub africain pour les marchandises chinoises (déchargées, bien sûr, par des navires chinois au port chinois de Doraleh).

Les Chinois possèdent désormais 77 % de la dette nationale, qu'ils utilisent pour programmer et rythmer le plan de développement Vision 2035, l'avenir de ce fragment de la Corne de l'Afrique. L'objectif, comme l'indique un document de la Banque de Chine, "est de transformer le pays, qui n'est plus un centre logistique régional, en un centre financier et un carrefour commercial mondial". En bref, un nouveau Dubaï en jaune.

L'investissement de Gibutan est en synergie avec l'enclave industrielle exempte de taxes dans la zone du canal de Suez - la zone économique et commerciale Chine-Égypte-Suez - et avec la gestion par Cosco (China Ocean Shipping Co., troisième compagnie maritime mondiale après Maersk et Msc) du terminal à conteneurs du canal de Suez, une plateforme entièrement chinoise. Un choix ciblé: depuis 2001, le volume de marchandises traversant le canal a fait de la Méditerranée le principal débouché de 19 % du trafic mondial; 56 % des marchandises empruntant la voie d'eau atteignent le cœur de l'Europe. Le calcul est simple.

Suez et Djibouti sont deux pièces centrales d'un grand projet. Laissez-nous vous expliquer. Les ports maritimes sont l'objectif prioritaire de Pékin: selon une étude du Centre for Strategic & International Studies, 46 ports africains ont été financés, conçus (et sont en cours de construction) ou gérés par des entités chinoises. Cet investissement vise à garantir un traitement prioritaire aux navires à moindre coût, assurant ainsi un avantage concurrentiel aux transporteurs chinois: acheminer des volumes croissants de marchandises vers les marchés européens dans les plus brefs délais. Il s'agit notamment des projets d'extension du port commercial de Lamu, au Kenya (pour un coût de 500 millions de dollars), et de la construction du port de Bagamoyo, en Tanzanie, avec un investissement estimé à 11 milliards de dollars et la coparticipation de la Tanzanie, de la Chine et d'Oman: situé à seulement 50 kilomètres au nord de Dar es Salaam et opérationnel à partir de 2022, Bagamoyo deviendra le plus grand port d'Afrique de l'Est.

bagamoyo.jpg

À son tour, la conquête douce de l'Afrique est imbriquée dans l'initiative Belt and Road (BRI), la "nouvelle route de la soie", une formidable offensive politique et commerciale qui concerne actuellement plus de 80 nations et s'apprête à investir toute l'Europe. C'est un projet articulé avec des investissements massifs et une planification efficace avec un objectif clair: nos économies, nos souverainetés.

Le point de départ est 2010, lorsque Cosco rachète le Pirée, le principal port de la Grèce, à un prix avantageux. L'Union européenne et l'Allemagne, trop occupées à vampiriser la Grèce, s'en sont moquées et ont donné leur accord. La concession aux Chinois de deux jetées était prévue pour 35 ans, et Cosco devait payer un milliard d'euros au total. Mais la valeur économique de l'opération devait être de 4,3 milliards au total, compte tenu des accords de répartition des bénéfices et des investissements que l'entreprise publique du Dragon s'est engagée à réaliser.  L'appétit venant en mangeant, Cosco a racheté cet été 67% de l'ensemble de l'Autorité portuaire, prenant ainsi possession jusqu'en 2052 de la totalité de la structure, opérant depuis lors en tant qu'opérateur de terminal mais aussi en tant que concessionnaire, client et fournisseur de lui-même. Le Pirée est ainsi devenu la première véritable brique BRI européenne, une porte d'entrée de l'expansion commerciale et industrielle asiatique en Europe, avec des investissements massifs dans les terminaux mais aussi dans la logistique, la réparation navale et le tourisme.

new-member-logo-cosco.jpg

piraeusHQ.jpg

Le résultat ? Une excellente affaire, comme le confirment les chiffres: en 2009, le Pirée a traité moins de 700.000 Teu (unité de mesure des conteneurs de 20 pieds). En 2014, il en a traité 3,6 millions, en 2019, il est passé à 4,9 millions.  "En 2010, souligne Alessandro Panaro, directeur de l'Observatoire du trafic maritime de Srm Intesa Sanpaolo, le Pirée n'était pas du tout compétitif, Valence faisait quatre fois ses conteneurs, Tanger Med en faisait déjà deux millions, Port Saïd trois et demi tandis que le port grec n'arrivait pas à en faire un. Depuis l'arrivée du colosse chinois, il est devenu le deuxième port de la Méditerranée et déplace aujourd'hui plus de cinq millions de Teu". Selon un rapport du Srm, en 2020, l'ensemble du système portuaire italien a transporté un peu moins de 10,7 millions de Teu...

Après le Pirée - désormais le pivot de la pénétration jaune en Europe, pour se connecter par train à Belgrade et Budapest - la Cosco a acquis d'importantes participations dans les ports de Kumport (Turquie), Ashod (Israël), Tangeri (Maroc), Cherchell (Algérie), Salonicco (Grèce), Valence et Bilbao (Espagne), Gyynia (Pologne), Rotterdam (Pays-Bas), Zeebrugge et Anvers (Belgique), Vado Ligure (Italie), acquérant ainsi le contrôle de 10% du mouvement conteneurisé du Vieux Continent ; un autre géant public basé à Pékin, China Merchant Port, détient une part minoritaire de Marseille et opère en tant qu'opérateur de terminaux ferroviaires à Venlo, Moerdijk et Amsterdam aux Pays-Bas, Willebroek en Belgique et Duisburg en Allemagne. C'est le plus grand port intermodal (fluvial) du monde, capable de traiter vingt mille navires et vingt-cinq mille trains par an, une cathédrale de la logistique intégrée.

HHLA-Container-Terminal-Tollerort-CTT-modern-container-gantry-cranes-discharge-and-load-a-container-mega-ship-operated-by-shipping-company-Cosco.-Photo-HHLA-Thies-Rätzke-800x450.jpg

Mais ce n'est pas tout. Ces jours-ci, Cosco a conclu (dernier cadeau d'Angela Merkel à Pékin ?) l'accord pour le troisième port le plus important de l'UE, Hambourg: la société, par l'intermédiaire de sa filiale Grand Dragon, a conclu l'accord avec l'opérateur de terminal allemand Hhla pour reprendre 35% d'un des trois terminaux, le Tollerort (Ctt), au prix de 65 millions d'euros, en plus de reprendre 35 millions de dettes de Ctt avec Hhla. Bien qu'il s'agisse de la plus petite installation du port allemand, elle transporte environ 9,2 millions de TEU chaque année. Pas mal pour une entreprise qui émane directement de l'organe administratif suprême, le Conseil d'État, et donc du Parti communiste chinois.

La nouvelle a évidemment animé le débat électoral allemand (contribuant à l'effondrement de la CDU) et inquiété les bureaucrates de Bruxelles. L'accélération à Hambourg a pris au dépourvu la commissaire chargée de la lutte contre les ententes, Margrethe Vestager, qui a présenté au printemps dernier un "bouclier" communautaire pour défendre les entreprises européennes contre les rachats par des acteurs étrangers subventionnés par leur État d'origine, et a obtenu son approbation. Sur le papier, le signal envoyé à Pékin est clair : les entreprises qui reçoivent plus de 50 millions d'euros de subventions étrangères et qui cherchent à acquérir des actifs dans l'UE d'une valeur supérieure à 500 millions d'euros ou à participer à des marchés publics d'une valeur minimale de 250 millions d'euros devront notifier la transaction à Bruxelles et obtenir son approbation.

"Lorsque vous ouvrez votre maison à des invités, vous attendez d'eux qu'ils respectent les règles de la maison. Cela doit également s'appliquer au marché intérieur", a souligné Mme Vestager. Nous attendons maintenant que la loi soit approuvée par le Conseil et le Parlement de l'UE. Avant qu'il ne soit trop tard.

samedi, 11 septembre 2021

Ethnologie et ontologie des peuples de l'Afrique de l'Ouest 

16290497.jpg

Ethnologie et ontologie des peuples de l'Afrique de l'Ouest 

Alexandre Douguine

Ex: https://katehon.com/ru/

Une branche de la famille nigéro-congolaise est constituée par le peuple mandé. Les langues de cette famille linguistique diffèrent sensiblement des autres langues nigéro-congolaises par des paramètres fondamentaux, c'est pourquoi les linguistes les considèrent comme les premières à se séparer du tronc principal, avec les langues Ijo et Dogon. Les différences entre le mandé et la structure même de la famille nigéro-congolaise sont si grandes qu'il existe des classifications qui séparent les langues mandé et les attribuent à une famille distincte.

afriqueethnolinguistique.jpg

Histoire-Afrique-de-lOuest-Square.jpg

Les peuples mandés ont des origines très anciennes et ont été les fondateurs et la classe dirigeante des anciens empires d'Afrique de l'Ouest. On considèere que le foyer ancestral des peuples mandés est la région du Mandé, dans le sud-est du Mali actuel, d'où diverses tribus se sont répandues dans toutes les directions, formant des types de sociétés distinctes liées par la similitude de la langue et de la culture, mais avec une identité séparée et souvent assez distincte.

Les langues mandées sont divisées en trois grandes branches - occidentale, orientale et bobo, chacune comprenant des groupes entiers ainsi que des langues individuelles.

La plus importante est la branche occidentale, qui comprend quatre sous-branches : la sous-branche centrale, comprenant le Mandé (Mali, Guinée, Côte d'Ivoire, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau, Burkina Faso, Sierra Leone, Liberia), le Mokole, le Wai Kono, le Jogo-Jeri (Côte d'Ivoire), le Soso-Yalonka (Guinée); ensuite la sous-branche du sud-ouest, qui comprend les langues Mende, Loko, Bandi, Zialo, Loma et Kpelle (Sierra Leone, Guinée, Liberia); enfin, la sous-branche du nord-ouest, qui comprend le groupe Soninke-Bobo (Mali, Sénégal, Burkina Faso) et le groupe Samobo (Mali, Burkina Faso).

Screen-Shot-2019-08-23-at-2.54.28-PM-1024x562.png

Les langues du groupe mandé sont les plus parlées de cette famille (qui porte le même nom), et ont le statut de langues nationales (idiomes) au Mali et en Guinée. Les langues de ce groupe sont parlées par les Malinké (Mali), les Bambara (Mali), les Mandinka (Gambie, Sénégal), les Dioula (Côte d'Ivoire, Burkina Faso), les Mau (Côte d'Ivoire), les Bolon (Burkina Faso), etc. Ces peuples vivent dans la région du Mandé, d'où est probablement originaire le peuple mandé, l'ancêtre de toutes les autres branches et groupes.

fiso.jpg

La branche nord-ouest comprend la langue parlée par le peuple Soninké, dont les ancêtres constituaient la classe dirigeante des anciennes cités-états (de la civilisation dite de Dhar Tichitt) et des empires (principalement le Ghana).

indexdhar.jpg

FBD3481F-6BF4-46AD-83B3-294D4246A4EA.jpeg

Ruines de la civilisation de Dhar Tichitt

La branche orientale se compose de deux sous-branches: la sous-branche orientale se composant également de deux sous-branches: la branche orientale, constituée du groupe Samo (Burkina Faso), du groupe Bisa (Nigeria, Bénin, Togo, Burkina Faso), du groupe Busa Kyaenga (Nigeria, Bénin), et la branche méridionale, constituée du groupe Tura-Qaenga (Nigeria, Bénin).

Les groupes du sud comprennent le groupe Tura-Dan Mano (Liberia, Côte d'Ivoire).

Dans l'ensemble, ces peuples ont une culture similaire, qui présente toutefois un certain nombre de différences fondamentales. Une composante variable est la présence dans ces sociétés d'une classe supérieure de clans dynastiques et d'une aristocratie guerrière, avec des répercussions de cet agencement social au niveau religieux avec des cultes solaires et stellaires et des représentations patriarcales. Chez certains peuples mandés, cette strate verticale et cette hiérarchie de castes persistent même lorsqu'ils passent d'un état d'ordre impérial à un mode de vie agraire (moins souvent nomade) (c'est le cas de presque tous les peuples du groupe mandé, soninké, etc.); d'autres (par exemple les  Mende, Kpelle, Loma, Bisa, Dan, Mano, Samo, Bobo) sont dépourvus de cet ordre hiérarchique (ce qui s'accompagne parfois de la préservation des cultes solaires, et parfois nous n'y découvrons plus que la religion des esprits et des ancêtres).

10138.jpg

Cette différence peut avoir deux explications: soit l'horizon mandé s'est formé à l'origine dans le contexte de polités différenciées (ce que l'on peut supposer étant donné l'ancienneté de civilisations urbaines comme celle de Dhar Tichitt) et ensuite ses branches individuelles ont subi une simplification (jusqu'à la perte de la composante solaire et ouranienne), soit le processus a été inverse et les cultures agraires matriarcales ont été intégrées dans des polités stratifiées complexes, où à l'origine les porteurs du pouvoir dynastique et des religions célestes appartenaient à d'autres peuples, dont les Mandé eux-mêmes, ont été transférés. Ainsi, les tribus mandé, où l'on ne trouve ni castes ni références directes aux divinités paternelles célestes, peuvent être considérées à la fois comme les plus archaïques, devenues extérieures aux processus ethno-sociologiques de type impérial, et les plus "modernes", c'est-à-dire ayant perdu les couches supérieures de leur identité originelle (si l'on admet que cette identité était intrinsèquement structurée de manière verticale). Le plus souvent, un différentiel de caste significatif prévaut encore dans les sociétés mandéennes, bien que dans le même temps, les structures du matriarcat sous-jacent soient également soulignées de manière très contrastée.

Fulbe : tribus et politiques

Les Fulbe (également appelés Fula, Fulani, Peul, etc.) sont un peuple largement répandu sur les territoires de l'Afrique occidentale et centrale. Ils constituent la communauté la plus importante parmi les autres locuteurs de la branche atlantique des langues nigéro-congolaises. Les tribus Fulbe sont répandues de la côte atlantique de l'Afrique jusqu'au Nil.

fulbe.jpg

Les Fulbes pratiquaient traditionnellement l'élevage et parcouraient des distances considérables avec leurs troupeaux. Il est probable qu'ils ont adopté le style de vie nomade des Berbères, mais qu'ils ont ensuite fait de l'élevage leur principale occupation, fondant tout leur mode de vie sur cette pratique. Selon une autre version, les Fulbes sont un peuple mixte, formé à partir des tribus nomades (très probablement berbères) d'Afrique du Nord et des peuples du groupe nigéro-congolais. Il existe des différences culturelles et même phénotypiques importantes dans la structure de la branche des peuples de langue atlantique eux-mêmes. Les Fulbe sont donc des nomades et des pasteurs. En même temps, leur peau est souvent plus claire que celle des autres nigéro-congolais, et les traits de leur visage présentent des caractéristiques europoïdes, semblables à celles des Berbères et des peuples tchadiens (comme les Haoussas).

e46f2730c0aafbd1ff21785b7393d559--unique-faces-culture-shock.jpg

Peul-woman.jpg

Dans le mode de vie et la mythologie des Fulbe, nous constatons également des similitudes spécifiques avec l'horizon afro-asiatique. Bien que les Fulbe soient majoritairement musulmans, leurs sociétés, même après un millénaire de domination islamique, montrent des signes évidents de matriarcat: la position des femmes est nettement plus libre que celle des autres tribus Fulbe environnantes.

La langue fulbe était considérée par les linguistes du début du XXe siècle comme appartenant aux langues hamitiques, et l'affinité avec les langues nigéro-congolaises était le résultat de contacts culturels secondaires. Bien que cette théorie ait été réfutée depuis par des méthodes strictement linguistiques, la volonté de voir les Fulba comme relevant d'un horizon afro-asiatique est frappante, tant ils en sont proches typologiquement.

Comme pour la plupart des peuples d'Afrique de l'Ouest liés à l'histoire politique de cette région, il existe trois castes dans la société Fulba, qui sont endogames: les dirigeants (Imams) - Rimbbe, les artisans et pasteurs libres - Ninbbe et les esclaves - jayabbeh.

Cette hiérarchie suggère qu'ils sont une partie organique du même horizon auquel appartiennent les Berbères, les Tchadiens et les peuples de la branche mandingue, qui ont dans leur histoire présentent des organisations strictement verticales depuis l'Antiquité.

peule.jpg

Les Fulbes forment souvent des sociétés mixtes avec les Berbères et les Tchadiens (surtout les Haoussas), occupant une position égale à celle des Africains dans ces structures stratifiées. Il existe un continuum culturel entre les Berbères, les Tchadiens (principalement Haoussa) et les Fulbe, ce qui se reflète dans l'émergence de sociétés telles que les Hausa-Fulani au Nigeria, où les deux peuples forment une unité sociale, se fondant facilement l'un dans l'autre.

Historiquement, cela se manifeste également par le fait que les Peuls ont été les premiers peuples nigéro-congolais à se convertir à l'Islam sous l'influence des Berbères et des Arabes. Certains auteurs pensent que les Fulbe sont originaires du Moyen-Orient, c'est-à-dire qu'ils sont la branche la plus occidentale de l'horizon afro-congolais, ayant perdu leur langue en raison du mélange avec les Nigero-Congolais.

Dans une perspective plus limitée, cependant, la patrie des Fulbe, comme les autres peuples du groupe atlantique, était le fleuve Sénégal. De là, les tribus Fulbe se sont dispersées dans le Sahel et la savane, loin à l'est. Jusqu'à aujourd'hui, les Fulbe mènent principalement un mode de vie semi-nomade et s'adonnent occasionnellement à l'agriculture, qu'ils méprisent généralement comme tous les nomades. Le peuple Teculer parle également une langue proche du Fulbe.

Fulani_Woman_from_Niger.jpg

Selon certaines estimations, il y a plus de 30 millions de Fulbe et de personnes parlant le Fulbe dans l'Afrique d'aujourd'hui, et avec les peuples Yoruba, Igbe et Haoussa, ils constituent le plus grand groupe de tribus africaines. Les Fulbe représentent le plus grand pourcentage de la population au Sénégal, en Gambie, au Mali, au Niger et en Haute-Volta. Dans certains cas, ils se sont mélangés à d'autres peuples, comme c'est le cas au Niger, où un nombre important de Fulbes parlent le haoussa (qui appartient au groupe tchadien). Les Fulbes sont également nombreux en Mauritanie, au Ghana, en Guinée, au Nigeria, en Sierra Leone, au Bénin, au Burkina Faso, en Guinée Bissau, au Liberia, en Côte d'Ivoire, au Cameroun et en République centrafricaine. On trouve des groupes distincts de Fulbe au Tchad, au Soudan et même en Éthiopie.

L'État de Takrur est l'une des premières polities fulbe à être documentée. Ses origines remontent au neuvième siècle de notre ère. Selon une version, les Fulbe sont arrivés sur le territoire en provenance de l'Est et se sont installés dans le cours inférieur du fleuve Sénégal sur la côte atlantique ; selon une autre version, ils se sont formés à la suite d'une interaction entre les Berbères, qui avaient leurs premières polities dans le Sahara, et les Serer locaux (groupe linguistique atlantique). À partir de cette époque, le nord de l'actuel État du Sénégal, sur la frontière avec la Mauritanie, est devenu un centre de commerce et les Fulbe ont commencé à jouer le rôle de classe dirigeante.

La première dynastie Takrur qui a existé avant l'émergence de l'Empire ghanéen serait celle des Dia Ogo. Il est rapporté dans les mythes des peuples sénégalais. La dynastie a été fondée par des étrangers venus du nord-est qui étaient forgerons et sorciers. Leur identité ethnique ne peut être établie avec certitude; diverses versions les rattachent aux peuples de la branche atlantique (Fulbe et Serer) et de la branche mandé (Malinke). Sous le règne de la dynastie Dia Ogo se trouvait une autre ancienne polarité du Sénégal : le royaume de Namandiru.

empgh.jpg

Pendant l'ère de l'Empire du Ghana et jusqu'à la montée de l'Empire du Mali, la deuxième dynastie a régné sur le Manna des Soninke (branche mandé). Dans les années 1030, le souverain Takrur de cette dynastie, War Jabi (? - 1041), s'est officiellement converti à l'islam et a introduit la charia dans son État. Il s'agit de la première conversion précoce à l'Islam des souverains des peuples nigéro-congolais, alors que les souverains berbères s'étaient convertis à l'Islam bien plus tôt.

La population Takrur a été connue plus tard sous le nom de peuple Tukuler (en français: Toucouleurs).

Les Toucouleurs étaient orientés vers les puissances islamiques, dont le centre était situé dans le nord de l'Afrique ou dans la péninsule ibérique. Ainsi, les souverains Takrur et d'autres tribus Fulbe ont participé activement à l'écrasement de l'Empire du Ghana au sein de l'armée almoravide. Après la chute du Ghana, Takrur est devenu un royaume totalement indépendant.

Plus tard, l'État de Takrur est passé sous la domination de l'Empire malinka, fondé par le peuple malinka. La prochaine dynastie Tondion arrive au pouvoir, issue du peuple Serer qui constituait la majorité de la population de Takrur à un stade précoce. Ses dirigeants reviennent aux croyances traditionnelles africaines.

Au XVIe siècle, un autre État fulbe, Futa Toro, émerge au Sénégal. Elle a été conquise à l'empire Jolof (qui sera décrit plus loin) par le commandant Koley Tengella (1512 - 1537), d'origine mixte (Fulbe et Mandinke), qui a fondé la dynastie Denianke. La dynastie des Denianke est restée au pouvoir jusqu'en 1776.

