Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 19 juin 2021

Les Verts ont-ils atteint le sommet trop tôt en Allemagne ?

4-format530.jpg

Les Verts ont-ils atteint le sommet trop tôt en Allemagne ?

Par Tom Luongo

Source Gold Goats ‘n Guns

Au cours de l’année écoulée, le parti des Verts a vu sa popularité grimper en flèche, profitant, d’après ce que j’ai pu comprendre, d’une sorte de vague anti-gouvernementale venant de la gauche grâce à la mauvaise gestion continuelle du programme de vaccination COVID par Angela Merkel et à l’épuisement dû à de multiples séries de confinements.

Les manifestations à travers l’Allemagne, peu relayées par les médias, ont proliféré et la montée des Verts peut être considérée comme une sorte de simple vote de protestation contre le gouvernement actuel, une autre des grandes coalitions de Merkel entre son Union chrétienne-démocrate (CDU) de centre-droit et les sociaux-démocrates (SPD).

Le SPD a perdu un soutien considérable au cours du mandat de ce gouvernement et les Verts en ont été les bénéficiaires. J’en ai déjà parlé et j’ai expliqué comment Mme Merkel se sert des Verts comme d’un fouet à la Chambre haute, le Bundesrat, pour faire avancer la politique allemande dans le sens défini par ses maîtres à Davos.

Cela a entraîné une perte de soutien pour la CDU et le SPD au niveau national, tandis que les Verts ont progressé, de sorte que le paysage électoral en Allemagne n’est pas meilleur que celui de l’Espagne ou de l’Italie.

Et de là où je suis, cela a toujours semblé être le plan. Le problème, cependant, c’est qu’après avoir atteint un pic national de près de 28 % au début de l’année, le soutien des Verts est en train de décliner, les gens écoutant sincèrement les idées qu’ils défendent réellement.

Ils sont devenus de plus en plus belliqueux, soutenant la guerre en Ukraine pour contrer la Russie et se sont tus récemment sur le conflit entre le Hamas et Israël. Ils sont dirigés par des personnes interventionnistes et de plus en plus néoconservatrices en interne, tout en faisant commerce de leurs racines pacifistes. Et cette dichotomie commence à les rattraper apparemment, du point de vue des électeurs allemands.

En effet, les Verts, tout comme Mme Merkel, sont une filiale à part entière du programme du forum de Davos visant à rendre le monde sûr pour le communisme et le Green New Deal, un document législatif européen de 593 pages qui est bloqué par des luttes idéologiques intestines au sein du Parlement européen, où les membres se battent pour des raisons classiques telles que la définition des mots et ce qui est ou n’est pas assez pur idéologiquement.

411a4tVd1JL._SX323_BO1,204,203,200_.jpgC’est le problème de « l’éléphant et le cavalier » de Jonathan Haidt qui se joue au niveau politique.

Dans un billet destiné à mes Mécènes le 23 mars dernier, j’ai dit que les plus grands ennemis du Green New Deal étaient les Verts.

Une grande partie de la « guerre culturelle », qui se transforme en une « guerre de tous contre tous » à la Hobbes, est due à la spirale logique construite sur de fausses prémisses, comme le réchauffement climatique d’origine humaine, et qui s’amplifie à partir de là.

W.B. Yeats appelait cela un « tourbillon en expansion », mais c’est la raison pour laquelle l’UE ne parviendra jamais à mettre en place ses règles d’investissement vertes, et certainement pas à temps pour l’échéance de 2030. Rappelez-vous, je considère l’UE comme la dernière tentative des oligarques occidentaux de coloniser le monde par une domination réglementaire à la californienne.

Le discours incessant sur l’élargissement de l’UE a pour but d’amener plus de pays sous sa rubrique réglementaire, forçant plus de gens à adhérer à ses normes, ce qui augmente ensuite la pression sur les partenaires commerciaux pour qu’ils fassent de même.

C’est la Californie sous stéroïdes léninistes.

Et je ne crains toujours pas le Green New Deal en lui-même, mais la façon désordonnée dont il sera mis en œuvre une fois que les lobbyistes auront mis la main dessus. Ce sera un morceau de porc pourri horriblement gonflé que l’électeur allemand moyen, fiscalement conservateur, sait qu’il devra finalement payer.

Ainsi, en gardant cela à l’esprit et en considérant que les Verts atteignent un pic dans les sondages à quatre mois des élections au Bundestag, une institution zombie en raison du droit de veto des Verts au Bundesrat obtenu grâce à Merkel, il est possible que nous assistions à un revirement brutal dans les sondages au moment des élections.

Pourquoi ? Les élections au niveau des États

La semaine prochaine, des élections régionales auront lieu dans l’État allemand de Saxe-Anhalt. Et plus nous nous rapprochons de ces élections, plus les sondages allemands sont intéressants, pour la première fois depuis des mois. En effet, le parti jusqu’ici incompétent Alternative für Deuschland (AfD) a réussi à se positionner pour remporter ces élections, ce qui rend très difficile pour Mme Merkel, incarnation même du canard boiteux, de les tenir à l’écart du gouvernement par le biais de tractations en coulisses.

Que la CDU soit le parti qui recueille le plus de voix est une chose, mais que l’AfD se voit refuser un siège à la table après deux cycles électoraux en Saxe, alors qu’elle dispose d’un niveau de soutien stable de 23 à 25 %, qui augmente à mesure que nous approchons du jour des élections, en est une autre.

Ainsi, si l’AfD remporte cette élection, ce sera un camouflet pour tous les autres partis s’ils refont le même coup que lors du dernier tour des élections, en refusant même de discuter avec eux. Et cela pourrait être le catalyseur d’un véritable mouvement dans les sondages en octobre.

210607 Landtagswahl in Sachsen-Anhalt am 6. Juni 2021 Sitzverteilung.jpg

Je maintiens que l’AfD a gâché ses nombreuses chances de devenir le porte-drapeau du centre-droit pour l’Allemand moyen. L’AfD est toujours embourbé sous le seuil critique des 16 % au niveau national, tandis que le SPD est devenu insignifiant. Des sondages récents montrent que le nombre de voix au niveau national est en train de remonter depuis le creux de la vague post-Coronapocalypse. La question est maintenant de savoir s’ils saisiront l’occasion qui se présente à eux de mettre l’agenda du Davos en échec à un moment critique de l’histoire européenne et de se positionner comme le véritable parti anti-guerre et pro-classe moyenne allemande.

Je ne suis pas très optimiste à ce sujet, compte tenu de l’histoire de ses dirigeants, mais cela vaut la peine d’être observé alors que le fossé entre l’ancienne Allemagne de l’Est et de l’Ouest s’élargit politiquement. Le Davos promeut toujours des actions visant à assurer un affaiblissement du leadership dans les pays clés. Et il me semble que la situation en Allemagne est instable et pourrait compromettre leurs meilleurs plans.

Tom Luongo

Traduit par Zineb, relu par Wayan, pour le Saker Francophone

Écrire un commentaire