Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

mercredi, 25 mai 2022

L'Europe a bel et bien perdu!

141392-152 (1).jpg

L'Europe a bel et bien perdu!

Par Mario Porrini 

Source: https://www.centroitalicum.com/ha-perso-leuropa/

La guerre doit durer aussi longtemps que possible afin de saigner à blanc la Russie et de la faire échouer. À ce stade, la domination américaine sur l'Europe deviendra encore plus pesante, certifiée par l'identification désormais complète de l'UE avec l'OTAN.

Deux mois après le début de la guerre en Ukraine, Washington peut être satisfait de la tournure des événements. Le scénario actuel a été esquissé point par point dans un rapport préparé en mars 2019 par la Rand Corporation, le puissant et influent think tank américain, financé par le Pentagone, la CIA, diverses organisations non gouvernementales ainsi que par des "philanthropes" qui, accessoirement, ont également des intérêts dans le secteur militaro-industriel américain. Dans l'étude, publiée sous le titre "Overextending and Unbalancing Russia" et remise à l'administration américaine, diverses actions sont suggérées pour forcer une puissance ennemie ayant des liens trop étroits avec les nations européennes, comme la Russie, à une intervention militaire au cœur du Vieux Continent qui provoquerait la dissolution de ces liens, renforçant encore la dépendance de l'UE vis-à-vis des États-Unis et minant son économie au point de la faire imploser, comme à l'époque de l'URSS.

À cette fin, il a été instamment demandé d'accroître la pression des forces de l'OTAN le long des frontières de la Russie afin de pousser Poutine à l'action ; de forcer l'Europe à rompre toute relation politique et économique avec Moscou ; de saper l'image de la Russie à l'étranger en l'isolant complètement. Une recommandation particulière concernait l'octroi d'une aide militaire à l'Ukraine, qui devrait être soigneusement calibrée de manière à prolonger la guerre le plus longtemps possible afin de saigner la Russie à blanc, mais sans s'immiscer dans un conflit plus large.

Toutes les suggestions de Rand ont été ponctuellement reprises par la Maison Blanche et le Pentagone. Depuis lors, la pression de l'OTAN sur Moscou n'a cessé d'augmenter et a culminé avec trois exercices militaires massifs envisageant des scénarios de guerre en Ukraine, menés en succession rapide. La première en juin 2021 (Sea Breeze), la deuxième en juillet 2021 (Three Swords), la dernière en septembre 2021 (Rapid Trident). Pendant ce temps, le nombre d'instructeurs militaires des pays de l'Alliance atlantique envoyés en Ukraine pour former les forces armées de Kiev a augmenté de façon exponentielle.

La gigantesque base de Yavoriv, située en territoire ukrainien à environ 25 kilomètres de la frontière polonaise, a accueilli des troupes américaines, britanniques, canadiennes, polonaises et lettones. Cette attitude progressive de défiance et les déclarations provocatrices de Zelenskyj, qui insistait sur l'entrée immédiate de l'Ukraine dans l'OTAN, ont convaincu Poutine d'empêcher cette entrée tout en tombant dans le piège savamment préparé. Le plus probable est que Moscou, surestimant l'efficacité de ses troupes, espérait atteindre rapidement ses objectifs stratégiques et que le président russe, avec trop d'optimisme, pensait prendre un risque (mal) calculé...!

A ce stade, les jeux étaient faits. Avec le début des hostilités, la puissante machine de propagande de guerre s'est mise en marche, visant à criminaliser Poutine, montré du doigt comme l'agresseur et le seul coupable, et à sublimer un personnage qui, bien qu'étant le principal responsable de la tragédie dans laquelle il a plongé son pays, a été élevé au rôle de héros national: Volodymyr Zelenskyj. L'exposition médiatique et le narratif positif tissé autour de sa personne ont été impressionnants ; les liens avec les différents parlements des nations européennes et les émissions quotidiennes en direct du front ont monopolisé l'attention de tous les médias, tandis que son activité sur les médias sociaux est très suivie. S'afficher avec une barbe mal taillée et une tenue militaire, afin de s'accréditer comme un président qui mène son peuple en armes, sont le fruit d'indéniables compétences en communication, même s'ils devraient nous expliquer comment il est possible que dans une nation qu'ils nous disent avoir été presque totalement détruite par des bombardements, l'internet, outil indispensable à ces connexions, fonctionne encore. Quoi qu'il en soit, la stratégie de chantage moral de Zelensky à l'encontre des pays européens a pleinement réussi. Presque toutes les chancelleries, sous l'emprise émotionnelle de l'opinion publique et confortées par son soutien, se sont empressées d'exécuter les ordres de Washington, se rangeant du côté de l'Ukraine et acceptant de renforcer encore les sanctions contre la Russie, même au prix d'en subir elles-mêmes les conséquences les plus graves. L'interruption de toute forme de relation, tant politique qu'économique, entre l'Europe et la Russie était, comme nous l'avons vu, précisément l'un des objectifs visés par les États-Unis, et pour l'instant, il a été pleinement atteint.

