Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 avril 2022

La stratégie économique de Cuba contre les sanctions

b1140a8ac47409182852519f164a1bae.jpg

La stratégie économique de Cuba contre les sanctions

Leonid Savin

Source: https://www.geopolitica.ru/article/ekonomicheskaya-strategiya-kuby-v-borbe-s-sankciyami

L'expérience de Liberty Island pourrait être utile à la Fédération de Russie

Immédiatement après la révolution de 1959, Cuba a subi une pression sans précédent de la part des États-Unis. Au cours des premières années, une agression militaire a été tentée et projetée, mais après le déploiement des missiles soviétiques en 1962 et la présence de nos experts militaires sur place, la ferveur belliqueuse à Washington s'est refroidie. La Maison Blanche est passée aux méthodes des opérations secrètes et du blocus économique.

Jusqu'en 1991, avec le soutien direct de l'Union soviétique, Cuba n'avait aucun problème de gestion économique, mais après l'effondrement de l'Union soviétique, le poids de la confrontation économique et politique avec les États-Unis est devenu beaucoup plus difficile à supporter. Cependant, malgré le blocus et les mesures de sanctions, Cuba n'a pas succombé au chantage et aux menaces des États-Unis. Dans ces nouvelles conditions, le pays devait réformer son système économique, trouver des méthodes de travail plus efficaces et chercher des moyens de coopérer avec d'autres pays.

En 2010, Raul Castro a annoncé des réformes économiques, qui ont autorisé les entreprises privées et transformé les industries d'État. Comme les sanctions à l'encontre de Cuba ont été quelque peu assouplies sous Barack Obama, cela était encourageant.

Mais après l'arrivée de Donald Trump à la Maison Blanche, la politique de pression dure est revenue et a été poursuivie sous l'administration de Joe Biden. Pour contourner les sanctions, les dirigeants cubains ont dû recourir à une série de mesures forcées. En 2014, Cuba a ouvert la zone économique libre de Mariel.

En juillet 2020, le gouvernement de la République de Cuba a adopté une stratégie sociale et économique pour renforcer l'économie et atténuer les effets de la crise provoquée par l'épidémie de coronavirus. En parallèle, les travaux se sont poursuivis sur le Plan national de développement socio-économique 2030 [i].

Selon le président Díaz-Canel, une stratégie a été adoptée qui donne des résultats, avec comme point de départ la situation du monde et du pays, en analysant le débat public dans les médias sociaux et les milieux universitaires. 

De manière révélatrice, les dirigeants cubains ont adopté une approche globale pour comprendre les menaces qui pèsent sur la société et l'État.

 "Au niveau mondial, nous assistons à une crise profonde résultant de l'impact du Covid-19, de l'effondrement final des paradigmes néolibéraux de l'impérialisme et des actions insultantes de l'hégémonie impériale identifiées dans le livre de John Bolton" - a déclaré le dirigeant cubain.

Le Président a noté que le livre de Bolton soulève la question de savoir comment le gouvernement américain fait pression sur d'autres pays. Il parle de son soutien aux tentatives de coup d'État, à l'ingérence, à la violence, à l'intervention militaire et au déploiement de bases dans le monde entier.

surrender-is-not-an-option-9781416552857_hr.jpg

Le chef d'État cubain a déclaré que l'administration américaine était préoccupée par le prestige et les résultats de notre pays. "Cela explique pourquoi elle accroît son agressivité dans les circonstances actuelles, comme en témoignent l'augmentation des persécutions financières, le gel des comptes cubains dans des pays tiers, diverses actions visant à discréditer les dirigeants cubains, la réduction des envois de fonds, l'application de restrictions aux entreprises qui font des affaires avec Cuba et les tentatives constantes de créer les conditions d'une explosion sociale."

Dans le cadre d'une stratégie visant à contrer l'ingérence des États-Unis, le président cubain a noté la nécessité de pouvoir anticiper les manipulations médiatiques visant à discréditer le gouvernement, ainsi que d'éviter de provoquer davantage de controverses potentielles sur des questions sensibles, telles que l'égalité du mariage, le racisme, la violence à l'égard des femmes, la protection des animaux, etc ;

Le leader cubain a également souligné que, parce que les États-Unis disposent de beaucoup de fonds ainsi que de laboratoires idéologiques, ils appliquent de nouveaux modèles de médias. Cuba a donc décidé de développer une stratégie de communication adéquate capable de faire face à de tels défis. Dans le même temps, la nécessité d'actualiser les méthodes de communication, c'est-à-dire sa débureaucratisation et sa numérisation, a été soulignée.

