Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 08 septembre 2021

Etats-Unis-Talibans : une histoire de guerres, de pétrole et de lithium

imageskhz.jpg

Etats-Unis-Talibans : une histoire de guerres, de pétrole et de lithium

par Germana Leoni

Ex: https://piccolenote.ilgiornale.it/52831/usa-talebani-storia-di-guerre-di-petrolio-e-di-litio

Kaboul, 16 août 2021 : rien d'autre que l'épilogue prévisible d'une page d'histoire écrite en février 1989, lorsque le général de l'Armée rouge Boris Gromov a symboliquement traversé l'Amu Darya à pied : le dernier soldat soviétique à quitter l'Afghanistan !

Le pays est alors plongé dans une guerre civile sanglante entre diverses factions et groupes ethniques, un conflit qui, en 1994, voit pour la première fois une nouvelle génération de combattants islamistes faire parler d'elle : les Talibans.

Ils étaient les fils du djihad, des émanations de ces mêmes moudjahidines qui avaient combattu les Soviétiques pour le compte des Américains dans les années 1980. Ils étaient le "lumpenproletariat" afghan.

Après avoir conquis Kaboul en 1996, ils imposeront au pays un régime de terreur sans précédent, mais une terreur avec laquelle Washington est bien disposé à s'entendre. L'enjeu était un territoire stratégique pour le contrôle des ressources énergétiques de l'Eurasie.

Et Washington a commencé secrètement à courtiser les talibans pour soutenir la politique d'Unocal, la compagnie pétrolière qui, en octobre 1995, avait signé un contrat avec le président turkmène Saparmurat Niyazov pour la construction du Trans Afghanistan Pipeline (Tap) : une cérémonie supervisée par Henry Kissinger, un consultant exceptionnel d'Unocal (1).

unnamedtapp.jpg

Il s'agit de la construction d'un premier gazoduc de 1400 km depuis le Turkménistan pour acheminer le gaz des républiques d'Asie centrale vers la ville pakistanaise de Multan, puis vers l'Inde. Prévu pour passer par Herat et Kandahar, le corridor devait désormais obtenir le consentement des talibans qui, devenus les arbitres de la guerre des pipelines, se sont retrouvés catapultés dans le grand jeu géopolitique des superpuissances.

En 1997, deux de leurs représentants se sont envolés pour le Texas afin de rencontrer Zalmay Khalilzad (photo, ci-dessous), un autre consultant d'Unocal qui avait servi au département d'État de l'ère Reagan : un lobbyiste infatigable pour les Talibans. Et l'année suivante, un autre émissaire du mollah Omar était l'invité d'honneur d'une réception officielle à l'ambassade des États-Unis à Islamabad (2). 

15dc-khalilzad-superJumbo-1024x683.jpg

L'oléoduc avait apparemment une valeur suffisante pour légitimer un régime responsable des crimes les plus odieux ; un régime brutal qui était désormais le foyer permanent d'Oussama ben Laden, le terroriste le plus dangereux de l'histoire pour Washington.

Mais en 1998, les négociations ont été rompues à la suite des attentats contre les ambassades américaines de Nairobi et de Dar es Salaam, attribués au prince de la terreur. C'était la raison officielle. Mais, en coulisses, il semble que les anciens étudiants coraniques aient exigé des droits exorbitants pour permettre le passage du Tap en territoire afghan.

Les contacts ont été secrètement repris lorsque George W. Bush a pris ses fonctions à la Maison Blanche. Et en mars 2001, Sayed Rahmatullah Hashemi, ambassadeur itinérant du Mollah Omar, a été reçu avec tous les honneurs aux Etats-Unis. À l'époque, les talibans avaient déjà fait sauter les statues millénaires des bouddhas de Bamiyan, et deux mois plus tard, ils ordonnaient aux hindous de porter un badge jaune comme signe de distinction : un déjà-vu macabre. Pourtant....

Pourtant, les négociations secrètes se sont poursuivies jusqu'à l'été 2001 : une dernière réunion à Berlin et les négociations ont échoué (3). Ce n'est qu'alors que les talibans sont devenus une force dans l'axe du mal.

En septembre, les tours jumelles ont également explosé et en octobre, le bombardement du pays a commencé : vingt ans de guerre, des milliers de milliards de dollars et une contribution incalculable en vies humaines juste pour revenir à la case départ ? Et Washington a battu en retraite et a laissé le champ libre aux Chinois et aux Russes ? Vraiment ?

Les prémisses de la débâcle américaine résident dans un accord signé le 29 février 2020 à Doha entre une délégation américaine et une délégation talibane : une négociation sur le retrait des troupes, qui a en fait légitimé le régime taliban et délégitimé le gouvernement de Kaboul, qui n'était pas présent à la table des négociations.

L'architecte des négociations était à nouveau Zalmay Khalilzad, ancien ambassadeur en Afghanistan et en Irak et, en 2018, envoyé spécial pour la paix en Afghanistan : le même diplomate qui, plus de 20 ans auparavant, avait traité avec les talibans en tant que consultant d'Unocal.

S0-Le-Japon-et-la-Coree-du-Sud-concurrents-dans-la-course-au-lithium-72204.jpg

A l'époque, il a échangé un pipeline contre une reconnaissance officielle des Talibans. Et aujourd'hui, il l'échangeait pour rien dans l'Eldorado du futur, paradis des terres rares et des métaux précieux, dont le lithium, indispensable aux transactions énergétiques mondiales ?

En 2010, un rapport interne du Pentagone a qualifié l'Afghanistan d'"Arabie saoudite du lithium". Et c'est précisément cette année-là que, après une longue période d'absence, des responsables américains ont rencontré à nouveau un émissaire taliban à Munich. Un hasard ?

De partenaire à paria, puis à nouveau partenaire ? D'arbitres de la guerre des pipelines à la guerre des métaux rares ? Quelle autre tragédie pour le peuple afghan ?

Notes: 

1) Ahmed Rashid, Talebani, Feltrinelli, 2001.

2) Richard Labévière, Dollars for Terror, Algora Publishing, New York, 2000.

3) Jean Charles Brisard et Guillaume Dasquié, Ben Laden : La Vérité Interdite, Editions Denoel, Paris, 2021.

Jusqu'à présent, la note de Germania Leoni, que nous hébergeons volontiers sur notre site, comme elle nous a été envoyée, compte tenu des éclairages qu'elle apporte sur le complexe conflit afghan. Pour confirmer cela, nous aimerions nous référer à un article du New York Times intitulé : "US identifies vast mineral wealth in Afghanistan", qui identifie l'Afghanistan comme "l'Arabie Saoudite du lithium", un minéral essentiel pour l'avenir vert.

Voici le début de l'article : "Les États-Unis ont découvert près de 1 000 milliards de dollars de gisements minéraux inexploités en Afghanistan, bien au-delà des réserves connues jusqu'alors et suffisamment pour modifier radicalement l'économie afghane et peut-être la guerre en Afghanistan elle-même, selon de hauts responsables du gouvernement américain.

 

Écrire un commentaire