Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 06 juin 2021

Réflexions sur le choc Maroc/Espagne

37a534f_PDH613_EUROPE-MIGRANTS-SPAIN-CEUTA_0726_11.JPG

Réflexions sur le choc Maroc/Espagne

Par Jordi GARRIGA

Ex: https://metainfos.com

Avec le Maroc, il est très facile de faire une comparaison avec Israël. En fait, la question de Gaza et de sa comparaison possible avec le Sahara ou Ceuta est quelque chose que nous pouvons faire. En d’autres termes, les Israéliens, les Américains, veulent se laver les mains, avoir les « mains propres », c’est pourquoi ils ont finalement fait reconnaître au Maroc l’État d’Israël. Avec ce soutien, le Maroc sait qu’il peut, sinon réussir, commencer à faire des tentatives, à faire des expériences, à tester la résistance espagnole sur ses places nord-africaines.

En effet, on peut supposer que le Maroc ne s’arrêtera pas là, le Maroc a complètement contourné le droit international, tout comme Israël le fait, tout comme le font les États-Unis, et comme aujourd’hui la plupart des puissances souveraines dans le monde. Parce que le gros problème avec l’Espagne est qu’elle n’a en réalité pas ou plus de souveraineté.

Des documents, des résolutions, tout ce que vous voulez peut nous être présenté, mais l’Espagne est une entité qui n’est pas souveraine, ni politiquement ni économiquement.

Lorsque l’Espagne est entrée dans la Communauté économique européenne (aujourd’hui l’UE) en 1986, l’Espagne a elle-aussi, à ce moment là, été contrainte de reconnaître l’État d’Israël, faisant ainsi exploser la politique traditionnelle espagnole d’amitié avec les pays arabes.

Le fait est que la situation va très bien pour le « sultan » du Maroc: d’une part, il utilise son peuple à volonté en le jetant contre l’Espagne. C’est un moyen traditionnel en politique que de solutionner ses problèmes internes, en particulier dans le cas du Maroc ceux du Nord du pays en les projetant à l’extérieur, et en blâmant l’Espagne de tous les maux.

Il existe pourtant de nombreux liens économiques entre les deux pays, donc si un boycott est proclamé, les coupables seront en premier les Espagnols car, dans tous les cas, à Casablanca, tout ce qui détériorera la situation économique marocaine sera forcément la faute du voisin pervers du nord.

Et c’est qu’en Espagne, cette question est vécue aussi de manière compliquée, car nous avons comme en France un grave problème d’identité nationale et il ne faut pas s’attendre à ce que de nombreux citoyens soient prêts à défendre l’ « espagnolité » de Ceuta et Melilla.

En ce sens que depuis de nombreuses années, l’idée s’est répandue qu’il vaut peut-être mieux «rendre» ces villes au Maroc.

Le problème est que ces îlots ne peuvent être renvoyés à leur propriétaire, à un État, par exemple le Marocain car ils n’ont en réalité jamais fait partie du Maroc: Ceuta était portugaise en 1415 et espagnole en 1580 jusqu’à aujourd’hui présent. Melilla depuis 1556. Le Maroc n’existe que depuis 1956.

Mais … cette propagande constante pendant plus de 40 ans après l’abandon du Sahara occidental, trahi par l’ancien roi Bourbon en 1975, a fait des ravages. Bien que la position doit être ferme: nous n’avons rien à rendre, car ce sont deux villes espagnoles, point final.

Le problème, qui le relie avec Israël cité plus-haut, c’est que le Maroc est l’autre grand porte-avions yankee qui surveille l’accès de l’Europe de l’Ouest à la Méditerranée: contrôle de l’Afrique du Nord, contrôle de l’Europe, contrôle du Moyen-Orient … Et cette situation va perdurer tant que l’Europe continuera d’être la partie orientale de l’Empire mondialiste incarné par les États-Unis, tant que l’Espagne, comme les autres pays européens, est totalement dépendante de la géopolitique de la soumission atlantiste, soumise à l’obligation de rejoindre le bloc mondialiste, « occidental » quel qu’il soit.

À l’heure actuelle, l’Europe et encore moins l’Espagne ou la France à eux seuls n’ont assez de pouvoir pour créer leur propre bloc pour affronter le Maroc et ses parrains yankee-sionistes puisque l’Europe contre ses intérêts à choisi une politique anti-eurasienne, anti-russe.

Pour l’Espagne, les alternatives sont compliquées: elle est déjà intégrée dans une Europe, l’UE, mais on sait déjà à quel point cette organisation est dans la dépendance complète et incapable de défendre un quelconque de ses intérêts.

Depuis longtemps, l’Espagne et le Maroc vivent dans une tension constante. Dans quelle mesure cette tension va-t-elle se poursuivre et jusqu’à quand les tentatives d’invasion, les provocations continueront-elles?  Jusqu’au réveil du peuple hispanique ?…  Jusqu’au sursaut européen final ? C’est très difficile de savoir. Mais il est clair que pendant de nombreuses années, cela posera aux Espagnols, de nombreux problèmes et de multiples ricochets à nos voisins européens les plus proches : les marocains ne font pour la moitié d’entre eux que traverser l’Espagne pour rejoindre Paris.

Ce qui vient de se passer n’est en tout cas qu’un épisode de plus dans le drame d’une Europe assiégée de l’intérieur comme de l’extérieur.

Écrire un commentaire