Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 mai 2022

La Chine et l'ancrage post-léniniste

chine-xi-jinping-5e-plenum-parti-communiste-scaled.jpg

La Chine et l'ancrage post-léniniste

Markku Siira

Source: https://markkusiira.com/2022/04/25/kiina-ja-leninismin-ja...

Le livre de Dimitar D. Gueorguiev, Retrofitting Leninism : Participation Without Democracy in China (Oxford University Press, 2021) explique comment, en Chine, le gouvernement ouvert et les technologies modernes de l'information se combinent pour maintenir un système contrôlé mais socialement réactif.

La République populaire de Chine est une exception notable parmi les régimes autoritaires. Alors que les systèmes fermés échouent souvent et finissent par s'effondrer à mesure qu'ils se réforment et s'ouvrent, le Parti communiste a réussi son développement, tout en conservant le respect de la majorité du peuple.

410WZcBtwBL._SX329_BO1,204,203,200_.jpg

Gueorguiev, professeur associé de sciences politiques à l'université de Syracuse aux Etats-Unis et chercheur du Wilson Center sur la Chine, propose dans son livre une explication fondée sur des données empiriques. Il affirme que la clé de la capacité du parti communiste à se maintenir au pouvoir réside dans sa capacité à combiner le contrôle autoritaire avec l'inclusion sociale - un processus facilité par la technologie moderne des télécommunications.

En s'appuyant sur des données statistiques, des rapports médiatiques et des sondages d'opinion originaux, Gueorguiev a examiné comment l'opinion publique influence le contrôle politique et l'élaboration des politiques. Dans son livre, il analyse la représentation et la coordination ascendantes dans les législatures locales de Chine.

L'ombre de l'idéologue communiste révolutionnaire Vladimir Lénine se profile à l'arrière-plan. Les régimes léninistes qui ont émergé au début du 20e siècle ont mis en avant un intérêt pour la participation de la base. Le désir d'exploiter la contribution des citoyens au contrôle et à la planification bureaucratiques était un pilier fondamental de la pensée marxiste-léniniste et le cœur de la philosophie politique maoïste.

À cet égard, la technologie moderne offre des avantages considérables pour que l'administration reste à jour et prenne le pouls du pays. En effet, Gueorguiev soutient que l'intérêt du parti communiste pour la gouvernance participative reflète une tentative d'actualiser les mécanismes de la gouvernance léniniste, un processus que l'auteur appelle "retrofitting" dans le titre de son livre.

Lénine s'opposait au multipartisme démocratique, qu'il considérait comme un "pas en arrière" sur la voie de la révolution. De plus, l'avantage du régime chinois, effectivement à parti unique, est "la capacité de réfléchir au passé et au présent, et de planifier à long terme sans avoir à tenir compte des transitions politiques ou idéologiques de routine".

Gueorguiev affirme également que le parti communiste considère souvent son passé et son avenir à travers un "prisme d'incertitude politique", en raison de l'expérience de la révolution culturelle (1966-1974) et, dans une moindre mesure, de la première décennie d'ouverture et de réforme (1979-1989).

Pendant la Révolution culturelle, la société civile a été ébranlée par le culte de la personnalité et la ferveur idéologique, qui ont amené le système au bord de l'effondrement total. Dans la Chine contemporaine, les succès et les échecs de l'ère Mao font déjà l'objet d'une évaluation critique.

À la fin des années 1980, la décentralisation et la privatisation ont sapé les plates-formes juridiques et de protection sociale des citoyens ordinaires, créant une pression ascendante et un besoin pour le régime de répondre aux griefs signalés.

Le gouvernement chinois actuel veut éviter la répétition de ces deux erreurs. Les citoyens peuvent déposer des plaintes, des pétitions, fournir des tuyaux sur la corruption et commenter la législation en cours via Internet. M. Gueorguiev estime que les canaux en ligne aideront le régime à affiner ses politiques et à accroître sa légitimité.

fedd6744-fe9a-4a41-9581-d834dc32a796.jpg

Avant tout, le parti communiste chinois est capable de contenir et d'exploiter les tensions sociales par le biais d'une participation non politique et de la technologie. Au cours de l'épidémie du coronavirus de ces dernières années, le régime de Xi Jinping a également cherché à démontrer son efficacité face au défi sanitaire en appliquant une "stratégie corona zéro", assortie de confinements stricts.

L'exemple le plus significatif de la révolution technologique dans la gouvernance chinoise est sans doute le nouveau système de notation du crédit social, qui a fait sensation en Occident et qui, selon Gueorguiev, est "une excroissance de la vision léniniste séculaire du contrôle informé".

Le système de notation de crédit est destiné à aider le gouvernement à surmonter les faiblesses systémiques dans un certain nombre de domaines, notamment un système bancaire d'État hypertrophié et obsolète et une infrastructure de protection des consommateurs sérieusement défectueuse.

