Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 10 janvier 2022

Souverainisme et "civilisation judéo-chrétienne"

bf59c8147c7d93ebc6e017403f427b1c97fb95f6.jpg

Souverainisme et "civilisation judéo-chrétienne" *

Claudio Mutti

L'élection de Donald Trump a été saluée par les courants et mouvements de droite comme un événement qui, en signant la défaite de la faction "libérale" à Washington, aurait des répercussions dans toute la zone hégémonique des États-Unis, favorisant les forces politiques conservatrices, eurosceptiques et nationalistes, c'est-à-dire, comme on dit aujourd'hui, populistes et souverainistes. Grâce à la volonté de la droite européenne de collaborer avec l'administration américaine (et avec le régime sioniste, allié historique des États-Unis au Proche-Orient), cela s'est immédiatement traduit par l'activisme de l'ancien stratège en chef de la campagne électorale de Trump, qui s'est rendu en Europe pour conseiller, soutenir et organiser les mouvements souverainistes et populistes.

La civilisation "judéo-chrétienne" et le Triangle du Mal

Les éternels libérateurs ont envoyé en mission en Europe nul autre que l'ancien stratège en chef de la campagne électorale de Donald Trump : Steve Bannon.  Ancien banquier de Goldman Sachs, ancien producteur de films hollywoodiens, ancien animateur du magazine informatique "Breitbart", référence de l'"alt right" américaine, à peine débarqué en Europe, Steve Bannon prédit que les peuples européens seront bientôt libérés de la tyrannie de Bruxelles et prononce sa sentence accablante : "L'Union européenne est terminée, les diktats européens et le fascisme de la propagation (spread) aussi".  Bientôt - a-t-il promis - vous aurez une confédération d'États libres et indépendants" (1).

2211783-steve-bannon-poursuit-sa-tournee-europeenne-web-tete-0302370722720.jpg

En Italie, les milieux de droite, y compris la droite radicale, ont accueilli avec enthousiasme l'engagement de Bannon. Un représentant bien connu de cette dernière écrivait dans un "journal souverainiste" : "N'est-il pas peut-être plus rationnel de penser qu'une maison pourrie depuis les fondations, construite avec des matériaux usés et des valeurs inhumaines, il vaut mieux la démolir pour en reconstruire une autre ? Et que, de toute façon, l'interrègne entre la démolition et la reconstruction est plus stimulant et profitable ? Dans cette perspective, cet aspect du projet de Bannon ne devrait-il pas être considéré comme une bénédiction de Dieu plutôt que comme une utilité ?" (2).

Ces questions rhétoriques, destinées à conduire le lecteur vers une réponse affirmative, s'inspiraient des thèses qu'Alexandre Douguine avait commencé à développer au moment de la campagne électorale de Donald Trump.

Selon la prospective géopolitique partagée et présentée précédemment par Douguine, l'Eurasie est obligée de supporter les agressions de la thalassocratie américaine, qu'elle a toujours projetées de par sa nature même (3) (et pas seulement en raison de l'orientation libérale et mondialiste d'une partie de sa classe politique) afin de conquérir le pouvoir mondial. Si l'on fait abstraction de ce point de vue et que l'on adopte un point de vue essentiellement idéologique, pour Douguine, le "principal ennemi" est désormais le mondialisme libéral, ce qui explique pourquoi il accueille avec enthousiasme l'élection du "conservateur" et "isolationniste" Donald Trump à la présidence des États-Unis". Pour moi - a explicitement déclaré Douguine en novembre 2016 - il est évident que la victoire de Trump a marqué l'effondrement du paradigme politique mondial et, simultanément, le début d'un nouveau cycle historique (...) à l'ère de Trump, l'antiaméricanisme est synonyme de mondialisation (...) l'antiaméricanisme dans le contexte politique actuel devient une partie intégrante de la rhétorique de l'élite libérale elle-même, pour qui, l'arrivée au pouvoir de Trump a été un véritable coup dur".  Pour les adversaires de Trump, le 20 janvier était la 'fin de l'histoire', alors que pour nous, il représente un pas vers de nouvelles opportunités et options" (4). D'où la "stratégie de l'attention" inaugurée par Douguine à l'égard de Steve Bannon : les deux "se reniflent, se cherchent, se parlent, se voient peut-être" (5).

