Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 28 septembre 2021

Novorossiya : le nom de l'avenir

1237-Russie.jpg

Novorossiya: la solution de l'avenir

Alexandre Douguine

Je suis profondément convaincu que la formule dite du "quatuor normand", composé de la Russie, de l'Allemagne, de la France et de l'Ukraine pour résoudre la situation dans les anciens territoires de l'Ukraine orientale, est une impasse. Cela a permis d'aplanir la situation pendant un certain temps, mais cela n'a pas résolu et ne pouvait pas résoudre le problème. En outre, Kiev a tenté à plusieurs reprises de mettre la Crimée à l'ordre du jour, ce qui compromet définitivement la possibilité même de toute discussion.

La Russie ne discute pas de la Crimée - c'est la position stricte et sans ambiguïté de Moscou, qu'elle n'abandonnera en aucun cas.

Mais ce n'est même pas là que réside la question. Le statu quo dans le Donbass est totalement insatisfaisant, que ce soit pour Kiev ou pour le Donbass lui-même. Pour Kiev, le Donbass, c'est l'Ukraine, mais pour le Donbass lui-même, l'Ukraine en ses frontières officielles a cessé d'exister depuis longtemps. Tant que la Russie est derrière le Donbass, ce "non" repose sur des assises sérieuses, égales au poids stratégique de la Russie elle-même.

Étant donné que les forces mondialistes et extrémistes sont toujours au pouvoir à Kiev et qu'elles ont commus un gâchis terrible avec le soulèvement naziste de Maidan et avec le début des opérations punitives contre la population russophone, il n'y aura pas de progrès de ce côté-là non plus. Bien sûr, les puissances européennes seraient heureuses de se retirer du problème, car personne ne souhaite entrer dans une confrontation brutale avec Moscou, mais la position globale consolidée de l'Occident et de l'OTAN dans le soutien à la junte de Kiev ne peut être remise en question. C'est la raison pour laquelle ils soutiennent la formule du "quatuor normand" en mode couvé. Cette formule ne peut pas s'éteindre complètement, mais elle n'a aucune chance de s'enflammer vraiment.

À mon avis, il est temps de se préparer, au moins théoriquement, au prochain cycle de l'histoire. Le Donbass ne reviendra jamais à l'Ukraine. Mais même l'indépendance de ce Donbass ou sa réunification à la Russie dans ses frontières actuelles ne résoudra rien non plus. Oui, les malheureux doivent enfin avoir l'occasion de vivre normalement comme des êtres humains. Mais le Donbass n'est qu'une partie de la Novorossiya. Et libérer un territoire, en laissant tout le reste à un régime néo-naziste où même la langue russe ne fait plus partie des langues officielles, serait une demi-mesure pas trop différente de ce que nous avons maintenant. Tôt ou tard, Moscou devra vraiment s'occuper de la Novorossiya.

Il faut tenir compte de l'affaiblissement spectaculaire des États-Unis - la fuite honteuse hors d'Afghanistan en est un bon exemple. La situation politique en Ukraine s'effiloche peu à peu, et tous les espoirs associés à Zelensky se sont progressivement effondrés - et ne pouvaient d'ailleurs que s'effondrer. Aucune de ses promesses aux masses, le misérable comédien n'a pu les tenir. En 2024, sa situation sera clairement désespérée.

1 zP9MoPZKhWzZB1PaymuviQ.png

reduction_and_federalization_of_ukraine_by_matritum_dajlx8x-fullview.jpg

En attendant, la Russie doit se préparer à une percée stratégique. Si l'Ukraine ne peut pas être au moins neutre, elle ne devrait pas l'être du tout. Ce que je veux dire, c'est qu'à sa place, il devrait y avoir deux États confédérés - l'Ouest et l'Est. Et ce sera comme en Belgique. Deux peuples - deux territoires, deux langues. La Novorossia peut conclure un accord historique avec l'Ukraine - une sorte d'union - comme l'union de Krevsky ou de Lublin. Et c'est seulement après cela que la formule que "quatuor normand" pourra être convoquée. Ce n'est qu'alors que nous aurons vraiment quelque chose à discuter avec Kiev.

Il est inutile de s'indigner de ce qui se passe en Ukraine. La ligne choisie par les médias russes à l'égard des personnes véritablement fraternelles de la Petite Russie est très peu attrayante. Dans toute famille, le parent le plus proche et le plus cher peut devenir fou, boire jusqu'à la mort ou devenir invalide. Ce n'est pas drôle du tout. C'est un malheur. Il faut soigner un parent, et non pas lui faire honte.

Et seule l'idée d'une Novorossiya peut guérir notre cher frère slave. D'Odessa à Kharkov. Et que l'ukrainien y soit la langue officielle. Au même titre que le russe. Et tous les Slaves de l'Est, et non seulement les Slaves de l'Est, et non les Slaves en général, vivront dans ce bel État merveilleux de façon heureuse et amicale. Il ne s'agit pas de l'économie, ni du gaz, ni du fait que la population ukrainienne fuit le pays et que bientôt il n'y aura même plus personne pour regarder les émissions humoristiques et russophobes. C'est une question de principe. Kiev avait une chance historique de construire un État pour deux nations - comme l'a fait la Belgique. Là-bas, il y a des Wallons, et à côté d'eux, des Flamands. Et tous ensemble, ce sont les Belges. Mais si les Wallons exigeaient que les Flamands deviennent wallons et parlent français (ou vice versa), la Belgique disparaîtrait en un instant. Mais Kiev a raté cette occasion d'un bon confédéralisme. Irrévocablement. Et continue de le rater encore et encore.

    D'où la réponse : nous reviendrons aux négociations après la mise en œuvre du projet Novorossiya.

Et ensuite nous parlerons. Sous n'importe quelle formule. Même dans sous la formule du quatuor normand.

 

Écrire un commentaire