Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

jeudi, 02 juin 2022

"Lobbyland": un ancien député allemand explique comment l'Allemagne est prise en otage par les lobbies

maxrembllsdefault.jpg

"Lobbyland": un ancien député allemand explique comment l'Allemagne est prise en otage par les lobbies

Eugen Zentner

Source: https://geopol.pt/2022/06/01/lobbyland-ex-deputado-alemao-explica-como-a-alemanha-esta-refem-dos-lobis/ & https://www.nachdenkseiten.de/?p=84388

Le pouvoir des associations de lobbyistes est énorme. Dans le système politique allemand, presque rien ne fonctionne sans eux. Leur influence atteint le point où de nombreux textes législatifs sont écrits mot à mot par eux. L'ancien politicien du SPD Marco Bülow parle dans ce contexte de "Lobbyland", c'est-à-dire d'un État qui subordonne tout au principe des grands et des puissants et des profits qu'ils engrangent. Dans son livre du même nom, il s'appuie sur son expérience de député pour décrire les mécanismes et les règles de fonctionnement de la politique en Allemagne.

Jusqu'à ce que notre auteur arrive à son vrai sujet, tire ses conclusions, il s'était frayé un long chemin à travers son ancien parti social-démocrate. Bülow avait en effet rejoint la SPD en 1992, s'était d'abord impliqué dans les Jusos [la branche jeunesse du parti] pendant plusieurs années et avait acquis progressivement une réelle notoriété politique dans sa ville natale de Dortmund. Il a rapidement gagné la sympathie des électeurs. En 2002, il entre enfin au Bundestag en tant que candidat direct. Entre 2005 et 2009, il a été porte-parole de son groupe parlementaire pour l'environnement, la conservation de la nature et la sûreté des réacteurs. En 2018, il y a eu une rupture. Bülow a quitté la SPD après 26 ans de militantisme, en réponse à des conflits survenus de longue date avec la direction son parti quant au contenu idéologico-politique et au personnel. Jusqu'en novembre 2020, il a continué à siéger au Parlement en tant qu'homme politique sans parti, qui n'était inféodé à aucun groupe parlementaire, mais il a ensuite rejoint DIE PARTEI, dont il a été député au Parlement jusqu'à la fin de la législature.

L'auteur esquisse la rupture entre lui et la SPD sur la base de certaines positions qui furent particulièrement formatrices au cours de sa carrière. Comme s'il s'agissait d'une sorte de chemin de Damas, il décrit sa déception croissante face au style de gouvernement du chancelier de l'époque, Gerhard Schröder, qui lui a montré ce qu'il en était réellement derrière la façade politique: "On peut nommer des gens selon ses propres idées, qui sont à son goût, qui dictent tout ce qui est ensuite approuvé par une majorité au Bundestag. Et si c'est serré, alors vous faites pression sur les dissidents ou menacez de ne plus les impliquer. À la fin, vous avez votre décision sans le moindre changement et vous êtes étonnés de voir comment vous avez simplement suspendu la représentation du peuple".

À Berlin, il y aurait 6000 lobbyistes en activité, soit presque dix fois plus que de parlementaires. La majorité absolue sont des lobbyistes dits à but lucratif pour les industries pharmaceutiques, de l'armement ou de la finance.

On comprend que l'indignation de Bülow fut grande, d'autant plus lorsqu'un collègue expérimenté du parti lui a dit carrément que le jeu se jouait de cette façon et non pas d'une autre: "Vous avez deux options. Si vous acceptez les règles du jeu, vous aurez peut-être la possibilité de jouer plus haut dans la hiérarchie du parti à un moment donné et peut-être de vous faire accepter pour un ou deux postes. Si vous ne les acceptez pas, alors vous devrez quitter le terrain rapidement". Ces passages sont parmi les plus forts du livre. Ils donnent un aperçu des coulisses, montrent comment la politique se fait réellement au parlement et au sein des partis. Bülow ouvre le débat en dehors des sentiers battus, de l'omerta, pour ainsi dire, mais ne va malheureusement pas en profondeur.