Après la promulgation du nouveau programme, la priorité a été donnée à la production et à la souveraineté alimentaires, ce qui a entraîné des changements dans le système du ministère de l'agriculture.

En outre, les travaux visant à améliorer le secteur non étatique, l'unification monétaire et monétaire ont commencé.

À partir de janvier 2021, Cuba a supprimé la circulation parallèle de deux types de peso et n'a laissé qu'un seul type de monnaie nationale. Et depuis juillet 2021, elle a dû renoncer à l'utilisation de dollars en espèces en circulation en raison du renforcement des sanctions par les États-Unis.

Récemment, le vice-premier ministre Ricardo Cabrisas Ruiz, dans le rapport annuel du ministère du commerce extérieur et de l'investissement étranger, a déclaré que la diversification et la recherche de nouveaux marchés de niche en alliance avec des formes de gouvernement non étatiques doivent également être envisagées et être en mesure de récupérer les secteurs traditionnels qui sont viables [ii].

Facts-About-Cuba-1600x1067.jpg

À cet égard, Rodrigo Malmierca Dias, chef du ministère, a noté que le nouveau portefeuille d'opportunités, aligné sur les principales orientations stratégiques du Plan national de développement économique et social 2030, compte 678 projets, dont 130 sont prioritaires.

Selon Alejandro Gil, ministre de l'économie et de la planification, la nouvelle stratégie cubaine pour faire face à la crise économique repose sur une planification centralisée. "Cette particularité fait la force de notre système, qui ne signifie pas une distribution centralisée des ressources. Nous prenons des mesures pour décentraliser l'allocation administrative des ressources", a-t-il souligné.

Deuxièmement, comme la Russie, Cuba pratique également la substitution des importations pour protéger sa propre production. Ensuite, il y a la régulation du marché, principalement par des méthodes indirectes. Le quatrième principe de la stratégie consiste à réunir différents acteurs économiques dans les secteurs étatique et non étatique. Le cinquième point concerne le rôle stimulant de la demande intérieure. Cela permet la création d'emplois et garantit que la demande intérieure est utilisée en fonction de la croissance productive du pays.

Le sixième principe concerne une plus grande autonomie dans la gestion du secteur des entreprises, un élément largement réclamé par la population et par les entrepreneurs eux-mêmes. Le septième élément concerne la mise en œuvre des aspects clés approuvés et planifiés dans le cadre du renouvellement des formes de gouvernance et de propriété. 

Le huitième élément concerne la promotion de la compétitivité en assurant l'utilisation efficace des ressources matérielles et financières ainsi que l'épargne comme moyen d'accroître l'efficacité. Et le dernier principe de la stratégie concerne le respect de la politique environnementale et du développement durable.

En ce qui concerne ce dernier point, Cuba introduit activement des sources d'énergie renouvelables. Les contrats passés par les particuliers et les entreprises pour l'énergie solaire photovoltaïque devraient avoir un impact économique dans un avenir proche.

Le ministère de l'Agriculture a indiqué sur son site Web que les économies monétaires réalisées grâce aux sources d'énergie renouvelables permettent une réduction annuelle de 2 % de la consommation d'électricité [iii].

L'Union nationale de l'énergie est en train d'introduire de nouveaux systèmes qui produisent de l'électricité à partir de panneaux solaires. Le remplacement de 37 % de la consommation d'électricité par des sources d'énergie renouvelables d'ici 2030 est une priorité dans tous les secteurs du pays.

Dans l'ensemble, on peut dire que la transition vers l'énergie verte à Cuba est assez prometteuse en raison du grand nombre de jours ensoleillés et de la possibilité d'exploiter l'énergie marémotrice.

Attirer les entreprises étrangères dans l'économie cubaine est également l'une des priorités de la nouvelle stratégie.

On sait que sept entreprises étrangères de sept pays interagiront avec 51 entreprises nationales lors de la XXIIIe édition du Salon international de l'agroalimentaire Fiagrop 2022, qui se tiendra du 4 au 8 avril au parc des expositions de Rancho Boyeros [iv].

