Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 18 août 2021

Relancer l'intégration latino-américaine

_119636442_mediaitem119636441.jpg

Relancer l'intégration latino-américaine

Le continent sud-américain pourrait s'affranchir de l'influence des États-Unis si les pays commencent à collaborer étroitement

Ex: https://katehon.com/ru/article/perezagruzka-latinoamerikanskoy-integracii

Pedro Castillo a officiellement pris ses fonctions de président du Pérou le 28 juillet.

Peu de gens ont remarqué que le parti Pérou Libre, dont Castillo est issu, se décrit comme marxiste-léniniste, ce qui est un cas sans précédent pour le Pérou et l'Amérique latine elle-même. Fait important, le nouveau président est un opposant à l'avortement et au mariage homosexuel, ce qui est atypique pour la gauche latino-américaine. L'élection d'une nouvelle figure reflète clairement les aspirations des masses à des politiques plus souveraines et plus justes. Il s'agit maintenant pour M. Castillo d'être à la hauteur de cette confiance et d'entamer une coopération intensive avec des collègues d'autres pays qui partagent une vision de l'indépendance et d'un avenir décent pour leurs peuples.

Compte tenu du climat actuel sur le continent, une situation très intéressante se dessine. De l'héritage du tournant de gauche du début des années 2000, seul le Venezuela a survécu à la bataille contre l'hégémonie américaine, et, il faut l'ajouter, cette résistance s'est déployée avec grande difficulté. La Bolivie a été mise hors jeu pendant un certain temps, mais a réussi à se remettre sur les rails après la dernière élection présidentielle. L'Équateur et, plus tôt encore, le Honduras sont tombés. En Argentine, les péronistes sont revenus au pouvoir après le néolibéral Mauricio Macri. Il y a une chance qu'au Brésil, la gauche puisse reprendre le pouvoir. Lors des élections régionales de la fin de l'année dernière, ils ont remporté une majorité de sièges. Le Mexique, lui aussi, suit une voie souveraine pragmatique tout en comprenant la nécessité d'un engagement formel avec les États-Unis. Ajoutez à cela Cuba, qui est effectivement un avant-poste de la résistance à l'hégémonie américaine. Le résultat est un axe géopolitique dont les membres résistent à la domination de Washington et cherchent à relancer les processus d'intégration qui ont été bloqués ou affaiblis par des forces extérieures et des contradictions internes.

075_group-lopezobr210603_npb4t.jpg

La crise de l'OEA et le retour de l'intégration régionale

À la veille de l'investiture de Pedro Castillo, le président mexicain López Obrador a sévèrement critiqué les actions des États-Unis et de leur structure mandataire appelée Organisation des États américains (OEA). Le président a ouvertement déclaré qu'il enverrait de l'aide humanitaire à Cuba malgré l'embargo américain. Les actions de Washington ont été qualifiées d'"inhumaines et barbares". Quant à l'OEA, elle était à l'origine un instrument de l'influence américaine dans les Amériques. "L'Union panaméricaine", qui a précédé l'OEA, a été créée pour mettre en œuvre la stratégie de la "doctrine Monroe". L'OEA a son siège à Washington, ce qui indique sans équivoque la position hégémonique des États-Unis. Comme de nombreuses structures dépassées telles que la SEATO et la SENTO, l'OEA n'a également plus aucune raison d'exister si ce n'est de continuer à servir les intérêts de la Maison Blanche. La proposition du président mexicain López Obrador est donc opportune et pertinente. Dans un monde de plus en plus multipolaire, un nouveau mécanisme est nécessaire pour le dialogue politique dans les Amériques.

Mexico-preside-la-30°-Reunion-de-Coordinaciones-Nacionales-de-la-Comunidad-de-Estados-Latinoamericanos-y-Caribenos.jpg

Efrain Guadarrama (photo), directeur des institutions et mécanismes régionaux américains du ministère mexicain des affaires étrangères, a commenté les propos du président mexicain comme suit :

"Le discours du président López Obrador reflète la réalité dans laquelle nous vivons dans notre hémisphère. Nous avons actuellement une "Organisation des États américains" qui ne se concentre que sur les questions qui sont controversées et qui divisent. Cela n'est pas acceptable et constitue un symptôme clair que la SV ne fonctionne pas et n'est pas adaptée aux circonstances".

Interrogé par les médias sur la perspective d'un rétablissement de l'intégration régionale en Amérique latine et dans les Caraïbes, M. Guadarrama a déclaré que "c'est certainement une image positive et encourageante. Lorsque le Mexique a assumé la présidence intérimaire de la CELAC en janvier 2020, les différences entre les États membres sont apparues clairement. D'autre part, lors de cette dernière réunion des ministres des affaires étrangères, nous avons vu qu'absolument tous les pays sont venus avec des attitudes coopératives, en se concentrant sur les défis communs auxquels nous sommes confrontés en tant que région, principalement à cause de la pandémie. La pandémie nous a obligés à nous asseoir et à chercher des stratégies régionales pour faire face à la situation. Nos programmes de collaboration les plus importants, menés par la CELAC, étaient donc basés sur une distribution beaucoup plus équitable des vaccins. Cela nous a permis de faire bénéficier sept pays de vaccins et de nombreux autres de l'EVD. Notre analyse montre que plus de 50 % des gouvernements du bloc ont bénéficié de nos programmes de collaboration pendant la pandémie.

La crise pandémique a permis aux pays d'Amérique latine de se réengager dans la coopération et la collaboration.

Les élections présidentielles au Chili auront lieu en novembre, ce qui sera également important pour l'Amérique du Sud. Le principal vecteur des intérêts américains reste la Colombie, qui est secouée depuis des mois par de nombreuses manifestations et émeutes. Le Nicaragua organisera également des élections générales en novembre - et il existe déjà des preuves d'ingérence de Washington et de ses agents (ainsi que des tentatives actuelles d'organiser des émeutes à Cuba). Dans l'ensemble, la situation actuelle est encourageante. L'inclusion de l'"axe du bien" (pour citer Hugo Chávez), c'est-à-dire l'Iran et la RPDC, ainsi que le soutien de la Russie et de la Chine, pourraient constituer des facteurs supplémentaires pour la création rapide d'un pôle géopolitique ibéro-américain.

Écrire un commentaire