Le projet de Bannon découle d'une approche géophilosophique essentiellement inspirée de la théorie du "choc des civilisations" de Samuel Huntington (6). Comme dans la vision de Huntington, dans celle de Bannon, les États-Unis d'Amérique jouent un rôle hégémonique au sein de la civilisation " judéo-chrétienne ", qui correspond au bloc constitué par l'Amérique du Nord et l'Europe. Quant à la Russie, le rôle que lui réserve le stratège américain est très différent de celui de cœur et de nerf de l'Eurasie que lui a assigné la géographie ; introduisant une variante fondamentale dans le schéma de Huntington, Bannon propose un concept déjà formulé, dans une tonalité anti-islamique par Guillaume Faye (7), qui projetait, en opposition à la vision eurasiste, une "Eurosibérie" pratiquement alliée à l'Amérique "blanche".

L'idée n'est d'ailleurs pas nouvelle; elle avait déjà été avancée en 1986 par un autre Américain, l'écrivain Gore Vidal : "Pour survivre économiquement dans le futur monde sino-japonais, l'Amérique doit nécessairement s'allier à l'Union soviétique. Après tout, la race blanche est une minorité qui a de nombreux ennemis très spécifiques ; et si les deux grandes puissances de l'hémisphère nord ne s'unissent pas, nous finirons par devenir des paysans ou, pire, une simple diversion pour plus d'un milliard d'Asiatiques impitoyables et efficaces" (8).

Bannon plaide, en outre, pour la nécessité de séparer la Russie de ses alliés eurasiens naturels afin de l'ajouter à la zone "judéo-chrétienne", qui est la variante actualisée, revue et corrigée de l'"Occident" ou du "monde libre".  

L'antagoniste de ce bloc hégémonisé par les États-Unis est représenté, dans le schéma bannonien, par un "Axe du mal" qui n'est plus la vieille triade de Bush Jr. (Iran-Irak-Corée du Nord) mais par un triangle dont les sommets sont Pékin, Téhéran et Ankara.  La Chine, l'Iran et la Turquie sont en effet, selon la propre définition de Bannon, le triple "fruit d'anciennes civilisations guerrières, toutes étrangères à la culture judéo-chrétienne" (9).

Bannon réintroduit ainsi, en précisant en termes d'une alliance redoutée entre la Chine, la Turquie et l'Iran, le spectre déjà évoqué par Huntington, selon lequel l'établissement de l'hégémonie américaine sur l'Asie et son imposition du modèle occidental trouverait son principal obstacle dans un "axe islamo-confucéen".  "Le problème sous-jacent pour l'Occident n'est pas le fondamentalisme islamique. C'est l'Islam" (10), avait écrit Huntington, soulignant qu'à côté de l'Islam, il existe un autre "problème" majeur : la Chine.  En effet, il voit dans la civilisation confucéenne un système de valeurs et d'institutions irréductibles à la culture occidentale: "son insistance sur la frugalité, la famille, le travail et la discipline (...) le rejet commun de l'individualisme et la prévalence d'un autoritarisme "doux" ou de formes très limitées de démocratie" (11). Il est donc clair que "l'héritage confucéen de la Chine, avec son insistance sur l'autorité, l'ordre, la hiérarchie et la suprématie du collectif sur l'individuel, fait obstacle à la démocratisation" (12).

11157824-0-image-a-37_1552948295971.jpg

L'internationale populiste-souveraine

Tirant les conséquences de ce tableau, Bannon invoque une "guerre globale" (13) contre les menaces que représentent la Chine et ce qu'il appelle, en ses propres termes, le "fascisme islamique". Considérant que mener une "guerre globale" nécessite un déploiement international, Bannon envisage l'ambitieux projet d'une Internationale qui devrait "regrouper tous les populistes sous un même toit : de l'Europe aux États-Unis et à l'Amérique du Sud, en passant par Israël, l'Inde, le Pakistan et le Japon" (14).

Il y a des mouvements populistes partout : au Brésil avec Bolsonaro, au Pakistan, en Inde, en Europe", a déclaré M. Bannon dans une interview. Je vais partout dans le monde pour faire des discours. Si je le voulais, je pourrais rester hors des États-Unis pendant une année entière et ne rien faire d'autre (...) Le mouvement populiste est partout dans le monde. Les gens cherchent de l'aide. Ils sont à la recherche d'un guide. Ils viennent me voir et me disent : "Dites-moi que nous ne sommes pas seuls" (15).