Umars_jihad_state_map_general_c1864.png

Empire toucouleur.

De la seconde moitié du 18ème siècle au début du 19ème siècle, les tribus islamiques Toucouleurs ont mené une série d'"attaques djihadistes" sur le territoire sénégalais contre des tribus (y compris des tribus Fulbe) qui ne s'étaient pas converties à l'Islam. C'est ainsi qu'en 1776, les islamistes ont renversé la dynastie des Denyanke et établi un régime islamique au Fouta Toro.

À la même époque, dans les années 1770, les musulmans fulbe ont créé un autre État, Futa Jallon, dans ce qui est aujourd'hui la Guinée. Comme Futa Toro, il est dirigé par des chefs d'ordres soufis. En 1804 - 1809, le Fulbe Ousman dan Fodio (1754 - 1817) soumet les Haoussa et établit le califat de Sokoto, qui soumet les cités-états haoussa et contre les attaques de l'empire du Borno. En 1809, les Fulbes créent l'émirat vassal de l'Adamawa, avec Yola comme capitale, dont les terres comprennent des parties du Nigeria, du Cameroun et de petites zones de l'ouest du Tchad et de la République centrafricaine. Le califat de Sokoto est communément appelé l'empire Fulbe.

Dans les années 1920, les Fulbe ont fondé un autre État, le sultanat de Masina au Mali (l'actuelle région de Mopti), dont la capitale était la ville de Hambullahi. Le fondateur du sultanat de Masina est le Fulbe Sekou Amadou (c.1776 - 1845).

Senegalvalleystatesc1850.png

Au milieu du XIXe siècle, l'État de Fouta Tooro, successeur géopolitique de l'État Takrour au Sénégal, soumet Tombouctou et le sultanat de Masina.

Une figure marquante de l'histoire fulbe est le cheikh soufi Omar Tall (1794-1864), également connu sous le nom d'Omar Hajj. Il est considéré comme le fondateur de l'empire toucouleur ou de l'État de Tijaniya. Omar Haj a visité les lieux saints musulmans dans sa jeunesse et a établi des relations étroites avec le deuxième souverain du sultanat de Sokoto, le fils d'Osman dan Fodio, Mohammed Bello (1781 - 1837), ainsi qu'avec le souverain de Masina Sekou Amadou (1776 -- 1845).

El-Hadji-Omar-Tall.jpg

Omar Hajj (photo) a été initié à la tarikat Tijaniyya et est devenu l'un de ses kutbs (pôles) faisant autorité, étant sanctionné pendant le hajj pour diriger toutes les branches de la tarikat en Afrique occidentale.  Il rassembla autour de lui les tribus militantes toucouleurs et mit sur pied une armée efficace et disciplinée qui, en peu de temps, réussit à conquérir d'importants territoires, à soumettre les États de Ségou et de Kaarta (Bamabara), les polities mandingues, et entra également en guerre contre d'autres États peuls islamiques, notamment Masina.

couv-p1.jpg

Le plateau de Bandiagara a été choisi comme centre de l'État de Tijaniya. Omar Hajj a présenté un projet d'"unité transcendantale des peuples du Soudan occidental", qu'il proposait d'unir autour de la religion islamique et de la métaphysique soufie. Dans sa structure, ce modèle d'empire soufi est très proche des idées des tariqats soufis d'Afrique du Nord, du Maroc à l'Égypte, et s'accorde avec les Sénoussistes de Cyrénaïque. En 1890, les Français et les Bambara s'emparent des territoires de l'empire toucouleur et les ajoutent à leurs possessions coloniales.

En 1893, un autre État djihadiste fulbe, le Fouta Tooro, passe sous la domination française. En 1896, les Français ont conquis le principal territoire du Fouta Djallon dans le sud du Sénégal.

En 1901, l'émirat d'Adamawa est divisé entre les Britanniques et les Allemands, qui envahissent le Cameroun. Le dernier État peul à tomber sous la domination britannique en 1903 fut le califat de Sokoto.

L'empire du Mali

Au cours de la période comprise entre le XIe et le XVIe siècle de notre ère, plusieurs nouveaux États importants, tels que le Mali et le Songhai, sont apparus dans différentes parties de l'ancien empire du Ghana. En revanche, à mesure que le Ghana décline, le Mali accroît sa puissance et devient progressivement une force géopolitique majeure en Afrique de l'Ouest.

L'empire du Mali a été fondé par le peuple malinké de l'ethnie mandingue. Le nom Mali est dérivé de l'ethnonyme malinké. Le peuple le plus proche des Malinkés, avec une structure sociale strictement identique, est le peuple Bambara. Elle est également proche des peuples Dioula, Diahanke, Soso, Dialonke et Bwa. Le peuple malinké a influencé les cultures des Dogon (famille distincte), des Senufo (groupe linguistique atlantique), des Mosi (langues gur), etc.

Dogon-guerriers.jpg

maison-dogon.jpg

Folklore, masques et architecture au pays des Dogons (Mali).

L'histoire des Malinke remonte aux premières périodes de l'État du Wagadu, lorsque deux groupes de chasseurs, sous la direction des ancêtres légendaires Kontron et Sonin, se sont retirés dans la région de Mandé, où ils ont établi leurs propres règles de chasse. Ces deux groupes ont ensuite été connus sous le nom de tribus malinké et bambara. Progressivement, ils sont passés à un mode de vie sédentaire et à des pratiques agraires.

Après la défaite du Ghana par les Almoravides au XIIe siècle, la polarité de Kanyaga (Mali actuel), fondée par le peuple Soso (ou Susu) qui dépendait auparavant des Soninkés, a été consolidée. La dynastie de cet État tire son origine de la caste des forgerons, considérée comme inférieure dans les autres sociétés, mais qui avait des fonctions sacerdotales chez les Soso. L'ancêtre de la famille royale était le mythique sorcier-forgeron Kante. Les rois Soso ont rejeté l'islam plus longtemps que les autres peuples Mandé voisins, ont suivi les anciennes traditions et étaient considérés comme de puissants sorciers et faiseurs de miracles. En 1180, ils soumettent les Soninkés, qui étaient auparavant leurs suzerains, en leur faisant payer un tribut. En 1203, les Soso ont capturé la capitale ghanéenne de Kumbi Saleh. Sous le règne du souverain Kanyagi Sumanguru Kwant (vers 1200 - vers 1235), les Soso étendent leur pouvoir au Mandé également.

Le souverain (manse) d'une des principautés du pays Mandé avec un centre dans le village Niani Sundyatta Keita (c.1217 - c.1255), à qui l'on prédisait de devenir un grand roi, s'est révolté contre Kanyaga, et la coalition établie des tribus Malinke (en particulier, le souverain de la cité-état Kangaba) et Soninke en 1235 a vaincu Soso à la bataille de Kirin.

Après avoir vaincu les Soso, Sundyatta Keita s'empare de la capitale ghanéenne Kumbi Saleh en 1240, et devient ainsi le successeur géopolitique du pouvoir Soninke. Sundyatta Keita fait de Niani, où il règne, la capitale du Mali.

Les récits des exploits de ce monarque légendaire constituent l'épopée de Sundiata. Il est fort probable que sous ce roi, qui, dans l'épopée, apparaît comme un puissant magicien capable non seulement de conquérir militairement mais aussi d'accomplir des miracles, la lignée dynastique ait adopté l'Islam.

Sous le règne des descendants de Sundyatta Keita, le Mali soumet un certain nombre de polités régionales telles que Takrur, Songhai, etc. et établit également un contrôle sur les tribus nomades berbères.

L'un des piliers de l'économie de l'empire du Mali, comme de l'empire ghanéen antérieur, était les mines d'or d'Afrique de l'Ouest, qui sont devenues la source de prospérité de la dynastie régnante. La succession du miracle du "serpent noir" s'est poursuivie dans cet Empire également.

Empire-Mali-au-14eme-siecle.jpg

Si nous nous tournons vers une carte sur laquelle nous plaçons les États d'Afrique de l'Ouest de la fin du XIIe siècle et du début du XIIIe siècle, nous constatons que l'Empire du Mali occupe une position centrale dans toute la constellation des polités limitrophes qui sont d'une manière ou d'une autre associées au Mali et ont été en partie sous son influence. À quelques exceptions près, ces polities sont situées à proximité les unes des autres, créant un continuum politique où chaque segment représente une société hiérarchique stratifiée, c'est-à-dire un État - un empire, un royaume ou une principauté.

Cela montre l'énorme influence de la structure impériale sur toutes les sociétés ouest-africaines, qui sont sous l'influence déterminante du Logos politique vertical. Dans cette configuration, les peuples mandés sont au centre de tout ce système, représentant les peuples associés aux formes les plus anciennes d'organisation politique (ère Dhar Tichitt) ainsi qu'aux empires les plus tardifs et les plus importants d'Afrique de l'Ouest, le Ghana (Soninke) et le Mali (Malinke).

Ainsi, soit les peuples mandéens portent eux-mêmes un Logos patriarcal au cœur de leur identité, soit ils ont été, plus que d'autres, et plus tôt que les autres peuples nigéro-congolais touchés par des influences apolliniennes. Cette influence est clairement perceptible dans la structure même des espaces adjacents de tous côtés à l'Empire du Mali. En s'éloignant du pôle mandé, la concentration des sociétés hiérarchiques commence à s'affaiblir. C'est pourquoi, en Afrique de l'Ouest, dans la zone de l'Empire du Ghana et du Mali, il faut chercher le pôle originel de l'État apollinien, bien que la structure même de la religion et des traditions des Mandés, c'est-à-dire des fondateurs de l'Empire du Mali et de certaines polities adjacentes, ne soit pas aussi ouvertement apollinienne que celle des peuples nilo-sahariens, et comporte une composante matriarcale substantielle et lourde. Tout l'horizon du mandé, inséparable de sociétés clairement stratifiées, doit donc être considéré comme un phénomène complexe et multicouche dès ses origines.

Il est révélateur qu'à côté des polities des peuples du Mandé dans la zone d'influence de l'Empire du Mali et de ses espaces adjacents, on trouve d'autres peuples ouest-africains de la famille nigéro-congolaise appartenant à la branche atlantique (Fulbe, Wolof, Serer), à la branche de la Haute et Basse Volta (peuples Gur et Kwa), ainsi que les Yoruba, Igbo, etc. Et là où cette organisation politique existe, nous trouvons également des sociétés stratifiées correspondantes organisées selon des lignes hiérarchiques. En s'éloignant de ce pôle ouest-africain - à l'est et au sud - vers les peuples Adamawa-Ubangi et l'oikumene bantou, cette ligne verticale s'affaiblit également, et par conséquent les sociétés perdent la couche dynastique-aristocratique et ses niveaux correspondants de théologie solaire et ouranienne.

Guinée : Mande vs Peul

Un autre État où règne le peuple Fulbe (également appelé Peul) est la Guinée, située sur la côte atlantique entre la Guinée Bissau et la Sierra Leone, et bordant le Mali à l'est. La capitale de la Guinée est Conakry.

Les Fulbes sont arrivés au XVIe siècle dans ce territoire, qui faisait autrefois partie des empires ghanéen et malien, alors qu'auparavant, il était principalement habité par les peuples mandés des groupes malinké, yalunk et soso. Les Fulbes, comme nous l'avons vu, se sont tournés vers la pratique du "djihadisme" et ont commencé au 18ème siècle une série de raids, attaquant l'Empire Jolof (Sénégal) et d'autres tribus (principalement le Mandé) ainsi que les tribus Fulbe qui ont conservé l'ancienne foi. C'est ainsi que fut créé l'État de Futa Jallon. Les principaux territoires de cet État sont situés dans la chaîne de montagnes et les Fulbes, qui se sont installés dans ces régions - contrairement à la plupart des autres branches - se sont convertis à la vie sédentaire.

Auparavant, ces territoires étaient habités par les peuples mandés - principalement les Soso et les Yalunka. Les Yalunka (un peuple proche des Soso) se sont convertis à l'Islam en même temps que les Fulbe, mais leur version était fondamentalement différente de la version djihadiste fulbe des XVIIIe et XIXe siècles, à tel point que lorsque les Fulbe ont commencé à imposer leur modèle de charia avec des éléments salafistes, les musulmans Yalunka ont rejeté l'Islam complètement, et ont été convertis de force à nouveau après avoir perdu la guerre contre les Fulbe.

À partir de la fin du XIXe siècle, le Fouta Djallon fit partie de la Guinée française.

000_arp2213236_h1024.jpg

Après l'indépendance, Ahmed Sékou Touré (1922 - 1984) (photo), originaire du peuple malinké, est devenu le premier président de la Guinée. Ahmed Sékou Touré était un partisan de la décolonisation totale et menait une politique violemment anti-française. Passionné de socialisme, il se rapproche de l'URSS et réalise une série de transformations socialistes dans le pays. Par la suite, il a quelque peu réorienté sa politique à l'égard des États-Unis.

35830-lansana-conte-1998.jpg

Après la mort d'Ahmed Sékou Touré, le colonel Lansana Conté (1934 - 2008) (photo), un Soso également issu de l'ethnie mandingue, prend le pouvoir en Guinée par un coup d'État militaire. L'appartenance ethnique du dirigeant déterminait l'équilibre du pouvoir en politique. Soso, Yalunka et Malinke soutiennent Conté, tandis que les Fulbe (Peul) sont dans l'opposition. C'est également la logique qui sous-tend les purges dans l'appareil d'État, chaque Peul étant soupçonné de faire partie de l'opposition et considéré comme un conspirateur potentiel. Les représentants du Soso (plus largement du Mandé), en revanche, étaient considérés comme loyaux et formaient l'épine dorsale du cadre politique et militaire du pays.

1200px-Dadis_Camara_portrait.JPG

Conté a instauré un régime autoritaire, qui s'est effondré immédiatement après sa mort lorsqu'un autre coup d'État militaire a eu lieu. À la tête de la junte militaire se trouvait cette fois le colonel Moussa Camara du peuple Kpelle (également un groupe mandé) (photo). Les Peuls se retrouvent à nouveau en opposition et l'élite est recrutée chez les Kpelle.

En 2009, les Peuls ont entamé une série de manifestations et Moussa Camara a ordonné leur répression violente, ce qui a entraîné un bain de sang et des violences contre les Fulbe.

Moussa Kamara lui-même a été à son tour gravement blessé lors d'une tentative d'assassinat en 2009 par un agent de sécurité, Abubakar Tumba Diakité.

Le régime militaire a pris fin en 2010, et le pouvoir est passé au président Alpha Condé, issu du peuple malinka, lors des premières élections multipartites en Guinée. Il subit une tentative d'assassinat en 2011.

Alpha_Conde120417750.jpg

Alors que les Fulbe constituent la majorité de la population guinéenne, le pouvoir politique est conservé par les membres du groupe mandé (Malinke, Soso, Kpelle), qui constituaient la principale population du pays avant l'arrivée massive de djihadistes fulbe au 18ème siècle. Lors des élections de 2015, l'ancien Premier ministre Chello Daylen Diallo, issu du peuple peul, s'est présenté, mais c'est finalement le candidat mandé, Alpha Condé (photo, ci-dessus), qui a de nouveau gagné.

Le 5 septembre 2021, Alpha Condé, en Guinée, connaît un coup d'État militaire mené par le colonel Mamadi Dumbuya, également ressortissant du peuple mandé.

Nous suivrons les événements dans cette région du monde.

lundi, 02 août 2021

Éthiopie - Un drame sanglant se déroule dans la Corne de l'Afrique

Ethopian-forces.jpg

Éthiopie : le conflit continue

Éthiopie:
Un drame sanglant se déroule dans la Corne de l'Afrique

Ex: https://katehon.com/ru/article/efiopiya-konflikt-prodolzhaetsya

Les affrontements armés entre les forces gouvernementales et le Front de libération du peuple du Tigré (TPLF) ont commencé en novembre de l'année dernière. Le même mois, la province a été occupée par la Force de défense nationale éthiopienne, les troupes de l'État éthiopien d'Amhara et la Force de défense érythréenne, qui s'était alliée au gouvernement fédéral. La victoire semblait acquise, mais le TPLF s'est allié à des groupes d'opposition tigréens, à des vétérans militaires et à des volontaires. En conséquence, les forces de défense du Tigré (TDF), motivées à cause des violences commises par les forces de la coalition gouvernementale, ont vaincu l'armée éthiopienne à la fin du mois de juin de cette année. L'opération Allula a permis à la SOT de reprendre la majeure partie du Tigré en quelques jours. Des milliers de soldats gouvernementaux ont été faits prisonniers et le gouvernement fédéral a été contraint de déclarer un cessez-le-feu unilatéral - admettant ainsi sa défaite. L'armée éthiopienne a effectivement cessé d'exister.

WireAP_354d19219ac84fe699d02721cb88baf1_16x9_992.jpg

Fin juin également, le Parti de la prospérité éthiopien, dirigé par le Premier ministre sortant Abiy Ahmed, a remporté la victoire, obtenant 410 des 436 sièges du Parlement. Environ un cinquième du pays n'a pas participé, ce qui a réduit la légitimité sur laquelle on pouvait compter pour mettre en œuvre des réformes économiques et centraliser la gouvernance.

tigray-on-a-map.png

Le gouvernement fédéral, ne disposant plus de moyens militaires, a commencé un blocus du Tigré. Les troupes en retraite ont pillé les infrastructures, notamment les banques et les télécommunications, tandis qu'Addis-Abeba a cessé de fournir les services de base. Selon l'ONU, quelque 4 millions de personnes ont besoin d'une aide humanitaire, et environ 400.000 personnes sont en situation de détresse. Depuis, le gouvernement fédéral a été accusé de manière crédible d'utiliser le blocus alimentaire comme arme de guerre, et le Conseil de sécurité des Nations unies a évoqué le risque de famine. Les États-Unis et l'Union européenne ont fait pression sur le gouvernement éthiopien en privé et en public. En décembre 2020, l'UE a suspendu une parte de subvention se montant à quelque 109 millions de dollars. Les États-Unis ont imposé des sanctions en matière de voyages à certains responsables gouvernementaux éthiopiens et érythréens, aux forces Amhara et aux membres du TPLF, et ont suspendu les mesures de sécurité et l'aide financière. La suspension du financement du développement multilatéral, dont l'Éthiopie a cruellement besoin, a également été évoquée. La Russie et la Chine ont fait preuve de plus de retenue mais n'ont pas opposé leur veto aux initiatives occidentales aux Nations unies.

Selon les statistiques, environ 90% des habitants du Tigré sont des chrétiens orthodoxes. Par conséquent, des narratifs circulent, évoquant un génocide pour des motifs religieux.

_118982148_tigray_food_emergency_2x640-nc.png

Dans le même temps, le Premier ministre Abiy Ahmed a fait de la surenchère dans sa rhétorique contre le TPLF, le décrivant comme une organisation terroriste qui recrute des enfants soldats. En outre, des accusations ont été portées contre les Tigréens qui ne soutenaient pas les actions des troupes fédérales, ce qui a été immédiatement suivi de rafles massives dans les zones urbaines.

Le SOT a répondu en envahissant les zones du Tigré tenues par les Amhara et l'État voisin d'Afar, menaçant ainsi la principale liaison ferroviaire de l'Éthiopie avec Djibouti. Abiy, pour sa part, a appelé les États éthiopiens à fournir des troupes. Oromia, Sidama, Southern Nations, Nationalities and Peoples, Somali Region, Benishangul-Gumuz, Gambella et Harari les ont tous proposés, selon les chiffres officiels. La mobilisation des troupes des États régionaux d'Éthiopie met en évidence la faiblesse du gouvernement fédéral, mais elle pourrait aussi être le point de départ d'une guerre civile plus large, car le pays compte de nombreuses lignes de fracture au sein de ses unités administratives et de sa société.

Avant le conflit de novembre 2020, des violences ont éclaté dans plusieurs États - Oromia, Tigré, Amhara, Somalie et Nations du Sud - où il existe des divisions politiques internes ou des insurrections actives. Parallèlement, les bénéfices inégaux de l'agriculture à grande échelle, du développement des infrastructures et de l'accaparement des terres sont à l'origine de mécontentements et de déplacements depuis des décennies. Les tensions au sein de la population sont en hausse, avec des taux d'inflation allant de 20 à 30 %.

Le pays est donc dans une situation très précaire. Abiy a abandonné le système politique que lui ont légué ses prédécesseurs, que l'on peut définir comme étant un "ethno-fédéralisme".

Abiy-Ahmed.jpg

Abiy Ahmed a peu de marge de manœuvre. De leur côté, les SOT ont refusé de négocier tant que les forces non tigréennes n'auront pas complètement abandonné la zone administrative du Tigré (Tigray). Ils utilisent maintenant leur avantage militaire pour tenter de lever le siège du Tigré et menacent de riposter en coupant les liaisons de transport avec Djibouti. Les Djiboutiens seraient en train de déplacer des troupes pour sécuriser le trafic ferroviaire, mais jusqu'à présent seulement jusqu'à leur frontière. Cela met en évidence la possibilité d'une participation régionale plus large. Il existe également un potentiel de participation soudanaise. Les forces soudanaises ont occupé des terres agricoles le long de la frontière éthiopienne à El Fashag à la mi-décembre de l'année dernière, dans la même zone par laquelle la SOT tente de briser le blocus actuel du Tigré. L'Érythrée se maintient dans le nord du Tigré. Il est également rapporté que le président somalien Farmajo a fourni des troupes, un fait que ses adversaires politiques utilisent maintenant habilement contre lui pendant la campagne électorale ratée.

