Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 09 septembre 2021

"Beauté antimoderne", la primauté ignorée des musées italiens

51mAVSDAbHL._SX328_BO1,204,203,200_.jpg

"Beauté antimoderne", la primauté ignorée des musées italiens

Par Carlomanno Adinolfi 

Ex: https://www.ilprimatonazionale.it/approfondimenti/

Plus qu'un essai, un traité ou un texte de vulgarisation, La Bellezza Antimoderna (Riccardo Rosati, ed. Solfanelli, pp. 176, € 14.00) est à la fois une déclaration d'amour de l'auteur pour l'art italien et la culture muséale et une dénonciation sincère et concernée de la politique folle et criminelle de ces dernières années visant à démanteler les racines culturelles de la nation.

Et il procède en répétant un fait objectif que tout le monde, en Italie et à l'étranger, ignore ou fait tout pour qu'il soit ignoré: c'est la suprématie des musées italiens dans pratiquement tous les secteurs. Levez la main si l'on vous demande quel est le premier musée du monde en termes de nombre d'œuvres exposées et voyez ce qui se passe si vous ne répondez pas du tac au tac "le Louvre à Paris". Pourtant, fait remarquer Rosati, nos Musées du Vatican dépassent de loin le musée parisien. Mais même dans de nombreux domaines autres que l'histoire de l'art, l'Italie est le leader incontesté.

Peu de gens diront, par exemple, que l'Italie détient le record des collections militaires. Outre son record en termes de nombre de châteaux et de fortifications militaires, l'Italie possède les plus grandes collections d'armes anciennes et modernes, grâce par exemple à l'Armurerie royale de Turin, au Musée historique de l'infanterie de Rome, au Musée national de l'artillerie de Turin, à l'Institut historique du corps des ingénieurs italiens et au Vittoriale degli Italiani, un véritable joyau coupable d'avoir été oublié - et que l'on a fait oublier.

vittoriale-degli-italiani-1024x512.jpg

Mais dans d'autres domaines aussi, auxquels on ne pense pas spontanément, l'Italie est le leader incontesté. Par exemple, l'Italie détient le record des collections de jouets anciens, alors que n'importe lequel d'entre nous, sans disposer de données suffisantes, croirait que l'Allemagne, l'Angleterre ou les pays d'Europe du Nord nous dépassent facilement. Pourtant, avec le Museo della Memoria Giocosa (musée de la mémoire ludique) et la partie consacrée aux jeux dans le musée militaire du parc Piana delle Orme - sur lequel Rosati revient souvent en raison de son importance historique et de l'état d'oubli dans lequel il est délibérément plongé - l'Italie excelle ici aussi. Et ainsi de suite.

1_Museo-Storico-Piana-Orme_settore-bellico.jpg

Avions exposés au parc Piana delle Orme.

Mais pourquoi cette conscience de la primauté est-elle si ignorée des Italiens ? Et pourquoi tout semble être fait pour maintenir l'ignorance de ce excellence de nos musées ?

En analysant les politiques culturelles et muséales des récents gouvernements, notamment le gouvernement Renzi dirigé par le ministre Franceschini, Rosati arrive à une conclusion malheureusement évidente: la haine de son propre pays. Pour un certain groupe politique, la volonté de saper toute primauté italienne semble être la base de toute bataille politique. À cela s'ajoute la volonté de démolir scientifiquement toute référence et tout lien avec le Ventennio (les vingt ans du fascisme), en faisant une guerre systématique aussi bien à la culture exprimée dans ces années qu'aux œuvres et aux musées voulus par le Régime. Rosati cite, par exemple, l'incroyable fermeture pour une durée indéterminée du musée de la civilisation romaine de l'EUR, l'un des trésors culturels de Rome et de l'Italie tout entière, qui est désormais réduit à une décharge. Ou encore le déplacement suspect du Museo Nazionale d'Arte Orientale "Giuseppe Tucci" dans la Via Merulana, qui conduit en fait à la réduction, voire à la fermeture, de l'un des joyaux de l'orientalisme en Italie et qui a tout l'air d'être une revanche posthume sur le grand explorateur de l'Orient qui a pleinement soutenu le fascisme. Ou encore l'occultation continue du Vittoriale susmentionné - auquel est rattachée la maison-musée de D'Annunzio, à laquelle l'auteur consacre un chapitre entier - ou du parc Piana delle Orme. Et bien d'autres exemples, coupablement inconnus de la plupart, que Rosati met en lumière avec soin.

Lentrée_du_musée_de_la_civilisation_romaine_(EUR,_Rome)_(5904092579).jpg

Musée de la civilisation romaine à Rome.

Tout cela est souvent justifié par l'excuse habituelle du "manque de fonds", qui est également utilisée pour justifier de véritables crimes culturels, comme le récent camouflage des restes de l'Arc de Titus près du Circus Maximus - la raison pour laquelle les monuments de ce grand empereur sont occultés est assez évidente - qui a laissé les historiens et les archéologues du monde entier stupéfaits.

Ac_titus_face_est.jpg

Et pourtant, on trouve souvent des fonds pour d'autres opérations "culturelles" à connotation politique claire, comme ceux alloués à la construction du monstre de Fuksas à l'Eur dans le but de remplacer l'ancien Palazzo dei Congressi - coupable d'avoir été construit sous le fascisme - et dont le coût, qui a augmenté au fil des ans, a créé un véritable trou dans les caisses romaines pour une œuvre incomplète autant qu'objectivement hideuse.

5904092951_65f0a1794c_b.jpg

203618820-7e3bcee0-25a4-4d57-8720-e5f9be4282ab.jpg

En haut, le Pallazo dei Congressi et, en bas, ce qui est censé le remplacer: la Nuvola de Fuksas.

Ou comme les millions de fonds alloués à d'autres musées dédiés à blâmer l'histoire récente de l'Italie ou à favoriser de puissants lobbies ou minorités, fonds qui auraient pu au contraire donner une véritable impulsion au monde muséal et culturel italien, malheureusement en train de s'effondrer, bien qu'il soit potentiellement le plus riche du monde.

Carlomanno Adinolfi

Écrire un commentaire