L'exposition des principales structures, des paramètres du système et des formes typiques de comportement reste malgré tout rudimentaire dans son livre. Les principaux projecteurs qu'il allume ne sont pas très éclairants. Au lieu de cela, l'auteur allume une simple torche ici et là, et surtout s'arrête de nous éclairer au moment où les choses commencent vraiment à devenir intéressantes. Cependant, certaines déclarations sélectives confirment les soupçons de nombreux observateurs critiques et semblent encore plus authentiques venant de la bouche d'un ancien député. Il s'agit, par exemple, de son expérience selon laquelle "aucun des projets de loi parlementaires n'a été adopté sans la consultation et l'approbation du gouvernement". La même explosivité est contenue dans sa description de la pratique et de la manière dont les amendements législatifs sont effectués. Selon M. Bülow, les politiciens experts ne peuvent influencer certaines nuances qu'au prix de nombreux efforts. La plupart des changements ont toutefois résulté de la pression exercée par les lobbyistes.

On peut également apprendre de l'ancien parlementaire que la participation d'un parti au gouvernement rend son groupe parlementaire plus intéressant pour les associations de lobbying. Cela explique, entre autres, pourquoi certains politiciens ont changé d'avis si rapidement - comme, par exemple, le leader de la FDP Christian Lindner, qui s'était prononcé contre la vaccination obligatoire avant les dernières élections fédérales, mais qui a adopté une position exactement inverse lorsque son parti devint partie prenante de la coalition [actuelle] dite des feux tricolores (SPD-Verts-FDP). Qu'en est-il des groupes parlementaires eux-mêmes? La situation est-elle plus démocratique à ce niveau-là qu'au niveau des non-partis? Bülow dément catégoriquement et fait savoir que de nombreux postes sont formellement élus, mais qu'en réalité ils sont pourvus. Il n'y a pas de culture du débat ouvert. Les députés sont inconditionnellement soumis à la pression du groupe parlementaire.

maxspresdefault.jpg

Lorsque l'auteur aborde enfin son véritable sujet, on voit rapidement quels conflits internes et externes avec son parti l'ont conduit à le quitter: "S'il y a un fort lobby économique, écrit-il, la SPD s'y ralliera. Tant dans la question des voitures que dans celles de l'énergie, de l'agriculture, de l'industrie pharmaceutique. Il se liera même avec les militaires, même si cela est contraire aux principes de la social-démocratie." Comme les autres partis, la SPD s'est éloignée de sa propre base et de sa classe, a noté Bülow, surtout pendant la période de la Grande Coalition (CDU/CSU-SPD). Le budget, a-t-il dit, était un "budget déterminé par les lobbies" dans lequel les offres faites aux groupes d'intérêt respectifs étaient dissimulées de manière déguisée, souvent sous la forme de subventions dont personne ne pouvait suivre la trace.

À Berlin, il y aurait 6000 lobbyistes, soit presque dix fois plus que de parlementaires. La majorité absolue de ceux-ci sont des lobbyistes dits à but lucratif pour les industries pharmaceutiques, de l'armement ou de la finance. Contrairement aux "lobbyistes d'intérêt public", ils disposent de plus de moyens, mais ils sont également mieux formés et ont de meilleurs contacts en politique. Cela révèle la misère de tout le système. La relation étroite entre les politiciens et les lobbyistes produit ce que Bülow appelle "l'effet de porte tournante": "Il y a de plus en plus de politiciens qui utilisent leur mandat comme tremplin pour se lancer ensuite dans les affaires en tant que lobbyistes". Plus importants que les qualifications, dit-il, sont les numéros de téléphone. "Et, bien sûr, en tant que lobbyiste, vous avez un meilleur accès à vos anciens collègues. C'est une situation gagnant-gagnant".