Map_of_Addis_Ababa-Djibouti_Railway.png

Railway-Djibouti-1.jpg

Paradoxalement, ni l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD) dans la Corne de l'Afrique ou l'Union africaine n'offrent aucune solution immédiate. L'Union africaine a nommé trois envoyés de haut niveau pour servir de médiateurs, mais les efforts diplomatiques de l'Éthiopie ont détourné l'énergie de l'Union africaine vers les enquêtes sur les violations des droits de l'homme au lieu d'une action politique plus décisive et immédiate. L'IGAD a fait preuve de faiblesse ou d'indécision face aux précédents conflits régionaux et a jusqu'à présent été soumise à l'"Union africaine". Il est clair que ces deux organisations seront considérées par le TPLF comme des agents de l'Éthiopie, ce qui les rendra impropres à toute médiation.

IGAD.jpg

lundi, 12 juillet 2021

Un empire colonial oublié...

2382598525.jpg

Un empire colonial oublié...

par Georges Feltin-Tracol

Ex: http://www.europemaxima.com

Les vacances estivales approchent. L’instant est favorable pour suggérer quelques lectures agréables et instructives. Certes, le livre présenté aujourd’hui va mécontenter Assa Traoré et tous les universitaires de l’Hexagone qui ne jurent plus que par l’islamo-gauchisme intersectionnel décolonial inclusif à fort tropisme suprémaciste féministe – trans – saphique.

À la suite de Bernard Lugan qui rédige d’ailleurs la postface et de Rémy Porte, rédacteur de l’avant-propos, Sylvain Roussillon vient de publier chez Via Romana L’épopée coloniale allemande (272 p., 25 €). Les curieux de l’histoire non conformiste le connaissent bien puisqu’il a signé en 2012 chez le même éditeur Les Brigades internationales de Franco et a republié ces derniers temps aux Éditions du Toucan – L’Artilleur L’autre guerre d’indépendance américaine : 1812, le conflit méconnu.

Les Français ignorent qu’à la fin du XIXe et au début du XXe siècle, le tout jeune État allemand détient des possessions ultra-marines en Afrique avec le Togoland, le Kamerun, le Ruanda–Urundi, le Tanganyika, le Sud-Ouest africain, en Asie avec la ville chinoise de Kiao-Tchéou, et en Océanie avecla partie septentrionale de la Papouasie – Nouvelle-Guinée, les îles Mariannes, Marshall, Carolines ainsi que Nauru.

49c8b36f1072b9242b0c770e83352b9a.jpg

Longtemps hostile à l’aventure coloniale, le chancelier Bismarck comprend l’insistance des commerçants à trouver des débouchés divers et devine l’avantage géopolitique de maîtriser des territoires extra-européens. Cependant, cet élan ne date pas de la décennie 1870 ! L’auteur revientsur la « préhistoire » de la colonisation germanique outre-mer. Au XVIe siècle, une famille de banquiers, les Welser, cherche à s’implanter à l’Ouest du Venezuela. Le duché de Courlande tente d’investir l’île antillaise de Tobago. Entre 1669 et 1680 existent entre les Guyanes et le Brésil les « Indes hanauriennes » de langue allemande. On trouve aussi le long du littoral africain des comptoirs liés aux entités du Saint-Empire romain germanique.

Si L’épopée coloniale allemande évoque les différentes manières de s’emparer de nouveaux territoires, l’ouvrage mentionne aussi leur perte au cours de la Première Guerre mondiale. Les cas ne sont jamais uniformes. Malgré l’isolement, le manque certain de ravitaillement et la supériorité numérique croissante de leurs ennemis anglo-saxons, portugais et japonais, les colons allemands du Kamerun, du Sud-Ouest africain et de l’Afrique orientale résistent avec une rare ténacité. Ainsi Sylvain Roussillon rapporte-t-il les exploits de Paul Emil von Lettow – Vorbeck qui tient tête à l’Empire britannique jusqu’au 29 novembre 1918. Dans le Pacifique s’activent des équipages « corsaires » sous l’étendard à croix de fer !

German_School_-_Askari_First_World_War_colonial_soldier_from_German_East_Africa_-_(MeisterDrucke-658290).jpg

Le 26 mai 2021, le gouvernement allemand a reconnu la responsabilité de l’Allemagne dans les massacres de masse en Namibie au moment de la révolte des Héréros et des Namas entre 1904 et1908. L’auteur aborde cette tragédie en l’inscrivant dans son contexte et sans verser dans l’anachronisme tendancieux en vogue chez les incultes. Dommage que l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Grande-Bretagne ne s’excusent pas auprès des descendants des colons allemands détenus dansdes conditions d’internement effroyables. Londres ne se repent pas de la persécution des Acadiens, des Irlandais et des Boers. Quant à la République française – et non la France, nuance ! -, peut-être responsable du génocide au Ruanda en 1994, elle devrait se préoccuper en priorité du génocide vendéen et enfin indemniser les héritiers, directs ou non, des victimes par une allocation mensuelle versée sur sept générations de 1793 euros.

Rédigée avec brio dans une langue claire, vivante et précise, L’épopée coloniale allemande synthétise et dépasse les travaux de Bernard Lugan et de Rémy Porte. Cet ouvrage en appelle d’autres explorant la colonisation belge, espagnole, italienne, néerlandaise, voire danoise. Il mériterait de recevoir un prix tant son sujet va à contre-courant de l’étouffante narration officielle historiquement correcte.

• « Chronique hebdomadaire du Village planétaire », n°221, mise en ligne sur TVLibertés, le 1er juillet 2021.

Source Europe Maxima cliquez là

00:19 Publié dans Histoire, Livre, Livre | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : histoire, allemagne, livre, afrique, affaires africaines | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

jeudi, 01 juillet 2021

Leo Frobenius : les mythes d’Atlantis, le panthéon sacré et la culture yoruba

Leo_Frobenius.jpg

Leo Frobenius : les mythes d’Atlantis, le panthéon sacré et la culture yoruba

Manlio Triggiani

SOURCE : https://www.barbadillo.it/99465-segnalibro-leo-frobenius-...

L'homme s'est toujours interrogé sur la naissance du monde et de sa propre civilisation. Mircea Eliade a placé la cosmogonie (la naissance du monde) et les mythes aux origines de la civilisation comme un aspect pertinent dans les communautés humaines. Le chercheur roumain a identifié un aspect fondamental: au centre de toutes les civilisations n'ont pas manqué les mythes qui ont traduit des histoires réelles qui se sont produites dans un imaginaire qui a donné la force à l'identité et la tradition des peuples. Le mythe de l'Atlantide est un mythe qui est périodiquement revenu au premier plan de l'imagination occidentale, presque comme pour raconter et découvrir le lieu d'origine du monde. Le premier à en parler fut Platon dans deux dialogues: Critias et Timée. Platon explique les origines de ce mythe: Poséidon avait une île, l'Atlantide, où il destinait ses enfants à donner vie à une civilisation prospère basée sur le sacré. Mais bientôt, la décadence est arrivée et le sacré n'a plus eu l'importance qu'il avait autrefois.

r1500810.jpgZeus, de colère, envoya des tremblements de terre et des inondations qui, en un jour et une nuit, firent sombrer l'île et mourir tous ses habitants. Dans l'imaginaire, l'Atlantide est restée - surtout dans la littérature - un lieu de merveilles, un lieu mythique. En réalité, le discours sur l'Atlantide a repris après la découverte de l'Amérique par le navigateur génois Christophe Colomb. On a émis l'hypothèse d'une origine atlante des populations amérindiennes. Depuis lors, les hypothèses se sont multipliées. En 1882, l'écrivain américain Ignatius Donnelly a publié un livre qui a fait sensation car il affirmait, sans aucune preuve concrète, que tout le savoir du monde provenait de cette île qui avait disparu dans l'abîme à la suite d'une catastrophe. Peu de temps après, un jeune érudit passionné par les civilisations anciennes, amoureux de l'Afrique, a commencé à étudier et à diffuser leurs théories. Il s'appelait Leo Viktor Karl August Frobenius (1873-1938) ; il avait étudié les livres de Friedrich Ratzel, fondateur de l’anthropologie géographique, une branche de la géopolitique allemande. Frobenius a élaboré la théorie des "cercles culturels", une vision globale qui fournit des hypothèses sur le mouvement des peuples à différentes périodes historiques, au cours des millénaires. Cet anthropologue prussien était le petit-fils de Heinrich Bodinus, directeur du parc zoologique de Berlin et ami de nombreux explorateurs de l'époque. Dès son enfance, le petit Leo a été fortement influencé et intéressé par ce type de recherche. Il a notamment lu les mémoires de voyage et d'étude de Stanley, Wissmann, Peters, Livingstone, etc. En grandissant, il s'est mis à visiter les musées ethnographiques de Brême, Leipzig, Hambourg et Bâle. Sa thèse sur le thème de l’Afrique n'a pas été acceptée par les universités de Bâle et de Fribourg car elle était considérée comme n'ayant aucune base scientifique.

550x780.jpgEn 1904, il parvient à organiser une expédition au Congo, dans la région du Kasaï, à l'époque propriété personnelle de Léopold II de Saxe-Cobourg-Gotha, roi des Belges. Il a ensuite organisé une douzaine de missions. Entre 1910 et 1912, il visite le Nigeria et le Cameroun. Dans le sud-ouest du Nigeria, il a séjourné longtemps à Ile-Ife, la capitale religieuse de l'ancien royaume du Bénin et le centre de la culture Yoruba. Il entre en contact avec le peuple Yoruba, rencontre quelques sages et est initié à la religion tribale. Il a ainsi eu l'occasion de connaître le sacré selon la civilisation Yoruba. Frobenius a remarqué que les références religieuses et mythologiques de la structure sacrée de ces populations rappelaient, dans un certain sens, celles d'autres populations de l'Antiquité. Son hypothèse d'étude, qui fit sensation et fut diffusée dans le monde entier malgré le fait que Frobenius n'était pas membre de l'Académie, était la suivante: dans les temps anciens, une civilisation occidentale préclassique aurait pu avoir des contacts avec l'Afrique de l'Ouest. Il n'y avait aucune preuve de ces contacts, ce n'était qu'une hypothèse, mais il est certain que le niveau de civilisation des Yoruba était nettement supérieur à celui des autres communautés africaines. Une observation réelle qui a été corroborée par la suite par d'autres chercheurs. Frobenius a appelé ce contact "résidu atlante"; d'autres chercheurs l'ont rebaptisé "résidu blanc".

Frobenius, curieux, était un enfant de son temps et un fervent partisan de l'Allemagne impériale et coloniale de l'ère wilhelminienne. Il soutenait que, parmi les populations africaines, certaines avaient un haut niveau de créativité et de spiritualité. Toutes ces théories, ces études et la certitude qu'il y aurait eu un contact dans les temps primitifs entre les peuples atlantes et ceux de l'Afrique de l'Ouest, Frobenius l'a rapporté dans un livre, Die atlantische Goetterlehre (La doctrine sacrée atlante). Le livre est maintenant réédité en italien avec le titre I miti di Atlantide. Un livre intéressant car il traite et étudie la mythologie, la structure sociale des Yoruba, la vie religieuse et le panthéon des dieux de cette civilisation.

Leo Frobenius, I miti di Atlantidi, Editions Iduna, pp. 235, 20 euro. Introduction de Maurizio Pasquero.

51YH7CPsYCL._SX325_BO1204203200_.jpg

jeudi, 17 juin 2021

Les tendances géopolitiques convergent sur tous les continents  - La force de la réinitialisation

african-lion-2021-1622894487.jpeg

Les tendances géopolitiques convergent sur tous les continents 

La force de la réinitialisation

Par Gaston Pardo

Lorsque le général Dwight D. Eisenhower était président des États-Unis, il a prononcé un discours devant le Congrès américain le 5 janvier 1957. Un discours de grande importance internationale qui a été examiné à l'époque par les gouvernements de nombreux pays. La partie essentielle de ce discours était l'affirmation qu'il existait un vide de pouvoir au Moyen-Orient, résultant de l'affaiblissement de l'autorité britannique dans cette région, que les États-Unis devaient combler.

Cette question avait une portée à la fois théorique et pratique. L'évolution de la politique comme doctrine de gouvernement et des relations internationales qui régissent la géopolitique est toujours en accord avec le développement de la science dans la mesure où elle est l'application des liens qui existent entre les hommes et les communautés sociales, de la pensée d'une époque.

C'est pourquoi il est utile de se pencher sur le programme des deux partis politiques actifs aux États-Unis et sur ses répercussions dans notre XXIe siècle.

Le parti républicain est historiquement le parti de la bourgeoisie industrielle qui a tenu tête aux propriétaires de coton et n'est aujourd'hui pas plus avancé que le parti démocrate.

Le RP propose la planification de l'agriculture sur une longue période. Il soutient également que l'État ne doit pas intervenir dans les conflits entre travailleurs et employeurs ou dans les conventions collectives. Le RP est favorable à la puissance militaire américaine et à son expansion planétaire, tendant vers l'égalité de tous les citoyens, à condition que les élites financières et militaires restent intouchables.

Pour sa part, le parti démocrate, représentant des minorités nationales et d'une partie des électeurs des États du Sud et du Nord-Est (zone qui a donné son triomphe à Joe Biden), s'occupe de l'endiguement de la discrimination raciale, du problème de la guerre et de la paix, de la délinquance juvénile. Le PD propose la défense des droits civils et la lutte pour le désarmement, bien que les démocrates du Sud aient été des lyncheurs de Noirs.

Cette structure de pouvoir dépend des fluctuations électorales qui favorisent parfois l'un et désavantagent occasionnellement l'autre. Mais le vide auquel les deux partis sont maintenant confrontés dans leur politique intérieure et étrangère est déterminé par les conflits raciaux qui sont apparus sur la scène mondiale comme une empreinte indélébile de notre époque. C'est l'un des facteurs du manque de contrôle que l'administration Eisenhower reprochait au Royaume-Uni il y a plus de 60 ans.

Le renseignement militaire et ce qui a été laissé derrière

Le scientifique espagnol Josep Baqués, spécialiste du renseignement militaire, annonce dans son essai Reflexiones sobre el Net Assessment como herramienta analítica qu'il s'efforce de faire face avec succès à des situations complexes. Cette méthode a été mise en œuvre par l'administration Nixon. On se souvient que Nixon était vice-président de l'administration Eisenhower. La méthode est analysée aujourd'hui sur le site de l'Université de Grenade : Gesi.

Le quatrième des dix points de la méthode est la fixation d'un objectif qui peut être la défense du statu quo mais aussi la recherche de l'hégémonie (au niveau régional ou mondial) lorsqu'elle est considérée comme la condition pour dissuader les puissances révisionnistes. Le point 10 indique que l'évaluation nette est fondamentalement inductive et qu'elle est peu sensible aux cadres théoriques de la géopolitique et des relations internationales. Examinons son résultat dans plusieurs situations géopolitiques modernes où la stratégie mise en place tend à "éviter la défaite".

42DAF16C-37C1-4F04-9B01-9DA7F051B5CB.jpeg

medafrlion.jpg

Le "lion africain" yankee est à la recherche de nouvelles proies, selon un travail journalistique de Manlio Dinucci, publié dans le Réseau Voltaire (04.06.21) :

Face à l'échec de la mise en œuvre d'AfriCom sur le sol africain, le Pentagone a choisi de rassembler les forces américaines pour l'Afrique et l'Europe sous un commandement unique, basé à Wiesbaden, en Allemagne. Les États-Unis disposeraient de ces troupes pour imposer une nouvelle division territoriale en Afrique que les pays de l'Union européenne devront accepter et reconnaître. En d'autres termes, le commandement militaire américain basé à Wiesbaden décidera de la politique étrangère de l'Union européenne.

Le Grand Timonier, le chef d'orchestre de la post-modernité transatlantique, Joe Biden, éprouve une réelle inquiétude face aux dérives manifestes du mouvement que le pays axe du Système s'est proposé d'enclencher. Les manœuvres militaires et le retrait des États-Unis de l'Afrique vers l'Asie de l'Est. Pour l'environnement chinois.

La Turquie dans la Corne de l'Afrique

Ana Pouvreau nous dit: "Le président turc Recep Tayyip Erdoğan prévoit de faire de son pays une grande puissance à partir de 2023, date du centenaire de la République turque. La Corne de l'Afrique, stratégiquement située dans les corridors où se rencontrent les flux maritimes reliant l'Afrique, l'Asie et l'Europe, constitue un objectif majeur pour promouvoir cette aspiration. La Turquie ré-émerge après avoir suivi pendant dix ans la ligne du timonier ottoman : Recep Tayyip Erdoğan avec une mention spéciale pour son ancien ministre des Affaires étrangères de 2009 à 2014, Ahmet Davutoglu, dont la politique étrangère, qualifiée de néo-ottomane, a influencé les espaces qui, par le passé, étaient situés sous la domination de l'empire ottoman".

main-qimg-990cb8f04c6e190e01fb09230d9d2aab.jpg

Dans la Corne de l'Afrique, au nord-est de ce continent voisin de la péninsule arabique, bénéficiant d'une position stratégique à proximité de Bab el-Mandeb, la Turquie saisit toutes les occasions d'étendre son influence par des contributions humanitaires, économiques et sécuritaires.

Leonid Savin étudie la nouvelle stratégie du Pentagone dans un article publié en italien dans geopolitica.ru (06.06.19) : Sa nouvelle publication en juin 2021 est significative car le déchaînement géopolitique auquel nous assistons en Afrique du Nord, en Europe centrale et orientale et en Extrême-Orient a sans aucun doute une signification convergente.

L'auteur russe indique que "le Pentagone a officiellement présenté sa nouvelle stratégie pour la région indo-pacifique. Bien que nombre de ces documents aient été publiés récemment, par exemple, dans la stratégie cybernétique, il a été noté que le directeur du Pentagone a annoncé l'institutionnalisation d'un autre domaine d'intérêt".

La notion même de région indo-pacifique est relativement nouvelle et le terme n'a commencé à apparaître dans les documents doctrinaux que l'année dernière (2018 - Note de l'auteur). Comme on peut le lire dans le préambule de la stratégie, elle reste le "théâtre prioritaire" du ministère américain de la défense (cf. dedefensa.org (30.05.21)

thediplomat-d78ubcdu8aidupj.jpg

Les États-Unis ont annoncé, dans diverses déclarations, qu'ils oubliaient toute possibilité de défense directe de Taïwan. Ils préfèrent préparer des plans de guérilla des groupes taïwanais, pour agir lorsque les troupes chinoises auront envahi Taïwan. La technique du Stay-Behind est entrée en jeu en Europe à la fin des années 1940, lorsqu'une offensive soviétique était redoutée mais n'a pas eu lieu.

Une série de mesures annoncées par les États-Unis montrent que leurs militaires ont imposé une nouvelle politique militaire de défection et d'action clandestine contre les Chinois, en évitant autant que possible les risques d'une confrontation directe parce qu'ils (les militaires américains) sont convaincus qu'ils (les militaires américains) perdront. L'affaire est menée directement par le Pentagone, Biden passant sa main dans ce genre de domaine (sécurité nationale).

Dans un article consacré à ce sujet, RT.com met en évidence le caractère dystopique de la position américaine, qui alterne les déclarations bellicistes qui alimentent le simulacre d'une stratégie de force en même temps que la description de cette stratégie consistant à préférer la tentative d'opérations de guérilla clandestine laissée aux mains des Taïwanais pour agir là où c'est possible, sans oublier la vague promesse de mener des actions de guérilla dans la périphérie terrestre chinoise. Par conséquent, ils associeront une rhétorique agressive à une description opérationnelle des tactiques de guérilla, en évitant toute confrontation ouverte avec les forces américaines : "Les États-Unis ont commencé à organiser depuis 2018 l'institution du nouveau commandement américain pour l'Indo-Pacifique (USINDOPACOM) et, au sommet de l'ASEAN en août de la même année, le secrétaire d'État Mike Pompeo s'est engagé à fournir 300 millions de dollars pour renforcer la sécurité régionale et contrer les menaces transnationales".

Le 20 mai, le Parlement européen a gelé la ratification de l'accord d'investissement UE-Chine, conclu en décembre par la Commission européenne après sept ans de négociations. La résolution en ce sens a été approuvée à une écrasante majorité (599 voix pour, 30 contre et 58 abstentions).

Officiellement, il s'agit d'une réponse aux sanctions chinoises contre les membres du Parlement européen, sanctions que Pékin a adoptées lorsque des responsables chinois ont fait l'objet de sanctions européennes après avoir été accusés de violer les droits de l'homme, en particulier ceux de la population ouïghoure, accusations que la Chine rejette. Le Parlement européen affirme maintenant que les sanctions chinoises sont illégales parce qu'elles violent le droit international, tandis que les sanctions européennes sont légales parce qu'elles sont fondées sur la défense des droits de l'homme, reconnus par l'ONU. 

im-328138.jpg

Mais que se cache-t-il réellement derrière le paravent de la "défense des droits de l'homme en Chine" ? La stratégie, initiée et orchestrée par les États-Unis, visant à intégrer les pays européens dans une coalition contre la Russie et la Chine. Le levier fondamental de cette opération est le fait que 21 des 27 pays de l'Union européenne sont également membres de l'OTAN, qui, à son tour, suit les ordres des États-Unis.

En première ligne contre la Chine, comme contre la Russie, se trouvent les pays d'Europe de l'Est, qui sont tous deux membres de l'OTAN et de l'Union européenne. Plus liés à Washington qu'à Bruxelles, ces pays accroissent l'influence des États-Unis sur la politique étrangère de l'UE.

