Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 26 mai 2022

Le cosmos comme espace de la géopolitique

dreamstime_m_267463.jpg

Le cosmos comme espace de la géopolitique

Par l'équipe de katehon.com

Source : https://nritalia.org/2022/05/23/il-cosmo-come-spazio-della-geopolitica/

L'espace est devenu une arène de rivalité géopolitique entre trois puissances mondiales: les États-Unis, la Chine et la Russie, la Russie jouant le rôle d'outsider.

Au début du 21e siècle, le politologue américain Everett Dolman, dans son article "Geostrategy in the Space Age", a utilisé pour la première fois le terme "astropolitique", le qualifiant de géopolitique étendue au "royaume de l'espace" [1]. Par ailleurs, E. Dolman a défini l'astropolitique comme "l'étude de la relation entre l'espace extra-atmosphérique, la technologie et le développement de la stratégie politique et militaire" [2].

images.squarespace-cdn.com.png

51nvSVCw9eL.jpg

L'espace est en effet un lieu de compétition géopolitique. Par conséquent, outre les intérêts évidents en matière de science, l'espace a toujours été important en termes d'affaires militaires et de sécurité nationale. Pendant la guerre froide, lorsque l'ère de l'exploration spatiale a commencé, tous les programmes spatiaux ont été stimulés, avant tout, par la rivalité entre les deux puissances: l'URSS et les États-Unis. Cela s'applique à la fois à la sécurité internationale et aux programmes de recherche, y compris l'envoi de personnes, d'animaux, de satellites, de vaisseaux spatiaux, etc. dans l'espace.

La géopolitique/astropolitique d'Everett C. Dolman

Aujourd'hui, la pertinence des idées d'E. Dolman sur l'espace en tant que nouveau champ de bataille stratégique ne cesse de croître, les grandes puissances s'affrontent chaque année davantage dans l'espace et le nombre d'acteurs impliqués dans cette rivalité ne cesse d'augmenter. En outre, il y a une militarisation active de l'espace extra-atmosphérique, de sorte que l'un des aspects les plus importants de l'astropolitique est la prévention d'une menace militaire provenant de l'espace extra-atmosphérique.

Comme mentionné précédemment, le terme "astropolitique" est apparu au début des années 2000 grâce au politologue américain E. Dolman. Quelle est l'essence de la pensée astropolitique et pourquoi le travail d'un professeur américain écrit il y a 20 ans est-il toujours d'un grand intérêt ?

Le livre sensationnel de Dolman, Astropolitics : Classical Geopolitics in the Space Age, comme l'écrit l'auteur lui-même, poursuit le processus d'affinement des théories géopolitiques que Dolman "diffuse" au-delà de la Terre, dans l'espace. Le politologue interprète à sa façon la théorie du "Heartland" de Halford Mackinder. La formule est "celui qui gouverne l'Europe de l'Est possède le Heartland". Celui qui gouverne le Heartland possède l'île-monde (l'Eurasie). Celui qui gouverne l'île-monde possède le monde" est transformé en formule "celui qui contrôle l'orbite terrestre basse contrôle l'espace proche". Celui qui contrôle l'espace proche dirige la Terre (c'est-à-dire la Terre et l'espace). Celui qui domine la Terre détermine le sort de toute l'humanité".

Le professeur est convaincu que l'espace deviendra inévitablement un champ de bataille stratégique dont le contrôle sera toujours remis en question. Et il y a de nombreuses raisons à cela : premièrement, la domination de l'espace proche de la Terre est, selon lui, cruciale pour l'hégémonie mondiale (pour laquelle, soit dit en passant, toutes les grandes puissances se battent actuellement) ; deuxièmement, l'espace est un environnement où la présence d'intérêts économiques et commerciaux ne cesse de croître (ce n'est pas pour rien que la liste des entreprises privées dans le secteur spatial s'allonge). De plus, il existe une énorme quantité de ressources inexploitées dans l'espace, car presque tous les métaux extraits des couches supérieures de la Terre sont des restes d'astéroïdes. Et bien que l'extraction des ressources spatiales soit une tâche très difficile d'un point de vue technologique et logistique, les ressources sur Terre sont épuisées et les technologies se développent. Et à mesure que l'exploration spatiale progresse, la rivalité politique et économique, plutôt que la coopération, deviendra de plus en plus courante.

