Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mardi, 17 mai 2022

La fin du néolibéralisme et le temps du néo-keynésianisme mondial. Du consensus de Washington au consensus progressiste de Davos

crise.jpg

La fin du néolibéralisme et le temps du néo-keynésianisme mondial. Du consensus de Washington au consensus progressiste de Davos

Par Cristian Taborda

Source: https://kontrainfo.com/el-fin-del-neoliberalismo-y-la-hor...

La crise mondiale de 2008 a infligé une blessure mortelle à la politique économique menée depuis le choc pétrolier de 1973. La faillite de Lehman Brothers et ses conséquences n'ont pas été un événement mineur. En plus d'exposer les échecs du modèle de spéculation financière avec les obligations de pacotille et la bulle spéculative dérivée des prêts à risque, il a exposé la corruption et l'obscénité des entreprises multimillionnaires aux dépens des travailleurs, qui ont fini par en payer le prix par le biais du sauvetage par l'État de la classe des affaires avec l'approbation de la classe politique. Il est clair que nous parlons du cas des États-Unis. L'arrivée de Donald Trump a été le coup de K.O., imposant un modèle de production dont les politiques vont du libéralisme classique au protectionnisme de l'industrie locale. Les conséquences ne se sont pas fait attendre : le pays qui avait créé le nouvel ordre international d'après-guerre sur la base de l'institutionnalisme des organisations internationales et initié le modèle financier spéculatif se tournait vers la production et l'industrie, rompant avec les organisations qu'il avait créées. La pandémie a été l'acte de décès du modèle néolibéral ou du moins de sa version déjà intolérable et intolérante, la montée des mouvements nationaux et identitaires avec des politiques de protection sociale ou économique, le mécontentement social et les crises successives ont rendu ce modèle impraticable, aggravé par l'irruption du coronavirus qui sert d'excuse parfaite à la Grande Réinitialisation.

Néo-keynésianisme mondial*.

Ce mécontentement n'a pas émergé en 2008, mais c'était le tournant, l'usure avait déjà commencé bien avant avec les politiques anti-ouvrières et pro-élites, avec le processus de délocalisation et de désindustrialisation au profit de la financiarisation, avec la paupérisation des classes moyennes et la concentration des richesses dans les mains d'une minorité oligarchique. Des personnalités importantes de l'establishment international en ont pris note et ont prévu des "troubles dans la culture" ainsi que dans leurs poches. Il est frappant de constater que l'on oublie que ceux qui ont soutenu le statu quo néolibéral sont aujourd'hui ses plus farouches détracteurs ou les prédicateurs d'une "économie sociale", "plus humaine". Dans un acte de transformisme politique, les intellectuels, les "philanthropes" et les économistes sont passés du néolibéralisme aux hérauts du progressisme, du consensus néolibéral de Washington au consensus progressiste de Davos. Des dix points de Williamson aux dix-sept points de l'Agenda 2030.

Après le consensus de Washington, à la fin des années 1990 et au début des années 2000, les critiques à l'égard du modèle financier spéculatif se sont multipliées et la vision du monde inspirée par une "mondialisation plus humaine", slogan avancé par l'administration de Bill Clinton dans le cadre de sa proposition de "troisième voie", a commencé à trouver un écho. Bill Clinton et Tony Blair se sont tous deux présentés, à l'époque, comme l'opposition au néolibéralisme de Reagan et Thatcher respectivement. L'alternance entre la social-démocratie et le néolibéralisme va commencer.