Mais tous les membres de l'OTAN ne sont pas au même niveau. Sous la table, l'Allemagne et la France s'entendent avec les États-Unis en fonction de leurs intérêts respectifs tandis que l'Italie obéit en silence, même si cette obéissance nuit à ses intérêts nationaux. C'est ce qui permet au secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, de déclarer, comme il l'a fait le 21 mai après sa rencontre avec le président français Emmanuel Macron, que "Nous soutiendrons l'ordre international fondé sur des règles face à la poussée autoritaire de pays comme la Russie et la Chine".

Le Réseau Voltaire (11.06.21) rapporte que "African Lion", le plus grand exercice militaire en Afrique, planifié et dirigé par l'armée américaine, a commencé. "African Lion" comprend des actions terrestres, aériennes et navales au Maroc, en Tunisie, au Sénégal et dans les mers adjacentes - de l'Afrique du Nord à l'Afrique de l'Ouest et de la Méditerranée à l'Atlantique - avec la participation de 8 000 militaires (dont la moitié de soldats américains) et d'environ 200 véhicules blindés, canons automoteurs, avions et navires de guerre. Ce "lion africain" devrait coûter 24 millions de dollars et aura des implications importantes.  Avec un plan politique élaboré et décidé à Washington, le "Lion d'Afrique" de cette année se déroule pour la première fois au Sahara occidental, c'est-à-dire sur le territoire de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), reconnue par plus de 80 États membres de l'ONU, mais dont le Maroc nie et combat l'existence par tous les moyens.

maxrshahahraaddf.jpg

Rabat estime qu'en réalisant le "Lion d'Afrique" au Sahara Occidental, Washington réaffirmait sa reconnaissance de la souveraineté du Maroc sur le Sahara Occidental. En conséquence, le gouvernement marocain a invité l'Algérie et l'Espagne à renoncer à ce qu'il présente comme "leur hostilité envers l'intégrité territoriale du Maroc". L'Espagne, que le Maroc accuse de soutenir le Front Polisario (le mouvement de libération qui gouverne la RASD), ne participe pas cette année au "Lion africain", tandis que Washington réitère son soutien total au Maroc, le définissant même comme son "plus grand allié non-OTAN et partenaire des États-Unis".

Pour la première fois, "African Lion" se déroule cette année sous une nouvelle structure de commandement américaine. En novembre dernier, les troupes américaines en Europe et les forces américaines en Afrique ont été regroupées sous un seul commandement : l'"US Army Europe and Africa", dont le commandant, le général Chris Cavoli, explique la raison de cette décision comme suit : "Les problèmes de sécurité en Europe et en Afrique sont étroitement liés et, s'ils ne sont pas maîtrisés, ils peuvent rapidement déborder d'une région à l'autre."

L'armée américaine a donc décidé de combiner son commandement européen et son commandement africain afin de "déplacer dynamiquement des forces d'un théâtre à l'autre, améliorant ainsi notre temps de réponse aux urgences régionales". Dans ce cadre, l'exercice "African Lion 21" est intégré à "Defender Europe 21", auquel participent 28.000 soldats et plus de 2000 véhicules lourds. Il s'agit en fait d'une série de manœuvres militaires coordonnées qui se déroulent de l'Europe du Nord à l'Afrique de l'Ouest. L'objectif officiel ? Pour contrer une diffuse "activité maléfique en Afrique du Nord et en Europe du Sud et une agression militaire adverse", avec des références évidentes à la Russie et à la Chine.

L'Italie participe à "African Lion 21" - comme elle participe aussi à "Defender Europe 21" - non seulement en fournissant des hommes et des moyens militaires mais aussi son territoire comme base stratégique. L'exercice qui se déroule en Afrique est dirigé - depuis la province italienne de Vicenza - par la Task Force de l'armée américaine en Europe du Sud, tandis que les forces participantes reçoivent, via le port italien de Livourne, de grandes quantités de matériel de guerre en provenance de Camp Darby. 

La participation de l'Italie à l'"African Lion 21" s'inscrit dans le cadre de l'engagement militaire croissant de l'Italie en Afrique. Un exemple de cela est la mission militaire italienne au Niger, qui est officiellement effectuée " dans le cadre d'un effort conjoint européen et américain pour la stabilité de la zone et pour s'opposer aux trafics illégaux et aux menaces à la sécurité "... mais qui en réalité vise à contrôler l'une des zones les plus riches en matières premières stratégiques (principalement le pétrole, l'uranium et le coltan), dont l'exploitation est aux mains des transnationales américaines et européennes, dont l'oligopole est mis en danger par la présence économique chinoise, entre autres facteurs.

Les Wsws face à la vérité officielle

Barry Grey, analyste du site web socialiste mondial a dénoncé (14.06.21) que les leaders démocrates soutiennent les accusations d'"antisémitisme" en réponse aux critiques de la représentante démocrate Ilhan Omar sur les crimes de guerre israéliens à Gaza.
Cette première semaine de juin a vu un nouvel exemple du soutien du parti démocrate aux atrocités israéliennes perpétrées contre la population palestinienne de la Cisjordanie et de Gaza occupées.

Quelques semaines seulement après que les forces de défense israéliennes ont bombardé pendant 11 jours les habitants sans défense de Gaza, une enclave côtière appauvrie de deux millions de personnes soumise à un blocus de 14 ans par l'État israélien, la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et son équipe de direction ont fustigé la représentante Ilhan Omar pour avoir critiqué les "atrocités impensables" commises par Israël et les États-Unis.

Ilhan_Omar,_official_portrait,_116th_Congress_(cropped)_A.jpg

Lundi dernier, la représentante Omar, l'une des deux musulmanes élues au Congrès en 2018, a posté un tweet citant une question qu'elle a posée au secrétaire d'État Antony Blinken lors d'une audition devant la commission des affaires étrangères de la Chambre : "Nous devons avoir le même niveau de responsabilité et de justice pour toutes les victimes de crimes contre l'humanité. Nous avons vu des atrocités commises par les États-Unis, le Hamas, Israël, l'Afghanistan et les Talibans. Ainsi, tant que nous sommes sur le sujet des lacunes dans l'exercice du pouvoir, l'administration américaine vit de la dissimulation. Si un vide est exposé, il est rempli au prix de laisser un autre espace vide.

Le sens de la stratégie

La marche des soldats américains aux côtés des Italiens et des autres pays de l'OTAN "en Afrique du Nord, qui s'est terminée par l'annonce que les forces anglophones marcheraient sur la Chine, a signifié l'inauguration d'une stratégie militaire consistant à engager les populations locales dans les lignes de feu qui s'ouvriront finalement en Asie et en Europe de l'Est contre la Chine et la Russie.

Pendant ce temps, en Afrique du Nord, les Etats-Unis maintiennent le pacte d'adhésion inauguré dans le Caucase pour laisser le libre passage dans les pays du Turkestan aux populations turkmènes qui vivent du nord de l'Iran à l'Afghanistan. Les États-Unis ont proposé de retirer leurs troupes du territoire afghan. La même chose s'est produite en Afrique : les États-Unis font parader leurs soldats avec les contingents européens de l'OTAN dans un territoire où il y a un conflit entre le Maroc et l'Espagne au sujet du domaine sahraoui.

Les courtes manœuvres militaires étaient un message aux pays impliqués dans le conflit pour savoir qui est responsable. Mais il est clair que le Pentagone entend réaliser en Afrique du Nord une opération géostratégique et géopolitique de grande envergure en faveur de l'Islam pour laquelle il a le soutien des grandes puissances.

Les États-Unis informent immédiatement qu'en cas d'attaque chinoise sur Taïwan, les Américains limiteront leur effort de guerre au soutien de la guérilla taïwanaise, évitant ainsi une confrontation directe avec la Chine.

mercredi, 16 juin 2021

Le corridor LAPSSET est la dernière route de la soie de la Chine en Afrique de l'Est

lam-2.jpg

Le corridor LAPSSET est la dernière route de la soie de la Chine en Afrique de l'Est

Andrew Korybko

Ex: http://www.elespiadigital.com/index.php/noticias/geoestrategia/34249-2021-05-30-09-39-47

Le corridor de transport Lamu Port-South Sudan-Éthiopie (LAPSSET), situé dans le port du même nom au nord-est du Kenya, a reçu ses premiers navires jeudi dernier. Le projet n'est pas encore totalement achevé, mais il est enfin opérationnel. La Chine est responsable de sa construction et la considère comme un investissement majeur de l'initiative "Belt & Road" (BRI) en Afrique de l'Est. Le corridor LAPSSET reliera ces trois pays et contribuera à décongestionner le corridor Nairobi-Mombasa. À ce propos, la Chine a achevé il y a quelques années, en 2017, la voie ferrée à écartement standard (SGR) du Kenya, qui relie la capitale au principal port du pays hôte.

Toutefois, les plans de l'initiative pour l'Afrique de l'Est de la Chine ne se limitent pas à ces deux projets d'infrastructure. La Chine a également achevé en 2018 le chemin de fer Addis-Abeba-Djibouti entre la capitale éthiopienne et sa porte voisine de la mer Rouge. En outre, la Chine a conclu en début de semaine un accord avec l'Ouganda pour réhabiliter une voie ferrée centenaire entre sa capitale, Kampala, et la frontière kenyane. Bien qu'il ne s'agisse pas d'une extension officielle du SGR comme prévu à l'origine, il servira de facto le même objectif, à savoir faciliter les exportations de l'Ouganda vers le reste du monde via le port de Mombasa.

En résumé, la Chine relie progressivement de plus en plus les pays d'Afrique de l'Est. Trois d'entre eux, le Kenya, le Sud-Soudan et l'Ouganda, font partie de la Communauté d'Afrique de l'Est (CAE), un bloc commercial régional qui aspire à s'intégrer plus étroitement dans le cadre de l'UEE dans un avenir proche. L'Éthiopie ne fait pas partie de ce bloc, mais les quatre pays forment l'Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), qui comprend également l'Érythrée, la Somalie et le Soudan. Ainsi, on peut dire que les récents efforts de la Chine en matière de Route de la Soie sont axés sur la région élargie de l'IGAD plutôt que sur la seule EAC.

unnamedlapsset.jpg

Cette partie de l'Afrique est considérée par de nombreux observateurs comme l'une des plus prometteuses et des plus stables économiquement, à quelques exceptions près comme le Sud-Soudan et la Somalie. Malgré cela, ces deux pays se sont récemment stabilisés, chacun à leur manière, grâce à des compromis politiques entre les parties belligérantes. LAPSSET contribuera certainement à offrir davantage de possibilités de développement et d'emploi aux premiers, tandis que le second est un pays péninsulaire qui a déjà de nombreuses possibilités de commercer avec le reste du monde. Toutefois, en se concentrant sur le LAPSSET, elle sert également d'autres objectifs stratégiques que la simple fourniture au Sud-Soudan d'un corridor vers la mer.

L'Éthiopie est le géant régional avec la deuxième plus grande population du continent. Son potentiel de développement est pratiquement infini et il enregistrait auparavant des niveaux de croissance parmi les plus élevés au monde, jusqu'à ce que le COVID-19 provoque la crise économique mondiale actuelle. Il est compréhensible qu'un pays doté d'un tel potentiel souhaite diversifier ses routes commerciales et ne pas dépendre d'un seul corridor. Cela explique le pragmatisme qui sous-tend le projet LAPSSET, car il sert cet objectif en complétant l'autre porte d'accès à la mer Rouge construite par la Chine en Éthiopie, à savoir le chemin de fer Addis-Abeba-Djibouti.

Les projets d'infrastructure de l'IGAD soutenus par la Chine finiront par créer une version régionale de la vision de Pékin d'une communauté de destin commun, l'un des principes philosophiques fondamentaux de la BRI. L'intégration régionale est l'une des grandes tendances du 21e siècle, mais elle nécessite des investissements en capital importants dans la plupart des cas dans l'hémisphère sud, ainsi qu'une expertise adéquate pour y construire les infrastructures nécessaires. La Chine fournit des prêts inconditionnels et une main-d'œuvre hautement qualifiée pour y parvenir, assumant ainsi sa responsabilité envers le Sud en tant que plus grande nation en développement du monde.

L'IGAD pouvant être considérée comme une extension de la région de l'océan Indien (IOR) en raison de sa géographie, on peut dire que ces investissements chinois jouent un rôle crucial dans l'intégration de cet espace de plus en plus stratégique au sein duquel de nombreux observateurs prédisent une convergence des tendances. La coopération Sud-Sud par le biais de LAPSSET et de ses projets frères régionaux est un excellent exemple du nouveau modèle de développement international de la Chine. Elle traite ses partenaires comme des égaux et non comme des subordonnés comme le font les États-Unis, accorde des prêts sans conditions, contrairement aux prêts conditionnels des États-Unis, et aboutit à des résultats gagnant-gagnant plutôt qu'à des jeux à somme nulle.

lundi, 07 juin 2021

La Libye, un jeu stratégique

0-43740.jpg

La Libye, un jeu stratégique

par Alberto Negri

Source : Il Manifesto & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/libia-una-partita-strategica

Chaque fois qu'un dirigeant italien rencontre un dirigeant libyen, il y a de la moquerie en l'air, qu'elle soit voulue ou non. Pourtant, la Libye pourrait devenir notre plus grand fournisseur de gaz.

Cela s'est encore passé hier à Rome lors de la rencontre très attendue entre le Premier ministre Mario Draghi et Abdul Hamid Dbeibah, sa première visite officielle en Italie depuis sa prise de fonction, moins de deux mois après celle de Premier ministre à Tripoli.

On parle d'arrêter les migrants mais que voit-on ? Depuis des semaines, des dizaines de bateaux partent de Zuara, et personne ne les arrête avant qu'ils ne partent : il y a pourtant les garde-côtes libyens, que nous finançons généreusement, une mission européenne Irini au large des côtes libyennes, des drones, des satellites, des radars, bref, une série de dispositifs qui devraient permettre d'empêcher les départs.

Ensuite, il y a la question des camps de réfugiés, qui sont devenus des lager. Les Libyens, en paroles, disent qu'ils veulent les démanteler. Mais avant tout, ils devraient changer leurs lois. La Libye n'adhère pas aux conventions internationales sur les réfugiés, ni à la Convention de Genève ni aux conventions ultérieures. En un mot, toute personne qui entre sur le territoire libyen est considérée comme un immigrant illégal, donc privée de droits et peut être traitée comme on le souhaite, comme un criminel.

unnamedlibye.jpg

Cela dit, la réunion d'hier ne portait pas seulement sur les migrants mais aussi sur la reprise économique. Et même ici, il y a de la de dérision dans l'air : la Libye produit du gaz et du pétrole et pourrait en vendre beaucoup plus si les Libyens s'entendaient entre eux au lieu de prendre les armes et de se livrer au banditisme et au harcèlement, s'ils décidaient de faire fonctionner les choses. Mais pour ce faire, il faudrait un État qui, depuis la chute de Kadhafi en 2011, n'a pas encore pu être reconstruit. Le pays est divisé entre la Tripolitaine et la Cyrénaïque, la première sous le protectorat d'Erdogan, la seconde commandée par le général Khalifa Haftar avec le soutien de la Russie, de l'Égypte et des Émirats. Sans parler de la vaste région du Fezzan où les tribus jouent leur propre jeu autonome. En réalité, comme chacun le sait, l'actuel gouvernement d'unité nationale expirera avec les élections de décembre, où les vrais gros bonnets de la politique et des milices libyennes entreront en lice. Comme nous pouvons le constater, nous sommes loin de la stabilité, et le même gouvernement qui est s'est présenté hier à Rome est une entité précaire.

Mais nous devons être réalistes et faire avec ce que nous avons. Et surtout avec une Libye où les influences extérieures sont prépondérantes : ni le dirigeant turc Erdogan ni Poutine n'ont l'intention de renoncer à leurs positions stratégiques. La Turquie a gagné la guerre contre Haftar et l'Italie n'a apporté aucun soutien militaire au gouvernement de Sarraj à Tripoli, tandis que la Russie est entrée sur la côte nord-africaine où elle a l'ambition d'étendre sa présence militaire. L'Italie, incapable de défendre ses intérêts nationaux et stratégiques, ne peut donc compter que sur le soutien européen et américain, mais sans se faire trop d'illusions, car le passé récent démontre abondamment que les intérêts occidentaux et italiens ne convergent pas toujours. Aujourd'hui, par exemple, la France de Macron est solidaire du gouvernement Draghi, mais pendant des années, c'est précisément en Libye qu'elle a systématiquement saboté les initiatives diplomatiques de Rome.

kadhafi-rome-libye_554824.jpg

N'oublions pas que l'attaque de la France contre la Libye de Kadhafi en 2011, soutenue par les États-Unis et la Grande-Bretagne, a signifié la plus grande défaite de l'Italie depuis la Seconde Guerre mondiale et la perte de 50 milliards d'accords économiques avec le dirigeant libyen, que nous avions reçu en grande pompe à Rome à peine six mois plus tôt.

Avec Dbeibah hier, il y avait plusieurs ministres libyens, celui des Affaires étrangères, ceux de l'Intérieur, des Transports et de l'Économie. Un forum d'affaires s'est tenu à la Farnesina auquel ont participé, outre Di Maio et la délégation de Tripoli, un grand nombre d'entreprises italiennes : Snam, Saipem, Terna, Ansaldo Energia, Fincantieri, PSC Group, Italtel, Leonardo, WeBuild, Gruppo Ospedaliero San Donato, CNH Industrial et ENI. La réactivation de certains macro-investissements italiens en Libye, comme la construction de l'autoroute de la paix prévue dans les accords signés par Silvio Berlusconi et Mouammar Kadhafi en 2008, ou le dossier de l'énergie, est en cours de discussion. La Libye est reliée à l'Italie par le gazoduc Greenstream, dont l'ENI aimerait doubler ou tripler la capacité si possible. Dans un avenir proche, l'Italie pourrait compter sur Tripoli pour plus d'un tiers de ses approvisionnements en gaz.

Il s'agit d'un jeu stratégique ; nos concurrents, mais aussi nos partenaires occidentaux, feront tout pour y mettre leur nez.

samedi, 01 mai 2021

Les Émirats et la France contre la Turquie: la guerre au cœur de l'Afrique

Ef76iXryav68XAb1HwS2k4.jpg

Les Émirats et la France contre la Turquie: la guerre au cœur de l'Afrique

Lorenzo Vita

Ex : https://it.insideover.com/

Le schéma est toujours le même: la France et les Émirats d'un côté, la Turquie de l'autre. Des puissances opposées s'affrontent du Moyen-Orient à la Méditerranée orientale en passant par l'Afrique du Nord. Dorénavant, elles vont aussi se défier au Sahel et en Afrique centrale: cette bande de terre africaine de plus en plus au centre des intérêts mondiaux.

Le ministère de la défense à Abu Dhabi a envoyé un message précis. Les EAU ont lancé les premiers vols logistiques pour soutenir les efforts de la France et de l'alliance dirigée par Paris dans la "lutte contre le terrorisme dans la région du Sahel". Selon l'agence de presse officielle émiratie, Wam, le gouvernement des EAU a déclaré qu'il était "désireux de contribuer à assurer la sécurité et la stabilité dans la région". Une expression qui a plusieurs facettes, surtout dans une région où les équilibres non seulement régionaux mais aussi internationaux sont en jeu. Car il est clair que l'intérêt de la France et des Emirats n'est pas seulement celui de stabiliser la zone pour soutenir les nations sahéliennes, mais aussi celui d'éviter que des forces contraires au programme d'Abu Dhabi et de Paris (donc les forces turques) parviennent à prendre le contrôle d'une zone particulièrement importante tant pour les ressources énergétiques que pour le contrôle des flux migratoires. Ainsi que la Libye, véritable théâtre d'un "grand jeu" nord-africain.

836392-soldats-tchadiens-quitte-bangui-4.jpg

Pour les Émirats et pour la France, l'ennemi public numéro un en ce moment est la Turquie. Et la démarche d'Abu Dhabi et de Paris doit être lue principalement dans une optique anti-Ankara, surtout après la mort d'Idriss Deby. La mort du président du Tchad a été un véritable coup de semonce. Comme l'écrit Filippo Ivardi Ganapini pour Il Domani, l'assassinat du leader de N'Djamena, par les rebelles du Fact conduit inévitablement à deux possibilités: la poursuite d'une transition militaire très difficile ou l'entrée dans la capitale des rebelles qui, selon des sources locales, sont soutenus par la Turquie et le Qatar. Un danger également réitéré par l'historien et analyste Roland Lombardi qui a confirmé à Al Monitor que "le Tchad de Deby est le 'mur' qui bloque et empêche la progression de l'islamisme et de l'influence turque en Afrique". La chute de ce "mur" est donc le véritable problème qui a déclenché l'entrée en lice des Émirats, la Sparte du Golfe, une puissance qui participe désormais au défi lancé aux Turcs et aux Qataris partout où il existe une force liée à Doha et à Ankara. Des sources grecques confirment cette thèse, et il y a aussi ceux qui parlent d'un intérêt turc pour quelques avant-postes, petits mais significatifs, au Niger et au Tchad, non seulement pour défier les Français sur le terrain, ce qui constitue également un défi lancé par Ankara à la présence française au Fezzan.

infographie-carte-situation-tchad-afrique_6303028.jpg

Le contrôle du Tchad, à ce moment-là, devient donc essentiel. La porte d'entrée sud de la Libye, en particulier la Cyrénaïque, est la clé d'un nouveau point de pression dans le jeu qui se joue pour contrôler le pays d'Afrique du Nord. Mais c'est aussi exclure une puissance rivale d'un pays fondamental dans la lutte pour le cœur de l'Afrique et pour les ressources de la zone. C'est un lieu qui intéresse tout le monde, Français, Turcs, Émiratis, Qataris, Russes, Égyptiens et Soudanais. Et dans ce contexte, il y a aussi les puissances européennes, que Paris voudrait impliquer dans les délicates opérations au Sahel pour éviter d'avoir à supporter trop longtemps le poids de la campagne militaire contre les rebelles et les terroristes islamistes marginaux. Il n'est donc pas surprenant que les blocs qui se défient au Tchad et dans tout le Sahel soient toujours les mêmes. En effet, l'élan de la Turquie vers l'Afrique s’oppose aux intérêts français, à l'expansionnisme des Émirats et suscite les craintes de l'Égypte.

mercredi, 28 avril 2021

Corne de l'Afrique, comment la Turquie a pris le relais de l'Italie

fecc8b324e7c01cec0112f3965a06e0c.jpg

Corne de l'Afrique, comment la Turquie a pris le relais de l'Italie

Emanuel Pietrobon

Ex: https://it.insideover.com/

Les Ottomans sont (une fois de plus) entrés dans le continent noir, où ils ont construit et/ou construisent des avant-postes depuis les ports arabes bordant la Méditerranée jusqu'au Sahel et depuis les terres ensanglantées de la Corne de l'Afrique jusqu'au Cap de Bonne Espérance, et ils y sont arrivés avec un objectif précis: rester et éventuellement prospérer et s'étendre aux dépens des autres, ou plutôt aux dépens des puissances usées, épuisées et séniles comme l'Italie et le Portugal.

