Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 mai 2022

Kissinger: "La Russie ne doit pas être vaincue". Mais ne mordez pas à l'hameçon, pour lui, l'ennemi, c'est toujours l'Europe!

24ukraine-blog-Kissinger-promo-facebookJumbo.jpg

Kissinger: "La Russie ne doit pas être vaincue". Mais ne mordez pas à l'hameçon, pour lui, l'ennemi, c'est toujours l'Europe!

Eugenio Palazzini

SOURCE : https://www.ilprimatonazionale.it/esteri/kissinger-russia-non-va-sconfitta-non-abboccate-nemico-e-sempre-europa-234472/

Pour l'ancienne figure de proue de la politique étrangère américaine, la Maison Blanche fait tout de travers, car elle devrait éviter de pousser l'Occident dans un choc frontal avec la Russie. Henry Kissinger ne change pas sa vision historique et pointe désormais du doigt ceux qui tentent d'infliger une défaite à Moscou sur le terrain. Selon lui, un compromis est nécessaire et l'Ukraine doit "entamer les négociations avant que ne surviennent des émeutes et des tensions qui ne seront pas faciles à surmonter" en cédant un certain territoire en échange de la paix. C'est ce qu'a déclaré le très cher ami de 98 ans de Napolitano lors du Forum économique mondial.

Kissinger : "Une erreur fatale d'isoler la Russie"

Kissinger a souligné que "idéalement, le point de basculement devrait être un retour au statu quo ante", celui d'avant l'invasion russe. Poursuivre la guerre au-delà de ce point ne serait plus une question de liberté pour l'Ukraine, mais une nouvelle guerre contre la Russie elle-même", a-t-il souligné. Le diplomate américain a également déclaré que la Russie fait partie de l'Europe et que ce serait une "erreur fatale" d'oublier sa position de force sur le Vieux Continent. "J'espère que les Ukrainiens sauront tempérer l'héroïsme dont ils ont fait preuve par la sagesse", a souligné Kissinger. En soi, en passant sous silence le rôle principal de Moscou pour un instant, les mots de l'ancien secrétaire d'État américain pourraient certainement plaire à ceux qui souhaitent rouvrir la table des négociations.

Kissinger contre Brzezinski. La gaffe américaine 

Il y aurait cependant une erreur fondamentale, un champignon hallucinogène que mâcherait l'analyste distrait : croire que Henry Kissinger est le visage angélique des États-Unis, un porteur généreux de bons conseils pour l'Europe, en tant que tel préférable à l'unilatéralisme radical de son rival du vingtième siècle Zbigniew Brzezinski. Évitez les gaffes, s'il vous plaît. Pour les deux grands stratèges américains, accaparer l'Europe, la rendre non pertinente et donc contrôlable, a toujours été l'inévitable objectif. C'est sur la manière de maintenir la vassalité que les deux "âmes sages" de l'Amérique continuent de s'affronter.

Pour Kissinger, une entente russo-américaine est nécessaire, il l'a réclamée immédiatement après l'effondrement de l'URSS, l'a revigorée à l'époque d'Eltsine et l'a renouvelée sans trop de distinctions avec Poutine. Pour les élèves de Brzezinski, décédé il y a cinq ans, la domination américaine sur le "grand échiquier" doit être maintenue en s'opposant frontalement à la Russie, renforçant dans un système asymétrique la collaboration avec les autres acteurs qui avancent dans le sillage de Washington.

Méthodologies différentes, même objectif. La politique étrangère américaine, en ce sens, n'a jamais vraiment donné naissance à une troisième ligne "européiste", à l'exception de quelques aperçus fugaces parus dans Foreign Policy. Et nous ne faisons certainement pas référence à celles de son cofondateur Samuel Huntington, qui a trébuché de façon célèbre dans une lecture simpliste - autant que manichéenne - de la dynamique mondiale.

Eugenio Palazzini

Écrire un commentaire