conference-joseph-stiglitz.jpg

51FDrBvLnVL._SX324_BO1,204,203,200_.jpg

Parmi les dissidents du bloc néolibéral qui ont commencé à forger l'économie mondiale du consensus post-Washington, on trouve même les auteurs très intellectuels de ce consensus, comme Paul Krugman ou Jeffrey Sachs, aujourd'hui membre de l'Académie pontificale des sciences sociales, qui est l'une des principales vedettes du réformisme progressiste, laissant derrière lui son passé de consultant du FMI et des gouvernements néolibéraux, comme sa collaboration à l'architecture des programmes d'ajustement structurel ou la paternité des programmes "Choc" appliqués dans les pays d'Europe de l'Est et d'Amérique latine au cours des années 1980 et 1990. Joseph Stiglitz (photo), lauréat du prix Nobel d'économie, qui a été le conseiller économique de Bill Clinton et l'économiste en chef de la Banque mondiale lorsqu'il en était le vice-président, est sans doute aujourd'hui l'un des plus critiques du modèle néolibéral, le théoricien et l'auteur le plus en vue du néo-keynésianisme. Il a suggéré un "nouveau modèle pour le capitalisme mondial" (La mondialisation et ses mécontentements, 2002) en appelant à davantage de réglementations supervisées par des organismes supranationaux ou à la construction d'un État transnational pour une économie mondiale.

Un autre des plus importants dissidents est le principal visage du Forum économique mondial de Davos, le milliardaire et magnat devenu philanthrope George Soros, qui a fait fortune sur la base de la spéculation financière. À la fin des années 1990, Soros a écrit plusieurs livres à succès critiquant le "fondamentalisme du marché", auquel il a eu recours toute sa vie pour gagner de l'argent, et appelant à un modèle de "gouvernance mondiale" et de régulation financière. Il a même présenté un modèle de réformes pour divers organismes tels que le FMI, la Banque mondiale et l'Organisation mondiale du commerce, appelant à une économie et une société ouvertes au niveau mondial (On Globalization, 2002).

Capitalisme progressif

Ces propositions pour une "mondialisation plus humaine", un "capitalisme à visage humain", une "troisième voie" ou tout autre adjectif édulcorant, portées par des technocrates et des organismes supranationaux, ne sont rien d'autre que ce que l'Italien Antonio Gramsci pourrait bien appeler un "réformisme préventif", des changements effectués du haut vers le bas face à la crise et à la menace du "populisme". Un projet de réforme qui laisse intacts les fondements du modèle néolibéral. Ces réformes de l'establishment mondial recherchent le consensus des classes populaires dans le but de réorganiser et de former un nouveau bloc, où idéologiquement l'hégémonie est progressiste, politiquement elle s'exprime à travers la social-démocratie et économiquement le néo-keynésianisme prime. La mondialisation néolibérale a ainsi cédé la place à un mondialisme progressiste.

Le bloc néolibéral a éclaté, mais l'hégémonie reste mondialiste. Le projet de gouvernance économique mondiale selon le modèle néo-keynésien est présenté comme un moyen de sortir de la crise pandémique avec une plus grande intervention de l'État, mais pas dans l'économie, mais dans le secteur financier et, ce qui est pire, dans la vie des gens. C'est le retour à un État policier dédié au contrôle et à la gestion administrative, asservi à la finance mondiale, dépouillé de toute politique.

Le capitalisme progressif est la roue de secours du modèle néolibéral, un hybride entre le marxisme et le libéralisme qui tente de rapiécer la déréglementation, la spéculation et la financiarisation ou, du moins, essaie de les gérer sans résoudre les problèmes de l'économie, comme s'il n'y avait pas d'issue. Ullrich Beck, dans son livre "What is globalisation" (2008), met en garde :

    "Le mondialisme est un virus mental qui s'est installé dans tous les partis, toutes les rédactions, toutes les institutions. Son dogme n'est pas que nous devons agir économiquement, mais que tout - politique, économie, culture - doit être subordonné à la primauté de l'économie. À cet égard, le mondialisme néolibéral ressemble à son ennemi mortel, le marxisme. En fait, il s'agit du renouveau du marxisme en tant qu'idéologie de gestion. **

*Robinson, William. Une théorie du capitalisme mondial. Production, classes et État dans un monde transnational. Ed. Desde Abajo, 2007.

**Beck, Ullrich, Qu'est-ce que la mondialisation ? Falacias del globalismo, respuestas a la globalización. Ed. Paidos, 2008.

Écrire un commentaire