Rares sont les nations d'Afrique subsaharienne qui n'ont pas été touchées par le nouveau pivot géostratégique du programme étranger de la présidence Erdogan qui, minutieusement étudié et mis en œuvre avec le même soin, a permis à la Turquie de pénétrer dans la zone à accès restreint connue sous le nom de ‘’Françafrique’’, d'atterrir à l'extrémité sud du continent, de s'étendre dans l'ancien espace colonial portugais et de prendre le relais de l'Italie dans la Corne de l'Afrique.

La Turquie en Somalie

L'opinion publique italienne, mais aussi une bonne partie de notre classe politique, ont réalisé qu'ils avaient "perdu" l'Afrique de l'Est au moment de l'enlèvement de la coopérante Silvia Romano, libérée après dix-huit mois d'emprisonnement grâce à l'intervention in extremis des services secrets turcs - qui ont profité (à juste titre) de l'occasion pour maximiser le profit en termes d'image. En réalité, ce territoire de l'Afrique orientale qui parle italien n'a pas été "perdu", il a été cédé, c'est-à-dire qu'il a fait l'objet d'un transfert de propriété en faveur de la Turquie.

somaliaturkey.jpg

Nos services secrets ont directement testé la caducité de leur réseau d'espionnage dans la Corne de l'Afrique, car ils ont été contraints de déléguer la question Romano à leurs homologues turcs, car ils étaient dans l'impossibilité d'établir un dialogue constructif avec les ravisseurs de l'organisation terroriste Al Shabaab, mais les secteurs dans lesquels l'Italie a subi un sérieux revers sont innombrables et variés.

Les destins de l'Italie et de la Somalie semblent s'être séparés après une union qui a débuté à la fin du 19ème siècle. Les raisons de la fin de ce long mariage sont doubles: la négligence avec laquelle nous avons traité cette nation africaine dans l'ère de l'après-guerre froide et le dynamisme concomitant de la Turquie, dont l’adrénaline est boostée. Une combinaison mortelle, même silencieuse, qui, en moins de trente ans, a conduit à la quasi-expulsion du Bel Paese de la Corne de l'Afrique, témoin impuissant d'événements similaires entre l'Éthiopie et l'Érythrée.

La Somalie est une nation que l'Italie a littéralement baptisée - le nom lui a été donné par l'explorateur Luigi Robecchi Bricchetti - et pour laquelle elle a dépensé 270 millions d'euros au cours des vingt dernières années en coopération pour le développement et le renforcement des institutions, sur fond d'engagement constant en termes de présence militaire à des fins humanitaires. En Somalie donc, la Turquie a incroyablement réussi l'entreprise de se faire une place au détriment de l’ancienne forteresse italienne consolidée et préexistante.

Ici, dans ce poumon de la Corne de l'Afrique et extrême périphérie de la Méditerranée élargie, la Turquie a commencé à investir massivement et intensivement depuis 2011, année d'une grave famine, érodant en une décennie plus d'un siècle de primauté italienne. Les chiffres et les faits, illustrés précédemment par notre analyste Paolo Mauri, peuvent expliquer ce que les mots ne réussissent que partiellement: plus de deux millions de dollars par mois investis dans la reconstruction rien qu'en 2016, l'aéroport de Mogadiscio construit avec de l'argent turc, la capitale devenant le siège de la "plus grande ambassade turque sur le continent africain" et l'ouverture de la base militaire et de l'académie de Turksom en 2017 - la plus grande installation de ce type d'Ankara à l'étranger, couvrant une superficie de 400 hectares et abritant en permanence un millier de personnes, y compris des soldats et des étudiants.

Turkish-Embassy-in-Mogadishu.jpg

Les points ci-dessus doivent être flanqués, à titre informatif, de données sur les échanges commerciaux - passés de 187,3 millions de dollars à près de 251 millions de 2018 à 2019 -, les investissements - plus de cent millions de dollars au cours de la dernière décennie - et la pénétration dans les infrastructures stratégiques - l'aéroport international et le port de Mogadiscio sont gérés par des entreprises turques.

EEfM1nTXoAAOkth.jpg

Enfin, et ce n'est pas le moins important, la Sublime Porte exploite ici aussi les instrumenta regni testés avec succès ailleurs, notamment entre les Balkans et l'Asie centrale, tels que la coopération humanitaire, la religion (construction de mosquées), la culture, la télévision (exportation de feuilletons) et les bourses d'études. Pour la seule année universitaire 2019-20, par exemple, quatre-vingt-dix-huit bourses ont été accordées pour permettre à des jeunes méritants d'origine somalienne d'étudier dans une université turque. Et puis l'année dernière, un dynamisme absolu du côté turc en termes d'envoi d'aide humanitaire et sanitaire sur le terrain dans le but de contrer et de contenir la pandémie.

En Éthiopie et en Érythrée

La Turquie est liée à l'Éthiopie par une association aussi importante que celle qui la lie à la Somalie. Présent sur place avec un montant total d'investissements de deux milliards et cinq cents millions de dollars, Ankara est le deuxième investisseur étranger à Addis-Abeba - Pékin est en première position - et tente de profiter des tensions avec Asmara et Juba pour se faire accréditer comme médiateur de la paix dans la Corne de l'Afrique.

13424-.jpg

Les chiffres, encore une fois, sont la meilleure façon de comprendre la profondeur, l'étendue et la taille de la présence turque en Éthiopie: sur les six milliards de dollars investis par les entreprises turques en Afrique subsaharienne ces dernières années, deux milliards cinq cents millions ont été localisés ici, et les entreprises anatoliennes qui y opèrent sont passées de trois en 2005 à deux cents en 2021.

Le destin de l'Italie est-il scellé dans la Corne de l'Afrique? Peut-être. Beaucoup dépendra de la manière dont notre classe politique décidera d'agir, soit en continuant à s'appuyer sur des outils dont elle ne peut tirer profit, comme la coopération au développement, les missions humanitaires et le commerce, soit en optant pour le début d'un jeu à risque dans lequel il faudra jouer aux côtés de toutes ces puissances, comme l'Égypte, l'Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, qui voient et perçoivent avec une hostilité ouverte la transformation de la Corne en une province de la Turquie.

vendredi, 16 avril 2021

L'Afrique au-delà des stéréotypes : le nouveau livre de Marco Valle

africa.jpg

L'Afrique au-delà des stéréotypes: le nouveau livre de Marco Valle

par Clemente Ultimo

Ex: https://ilguastatore.edizionireazione.it/2021/04/13/

Raconter le visage de l'Afrique - ou plutôt les différents visages du continent noir - en dépassant les vieux stéréotypes et les récits qui servent à véhiculer une image utile pour nourrir des intérêts souvent opaques: telle est la nécessité qui sous-tend le dernier ouvrage de Marco Valle, Il futuro dell’Africa è in Africa. Le livre - qui fait partie intégrante de la série "Fuori dal coro" (Hors du chœur) publiée et distribuée par le quotidien Il Giornale - s'inspire de la réflexion entamée dans les pages du septième numéro de Il Guastatore, pour tenter de dépasser une vulgate qui voit l'Afrique uniquement et exclusivement comme un continent "exportateur" de personnes désespérées, destinées à alimenter les rangs de la sous-classe en Europe.

173010148_10221772231967004_5131140964331683494_n.jpg

Une vision des ONG qui - parfois de bonne foi, beaucoup plus souvent non - n'est rien d'autre qu'un masque derrière lequel se cachent des intérêts différents et moins nobles que celui de "sauver des vies", à commencer par le maintien d'un état de minorité forcée pour de nombreuses nations du continent. Et pourtant, comme le raconte Valle à l'aide d'une étude de cas vaste et bien documentée, l'Afrique du XXIe siècle n'est pas seulement le "grand malade" de la planète, mais aussi une mosaïque composite de sociétés dynamiques prêtes à relever le défi de la modernité. En faisant aussi son autocritique. La partie la plus attentive et la plus préparée des classes dirigeantes africaines, ayant surmonté l'intoxication idéologique du XXe siècle, ne manque pas en effet de lire la période de décolonisation sous un jour nouveau, comme le souligne Valle en citant la pensée du président du Ghana Nana Akufo-Addo: "notre responsabilité est d'organiser un parcours qui dise "comment nous pouvons développer nous-mêmes notre nation". Il n'est pas normal qu'un pays comme le Ghana, 60 ans après son indépendance, voit encore ses budgets de santé et d'éducation financés sur la base de la générosité et de la charité du contribuable européen. À l'heure actuelle, nous devrions payer nous-mêmes nos besoins essentiels. Nous considérerons les 60 années précédentes comme une période de transition, un chemin à travers lequel nous pouvons maintenant nous tenir."

Une perspective très différente, et beaucoup plus concrète, que l'éternel mea culpa que certains voudraient être la seule approche de l'Europe vis-à-vis du continent africain, dans une sorte d'auto-mortification pérenne et inextinguible qui ne sait pas, ou ne veut pas, regarder vers l'avenir. Un avenir que l'Afrique, en revanche, regarde attentivement, en se fixant des objectifs que peu de gens connaissent en Europe: "Parmi les 25 pays dont l'économie a connu la croissance la plus rapide entre 2007 et 2019 - souligne Valle - 10 étaient africains alors que le PIB de toute la région subsaharienne a augmenté de +54,2% (données du Fonds monétaire international). Un scénario absolument prometteur mais encore fragile et toujours contradictoire et inégalitaire".

C'est précisément cette nature contradictoire de la réalité africaine qui est probablement la seule clé possible pour interpréter ce continent. Il n'y a pas d'Afrique, il y a des Africains. Et Marco Valle les décrit bien dans son ouvrage. Tout comme le manque dramatique de vision - une fois de plus - de l'Union européenne à l'égard du continent noir ressort fortement du texte: il ne suffit pas de déverser de l'argent vers les pays du Sud, il faut avoir une perspective globale. Une perspective qui fait actuellement défaut. Au lieu de cela, c'est la Chine qui est le protagoniste d'une campagne de pénétration sans précédent dans les différentes régions du continent africain.

Dans ce grand jeu, l'Italie en tant qu'État a peu de place, mais beaucoup plus de place pour ceux que Valle appelle "nos courageux capitaines", des entrepreneurs qui, malgré les difficultés, démontrent par leur travail que l'Afrique peut représenter, avec ses réalités dynamiques, une terre de grandes opportunités, sur laquelle greffer des collaborations internationales ayant des effets positifs sur les économies des pays africains et de l'Italie.

Aujourd'hui plus que jamais, il est nécessaire d'aborder l'Afrique avec un nouveau regard, et l'ouvrage de Marco Valle est un guide utile sur cette voie.

Guerre pour les eaux du Nil

carte_nil_png.jpg

Guerre pour les eaux du Nil

Elshakasha Mahmoud Abdalkawi

Ex : https://www.geopolitica.ru/

En 2011, l'Éthiopie a annoncé son intention de construire un barrage sur les rives du Nil bleu, appelé barrage Heidasi, à 20-40 km de la frontière soudanaise, d'une capacité d'environ 16,5 milliards de mètres cubes. Il a été confié à l'entreprise italienne Salini par une commande directe, et a été nommé Projet X, mais le nom a rapidement été changé en ‘’Grand barrage du millénaire’’. La pose de la première pierre a eu lieu le 2 avril 2011, puis le nom a été changé pour la troisième fois le même mois pour devenir le barrage ‘’Great Ethiopian Renaissance Dam’’.

Le principal objectif du barrage est de produire de l'électricité pour compenser la grave pénurie d'énergie en Éthiopie, ainsi que d'exporter de l'électricité vers les pays voisins. Le barrage devrait être la plus grande centrale hydroélectrique d'Afrique et la septième au monde, avec une capacité prévue de 6,45 GW.

Le remplissage du réservoir a commencé en juillet 2020 et sa réalisation devrait prendre entre 5 et 15 ans, en fonction des conditions hydrologiques pendant la période de remplissage et également en fonction des accords qui seront signés entre l'Égypte, l'Éthiopie et le Soudan.

carte-nil-V4-f8089.jpg

Historiquement, les pays du bassin du Nil étaient autrefois des colonies de pays étrangers, puis ils ont acquis leur indépendance, et les premiers accords sur le partage des eaux du Nil ont été conclus en 1902 à Addis-Abeba entre la Grande-Bretagne en tant que représentant de l'Égypte et du Soudan, d’une part, et l'Éthiopie, d’autre part ; ils stipulaient qu'aucun projet ne devait être établi sur le Nil Bleu ou le lac Tana et la rivière Sobat.

Puis, en 1929, un autre accord a vu le jour, qui prévoyait la reconnaissance par les pays du bassin égyptien de leur part acquise des eaux du Nil, et que l'Égypte avait le droit de s'opposer aux entreprises éventuellement envisagées si ces pays lançaient de nouveaux projets sur le fleuve et ses affluents. Cet accord a été conclu entre l'Égypte et le Royaume-Uni, qui représentait le Kenya, la Tanzanie, le Soudan et l'Ouganda, pour réglementer le bénéfice que l'Égypte tire du lac Victoria. 7,7% des entrées sont allées au Soudan et 92,3% à l'Egypte.

Sous le règne de l'empereur éthiopien Hailé Sélassié, l'American Bureau of Reclamation a déterminé l'emplacement définitif du barrage de la Renaissance éthiopienne sur les rives du Nil Bleu de 1956 à 1964, mais en raison d'un coup d'État militaire en 1974, le projet a été arrêté.

Grande-Renaissance-Barrage-Ethiopie-1024x768.jpg

Le projet a été officiellement annoncé le 31 mars 2011, et le Premier ministre éthiopien Meles Zenawi a posé la première pierre du projet le 2 avril 2011.

L'Égypte, située à plus de 2 500 km du barrage, s'est opposée à sa construction car elle estime qu'il réduira sa part des eaux du Nil.

Le barrage est préjudiciable au Soudan et à l'Égypte. L'Égypte craint l'épuisement de l'eau compte tenu de la période de remplissage du réservoir et du processus d'évaporation de l'eau.

La taille du réservoir est équivalente au débit annuel du Nil à la frontière entre le Soudan et l'Égypte (65,5 milliards de mètres cubes). Cette perte risque de s'étendre aux pays en aval d'ici quelques années. Selon les rapports, entre 11 et 19 milliards de mètres cubes d'eau pourraient être perdus chaque année lorsque le réservoir sera rempli, ce qui entraînerait une perte de revenus pour deux millions d'agriculteurs pendant le remplissage du réservoir. Il affecterait également l'approvisionnement en électricité de l'Égypte de 25 à 40 % pendant la construction du barrage.

Le barrage de la Grande Renaissance éthiopienne pourrait également provoquer une baisse irréversible du niveau d'eau du lac Nasser si les flux étaient déplacées vers l'Éthiopie. Cela permettrait de réduire l'évaporation actuelle de plus de 10 milliards de mètres cubes par an. Elle réduirait également la capacité du barrage d'Assouan à produire de l'énergie hydroélectrique à hauteur de 100 mégawatts perdus en raison d'une baisse de trois mètres du niveau d'eau dans le barrage. Le barrage permettrait de conserver le limon qui alimente les sols agricoles de la vallée du Nil en Égypte et au Soudan.

_113442989_reutersx.jpg

Mais d'un autre côté, pour l'Éthiopie, comme le Nil Bleu est un fleuve saisonnier, le barrage réduira les flux, y compris sur 40 km à l'intérieur de l'Éthiopie. D'une part, le barrage réduira les flux et est bénéfique dans la mesure où il protège les établissements humains des dommages qu’ils pourraient provoquer. Le barrage peut également servir de pont sur le Nil Bleu.

Le 23 mars 2015, lors d'un sommet trilatéral des présidents égyptien, éthiopien et soudanais à Khartoum, le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi, son homologue soudanais Omar el-Béchir et le Premier ministre éthiopien Haile Desaleny ont signé un document déclarant les principes de la construction du barrage Renaissance.

L'accord comprenait un document contenant dix principes à adopter par les trois pays pour le barrage Renaissance.

Ces dix principes comprennent la coopération, le développement et l'intégration économiques, l'engagement à ne pas causer de dommages significatifs à un pays, l'utilisation équitable et juste de l'eau, la coopération pour le premier remplissage du réservoir du barrage et son exploitation annuelle, le principe de la confiance, le principe du partage des informations et des données, le principe de la sécurité du barrage, le principe du respect, de la souveraineté et de l'intégrité territoriale de l'État, le principe du règlement pacifique des différends et la mise en place d'un mécanisme de coordination permanent.

Le projet de barrage est une source de tension entre les trois pays depuis la pose de la première pierre en avril 2011. Il a été construit sur les rives du Nil dans le nord-ouest de l'Éthiopie, près de la frontière avec le Soudan. Il pourrait devenir la plus grande centrale hydroélectrique d'Afrique, avec une capacité de production d'environ 6 500 mégawatts.

L'Éthiopie fait pression pour poursuivre son projet de remplissage du barrage l'été prochain, malgré les protestations de l'Égypte et du Soudan. Le Caire et Khartoum exigent en effet la signature préalable d'un accord qui protégerait leurs ressources en eau. Addis-Abeba a annoncé en juillet 2020 qu'elle avait achevé la première phase de son projet de 4,9 milliards de mètres cubes, permettant ainsi de tester les deux premières pompes du barrage.

capture_decran_2019-12-16_a_10.21.46_1.png

L'Éthiopie estime que l'énergie hydroélectrique produite par le barrage sera vitale pour répondre aux besoins énergétiques de ses 110 millions d'habitants. Le président du pays, Ahmed Abi, espère que le projet permettra une percée en matière de développement et nie que son intention soit de nuire à l'Égypte. Il explique : "Je veux que nos frères égyptiens et soudanais comprennent que nous ne faisons pas cela...". Nous avons besoin d'une lampe. La lumière ne leur fera pas de mal, mais elle se répandra sur eux."

Quant à l'Égypte, elle considère le projet de barrage comme une menace, car elle dépend depuis toujours du Nil, qui lui fournit environ 97 % de son eau d'irrigation et de son eau potable. Le Soudan, quant à lui, craint que ses propres barrages ne soient endommagés si l'Éthiopie remplit complètement le barrage.

Bien sûr, l'Égypte et le Soudan voient l'affaire d'une manière qui contredit l'approche éthiopienne, à commencer par le cadre général dans lequel les trois pays négocient. L'Égypte et le Soudan demandent l'inclusion des États-Unis et de l'Union européenne ainsi que des Nations unies dans l'Union africaine qui parraine les négociations, ce qu'Addis-Abeba rejette.

L'Éthiopie estime que "les problèmes africains peuvent être résolus par les Africains eux-mêmes". Nous respectons la sagesse africaine et les négociations en cours sous les auspices de l'Union africaine aboutiront", a déclaré une porte-parole du ministère des affaires étrangères d'Addis-Abeba. De son côté, le ministère égyptien des affaires étrangères a estimé qu'"une telle position montre une fois de plus le manque de volonté politique de l'Éthiopie de négocier de bonne foi."

Sur la chaîne égyptienne Echo Al Balad, le journaliste Ahmed Moussa a vivement critiqué le blocage des négociations et a estimé que l'Égypte payait le prix de "ce qui s'est passé en 2011" en raison de la situation du pays à l'époque, notant qu'Addis-Abeba avait profité de la situation de l'époque pour lancer la construction d'un barrage. Moussa estime que l'Éthiopie a "choisi le moment" aujourd'hui pour faire avancer son projet car l'Égypte est "préoccupée par ses problèmes internes".

La poursuite de cette crise menace la stabilité de la région, surtout avec la rhétorique croissante que l'Égypte et le Soudan ont commencé à tenir en raison de leur frustration face à l'"intransigeance" de l'Éthiopie. Le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi s'est montré sévère dans ses commentaires, mardi, sur l'évolution du dossier.

Al-Sisi a dit : "Nous ne menaçons personne, mais personne ne peut prendre une goutte d'eau de l'Égypte [...]. Sinon, la région connaîtra un état d'instabilité que personne ne peut imaginer." "Violer l’état de choses actuel consiste à franchir une ligne rouge, et notre réponse aura une incidence sur la stabilité de toute la région".