Il est évident que le sort des futures colonisations spatiales se décidera en mode "ici et maintenant". Tant que les puissances sont animées par des motifs impérialistes (et elles le seront probablement toujours), il ne peut être question d'"exploration spatiale pacifique". Bien sûr, la formule de Dolman "celui qui domine la Terre détermine le sort de toute l'humanité" est correcte et fonctionne dans la réalité d'aujourd'hui. Et tandis que certains jouent leurs vieux jeux géopolitiques, d'autres sont plus tournés vers l'avenir et développent des programmes spatiaux. Qui va donc "déterminer le destin de l'humanité"?

unoosa.jpg

Réglementation juridique de l'espace

Le droit international de l'espace a commencé à se développer presque immédiatement après 1957, lorsque l'Union soviétique a réussi à lancer pour la première fois un satellite terrestre artificiel. Dès 1958, l'Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution intitulée "La question de l'utilisation de l'espace à des fins pacifiques". Le message principal était l'exploration "pacifique" de l'espace, car à l'époque, la confrontation entre l'URSS et les États-Unis était féroce. L'année suivante, le Comité des Nations Unies sur les utilisations pacifiques de l'espace extra-atmosphérique a été créé, le premier organe international à coordonner les activités spatiales.

Les résolutions ultérieures de l'Assemblée générale des Nations Unies ont consacré l'extension du droit international à l'espace extra-atmosphérique, le principe de non-appropriation par un État de l'espace extra-atmosphérique et des corps célestes, et le principe de libre accès pour l'exploration et l'utilisation de l'espace extra-atmosphérique et des corps célestes par les États.

Aujourd'hui, il existe cinq sources principales de droit spatial international :

    1) le Traité sur les principes régissant les activités des États en matière d'exploration et d'utilisation de l'espace extra-atmosphérique, y compris la Lune et les autres corps célestes (1967) ;
    2) l'Accord sur le sauvetage des astronautes, le retour des astronautes et la restitution des objets lancés dans l'espace (1968) ;
    3) la Convention sur la responsabilité internationale pour les dommages causés par des objets spatiaux (1972) ;
    4) la Convention sur l'immatriculation des objets lancés dans l'espace (1975) ;
    5) l'Accord sur les activités des États sur la Lune et les autres corps célestes (1979).

Parallèlement, la réglementation juridique des relations spatiales internationales s'est également développée. En 1963 est apparu le Traité sur l'interdiction des essais d'armes nucléaires dans l'atmosphère, dans l'espace et sous l'eau, et en 1977 la Convention sur l'interdiction de l'utilisation militaire ou de toute utilisation hostile de moyens d'impact sur l'environnement naturel. Plus tard, il y a eu d'autres documents, dans lesquels l'accent était à nouveau mis sur l'exploration pacifique de l'espace.

Toutefois, il convient de noter que le droit international de l'espace présente certaines lacunes. Le problème réside notamment dans le fait que le modèle actuel de cette branche du droit international a été formé à une époque où l'utilisation de l'espace à des fins privées n'était pas envisagée. Par conséquent, les sujets du droit international sont exclusivement les États et les organisations internationales, c'est-à-dire qu'eux seuls ont le droit de conclure des traités spatiaux internationaux. Entre-temps, la liste des entreprises privées dans le secteur spatial, comme indiqué ci-dessus, ne cesse de s'allonger. Alors qui est responsable de leur travail dans l'espace ?

La réponse à cette question est assez simple: la responsabilité du travail des entreprises privées incombe à l'État sur le territoire duquel opère telle ou telle entreprise privée. En d'autres termes, leur travail est régi par la législation nationale de l'État, qui, à son tour, est soumise au droit spatial international.

Compte tenu de ce qui précède, il devient évident que la communauté internationale s'efforce de réglementer les principaux aspects de l'activité humaine dans l'espace, et cette réglementation juridique est basée uniquement sur les idées d'exploration spatiale pacifique. Il est également important que cet espace, selon le droit international de l'espace, ne fasse l'objet d'aucune appropriation nationale, que ce soit par déclaration de souveraineté, occupation ou par tout autre moyen. Néanmoins, la course à l'espace se poursuit et le terme "astropolitique", qui est, à la base, le concept de contrôle de l'espace, n'est pas apparu par hasard.

Le fait est que dans tout traité international, on peut toujours trouver la soi-disant "faille" qui permettrait de contourner tout accord. Par exemple, il n'existe aujourd'hui aucune réglementation juridique détaillée de l'exploitation minière en dehors de la Terre, ni des activités des colonisateurs sur d'autres planètes. En outre, l'espace, comme mentionné ci-dessus, n'appartient à personne en termes de droit spatial international, mais les États conservent la propriété des objets spatiaux lancés, ce qui soulève également certaines questions controversées.

