Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 24 avril 2022

Schumpeter vu de droite et vu de gauche

Joseph-Alois-Schumpeter.jpg

Schumpeter vu de droite et vu de gauche

par Joakim Andersen (2020)

Source: https://motpol.nu/oskorei/2020/02/14/schumpeter-fran-hoger/

Joseph Schumpeter (1883-1950) a été l'un des économistes les plus influents du 20e siècle, notamment en raison de l'importance qu'il accorde à l'entrepreneur et de sa description de la manière dont le capitalisme connaît des périodes de destruction créatrice. Parmi ses étudiants figurent Robert Solow, John Kenneth Galbraith et Paul Sweezy. Il avait plusieurs idées précieuses à offrir, que l'on se dise de droite ou de gauche. On peut trouver chez Schumpeter des éléments de plusieurs traditions, la tradition marxiste, la tradition libérale classique et la tradition réaliste du pouvoir plus conservatrice. Entre autres choses, il considérait le capitalisme comme condamné et décrivait le New Deal presque comme un coup d'État.

bd7c764be7e281a7b7c85f0c5a3d90ae.jpg

Comme Marx, il avait une perspective interdisciplinaire, évoluant dans les domaines de l'économie et de la sociologie. Cela était particulièrement évident dans son ouvrage classique Capitalisme, Socialisme et Démocratie de 1942. Schumpeter s'est demandé si le socialisme était inévitable, et la réponse était sombre. Schumpeter considérait le capitalisme comme un système très efficace pour créer des richesses grâce au lien entre le profit, l'entrepreneur et l'innovation, mais il affirmait également qu'il comportait des faiblesses politiques et culturelles qui causeraient sa perte.

Schumpeter a commencé son étude en passant en revue "le seul grand penseur socialiste", Karl Marx. Il a souligné ses points forts et ses idées importantes, qui s'avèrent être nombreuses. Il s'agit notamment de son énorme érudition en histoire et en économie, de sa théorie des crises et des cycles économiques, de son portrait des tendances centralisatrices futures et de sa vision de l'histoire. En même temps, il a identifié les points faibles de Marx, notamment son manque d'intérêt pour le rôle de l'entrepreneur et son incapacité à comprendre la psychologie du travailleur (comparez la frustration de Lénine). Schumpeter s'est également opposé à la théorie marxienne de l'accumulation originelle, car elle ne tenait pas suffisamment compte des différences humaines. D'une part, selon Schumpeter, il accorde trop d'importance aux facteurs extra-économiques (le vol, etc.), d'autre part, Schumpeter ajoute que "en dernier ressort, le succès du vol doit reposer sur la supériorité personnelle des voleurs. Et dès que cela est admis, une théorie très différente de la stratification sociale se suggère". En bref, Schumpeter n'était pas un égalitariste, ni dans sa vision ni dans ses objectifs. Son intérêt pour le facteur politique le lie également à Pareto plutôt qu'à Marx.

img-le_noeud_ontologique-marx_schumpeter-dessin_de_monik_bouvier-2015.jpg

L'examen par Schumpeter de la pensée de Karl Marx est l'un des plus initiés et des plus honnêtes jamais réalisés. Cela signifie à la fois que le lecteur non marxiste acquiert une compréhension de ce qui a de la valeur dans la pensée, et des arguments utiles qui partent des failles de celle-ci. La section sur Marx aurait été un classique à part entière. Mais Schumpeter poursuit avec une section tout aussi classique, celle où il se demande si le capitalisme peut survivre et y répond par la négative. Il rappelle ici Marx et la vision de la disparition du capitalisme comme étant inévitable, mais il a une vision différente des causes de tout cela. Il était ici beaucoup plus proche de penseurs de droite, certes influencés par Marx, comme Burnham et Francis.