Les droits des citoyens et le statut social ne sont pas affectés de la même manière que ce qui est souvent sensationnalisé en Occident. Les autorités chinoises ont déclaré, lors de la phase pilote du projet, que le système de notation ne pouvait pas être utilisé pour punir les citoyens, mais que cela se ferait dans le cadre de la législation existante.

Les innovations numériques en matière de gestion de l'information peuvent encourager les dirigeants à envisager une répression ciblée comme alternative aux dépenses sociales à grande échelle. Cela est sans doute attrayant d'un point de vue autoritaire, mais s'il est mal utilisé, il pourrait saper l'autorité des personnes au pouvoir. À cet égard, la numérisation du contrôle de l'information offre des possibilités de contrôle accru, mais aussi des risques.

Une façon de se prémunir contre cette éventualité est de fixer des objectifs audacieux, tels que le plan annoncé par le Parti communiste pour éradiquer la pauvreté, développer les systèmes publics de soins de santé et de retraite, et passer très rapidement des combustibles fossiles aux énergies renouvelables.

Certains de ces objectifs ont déjà été atteints. La Chine est sortie des rangs des pays les plus pauvres et les moins développés du monde pour devenir un rival économique des États-Unis. Dans toute la Chine, les industries et les communautés se modernisent à un rythme sans précédent et les investissements ont augmenté, si bien que les économies de certaines villes chinoises rivalisent déjà avec celles de nombreux petits et même moyens pays.

Bien que l'on ne sache toujours pas si la Chine s'oriente de plus en plus vers une technocratie très au point, une idéologie mixte confucéenne-communiste, ou les deux, il est clair que ceux qui ont interprété les réformes participatives de la Chine comme menant à une "démocratisation" de style occidental ont été cruellement déçus.

En effet, tout au long du livre, Gueorguiev souligne que la participation publique en Chine maintient et affine le contrôle politique. La logique organisationnelle qui sous-tend la participation de masse dans la République populaire de Chine contemporaine assure également le cloisonnement des masses, la démobilisation politique et, plus largement, le contrôle du parti.

Dans la mesure où la complémentarité de la participation et du contrôle améliore encore la gouvernance, elle renforce la sécurité du régime au pouvoir. En effet, la Chine semble aujourd'hui plus éloignée de la démocratie qu'elle ne l'était il y a vingt, trente ou même quarante ans. Ainsi, l'idée que la Chine, en se modernisant, deviendra une démocratie libérale aux caractéristiques chinoises a peu de chances de se concrétiser.

S'il est facile de critiquer la techno-société autoritaire de la Chine, il ne faut pas ignorer la possibilité qu'un État de surveillance chinois favorise une meilleure gouvernance, le respect des règles et une société plus organisée en général. Il s'agit, en fait, d'un objectif déclaré du régime chinois, qui a également été implicitement accepté par ses citoyens.

daxing-airport-china.jpg

Avec l'effondrement de l'Union soviétique en 1991, la Chine est devenue le régime socialiste le plus important dans un monde dominé par les démocraties occidentales. Il est compréhensible que dans les pays en développement, par exemple, il existe un intérêt pour une alternative aux modèles de gouvernance occidentaux. Pékin affirme toutefois que sa révolution nationale n'est pas un produit d'exportation au même titre que la "démocratie" américaine.

La modernisation et le développement technologique de la Chine ont contribué à améliorer le régime autoritaire, rapprochant la République populaire de Chine de la vision technocratique de ses origines léninistes et d'une "dictature du prolétariat" actualisée. M. Gueorguiev estime que le "modèle chinois" est susceptible de susciter l'intérêt d'autres États axés sur le contrôle.

L'exemple chinois sert de contrepoids puissant à l'argument selon lequel l'intervention de l'État et la modernisation économique sont incompatibles. De même, pour ceux qui s'inquiètent de la montée du populisme démocratique, l'approche technocratique de la Chine est naturellement attrayante.

À ce stade, il convient toutefois de souligner que la technocratie de l'Occident, un système dirigé par de riches oligarques, n'est pas une imitation du "socialisme" chinois, mais le même capitalisme d'exploitation transnational avec un vernis technologique. En Occident, l'intérêt se limite aux diverses possibilités de la numérisation, et non au "socialisme avec des caractéristiques nationales".

L'étude de Gueorguiev sur "l'autoritarisme participatif" de la Chine montre comment le modèle léniniste est mis en pratique dans la Chine contemporaine, en utilisant la haute technologie et l'activation des citoyens. En même temps, il offre un regard intéressant sur la gouvernance chinoise et les perspectives d'avenir.

J'ai été amené à m'interroger sur l'impact de la technocratie sur la politique. De telles évolutions, avec leurs technologies d'IA et leurs algorithmes - "l'automatisation réussie du léninisme" mentionnée par Gueorguiev - pourraient-elles un jour rendre les partis politiques et les idéologies sans intérêt, tout comme l'automatisation et la robotique rendent superflus un grand nombre de travailleurs ?

Écrire un commentaire