Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 03 mai 2022

Soulèvement des généraux italiens: "Ce n'est pas notre guerre, arrêtons de suivre les États-Unis!"

tricaricoftg.jpg

Soulèvement des généraux italiens: "Ce n'est pas notre guerre, arrêtons de suivre les États-Unis!"

Source: https://unser-mitteleuropa.com/aufstand-italienischer-generaele-das-ist-nicht-unser-krieg-stoppen-wir-die-usa/

Le général Leonardo Tricarico (photo, ci-dessus), ancien chef d'état-major de l'armée de l'air italienne et actuel président de la fondation ICSA, a déclaré à propos du conflit en Ukraine:

"La neutralité ? Je suis tout à fait d'accord avec cela. Et je pense qu'avant de mettre à exécution les menaces d'extension du conflit à l'OTAN de part et d'autre, nous devons faire en sorte que ce conflit se termine. Et de ce point de vue, je ne vois personne qui s'engage, au contraire, je vois toute une série de pyromanes qui font exactement le contraire".

Il a ajouté :

"Tout d'abord, notre pays devrait tout faire, et je ne vois pas qu'il le fait, pour que le conflit puisse se terminer. Quand je dis "tout faire", je veux dire que nous devons nous mettre d'accord avec d'autres pays européens, notamment la France et l'Allemagne, sur une position commune vis-à-vis des pays belligérants menés par les États-Unis, pour qu'ils cessent leurs manoeuvres, pour qu'ils favorisent un cessez-le-feu et des négociations, même au risque de perturber nos relations avec les États-Unis".

En accord avec Alessandro Orsini, directeur de l'Observatoire de la sécurité internationale de l'Université de Luiss :

"Et si l'article 5 du traité de l'Atlantique est déclenché, selon lequel la solidarité atlantique est activée, il sera alors possible de discuter du maintien des concepts fondateurs de l'OTAN, qui prévoient en tout le volontariat, et à ce moment-là, l'Italie pourra dire si elle veut se positionner en soutien ou rester à la fenêtre". - a conclu Tricarico - et elle pourra le faire après un large débat au niveau de l'opinion publique et institutionnelle. Ce n'est pas une décision simple que l'on prend instinctivement.

il-generale-si-congeda-con-un-monito_1.jpg

"C'est un conflit dont nous devons essayer de nous tenir à l'écart le plus longtemps possible", a déclaré Marco Bertolini, lieutenant général de l'armée italienne à la retraite et désormais à la tête du département de défense de Fratelli d'Italia:

"La guerre a commencé avec l'intervention de la Russie, qui ne fait pas partie de l'OTAN, en Ukraine, qui ne fait pas davantage partie de l'OTAN: c'est un affrontement entre deux pays européens qui n'ont rien à voir avec l'OTAN et rien à voir avec l'Italie. Je ne pense pas que nous puissions discuter de neutralité ou d'autre chose".

Orsini avait déclaré que l'Italie devrait rester neutre si la Russie attaquait un pays de l'OTAN:

"Si un pays membre de l'OTAN est concerné, il ne fait aucun doute que l'article 5, qui prévoit l'intervention de l'Alliance atlantique, doit être appliqué", avait répondu Bertolini.

"Mais", a ajouté le lieutenant-général iR, "jusqu'à présent, la Russie n'a pas frappé un pays de l'OTAN, puisque l'Ukraine n'est pas membre de l'Alliance, et même l'évocation d'une telle possibilité ne fait qu'envenimer les esprits et réduire les possibilités de réconciliation, que je considère comme indispensables. Je répète : "indispensables".

Quant à la question de savoir si la guerre menée ces derniers mois est une guerre juste ou injuste, le raisonnement de Bertolini est indiscutable :

"Dans le milieu catholique, il y a toujours eu un débat pour savoir si une guerre est juste ou non. Beaucoup de théologiens en ont discuté, Saint Augustin, Saint Thomas d'Aquin, et ont dit quels étaient les critères d'une guerre juste ou injuste. - se souvient le lieutenant-général qui commandait les forces spéciales. - Je pense que pour qu'une guerre soit considérée comme juste, elle doit avant tout être "notre" guerre. Et celle-ci ne l'est pas".

Source : VoxNews

Commentaires

« Ce n’est pas notre guerre, arrêtons de suivre les États-Unis ! »
Les Etats-unis ne sont qu'un satellite ou centre secondaire. Le centre principal de « commandement » est ailleurs, et ça, le général Leonardo Tricarico ne doit pas l'ignorer pourtant.
Julius Évola disait qu'une des tactiques favorites de la « guerre occulte » est d'attirer « toute l'attention de l'adversaire sur des éléments qui ne sont que partiellement ou secondairement responsables » de la Subversion. « Toute la réaction se décharge alors sur ces éléments, devenus des boucs émissaires », ou, comme il l'écrit ailleurs, des « faux objectifs ».
Il y a fort à parier que la guerre en Ukraine n'est qu'un leurre, bien que dramatique d'un point de vue humain.
Rappelons que l’une des méthodes employées depuis plus d’un siècle par les globalistes pour faire progresser leur agenda est le « casus belli ».
Suite : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/

Écrit par : Annwn | mercredi, 04 mai 2022

Écrire un commentaire