Mais il a souligné que "les négociations sont le choix par lequel nous avons commencé, et toute action militaire serait inappropriée et aurait des conséquences qui s'étendraient sur de nombreuses années, car les gens n'oublient pas cela. Le Soudan, qui est également en conflit frontalier avec l'Éthiopie, a accueilli les Égyptiens pour un exercice conjoint des forces aériennes qui s'est terminé samedi ».

barrage_renaissance-e1562535913596.jpg

Les inquiétudes concernant les relations égypto-éthiopiennes ont été exacerbées par la tentative d'assassinat du défunt président égyptien Mohamed Hosni Moubarak dans la capitale éthiopienne Addis-Abeba, alors qu'il s'apprêtait à assister au sommet africain de 1995.

Malgré cela, l'Égypte tient à se coordonner avec les pays du bassin du Nil sur les projets qu'ils mettront en place, car ces projets pourraient affecter la part d'eau de l'Égypte. L'Égypte cherche à sécuriser les sources d'énergie sur le Nil (Haut barrage) pour assurer son développement industriel, agricole et autre. Le Nil est l'une des sources les plus importantes de développement en Égypte, et la stabilité du Nil signifie la stabilité et la sécurité de l'Égypte, car l'eau est une ressource stratégique pour l'Égypte. Le prochain conflit sera celui de l'eau.

Cependant, compte tenu de la situation actuelle dans la Corne de l'Afrique, qui est actuellement secouée de conflits et de tensions, il ne semble pas que le monde puisse actuellement tolérer l'éclatement d'un conflit armé dans la région, ce qui peut augmenter les chances des négociations malgré sa volatilité.

Les trois pays, l'Égypte, le Soudan et l'Éthiopie, ont négocié âprement pendant dix ans sans parvenir à un accord sur le remplissage et l'exploitation du barrage. Alors que l'Éthiopie estime que le barrage est essentiel à son développement économique, l'Égypte et le Soudan le considèrent comme une menace vitale, car la première tire 90 % de son eau d'irrigation et de son eau potable du Nil.

Cette crise pourrait "s'éterniser", car il n'y a pas de sortie possible dans l'immédiat. Les trois pays devraient se tourner vers les intérêts futurs de leurs peuples pour réussir les négociations.

lundi, 29 mars 2021

Le canal, l'Égypte et l'Italie - Le plan (réel) d’Enrico Mattei

l-epopee-du-canal-de-suez.jpg

Le canal, l'Égypte et l'Italie

Le plan (réel) d’Enrico Mattei

Par Marco Valle

Nous publions, avec l'aimable autorisation de l'éditeur, un extrait du livre de Marco Valle, Suez. Le canal, l'Egypte et l'Italie (Historica)

51Kavy22snL.jpgÀ partir de 1954, grâce aux bons offices du colonel Younes, le groupe Eni  -avec Agip Mineraria, Snam et Nuovo Pignone-  s'engage dans une série d'opérations importantes : la recherche de pétrole, le forage, la distribution de pétrole et de GPL et les projets autour du barrage d'Assouan. Une collaboration fructueuse à laquelle s'ajoutent la construction d'un oléoduc entre Suez et la capitale égyptienne ainsi que la mise en oeuvre d'une raffinerie. C'est lors de l'inauguration de l'usine, qui a lieu le 24 juillet 1956 en présence d'Enrico Mattei, que Nasser communique à Younes sa décision de nationaliser le Canal trois jours plus tard. Bien que les archives de l'Eni relatives à cet événement soient étrangement (ou délibérément ?) incomplètes, il est difficile d'imaginer que Mattei, invité d'honneur ce jour-là, n'avait aucune idée de la crise qui s’annonçait, imminente ; plus que probablement, il n'avait pas été averti de manière confidentielle. Ce brillant entrepreneur de la région des Marches n'avait certainement aucun doute sur l’issue des événements. Lorsque la crise éclate, il tente de convaincre Gronchi et le Premier ministre Segni de promouvoir une médiation italienne entre les parties, tandis qu'Il Giorno, le quotidien de l'Eni, rassure l'opinion publique et les milieux économiques sur les intentions des Égyptiens. Non content de cela, l'homme de Matelica s'est immédiatement mobilisé pour venir en aide à son précieux ami Younes qui avait été catapulté par Nasser à la direction de la toute nouvelle Autorité du Canal de Suez. Mattei savait que le principal problème des Égyptiens était d'assurer la navigation le long de la voie d'eau, une tâche techniquement exigeante qui, jusqu'alors, était assurée par les pilotes de la Compagnie. Selon les calculs d'Eden et de Mollet, sans la contribution des 323 techniciens étrangers, le trafic aurait été réduit de moitié, provoquant des embouteillages, des retards et, finalement, le chaos. Une excellente excuse pour intervenir et reprendre le contrôle de la voie navigable.

marco-valle-resize.jpgAfin d'accélérer la paralysie, les gouvernements de Londres et de Paris ordonnent à la Compagnie de rappeler tout le personnel non égyptien encore présent sur l'Isthme avant le 15 septembre. Mais en ce jour fatidique: "Les autorités égyptiennes ont réussi à faire face au départ de 212 opérateurs, dont 90 pilotes, sans affecter le trafic maritime. Vingt-cinq pilotes étrangers qui avaient répondu à la campagne de recrutement lancée par les autorités égyptiennes ont contribué à ce premier succès: quinze Russes, quatre Yougoslaves, trois Italiens et trois Allemands de l'Ouest se sont joints aux quarante pilotes grecs qui n'avaient pas accepté l'invitation de la compagnie à quitter leurs postes. À la recherche de personnel spécialisé capable d'opérer à bord des navires en transit, les Égyptiens avaient pu compter sur une formidable agence de recrutement: depuis la fin du mois de juillet, Enrico Mattei et ses collaborateurs s'étaient affairés dans les ports italiens, offrant des engagements somptueux, pour trouver des spécialistes disposés à poursuivre leur expérience professionnelle à Suez. En outre, le président de l'ENI était retourné au Caire dans les journées du 15 au 17 septembre, au moment même où le retrait redouté des pilotes étrangers avait lieu" (10). Inévitablement, la crise égyptienne a eu des répercussions sur la scène politique italienne, radicalisant l'affrontement entre les "néo-atlantistes" Gronchi, Fanfani, Taviani et Tambroni et les atlantistes "orthodoxes" comme Segni, Pacciardi, le vice-président du Conseil des ministres, Saragat et le ministre des Affaires étrangères, Gaetano Martino. Face à l'activisme du président de l'ENI et de ses amis, le Conseil des ministres opte d'abord pour une solidarité totale avec les Anglo-Français, mais l'intervention directe du Quirinal impose un changement de cap drastique et Segni, avec de nombreuses incertitudes, opte pour une attitude de "compréhension" et de modération envers l'Egypte, et les raisons qu’elle invoquait, dans l'espoir d'une solution internationale qui garantirait la liberté de navigation.

jeudi, 04 mars 2021

Du passé au présent, les voyages de l’histoire

Du passé au présent, les voyages de l’histoire
 
Le grand remplacement auquel nous faisons face conduit à la formation d’une société, le terme de civilisation n’a plus lieu d’être, communautariste (qui engendre le concept de « séparatisme » qui évoque le fractionnement de la communauté première en communautés diverses, plus ou moins assimilables). Cela fait au demeurant l’objet de débats au sein des milieux politiques et des merdiats…à la marge du monopole de la réalité exercé par Jéhova-covid.
 
Il est intéressant de faire un parallèle entre les rivalités ethniques et religieuses en Afrique voici quelques décennies et aujourd’hui encore, malgré le délitement d’un continent soumis à un nouveau colonialisme : celui de la Chine, et ce qui se profile en France.
 
D’autant que ce parallèle, appuyé sur une vision anthropologique du référent africain, révèle une différence fondamentale : Les peuples et les ethnies sont en voie de dissolution au profite de la MHI, la masse humaine indifférenciée, ainsi que Renaud Camus nomme l’humanité contemporaine.
 
Notre but est de susciter une réflexion tant historique, qu’anthropologique et psychologique.
Deux articles suivront, illustrant la difficulté du positionnement identitaire (qu’est-ce que l’identité : le Sud-Ouest n’existe pas, le Pays Basque n’existe pas, l’Espagne n’existe pas) et la nécessité de réinventer les fondamentaux idéologiques afin de parvenir à ébaucher un fond théorique et une forme « militante » porteuse d’un avenir…crédible et non fantasmée.
 
Nous n’avons pas la prétention de savoir et sommes plutôt animés par la tentation de douter : le temps des certitudes agonise. « On t’a dit, tu t’es laissé dire, qu’il s’agissait d’abord de croire, il s’agit d’abord de douter » André Gide.
 
D’aucuns ne manqueront pas de trouver cette analyse décalée de la réalité présente mais, si l’on changeait les noms, l’histoire des deux derniers siècles ne serait-elle pas superposable ?
 
Eléments d’analyse des rivalités ethniques et religieuses en Afrique
 
L’Afrique c’est immanquablement exotique. Sans aller jusqu’à parler à la suite de F. Fanon de cette attirance suspecte du blanc (de la blanche) pour le noir (la noire), il faut bien convenir que dans toutes les classes, tous les milieux…et par-delà les idéologies proclamées, l’Afrique c’est « La mystérieuse et vénéneuse Afrique ». En clair (sans jeu de mot), c’est l’étrangeté qui est au premier plan.
 

WhatsApp-Image-2018-03-06-at-15.40.53-768x1024.jpeg

Parler de la situation sociale dans cette contrée du monde, c’est provoquer, au mieux, un laïus sur le colonialisme suivi du néo-colonialisme, lequel ordonne et organise des réalités méconnues et supposées archaïques. L’analyse la plus courante fait appel à ces deux niveaux, la modernité imposée par l’Occident dans ses formes successives de pillage et d’exploitation, et l’archaïsme de la tradition africaine supposée être celles de tribus en guerres de voisinage perpétuelles pour d’ésotériques et insignifiants motifs.
En somme un continent et des peuples que l’on décrète sans histoire, et ce depuis Hegel. Pour cette analyse et comme nous l’avons préalablement souligné, cette a-historicité de l’Afrique s’achève avec la colonisation qui trouve là à affirmer sa positivité. Il s’ensuit logiquement la nécessité d’un rattrapage historique avec ou sans étapes.
 
Notre propos est d’infirmer cela. Pour ce faire, nous allons nous attacher à brosser à grands traits et en quelques pages, l’histoire africaine. Nous pensons que cela est nécessaire pour montrer combien et en quoi la situation actuelle de l’Afrique peut se lire avec les mêmes lunettes que celles utilisées pour la situation européenne.
 
Les antagonistes « tribaux » (il faudrait déjà se défaire de cette fâcheuse habitude qui consiste à qualifier tout conflit entre deux peuples, de conflit tribal dès lors que ces peuples sont africains. Parlerait-on en Occident de la tribu basque opposée à la confédération tribale espagnole ? Le nationalisme ne sévit pas qu’en Europe et sert en Afrique comme partout de camouflage ou moyen de dévoiement des conflits sociaux, ethniques et culturels) et autres rivalités ethniques dont on nous rebat les oreilles à tout propos et hors de propos s’expliquent en fonction de cette histoire et des distorsions surajoutées par le colonialisme. Ils s’expliquent aussi en fonction de l’histoire récente et des contradictions sociales.
 

shutterstock_54180163_konv (1)-min.jpg

La colonisation ne fut pas l’occasion de propulser dans l’histoire un « continent vierge », mais plutôt une redistribution des cartes à l’échelle mondiale (..et locale). Certains, tout en ne niant plus qu’il y ait pu y avoir histoire au sens commun du terme parlent d’un retard de l’Afrique. Ceci nous semble faux pour une raison d’ordre méthodologique. Parler de retard, c’est inscrire l’histoire dans un diagramme orthonormé avec le temps en abscisse et le stade social en ordonnée, et sur l’axe pointer tel ou tel continent….A l’époque (qui est aussi celle de la colonisation) où le capitalisme européen était en pleine maturité, l’Afrique aurait été en proie à des conflits essentiellement tribaux, l’exotisme en plus.
 
Ce qui suit s’attache à démontrer la fausseté de telles assertions.
 
La tradition orale ne permet pas de remonter au-delà des XVème-XVIème siècles, ce sont essentiellement les données archéologiques et les récits des voyageurs qui permettent une connaissance de l’histoire plus ancienne. Pour ce qui nous intéresse, ce sont les récits de voyageurs, commerçants et conquérants « arabes » qui vont nous permettre les premières descriptions.
 
Dès la mort du prophète (sic), les Arabes (ceci fait référence à l’histoire officielle que nous discuterons dans un autre article en référence à l’ouvrage d’Ignacio Olagué, Les arabes n’ont jamais envahi l’Espagne, et à celui de Sérafin Fanjul, El Andalus, l’invention d’un mythe) se lancent à la conquête de l’Afrique du Nord soumise au début du VIIIème siècle. Malgré le triomphe rapide des troupes islamiques et du fait des révoltes berbères, la région se trouve fractionnée en royaumes indépendants. Cette division, si elle exacerbe la concurrence, n’empêche pas le commerce et, à travers le Sahara, les caravanes de chameaux se rendent au Soudan Occidental pour y chercher l’or (mines de Bambouk etc…), les peaux, l’ivoire, et surtout les esclaves. En échange elles transportent du sel, des chevaux, du blé, des vêtements…
 

24e30c3967605dfb34c380c3203b966b.jpg

Il existait essentiellement trois pistes : une traversant la Mauritanie, une autre en direction de la bouche du fleuve Niger et une troisième vers le Tchad. Ce sont ces activités commerciales qui vont précipiter la formation des royaumes noirs du Soudan au VIIIème et IXème siècles. Ce furent le Tékrour, le Ghana, les royaumes Hausa, le Kanem. La différenciation sociale de ces royaumes est globalement la même que celles des royaumes européens de l’époque : aristocratie, couche commerçante (bourgeoise) très réduite, paysannerie et une classe service.
 
D’autres royaumes apparurent par la suite au Bénin au VIIème siècle sur la Volta au XIIIème siècle…Sur la côte Est également, le trafic des commerçants arabes, sur la mer rouge, impulsa la création d’états et de principautés ainsi que des cités portuaires organisées en Sultanats (il y a persistance d’un royaume chrétien, le royaume d’Axoum au Tigré). Ce sont les royaumes d’Ifar (sur le plateau de Hanar) et les cités de Mombassa, Zanzibar, Kiloa etc…
 

SEM_Monuments-documents_visuel_050619.jpg

L’or, l’ivoire, la cire, les peaux mais également les esclaves font l’objet de relations commerciales intenses impliquant également des marchands chinois, indonésiens et indiens. Ce sont des relations commerciales (et particulièrement du fait de la traite) qui vont déterminer, nécessité oblige, des structures sociales monarchiques essentiellement dans les régions côtières. Ce sont en effet, là comme ailleurs, les nécessités du commerce qui provoquent l’urbanisation et la hiérarchisation (et segmentation) sociale très marquée qui apparaît.
 
En 1440 la « découverte » de l’Afrique par les portugais va ouvrir une phase nouvelle. Le but de cette conquête est de s’approprier le commerce de l’or soudanais et d’affaiblir les royaumes arabes…et la République de Venise qui monopolisaient le commerce via la Mer Rouge et la Méditerranée. L’implantation portugaise reste essentiellement côtière mais provoque des bouleversements politiques et sociaux. Des royaumes apparaissent et d’autres s’affaissent.
 
A Madagascar la structure classique est chamboulée par des alliances donnant naissance à des monarchies minuscules, les sultanats arabes côtiers sont détruits ou soumis, le royaume du Congo étendu et son roi Alfonso Ier converti. En diverses régions, telles justement que le Congo, la traite est introduite ou systématisée (la main d’œuvre noire était par exemple utilisée pour la culture de la canne à sucre à Madère). Ce sont les débuts de la traite extérieure ; en effet si l’Afrique connaissait l’esclavage, il sanctionnait surtout la défaite à la guerre (et les esclaves étaient bien vite intégrés dans la communauté des vainqueurs), la traite « extérieure » étant limitée aux pays arabes.
 

Ranavalona.jpg

Madagascar: la Reine Ranavalona III.

Les bouleversements sociaux et politiques introduits par les flux commerciaux sont importants mais peu étendus dans l’espace. Ils provoquent l’apparition de structures étatiques, monarchies, principautés et empires (tel l’empire Songl du Niger) qui vont se renforcer ou disparaître au gré des conflits d’intérêts des classes dominantes et des alliances passées avec les colonisateurs. Ils sont le prétexte à l’apparition de hiérarchies sociales sur un modèle « plus tyrannique que féodal ». Ils induisent également une redistribution des cartes entre les royaumes européens et arabes et leurs prébendiers locaux. Ils provoquent également des mouvements de populations fuyant les razzias d’esclaves ou désireuses d’échapper aux tutelles étatiques. Il persiste toutefois, à l’intérieur des terres essentiellement, des populations peu touchées par ces bouleversements, si ce n’est à l’occasion d’incursions ponctuelles et d’expéditions isolées. Celles-ci conservent des structures sociales qui seront parfois peu modifiées (parfois aussi le seront du seul fait de contradictions internes). De là provient cette diversité (l’Europe de l’Ouest, malgré sa superficie réduite et donc la difficulté à faire coexister des organisations sociales différentes, connût également à l’échelle réduite, ce phénomène dans les siècles qui suivirent la chute de l’empire romain) d’organisations sociales qui peut dérouter : coexistence de royaumes, de chefferies, d’empires, d’organisations classiques donnant lieu à des conflits épisodiques confrontant de fait des ethnies différentes, dont les structures sociales sont opposées.
 

ETqPjnYXkAElcTH.jpg

Au XVIIème-XVIIIème siècles la décadence portugaise est de plus en plus prononcée. Le Portugal est d’ailleurs annexé par l’Espagne et la dislocation de la main mise lusitanienne livre l’Afrique à la curée. Les hollandais conquièrent la plupart des possessions portugaises, la France et l’Angleterre se lancent dans la bataille. Chaque état européen s’organise en compagnie de commerce qui porte essentiellement sur le bois d’ébène mais aussi sur l’ivoire, l’or, les épices…A partir du XVIIIème siècle les besoins des Antilles et des Amériques en main-d’œuvre vont croissants (surtout pour le tabac et la canne à sucre, mais également pour les mines) et le chiffre de 85 000 esclaves par an enlevés d’Afrique sera atteint vers 1780 (du XVème au XIXème siècles ce sont 15 à 40 millions de noirs, selon les estimations, qui aurait été arrachés à l’Afrique). Les royaumes africains vont alors s’organiser en fonction de ce commerce sur un mode totalitaire et militaire : Confédération des Achantis en Côte de l’Or, royaume de Dahomey, royaume du Bénin et Congo….Le but essentiel de l’organisation sociale est la traite…ou la résistance à la pénétration étrangère européenne (Cf : note en fin de chapitre). Il y a une réduction progressive de l’administration des territoires contrôlés qui sont surtout l’objet des razzias périodiques, et la naissance de petits potentats locaux dont la raison d’être est de gérer le cheptel humain à leur profit et pour celui des européens.
 
La traite sera abolie au début du XIXème siècle (Traité de Vienne en 1815) officiellement, mais subsistera encore près d’un demi-siècle.
 
A partir de 1850 la dualité intérieur-extérieur va tendre à être dépassée : L’Afrique est partagée puis colonisée, l’intérieur va être bouleversé, ses sociétés et leurs économies démantelées. Jusqu’en 1880 une certaine réticence se fait sentir quant à la nécessité de la colonisation. Le capitalisme européen doute de l’intérêt commercial de l’Afrique et se méfie de sa réputation (sanitaire entre autres choses). Il est vrai que les marchés européens ne sont pas encore parvenus à saturation et ce sont tout au plus les ressources en matières premières que l’Europe convoite.
 

Nachtigal-artisan-de-l-empire-colonial-allemand_ng_image_full.jpg

Nachtigal.

C’est la grande période de l’exploration intérieure, de Savorgnan de Brazza (Gabon), de Burton et Speke (Tanganika), de Nachtigal (Tibesti) et de Stanley retrouvant Livingstone. C’est la France (le dernier obstacle est levé par la découverte de la Quinine par Joseph Pelletier et Joseph Caventou (1820), et de son caractère préventif par le Docteur Baikie en 1854…ce qui nous renvoie au présent « épidémique ») qui la première va créer une véritable colonie nommant Faidherbe gouverneur du Sénégal, vérifiant et organisant les comptoirs, soumettant les roitelets africains. L’Angleterre suivra son « exemple » en s’assurant le contrôle de la Gambie, de la Sierra-Leone, de la Côte de l’Or….Le processus était amorcé.
 
La crise comme toujours, eut raison de toutes les hésitations. Défendant la politique colonialiste à la chambre des députés, Jules Ferry dira en 1885 : « Dans la crise que traversent toutes les industries européennes, la fondation d’une colonie, c’est la création d’un débouché ».
 
Désormais la route est libre pour la systématisation des conquêtes militaires et l’établissement direct du pouvoir colonial. Les justifications idéologiques que nous avons évoquées dans un chapitre précédent peuvent fonctionner. De surcroît, inversant impudiquement les rôles, l’Europe élabore toute une série de représentations contradictoires de l’Afrique : d’un côté les pouvoirs politiques indigènes qualifiés de tyranniques, arbitraires, esclavagistes…De l’autre des populations naïves et bonnes, hospitalières n’attendant que d’être délivrées de ces pesantes tutelles et conduites vers la lumière : la variante XIXème du bon sauvage ! (Ceci permettait à bon compte de masquer cette réalité : les ci-devant états tyranniques étaient les produits directs du commerce (et particulièrement de la traite) tel qu’il était pratiqué).
 