Par conséquent, le droit international de l'espace ne fait pas exception à la règle et présente un grand nombre de "failles". Il est imparfait et nécessite une amélioration constante et de nouveaux accords. Sinon, dans un avenir lointain ou pas si lointain, une véritable "guerre des étoiles" pourrait éclater dans l'espace.

Pendant ce temps, la course à l'espace fait partie d'une guerre "froide" (au sens propre comme au sens figuré) entre de grandes puissances qui se battent pour le leadership mondial.

Empires spatiaux potentiels

Depuis 1957, de nombreux pays ont rejoint la course à l'espace, notamment le Japon, l'Inde, les pays de l'UE, l'Iran et les Émirats arabes unis. Cependant, seuls trois pays se battent réellement pour la domination de l'espace aujourd'hui : les États-Unis, la Russie et la Chine. Il est difficile de dire lequel du "trio spatial" est en tête dans cette course: tout dépend des critères de comparaison de leur puissance spatiale. La Russie a un palmarès riche et exceptionnel en matière de vols spatiaux habités, et le programme spatial chinois se développe actuellement plus rapidement et de manière plus dynamique que quiconque, car la République populaire de Chine a une capacité unique d'emprunter et de reproduire rapidement les technologies spatiales occidentales. Dans le même temps, les États-Unis occupent la première place pour l'exploration totale avec des engins spatiaux et l'espace profond.

FOREIGN201709181416000478838164965.jpg

Quant à la Russie, son industrie spatiale et des fusées est à la traîne de la Chine et des États-Unis à bien des égards, car elle ne dispose pas de fonds suffisants pour ce secteur depuis de nombreuses années. De plus, la situation ne s'améliore pas: le financement de Roskosmos a été réduit de 277 milliards de roubles en 2022, comme l'a déclaré le directeur général adjoint de l'entreprise publique Maxim Ovchinnikov dans une interview accordée au journal Vedomosti en février de cette année.

DKurKVhWkAAaGac.jpg

En outre, tous les nouveaux développements russes dans l'industrie spatiale sont basés sur les développements de l'Union soviétique. Par exemple, les projets de fusées tels que Soyuz-5 et Soyuz-6 sont en fait obsolètes, car ils sont basés sur la fusée soviétique de classe moyenne Zenit. Et s'il n'y a aucun doute sur la qualité des développements soviétiques, il convient de considérer le fait qu'ils ont été réalisés au siècle dernier et que les technologies des fusées spatiales du monde entier ont largement dépassé les développements soviétiques. Un autre problème de l'industrie spatiale dans la Fédération de Russie est sa structure monopolistique et le manque d'initiative entrepreneuriale.

En plus de tout ce qui précède, les sanctions imposées par l'Occident ont eu un impact négatif sur le programme spatial russe: à cause d'elles, de nombreux lancements ont été annulés, des livraisons ont été interrompues et des programmes de recherche ont été arrêtés. Par exemple, la microélectronique moderne nécessaire aux satellites n'est pas produite en Russie et il n'existe désormais aucun endroit où la trouver légalement.

Alors que les moteurs de fusée RD-180 et RD-181 hérités de l'URSS (photo), dont Roskosmos est si fier et qui ont été achetés par les Américains de 1996 jusqu'à récemment, ont été modernisés et améliorés, des concurrents sérieux proposant des lancements spatiaux moins chers sont apparus aux États-Unis. Par conséquent, les Américains sont devenus moins dépendants de la fourniture de moteurs russes.

710.jpg

Par conséquent, la cosmonautique russe actuelle est complètement différente de l'époque de Yuri Gagarin. Néanmoins, la Russie reste un acteur important dans la course à l'espace, malgré les nombreux échecs de Roskosmos et les critiques fréquentes du chef de la société d'État Dmitry Rogozin par les autorités elles-mêmes. Il est évident que la position actuelle de la Russie dans l'espace exige une action immédiate. Au lieu de préserver la mémoire historique de la Russie en tant que premier pays à explorer l'espace proche de la Terre, il faut aller de l'avant et développer de nouveaux projets, précisément parce qu'il n'y a pas eu de "percée" dans l'industrie spatiale de la Fédération de Russie depuis l'Union soviétique.

La situation avec la Chine et son ambitieux programme spatial est différente. La Chine est désormais le deuxième plus grand État après les États-Unis en termes de dépenses pour le programme spatial, ainsi que le leader en termes de nombre de lancements spatiaux : en 2021, la Chine a effectué un nombre record de 55 lancements de fusées spatiales.

