Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 08 août 2022

Au chevet des médias américains

media-clients.jpg

Au chevet des médias américains

par Fabrizio Casari

Source : https://www.ariannaeditrice.it/articoli/al-capezzale-dei-media-statunitensi

Il était une fois le journalisme américain. Comme dans tous les ganglions vitaux du système de circulation des idées, la mythification de la profession de journaliste a constitué la toile de fond du récit médiatique contemporain. Ce récit parlait d'une presse libre et véritablement puissante, d'un quatrième pouvoir qui faisait trembler tous les autres. On a vanté les mérites de son école de journalisme d'investigation (qui se résume en gros à "suivre l'argent") et de son modèle de reporter sans faille et sans peur qui ne recule devant rien ni personne, qui ne craint ni la vengeance ni les représailles car son seul objectif est la Vérité, avec un grand "V", sans médiation et sans contexte.

Pour alimenter le mythe du journalisme made in USA, ils ont décidé de sanctifier cette image. Ils ont même inventé le prix Pulitzer, une sorte de prix Nobel du journalisme qui devait être décerné chaque année à ceux qui s'étaient distingués dans leur travail de découverte et de dénonciation des maux du monde. Que ce soit les maux qu'il était commode pour les États-Unis de dénoncer est un autre aspect de l'histoire.

La grande nouvelle, ces jours-ci, cependant, est que seulement 11 pour cent de la population américaine, conserve un degré de confiance dans ce que les médias publient, 89 pour cent ne les considèrent pas comme fiables ou véridiques. Dire cela, ce n'est pas être un rebelle ou un militant du système des médias alternatifs, loin de là.

C'est ce qu'affirme Gallup dans son sondage annuel sur la confiance des citoyens dans les médias. Il s'agit d'une enquête qui analyse le niveau de confiance dans la presse écrite depuis 1973 et dans la radio et la télévision depuis 1993. Gallup ne peut certainement pas être épinglé pour avoir affiché des positions anti-système, car c'est l'une des plus grandes multinationales américaines dans le secteur des sondages d'opinion. Son poids dans l'orientation et le décryptage des flux électoraux aux Etats-Unis est reconnu. Son enquête a donc tous les stigmates de la véracité et de la crédibilité. Précisément ce que le système médiatique ne semble plus apprécier.

Restoring-trust-in-the-science-media-relationship.jpg

La chute verticale de la perception positive des médias n'est évidemment pas tant liée à des signatures ou à des émissions individuelles, mais au brusque renversement de rôle que le journalisme occidental a entrepris depuis la fin des années 1980. A supposer qu'il ait jamais été ce qu'il prétendait être - le chien de garde du pouvoir - il n'y a aucun doute sur le brusque et profond revirement qui voit aujourd'hui l'ensemble du système médiatique devenir un authentique appareil de défense de la pensée unique. Le quatrième pouvoir s'est, en somme, aligné sur les trois autres, et l'acte d'équilibrage, produit des rôles distincts entre contrôleur et contrôlé, est devenu un exercice rhétorique dépourvu de toute preuve réelle.

Ce que propose cette étude Gallup, c'est la courbe descendante d'un système médiatique conçu comme un soutien militant de la chaîne systémique. Il expose le manque de crédibilité manifeste qui est le résultat d'un mode d'information dont la structure de propriété comprend les grands groupes bancaires et d'assurance internationaux, et qui convoque les lecteurs et les auditeurs à une interprétation des événements politiques adaptée aux intérêts des propriétaires des médias.

Ce que Gallup ne peut pas dire, mais qui est clairement écrit entre les lignes du rapport, c'est que le rôle des médias comme courroie de transmission entre les institutions et les citoyens n'est plus rempli. Cette relation dialectique a été remplacée par une fonction à sens unique, à savoir celle des corps intermédiaires (tels que les médias) qui servent de caisse de résonance à la parole des puissants pour obtenir le consensus dont ils ont besoin. C'est clair pour tous désormais: le manque de fiabilité du système parce qu'il repose sur une chaîne d'approvisionnement mortelle, les banques possédant les gouvernements et les médias et utilisateurs d'informations étant appelés à partager alors qu'ils ne possèdent rien. La liberté de la presse n'est que la liberté des maîtres de la presse, qui décident ce qui est diffusable, comment et quand les faits et les commentaires sont diffusés. L'objectif, de grande envergure, est clair: convaincre les citoyens que ce sont les plus pauvres d'entre eux, et non les plus riches, qui sont à blâmer pour leurs incertitudes et leurs difficultés économiques ; ils leur demandent de se lancer dans la guerre contre le socialisme, qui, si elle est gagnée, les rendra pauvres, mais qui, au passage, leur enlèvera leur maison, leur emploi, leur santé, leur bien-être, leur éducation, leurs transports. Ce que dit l'enquête Gallup, en fin de compte, c'est que ce récit ne peut plus être répété à l'envi.