4ee5337_857088142-Berlin_Conference_1884_02.jpg

1884-1885: le Congrès de Berlin.

Sous l’impulsion du roi des marchands et des Belges, Léopold II, se tient de novembre 1884 à février 1885, la conférence de Berlin. Cette conférence qui doit créer un consensus et définir les règles de partage de l’Afrique vise à réduire les frictions entre états européens. A cette occasion, on mesure le chemin idéologique parcouru par les capitalistes et leurs hommes d’état depuis les déclarations de Disraeli (leader conservateur anglais) en 1852 : « Ces sacrées colonies seront toutes indépendantes dans quelques années et sont une meule attachée à notre cou » ou de Bismarck en 1871 « Nous autres, allemands n’avons pas besoin de colonies »…Et la nécessité d’une mise en valeur des positions acquises prônée par la dite conférence. Il est vrai qu’en sus de la crise mais en relation étroite avec celle-ci, la colonisation apparaît comme le « meilleur dérivatif au danger social-démocrate » (Prince de Hohenlok 1882) car « Si on veut éviter une guerre civile, il faut devenir impérialiste » Cecil Rhodes).
 
C’est de cette époque que date pour l’essentiel le tracé aberrant des frontières (même si bien entendu, l’existence des frontières est en soi aberrante du fait de la nature de l’impérialisme évoqué) visant à éviter (sic !) les rivalités impérialistes. En 1919 le partage de l’empire colonial allemand aboutit au tracé définitif des frontières en Afrique.
 
Ce découpage « arbitraire » sera déterminant dans la production de ce que l’on appellera par la suite « les conflits tribaux ». En fait les sociétés soumises à la colonisation ont toujours été engagées les unes par rapport aux autres dans les stratégies que ne dissolvaient pas d’un coup la présence coloniale. Leurs dynamiques intrinsèques et leurs finalités ont de ce fait été modifiés par le passé, ces contradictions et ces conflits restent actifs et contribuent à peser sur ces contradictions du présent. Ces antagonismes vont en quelque sorte être consacrés et légitimés administrativement et politiquement, ils vont être intégrés aux stratégies de domination des colonisateurs, ils vont être confinés, et donc décuplés, dans des limites géographiques déterminées (Alors que l’Afrique comme l’Europe, après la désagrégation de l’empire romain, est le continent de la mobilité).
 

img-1-small580.jpg

En somme aux rivalités d’intérêts nées de l’histoire vont s’ajouter les rivalités d’intérêts nées de la colonisation européenne. Un seul exemple suffira à illustrer cela, celui du Tchad. Les arabes musulmans du nord avaient pour habitude d’utiliser le sud animiste comme vivier d’esclaves, les royaumes arabes entretenant en outre des rapports de domination avec ces régions. Le colonisateur français formera et s’appuiera donc sur des cadres sudistes christianisés (à l’exemple de Tombalbaye) et revanchards, redoublant ainsi le conflit interne aux populations tchadiennes tout en minorant les risques (du moins l’espérait-il) d’une révolte anticolonialiste susceptible de remettre en cause sa domination….C’est là un cas de figure simple mais d’une manière générale les antagonismes sont plus divers. Ainsi dans cet exemple il y a conflit (ou plutôt méfiance et parfois hostilité, due à des conflits anciens pérennisés par la tradition orale et survivant dans l’inconscient collectif ; ce qui constitue un terrain propice pour une réactivation « moderne » intégrant par ses références un passé mythologisé) entre les populations du sud (Sara, Sao, Kotoko, Peuls…), situation que l’on retrouve entre les populations du nord (du Kanem, du Bornou, du Ouaddaï) ; conflits qui s’expliquent par le rapport de domination nord-sud mentionné ci-dessus et le peu d’alliances qu’il impliquait mais aussi par les guerres, querelles dynastiques etc…entre les différents royaumes qui se sont succédés ou affrontés dans ces régions. Le passé et le présent s’intriquent pour expliquer la situation actuelle, les stratégies des uns et des autres et les renversements d’alliance entre les multiples fractions tchadiennes. Rappelons également l’exemple déjà cité (et simplifié) de l’antagonisme entre Tutsis et Hutus du Burundi que l’histoire nous permet d’apprécier en termes de rivalités sociales.
 
Resituer historiquement c’est retrouver une rationalité historique et donc sociale à ce que l’on veut nous faire avaler comme pur archaïsme ou pure irrationalité en rapport avec le « mystère africain » (l’âme africaine c’est le même coup, tordu, que l’âme russe : une mystification).
 
Si nous insistons sur les racines de ces antagonismes, nous pensons cependant qu’il est nécessaire de tempérer leur importance, à savoir les reconnaître comme un facteur parmi d’autres, une des contradictions et non la contradiction…D’ailleurs en Europe, nul ne songerait, toute proportion gardée, à réduire la vie à des conflits : fonctionnaires-autres salariés (en effet certaines ethnies sont « spécialisées » : Les Peuls sont éleveurs), bretons-parisiens (avec toutes les variantes que l’on peut imaginer) ou immigrés-français (sinon à des fins mystificatrices).
 

carte_PEULS_en_Afrique.jpg

Il serait donc erroné d’imaginer une haine absolue et généralisée entre ethnies. D’autant que depuis des siècles les migrations (et par voie de conséquence, les brassages) sont monnaies courantes en Afrique. Et si le colonialisme a joué des rivalités, il a aussi organisé le contact obligé entre ethnies. Le travail forcé, esclavage assoupli, n’est supprimé qu’en 1946 ; aussi voyons-nous avant cette date d’importants et réguliers mouvements migratoires. Si l’on se limite à l’ouest africain de la fin du XIXème siècle à 1920-1930, c’est le Gold Coast britannique (le Ghana actuel) qui est le principal bénéficiaire de ces flux. Ceci en raison du développement de l’agriculture dans les forêts ghanéennes, notamment la culture du cacao dont ce territoire sera en 1911-1912, le principal producteur avec 400 000 tonnes exportées. Samir Amin a calculé qu’en 1920 le littoral ghanéen compte 2,1 millions de personnes contre 800 000 au Sénégal et 1 million en Côte d’Ivoire. De 1920-1930 à nos jours, c’est au tour des colonies de l’A.O.F de connaître un développement agricole et forestier important : arachide (Séné-Gambie), cacao (Cote d’Ivoire), café (Cote d’ivoire), palmier à huile (Bénin)….
 
C’est la main d’œuvre voltaïque (principalement Messi) qui est déportée. Après 1946, le travail forcé supprimé, c’est pour éviter une pénurie de main d’œuvre que les employeurs créent le SIAMO (syndicat interprofessionnel pour l’acheminement gratuit de la main d’œuvre) qui recrutera en pays Messi et Senonfo…De telles migrations s’observent également en Afrique Australe où l’Afrique du Sud a recruté jusqu’à 80 % des prolétaires des mines dans les pays voisins (Botswana, Lesotha, Swaziland, Mozambique…) et ce depuis la fin du XIXème siècle. Il s’agissait d’une main d’œuvre moins qualifiée, moins revendicatrice (et pour partie temporaire), d’autre part cette diversité ethnique et les antagonismes anciens (cf : note en fin de chapitre) existant entre elles réduisaient les risques de conflits sociaux. Depuis 1972-73 la tendance à l’homogénéisation de ces prolétaires, mais aussi les guerres locales et la mécanisation ont amené un infléchissement de cette tendance.
 
La crise qui sévit aussi en Afrique conduit également les gouvernements africains à adopter des politiques, préconisées ou pratiquées en Europe, ségrégationnistes et d’expulsion des étrangers. Les rivalités ethniques (ou comme nous allons le voir, confessionnelles) prétextes commodes à de telles pratiques sont utilisées ou suscitées (ravivées). Ainsi le Nigéria récemment, le Gabon en 1978, mais aussi la Côte d’Ivoire et le Ghana ont expulsé des prolétaires qui, depuis des décennies le plus souvent, étaient installés à demeure ou séjournaient périodiquement. Ce sont les pays à forte rente agricole (Ghana et Côte d’Ivoire..), minière ou pétrolière (Gabon, Nigéria…) qui ont vécu ces phénomènes.
 

ARMEE TCHADIENNE III_3.jpg

Aux rivalités ethniques si souvent invoquées s’ajoutent les rivalités confessionnelles qui « marchent très fort » dans l’opinion depuis l’instauration d’une République Islamique à Téhéran et l’amplification du fondamentalisme lui aussi islamique. Les progrès de l’Islam en Afrique sont constants. Le phénomène islamique comme se plaisent à l’appeler les médias n’est pourtant pas récent. Nous avons vu que la pénétration de cette religion au Sud du sahel s’est amorcée voici plusieurs siècles, en revanche elle connaît ces dernières décennies une extension rapide. Ses adeptes sud-sahariens sont aujourd’hui au nombre de 120 millions et le succès de Mahomet doit beaucoup aux colonisateurs.
 
Durant la période précoloniale, les populations islamisées et surtout les élites des états existants ont opposé une résistance farouche. La soumission obtenue, ces élites perdirent de fait (et se virent retirer) tout pouvoir politique au profit, d’abord de l’appareil colonial européen, puis de nouvelles élites « aux ordres » recrutées dans les populations christianisées et formées le plus souvent par les « bons pères » (ou en Occident). Bon nombre des membres des couches dirigeantes des états néo-coloniaux étaient dans un premier temps chrétiens et issus du moule européen. Les appartenances religieuses ont souvent recoupé les appartenances ethniques et n’ont pas manqué de nourrir les antagonismes. Les velléités d’indépendance qui se sont faites jour dans différents états peuvent parfois s’analyser à la lumière des mouvements religieux.
 

armee-1024x705.jpg

L’ordre colonial, s’il a écarté du pouvoir les musulmans, a utilisé les circuits commerciaux qu’ils avaient créés. Développant des réseaux commerciaux gérés par ceux-ci, il a favorisé l’extension de leur religion et son implantation en différentes régions. Handicapés par leurs refus de l’école occidentale et distancés dans l’accès aux leviers de commandes politiques par des adeptes d’autres confessions, les musulmans détenaient un certain pouvoir économique. L’inféodation des élites occidentalisées aux anciens colonisateurs, le caractère « compradore » de leur gestion a fait des élites musulmans des candidats aux pouvoirs perçues plus nationalistes (et nationales). D’autant que les pays arabes ayant vocation d’impérialismes locaux (continentaux), Arabie Saoudite, Libye, mais aussi Egypte, assortissent leurs aides économiques (vécues bien souvent comme des aides désintéressées, ce qui masque en partie la caractère impérialiste ce ces états) de mesures culturelles (également en faveur de la langue arabe et de la religion), mosquées, centres culturels, universités islamiques, financements de programmes de radio, attribution de milliers de bourses à des étudiants africains qui de plus en plus sont accueillis dans les universités arabes. De fait l’islam s’impose de plus en plus comme ciment de couches sociales et de camarillas candidates au pouvoir. Ce ciment idéologique est perçu comme une vision du monde moderne et dynamique à l’image des pays où l’encadrement islamique déjà au pouvoir (Niger, mali, Nigéria) se montre ouvert sur l’extérieur, entreprenant et soucieux de « développement économique ». C’est la fonction intégratrice de l’Islam au capitalisme.
 
Pour autant nous n’avons pas fait le tour du « problème islamique » car cette religion fonctionne aussi comme levain de révoltes sociales millénaristes.
 

bandits-640x360.jpg

En effet, à contrario de ce qui est écrit ci-dessus (et ceci pour les mêmes raisons historiques mais en fonction des conditions locales spécifiques), dans certaines régions et auprès de couches populaires, les valeurs islamiques définissent un secteur de repli pour des populations exploitées et laissées pour compte. C’est le cas au Nigéria (exemple rêvé des deux fonctions de l’Islam) pour la « secte » (c’est ainsi que l’appelle péjorativement la presse) de Maitatsine, le « nouveau prophète », qui en décembre 1980 à Kano avait déclenché une première guerre sainte soulevant des milliers de paysans pauvres et d’étrangers immigrés clandestins. Cette « Jihad » avait pour but d’en découdre avec les nouveaux riches du pays, d’exterminer les corrompus…Elle s’est soldée par plus de 7 000 morts dus à l’intervention de l’armée. En 1984 à Yola, toujours au Nigéria, une nouvelle flambée de révoltes liées à la même secte a fait près de 1 000 morts, l’armée ayant bombardé les insurgés. Cette secte, mais on devrait plus justement dire ce mouvement millénariste (et pour les mêmes raisons historiques mais en fonction des conditions locales spécifiques), s’étend malgré une répression impitoyable dans tous les états du Nord et du Nord-est du Nigéria mais aussi au Cameroun, au Tchad et au Niger, et il ne s’agit pas là d’un phénomène isolé.
 
Nous avons essayé de comprendre historiquement et socialement les antagonismes ethniques et/ou religieux qui participent de la réalité africaine. Les éléments d’analyse avancés n’ont pas nécessairement de portée universelle ou continentale, ce qui est vrai dans tel pays ne l’est pas, ou en partie seulement dans tel autre.
 
Nonobstant on peut tirer quelques leçons de ce qui précède.
 
Les antagonismes entre ethnies préexistaient à la colonisation européenne et s’expliquent comme s’expliquent les conflits européens entre ennemis héréditaires anglais et français, français et allemands …c’est-à-dire économiquement, politiquement et donc socialement.
 
Les colonisateurs ont utilisés à des fins de gestion, d’administration et de pacification sociale (c’est-à-dire par une manipulation aliénante et mystificatrice) les situations qu’ils rencontraient et qui aussi parfois leur échappaient, rien n’étant complètement mécanique.
 
L’ère post-coloniale que nous vivons est l’héritière du passé colonial et pré-colonial, et la crise du mode de production capitaliste est comme partout réfractée en Afrique par les dispositions locales des rapports sociaux. Le « grand remplacement » est une suite et une forme de l’uniformisation de la planète.
 

EC6-C2BXkAEoUhU.jpg

NOTE
 
Les Zoulous condensent l’essentiel de certains peuples africains….
Zoulou a d’abord été le nom d’un chef, le deuxième d’une généalogie dont les commencements sont obscurs. Au début du XIXème siècle ce nom devient celui d’un peuple dont la présence au Natal est attestée dès les premiers récits de voyageurs. Par conséquent, contrairement à ce qu’affirment les historiens sud-africains, ce peuple dont le véritable nom est Ngunis (appartenant au groupe linguistique Danton) s’est établi dans le sud de l’Afrique avant l’arrivée des Boers au Cap en 1652 (d’après la traduction orale, son établissement daterait du XIIIème siècle) comme le disent les marins du Sao Bento naufragés au large du Natal en avril 1554 : « Le pays était densément peuplé et pourvu en bétail ». Les mêmes naufragés entrant en contact avec les Ngunis s’étonnent du refus de ceux-ci à participer à la traite négrière ; « Il serait impossible d’acheter le moindre esclave chez eux, car ils n’accepteraient pour rien au monde de se séparer de leurs enfants ou de n’importe quel parent : les liens de l’amour qu’ils se portent sont d’une force tout à fait remarquable » rapporte le capitaine S. Van Der Stell en 1688. Ceci explique sans doute la migration des Ngunis vers le sud fuyant la traite et peut être la structuration étatique qu’elle impliquait.
 

Nguni-Cattle-Zulu-Names-Joe-Marais-painting-crop.jpg

Taureau élevé chez les Ngunis.

Les Ngunis rejettent également toute forme de commerce et se bornent à échanger dans un rayon restreint des biens d’usage. D’autres européens décrivent ainsi les traditions d’accueil de ce peuple : « On n’a nul besoin, lorsqu’on se déplace, de s’inquiéter de ce qu’on va manger ou boire, car ils entretiennent dans chaque village une maison d’accueil pour les voyageurs, où ceux-ci ne sont pas seulement logés mais aussi nourris ». Les Ngunis sont un peuple d’éleveurs, l’élevage organisant la vie sociale.
C’est la possession d’un grand nombre de bovins qui consacre le lien social. La possession est lignagère et classique. La structure politique est très large, l’organisation sociale est constituée de petits villages groupant chacun un clan, l’unité villageoise compte de 500 à 4 000 personnes, quelques chefferies se sont constituées regroupant chacune quelques clans. En somme il s’agit d’une illustration de la thèse de Clastres : Une société contre l’Etat ! (Etant entendu que l’organisation sociale et l’idéologie qui la formule visent à pérenniser l’état des choses existant).
 
Toutefois, à la fin du XVIIIème siècle de graves conflits internes commencent à agiter la société Ngunis, produits par une crise dont la raison reste indéterminée. Il semble que se soient conjugué une croissance démographique entraînant une pression sur la terre et les migrations conquérantes des colons hollandais, limitant les ressources foncières des Ngunis.
 
Peur et nécessité vont favoriser l’émergence d’une nouvelle formation sociale : un état militaire. Une organisation très hiérarchisée et pyramidale est mise sur pied, les anciennes structures sont détruites (clans, coutumes, rites…interdictions des palabres).
 

guerrier-africain-de-zoulou-6035588.jpg

Cette structure de résistance à la pénétration coloniale vaudra quelques sujets passagers à Chaka, roi des Zoulous, qui sera finalement abattu par les siens et la nation Zoulou vaincue par les anglo-boers.
 
Il est important de mentionner que s’érigeant en état, la nation Zoulou devient à son tour conquérante et soumit les peuples alentours (Sotho, Swazi, Matabelé..) ou les expulsa de leurs territoires. Ceux-ci, mis en branle par cette formidable poussée, vont à leur tour ravager puis coloniser les territoires des états actuels du Lesotho, Botswana, Mozambique, Malawi, Swaziland….Les rivalités ethniques dans la région doivent beaucoup à cette période qualifiée de « Mfecane » (que l’on peut traduire par mouvements tumultueux de population) par les africains et que la mythologie coloniale consacra (récits d’atrocités etc…).
 
Confronté au colonialisme, un peuple sans état se dote de structures étatiques fondées sur l’émergence d’un sentiment national et devient à son tour conquérant. C’est la leçon essentielle que l’on peut tirer de cette histoire. Une leçon secondaire mais significative, c’est la comparaison établie par certains entre Chaka et Hitler : les adeptes de la démonologie historique ne pouvaient manquer de saisir l’occasion d’une nouvelle réduction et d’un nouveau travestissement de l’histoire.
 
Daniel Cosculluela.

samedi, 23 janvier 2021

L'importance stratégique de l'accord entre Israël et le Maroc

231264-01-08-1607619611_854800.jpg

L'importance stratégique de l'accord entre Israël et le Maroc

Par Marco D'Attoma

Ex: http://osservatorioglobalizzazione.it

2020 sera l'année qui restera historiquement dans les mémoires pour la pandémie du Covid-19, mais pour les études de la diplomatie internationale, ce sera sans doute une année fondamentale pour les développements au Moyen-Orient, en particulier dans les relations établies entre l'État d'Israël et le monde arabe. Les accords d'Abraham, signés le 15 septembre dernier pour normaliser les relations entre les Émirats arabes unis (EAU), Bahreïn et Israël, marquent un tournant historique dans le contexte du Moyen-Orient, au même titre que les accords de Camp David ou les accords d'Oslo. Cette stratégie diplomatique de l'État d'Israël a trouvé un parrain pertinent dans l'administration Trump, qui s'est révélée être le principal interlocuteur pour la paix entre le monde arabe et Israël. La dernière étape de cette politique d'apaisement a été l'accord entre Israël et le Maroc, la plus ancienne monarchie arabe.

L'approche de la présidence américaine est définie comme transnationale, car pour les Etats qui promeuvent les relations diplomatiques avec Israël, il y a une sorte d'avantage, par exemple pour les Emirats Arabes il y avait l'avantage de pouvoir acheter des avions militaires aux Etats-Unis. Pour le Maroc, cependant, l'avantage consiste en la reconnaissance par les États-Unis de la souveraineté du Maroc sur le Sahara occidental, un territoire peu connu au niveau international, qui selon les parties, pourrait être défini comme un État ou comme une province marocaine.

Cette concession américaine pourrait cependant raviver un conflit historique entre le Maroc et le Sahara occidental, qui a commencé en 1975 lorsque, suite aux accords de Madrid, le gouvernement franquiste a décidé de se retirer du Sahara espagnol (aujourd'hui Sahara occidental) et d'accorder la souveraineté territoriale sur ce territoire à la Mauritanie et au Maroc. Cependant, le contrôle du territoire en question appartenait au Front Polisario (Frente Popular de Liberación de Saguía el Hamra y Río de Oro), une organisation politique qui s'est opposée à la partition du Sahara espagnol entre la Mauritanie et le Maroc, déclarant la guerre sur les deux fronts pour prendre le contrôle du territoire. La Mauritanie s'est presque immédiatement retirée du conflit, tandis qu'avec le Maroc un conflit a été amorcé qui sera gelé en 1991 grâce à une résolution des Nations unies qui établira un cessez-le-feu, mais sans résoudre définitivement la question. Le Front Polisario ne contrôle actuellement que 20 % du territoire du Sahara occidental, alors que le Maroc considère ce territoire comme une province du Royaume. Au niveau international, le Sahara occidental a un statut d'observateur aux Nations unies et est classé comme territoire non autonome, tandis qu'au sein de l'Union africaine, il est compté parmi les États membres.

sahara-occ-map.gif

La résolution du Conseil de sécurité de 1991, en plus d'établir un cessez-le-feu, a promis au Front Polisario de soutenir la tenue d’un référendum sur l'autodétermination, processus prévu par la Charte des Nations unies, et ce vote serait contrôlé par les Nations unies et l'Union africaine.