En ce qui concerne l'Europe, l'Internationale bannonienne s'appelle Le Mouvement (The Movement) et a initialement installé son siège opérationnel à Bruxelles, où le statut officiel de l'organisation a été formalisé le 9 janvier 2017, par l'avocat Mischaël Modrikamen, ancien président de la synagogue libérale de Bruxelles, président de la Fondation Weizmann en Belgique et fondateur du Parti populaire (dont Joël Rubinfeld était vice-président, président de la Ligue belge contre l'antisémitisme, vice-président du Congrès juif européen en 2009 et 2010 et coprésident du Parlement juif européen).

DmfoivzW4AE5tdu.jpg

L'initiative de fonder The Movement a été prise en décembre 2016 à Jérusalem lors du Jerusalem Leaders Summit, sous l'impulsion de Jasmine Dehaene, épouse de Mischaël Modrikamen et membre du conseil d'administration de The Movement.  Le Mouvement déclare ainsi dans ses statuts qu'il souhaite soutenir "la défense d'Israël en tant qu'État souverain sur son territoire historique" (17).

Premier succès revendiqué par Bannon, grâce à son activité en Europe : la formation du gouvernement "jaune-vert" dirigé par le professeur Giuseppe Conte. J'ai simplement exhorté Salvini et son peuple", a déclaré M. Bannon, "à essayer de former ce gouvernement". Ce qui est décisif, c'est que les Italiens l'ont fait. J'ai simplement donné des conseils qui ont été écoutés. Vous avez frappé un coup au cœur de la bête de l'Europe, des capitales étrangères, des médias d'opposition étrangers" (18).

De son côté, Matteo Salvini, une fois devenu vice-président et ministre de l'Intérieur, a annoncé, le premier parmi les représentants des gouvernements européens, son adhésion au Mouvement.  "La nouvelle a été accompagnée d'un tweet triomphant de Mischaël Modrikamen, l'un des fondateurs du Mouvement: " Il est l'un des nôtres, annonce l'homme politique belge" (19).

Le soutien de la Ligue au Mouvement a été immédiatement suivi par celui de Giorgia Meloni, au nom des "Fratelli d'Italia" (20).

Bannon et Modrikamen ont entrepris de créer un "supergroupe" qui, en rassemblant toutes les forces politiques souverainistes et populistes actives en Europe, pourrait remporter une majorité de sièges au Parlement européen.

Souverainistes et sionistes

Les élections pour le renouvellement de l'assemblée parlementaire de l'Union européenne, a déclaré Bannon dans une interview de novembre 2018 à RTL France, seraient essentiellement une épreuve de force entre l'Allemagne et les nations eurosceptiques. En vue des élections européennes, l'agitateur américain a énoncé l'objectif d'installer le siège du Mouvement dans le bastion de l'euroscepticisme, à Budapest, où également son sondeur de confiance, John Mclaughlin, aurait collaboré avec l'équipe de Viktor Orbán (21).

bannon-orban-2.jpg

Selon Bannon, le Premier ministre hongrois serait "l'homme le plus important sur la scène (...) un héros" (22).  En fait, Viktor Orbán est "Trump avant Trump" : c'est ce que Bannon a déclaré lors d'une convention sur le thème : "L'avenir de l'Europe", qui s'est tenue à Budapest les 23 et 24 mai 2018, dans le cadre des événements culturels promus par la présidence hongroise du groupe de Visegrád et présidée par Maria Schmidt, conseillère du Premier ministre hongrois.  Outre Bannon, la convention a vu la participation de plusieurs personnalités aux tendances populistes et souverainistes : l'ancien président de la République tchèque, Václav Klaus, le sociologue canadien d'origine hongroise Frank Füredi, le journaliste anglais Douglas Murray, l'historien belge David Engels et le philosophe italien Diego Fusaro (23).  Le choix de Budapest pour accueillir Le Mouvement avant les élections européennes n'est pas seulement dû à la position radicalement eurosceptique du gouvernement hongrois, mais aussi à un autre fait fondamental : le 19 juillet 2018, Viktor Orbán a été chaleureusement reçu par Benjamin Netanyahu, qui l'a qualifié de " véritable ami d'Israël ", l'a félicité pour sa lutte contre " l'antisémitisme " et l'a remercié pour la position pro-israélienne de son pays (24).  Enfin, l'alliance avec Netanyahu a permis à Orbán d'expulser de Budapest l'Université d'Europe centrale (l'université fondée par le "philanthrope" Soros), qui a toutefois immédiatement trouvé un nouveau foyer à Vienne, capitale d'un autre pays gouverné par les souverainistes (25).  Orbán, pour sa part, a rendu les faveurs de Netanyahu en faisant intégrer le régime sioniste au groupe de Visegrád en tant que "pays associé" (26). La capitale hongroise était présentée comme le lieu idéal pour une entente entre le premier ministre souverain, le chef du régime sioniste et l'agitateur américain.