La participation émotionnelle des meilleurs et (surtout) des pires journalistes, qui font étalage d'un pathos digne d'autres causes envers les politiques gouvernementales et qui renoncent à émettre des doutes, à poser des questions, à creuser ce qui est occulte, sont quelques aspects de ce journalisme réduit à la propagande, fonctionnel à la diffusion de messages politiques occidentaux et non à l'information sur ce qui se passe, pourquoi cela se passe, quels intérêts cela déplace et à qui cela profite. Ce qui apparaît, c'est un mode de transmission politique de l'information qui est toxique, manquant de crédibilité et de fiabilité, les deux composantes les plus importantes d'une information saine.

Puis il y a le revers de la médaille ; encore plus agressif, il atteint les sommets criminels de la censure sans trace apparente. Prenez, par exemple, Julian Assange, qui a fait de la déontologie journalistique sa mission et qui, pour cela, a dû affronter la traque, le rôle du réfugié, les complots inventés pour le discréditer, la génuflexion honteuse de l'Équateur face aux exigences américaines. Ou Edgar Snowden, contraint de se réfugier en Russie pour avoir raconté ce qu'on lui a apporté, après avoir vérifié sa crédibilité et son sérieux. Et il y a aussi des journalistes moins connus du grand public, comme le journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué dans son ambassade, dépecé et mis en pièces dans une valise envoyée à Ryad au prince héritier.

81WJAKORmIL.jpg

webbgary.jpg

Mais si l'on veut prendre un bon exemple de la manière dont le journalisme d'investigation est soumis à la persécution politique, il faut ériger sur le plus haut podium Gary Webb, le journaliste américain du San Francisco Examiner, auteur du livre The Dark Alliance, où il dénonce le rôle de la CIA et de la Maison Blanche, alliées au terrorisme et au trafic de drogue, avec la complicité et l'intérêt partagé de l'armée de l'air salvadorienne dans le trafic d'armes et de drogue servant à fournir des armes aux Contras au Nicaragua. On l'a trouvé mort avec deux coups de fusil dans la poitrine, mais on a dit qu'il s'était suicidé. C'est un miracle d'automutilation acrobatique que de se tirer une balle dans la poitrine, puis de ramasser le fusil et de se tirer à nouveau dessus.

Sur ces crimes odieux, auxquels on peut ajouter la liste des journalistes tués par des soldats israéliens dans les Territoires occupés, le silence est d'or. Ceux qui devraient - par statut et par objectif - attirer l'attention du public sur de telles déviances font au contraire partie prenante du système politique qui dirige les médias. Comme Reporters sans frontières, une organisation qui doit ostensiblement dénoncer les attaques contre les travailleurs de l'information mais qui, comme l'a amplement avoué son fondateur, Bob Menard, est une structure entièrement financée et dirigée par la CIA pour protéger ses intérêts. Un cas explicite du contrôleur acheté par le contrôlé, presque une périphrase du schéma général dans lequel nous nageons quotidiennement, risquant de voir au loin et de prendre les requins pour des canots de sauvetage.

1 V1TjpIloM-9Hjm33S1PyYg.jpeg

L'enquête de Gallup ne dénouera pas les enchevêtrements pervers du système médiatique, otage du système économique, des journalistes qui commencent avec un esprit indépendant et finissent peu après comme thuriféraires. Elle ne lèvera pas le voile sur les raisons pour lesquelles ceux qui écrivent, parlent et passent à la télévision aujourd'hui militent avec ardeur dans les rangs du néolibéralisme atlantiste. Elle ne proposera pas non plus l'insoutenabilité d'un système international qui assigne à l'Occident le contrôle total du circuit des médias et qui, dans le même temps, définit sans vergogne la fameuse minorité non alignée comme un objet de "censure".

Mais si le récit du système unipolaire perd en crédibilité et en fiabilité, c'est tout le système politico-médiatique de l'empire qui en pâtira. Gallup ouvre ainsi un scénario plus large. Les files de sans-abri aux portes des villes américaines ignorées par la presse, la radio et la télévision représentent bien le degré de confiance dans les médias et leur capacité à décrire la réalité. Ce qui ne fonctionne probablement plus dans les médias est ce qui ne fonctionne plus dans le système politique.

Écrire un commentaire