Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 février 2022

La dérive anti-française en Afrique, comment Paris risque de perdre le Sahel

cf064c0_5341076-01-06.jpg

La dérive anti-française en Afrique, comment Paris risque de perdre le Sahel


Mauro Indelicato

Ex: https://it.insideover.com/politica/la-deriva-anti-francese-in-africa-cosi-parigi-rischia-di-perdere-il-sahel.html

Ces derniers jours, le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian n'a pas mâché ses mots à l'égard de la junte militaire qui dirige le Mali depuis mai dernier. Selon le représentant de la diplomatie française, le gouvernement malien actuel est "illégitime" et prend des "mesures irresponsables". Bamako ne l'entend pas de cette oreille. Pour Assimi Goita, le général qui dirige le gouvernement depuis le dernier (d'une longue série) coup d'Etat en mai dernier, Le Drian s'est immiscé dans les affaires intérieures du Mali. Il décide donc d'expulser l'ambassadeur français Joël Meyer, ouvrant ainsi une crise diplomatique sans précédent. Cependant, l'épisode a des origines encore plus lointaines. Et cela ne concerne pas seulement le Mali, mais toute la région du Sahel.

D'où vient le sentiment anti-français

Le Mali, dans la zone francophone du Sahel, a toujours été un pays plutôt "rebelle" par rapport à Paris. En 1962, Bamako décide même d'imprimer sa propre monnaie au lieu du franc Cfa, celui qui est actuellement en vigueur dans la plupart des anciennes colonies françaises d'Afrique de l'Ouest. Le pays a réintégré le groupe en 1984, mais aujourd'hui encore, le débat sur la monnaie est source d'âpres controverses. Même l'un des imams les plus en vue de Bamako, le très populaire Mahmoud Dicko, a, ces dernières années, soulevé les foules en qualifiant le franc Cfa d'outil colonial. Mais c'est dans tous les pays d'Afrique subsaharienne que ces questions trouvent un large écho. Lors des élections sénégalaises de 2019, certains candidats ont proposé la sortie de Dakar de la monnaie unique de l'espace francophone. Au Burkina Faso, depuis 2014, après le coup d'État qui a déposé Compaoré, les effigies de Thomas Sankara sont réapparues et, avec elles, les accusations contre la France d'avoir orchestré l'assassinat du "Che Guevara noir" en 1987.

60390412_303.jpg

Au sud du Sahara, il y a un désir de regarder vers des horizons différents. À Bamako, comme dans les autres capitales de la région, les jeunes disposent de smartphones et sont inscrits sur les réseaux sociaux. Ils peuvent donc voir ce qui se passe à l'extérieur et critiquer sévèrement ce qui se passe à l'intérieur de leur pays. Le sentiment d'insécurité lié à la propagation de la pression djihadiste et la crise économique exacerbée par le coronavirus font le reste. Cela a alimenté un sentiment d'impatience à l'égard des classes dirigeantes actuelles et, par extension, de la France, accusée d'apprivoiser des politiciens et des présidents corrompus pour ses propres intérêts. Les versions africaines de l'anti-politique ont ainsi produit des sentiments anti-Paris et encouragé la "contagion" des coups d'État survenus au cours de ces deux dernières années. Entre tentatives et succès, il y a eu au moins sept coups d'État dans six pays différents (deux au Mali seulement) au Sahel depuis 2020. Les militaires sont soutenus par une grande partie de la population car ils sont considérés soit comme de véritables libérateurs, soit comme un moindre mal. Au Mali, comme au Niger, au Burkina Faso, au Tchad et dans d'autres pays d'Afrique de l'Ouest, pour de nombreux citoyens, il est préférable de traiter avec un militaire qu'avec un politicien lié à la France.