Il existe un autre ministre souverainiste qui a manifesté de la manière la plus flagrante sa totale disponibilité à l'égard du régime sioniste: Matteo Salvini. Mais aussi les autres mouvements souverainistes, du Rassemblement national à Alternative für Deutschland en passant par l'Ukip britannique, maintiennent la nécessité d'une relation privilégiée avec l'entité sioniste, avant-poste de la "civilisation judéo-chrétienne" selon Bannon. Netanyahou, pour sa part, a identifié les souverainistes comme des alliés du régime sioniste dans le jeu en cours avec l'Union européenne, qui a non seulement cherché à maintenir en vie l'accord sur le nucléaire iranien, malgré les pressions et les représailles de Washington, mais aussi son opposition à la relocalisation des ambassades à Jérusalem.  En juin 2018, le chef sioniste a refusé de rencontrer la haute représentante de l'UE pour les affaires étrangères, Federica Mogherini, qui a déclaré : "Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a dit qu'il s'attendait à ce que d'autres pays déplacent leurs ambassades"." Il peut garder ses attentes pour les autres, car les pays de l'UE ne le feront pas" (27).

imovoffages.jpgAccomplissant une démarche suggérée à Trump par Steve Bannon, les États-Unis d'Amérique ont déplacé, le 14 mai 2018, leur ambassade de Tel-Aviv à Jérusalem, reconnaissant officiellement la ville sainte comme la capitale de l'entité sioniste établie en Palestine.  Alors que l'Union européenne et la grande majorité des États membres, opposés à l'initiative de Washington, ont jugé bon de ne pas accepter l'invitation à assister à l'inauguration de la nouvelle ambassade, trois pays au leadership souverainiste (Hongrie, Autriche, République tchèque) ont au contraire envoyé leurs représentants.

Et l'Italie ? Interrogé par Leone Paserman, un représentant de la communauté juive italienne, sur le transfert de l'ambassade d'Italie de Tel Aviv à Jérusalem, Salvini a répondu: "Vous savez comment je pense : pas à pas.  Il y a un gouvernement et je dois aussi écouter les partenaires" (28).  Aussi à la tête du Mouvement. 

* Une version plus longue de cet article se trouve dans le volume AA. VV : Inganno Bannon, Cinabro Edizioni, 2019 (www.cinabroedizioni.it).  Il peut également être commandé sur le site edizioni@insegnadelveltro.it

Traduction espagnole : Francisco de la Torre

Source : https://www.eurasia-rivista.com/sovranismo-e-civilta-giudeo-cristiana/

NOTES

[1] Bannon: ”Questa Unione europea è finita” [Cette Union européenne est finie], http://www.rainews.it, 3 de junio de 2018.

[2] M. Murelli: Mais les Etats-Unis ont changé et nous aussi nous devons évoluer. En ce qui concerne la question du populisme, d'étranges synergies se sont produites. Jetons un oeil sur Bannon et Douguine, sans préjugés et sans dogmes dépassés, "Il Primato Nazionale”, septiembre 2018, a. II, n. 12, p. 45.  Le directeur de e périodique intervient en marge de l'article, en prenant ses distances avec les thèses exprimées par l'auteur.   [Note du trad.] Murelli est le directeur de la maison d'édition AGA Editrice, la principale maison qui publie les oeuvres de Douguine.

[3] Cfr. A. Dugin, “Terra Verde”: América, en: A. Dugin, Continente Rusia, Edizioni all'insegna del Veltro, Parma 1991, pp. 47-64

[4]  https://www.alaindebenoist.com/2017/03/28

[5] M. Murelli, art. cit. p. 44.

[6] S. P. Huntington: The Clash of Civilization and the Remaking of World Order, Simon & Schuster, Nueva York 1996; trad. esp.: El Choque de Civilizaciones y la Reconfiguración del Orden Mundial. Ediciones Paidós Ibérica, S.A., Barcelona, 1997.

[7] G. Faye, The geopolítics of ethnopolitics: the new concept of Eurosiberia, texte présenté lors du colloque "Le futur du monde blanc', tenue à Moscou du 8 au 10 juin 2006. Pour une critique de l'islamophobie de Guillaume Faye, se référer à: Tahir de la Nive, Les Croisés de l'Oncle Sam - Une réponse européenne a Guillaume Faye et aux islamophobes, Avatar, Paris 2003.

