Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 04 mars 2022

Les enjeux de la guerre en Ukraine. Une perspective métaphysique

image3-2.jpg

Les enjeux de la guerre en Ukraine. Une perspective métaphysique

Avec le lancement de la vaste opération militaire russe sur le territoire ukrainien, le monde entier est entré dans une phase décisive de son histoire. Et en gardant à l’esprit que l’histoire n’est pas un déroulement mécanique, implacable et fataliste d’événements sans aucune sens, restant ouverte à une infinité d’options et de probabilités, déterminées par la volonté divine, la fin de cette bataille majeure est incertaine.

Toute l’humanité semble saisie par le tourbillon d’éléments d’une force irrésistible, par la puissance aveugle de contradictions insurmontables, dont la libération ne peut avoir d’autre issue que celle d’une lutte à mort entre deux mondes, entre deux visions de la vie. Cet affrontement planétaire ne semble pas laisser place à une fin où les deux parties s’entendraient sur un compromis. Chacun des belligérants aspire à l’anéantissement définitif de l’ennemi.

Derrière le plan étroit des deux camps belligérants se cachent deux visions antagonistes et diamétralement opposées du monde et de la vie. C’est un choc majeur de civilisations radicalement différentes, qui ne peut s’affirmer que par contraste au modèle opposé. Au cœur de cette bataille irréconciliable se trouvent deux modèles civilisationnels. En fait, deux civilisations qui diffèrent de façon frappante.

Voici donc le profil identitaire des ces deux mondes d’un point de vue métaphysique.

• la civilisation tellurocratique versus la civilisation thalassocratique;
• la civilisation de la Terre contre la civilisation de la Mer;
• la civilisation continentale versus la civilisation océanique;
• la civilisation de la clarté céleste versus la civilisation de l’obscurité marine;
• la civilisation stable versus la civilisation versatile;
• la civilisation verticale versus la civilisation horizontale;
• la civilisation de la Tradition versus la civilisation de la Modernité;
• la civilisation de la croix versus la civilisation usuraire;
• la civilisation du salut contre la civilisation de la perdition;
• la civilisation solaire versus la civilisation sélénaire;
• la civilisation de l’amour contre la civilisation de la haine;
• la civilisation du transcendant contre la civilisation de l’immanent;
• la civilisation de l’esprit versus civilisation de la matière;
• la civilisation de la masculinité versus la civilisation du féminisme gynécocratique;
• la civilisation religieuse versus civilisation païenne;
• la civilisation du sacré versus la civilisation du profane;
• la civilisation du mysticisme contre la civilisation du gnosticisme;
• civilisation colombienne versus civilisation reptilienne;
• la civilisation créationniste versus la civilisation évolutionniste;
• la civilisation du christocentrisme versus la civilisation de l’anthropocentrisme;
• la civilisation organique versus civilisation nihiliste;
• civilisation naturelle versus civilisation mécaniciste;
• la civilisation de la foi versus la civilisation du scientisme;
• la civilisation des lentes transformations versus la civilisation des ruptures révolutionnaires;
• la civilisation lumineuse de l’esprit contre la civilisation terne de la matière;
• la civilisation de la vie contre la civilisation de la mort;
• la civilisation du don versus la civilisation de l’argent;
• civilisation contemplative versus civilisation utilitaire;
• la civilisation de l’honneur contre la civilisation de l’intérêt;
• la civilisation de l’esprit de sacrifice versus la civilisation hédoniste;
• la civilisation des héros contre la civilisation des marchands;
• la civilisation des saints contre la civilisation des idoles;
• la civilisation du culte du travail versus la civilisation du profit parasitaire;
• la civilisation rurale versus la civilisation urbaine;
• la civilisation de la modération contre la civilisation de l’abondance;
• la civilisation du naturel versus la civilisation technocratique;
• la civilisation de l’harmonie versus la civilisation du chaos;
• la civilisation du beauté versus la civilisation de l’abominable;
• la civilisation de la famille contre la civilisation de la perversion sexuelle;
• la civilisation de la fidélité versus la civilisation de la promiscuité ;
• la civilisation de la morale contre la civilisation de la dépravation;
• la civilisation de la fertilité contre la civilisation de la stérilité;
• la civilisation du sens versus la civilisation de l’absurde;
• la civilisation de la décence contre la civilisation de l’indécence;
• la civilisation du génie humain versus la civilisation de l’intelligence artificielle;
• la civilisation de l’homme contre la civilisation du transhumanisme.

Cette bataille n’est donc pas entre deux pays, mais entre deux manières de vivre et d’interpréter la vie. Et dans ce cas, il importe moins que tous ceux qui sont du côté de la Russie sont conscients ou non de sa mission civilisationnelle. Il ne pouvait en être autrement puisque ce pays doté d’une mission historique majeure a subi deux énormes chocs civilisationnels: l’expérimentation communiste et l’expérimentation libérale. Mais malgré ces traumatismes historiques, les archétypes ancestraux, la dot spirituelle byzantine, les codes culturels continentaux ont été préservés dans les profondeurs de l’inconscient collectif. Au-delà des traumatismes historiques, de l’ankylose et des tics idéologiques obsolètes, se cache la vigueur régénératrice d’une nation qui n’a pas abandonné sa vocation à faire l’histoire et à perdurer dans le temps.

La lutte convulsive de toute l’humanité comme au bord d’une mort inexorable a commencé il y a deux ans, avec le lancement de la phase finale de la conspiration occulte visant la dépopulation de la planète. Rien ne semblait pouvoir renverser le cours des événements. Mais cette guerre pourra-t-elle désormais arrêter le génocide mondial et mettre fin aux tueries de masse par injection, ou ne fera-t-elle qu’accélérer la fin implacable de la civilisation humaine?

Nos prières s’adressent à notre bon Dieu pour permettre la victoire des forces de la lumière et nous donner un peu plus de temps pour vivre. Face à la mort imminente, nous sommes toujours dans une crise de temps pour nous repentir.

Notre espoir est que la tragédie sanglante de la guerre en Ukraine ne précipitera pas la fin du monde, mais seulement la fin de ce monde déchu, qui sera suivie d’un nouveau commencement.

P.S.: Et ceux qui hésitent encore, ne sachant à quel côté de la ligne de front adresser leur sympathie, il serait bon de ne retenir que quelques figures monstrueuses qui sont dans le camp des pacifistes antirusses: le prédateur financier et oligarque sordide George Soros, la super-star satanique Madonna et Marina Abramović, célèbre pour ses improvisations artistiques sinistres avec des rituels sataniques du cannibalisme, des assassinats de bébés, des perversions sexuelles, etc., cette personne démoniaque étant étroitement liée au clan Iluminati Rothschild.

Toute l’armée de mercenaires du monde entier, qui a rejoint il y a deux ans l’arnaque du Covid-19, arborant leurs masques de protection et nous appelant à l’injection, arbore désormais déjà un autre masque, celui des amoureux de la paix et en même temps d’alliés des guerriers de Kiev. Derrière ces masques se cache le rictus hideux des forces mondialistes maléfiques.

Iurie Roşca
04.03.2022

Écrire un commentaire