La Russie et la Turquie tentent de prendre pied en Afrique

La décision du général Goita d'expulser l'ambassadeur français s'inscrit dans ce cadre. Ce n'était pas tant un test de force ou de caractère. Il s'agissait plutôt d'un signal politique clair. Bamako veut se détacher de Paris. Et les militaires, de leur côté, veulent jouer sur le sentiment anti-français qui s'est répandu dans tout le Sahel. Presque comme pour montrer que, désormais, les mots de l'Elysée adressés à la junte militaire doivent être mesurés. Aussi parce que Goita essaie de regarder ailleurs. La main de la Turquie est aussi partie prenant dans le feu des protestations au Mali. La popularité de l'imam Dicko montre que les revendications islamiques gagnent du terrain dans l'opinion publique. À l'heure où les signes d'une volonté de changement se multiplient, le poids des institutions religieuses locales ne cesse en effet de croître. Et ce n'est pas un mystère que là où il y a une forte poussée de l'islam politique, la faveur et la ferveur d'Ankara sont derrière. Mais la véritable nouveauté dans le tableau politique de Bamako est son rapprochement avec la Russie.

_118305755_gettyimages-1192808968.jpg

Au cours de l'été, la junte Goita a signé un accord avec la société d'entrepreneurs Wagner, qui est étroitement liée au Kremlin. Des images de véhicules russes en action à Bamako sont récemment apparues dans les médias français. Un peu comme ce qui se passe en République centrafricaine, un autre pays francophone dont le gouvernement a choisi d'accueillir sur son territoire des hommes et des véhicules de Wagner. Moscou, qui a fait un retour en force en Méditerranée au cours de la dernière décennie, étend désormais son champ d'action également au Sahel et en Afrique subsaharienne. Une inconnue non seulement pour la France, mais pour tout l'Occident. Au Mali, la mission Takuba, à laquelle participent également 200 soldats italiens, est en cours. L'opération, qui a pour but de combattre les groupes djihadistes bien implantés dans le nord du pays, voit la présence de plusieurs contingents européens. Y compris le contingent danois, qui, le 25 janvier, a été considéré comme "indésirable" par le gouvernement de Bamako. Ce choix a conduit aux déclarations de Le Drian et à une crise diplomatique entre le Mali et la France. Que va-t-il advenir de la mission maintenant ? L'UE, par la bouche du haut représentant pour la politique étrangère Josep Borrell, souhaite la maintenir "mais pas à tout prix". La Suède va peut-être retirer ses soldats. Mais Goita, a souligné le diplomate français Nicolas Normand dans les médias transalpins, n'a jamais demandé leur retrait.

main-qimg-0614b552d691dda8da720cea02c8819f.jpg

p3xwfdvds9551.jpg

Soldats suédois déployés au Mali.

Le choix de Macron

Le président français Emmanuel Macron est pris entre deux feux. D'une part, les opérations au Mali n'ont jamais suscité la popularité. Mais à quelques mois du vote pour les présidentielles françaises, même un retrait complet du pays (et, par extension, d'une grande partie du Sahel) n'aiderait pas à consolider sa réputation. Pour cette raison aussi, l'Elysée prend son temps. Il y a deux éléments qui calment la diplomatie française sur le long terme. D'une part, la conviction que ni la Russie ni la Turquie n'ont intérêt à prendre le relais de Paris. C'est une chose d'entrer furtivement dans la zone, c'en est une autre de gouverner le véritable bourbier économique et politique dans lequel le Sahel est tombé. D'autre part, les observateurs parient sur l'incapacité des nouvelles juntes militaires, tant au Mali que dans d'autres pays. Aucun des généraux qui ont accédé au pouvoir, raisonne l'Elysée, n'est capable à terme de répondre aux demandes de changement formulées par les populations de la région. Enfin, le Mali ne peut se passer de ses relations avec la France, et l'absence d'une demande formelle de mettre fin à l'opération Takuba en est la preuve. Sous la couverture des tiraillements politiques, il existe un dialogue qui ne peut être rompu complètement.

Écrire un commentaire