Alors, que faire? L'ancien député estime qu'un registre des lobbyistes n'a pas beaucoup de sens, du moins s'il n'est pas contrôlé de manière indépendante et si les violations des règles n'entraînent pas de sanctions sévères. Au lieu de cela, il préconise des instruments qui rendent transparents ce dont les politiciens et les lobbyistes parlent vraiment, les accords qu'ils concluent réellement. Selon lui, les structures en place doivent être complètement révisées. Il ne sert à rien de remplacer les personnes ou le parti. À la fin de son livre, Bülow illustre ce à quoi pourraient ressembler des changements significatifs à l'aide de quelques points clés. L'accent est mis sur ce qu'il appelle le "triangle de l'avenir": "La base de ce triangle, soit le côté inférieur, est la véritable démocratie avec toutes ses obligations et ses droits. Les deux autres côtés sont constitués des besoins sociaux et des nécessités de base de la vie. Sous le terme "social", je voudrais également comprendre la justice générale et la cohésion. Par moyens de subsistance, j'entends l'environnement, le climat, la nature dans son ensemble".

Les propositions de Bülow sont idéologiquement colorées et contiennent à l'évidence des éléments de la politique verte-gauchiste. A priori, il n'y a rien de répréhensible à cela, mais en de nombreux endroits apparaît ce qui a discrédité ses représentants au cours de ces dernières années: l'horizon étroit de la critique qu'ils formulent. Par exemple, Marco Bülow se plaint de l'influence limitée du lobby des énergies renouvelables, qu'il considère comme agissant dans l'intérêt public. Ce faisant, il ne se rend pas compte que ce secteur est également devenu une entreprise à but lucratif dans laquelle ce sont principalement les grandes entreprises qui gagnent de l'argent. Il s'agit moins d'une question d'environnement que d'argent, comme l'a clairement montré le documentaire d'investigation "Headwind '21" du cinéaste néerlandais Marjin Poels. Il montre le côté sombre des soi-disant parcs éoliens, pour lesquels non seulement des surfaces entières de terrain ont été défrichées, mais où des matières premières sont également nécessaires, dont l'extraction cause de réels dommages à l'environnement.

E_JVJT4WYAIMtIS.jpg large.jpg

La vision critique est également brouillée lorsque Bülow met en avant les réactions positives aux mauvaises politiques. Si les mouvements de protestation sont loués, ce sont uniquement les mouvements verts comme les "Vendredis pour l'avenir". Le fait que des centaines de milliers de personnes soient descendues dans la rue depuis les mesures Covid pour manifester contre des politiques de plus en plus autoritaires n'est même pas mentionné - tout comme l'émergence du parti die Basis. Au lieu de cela, l'auteur cite DIE PARTEI comme preuve de la façon dont les nouveaux partis émergent du mécontentement envers le système. Les expériences autour du Covid sont au moins partiellement incluses dans le livre. Bülow l'a écrit pendant cette période et a, entre autres, traité de plusieurs scandales de mascarade impliquant des politiciens de la CDU. Ici aussi, il est évident que sa critique omet des aspects importants. Bülow ne mentionne pas d'un mot les nombreuses manipulations, les contradictions dans le récit officiel sur le Covid et les incitations à la corruption des institutions de santé, dont le camp politique gauche-vert est également en partie responsable.

L'auteur couronne le tout lorsqu'il cite Correctiv et Tilo Jung de Jung & Naiv comme exemples de journalisme indépendant et critique dans sa conclusion. Pendant la crise du Covid, cependant, les deux ont montré leur vrai visage. Correctiv, financé par les fonds de fondations et de grandes entreprises numériques, a dénigré tous ceux qui s'écartaient de la ligne de conduite du gouvernement avec ses prétendues vérifications des faits. En revanche, leur mauvaise conduite et leurs confusions n'ont pas été abordées. Et Tilo Jung a qualifié tous les détracteurs des mesures gouvernementales dans le cadre de la pandémie d'"extrémistes de droite". C'est du journalisme partisan particulièrement flagrant et cela n'a rien à voir avec un reportage objectif et indépendant. À cet égard, ils font également partie, en un sens, d'un lobby dont les pratiques devraient être critiquées tout autant que l'influence compliquée d'autres groupes d'intérêt.

Écrire un commentaire