L'autre objectif était d'affaiblir l'économie russe. À cette fin, les États-Unis et les pays satellites européens sont occupés à fournir des armements aux forces armées ukrainiennes. La guerre doit durer le plus longtemps possible afin de saigner la Russie à blanc et de provoquer sa faillite sans courir le risque d'une escalade nucléaire. Il importe peu que le coût en termes de vies humaines soit subi par le peuple ukrainien ; au contraire, ces victimes contribuent à créer un climat de peur dans l'âme des citoyens européens qui se sentent protégés par l'OTAN et ceux qui n'en font pas partie s'empressent de chercher refuge sous son parapluie, comme cela est arrivé à des pays traditionnellement neutres comme la Suède et la Finlande, convaincus de pouvoir rejoindre l'Alliance atlantique en très peu de temps. À ce stade, la domination américaine sur l'Europe devient encore plus complète, confirmée, de surcroît, par l'identification désormais complète de l'Union européenne à l'OTAN, une organisation qui, depuis quelque temps, assume de plus en plus le rôle d'un bras armé aux ordres des États-Unis.

Cependant, ce qui est présenté dans les médias comme un isolement complet de la Russie au niveau mondial est en réalité une mystification totale. Dans le monde, seules 37 nations ont décidé d'adopter des sanctions contre Moscou ; il n'y a pas d'Etats d'Afrique, d'Amérique du Sud,  il n'y a ni la Chine ni l'Inde, il n'y a pas 90% du monde islamique, pas d'Etats d'Asie du Sud-Est. En Europe même, les positions sont différentes et ne vont pas dans un sens particulier: la Hongrie, la Bulgarie et la Turquie continuent à entretenir des relations commerciales avec Moscou, tandis que l'Allemagne et la France temporisent sur l'interruption des livraisons de gaz. Avec les pays baltes et la Pologne, ennemis traditionnels des Russes, et la Grande-Bretagne, désormais reléguée au rang de fidèle écuyer des États-Unis, seule l'Italie se range inconditionnellement du côté des États-Unis. Dans les prochains jours, Draghi s'envolera pour Washington afin de réitérer l'engagement de l'Italie à renoncer progressivement au gaz de Poutine. Son objectif, soutenu avec conviction par le PD - un parti "socialiste" désormais ouvertement pro-américain - est de devenir l'interlocuteur privilégié de Biden en Europe, face à la prudence de Scholz et aux hésitations de Macron.

En septembre, le mandat de secrétaire général de l'OTAN expirera et l'on murmure que Draghi vise ce poste prestigieux auquel on n'accède que si l'on se montre obséquieux face aux souhaits de Washington, et quelle meilleure preuve de loyauté que d'apporter en dot la soumission totale de l'Italie ? Notre Premier ministre a donné sa pleine volonté de fournir des chars et des armes offensives à l'Ukraine sans qu'il n'y ait eu aucun débat au Parlement et sans connaître la liste des types d'aide militaire déjà envoyée à Kiev car elle est secrète et ne peut être consultée que par les membres du Copasir.

Les sanctions imposées de manière inattendue à la Russie par les dirigeants européens causent de très graves problèmes. L'augmentation des coûts de l'énergie et des matières premières, la fermeture d'un marché aussi riche que celui de la Russie et le blocage des marchandises des citoyens de ce pays à l'étranger ont causé d'énormes dommages à de nombreuses entreprises européennes qui risquent désormais la faillite. Les protestations des syndicats et des industriels allemands ; l'opposition des travailleurs de Renault en France ; la décision des usines de chaussures de Marche de continuer à exporter vers la Russie, sont autant de signes que quelque chose bouge. Malgré la gigantesque et puissante machine médiatique qui fonctionne à plein régime, les sondages révèlent que l'écrasante majorité de la population européenne n'approuve pas l'envoi d'armes à l'Ukraine car elle s'inquiète, à juste titre, d'une éventuelle escalade du conflit, dont le théâtre serait toujours l'Europe. Les industriels, les syndicalistes, les travailleurs et les entrepreneurs du Vieux Continent se montrent plus réalistes et lucides que les politiciens en réclamant avec force la fin de cette guerre par procuration, décidée Outre-Atlantique, qui nous pénalise lourdement et ne profite qu'à une seule puissance : les Etats-Unis d'Amérique. Les pouvoirs en place font l'expérience directe que l'Europe a perdu dans ce conflit qui a éclaté au cœur de notre continent !

Écrire un commentaire