Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 01 juillet 2022

L'alternative pour l'Europe de l'Est est la tradition et l'amitié avec la Russie

slavic10_800x600.png

L'alternative pour l'Europe de l'Est est la tradition et l'amitié avec la Russie

Alexander Bovdunov & Pavel Kiselev

Source: https://www.geopolitika.ru/en/article/alternative-eastern...

Cette interview de Pavel Kiselev avec l'expert en histoire et en géopolitique Alexander Bovdunov aborde la réalité actuelle de l'Europe de l'Est. Le livre que Bovdunov vient de publier a eu un large écho parmi les conservateurs russes et est devenu essentiel pour étudier les processus politiques et philosophiques en Europe de l'Est.

Kiselev : Alexander, depuis combien de temps vous intéressez-vous au sujet de l'Europe de l'Est ? Pourquoi avez-vous commencé à l'étudier ?

Bovdunov : J'ai commencé à étudier la Roumanie lorsque j'étais étudiant au MGIMO. Ma deuxième langue étrangère était le roumain. Puis j'ai développé un intérêt pour la pensée conservatrice orthodoxe roumaine et, par coïncidence, j'ai commencé à traduire quelques textes en même temps, activité qui s'est ensuite transformée en un intérêt plus large et plus complexe pour la région [l'Europe de l'Est]. Il s'est alors avéré que la notion de "région" ne s'applique pas bien à cette structure complexe caractérisée par ses frontières. Par essence, la région est une zone-frontière fluctuante entre la Russie et l'Europe. Ensuite, les questions de savoir quoi faire de cette frontière et quelles alternatives à la situation géopolitique actuelle pouvaient être développées en un intérêt académique, dans une thèse de doctorat sur une réorganisation géopolitique alternative de l'Europe. Je m'intéressais au problème de savoir quelles alternatives à leur statu quo les Européens de l'Est voyaient. Finalement, cela s'est transformé en un livre, publié par hasard à un moment chaud où l'intérêt pour la région s'était considérablement accru.

amqnavqka35bnvf8ydsfdsuggpiiua6vrmow_kgbbr1jghawyzrj3s0g_gp7lfuitd3m-t5pbxm6tamdikj3vdhw_1.jpg

Kiselev : Quand avez-vous commencé à écrire le livre ?

Bovdunov : Le corps principal du texte a été écrit en 2012-13 alors que je préparais et défendais mon doctorat en sciences politiques. Puis je l'ai mis à jour, j'ai écrit plusieurs nouveaux chapitres entièrement consacrés aux espaces philosophiques de l'Europe de l'Est. Autrement dit, le livre a été écrit avec des interruptions : d'abord dans les années 2010 et mis à jour dans les années 2020 et 21.

Kiselev : Vous avez dit que l'intérêt pour l'Europe de l'Est a augmenté pendant les "périodes chaudes". L'opération militaire spéciale a-t-elle eu un impact sur le contenu du livre, avez-vous fait des ajouts après son début ?

Bovdunov : Malheureusement, il n'y en a pas eu, car le livre avait déjà été imprimé à ce moment-là. Conceptuellement, cependant, rien n'a changé dans la région. Au contraire, les stratégies atlantistes de contrôle de la région et d'expansion en tant que "zone tampon" à l'est, telles que décrites dans le livre, sont devenues encore plus prononcées. Il est clair que la position de certains politiciens est également en train de changer, car certains auteurs ouvertement pro-russes ont dû être réduits au silence. Cependant, nous pouvons déjà constater que cette tendance est en train de changer. C'est-à-dire que les experts commencent à s'exprimer contre les livraisons d'armes à l'Ukraine, pour la normalisation des relations avec la Russie, etc. Je pense qu'en fait, tout va revenir à la normale. En outre, plus la Russie sera performante, mieux, paradoxalement, elle sera traitée. Plus la Russie sera forte dans le cadre de l'Opération militaire spéciale, meilleure sera l'attitude à son égard de ceux qui ont jusqu'à présent adopté une attitude sceptique et attentiste, mais qui ne sont pas prêts à accepter la dégénérescence et la dégradation causées par la civilisation occidentale moderne. Une Russie forte devra être prise en considération, et les forces conservatrices et traditionalistes (au sens large du terme) verront dans une Russie forte un soutien. Beaucoup pensent déjà que la Russie devrait être le centre d'attention, qu'elle est un acteur important dans l'arène géopolitique, défiant l'Occident.

