Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 04 janvier 2022

Trêve armée dans le Caucase, mais la volonté impériale d'Ankara ne s'arrête pas pour autant

azerbeidjaanse_soldaten.jpg

Trêve armée dans le Caucase, mais la volonté impériale d'Ankara ne s'arrête pas pour autant

par Clemente Ultimo

Ex: https://www.destra.it/home/tregua-armata-nel-caucaso-ma-la-spinta-imperiale-di-ankara-non-si-arresta/

Un an après la fin de la guerre qui a embrasé le Nagorno Karabakh, ce coin du Caucase est loin d'être apaisé. En fait, la situation est encore plus tendue et potentiellement plus dangereuse qu'elle ne l'était à minuit le 10 novembre 2021, lorsque le cessez-le-feu négocié par le Kremlin et signé par Erevan et Bakou est entré en vigueur.

Un cessez-le-feu qui n'a pas résolu les causes profondes du conflit, se limitant à figer - une fois de plus - les résultats de l'affrontement sur le champ de bataille : cette fois, la victoire est revenue aux Azerbaïdjanais, capables de récupérer non seulement les sept districts annexés par les Arméniens du Haut-Karabakh après la guerre victorieuse du début des années 90 du siècle dernier, mais aussi de larges portions - dont la ville de Chouchi - de la petite République d'Artsakh (non reconnue internationalement). Seule une intervention décisive de la communauté internationale sur le statut de la République d'Artsakh aurait pu avoir un impact réel sur l'avenir de la région, reléguant enfin la coexistence entre Azéris et Arméniens au tronc des rêves impossibles et reconnaissant - enfin ! -  de jure de l'indépendance de facto du Nagorno Karabakh. Mais ce ne fut pas le cas, et l'on préféra accepter les résultats de l'offensive azerbaïdjanaise victorieuse lancée le 27 septembre 2021.

Mais c'est précisément sur la vague de ce résultat incontesté - et incontestable, pour les résultats obtenus après trente ans de défaites - que Bakou a constamment fait monter les enchères dans la confrontation avec Erevan.

La chronique de ces treize derniers mois a été ponctuée d'incidents frontaliers répétés - dans certains cas de véritables batailles avec utilisation d'armes lourdes - qui, nouveauté non négligeable, ne se sont pas limités à la ligne de démarcation entre l'Azerbaïdjan et le Haut-Karabakh, mais ont impliqué l'Arménie elle-même. En d'autres termes, pas les frontières d'un "État fantôme" comme la République d'Artsakh, mais celles d'une nation indépendante depuis trente ans et reconnue par toutes les instances internationales.

Prenant pour prétexte la délimitation incertaine des frontières entre ce qui était alors deux républiques "sœurs" de l'Union soviétique, l'Azerbaïdjan d'Aliyev a effectué une série de coups d'État dans des régions stratégiques (zones minières dans le nord), carrefours routiers et autres) qui n'ont presque toujours été résolus que grâce à l'intervention des unités russes présentes dans la région ou, toutefois, par la médiation du Kremlin, appelé à un difficile exercice d'équilibrage entre deux pays - l'Arménie et l'Azerbaïdjan - tous deux utiles à la politique caucasienne de Moscou. Mais l'objectif clair et déclaré de Bakou va bien au-delà de quelques ajustements de la ligne frontalière, le but à atteindre est le contrôle du "corridor de Zangezur", c'est-à-dire une ligne reliant l'exclave azerbaïdjanaise du Nakhitchevan, un territoire séparé du reste de l'Azerbaïdjan par la province arménienne de Syunik.

https _static.nieuwsblad.be_Assets_Images_Upload_2020_11_14_55115e76-2670-11eb-951a-b6d41cd0d199.jpg

En outre, le neuvième point du cessez-le-feu qui a mis fin à la deuxième guerre du Haut-Karabakh, consacré au rétablissement de la circulation dans les régions touchées par le conflit, contient une disposition expresse selon laquelle l'Arménie s'engage à garantir "la sécurité des liaisons de transport entre les régions occidentales de la République d'Azerbaïdjan et la République autonome du Nakhitchevan" et "avec l'accord des parties, la construction de nouvelles infrastructures reliant la République autonome du Nakhitchevan aux régions d'Azerbaïdjan sera lancée".

Plus que la reconquête du Nagorno Karabakh interne, c'est donc l'objectif principal de Bakou. Et pas seulement ça. Les ambitions des Azerbaïdjanais sont soutenues par la Turquie : après tout, sans l'apport décisif d'hommes, de moyens (à commencer par les meurtriers drones TB2 Bayraktar qui ont littéralement anéanti les positions et les colonnes du Karabakh, ainsi que leurs équivalents fabriqués en Israël) et de technologies en provenance d'Ankara, la guerre de l'automne 2020 ne se serait guère terminée par une issue aussi favorable aux Azerbaïdjanais. Le soutien turc à l'Azerbaïdjan va toutefois bien au-delà d'un appel générique à la solidarité panturque ou à l'hostilité envers l'Arménie, il s'inscrit plutôt dans une vision stratégique à long terme. "Avec la victoire dans le Haut-Karabakh - écrit Daniele Santoro - la Turquie et l'Azerbaïdjan ont ainsi formalisé la promesse de mariage annoncée par Mustafa Kemal lors du dixième anniversaire de la fondation de la république, lorsque le Gazi a averti ses neveux de ne jamais oublier la communion de destin qui lie Turcs et Azerbaïdjanais pour l'éternité. En les incitant à adopter leur peuple frère dès que l'occasion se présente "*.

Ici, cependant, il ne s'agit pas seulement d'"adopter" les Azéris, mais de créer un continuum territorial - grâce au "corridor de Zangezur" - qui unit physiquement la Turquie et l'Azerbaïdjan, c'est-à-dire capable de projeter Ankara au cœur de l'Asie centrale. Lui redonner cette profondeur impériale que, du côté occidental, la Turquie est en train de construire en renforçant son emprise sur la partie nord de Chypre - cette République turque de Chypre du Nord qui n'est pas reconnue internationalement - et sur la Tripolitaine. Dans cette Libye coupable, abandonnée par l'Italie.

ANP-304997293.jpg

Compte tenu de cette dynamique, il est évident que le Caucase restera une région chaude dans un avenir proche. Malgré les signes de détente observés ces derniers jours, caractérisés par un échange de prisonniers entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan qui a suivi la réunion trilatérale à Bruxelles le 14 décembre. Le "corridor de Zangezur" restera un point de friction entre le bloc turco-azerbaïdjanais et l'Arménie, avec le risque réel que si Erevan ne cède pas à la pression azérie, le conflit pourrait déborder du Haut-Karabakh vers la région de Syunik, déclenchant des réactions imprévisibles parmi les pays de la région, à commencer par l'Iran.

Un scénario aussi complexe devrait pousser les chancelleries européennes à ne pas sous-estimer la position de l'Arménie, qui a actuellement à Moscou le seul soutien réel, reléguant les affaires du Karabakh et du Syunik dans l'univers vague des effets à long - peut-être très long - terme de la dissolution de l'Union soviétique. La poussée impériale turque ne concerne pas seulement le Caucase et l'Asie centrale - des régions déjà stratégiques en soi - mais aussi le Levant et la Méditerranée tout proches. Jusqu'à présent, seuls Paris et Athènes semblent l'avoir compris : il est grand temps que l'Europe - avant même le fantôme appelé Union européenne - en prenne acte.

* Pourquoi la Turquie doit redevenir un empire d'ici 2053 dans Limes "La redécouverte du futur" Octobre 2021

Écrire un commentaire