Depuis 1991, cependant, les choses n'ont pas changé, la situation s'est même à nouveau détériorée. Ces dernières années, le gouvernement marocain a essayé d'entraver de toutes les manières possibles un référendum, et a également essayé de repeupler sa partie du Sahara occidental en accordant des avantages économiques et des incitations fiscales à ceux qui s’y installaient, afin d'influencer un éventuel vote. Ces derniers mois, les affrontements ont officiellement repris en raison de l'entrée de l'armée marocaine dans la zone démilitarisée. L'armée marocaine était intervenue parce que des manifestants sahraouis bloquaient une route très importante pour le commerce vers l'Afrique subsaharienne, une région vers laquelle de nombreuses marchandises marocaines sont exportées. Le territoire sous contrôle du Maroc est le plus prospère au niveau économique car il est riche en ressources et en gisements, tandis que le territoire sous contrôle du Front Polisario est un territoire aride mais, en même temps, important car il représente pour le Maroc la porte d'entrée du commerce vers l'Afrique occidentale et subsaharienne, riche en phosphates et important pour l'abondance de poissons dans ses eaux.

42517186464_963dfe2dbb_o.jpg

51763557-39658001.jpg

Pour diviser les deux territoires, il existe une muraille fortifiée, mais pas n'importe laquelle car c'est la plus longue du monde (si l'on exclut la muraille de Chine), longue d'environ 2700 kilomètres, avec des fortifications, des bunkers et des mines au sol. Ce n'est pas pour rien qu'on l'appelle "Le Mur de la Honte".

La décision de Trump de reconnaître la souveraineté marocaine sur l'ensemble du Sahara occidental a certainement beaucoup contribué à raviver la volonté du gouvernement marocain de prendre le contrôle de l'ensemble du territoire.

Si les actions de Trump ont temporairement apporté un climat de paix au Moyen-Orient, il n'en va pas de même pour le Sahara occidental. Le mur, les droits de l'homme bafoués et les relations avec les États-Unis et Israël ne peuvent que faire penser à un lien entre le peuple sahraoui et le peuple palestinien.

1605384904782-e1605797391992.jpg

lundi, 18 janvier 2021

La politique russe en Libye

1545308159_maxresdefault-2.jpg

La politique russe en Libye

Une étude de Can Acun (revue de presse: TRT en français – 16/1/21)*

Ex: http://www.france-irak-actualite.com

Si la Libye est un pays important par sa position géopolitique dans le contexte de l'Afrique du Nord, de la Méditerranée orientale et de l'Europe du Sud, c'est aussi un pays très riche en ressources énergétiques. Dans ce contexte, les puissances régionales et mondiales cherchent à être efficaces dans la lutte pour le pouvoir en cours dans le pays et à avoir leur mot à dire dans la construction de l'avenir de la Libye. La Russie vient en tête de ces pays.

Avant le renversement de Kadhafi en 2011, la Libye a suivi une politique indépendante de Moscou bien qu’elle soit un pays socialiste. Malgré cela, les relations entre la Libye et la Russie incluaient une coopération militaire et économique très profonde. Cependant, après la dissolution de l'Union soviétique, cette coopération a pris fin avec notamment le soutien politique de Moscou aux sanctions internationales imposées à la Libye. Cependant, la Russie, qui a commencé à se renforcer sous Poutine, a rétabli ses relations avec la Libye en revenant sur la scène politique mondiale.

Elle a commencé à être efficace en Libye en concluant des accords importants sur les armes et l'énergie jusqu'à la révolution et l'intervention étrangère qui ont commencé dans le pays avec l’impact du printemps arabe. Lorsque l'intervention dirigée par l'OTAN a renversé Kadhafi, la Russie a été mise à l'écart en Libye. Alors que la Russie a longtemps été indifférente aux conflits internes en Libye, elle a finalement recommencé à devenir active en 2017 en profitant du vide de pouvoir dans le pays.

photo_427719-1.jpg

En se rapprochant du général insurgé Haftar, elle a gagné en influence notamment dans l'est du pays en déployant ses forces militaires mercenaires comme Wagner et a préféré parvenir à un compromis avec des pays comme les Emirats Arabes Unis (EAU). Aujourd'hui, la politique russe en Libye vise à amener officiellement le Gouvernement d’entente nationale (GNA) et l'Armée nationale libyenne (ANL) à la table des négociations. Essayant d'assumer le rôle d ‘ « arbitre neutre », Moscou se présente comme le défenseur d'une solution politique à la crise. Cependant, la situation sur le terrain montre le contraire.

Moscou est connue pour fournir un soutien non seulement politique mais aussi militaire à l'armée de Haftar. Les armes russes sont souvent retrouvées entre les mains des combattants de l’ANL et des mercenaires sont présents dans les zones de conflit. Cependant, le Kremlin continue de nier la présence de mercenaires et la vente d'armes.

Ces dernières années, Moscou a tendance à appliquer des « méthodes non traditionnelles » comme les mercenaires et le Groupe de contact dans sa politique en Libye. Dans ce contexte, le cours de la politique étrangère de la Russie en Libye est marqué par le président de la République tchétchène, Ramazan Kadirov, qui joue le rôle de représentant de la Russie au Moyen-Orient. En outre, Ramazan Kadirov et ses conseillers Adam Delimkhanov et Lev Dengov, forment le Groupe de contact russe pour la Libye, créé en 2015.

Par conséquent, la Russie a été efficace sur le terrain en profitant du vide de pouvoir en Libye, elle a commencé à soutenir militairement Haftar et amélioré ses relations avec la famille Kadhafi, en particulier avec Saïf al-Islam. En s'engageant avec des pays comme les Émirats arabes unis et l'Égypte, elle a placé Wagner en Libye et acquis une influence significative, en particulier à l'est. À l’heure actuelle, elle souhaite principalement garder son influence pertinente.

000_1WO70B.jpg

L'un des objectifs de la Russie en Libye est d'essayer de devenir un acteur efficace sur le marché énergétique méditerranéen en créant une atmosphère politique appropriée pour ouvrir des espaces aux entreprises énergétiques russes telles que « Rosneft », « Tatneft » et « Gazprom ». En outre, la participation de Moscou à la lutte pour le pouvoir en Libye est déterminée par son désir d’obtenir certains gains politiques qui stabiliseront sa présence dans le pays.

En outre, Moscou vise à étendre sa présence sur le continent africain, en particulier dans la région de la Méditerranée orientale. Ainsi, la Libye, qui est riche en énergie et qui possède le plus long littoral méditerranéen de la « région », a gagné une place dans l'agenda de politique étrangère russe. Malgré son importance économique, la résolution du conflit libyen n'est pas l'un des problèmes les plus vitaux pour Moscou. Malgré cela, la Russie entend montrer son influence auprès d'autres acteurs régionaux en s’impliquant dans la crise libyenne.

Can Acun est chercheur sur la politique de la Russie en Libye à la Fondation des études politiques, économiques et sociales (SETA), un think tank proche de l'AKP.

*Source : TRT en français

mercredi, 23 décembre 2020

Le Sahara occidental est extrêmement important pour la cause anti-impérialiste

carteconflit-copie6.jpg

Le Sahara occidental est extrêmement important pour la cause anti-impérialiste

Andrew Korybko

Ex : https://www.geopolitica.ru

La plupart des gens n'ont jamais entendu parler du Sahara occidental jusqu'à ce que Trump reconnaisse unilatéralement les revendications du Maroc sur cette région contestée du Maghreb, début décembre 2020, en échange de l'acceptation d'un accord de paix avec "Israël". En réalité la question du Sahara occidental est extrêmement importante pour la cause anti-impérialiste car sa position est similaire à celle de la Palestine et du Cachemire aux yeux du droit international.

polisario-onu.jpg

La reconnaissance unilatérale par Trump des revendications du Maroc sur cette région contestée du Maghreb qu’est le Sahara occidental en échange de la formalisation par Rabat de ses liens anciens et pas si secrets avec Tel-Aviv a pris par surprise de nombreux observateurs peu familiers avec ce conflit non résolu. La Palestine et le Cachemire occupent une place beaucoup plus importante dans le monde en raison de l'implication de puissances nucléaires et des efforts de certains pour se concentrer davantage sur l'angle interreligieux de ces conflits que sur leurs origines juridiques internationales. Le Sahara occidental ne répond à aucun de ces deux critères "passionnants", et a donc été largement oublié dans le vaste monde depuis que la question est apparue pour la première fois dans la politique internationale au milieu des années 1970.

Le processus de "décolonisation" dans l'Espagne de Franco a vu le pays caudilliste refuser d'accorder l'indépendance au Sahara occidental, le divisant plutôt entre le Maroc et la Mauritanie voisins contre la volonté du peuple sahraoui indigène représenté par le Front Polisario. Ce groupe a à son tour proclamé la République arabe sahraouie démocratique avec le soutien de l'Algérie voisine, qui entretient une rivalité historique avec le Maroc et a également sympathisé avec des causes socialistes comme celle des Sahraouis durant l'ancienne guerre froide. La Mauritanie a fini par abandonner ses revendications sur la région contestée et, après plus d'une décennie de lutte, le Maroc et le Sahara occidental ont conclu en 1991 un accord soutenu par l'ONU pour organiser un référendum sur le statut politique de la région.

EPCgbGnW4AAhDmN.png

Le vote n'a jamais eu lieu car les deux parties impliquées dans le conflit n'ont pas pu se mettre d'accord sur qui pouvait voter, le principal problème étant l'insistance du Maroc à laisser les colons marocains participer au scrutin. Le Sahara occidental a été divisé de facto par « un mur de sable » que l'armée d'occupation marocaine a construit pour consolider son contrôle sur environ 80 % du territoire. Avec la reconnaissance unilatérale par Trump de la revendication de Rabat sur l'ensemble de la région (qui pourrait éventuellement être suivie par d'autres comme "Israël"), ainsi que la décision ultérieure de son gouvernement d'aller de l'avant avec un accord sur les armes d'un milliard de dollars, il est extrêmement peu probable que la fin, le mois dernier, du cessez-le-feu, qui a duré 29 ans, se traduise par des progrès sérieux pour le Front Polisario.

La Russie a dénoncé la décision politique américaine comme illégale au regard du droit international, ce qui est tout à fait exact, mais cela ne devrait avoir aucun effet tangible sur la modification de la dynamique du conflit. Seule l'Algérie pourrait avoir un impact potentiel, mais ses problèmes politiques internes permanents depuis presque deux ans l'ont forcée à se replier soudainement sur elle-même au lieu de poursuivre sa politique traditionnelle consistant à se présenter comme un leader régional. En outre, le projet d'accord sur les armes avec les États-Unis pourrait en fin de compte modifier de manière décisive l'équilibre régional des puissances, en particulier si "Israël" s'implique également, ou du moins déclencher une nouvelle course aux armements entre le Maroc et l'Algérie, cette dernière se tournant vers la Russie et la Chine pour obtenir un soutien militaire plus important en réponse.

Au milieu de tout cela, les anti-impérialistes ne devraient jamais oublier l'importance juridique internationale de la cause du Sahara occidental. Quoi que l'on pense de la légitimité des revendications de l'une ou l'autre des parties impliquées dans ce conflit, il s'agit néanmoins d'un différend reconnu par le Conseil de sécurité des Nations unies qui est censé être résolu par un référendum. Le précédent de l'abandon unilatéral par les États-Unis de leurs obligations juridiques internationales est inquiétant et peut-être aussi déstabilisant, bien qu'ils le fassent manifestement pour leurs propres intérêts nationaux tels qu'ils les comprennent subjectivement. Le problème, cependant, est que cela pourrait encourager d'autres demandeurs sur différents territoires contestés reconnus par le Conseil de sécurité des Nations unies dans le monde entier à doubler leurs positions maximalistes, rendant ainsi beaucoup plus difficile la résolution de ces questions.

Sahara-occidental-enjeux-éconimiques.gif

Un autre point important est que le droit international existe non seulement pour des raisons "morales", comme le prétendent ses partisans les plus passionnés (puisqu'il est manifestement imparfait), mais aussi pour des raisons pratiques liées à la nécessité de disposer de moyens prévisibles pour résoudre les différends internationaux afin d'éviter une escalade involontaire qui pourrait rapidement évoluer vers des conflits plus vastes et plus incontrôlables. Les revendications maximalistes unilatérales d'une partie sont problématiques, mais sont encore aggravées lorsqu'elles sont soutenues par des acteurs extérieurs intéressés qui peuvent également avoir une arrière-pensée pour diviser et gouverner la région en question, comme le font clairement les États-Unis au Maghreb, au Moyen-Orient et en Asie du Sud en ce qui concerne le Sahara occidental, la Palestine et le Cachemire.

La cause du Sahara occidental est donc inextricablement liée à la cause de la Palestine et du Cachemire aux yeux du droit international, c'est pourquoi les partisans de ces deux causes doivent être solidaires de leurs homologues sahraouis. La question ne peut être légalement résolue que par un référendum selon les critères définis par le Conseil de sécurité des Nations unies, indépendamment des opinions personnelles que l’on pourrait avoir sur le conflit, mais comme cela ne s'est pas encore produit et pourrait bien ne jamais se produire, après que le soutien diplomatique et militaire combiné de Trump aux revendications du Maroc, n'ait pas incité Rabat à se conformer aux règles, les observateurs ne peuvent s'empêcher d'être inquiets. La seule façon de rester cohérent avec le soutien à la Palestine et au Cachemire est de soutenir le droit à un référendum reconnu par le Conseil de sécurité de l'ONU au Sahara occidental.

Traduit en espagnol pour Geopolitica.ru

Source originale : http://oneworld.press/

 

samedi, 05 décembre 2020

Les troubles dans la Corne de l'Afrique

5fb90b3350001.jpg

Les troubles dans la Corne de l'Afrique

Leonid Savin

Ex: https://www.geopolitica.ru

La Corne de l'Afrique, en elle-même, présente un intérêt particulièrement important pour de nombreux pays qui se perçoivent comme une entité géopolitique, car la situation géographique de cette partie de l’Afrique lui permet de contrôler la connexion entre la mer Rouge (et donc le canal de Suez) et l'océan Indien, où passe un grand nombre de navires. Djibouti accueille des bases militaires françaises, italiennes, américaines et même chinoises. De l'autre côté du détroit se trouve le Yémen, où le conflit militaire se poursuit, dans lequel l'Arabie Saoudite et ses partenaires interviennent.

Des signes évidents de déstabilisation ont été observés récemment dans deux pays de la région, la Somalie et l'Ethiopie.

La semaine dernière, on a révélé la mort d'un officier de la CIA en Somalie. Il s'agissait d'un agent de la Division spéciale et d'un ancien membre du Corps des Marines. Cet événement a été interprété comme quelque chose d'extraordinaire, puisque dans ce pays d'Afrique de l'Est il y a un grand nombre de militaires américains - plus de 700 soldats. Certains d'entre eux sont en mission anti-terroriste.

La Somalie reste l'un des pays les plus dangereux au monde. Bien que la Somalie soit officiellement une fédération, comme le stipule la constitution provisoire du pays, la confrontation inter-clanique et interethnique y demeure permanente, à laquelle s'ajoutent les activités de groupes criminels et terroristes. Il y a une dizaine d'années, les pirates somaliens étaient connus pour détourner les navires passant près des côtes et pour exiger des rançons en échange de la liberté des marins et des cargaisons saisies. Ce problème a été partiellement résolu grâce aux opérations militaires lancées par divers États, mais il n'a pas complètement disparu. Un autre problème est l'activité du groupe terroriste Al-Shabab qui est associé à Al-Qaïda. Fin novembre, des responsables d'al-Shabab ont tué un groupe de soldats somaliens entraînés par l'armée américaine.

infographie-carte-ethiopie-tigre-tensions_6281966.jpg

Un rapport sur la lutte contre le terrorisme dans la région, préparé pour le Congrès américain, indique que d'ici 2021, les forces de sécurité somaliennes locales seront en mesure de faire face aux menaces par leurs propres moyens. Apparemment, c'est ce qui a motivé la décision de retirer les troupes américaines de Somalie. Et Donald Trump a donné les instructions appropriées. Cependant, cela a suscité des critiques de la part des politiciens et de la communauté des analystes américains qui ont affirmé que si les troupes américaines étaient retirées, le pays plongerait sûrement dans une guerre civile. Tous les clans ne soutiennent pas le gouvernement fédéral de ce pays, de sorte que même si des bases spéciales de l’Africom restent implantées dans la région (on suppose que les opérations contre al-Shabab se poursuivront avec l'aide de drones de combat lancés depuis le Kenya et Djibouti), un conflit interne pour le pouvoir pourrait commencer.

Des élections parlementaires doivent se tenir en décembre en Somalie et des élections présidentielles doivent avoir lieu en février. C'est une autre source d'inquiétude, car de nombreux hommes politiques et chefs de clan ne veulent pas que le chef du pays en exercice, Mohammed Abdullahi Mohammed, conserve son poste. Il a également l'intention de se présenter à nouveau aux élections. Il est également intéressant de noter qu'il est soutenu par le Qatar - le principal sponsor des Frères musulmans.

Si Djibouti peut atteindre un degré de sécurité relatif grâce à la présence de bases militaires étrangères, la situation en Ethiopie voisine reste critique.

Après le déclenchement du conflit avec le Front de libération nationale du Tigré, les forces gouvernementales ont capturé l'une des principales villes de la province d'Adigrat le 20 novembre, tuant des centaines d'habitants et en faisant fuir des dizaines de milliers vers le Soudan voisin.

Le 24 novembre, la Commission éthiopienne des droits de l'homme a déclaré que plus de 600 personnes avaient été tuées à Mai Kadra, une autre ville de la province du Tigré. Un nettoyage ethnique y a été effectué avec le soutien de la police locale. Malgré les appels des Nations unies et de l'Union africaine à mettre fin à l'effusion de sang, le Premier ministre Al-Ahmed a refusé d'arrêter l'opération militaire et d'entamer des négociations.

35-eau-2019.jpg

Ce qui se passe peut également affecter l'économie du pays, notamment les activités des investisseurs extérieurs comme les EAU. Les Émirats financent 92 projets dans une grande variété de secteurs en Éthiopie. En outre, 50.000 travailleurs migrants originaires d'Éthiopie se trouvent aux Émirats Arabes Unis dans le cadre du programme de réduction du chômage. En outre, il est prouvé que les Émirats aident à combattre les rebelles en utilisant la base militaire d'Assab en Érythrée.

Un autre facteur de déstabilisation est la construction d'un grand barrage en Éthiopie, qui est appelé le « projet du siècle ». Il s'agit d'un grave défi à l'Égypte et au Soudan, car sa mise en oeuvre affectera le niveau de l'eau du Nil, qui est directement lié aux activités agricoles de ces deux pays.

Le déclenchement de la guerre civile peut servir de prétexte à une intervention en Éthiopie. Il est à noter que les représentants de l'Égypte ont déjà discuté de cette possibilité avec les représentants de l'Érythrée. Jusqu'à présent, le Caire utilise la pression diplomatique pour obtenir le soutien de la Zambie et de la Namibie dans la question de la construction de ce barrage. Le Soudan, pour sa part, a boycotté les dernières négociations qui ont eu lieu le 21 novembre.

En même temps, il faut noter le partenariat entre les EAU et l'Egypte sur un certain nombre de problèmes régionaux, notamment la lutte contre l'expansion de la Turquie et la lutte contre l'organisation des Frères musulmans (interdite dans la Fédération de Russie). Il n'est pas encore clair comment des points de vue différents sur le conflit éthiopien et la construction du barrage pourraient affecter la coopération des deux pays. Mais il existe un potentiel de refroidissement de la relation.

Ces facteurs indiquent que l'instabilité chronique dans la région, qui repose en partie sur des conflits historiques, pourrait dégénérer en un chaos non maîtrisable. Cela nécessitera non seulement la présence de troupes étrangères (pays de l'Union africaine, contingent arabe, probablement les États-Unis ou l'OTAN), présentées comme contingent de maintien de la paix, mais aussi la résolution d'un certain nombre de tâches humanitaires.

D'autre part, il existe également un potentiel de coopération. L'ancien président de la Somalie rappelle dans un article qu'en 1977, l'Ethiopie et la Somalie avaient entamé une guerre pour le contrôle de la région de l'Ogaden. À cette époque, Fidel Castro a proposé aux dirigeants soviétiques un plan pour établir la paix dans la région - la création d'une confédération de l'Éthiopie, de la Somalie, du Yémen du Sud et, dans une étape ultérieure, de Djibouti (à l'époque, c'était une colonie française). La solution de ce problème conduirait à l'établissement d'un contrôle sur la mer Rouge et, par conséquent, sur le canal de Suez, ainsi qu'à la valorisation du potentiel économique de la région. Ces plans ne se sont pas réalisés, notamment parce que le chef militaire de la Somalie, Siad Barre, a rejeté cette proposition et a préféré un conflit avec l'Éthiopie. Cependant, l'idée d'une intégration régionale continue de vivre aujourd'hui. En 2018, les dirigeants éthiopiens ont entamé un rapprochement avec la Somalie et l'Érythrée en signant un accord tripartite qui, selon le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed, pourrait être le prélude à une intégration politique. Il est probable que certaines forces ne soient pas intéressées par ce processus, c'est pourquoi on a vu émerger des processus de déstabilisation et des frictions.

Source : Oriental Review