Kiselev : Dans ce contexte, comment voyez-vous les relations entre la Russie et l'Europe de l'Est après la fin de l'opération spéciale ?

Bovdunov : Je pense que le refroidissement actuel est temporaire et qu'ils devront rechercher le dialogue à l'avenir. Et puis les concepts géopolitiques anti-atlantiques et continentaux, même s'ils ne sont que des idées pour l'instant et ne sont pas soutenus par beaucoup, auront un rôle à jouer et devront être abordés. L'important est d'avoir des idées, et les idées sont là. Elles vivent à nos côtés, et il me semble qu'il y aura une certaine réorientation, au moins dans les pays où il existe de sérieuses positions pro-russes, par exemple en Bulgarie et en Slovaquie. Avec la Pologne, c'est compliqué, car à bien des égards, nous sommes aux antipodes, et le différend polono-russe n'est pas tant un différend entre le catholicisme et l'orthodoxie, mais entre deux grandes puissances qui ont tenté de concentrer l'hégémonie entre leurs mains dans cette partie de l'Europe. La Russie a réussi, la Pologne n'a pas réussi. La question se pose : le choix de la Pologne était-il le bon ? La nostalgie impériale polonaise se manifeste de diverses manières : dans la politique prométhéenne, dans l'idée jagellonienne, dont il est question dans mon livre, et dans une sorte de "nostalgie" de l'Empire russe ! À ce sujet, je peux également recommander un livre de l'écrivain polonais Mariusz Swider intitulé "Comment nous avons construit la Russie".

T335191.jpg

C'est un livre très populaire en Pologne - il existe de nombreuses éditions et les Polonais s'y intéressent activement. Il décrit le rôle des Polonais dans l'histoire de la Russie, le nombre de Polonais qui ont servi dans l'armée, le gouvernement et la police de l'Empire russe est plus élevé que tout autre groupe ethnique, comment ils ont participé à la création de la culture russe. Et donc, ils ont la nostalgie de la grandeur que cela a donné. Nous leur proposons de rechercher cette grandeur avec la Russie, et non pas contre la Russie, non pas au bénéfice des doctrines libérales occidentales, qui finiront par détruire la Pologne. Cela n'a aucun sens pour les "hussards ailés" polonais d'aller contre la Russie si la communauté LGBT vient de l'arrière avec des "plumes". La menace pour leur identité ne vient pas de la Russie.

Kiselev : Votre livre a fait une impression positive sur une grande partie de la communauté conservatrice en Russie, car le sujet de l'Europe de l'Est est à l'ordre du jour pour beaucoup en ce moment. Dites-moi, y a-t-il des études russes sur cette région, ou des parties de celle-ci, philosophiques ou géopolitiques, que vous pourriez citer et qui auraient pu influencer votre travail également ?

Bovdunov : Tout d'abord, Noomakhia d'Alexander G. Douguine, deux volumes qui traitent directement des régions d'Europe de l'Est. De manière générale, il a été influencé par les discussions qui ont eu lieu au sein du Center for Conservative Studies dans les années 2010. Je pense que ce sont des ouvrages exemplaires qu'il faut lire. Quant aux autres ouvrages russes, je ne pense pas que beaucoup d'ouvrages sérieux soient publiés aujourd'hui. Vous pouvez chercher des traductions d'auteurs lituaniens, par exemple d'Antanas Maceina (photo), brillamment traduit par Maxim Medovarov et aussi des auteurs roumains.

Antanas_Maceina.jpgKiselev : Dans votre livre, vous indiquez qu'en plus de Noomakhia, votre livre a été influencé par les autres ouvrages de Douguine, Géopolitique et Fondements de la géopolitique. Des concepts tels que l'approche civique et la quatrième théorie politique jouent-ils un rôle dans vos recherches ?

Bovdunov : L'approche civique, oui. Quant à la "Quatrième Théorie Politique", je n'en parle pas directement. Mais il y a une section dans le livre intitulée "Grande Europe de l'Est : réveil ou réinitialisation", qui parle des concepts de grand réveil et de la façon dont on peut mener un discours contre-hégémonique, lié à la notion de "troisième traditionalisme" - un appel à l'horizon paysan. Ceci, à mon avis, se combine avec QTP. Le phénomène même du populisme est-européen est précisément une tentative de surmonter la dichotomie gauche-droite, qui est essentiellement une expression et un reflet du même projet des Lumières, mais sous des formes différentes. Il recoupe donc en partie les concepts de ce qu'Alexandre Douguine appelle la Quatrième théorie politique.