La foire, organisée par la société Agroholding sous les auspices du ministère de l'Agriculture, du ministère de l'Industrie alimentaire, de la société Azcuba Sugar et de la Chambre de commerce de la République de Cuba, encourage les relations commerciales par le biais d'expositions de produits et de services, de séminaires, de conférences, de présentations de produits, d'un forum d'affaires, de ventes aux enchères et d'une exposition de 1000 bovins.

De toute évidence, cet événement sera d'une grande importance pour l'économie cubaine après deux années de suspension dues aux restrictions de quarantaine dans le pays.

Pourtant, les interactions internationales comportent certains risques de tomber sous le coup des sanctions américaines. Par exemple, le 21 mars 2022, une juge fédérale de Miami s'est prononcée contre les navires de croisière Carnival, Norwegian, Royal Caribbean et MSC, qui, selon elle, menaient à Cuba des opérations touristiques interdites par la loi américaine entre 2015 et 2019 [v]. Dans sa décision, la juge Beth Bloom a déclaré que, bien que ces compagnies soient autorisées par le gouvernement fédéral à amener des citoyens à Cuba, elles n'étaient pas autorisées à les utiliser pour le tourisme.

En outre, une compensation a été demandée pour les descendants d'un homme d'affaires américain pour l'utilisation du terminal de La Havane, qui "a été confisqué après la révolution cubaine pour des voyages effectués en dehors des catégories autorisées par la loi".

Le tourisme est l'un des secteurs les plus touchés par l'embargo unilatéral des États-Unis. Parce qu'il génère des revenus importants pour les caisses de la République de Cuba, Washington cherche constamment de nouvelles excuses pour restreindre les visites des étrangers qui viennent en tant que touristes.

Donald Trump a adopté 243 mesures coercitives contre Cuba, qui sont toujours en vigueur. Entre mai et juin 2019, Trump a activé le titre III de la loi Helms-Burton (adoptée en 1996 par Bill Clinton), qui renforce le caractère extraterritorial de l'embargo économique, commercial et financier, et a annoncé des restrictions qui ont conduit Cuba à annuler les escales de bateaux de croisière sur l'île.

Cela permet aux Américains de poursuivre pratiquement toute entreprise considérée par Washington comme faisant des affaires ou profitant des biens saisis par le gouvernement cubain.

En réponse, le 24 décembre 1996, Cuba a adopté la loi n° 80, Réaffirmation de la dignité et de la souveraineté de Cuba, qui a déclaré la loi Helms-Burton illégale et nulle et non avenue.

Les autorités cubaines ont déclaré qu'aucune loi étrangère ne peut les empêcher de tirer profit des biens de leur peuple, qui ont été autrefois nationalisés sur la base de décisions parfaitement conformes au droit international.

Néanmoins, selon les chiffres officiels, rien qu'entre avril 2019 et mars 2020, plus de 880 millions de dollars ont été endommagés à Cuba en raison de ces persécutions. Cela oblige le gouvernement cubain à rechercher activement diverses formes de solidarité avec d'autres pays pour atténuer l'impact des sanctions américaines.

Il est certain que des initiatives stratégiques conjointes dans ce domaine avec d'autres États qui ont également fait l'objet de sanctions et de pressions de la part de Washington profiteront à toutes les parties concernées et constitueront un autre pas concret vers la fin de l'hégémonie américaine et l'établissement d'un ordre mondial multipolaire et plus équitable.

Notes:

[i] http://www.minrex.gob.cu/es/node/2987

[ii] https://www.granma.cu/cuba/2022-03-14/que-falta-para-incentivar-mas-la-inversion-extranjera-y-vincular-a-los-actores-economicos-...

[iii] https://www.granma.cu/cuba/2022-03-27/destacan-beneficios-de-las-fuentes-de-energia-renovable-27-03-2022-09-03-04

[iv] https://www.granma.cu/cuba/2022-03-26/abrira-fiagrop-2022-las-puertas-para-el-intercambio-de-firmas-extranjeras-con-empresas-nac...

[v] https://www.prensa-latina.cu/2022/03/24/cruceros-en-la-mira-del-bloqueo-de-eeuu-a-cuba

***

Écrire un commentaire