61Svy3Hd3+L.jpg

Pour Schumpeter, c'est plutôt que le capitalisme gagnait sa propre mort, par sa capacité à créer des richesses. Ce n'est pas la pauvreté croissante des masses ou la tendance au monopole qui donnera le coup de grâce au capitalisme; au contraire, il a précisément apporté la prospérité aux masses et, par la destruction créatrice et l'innovation, il brise les entreprises qui s'appuient sur des positions monopolistiques.

L'analyse de Schumpeter était plus originale que cela. Il s'est concentré sur la "superstructure socio-psychologique". Le capitalisme oblige à regarder le monde de manière rationnelle, notamment par la rationalité économique que nous devons adopter dans la vie quotidienne. Cela signifie que les anciennes traditions et institutions perdent leur légitimité, sont critiquées et abolies. Schumpeter a noté ici qu'une approche rationnelle combinée à des informations inadéquates peut très bien conduire à des décisions plus mauvaises que celles motivées par des "préjugés" et associées à un "faible QI". Il prend ici pour exemple la pensée politique des 17e et 18e siècles qui, malgré une prétendue rationalité, a conduit à des désastres. Il est intéressant de noter que Schumpeter, comme Freud et bien d'autres, a également soutenu que derrière les arguments rationnels se cachent souvent les véritables motivations. Mais nous en reparlerons plus loin.

9782070313426_internet_h1400.jpg

La rationalité que le capitalisme encourage est décrite par Schumpeter comme fondamentalement anti-héroïque, utilitaire et pacifiste. Ce rationalisme est une arme à double tranchant, qui sape également les institutions qui protègent le capitalisme et la bourgeoisie. Schumpeter a décrit le rôle central de l'entrepreneur dans le capitalisme, mais il a également décrit comment l'entrepreneur est remplacé par des bureaucrates dans les grandes entreprises ("le progrès économique tend à se dépersonnaliser et à s'automatiser. Le travail de bureau et de comité tend à remplacer l'action individuelle"; comparez également la description que fait Illouz de la grande bureaucratie comme un environnement féminin). Sans entrepreneurs, la bourgeoisie au sens large perd à la fois une partie de ses revenus et sa fonction. Ils sont réduits à des administrateurs.

En outre, Schumpeter a affirmé que la bourgeoisie constituait une élite plus détachée et moins charismatique que les aristocraties des époques précédentes. Le processus de rationalisation avait déplacé ces anciennes élites et les avait remplacées par des bourgeois, mais ce processus constituait une menace pour le système capitaliste. Schumpeter a écrit à ce sujet que "sans la protection d'un groupe non-bourgeois, la bourgeoisie est politiquement impuissante et incapable non seulement de diriger sa nation mais même de s'occuper de son intérêt de classe particulier. Ce qui revient à dire qu'elle a besoin d'un maître". Une telle symbiose entre les classes et les strates était considérée par Schumpeter comme la normale des 6000 dernières années (comparez la perspicacité de Dumézil et de la droite selon laquelle l'économie doit être subordonnée au politique et au sacré). Mais non seulement le capitalisme fait disparaître les strates précapitalistes qui auraient pu être ses alliées, mais il fait également disparaître une grande partie de la strate politiquement importante des propriétaires de petites entreprises. "Le fondement même de la propriété privée et de la liberté contractuelle s'use dans une nation où ses types les plus vitaux, les plus concrets, les plus significatifs disparaissent de l'horizon moral du peuple".

Lorsque l'entrepreneur est remplacé par des bureaucrates rémunérés et des masses anonymes d'actionnaires, la propriété et le contrat perdent également la signification absolue qu'ils avaient autrefois. "La propriété dématérialisée, défonctionnalisée et absente n'impressionne pas et n'appelle pas l'allégeance comme le faisait la forme vitale de la propriété". Le bourgeois ne construit plus une dynastie parallèlement à ses affaires, la famille bourgeoise perd également de son importance. Il en va de même pour la maison bourgeoise. La bourgeoisie perd la foi en ses propres idéaux, tandis que l'idéal héroïque que l'entrepreneur incarnait, dans une certaine mesure, disparaît.