Kiselev : En ce qui concerne l'approche civilisationnelle, voyez-vous l'Europe de l'Est comme une civilisation distincte, ou y a-t-il trop de contradictions internes qui l'empêchent ?

Bovdunov : Non, cette région ne peut être considérée comme une civilisation séparée, elle est un terrain de contact de diverses civilisations : Islamique, Orthodoxe, Catholique. Un autre fait est qu'il y a quelque chose de commun dans ce domaine à partir duquel le projet de la Grande Europe de l'Est peut être construit, je veux parler de la composante conservatrice qui est évidemment présente dans ces pays et qui est en partie liée à nous. Il y a une couche supplémentaire, l'horizon paysan, car l'Europe de l'Est est le berceau du paysan européen, où la civilisation de la Grande Mère se superpose au dionysisme (Dionysos vient d'Europe de l'Est, de Thrace). Et ces horizons philosophiques sont également importants pour trouver un terrain d'entente. Il y a des moments de chevauchement même dans l'idée slave, car il semblerait que le panslavisme et l'eurasianisme soient difficilement compatibles, mais, en fait, nous devrions nous tourner vers la dimension profonde de l'idée slave, vers la langue, vers la recherche linguistique, vers les tentatives de former la philosophie sur la base de la langue.

Ainsi, le philosophe macédonien Bronislav Sarkanyants fait remarquer que nous pouvons retracer comment les concepts philosophiques que l'on trouve dans les langues slaves du Sud ont fait un long chemin depuis la tradition grecque, jusqu'au latin, à l'allemand, au russe, au serbe, et ainsi de suite. Nous avons eu Cyrille et Méthode, il y avait une tradition de traduction du grec, qui était essentiellement une traduction du grec philosophique, la langue du Nouveau Testament et du platonisme chrétien. Pourquoi ne nous tournons-nous pas ensemble vers la tradition de Cyrille et Méthode ? C'est déjà un défi intéressant. Au lieu de passer par une chaîne de perte de sens, nous pouvons faire une tentative pour atteindre l'antiquité et notre tradition commune léguée par Cyrille et Méthode.

Les-saints-égaux-aux-Apôtres-Cyrille-Méthode.jpg

L'image de Cyrille et Méthode est importante pour nous, pour les Serbes et les Slovaques, qui avons la croix de Cyrille et Méthode dans nos armoiries. On peut trouver de profondes tendances russes et slaves chez les Slovaques. Nous pouvons trouver des influences mutuelles de tendances philosophiques: les Slovaques ont une école philosophique, fondée par Nikolai Loski. Nous sommes unis aux Polonais par la figure de Thaddeus Zielinsky (photo), un grand et intéressant spécialiste de l'antiquité et fondateur de l'idée de la Renaissance slave. En général, il y a beaucoup de couches différentes qui se croisent et se chevauchent, et c'est ce qui rend la région si intéressante.

Tadeusz_ZielińskiPhoto.jpg

Kiselev : Quelles conclusions tirez-vous de votre livre et quels sont vos espoirs pour l'avenir de l'Europe de l'Est ?

Bovdunov : La conclusion est que nous pouvons construire un projet pour l'Europe de l'Est. Ce projet respectera l'identité de la région. Les pays d'Europe de l'Est doivent se tourner vers les horizons philosophiques sous-jacents qui les unissent, d'une part. D'autre part, les aspects pragmatiques et géopolitiques jouent un rôle important. Pour ce faire, il faut d'abord mettre fin à l'occidentalo-centrisme, qui empêche l'Europe de l'Est de rattraper l'Occident, car le discours lui-même est actuellement construit de telle sorte qu'elle ne peut pas le rattraper; l'Europe de l'Est est éternellement contrainte d'être l'"Autre" interne de l'Occident, en le copiant, en éliminant ses caractéristiques, tandis que la Russie est l'"Autre" externe. Ce qui est projeté sur l'image de l'"Autre" est ce que l'Europe nie actuellement en elle-même. Pour sortir de ce cercle vicieux, il est nécessaire que l'"autre" Europe devienne l'"autre Europe". Il est nécessaire de chercher son alternative dans la Tradition et avec la Russie.

 

Écrire un commentaire