Le fait est qu'en Chine, le développement du programme spatial est considéré comme un intérêt national essentiel et est directement lié aux questions de sécurité nationale. Le pays met également en œuvre un programme d'exploration spatiale pacifique et invite d'autres pays à participer à des projets communs. Par exemple, fin février, le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Wang Wenbin, a annoncé que la Chine était prête à collaborer avec des astronautes du monde entier sur la station orbitale chinoise.

Nous sommes prêts à coopérer avec tous les pays. [...] La station orbitale chinoise invite les cosmonautes étrangers à s'engager dans l'exploration spatiale avec les taïkonautes chinois", a-t-il déclaré lors d'un briefing.

Le pays publie tous les deux ans un "Livre blanc" sur les activités spatiales de la Chine, qui résume les réalisations du pays en matière d'exploration spatiale. L'objectif de la Chine est d'atteindre le statut de superpuissance spatiale.

616e1808a310cdd3d81417f9.jpeg

La Chine, contrairement à la Russie, accorde en fait beaucoup d'attention au développement de son programme spatial, combinant activement les lancements civils et militaires. En outre, Pékin construit sa propre station spatiale, crée sa propre version des systèmes mondiaux de positionnement par satellite, et compte un certain nombre d'autres réalisations dans le domaine de l'astronautique. On peut soutenir qu'un développement aussi actif du programme spatial chinois s'inscrit dans le cadre de la concurrence avec les États-Unis sur la scène internationale. Et Washington a de plus en plus peur des capacités de Pékin dans l'espace, notamment sur le plan militaire.

En parlant de la concurrence dans l'espace, nous pouvons dire, nous Russes, que les principaux rivaux sont désormais les États-Unis et la Chine. Les États-Unis abritent la plus grande agence au monde pour le développement et l'exploitation de programmes spatiaux: la NASA. La NASA et le Pentagone disposent d'énormes budgets spatiaux, ce qui est un indicateur important de la place du pays dans la course à l'espace. En outre, en termes de technologie, les États-Unis sont loin devant la Russie et la Chine. Les États-Unis sont également, à ce jour, le seul du "trio spatial" à s'être fixé l'objectif à long terme d'extraire et d'utiliser des ressources en dehors de la Terre. De toute évidence, la raison des énormes investissements américains dans l'industrie spatiale et l'exploration spatiale active est, comme toujours, le leadership mondial. Les États-Unis ont l'intention d'être le "numéro un" en tout temps et en toute chose, comme le confirment tous les documents doctrinaux du pays. Et si sur Terre, c'est loin d'être toujours possible, alors dans l'espace, peut-être, les États-Unis ont eu beaucoup de succès. Toutefois, la situation actuelle pourrait changer à l'avenir, étant donné que la Chine "marche sur les pieds". La Russie a également un bon potentiel pour prétendre au rôle de superpuissance spatiale la plus puissante à l'avenir, mais pour cela, elle doit réaliser un travail à grande échelle pour moderniser son industrie spatiale et reconsidérer ses "priorités spatiales".

La fin de l'espace "pacifique"

La plupart des programmes spatiaux modernes ont, d'une part, des objectifs pacifiques, mais, d'autre part, il devient évident que la rivalité actuelle dans l'espace n'est pas très différente de la rivalité de la seconde moitié du 20e siècle entre l'URSS et les États-Unis, lorsqu'il y avait une course aux armements active entre les pays. Seulement, le champ d'application de ce concours va déjà au-delà de la Terre.

Le fait est que les puissances mondiales ne sont nullement limitées à la mise en orbite de toutes sortes d'armes, à l'exception des armes nucléaires. À cet égard, l'espace extra-atmosphérique devient progressivement non pas un lieu de coopération pacifique, mais une arène de confrontation armée.

Aujourd'hui, l'espace est déjà partiellement utilisé à des fins de guerre, notamment pour brouiller les communications par satellite, intercepter les conversations téléphoniques et les flux de données, aveugler les satellites avec des lasers pour la photographie, etc. En général, si l'utilisation militaire de l'espace consiste à collecter des données de renseignement à l'aide de satellites, en plus de fournir des communications et une navigation aux branches traditionnelles des forces armées. La course à l'espace actuelle est une lutte pour le leadership mondial en fonction des capacités et des ressources de chacun des participants. Mais un véritable conflit armé dans l'espace est-il possible ?