[8] "For America to survive economically in the coming Sino-Japanese world," he wrote, "an alliance with the Soviet unión is a necessity. After all, the white race is a minority race with many well deserved enemies, and if the two great powers of the Northern Hemisphere don’t band together, we are going to end up as farmers-or, worse, mere entertainment-for the more than one billion grimly efficient Asiátics" ("Pour que l'Amérique survive économiquement dans le monde sino-japonais en devenir", écrivait-il, "une alliance avec l'Union Soviétique s'avère nécessaire. Après tout, la race blanche est une race désormais minoritaire, qui a beaucoup d'ennemis, et si les deux grandes puissances de l'hémisphère septentrional ne font pas cause commune, nous allons terminer comme simple paysans ou, pire, comme spectacle amusant pour ce milliard d'Asiatiques terriblement efficaces").  Cf. https://ahtribune.com/us/2696-american-empire-die.html

[9] https://www.lastampa.it/2018/03/11

[10] S. Huntington, El choque de civilizaciones y el nuevo orden mundial, cit., p. 259.

[11] S. P. Huntington, El choque de civilizaciones y el nuevo orden mundial, cit. p. 128.

[12] S. P. Huntington, ibidem, p. 284.

[13] "Anyone seeking to trace the pathogenesis of the Islamophobia that would grip Bannon thirty years hence can follow it back to Tehran and his time in the Middle East. The hostage crisis, he came to believe, was just the first hint of a hostility that could grow into something that would one day threaten the West - something that, he would finally conclude thirty-five years later, urgently necessitated ‘a global war against Islamic against fascism" ("Tous ceux qui cherchent à faire la généalogie ce cette pathologie qu'est l'islamophobie qui s'est emparée de Bannon il y a une trentaine d'années doit remonter à son séjour à Téhéran et au Moyen-Orient. La crise des otages, a-t-il fini par croire, n'était que la première manifestation d'une hostilité qui pouvait croître et devenir quelque chose qui, un jour, menacerait l'Occident - quelque chose qui, finit-il par conclure trente-cinq ans plus tard, appelait d'urgence et par nécessité de mener une guerre globale contre le fascisme islamique") (Joshua Green, Devil’s bargain. Steve Bannon, Donald Trump, and the storming of the Presidency, Scribe Publications, London 2017, p. 58). Le fait que l'islamophobie de Bannon est renforcée par un sentiment anti-iranien n'est certainement pas étranger à la collaboration entamée par Bonnon & Co. avec un homme d'affaires saoudien bien connu, le Prince Al-Walid bin Talal (Cfr. J. Green, op. cit., p. 78).

[14] M. Ventura, L’intervista. Steve Bannon. “Serve un super-gruppo dei populisti in Europa”, “Il Messaggero”, 10 de septiembre de 2018.

[15] https://eu.usatoday.com/story/news/world/2018/12/13

[16]  https://www.medias-presse.info/enquete-sur-the-movement-promu-par-steve-bannon

[17] A. Macdonald, Belgian lawyer launches Trump-inspired anti-EU movement www.reuters.com, July 24, 2018.

[18] L. Romano, Bannon e il governo M5s-Lega “Un colpo per la bestia Europa”, www.ilgiornale.it, 3-06-2018.

[19] https://www.republicaa.it/esteri/2018/09/07

[20] M. Pontrelli, Steve Bannon esulta: dopo Salvini anche Meloni dentro The Movement, l’Internazionale sovranista, https://notizie.tiscali.it

[21] http://www.ansa.it/europa/notizie/rubriche/altrenews/2018/11/19

[22] https://www.ilfoglio.it/esteri/2018/03/29

[23] M. Tacconi, Orbán chiama a raccolta a Budapest l’Europa sovranista e neo-populista, https://eastwest.eu/it

[24] http://www.ansa.it/sito/notizie/mondo/mediooriente/2018/07/19

[25] https://www.ilsole24ore.com/art/mondo/2018-11-19

[26] U. De Giovannangeli, Con la visita di Orbán, Israele è membro onorario di Visegrád, www.limesonline.com

[27] M. Crudelini, Quel legame tra Netanyahu, Bannon e i sovranisti d’Europa, www.occhidellaguerra.it

[28] http://www.ansamed.info/ansamed/it/notizie/rubriche/politica/2018/12/12

Écrire un commentaire