Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 16 novembre 2021

Sans alternatives, les peuples finissent mal

5ee394eb220000972682a7c9.jpeg

Sans alternatives, les peuples finissent mal

par Marcello Veneziani

Source : Marcello Veneziani & https://www.ariannaeditrice.it/articoli/senza-alternative-i-popoli-finiscono-male

Quel est le mot de passe du pouvoir en vigueur dans notre société italienne, européenne et mondiale ? Il porte le nom familier d'une jeune femme, Tina, mais il s'agit en réalité d'un acronyme lancé par les dirigeants libéraux des années 1980, puis repris par les sociaux-démocrates, par l'ensemble de l'establishment et par tous ceux qui n'admettent aucune autre possibilité : Tina, ou plutôt T.I.N.A. est l'acronyme de There Is No Alternative. Nous avons pris une rue à sens unique, la direction à prendre est obligatoire et il n'y a aucun moyen de faire autrement.

Je vais vous donner trois exemples différents de son application. Au niveau européen, si vous n'acceptez pas les dogmes de l'Europe, si vous faites appel à la civilisation, à la tradition et au droit national et ne vous pliez pas aux édits impératifs, vous êtes considéré comme hors-jeu: c'est le cas de la Pologne qui, pour avoir défendu la souveraineté nationale et la tradition juridique de l'État libre et démocratique avec des arguments juridiques de bon sens, est exclue du forum européen et si elle ne revient pas sur ses décisions, elle sera sanctionnée par la suspension de tous les fonds auxquels elle a droit. Ce n'est pas un cas unique, comme certains se font des illusions, il y a déjà eu un précédent avec la Hongrie, avec un gouvernement légitime, réélu avec plus de voix qu'avant, libre et démocratique, dirigé par un monsieur qui était au Parti populaire, d'inspiration démocrate-chrétienne. Et il y a le cas des douze pays européens qui veulent fortifier leurs frontières mais l'UE ne le permet pas. Mais c'est surtout une menace, une épée de Damoclès et un avertissement à tous les peuples européens et à toutes les forces politiques: si vous tentez d'emprunter une autre voie, de voter dans une direction non conforme, sachez que nous vous couperons les vivres et l'oxygène. C'est un message direct à l'Italie, à la France et à tous ceux qui cultivent des intentions "souverainistes" pour échapper au canal autorisé, aux ciseaux technocratiques et progressistes de gauche.

Deuxième exemple, mondial celui-là. L'ancien président des États-Unis, Donald Trump, pour communiquer avec son peuple et faire connaître son action politique, a été obligé de créer son propre réseau alternatif, qu'il a appelé Truth (Trump est passé de Bannon à notre Belpietro); parce que Facebook et Twitter l'ont occulté, "banni", bref censuré. Mais il peut se permettre d'investir 875 millions de dollars.

truth-social-sq-1634780820815.jpg

Troisième exemple, local. Ceux qui critiquent le passeport vert ne peuvent manifester sans, d'une part, être assimilés à des franges extrémistes de droite, de gauche ou anarchistes et, d'autre part, être fustigés et frappés, parfois même physiquement. Parce que la politique est maintenant la continuation des soins de santé par d'autres moyens : et si vous vous y opposez, vous devez faire face aux protocoles de soins de santé et aux obligations prévues pour prolonger l'état d'urgence même en temps ordinaire et dans des domaines qui ont peu ou pas de rapport avec la prévention et la santé. Je pourrais continuer à parler des droits civils, du dogme mondial de l'avortement et de l'impossibilité d'échapper aux nouvelles obligations et censures.

En toute honnêteté, je considère que la rébellion dans les rues est stérile et puérile et que l'opposition politique à cette tendance est inadéquate et inefficace ; je ne suis pas un adepte de Trump et je pense qu'il y a d'autres priorités sociales, économiques, vitales, spirituelles et idéales que les cols ou les murs. Mais le problème de fond demeure: nous sommes entrés, sans nous en rendre compte, de manière aseptique et neutre, dans une sphère totalitaire. Car c'est ainsi que se traduit TINA: rien n'est autorisé qui ne soit pas dans cette sphère. Il n'y a pas d'alternative, on ne peut même pas y penser, si l'on considère que la censure s'étend également aux opinions.

Bien sûr, le populisme déglingué qui a gouverné notre pays a offert un formidable alibi pour invoquer la rigueur et passer le relais à une "gouvernance" plus crédible et plus fiable. Mais le problème demeure, et il s'agit d'un problème structurel dont les perspectives d'avenir sont inquiétantes. Après avoir vécu la phase expansive de la mondialisation en termes de marché, d'économie, de technologie et d'assimilation des modes de vie et de consommation, nous sommes maintenant dans la phase répressive de la mondialisation, comprise comme un horizon totalitaire auquel on ne peut échapper. Global se traduit par Total. Pourtant, la vie, l'intelligence et la liberté ont besoin d'alternatives, sinon elles étouffent.

title-1576680650.jpg

Que pouvons-nous faire, à part dénoncer ? Ce serait bien de sonner la charge, d'invoquer le réveil des peuples et de la politique, mais ce serait hypocrite: en politique on ne peut pas faire grand-chose, dans la rue on peut faire encore moins, l'extrémisme est le meilleur allié du pouvoir car il légitime les restrictions ; les révolutions et les guerres ne sont plus utilisées, personne n'est prêt à risquer quoi que ce soit et même s'ils le pouvaient, ils ne seraient destinés qu'à succomber, à prendre des coups. Certains essaient au moins de tirer parti de la dissidence, pour en tirer des profits personnels ou politiques, mais ils colportent des illusions. Et alors ? Oui, dénoncer, penser différemment, critiquer, éluder, proposer des alternatives, semer des contradictions dans le camp adverse, s'insérer dans les interstices non gardés, bref, jouer pleinement son rôle, mais sans attitude puérile ou rancunière et sans attente de salut car le contrecoup de l'échec est alors la désertion, la désaffection, la fuite dans la vie privée ou le radicalisme irréaliste.

C'est très difficile, mais il faut essayer, laisser des traces de sa propre dissidence et de sa vision alternative ; peut-être que les temps changent, que les équilibres se déplacent, que de nouveaux facteurs modifieront la direction de l'histoire au fil du temps, que tôt ou tard la réalité surgira... Honnêtement, il n'est pas possible de faire ou d'espérer plus que cela.

16:24 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : actualité, problèmes contemporains | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook

Écrire un commentaire