Depositphotos_235786328_xl-2015.jpg

De nombreux analystes doutent du caractère inévitable d'un choc des puissances dans l'espace. Bien que les pays aient des programmes pour créer des armes antisatellites, il est peu judicieux de détruire les satellites des autres. Tout d'abord, une attaque sur le satellite d'un autre pays est une étape désavantageuse pour toutes les parties impliquées, car l'environnement spatial sera rempli de débris qui interfèrent avec le travail, et entraînerait le début de la "chasse" de tous les satellites, y compris les appareils de la partie attaquante. Deuxièmement, abattre des satellites, par exemple des systèmes de navigation GLONASS ou GPS, est une tâche assez coûteuse et techniquement difficile. Par conséquent, cela ne sera pas aussi facile que d'abattre, disons, son propre satellite en orbite basse pour démontrer sa force et sa supériorité technologique. Enfin, de telles actions peuvent entraîner de graves conséquences économiques, qui ne sont jamais limitées à un seul pays. Cela peut se produire si le satellite par lequel transitent les transactions financières et les communications est détruit. Par conséquent, les expériences menées par les puissances, qui détruisent leurs vieux satellites avec des missiles, servent plutôt à démontrer leur puissance militaire dans la lutte pour le leadership spatial.

En outre, en avril 2022, les États-Unis ont annoncé une interdiction unilatérale des essais de missiles antisatellites. La vice-présidente américaine Kamala Harris, s'exprimant sur la base spatiale de Vandenberg en Californie, a ordonné "aucun essai destructif de missiles antisatellites à lancement direct". Selon elle, le refus volontaire des États-Unis est une tentative de donner un élan à la communauté internationale pour développer de "nouvelles normes de comportement responsable". Cette décision n'a pas été accueillie favorablement par tous les Américains: les Républicains ont déclaré qu'elle introduisait une asymétrie dans les relations entre les États-Unis d'une part et la Russie et la Chine d'autre part, et aussi que les États-Unis "se lient les mains" avec cette initiative.

anti-missile-satellite.jpg

Cette décision a été réfléchie et visait probablement à discréditer la Russie et la Chine sur la scène internationale. Le fait est que la Chine et la Russie ont respectivement testé leurs armes antisatellites en 2007 et 2021, ce qui a entraîné la formation d'une grande quantité de débris spatiaux. Évidemment, dans ce cas, les États ont décidé d'utiliser cet incident comme une sorte de "levier" sur leurs rivaux de l'espace en abandonnant ces tests. Cela fait partie de l'astropolitique américaine : démontrer que Washington vise l'exploration pacifique de l'espace et que les autres puissances avec leurs programmes spatiaux constituent une menace militaire directe pour la communauté mondiale.

Cependant, pour démontrer les intentions pacifiques des États-Unis dans l'espace, tout n'est pas aussi simple. Rappelons, par exemple, le décret de Donald Trump sur la création de la force spatiale américaine, signé en 2019. L'ancien président a présenté la création d'un nouveau type de troupes comme le plus grand programme militaire depuis Ronald Reagan. La mission de la Space Force est de protéger les satellites américains et les intérêts américains dans l'espace. Par la suite, Trump a également signé un ordre exécutif pour la création du Commandement spatial américain afin de tendre la main à la Chine et à la Russie dans ce domaine.

m.jpg

"Lorsqu'il s'agit de protéger l'Amérique, il ne suffit pas d'avoir une présence américaine dans l'espace. Nous devons assurer la domination américaine dans l'espace", a déclaré l'ancien président, rappelant que la Russie et la Chine sont depuis longtemps engagées dans la création de telles troupes.

Par conséquent, l'espace extra-atmosphérique est un territoire au potentiel militaire, mais pour l'instant, un véritable conflit armé dans l'espace n'est pas inévitable. Le fait est qu'il n'est rentable pour personne de se battre dans l'espace : les opérations militaires qui y sont menées peuvent entraîner la perte de la possibilité d'utiliser l'orbite terrestre pour la recherche scientifique. La rivalité spatiale fait partie de la guerre froide entre les puissances. C'est pourquoi la militarisation de l'espace et le développement de technologies militaires utilisées dans l'espace est plutôt l'une des orientations de la lutte des puissances pour le leadership mondial.

Notes :

[1] La géostratégie à l'ère spatiale de Dolman E. C.. Géopolitique, géographie et stratégie. Ed. C. S. Gray et G. Sloan. Portland. Oregon, 2003, p. 83.

[2] Dolman E. C. Astropolitique : la géopolitique classique à l'ère spatiale. Londres, 2002, p. 15.

Source : katehon.com

Écrire un commentaire