543x840.jpg

L'attitude critique à l'égard de l'autorité et des institutions qui a été encouragée par le capitalisme se retourne maintenant aussi contre le capitalisme. Ceci dans une situation où la bourgeoisie a été rendue sans défense, où les idéologies et les élites qui auraient pu défendre l'ordre bourgeois ont disparu. Schumpeter a écrit à ce propos que "la forteresse bourgeoise devient ainsi politiquement sans défense. Les forteresses sans défense invitent à l'agression, surtout si elles renferment un riche butin. Les agresseurs vont se mettre dans un état d'hostilité rationalisée - les agresseurs le font toujours." L'accent qu'il met sur la rationalisation ne signifie pas qu'il croit que les arguments rationnels viennent en premier et l'hostilité en second. Au contraire, la prise de conscience que "le fort est sans défense et riche" vient en premier, suivie de la colère et de la dispute. "La rationalité capitaliste ne supprime pas les impulsions sub- ou super-rationnelles. Elle ne fait que les faire déraper en supprimant la contrainte de la tradition sacrée ou semi-sacrée. Dans une civilisation qui n'a pas les moyens et même la volonté de les discipliner et de les guider, ils se révolteront".

C'est là que les intellectuels interviennent. Schumpeter a dressé le portrait d'une classe historiquement peu sûre, ayant normalement besoin de protecteurs. Ils constituent une classe à part sans être une classe en soi, pas une "vraie" classe sociale comme les ouvriers ou les bourgeois, mais tout de même en possession d'habitudes et d'intérêts communs. Cette classe est de plus en plus nombreuse et importante dans la société bourgeoise, notamment dans les médias, les universités et la bureaucratie. Schumpeter les a décrits comme des critiques de la nature, avec une forte tendance au mécontentement. "Le mécontentement engendre le ressentiment. Et elle se rationalise souvent en ce que la critique sociale, comme nous l'avons vu précédemment, est de toute façon l'attitude typique des spectateurs intellectuels à l'égard des hommes, des classes et des institutions, surtout dans une civilisation rationaliste et utilitaire." Contre cette critique, les bourgeois n'ont rien pour se défendre, les mesures répressives illibérales qui auraient été nécessaires pour sauver leur civilisation leur sont étrangères. Schumpeter a décrit comment la bourgeoisie se laissait même éduquer par ses ennemis jurés et embrassait leurs visions radicales du monde.

Pris dans leur ensemble, ces éléments suggéraient que la civilisation capitaliste et bourgeoise était sur le point de s'effondrer, pour être remplacée par une certaine forme de socialisme (un terme utilisé par Schumpeter dans un sens large). Il ne l'a pas décrite comme souhaitable, mais a identifié les contradictions centrales de la civilisation qui avait commencé à décliner. Et ce, d'une manière qui rappelle fortement les machiavéliens comme Burnham et Francis. Schumpeter lui-même a cité à la fois Pareto et Le Bon, ses vues sur les élites et la démocratie se recoupant avec celles de Pareto.

En bref, le tableau qu'il dresse dans ce livre est le portrait peu flatteur d'une élite bourgeoise qui s'est laissée étouffer par le consumérisme d'une part et qui ne comprend pas ou ne se soucie pas de sa propre civilisation d'autre part. Vu sous l'angle machiavélique, c'est un portrait fascinant. Schumpeter a peut-être parlé de l'étape post-bourgeoise comme étant socialiste, Francis au lieu du Léviathan managérial, les deux perspectives s'enrichissent considérablement l'une l'autre. La lecture de Francis après Schumpeter devrait être enrichissante. Que vous soyez un conservateur, un marxiste, un libéral classique ou un conservateur libéral, il s'agit dans tous les cas d'un classique. Bien que partiellement décourageante, car la tendance au "socialisme" esquissée par Schumpeter s'est poursuivie depuis 1942.

Écrire un commentaire