Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 29 avril 2021

Groenland : un aperçu historico-politique après les élections

WEyXlGqEKvhLAiObSnEXn0Dl5pI.png

Groenland : un aperçu historico-politique après les élections

Par Enric Ravello Barber

Ex : https://www.enricravellobarber.eu/

Les élections du 6 avril dernier ont donné une large victoire à la gauche éco-indépendantiste inuit (esquimaude), le parti ‘’Inuit Ataqatiglit’’ (IA, ‘’Communauté du peuple’’ en inuit) a réalisé 36,6 %, dépassant largement les 25,5 % obtenus en 2018 et redevenant le premier parti de l'île au détriment des sociaux-démocrates indépendantistes de ‘’Siumut’’ (‘’En avant’’ en inuit). IA et Siumut ont alterné au pouvoir depuis 2005, soit en coalition, soit l'un d'entre eux avec une représentation majoritaire. Le leader de l’IA, Mute Egede, deviendra le prochain premier ministre de l'île, bien que pour former un gouvernement, il aura besoin du soutien d'au moins quatre députés qui avec ses 2,4% ont réalisé le du parti indépendantiste centriste Naleraq (‘’Descendants de notre terre’’ en inuit), qui a obtenu 2,4%. Le parti Naleraq converge idéologiquement avec l’IA surtout sur l’enjeu principal de cette campagne électorale: l'opposition au projet d'exploitation des gisements de terres rares et d'uranium à Kvanefjeld, qui sont aux mains d'une société australienne, derrière laquelle se cache la Chine.

Pourquoi le Groenland est-il danois ?

Le Groenland fait géographiquement partie du continent américain ; il faut noter que la division entre l'Europe et l'Amérique dans l'Atlantique Nord passe par la partie occidentale du territoire d'une autre île proche, l'Islande. Comme le reste des régions arctiques de l'Amérique du Nord, elle a été peuplée à partir du 3e millénaire avant J.-C.au moins par une population qui donnera naissance à la culture dite de Dorset.

Greenland.jpg

Erik Thorvaldsson, plus connu sous le nom d'Erik le Rouge - un Viking norvégien qui s'était réfugié en Islande - a été le premier Européen à arriver au Groenland en 982. Après lui, plusieurs familles de Vikings norvégiens établies en Islande sont arrivées sur les côtes du Groenland à partir de cette date, où elles ont construit des colonies dans le sud et l'ouest de l'île.

Erik le Rouge a appelé l'île ‘’Gron (vert) Land (terre)’’ pour la rendre attrayante aux Vikings arrivés dans les décennies suivantes, qui ont exploité la région en y élevant du bétail. Les Scandinaves ont pris le contrôle de l'île et celle-ci faisait partie de la couronne norvégienne en 1261.

Le changement climatique en Europe et dans l'Atlantique Nord, qui a débuté au 16ème siècle et est connu sous le nom de "petit âge glaciaire", a entraîné un changement brutal des conditions géo-économiques. Les colons scandinaves ont été doublement affectés par ce changement: d'une part, leur système économique productif était incompatible avec le froid extrême et, d'autre part, la route vers l'Islande et la Norvège, vitale pour leur survie, était coupée. Un autre facteur cruellement décisif a été l'arrivée sur l'île des peuples inuits - les Esquimaux d'aujourd'hui - venus de Sibérie, qui ont exterminé les Dorsétiens dans le nord de l'actuel Canada, d'où ils ont abordé le Groenland, poursuivant leur politique de conquête contre les Dorsétiens - qui ont en fait disparu de l'histoire pour toujours. Cette conquête et extermination de la population locale visait également les colons norvégiens, déjà en phase d'affaiblissement et d'isolement. En d'autres termes, les Inuits ne sont pas la population originelle du Groenland, mais la troisième et dernière à y être arrivée et ont été, de ce fait, les protagonistes de l'extermination des deux peuples précédemment installés: les Dorsétiens et les colons européens; un fait important à souligner en ces temps où l’on évoque des pardons et de la culpabilité en référence à l’histoire.

En 1721, le navigateur norvégien Hans Egede s'est rendu au Groenland, avec l'idée de vérifier s'il y avait des descendants de la colonisation scandinave médiévale ; il a découvert qu'il n'y avait plus aucune trace de cette population. Il a alors décidé de christianiser la population locale et, après lui, des familles norvégiennes et danoises se sont installées sur l'île, qui fit alors partie d'un seul royaume scandinave (dano-norvégien). En 1814, après la séparation en deux du Royaume du Danemark-Norvège, le Groenland est devenu une colonie danoise. Des années plus tard, en 1953, elle a cessé d'être sous statut colonial et est devenue un territoire danois, ce qui lui a conféré un statut d'autonomie en 1979, qui a été prorogé en 2008 après avoir été approuvé par référendum, tout en restant entre les mains du gouvernement danois, qui continue de contrôler la défense et la gestion de la politique étrangère et dont les subventions sont vitales pour l'économie de l'île.

Le Groenland au carrefour du nouvel espace nord-polaire

Le résultat des élections paralysera - pour l'instant - l'extraction de l'uranium et des terres rares, deux minerais essentiels pour la fabrication des téléphones portables, des véhicules électriques et des armes de nouvelle génération, minerais dont la Chine est le principal producteur mais qui veut prendre le contrôle du marché mondial de manière quasi monopolistique. Mais Kvanefjeld n'est pas le seul gisement aux mains des Chinois. La Chine exploite également plusieurs autres gisements au Groenland. Les géologues chinois ont identifié où se trouvent les "ressources supérieures", précisément celles "dont la Chine a un besoin urgent". En fait, les banques chinoises participent au financement d'une grande mine de zinc dans le fjord Citronen, sur la côte nord de l'île, afin de renforcer la stratégie chinoise d'obtention de minéraux arctiques.

groenland-article-tt-width-978-height-383-crop-1-bgcolor-ffffff.jpg

Le Groenland est devenu un point stratégique et géopolitique d'importance vitale, un point d'affrontement entre les trois principales grandes puissances de notre temps: la Chine, les États-Unis et la Russie, qui y voient un élément crucial pour la domination d'un nouvel espace-clé: l'Arctique, qui le deviendra de plus en plus à mesure que le dégel progressera et que la voie de communication arctique s'ouvrira. Un nouvel espace destiné à être le théâtre de batailles féroces entre les trois principaux acteurs mondiaux.

Les États-Unis, qui depuis le début du siècle dernier considèrent comme une anomalie qu'un territoire géographiquement américain soit aux mains d’Européens, territoire, qui plus est, est crucial pour leurs intérêts militaires et stratégiques. Washington possède des bases militaires sur l'île. Rappelons qu'en 2019, Donald Trump a fait une offre d'achat qui a été rejetée par le gouvernement danois; il n'était pas le premier président américain à tenter d'acheter l'île à Copenhague.

La Chine qui, en plus de son intérêt militaire et minéral, conçoit la route arctique comme la variante septentrionale - la route de la soie arctique - qui complète sa nouvelle route de la soie terrestre à travers le cœur de l'Eurasie.

La Russie, qui a déjà entamé sa stratégie arctique à l'époque soviétique, ne se laissera pas distancer dans la course au contrôle de cet océan glacial du Grand Nord. Bien que l'île soit sous souveraineté danoise, l'Europe démontre une fois de plus son inexistence en tant qu'acteur politique dans le monde multipolaire du 21ème siècle.

La question qui se pose après ces élections est la suivante: 56 000 Groenlandais pourront-ils vraiment s'opposer aux grandes dynamiques géopolitiques de cette nouvelle époque des grands espaces?

Écrire un commentaire